22 avril 2024

WRC, Elfyn Evans s’offre la victoire en Croatie

Le Gallois Elfyn Evans s’est imposé dimanche après-midi au Rallye de Croatie pour prendre les commandes du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Si Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) a hérité des commandes après l’erreur de Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) samedi matin, le Gallois se montrait intraitable en distançant Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) pour s’imposer avec 27 »0 d’avance.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P1. pht. Red Bull

Ce succès, son premier depuis le Secto Rally Finland 2021 et le premier de sa carrière sur asphalte, lui permet de passer de la cinquième à la première place du championnat, à égalité de points avec Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1). Après les quatre premières épreuves d’une saison qui en compte treize, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) ne compte qu’un point de retard sur les leaders et Ott Tänak trois de plus.

#8, Ott Tanäk, Ford, P2. pht. Red Bull

« Nous avons évidemment travaillé en ce sens depuis longtemps, mais tout semble tellement insignifiant pour le moment », a déclaré Evans. « Après s’être concentré sur le week-end, notre ami nous manque tous maintenant. Il n’y a qu’à lui que nous pouvions penser dès la ligne d’arrivée franchie. Nous avions promis à la famille de Craig de profiter du week-end. C’est fait et nous pensons tous à eux. »

Son équipe Toyota Gazoo Racing préservait également son invincibilité au Rallye de Croatie tout en portant son avance au championnat constructeurs à vingt-neuf unités sur Hyundai Motorsport.

#4, Esapekka Lappi, Hyundai, P3. pht. WRC

Le premier rendez-vous 100 % asphalte de la saison offrait également un fabuleux spectacle. Ott Tänak semblait en mesure d’inquiéter Elfyn Evans en imposant un rythme effréné samedi après-midi, mais un problème de transmission quelques spéciales plus tard ralentissait l’Estonien. Sa deuxième place n’était toutefois pas remise en cause puisqu’il terminait l’épreuve avec 31 »6 d’avance sur Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1).

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P4. pht. Red Bull

En manque de confiance sur les sections les plus polluées, le Finlandais voyait sa régularité porter ses fruits avec son premier podium pour Hyundai Motorsport quelques semaines après une sortie de route alors qu’il était en tête au Mexique.

Derrière Esapekka Lappi, on retrouvait trois Toyota emmenées par le champion du monde en titre, Kalle Rovanperä, 19 »7 plus loin.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P5. pht. Red Bull

Sorti du top dix après un changement de roue vendredi dans l’ES2, le Finlandais effectuait une remontée impressionnante tout en prenant l’ascendant sur Sébastien Ogier dimanche matin pour se classer quatrième, 9 »7 devant son équipier français. Seul leader du championnat avant le départ, ce dernier pouvait nourrir quelques regrets en ne pointant qu’à 1’28 »0 du vainqueur malgré deux minutes et demie perdues en raison d’un arrêt pour changer une roue alors qu’il occupait la première place vendredi et de plusieurs pénalités de temps.

#7, Pierre-Louis Loubet, P7. pht. Red Bull

Takamoto Katsuta plaçait une quatrième Toyota GR Yaris Rally1 dans le top six devant Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), ralenti par une direction tordue. Engagés avec des Rally2, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), Nikolay Gryazin (Skoda Fabia RS Rally2) et Oliver Solberg (Skoda Fabia RS Rally2) complétaient le top dix dans cet ordre.

Sébastien Ogier:

Sébastien Ogier (droite) félicite Kalle Rovanperä. pht. Toyota

« La semaine a été difficile. D’un point de vue sportif, nous avions le rythme pour faire beaucoup mieux mais les choses ne se sont pas passées comme nous le souhaitions ce week-end. C’est parfois le sport automobile. C’était assez difficile aujourd’hui, mais je dois dire que Kalle était très rapide et que je n’avais pas le même rythme que lui lors de cette dernière journée. Bien sûr, la Power Stage était toujours un objectif, mais nous avons pris une mauvaise décision avec la stratégie pneumatique et j’ai eu beaucoup de moments dans la spéciale, donc j’étais content de franchir la ligne d’arrivée et d’apporter quelques points à l’équipe.

