23 juin 2024

WRC, Sébastien Ogier au septième ciel après son triomphe au Rallye du Mexique

Le Français Sébastien Ogier a ajouté à son palmarès déjà impressionnant un nouveau record en Championnat du Monde FIA des Rallyes avec une septième victoire au Guanajuato Rally México.

Pour le deuxième rallye de sa campagne partielle en 2023, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) s’est installé seul en tête du palmarès de l’épreuve mexicaine avec une septième victoire record en Amérique du Nord. Il partageait auparavant ce titre avec son compatriote et rival Sébastien Loeb.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P1. pht. Toyota

Fort d’une avance de 35 »8 au moment d’aborder la dernière journée, le pilote Toyota Gazoo Racing connaissait un dimanche relativement simple. Il négociait avec sa prouesse habituelle les quatre dernières spéciales du parcours et prenait le maximum de points bonus en jeu dans la Wolf Power Stage pour s’imposer avec un avantage de 27 »5 sur Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) sur le rendez-vous où il avait fait ses débuts en Championnat du Monde FIA des Rallyes en 2008.

Thierry Neuville s’est emparé de la deuxième place en attaquant dans la Wolf Power Stage. pht. Red Bull

« La voiture était super ce week-end et c’était un rallye sans faute pour l’équipe et nous », confiait Sébastien Ogier, désormais leader du championnat avec trois points d’avance sur Thierry Neuville. « Comme je dispute le prochain rallye, qui sera sur l’asphalte, il est important d’ouvrir la route tout comme cela l’était de prendre de gros points pour l’équipe. »

Déterminé, Thierry Neuville faisait le bonheur des fans et des téléspectateurs en ne lâchant absolument rien dans son duel l’opposant à Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1). Après avoir commencé la journée avec un déficit de 5 »3, le Belge se rapprochait du Gallois, gêné par un bras de suspension tordu. Cette persévérance portait ses fruits puisqu’il prenait finalement l’ascendant sur son adversaire dans la dernière spéciale de l’épreuve pour quatre dixièmes de seconde dans un final haletant après quatre jours d’action.

En difficulté pour suivre le rythme du trio de tête, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) devait se contenter de la quatrième place. Le champion du monde en titre continuait de distancer Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1), finalement cinquième et plus d’une minute plus loin.

Elfyn Evans a été gêné par un bras de direction tordu dimanche, P3. pht. Toyota

Le terrain mexicain accidenté faisait de gros dégâts chez plusieurs équipages alignés dans la catégorie reine. Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) en profitait pour s’offrir une belle sixième place au scratch tout en s’imposant en WRC2. Le Britannique devançait notamment ses rivaux Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2 evo) et Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2).

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P4. pht. Red Bull

Trahi par son turbo vendredi matin, Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) parvenait à remonter au neuvième rang alors qu’il avait perdu près d’un quart d’heure. Engagé en WRC2, Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2 evo) complétait le top dix.

Les classements ici

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes fera son retour sur l’asphalte le mois prochain au Rallye de Croatie, basé dans la capitale Zagreb et disputé du 20 au 23 avril.

Sébastien Ogier :

« Ce fut un week-end extraordinaire et je suis très heureux de remporter cette victoire. Nous sommes venus ici avec l’objectif clair de gagner ce rallye. La voiture a été excellente ce week-end ; ce fut un week-end sans faute pour nous et un week-end fort pour l’équipe, alors merci à eux d’avoir rendu cela possible. Quand on finit par prendre 30 points, c’est vraiment un week-end parfait. Nous avons eu un bon rythme quand il le fallait, et une bonne gestion quand il le fallait. Ce n’est pas facile de gérer un tel écart et je pense qu’aujourd’hui, c’était la boucle la plus difficile du week-end. Je pouvais me permettre de perdre un peu de temps, mais il était important de rester concentré. J’ai senti que je devais y aller dans la Power Stage parce que j’aime cette étape, et c’est important de marquer des points, aussi pour l’équipe. Les records et les chiffres sont toujours agréables et bien sûr j’en suis fier, mais la chose la plus importante pour moi est cette victoire.

WRC2

Greensmith emmène un quadruplé Škoda

Le Britannique Gus Greensmith s’est imposé au Guanajuato Rally México, où les Škoda Fabia ont monopolisé les quatre premières places de la catégorie WRC2.

Pour son premier rallye en mondial akvec la Škoda Fabia RS Rally2, Gus Greensmith abordait la dernière étape de l’épreuve avec 34 »6 d’avance sur Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2).

#20, Gus Greensmith, P1. pht. Red Bull

Le Britannique savait qu’il devait éviter toute erreur dans les quatre dernières spéciales tout en laissant le reste du peloton se battre pour les deux dernières marches du podium, et c’est exactement ce qu’il faisait en l’emportant avec un avantage de 32 »9 sur son plus proche rival après un dimanche sans faute.

« Tout le rallye était sous contrôle à partir de la sixième spéciale », se réjouissait-il. « Quand nous devions aller plus vite, nous pouvions devancer tout le monde, et après cela, il s’agissait juste de contrôler et de ne pas faire d’erreur. C’est parfait pour commencer ma saison. »

Emil Lindholm a conservé la deuxième place malgré une frayeur dimanche matin. pht. WRC

Emil Lindholm a conservé la deuxième place malgré une frayeur dimanche matin

Malheureusement pour Adrien Fourmaux, le Français était le premier à souffrir dimanche en devant s’arrêter pour changer une courroie d’alternateur dans Otates, la deuxième spéciale du jour. L’incident lui coûtait plus de dix-sept minutes et le reléguait au septième rang.

Au volant d’une Skoda Fabia Rally2 Evo d’ancienne génération, Emil Lindholm était promu à la deuxième place avec 41 »7 d’avance sur Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2). Ce dernier avait toutefois de fortes ambitions et bouclait la spéciale d’Otates en se montrant 26 »6 plus rapide que son rival finlandais.

Avec un écart réduit à 15 »1 à deux spéciales de l’arrivée, Oliver Solberg semblait poursuivre sur sa lancée dans l’étape suivante, d’autant qu’Emil Lindholm calait à un croisement. Le Suédois allait toutefois rencontrer ses propres ennuis, en tapant une pierre sur une crête rapide et en terminant la spéciale avec un moteur fonctionnant sur trois cylindres.

L’attaque dominicale d’Oliver Solberg a été mise à mal, mais le Suédois prend malgré tout la tête du championnat. pht. WRC

Malgré ce revers, Oliver Solberg conservait la troisième place avec plus de deux minutes de marge sur Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2 evo). Grâce à ce résultat, le Suédois s’empare des commandes du championnat.

En parallèle, Diego Dominguez terminait sa course en solitaire pour s’assurer un maximum de points en WRC3. Quinzième du classement général de l’épreuve, le Paraguayen prenait aussi la tête du championnat avec sa Ford Fiesta Rally3.

Diego Dominguez l’a emporté en WRC3. pht. WRC

Communiqué WRC