WRC, Sébastien Ogier en tête vendredi

Posted by

Le pilote français a effectué un premier pas vers son sixième succès au Rally Guanajuato México en se construisant une avance solide dans la première étape.

Sébastien Ogier, largement en tête vendredi soir. Pht.  Toyota Gazoo Racing

Dans la fournaise mexicaine, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) évitait avec succès les problèmes rencontrés par ses concurrents pour conclure la première étape complète avec 13 »2 d’avance sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC). Plus loin, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) prenait la troisième place à Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) au terme de la courte spéciale disputée dans les rues León.

Teemu Suninen, Jarmo Lehtinen, M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier avait d’abord ravi les commandes à Ott Tänak dans la première spéciale du jour, El Chocolate, avant de ne plus quitter la tête. Le Français profitait même d’une erreur de l’Estonien, obligé de ménager sa monture et sa suspension arrière meurtrie jusqu’à la fin du secteur chronométré.

« Je suis content de cette journée et c’est bien sûr toujours bon d’être en tête », déclarait le nouveau leader de l’épreuve. « Je savais que la troisième place dans l’ordre des départs la route nous donnerait une chance de faire de bons temps. Je pense que nous avons tous connu des défis aujourd’hui, entre des routes glissantes et beaucoup de pierres à éviter, mais ce n’est jamais facile ici. J’ai toutefois pris du plaisir. Maintenant que la première journée est terminée, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous aurons au moins la meilleure position sur la route. »

Les belles performances de Teemu Suninen sur les redoutables routes mexicaines étaient éclipsés par le spectaculaire abandon de son équipier Esapekka Lappi, dont la Ford Fiesta WRC a pris feu immédiatemment après l’arrivée du deuxième passage dans El Chocolate. Malgré tous les efforts des pompiers, la voiture était complètement calcinée quelques minutes plus tard.

Elfyn Evans, Scott Martin, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« Au point stop, Janne a ouvert la porte et m’a dit que la voiture brûlait », expliquait Esapekka Lappi peu après. « Je ne savais pas à quel point le feu était important, donc j’ai essayé de continuer. Fort heureusement, nous allons bien, mais nous n’en connaissons pas la cause d’autant que tout allait bien dans la spéciale. »

Victime d’un problème mécanique, Thierry Neuville a vu ses espoirs s’envoler vendredi.

Leader du championnat, Elfyn Evans terminait l’étape au troisième rang. Dans son rôle d’ouvreur, le Gallois devait composer avec un faible niveau d’adhérence tout au long de la journée et perdait 33’’2 sur son équipier installé à la première place.

Ott Tanak, Martin Jarveoja, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Malgré quarante secondes perdues face aux leaders dans la première spéciale du jour, Ott Tänak redoublait de détermination pour remonter dans le classement. Sa performance pleine d’audace dans Las Minas 2 lui permettait ainsi de gagner quatre positions en un seul test et de conclure le vendredi à seulement 2/10e de seconde d’Elfyn Evans.

Sa remontée était cependant due en partie aux déboires de son équipier Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC). Le Belge bataillait pour le podium avant de voir sa voiture s’immobiliser en raison d’un problème électrique. Dani Sordo était lui aussi victime d’un problème technique dans une journée à oublier pour Hyundai Motorsport.

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Malgré une journée loin d’être de tout repos avec une crevaison lente dans la matinée, Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) complétait le top cinq à 2’’3 d’Ott Tänak. Derrière lui, Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) évitait les ennuis tout en concédant 41’’1 sur le Finlandais.

Leader dans la catégorie WRC2, Pontus Tidemand (Skoda Fabia R5) prenait la septième place, 51’’1 devant son rival russe Nikolay Gryazin (Hyundai i20 R5). Neuvième, Marco Bulacia (Citroën C3 R5) menait les débats en WRC3 avec un bel avantage de 2’45’’5 sur Emilio Fernández (Skoda Fabia R5).

Les classements de vendredi

HighLights étape 1 à 4

HighLights étape 5 à 9

Video : WRC FIA

Pontus Tidemand intouchable en WRC2

Pontus Tidemand a effectué un vendredi parfait en remportant toutes les spéciales du jour pour se bâtir une confortable avance en tête de la catégorie WRC2 au Rally Guanajuato Mexico.

Pontus Tiedemand. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Au volant de sa Skoda Fabia, Pontus Tidemand ne comptait que 3/10e d’avance sur Ole Christian Veiby (Hyundai i20) après les deux premières spéciales disputées jeudi soir dans les spectaculaires tunnels miniers de Guanajuato.

Une fois sur les routes de terre dans les montagnes, le Suédois ne tardait toutefois pas à afficher le rythme l’ayant mené au titre mondial dans la catégorie en 2017. Ses quatre victoires de spéciales dans la première boucle lui permettaient ainsi d’accroître son avantage à 23 »4 sur Nikolay Gryazin.

Pontus Tidemand continuait ensuite de dominer les débats l’après-midi, puis en soirée sur les courtes spéciales en ville, pour remporter les onze spéciales disputées jusqu’ici et reléguer la concurrence à 51 »1.

Pour ses débuts au Mexique, Nikolay Gryazin connaissait une journée extrêmement satisfaisante en ne rencontrant aucun problème avec sa Hyundai i20.

Son équipier Ole Christian Veiby perdait en revanche cinq minutes avec des problèmes de freins le ralentissant dans la matinée. Le Norvégien terminait la journée avec un déficit presque similaire sur son partenaire russe.

HighLights WRC2 – Video, WRC FIA

Marco Bulacia domine le WRC3

Le jeune pilote bolivien a réalisé une performance de grande classe lors d’une première étape éreintante pour prendre les commandes du WRC3 au Rally Guanajuato Mexico.

Bulacia Wilkinson Marco. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Du haut de ses dix-neuf ans, Marco Bulacia (Citroën C3) retrouvait le parc d’assistance de León avec une énorme avance s’élevant à 2’45 »5 après avoir évité les pièges des routes poussiéreuses dans les montagnes surplombant la ville.

Le Bolivien remportait six des onze spéciales disputées et profitait également des déboires de deux de ses principaux rivaux.

Le premier à partir à la faute n’était autre qu’Oliver Solberg (Volkswagen Polo). Leader après les deux courtes spéciales disputées en lever de rideau jeudi soir à Guanajuato, le Norvégien faisait partie des premières victimes d’El Chocolate, où il tapait une pierre brisant le carter de sa voiture. Il ne reprendra pas le départ samedi.

Son abandon permettait à Alberto Heller d’hériter de la première place, mais le Chilien touchait un arbre et endommageait le châssis de sa Ford Fiesta dès la spéciale suivante.

Devenu le troisième leader différent du vendredi avec 1’12 »0 d’avance sur Emilio-Andrés Fernández, Marco Bulacia doublait son avance l’après-midi. Son plus proche rival l’aidait involontairement aussi en commettant une erreur dans la dernière spéciale du jour.

Sur ses terres, Ricardo Triviño (Skoda Fabia) retrouvait le parc d’assistance au troisième rang. Le Mexicain comptait plus de quatre minutes de retard sur le leader, mais autant d’avance sur Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia), victime de problèmes électriques avant d’écoper d’une pénalité de six minutes.

Benito Guerra, un autre enfant du pays, abandonnait après la casse de la boîte de vitesses de sa Skoda Fabia. Gianluca Linari et Barry McKenna étaient également contraints à l’abandon ce vendredi.

HighLights WRC3 – Video WRC FIA