2 février 2023

WRC : Tänak s’impose avec détermination en Finlande (video)

Grâce à un pilotage parfait ce dimanche, l’Estonien Ott Tänak a scellé son succès au Secto Rally Finland et offert à Hyundai Motorsport sa toute première victoire en Finlande.

#8, Ott Tänak, Hyundai, P1. pht. Red Bull

Leader dès la deuxième spéciale du rallye, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) s’imposait finalement avec 6 »8 d’avance sur son rival Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) pour signer son troisième succès en Finlande et sa deuxième victoire de la saison.

S’il avait d’abord eu du mal à se sentir à l’aise dans sa voiture, l’Estonien parvenait tout de même réussi à imprimer son rythme grâce à son courage et sa détermination.

Premier à s’élancer dans les spéciales vendredi en raison de sa position de leader du championnat, Kalle Rovanperä s’offrait cinq scratches samedi pour remonter de la quatrième à la deuxième place. Le Finlandais abordait ainsi l’étape décisive à seulement 8 »4 d’Ott Tänak après avoir réduit son déficit dans les conditions changeantes du samedi après-midi.

#69, Kalle Rovanpera, Toyota, P2. pht. Red Bull

Dimanche, le temps sec entraînait une hausse du rythme, mais Ott Tänak n’était pas d’humeur à faire le moindre compromis. L’Estonien ne cédait que 1 »8 à son poursuivant dans les quatre derniers tests pour monter sur la plus haute marche du podium pour la première fois depuis le Rally Italia Sardegna en juin.

« Les Toyota m’ont aidé vendredi matin et nous avons ensuite vu que nous avions une chance, comme une lumière au bout du tunnel, et nous avons dès lors attaqué », confiait Ott Tänak avant de s’adresser face caméra à sa compagne : « Tout ce que je veux dire en ces temps difficiles, c’est que tout dépend de ma femme. Elle m’a tellement soutenu et je suis vraiment fier d’elle. Je t’aime tellement. »

#4, Eskapeda Lappi, Toyota, P3. pht. Red Bull

Kalle Rovanperä s’était pratiquement résigné à faire l’impasse sur sa première victoire à domicile après le premier passage dans Ruuhimäki dimanche matin, où Ott Tänak et lui signaient des temps identiques. Le pilote âgé de vingt-et-un ans préférait jouer la prudence et assurer de gros points.

Cette stratégie lui permettait de porter son avance au championnat à 94 points après les huit premiers rallyes d’une saison qui en compte treize. Son équipe Toyota Gazoo Racing compte également 88 unités d’avance chez les constructeurs en ayant placé trois Yaris dans le quatuor de tête à l’arrivée.

Vainqueur de la Wolf Power Stage, Kalle Rovanperä fait un pas de plus vers le titre

 

Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) complétait le podium, 1’13’’9 derrière son équipier et compatriote Kalle Rovanperä. Le Finlandais pouvait toutefois s’estimer chanceux de rallier l’arrivée après son tonneau dans l’ES21.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P4. pht. Red Bull

Après avoir utilisé de la résine époxy pour réparer une fissure dans le radiateur de sa voiture, il s’attaquait même à la Wolf Power Stage sans pare-brise. Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) finisait à 16’’9 du podium après avoir concédé du temps samedi après-midi. Comme son équipier, le Gallois avait dû se retrousser les manches pour réparer une suspension arrière endommagée à l’aide de sangles et de câbles.

Dans le même temps, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) connaissait un week-end difficile. Le pilote Hyundai Motorsport était d’abord frustré par ses réglages et n’a jamais semblé en mesure de se battre avec le quatuor de tête. Le Belge comptait 40’’4 de retard sur Elfyn Evans à l’arrivée et glisse au troisième rang du championnat derrière son équipier Ott Tänak.

Esapekka Lappi a déjoué les pronostics pour sauver son podium

Le Japonais Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) terminait 51’’0  plus loin pour devancer Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1), meilleur pilote M-Sport Ford World Rally Team à l’arrivée avec sa septième place.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P5. pht. Red Bull

Gus Greensmith avait bataillé avec son équipier Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) la majeure partie de l’épreuve, mais le Français devait finalement renoncer en raison de problèmes mécaniques avant la dernière spéciale. Leaders du WRC2, Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) et Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) finissaient huitième et neuvième tandis que Jari Huttunen (M-Sport Ford Puma Rally1) surmontait des problèmes de direction assistée pour compléter le top dix.

