29 mai 2024

WRC, Rovanperä prend l’ascendant sur Neuville au Rallye d’Estonie, vendredi

WRC, Rovanperä prend l’ascendant sur Neuville au Rallye d’Estonie

Le Finlandais Kalle Rovanperä est sorti vainqueur d’un duel palpitant l’opposant à Thierry Neuville pour s’emparer de la tête du Rallye d’Estonie après une première étape palpitante ce vendredi.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1. pht. WRC

Les deux hommes se tiennent en 2 »2 après les 133,38 premiers kilomètres d’action sur les routes de terre ultra-rapides autour de Tartu, la deuxième plus grande ville d’Estonie accueillant la huitième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes cette année.

Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) s’était d’abord montré le plus rapide en devançant son rival finlandais lors des trois spéciales de la matinée pour se construire un avantage de 6 »8 à mi-journée, mais Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) inversait la tendance dans la même boucle répétée dans l’après-midi.

Leader du championnat, Kalle Rovanperä s’offrait deux scratches consécutifs pour se rapprocher de son adversaire belge avant de prendre l’avantage dans Mustvee 2. Thierry Neuville parvenait à reprendre un dixième dans le test suivant, mais son concurrent se montrait trop fort dans Neeruti, la dernière spéciale du jour et empruntée à une seule reprise.

« Ce n’était pas une si mauvaise journée dans l’ensemble », déclarait Kalle Rovanperä, vainqueur des deux dernières éditions du Rallye d’Estonie. « Je suis un peu déçu d’avoir lâché du temps en sortant large dans un virage [dans la dernière spéciale], mais ce n’était pas si mal. J’ai essayé d’attaquer un peu dans la première boucle, mais c’était loin d’être simple étant donné les conditions. »

Thierry Neuville a mené l’épreuve tout au long du vendredi matin

Derrière les deux hommes, Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) était désavantagé sur le plan de la puissanc après avoir « sauté trop loin » dans l’ES2 et provoqué l’arrêt de l’unité hybride de sa voiture. Après des réparations au parc d’assistance, le Finlandais reprenait des couleurs pour s’emparer de la troisième place aux dépens d’Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) dans l’avant-dernier secteur chronométré. Les deux hommes n’étaient séparés que de 2 »7 en fin de journée.

Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally1) pouvait également avoir le sourire en terminant avec brio sa première journée au volant d’une Hyundai dans la catégorie reine. S’il est parfois resté pantois par la vitesse brute de sa monture, le pilote âgé de vingt-neuf ans affichait un rythme honorable pour se classer cinquième, à 16 »9 d’Elfyn Evans.

Derrière le Finlandais, on retrouvait Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), auteur d’un top trois à Raanitsa 2.

Esapekka Lappi porte à deux le nombre de Hyundai sur le podium provisoire

Véritable enfant du pays, son équipier Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) aurait pu mener le rallye sans sa pénalité de cinq minutes avant le départ après le changement de moteur effectué par M-Sport Ford World Rally Team en raison d’une alerte détectée au shakedown jeudi.

En manque de confiance, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) pointait à 16 »7 de Pierre-Louis Loubet. Le Japonais devançait le leader du WRC2, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2), et d’autres pilotes engagés sur des Rally2 emmenés par Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) et Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2).

Samedi, la deuxième étape sera centrée autour de la station de ski d’Otepää. Deux passages dans Mäeküla (10,27 km) et Otepää (11,15 km) précèderont un retour au parc d’assistance avant que les débats ne reprennent dans Elva (11,73 km) et Kanepi (16,48 km), toutes deux parcourues à deux reprises. La journée se conclura dans le test de Tartu vald, déjà emprunté jeudi soir.

Classements du vendredi ici

WRC2

Mikkelsen profite des malheurs de Solberg

Le Norvégien Andreas Mikkelsen a terminé la première étape du Rallye d’Estonie avec une solide avance dans la catégorie WRC2 après l’abandon d’Oliver Solberg causé par des dégâts sur sa voiture.

#23, Andreas Mikkelsen, P1

Si Andreas Mikkelsen n’avait pas pu résister à Oliver Solberg lors des trois premières spéciales du jour et pointait à 13 »5 de son adversaire à mi-journée, les rôles s’inversaient entre les deux Škoda Fabia RS Rally2 au début de la deuxième boucle autour de Tartu.

Oliver Solberg s’arrêtait après avoir brisé sa suspension contre quelque chose en bord de route à Peipsiääre 2. Le Suédois devant écourter sa journée, Andreas Mikkelsen était promu au premier rang et y restait malgré une erreur dans l’ES8. Le Norvégien retrouvait finalement le parc d’assistance avec 17 »6 d’avance sur Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2), par ailleurs leader de la catégorie WRC2 Challenger. Pour ses débuts en mondial avec la Hyundai i20 N Rally2, Emil Lindholm complétait le podium provisoire à 41 »8 de la tête en raison d’un problème intermittent de direction assistée.

