WRC, Rovanpera leader vendredi en Grèce, les rivaux d’Ogier pour le titre souffrent (video)

Posted by

Le Finlandais Kalle Rovanperä mène l’EKO Acropolis Rally Greece au terme d’une première étape passionnante et potentiellement décisive dans la course au titre en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Kalle Rovanpera (FIN) and Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Trois pilotes différents se battaient aux avant-postes lors de cette première journée complète de compétition marquant le retour de l’Acropole au calendrier après huit ans d’absence.

Ce trio se tenait en 3 »9 seulement après une étape cassante sur des spéciales rocailleuses, Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) terminant avec un avantage de 3 »7 sur Ott Tänak (Hyundai i20 WRC), lui-même 2/10e de seconde devant le leader du championnat Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC).

Ott Tanak (EST) and Martin Jarveoja (EST) of team Hyundai Shell Mobis, P2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

En parallèle, les rivaux de Sébastien Ogier dans la course au titre connaissaient une journée difficile. Deuxième du championnat, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) perdait ainsi près de cinq minutes en restant bloqué sur un rapport après la première spéciale. Dans le même temps, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) cédait près de six minutes, trahi par sa direction assistée. Les deux hommes bouclaient la première étape au-delà de la dixième place.

Sébastien Ogier a réalisé une première étape de toute beauté pour occuper la troisième place. Sébastien Ogier (FRA) and Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Kalle Rovanperä se montrait le plus rapide dans deux des cinq spéciales les plus difficiles du rallye après la spectaculaire spéciale jeudi soir à Athènes. Prudent dans le premier test du jour, le Finlandais âgé de vingt ans se concentrait sur la compréhension de l’usure des pneus avant de ravir les commandes à Sébastien Ogier.

« Les conditions étaient vraiment difficiles », confiait celui qui fait également ses débuts à l’Acropole. « Après que Thierry et Elfyn passent derrière nous dans l’ordre des départs, il y avait aussi beaucoup de balayage à faire. Les conditions étaient celles auxquelles je m’attendais quand c’était sec. Il faut ménager la voiture et les pneus, gérer son rythme et savoir où attaquer. »

Jamais à l’aise, Ott Tänak perdait du temps en calant à plusieurs reprises dans les sections les plus sinueuses de la matinée avant un problème de température d’amortisseur : « Je n’avais aucune sensation et le rallye me paraît déjà long », lâchait-il au retour au parc d’assistance. « C’est difficile, mais je vais continuer à pousser. »

Dani Sordo (ESP) and Candido Carrera (ESP) of team Hyundai Shell Mobis, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier avait brièvement repris la deuxième place avant de céder une place dans le dernier secteur chronométré du jour. Sa troisième place provisoire surpassait toutefois ses attentes, d’autant plus que le Français ouvrait la route et balayait donc la trajectoire pour ses adversaires les plus redoutables.

Adrien Fourmaux (FRA) and Renaud Jamoul (BEL) of team Ford M-Sport Ford, P5. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) pointait à vingt secondes du podium après une pénalité de dix secondes pour avoir anticipé un départ. L’Espagnol comptait toutefois une demi-minute d’avance sur Adrien Fourmaux (Ford Fiesta WRC), qui précédait son équipier Gus Greensmith. Le Britannique connaissait un vendredi mouvementé avec un tête-à-queue, une crevaison et un souci d’amortisseur.

Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) n’était pas épargné non plus avec une pénalité pour départ volé et deux crevaisons avant que sa direction casse avant la fin de la dernière spéciale. Le Français ralliait l’arrivée du test sans pour autant poursuivre son chemin par la suite.

Quatre Skoda Fabia Rally2 engagées dans les catégories support complétaient ainsi le top dix. Leader en WRC2, Marco Bulacia se hissait au septième rang, 5 »4 devant son équipier Andreas Mikkelsen, Chris Ingram – actuellement en tête du WRC3 – et Kajetan Kajetanowicz.

Demain, les concurrents s’attaqueront à la plus longue et redoutable étape du parcours à travers six spéciales et 132,56 kilomètres chronométrés au sud de Lamia, le tout sur des routes recouvertes de boue lors des reconnaissances. Les deux passages dans Pavliani et Eleftherohori seront particulièrement difficiles.

Classements ici

WRC2, Bulacia devance Mikkelsen après un vendredi éprouvant

Le Bolivien Marco Bulacia a imposé un rythme soutenu dans des conditions difficiles pour terminer la première étape avec une légère avance en tête du WRC2 à l’EKO Acropolis Rally Greece.

Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) P1.

Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) était sixième après la première spéciale disputée jeudi soir dans le centre-ville d’Athènes. Le pilote Toksport WRT se hissait dans le trio de tête à l’issue du premier test du vendredi avant que trois scratches consécutifs ne lui permettent de prendre l’ascendant sur son équipier Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2) dans l’avant-dernière spéciale du jour.

