14 avril 2024

Le podium de Fernando Alonso au Grand Prix d’Arabie Saoudite, rétabli

Fernando Alonso a retrouvé sa troisième place au Grand Prix d’Arabie saoudite 2023 après qu’Aston Martin a demandé un droit de regard dans la nuit de dimanche à lundi….

Alonso a brièvement mené la course dans les premiers tours, mais a rapidement reçu une pénalité de cinq secondes pour s’être aligné en dehors de son emplacement sur la grille de départ. Cependant, le double champion s’est vu infliger une nouvelle pénalité de 10 secondes pour ne pas avoir purgé correctement la première pénalité, ce qui l’a écarté des places sur le podium et a permis à George Russell, de Mercedes, de se hisser à la 3e place.

Les commissaires ont d’abord jugé que la pénalité n’avait pas été purgée correctement parce que le vérin arrière avait touché la voiture avant que les cinq secondes ne se soient écoulées.

Cependant, la FIA est revenue sur sa décision en publiant un document indiquant qu’Aston Martin avait soumis une lettre pour revoir la pénalité de 10 secondes.

« A l’appui de la demande de révision, les commissaires ont pris connaissance des minutes de la dernière réunion du SAC et des preuves vidéo de 7 cas différents où des voitures ont été touchées par le vérin alors qu’elles purgeaient une pénalité similaire à celle infligée à la voiture 14, sans être pénalisées.

« L’équipe a clairement fait valoir que la prétendue représentation d’un accord entre la FIA et les équipes selon lequel le fait de toucher la voiture de quelque manière que ce soit, y compris avec un cric, constituerait un ‘travail’ sur la voiture aux fins de l’Article 54.4 (c) du Règlement Sportif, était incorrecte et que, par conséquent, la base de la décision des Commissaires Sportifs était erronée.

À la lumière de la requête, les commissaires devaient décider s’il y avait un « nouvel élément significatif et pertinent [qui a été] découvert et qui n’était pas disponible pour les parties demandant la révision au moment de la décision concernée ». S’il y avait un tel élément, les commissaires devaient alors déterminer si la décision devait être modifiée de quelque manière que ce soit.

« Après avoir examiné les preuves vidéo présentées et entendu le représentant de l’équipe Aston Martin et les membres concernés de la FIA, les commissaires ont déterminé qu’il existait de nouvelles preuves significatives et pertinentes, comme l’exige l’article 14.1.1, pour déclencher un réexamen de la décision, en particulier les preuves vidéo et les preuves verbales de l’équipe et de la FIA. Il était clair pour nous que le fondement de la décision initiale, à savoir l’affirmation de l’existence d’un accord, était remis en question par les nouveaux éléments de preuve.

« Nous avons donc procédé à l’examen du fond de la demande de réexamen. Après avoir examiné les nouvelles preuves, nous avons conclu qu’il n’y avait pas d’accord clair, comme cela avait été suggéré aux commissaires précédemment, sur lequel on pouvait s’appuyer pour déterminer que les parties avaient convenu qu’un cric touchant une voiture équivaudrait à travailler sur la voiture.

« Dans ces circonstances, nous avons considéré que notre décision initiale d’imposer une pénalité à la voiture 14 devait être annulée et nous l’avons fait en conséquence ».

Alonso conserve donc sa troisième place à Jeddah et son 100e podium en carrière en F1.