Les classements ici

WRC2

Rossel double la mise

Le Français Yohan Rossel s’est offert une deuxième victoire en autant de départs cette année en WRC2 après avoir dominé les débats au Rallye de Croatie.

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) prenait les commandes de l’antichambre de la catégorie reine dès la première spéciale de l’épreuve vendredi matin et ne cédait pas malgré la pression imposée par Nikolay Gryazin (Škoda Fabia RS Rally2) samedi après-midi.

#21, Yohan Rossel, Citroën, P1. pht. Red Bull

Les deux hommes étaient séparés de 11 »5 avant les quatre tests dominicaux, mais le Français réalisait une prestation sans faute pour repousser son rival à 16 »1 et s’offrir une deuxième victoire après son succès acquis en début de saison au Rallye Monte-Carlo.

Victime d’un problème de transmission vendredi, Emil Lindholm (Škoda Fabia RS Rally2) ripostait pour compléter le podium à 1’11 »4 du duo de tête et 51 »0 devant Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta Rally2).

Gêné par un problème d’accélérateur en début de l’épreuve, le Français prenait l’avantage sur Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2) dans la deuxième spéciale de dimanche pour lui ravir la quatrième place. Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) complétait le top six à l’arrivée.

Les Championnats ici

WRC3

Kelly profite des malheurs de Pellier

L’Irlandais Eamonn Kelly a profité de l’abandon de Laurent Pellier et d’un problème moteur pour Tom Rensonnet dans la dernière journée pour s’offrir les honneurs en WRC3 au Rallye de Croatie.

Après l’abandon de William Creighton dans la première spéciale de samedi, Laurent Pellier avait hérité d’une avance de quatre minutes et quinze secondes avant qu’un souci de joint de culasse ne coûte du temps au pilote français.

#50, Eamonn Kelly, P1. pht. WRC

Sans réponse face à ce problème sous le capot, le Champion FIA Junior ERC en titre était ensuite définitivement éliminé de l’épreuve dans l’avant-dernière spéciale du rallye. Tom Rensonnet, son plus proche poursuivant, semblait en mesure d’en profiter, mais le Belge était également victime d’un souci moteur permettant à Eamonn Kelly de passer de la troisième à la première place.

Une fois aux commandes, l’Irlandais contrôlait son rythme dans le test final pour s’imposer avec 30 »8 d’avance sur Tom Rensonnet. Roberto Blach complétait le podium, 36’25 »4 plus loin. Quatrième, Hamza Anwar précédait William Creighton et Filip Kohn au classement final.

Un final cruel pour Pellier

JUNIOR WRC

Kelly se place pour le titre

Contraint à l’abandon en Suède, Eamonn Kelly a su rebondir en beauté en s’imposant en Junior WRC ce dimanche au Rallye de Croatie.

Tous deux aux commandes du championnat avant le départ, William Creighton et Laurent Pellier semblaient partis pour un duel haletant pour la victoire, mais un tonneau de l’Irlandais samedi et une panne moteur pour le Français dans l’avant-dernière spéciale redistribuaient les cartes.

#50, Eamonn Kelly, P1. pht. Red Bull

Tom Rensonnet aurait pu en profiter, mais le Belge était également victime de problèmes moteur avant la dernière spéciale. Eamonn Kelly héritait alors des commandes avant de s’assurer un maximum de points avec sa victoire.

Tom Rensonnet résistait pour sauver sa deuxième place, à 30 »8. Distancé, Roberto Blach s’assurait la troisième marche du podium à 36’56 »2 du vainqueur. Quatrième, Diego Dominguez devançait Hamza Anwar et Raúl Hernández.

Laurent Pellier a été contraint à l’abandon dimanche

Communiqué WRC

Crédits photos Red Bull, WRC