À nouveau auteur du meilleur temps dans Elatia, le Bolivien augmentait son avance à 5 »4 avant de retrouver le parc d’assistance de Lamia.

« Je suis très heureux, c’est la première fois que je viens en Grèce et je me bats avec Andreas », a déclaré Bulacia. « Il a de l’expérience ici, donc je suis ravi de ma performance. Nous attaquions dans des conditions difficiles, le tout sans assistance, et la voiture est tout simplement parfaite. Il faut continuer ainsi. Je sais que le rallye est encore long, mais je pense que nous sommes sur la bonne voie. »

Andreas Mikkelsen (NOR) and Elliott Edmondson (GB) of team Skoda evo Toksport, P2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Marco Bulacia était également aidé par l’abandon d’Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally2) dans l’ES4. S’il s’était arrêté dans la spéciale pour réparer les dommages sur sa suspension, le Suédois dépassait les délais impartis dans l’opération.

Mads Østberg (Citroën C3 Rally2) était arrêté dès la première spéciale après la casse de son arbre de transmission à l’avant gauche. Avec seulement deux roues motrices, le Norvégien perdait énormément de temps avant de s’arrêter définitivement après un lourd atterrissage à Thiva.

Nikolay Gryazin évitait les ennuis pour ses débuts avec la Ford Fiesta Rally2 de l’équipe M-Sport Ford World Rally Team. Le Russe pointait toutefois à 1’49 »7 d’Andreas Mikkelsen tout en étant talonné par Georg Linnamäe (Skoda Fabia Rally2) à 8 »9.

Sean Johnston (Citroën C3 Rally2) accusait 52 »3 de retard sur l’Estonien tandis que Martin Prokop (Ford Fiesta Rally2) était déjà relégué à 3’25 »1 du leader après deux crevaisons.

WRC3, Ingram en tête

Le Britannique Chris Ingram réalise un retour de rêve en WRC3 en pointant en tête de la catégorie après la première étape de l’EKO Acropolis Rally Greece.

Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) P1.

Absent depuis son abandon au Rally Italia Sardegna au mois de juin, Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) a réintégré la structure Toksport WRT pour l’EKO Acropolis Rally Greece.

Le Britannique donnait le ton dès le départ et pointait dans le trio de tête de chaque spéciale. Auteur du meilleur temps dans les deux passages dans Aghii Theodori, Chris Ingram creusait légèrement l’écart sur Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) pour terminer la journée en neuvième rang toutes catégories confondues, 10 »4 devant son rival polonais.

« C’était une excellente journée », confiait-il en terminant pour la première fois de sa carrière en mondial une journée en tête. « Nous n’avons pris aucun risque et nous sommes vraiment satisfaits de notre rythme. Le simple fait d’être de retour dans une voiture de haut niveau me donne tellement confiance. »

Fort du temps de référence dans la dernière spéciale du jour, Elatia, le Finlandais Emil Lindholm complétait un podium provisoirement monopolisé par les Skoda Fabia Rally2, 3 »1 derrière Kajetan Kajetanowicz et 26 »9 devant le leader du championnat Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2).

Kajetan Kajetanowicz (POL) and Maciej Szczepaniak (POL) of team Skoda Rally2 evo, P2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Fabrizio Zaldivar (Skoda Fabia Rally2) pointait à 1’40 »0 de Chris Ingram tandis que Giorgos Kehagias (Skoda Fabia Rally2) menait les nombreux concurrents grecs, 1’51 »5 plus loin.

Malgré les conditions difficiles, les équipages bouclaient l’étape, à l’exception d’Alexandros Tsouloftas, trahi par des problèmes mécaniques dans la première spéciale du jour, et de Lambros Athanassoulas, victime du même sort dans le test suivant.

Communiqué WRC

Vidéo WRC YouTube

English Information

ROVANPERÄ LEADS IN GREECE AS OGIER’S TITLE RIVALS SUFFER

Kalle Rovanperä led EKO Acropolis Rally Greece on Friday night after an enthralling day which could prove decisive in the outcome of this year’s FIA World Rally Championship.

Three different drivers fought for supremacy during the first full day of competition in the Acropolis’ first WRC appearance since 2013. The trio were blanketed by just 3.9sec after a gruelling day on rocky gravel mountain tracks.

The 20-year-old Finn, driving a Toyota Yaris, ended 3.7sec clear of Ott Tänak’s Hyundai i20, with championship leader Sébastien Ogier two-tenths further back in another Yaris.

It was a miserable day for Ogier’s title rivals. Elfyn Evans, second in the points, drove all but the opening speed test with his Yaris jammed in gear and lost almost five minutes. Thierry Neuville, who is tied with Evans, lost nearly six minutes with broken power steering. Both languished near the bottom of the top 20.

