3 décembre 2022

WRC : Thierry Neuville remporte son premier Rallye dans l’ère hybride en Grèce, triomphe total pour Hyundai (video)

Le Belge Thierry Neuville s’est imposé à l’EKO Acropolis Rally Greece en emmenant un triplé historique pour les Hyundai i20 N Rally1.

Passé en tête samedi après l’abandon du nonuple champion du monde Sébastien Loeb (M-Sport Ford Puma Rally1) sur une panne d’alternateur, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) n’était plus repris par la suite.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P1. pht. Red Bull

Son équipe Hyundai Motorsport sortait indemne d’une avant-dernière étape éreintante où plusieurs leaders rencontraient des difficultés. Le Belge abordait ainsi les trois spéciales du dimanche avec près de trente secondes d’avance sur son équipier Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1), scellant ainsi le triplé de la marque coréenne.

Ott Tänak lui avait repris 2 »9 lors du premier passage dans Elefthori, mais l’Estonien perdait tout espoir d’accentuer la pression sur son équipier lorsque l’équipe décidait de figer les positions. Quatrième, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) était également écarté du match pour la victoire en raison de problèmes de turbo sur une liaison lui coûtant plus de trois minutes vendredi.

#8, Ott Tänak, Hyundai, P2. pht. Red Bull

Sous instruction de ramener les voitures à l’arrivée, les trois pilotes Hyundai Motorsport limitaient leur prise de risques et leurs positions restaient inchangées. Thierry Neuville l’emportait alors avec 15’’0 d’avance pour signer sa première victoire dans l’ère hybride du WRC et le premier triplé de l’équipe du constructeur coréen.

« C’était une saison difficile jusqu’ici et c’est vraiment un soulagement de s’imposer ici après un week-end très difficile en Belgique » , confiait Thierry Neuville. « Le plus important, c’est le triplé de notre équipe. Nous l’avons enfin après toutes ces années de travail. C’est un moment historique pour la marque et l’équipe. Tout le monde a travaillé dur pour y parvenir et cela n’en rend que plus belle la récompense. »

#6, Dani Sordo, Hyundai, P3. pht. Red Bull

Fort de son podium, Ott Tänak revient à cinquante-trois points du leader du championnat. Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) finissait d’ailleurs à plus de dix-sept minutes du vainqueur.

« Pierre-Louis Loubet s’est refait une santé ! », #7, Ford, P4. pht. Red Bull

 

Le Finlandais avait percuté un arbre samedi et perdait beaucoup de temps pour mener sa Toyota GR Yaris jusqu’à l’arrivée. Il parvenait toutefois à prendre quatre points dans la Wolf Power Stage et pourrait désormais sceller son titre s’il marque plus de huit points qu’Ott Tänak lors du prochain rendez-vous.

#42, Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1), P5. pht. Red Bull

Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) ripostait après ses problèmes du samedi pour égaler le meilleur résultat de sa carrière avec la quatrième place, connaître les joies du leader et remporter deux scratches vendredi. Sa chute dans la hiérarchie s’ajoutait éalement à une basse des performances avec une crevaison à l’avant gauche le lendemain.

Près de deux minutes plus loin, on retrouvait Dani Sordo à 1’52 »5.

« Kalle Rovanperä cède du terrain face à ses poursuivants »

 

Son équipier Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) rencontrait des problèmes similaires vendredi, mais l’Irlandais était aussi aidé par les abandons devant lui pour remonter en sixième place. L’écart entre les deux hommes s’élevait à 26 »8 tandis que Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) suivait à 2’12 »1.

#18, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1), P6. pht. Red Bull

Le taux d’attrition était tel que les voitures des catégories support complétaient le top dix. Vainqueur en WRC2, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) terminait septième devant Nikolay Gryazin (Skoda Fabia Rally2), Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) et (Skoda Fabia Rally2) et Eyvind Brynildsen.

Podium WRC

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes se tourne désormais vers le Repco Rally New Zealand pour l’antépénultième manche du calendrier. Le pays fera son grand retour au calendrier pour la première fois depuis 2020 du 29 septembre au 2 octobre.

Rallye de Grèce ici

Championnat pilotes ici

NEUVILLE SOULAGÉ APRÈS SA VICTOIRE À L’ACROPOLE

Le Belge Thierry Neuville a évoqué son soulagement après sa première victoire dans l’ère hybride du WRC à l’EKO Acropolis Rally Greece.

Onze mois s’étaient écoulés depuis la dernière victoire de Thierry Neuville au Rally RACC – Rally de España.

S’il était monté sur le podium depuis octobre 2021, notamment en début de saison en Suède et en Croatie pour montrer son potentiel avec sa nouvelle monture, le Belge ne semblait pas en mesure d’aller chercher une victoire. Son accident alors qu’il occupait les commandes sur ses terres à l’Ypres Rally Belgium aurait pu être un mauvais signal, mais tout a changé dimanche après-midi.

Emmenant le premier triplé de l’histoire de Hyundai Motorsport, Thierry Neuville a admis que le résultat avait mis du temps à venir.

Le Belge se concentre désormais sur la prochaine manche en Nouvelle-Zélande. Il sera l’un des rares pilotes ayant déjà de l’expérience sur l’épreuve puisqu’il s’y était classé cinquième lors de sa dernière apparition du calendrier en 2012.

WRC2

Lindholm s’impose

Le Finlandais Emil Lindholm est resté confortablement en tête de l’EKO Acropolis Rally Greece pour s’offrir une deuxième victoire consécutive en WRC2.

Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) avait pris les commandes vendredi matin et n’était plus rattrapé sur les routes accidentées faisant trébucher nombre de ses rivaux dans la fournaise grecque.

#25, Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2), P1. pht. Red Bull

Le Finlandais abordait l’ultime étape avec 44’’6 d’avance Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) et gérait cet écart à la perfection dans les trois dernières spéciales pour s’imposer avec 36’’1 sur son équipier du Toksport WRT. Il l’emportait également en WRC2 Junior tout en se classant huitième du classement général de l’épreuve.

 

Emil Lindholm avait créé la surprise en s’imposant après la disqualification de Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) en raison d’une infraction technique lors de sa dernière apparition en Finlande. Le vainqueur admettait donc que le champagne avait meilleur goût cette fois.

« Podium pour Nikolay Gryazin ». pht. Red Bull

 

« Nous avons gagné ce rallye avec notre rythme et j’en suis vraiment heureux », s’enthousiasmait le vainqueur. « Je savais quand cela pourrait être un bon rallye pour nous en arrivant, mais il y a toujours des points d’interrogation et beaucoup de risques. Nous avons vraiment bien géré et je suis extrêmement reconnaissant à l’équipe de m’avoir fourni une voiture pouvant survivre dans ces conditions. »

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2)

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) était bien parti pour compléter le podium, mais une erreur inhabituelle de sa part le voyait abandonner dans une épingle.

« Andreas Mikkelsen a signé des temps impressionnants ». pht. Red Bull

 

Alexandros Tsouloftas en profitait pour monter sur la troisième marche du podium avec sa Volkswagen Polo GTI R5. Le Chypriote terminait à 3’07 »2 des leaders et prenait l’ascendant sur Eyvind Brynildsen (Skoda Fabia Rally2) pour 2 »9 seulement.

Fabrizio Zaldivar (Hyundai i20 N Rally2) complétait le top cinq devant Gaurav Gill a complété le top six. Après avoir abandonné jeudi soir, Andreas Mikkelsen parvenait à repartir pour prendre la septième place grâce à une prestation majuscule de sa part, et notamment le troisième meilleur temps au général dans l’ES15.

WRC3

Dominguez s’impose enfin

Le Paraguayen Diego Dominguez a vaincu le signe indien avec une prestation pleine de confiance dans la dernière étape de l’EKO Acropolis Rally Greece pour s’imposer en WRC3.

Diego Dominguez avait mené la catégorie lors de ses deux précédentes apparitions en Italie et au Kenya, mais le jeune paraguayen avait été à chaque fois contraint à l’abandon en raison de problèmes techniques.

Diego Dominguez, P1

Jamais deux sans trois ? Pas pour lui en Grèce, où il a profité des difficultés de William Creighton pour s’emparer des commandes et ne plus les lâcher.

Son pilotage plein de maturité dans les trois dernières spéciales accidentées lui permettait de sceller son succès dans la catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3. Il devançait finalement l’Irlandais pour 49’’6 tandis que le Grec Epaminondas Karanikolas complétait le podium, 44’’4 plus loin pour ses débuts en Fiesta.

Panos Ismailos fermait la marche au terme d’un week-end mouvementé. Il pointait à plus de vingt minutes, la grande majorité de ce temps ayant été perdue vendredi après-midi lorsque l’extincteur de sa voiture était involontairement activé par un essuie-glace rebelle.

« William Creighton a perdu du temps en raison d’un problème de moyeu de roue samedi »

JUNIOR WRC

Virvés sacré Chapion

Robert Virves est devenu le premier champion estonien de l’histoire du FIA Junior WRC après avoir remporté la catégorie intégralement composée de Ford Fiesta Rally3 préparées par M-Sport Poland à l’EKO Acropolis Rally Greece.

#60, Robert Virves, P1 et Champion. pht. Red Bull

Ce qui avait commencé comme une lutte à quatre pour le titre est rapidement devenu un duel entre Robert Virves et Jon Armstrong après l’abandon de Sami Pajari vendredi et la perte de temps de Lauri Joona en raison d’une suspension arrière endommagée.

Robert Virves s’était rapidement emparé des commandes vendredi et comptait déjà plus d’une minute d’avance dans la soirée, Jon Armstrong s’étant arrêté pour changer une roue. L’Estonien se concentrait ensuite sur sa première place, une chose plus facile à dire qu’à faire sur un terrain aussi accidenté, et il abordait l’ultime étape de la saison avec 53’’2 d’avance.

Jon Armstrong lui reprenait 19’’6 dans la première spéciale du jour, mais le leader répliquait dans le test suivant. Le Britannique manquait ensuite tout simplement de kilomètres pour rattraper Robert Virves, qui s’imposait pour 17’’5 et scellait le titre par la même occasion.

« Il aura manqué quelques spéciales de plus à Jon Armstrong… »

 

Désormais sacré, Robert Virves remporte un programme de quatre rallyes en WRC2 avec une Ford Fiesta Rally2 préparée par M-Sport lors de la saison 2023. Il aura également la chance d’essayer la voiture avant chaque manche tout en recevant une dotation complète de pneumatiques offerte par Pirelli.

William Creighton complétait le podium avec plusieurs minutes de retard. L’irlandais devançait le Kenyan Mcrae Kimathi et Sami Pajari, champion sortant et troisième cette saison. Lauri Joona fermait la marche au sixième rang.

Robert Virves ayant changé de copilote au milieu de la saison, le copilote de Jon Armstrong, Brian Hoy, remporte le titre chez les copilotes.

Communiqué WRC

Crédits photos Red Bull – WRC

 

Haut du site