« Je me suis emmêlé les pinceaux au croisement, il était un peu trop tard pour réagir, mais j’ai sauvé la situation », confiait Andreas Mikkelsen à propos de son erreur dans la dernière spéciale. « Ce n’est pas une grosse avance, mais cela reste une avance ! »

Sami Pajari mène la danse en WRC2 Challenger

Ce vendredi était sans doute le théâtre de l’une des plus belles performances de Georg Linnamäe (Hyundai i20 N Rally2). Sur ses terres, l’Estonien âgé de vingt-cinq ans se hissait aux portes du podium, 10 »2 derrière Emil Lindholm, et remportait même sa première spéciale en WRC2 lors du premier passage dans Raanitsa.

Son compatriote Robert Virves (M-Sport Ford Fiesta Rally2) le suivait pour compléter le top cinq et démontrer le rythme de sa monture. Parti en tonneau lors du shakedown jeudi, Marco Bulacia (Škoda Fabia RS Rally2) se plaçait au sixième rang au détriment d’Egon Kaur (Škoda Fabia RS Rally2), deuxième avant de chuter à la septième place lorsque le pare-brise de sa voiture s’est embué pendant une forte averse dans l’ES7.

En parallèle, Mauro Miele (Škoda Fabia RS Rally2) prenait les commandes de la WRC Masters Cup devant Alexander Villanueva (Škoda Fabia RS Rally2). Premier favori, Armin Kremer (Škoda Fabia RS Rally2) était écarté du match pour la victoire après avoir dû abandonner en raison d’une suspension endommagée dans la première spéciale de l’épreuve.

Un pare-brise embué a coûté près d’une minute à Egon Kaur

WRC3

Korhonen poursuit sa route en Estonie

Le Finlandais Roope Korhonen continue de se rapprocher du titre en WRC3 en s’étant construit une solide avance de cinquante-cinq secondes sur Laurent Pellier lors de la première journée complète d’action au Rallye d’Estonie.

Roope Korhonen, P1

Pour sa première saison en mondial, le Finlandais continue d’afficher une forme exceptionnelle dans le championnat intégralement composé de Ford Fiesta Rally3 et poursuit sur la lancée de ses trois victoires en autant de départs cette année.

Le pilote âgé de vingt-quatre ans ne voyait pourtant pas tout lui sourire avec son équipier chez Rautio Motorsport, Benjamin Korhola, qui ne montrait aucun signe de nervosité pour sa première apparition en WRC avec trois scratches pour prendre 18 »6 d’avance.

Cette superbe prestation prenait toutefois fin dans le cinquième test de la journée lorsqu’il était piégé dans les profondes ornières à la fin de la spéciale. En l’absence de spectateurs, le leader était alors contraint à l’abandon.

Laurent Pellier occupe la deuxième place du classement général

« Dans un virage à droite à la fin de la spéciale, il y avait une grosse ornière et le volant lui a échappé des mains », expliquait son copilote Pekka Kelander dans une interview exclusive avec wrc.com. « La vitesse était normale, mais les spéciales étaient vraiment défoncées dans les deuxièmes passages. Les dégâts sont cosmétiques, je pense que nous pouvons repartir demain. »

Toni Herranen, un autre Finlandais, avait également des ennuis dans le même secteur chronométré que Benjamin Korhola, concédant alors plus de dix-neuf secondes à Laurent Pellier, qui en profitait pour lui ravir la deuxième position.

Le Turc Ali Türkkan terminait l’étape au quatrème rang, à plus de trois minutes du leader Roope Korhonen.

JUNIOR WRC

Munster s’invite aux commandes

Grégoire Munster a créé la surprise en s’emparant de la tête en FIA Junior WRC après la première étape du Rallye d’Estonie ayant éliminé le leader du championnat, William Creighton.

Grégoire Munster, P1

D’habitude engagé en WRC2, Grégoire Munster participe cette semaine à l’avant-dernière manche FIA Junior WRC dans le but d’acquérir plus d’expérience avant le Secto Rally Finland (3-6 août).

Le Luxembourgeois ne perdait toutefois pas de temps pour retrouver le rythme au volant de la Ford Fiesta Rally3 conçue par M-Sport Poland qu’il n’avait plus piloté depuis février. Il terminait ainsi la première boucle en deuxième position, à 18 »9 de William Creighton.

Le rallye du leader prenait cependant une autre tournure dès la première spéciale après l’assistance puisque l’Irlandais était piégé dans une ornière et sortait dans un fossé. Victime d’un bras de direction cassé, William Creighton devait écourter sa journée, permettant à Grégoire Munster de prendre les commandes jusqu’au vendredi soir avec un avantage de 12 »6 sur Laurent Pellier.

Actuellement deuxième du championnat avec un point d’avance sur Laurent Pellier, Diego Dominguez complétait le trio de tête provisoire pour son premier départ au Rallye d’Estonie. Le Paraguayen accusait 45 »7 de retard sur son rival tout en étant nettement devant Roberto Blach et Hamza Anwar.

Dans le même temps, Tom Rensonnet et Eamonn Kelly pouvaient s’estimer heureux d’être toujours en course après leurs tonneaux dans l’ES2. Les deux hommes terminaient la journée en étant respectivement sixième et septième.

Communiqué WRC