Rovanperä won two of the five rugged special stages as the rally threaded up the country following Thursday’s spectacular start in Athens. After a cautious opening test when the Greek debutant focused on understanding the tyre wear on the rocky roads, he demoted Ogier and was never headed.

“They were really challenging conditions and after Thierry and Elfyn got behind us [in the running order], there was quite a lot of road cleaning also,” he said. “When it was dry the conditions were what I was expecting. You need to take care of the car and the tyres, manage the speed and know where to push.”

Tänak was never comfortable. His car’s engine stalled on several occasions in the twisty morning sections and an overheating damper added to his woes. “I had no feeling. I can’t go through the whole rally like this. It’s difficult but I will keep pushing,” said the Estonian.

Ogier briefly slipped into second but was relegated again in the final test. Third was well beyond the Frenchman’s expectations after opening the roads and sweeping dusty gravel from the line to leave more grip for those behind.

Dani Sordo was 20.0sec further adrift in an i20. The Spaniard incurred a 10sec penalty for a jump start but had half a minute in hand over Adrien Fourmaux’s Ford Fiesta in fifth.

Gus Greensmith completed the top six after a troubled day which included a spin, a puncture and a leaking suspension damper in his Fiesta.

It was a disappointing day for Pierre-Louis Loubet. A jump start penalty and two punctures were a pre-cursor to broken steering just before the end of the final stage. He limped to the finish but went no further.

WRC3 : INGRAM AHEAD IN GREECE

Chris Ingram made a dream start to his WRC3 return by taking the lead of the category on Friday at EKO Acropolis Rally Greece.

The British driver has been absent since Rally Italia Sardegna in June where he retired, but has rejoined forces with Toksport to drive a Škoda Fabia Rally2 on this event.

Ingram set the pace from the get-go and was never outside the top three times for each stage.

Fastest times on both passes of Aghii Theodori put breathing space between himself and Kajetan Kajetanowicz’s similar car, and he eventually finished 10.4sec in front of the hard-charging Pole in ninth overall.

“It’s been a really good day,” said Ingram, who holds his first ever overnight lead in the WRC.

“We’ve not taken any risks, and we’re really pleased with the pace. Just being back in a top car gives me so much confidence,” he added.

Emil Lindholm completed an all-Fabia top three. He was just 3.1sec behind Kajetanowicz and claimed the stage win on the final Elatia test. Championship leader Yohan Rossel was 26.8sec behind after struggling to trouble the frontrunners in his Citroën C3 Rally2.

Fabia young gun Fabrizio Zaldivar was 1min 40.0sec down on the leading pace, whilst Giorgos Kehagias led the local charge another 1min 51.5sec behind in sixth.

Despite the rough conditions, most crews made it through unscathed. Alexandros Tsouloftas pulled over in the first stage of the day with mechanical issues before Lambros Athanassoulas suffered a similar fate on the following test.

WRC2 : BULACIA EDGES MIKKELSEN ON FRAUGHT FRIDAY

Bolivian hotshot Marco Bulacia set a strong pace in tricky conditions to end Friday with a slender lead in WRC2 at EKO Acropolis Rally Greece.

Bulacia, driving a Toksport-prepared Škoda Fabia Rally2, started the day sixth after Thursday’s curtain-raiser stage in Athens city centre.

He moved into the top three on Friday’s opener before a hat-trick of consecutive stage wins enabled him to overtake Fabia team-mate Andreas Mikkelsen on the penultimate blast.

Another fastest time at Elatia extended his margin slightly and he arrived in Lamia 5.4sec in front.

“I am feeling very happy. It’s my first time ever in Greece and I am fighting with Andreas. He has experience here, so I am very pleased for what I have done,” Bulacia said.

“We were pushing on rough conditions with no service and the car is just perfect. We need to continue like this. I know the rally is still long, but I think we are in a good way,” he added.

Bulacia’s position was helped by the fact that early leader Oliver Solberg retired his Hyundai i20 N Rally2 on SS4. Solberg stopped during the stage to repair suspension damage, but went OTL in the process. 

A broken front left driveshaft in the first stage was a hard blow for championship contender Mads Østberg. He haemorrhaged time with only rear-wheel-drive on his Citroën C3 Rally2 and eventually stopped after landing heavily over a jump in Thiva.

Nikolay Gryazin steered clear of trouble in his M-Sport Ford Fiesta Rally2 debut to end 1min 49.7sec down on Mikkelsen, with Estonian youngster Georg Linnamäe just 8.9sec further back in another Skoda.

Sean Johnston brought his Citroën home 52.3sec behind, whilst Martin Prokop trailed the leaders by 3min 25.1sec to complete the top six after picking up two punctures in a Fiesta.