 

 

 

Podium WRC

 

 

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes fera son retour sur l’asphalte dans moins de deux semaines avec la deuxième apparition de la Belgique au calendrier à l’occasion de l’Ypres Rally Belgium (18-21 août).

Classements Finlande ici

Championnat pilotes ici

WRC2

Suninen s’impose à domicile

Le Finlandais Teemu Suninen a remporté sa première victoire de la saison en WRC2 en s’imposant sur ses terres à l’occasion du Secto Rally Finland.

Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) dominait presque de bout en bout l’épreuve en prenant les commandes de la catégorie dès la première spéciale sur terre du parcours.

#21, Teemu Suninen, P1. pht. Red Bull

Le Finlandais construisait la plus grande partie de son avance en remportant sept des neuf secteurs chronométrés de l’étape du vendredi autour de Lankamaa et Laukaa.

Malgré une courte perte de puissance permettant à Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) de revenir dans le match samedi matin, le leader parvenait à faire jeu égal avec son poursuivant jusqu’à l’arrivée.

Emil Lindholm (P2) a maintenu le leader sous pression jusqu’à l’arrivée. pht. Red Bull

 

Teemu Suninen s’imposait finalement pour 7 »7 tout en terminant à la huitième position absolue du rallye. Le pilote âgé de vingt-huit ans signait ainsi un résultat crucial pour ses espoirs de titre après ses abandons au Portugal et en Italie, deux épreuves où il avait occupé la tête.

« C’était un excellent rallye pour nous et cette victoire fait du bien », se réjouissait-il. « Je pense que nous avons fait un très bon travail de développement sur la voiture et elle dispose désormais du rythme nécessaire pour jouer la victoire. C’est le plus important. »

Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) complétait le podium, à 2’00 »8 du vainqueur. L’Estonien parvenait également à résister aux attaques d’Hayden Paddon (Hyundai i20 N Rally2) pour 10 »6.

Egon Kaur complète le podium en Finlande

 

Plus de deux minutes plus loin, Teemu Asunmaa (Škoda Fabia Rally2) complétait le top cinq tout en maintenant Eerik Pietarinen (Volkswagen Polo GTI R5) à distance.

Freddy Loix, Škoda Fabia Rally2, P1 en WRC2 Masters

Deuxième en WRC2, Emil Lindholm s’imposait néanmoins en WRC2 Junior, dont il prend les commandes parmi les concurrents âgés de moins de trente ans. En parallèle, Freddy Loix (Škoda Fabia Rally2) l’emportait en WRC2 Masters.

WRC3

Joona intraitable sur ses terres

Le Finlandais Lauri Joona a dominé la concurrence en WRC3 au Secto Rally Finland pour s’imposer sur sa manche à domicile avec plus de quatre minutes d’avance.

Lauri Joona, P1. pht. Red Bull

Déjà présent aux avant-postes du FIA Junior WRC, Lauri Joona remportait vingt des vingt-et-une spéciales disputées ce week-end dans la catégorie intégralement composée de Ford Fiesta Rally 3 malgré des problèmes de direction vendredi et samedi.

Déjà fort d’une avance de 3’34 »7 sur Jan Černý samedi soir, Lauri Joona ne montrait aucun signe de relâchement en réalisant un nouveau grand chelem sur les quatre secteurs chronométrés du dimanche pour sceller sa victoire avec un avantage de 4’23 »8.

Cette victoire permet au pilote finlandais de revenir à un point de son compatriote et leader du championnat Sami Pajari, engagé ce week-end en WRC2.

Jan Černý s’est hissé au deuxième rang. pht. Red Bull

 

« Le rallye s’est bien passé pour nous », confiait-il à l’arrivée. « Nous avons obtenu ce pour quoi nous étions venus et nous avons trouvé des choses à développer dans différents domaines. C’était super dans l’ensemble. Il y avait beaucoup de monde, donc merci à tous les fans d’être venus. Nous ne pouvons qu’apprécier leur présence et leur soutien ! »

Henri Timonen complétait le podium à plus de dix-huit minutes du vainqueur tandis que Toni Herranen fermait la marche. Leader du FIA Junior ERC, ce dernier devançait Jan Černý vendredi avant de chuter dans la hiérarchie après avoir tapé une pierre samedi.

 

Haut du site