3 décembre 2022

WRC, Rovanperä intouchable en Croatie, vendredi

Le Finlandais Kalle Rovanperä a détruit la concurrence en se construisant une avance supérieure à la minute d’avance au terme de la première étape du Rallye de Croatie.

Kalle Rovanperä (FIN) Jonne Halttunen (FIN) Of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P1. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Malgré la pluie, la boue et le brouillard dans les collines à l’ouest de Zagreb, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) remportait six des huit spéciales du jour pour reléguer Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) à 1’06 »8.

Leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes, le Finlandais brillait tout au long de la journée dans des conditions piégeuses. Il s’offrait trois des quatre spéciales de la matinée pour retrouver le parc d’assistance avec un avantage de 47 »5 avant de poursuivre sa domination dans l’après-midi.

Ott Tänak, Hyundai i20 N Rally1, P2

Faisant fi de son déficit d’expérience en partant à la faute il y a douze mois dans les premiers kilomètres des débuts de la Croatie en WRC, Kalle Rovanperä s’attendait à être désavantagé, mais sa position d’ouvreur dans les spéciales l’aidait finalement puisque les conditions se détérioraient progressivement après le passage de chaque voiture.

« C’était probablement l’une de mes meilleures journées dans une voiture de rallye », s’enthousiasmait Kalle Rovanperä. « C’est toujours agréable d’avoir une avance, mais c’est aussi difficile d’avoir une grosse avance comme celle-ci. Demain est une longue journée, donc je dois encore rouler vite pour rester concentré. »

Craig Breen (IRL) Paul Nagle (GB) Of team M-Sport Ford WRT, P3. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Thierry Neuville connaissait une journée animée. Le Belge terminait la première boucle avec un déficit de 12 »5, mais la casse d’une courroie d’alternateur l’arrêtait à deux reprises sur le chemin du parc d’assistance.

Thierry Neuville (BEL) Martijn Wydaeghe (BEL) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P4. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Thierry Neuville et son copilote Martijn Wydaeghe devaient alors pousser la voiture sur les 800 derniers mètres avant de s’écrouler au sol avec quatre minutes de retard, et une pénalité de quarante secondes les rétrogradant au quatrième rang. Offensif cet après-midi, l’équipage s’offrait notamment le meilleur temps de la dernière spéciale pour reprendre la deuxième place.

Le duo repoussait Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) à 19 »3. Handicapé par sa position de départ lointaine, l’Estonien était également victime d’une crevaison dans l’avant-dernier test du jour l’obligeant à se contenter de la troisième position.

Thierry Neuville a tout donné pour reprendre la deuxième place dans des conditions difficiles

Malgré un virage manqué, Craig Breen pointait au quatrième rang pour sa première expérience sous la pluie au volant du M-Sport Ford Puma Rally1. Relégué à 11 »9 du podium provisoire, l’Irlandais comptait toutefois plus d’une minute d’avance sur Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1), retardé par un tête-à-queue et une chaleur dans une énorme flaque d’eau.

Le Suédois était talonné par Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1), 10 »6 derrière. Seulement sixième après deux crevaisons, le Gallois avait auparavant privé Kalle Rovanperä d’un grand chelem dans la matinée et retrouvait Zagreb avec près de quarante secondes d’avance sur Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) en manque de confiance.

Oliver Solberg (SWE) Elliott Edmondson (GB) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P5. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1) était huitième au terme d’une journée frustrante l’ayant vu escalader un talus, mais aussi connaître un tête-à-queue et deux crevaisons dans la dernière spéciale de la journée.

Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) était encore plus en difficulté puisque le Finlandais était contraint à l’abandon dès la première spéciale après avoir tapé une pierre à l’avant droit. Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) devait aussi renoncer après avoir atterri dans un jardin tandis que son équipier Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) arrêtait les frais à sa troisième crevaison en deux spéciales.

 

 

Classements ici

L’étape de samedi aura un format similaire au vendredi avec quatre spéciales disputées le matin et répétées l’après-midi dans la même région, à l’exception de l’avant-dernier secteur chronométré de chaque boucle, qui mènera les équipages vers Rijeka, sur la côte adriatique. Les huit tests totaliseront 116,98 kilomètres chronométrés.

WRC2

Rossel irréprochable

Le Français Yohan Rossel s’est construit une belle avance en WRC2 alors que plusieurs de ses rivaux ont rencontré des difficultés vendredi au Rallye de Croatie.

Yohan Rossel (FRA) Benjamin Boulloud (FRA) Of team PH SPORT, P1. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Titré l’an passé en WRC3, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) entamait sa deuxième épreuve dans la catégorie en réalisant un départ parfait dans des circonstances extrêmement difficiles.

Les fortes averses rendaient les conditions piégeuses sur les spéciales, avec de la boue et des pierres ramenées sur la route par les voitures de la catégorie reine. Malgré ces risques décuplés, le Français restait offensif en début de rallye et remportait les trois premières spéciales du jour.

L’après-midi, Yohan Rossel conservait le même rythme avec une prestation sans faute lui donnant une avance de 36 »3 sur Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) ainsi que la neuvième place au classement général.

Éric Camilli complète le podium provisoire après la première étape

« C’était une journée vraiment difficile, mais je suis très content de mes sensations dans la voiture », déclarait le leader. « Nous avons une bonne marge [sur Gryazin], mais la journée sera également longue demain et nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher. »

Éric Camilli (Citroën C3 Rally2) complétait le trio de tête malgré une matinée difficile avec les réglages de sa monture. Le Français comptait 22 »9 de retard sur Nikolay Gryazin, mais 9 »8 d’avance sur Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2), qui affirmait se concentrer sur sa propre course.

Régulier tout au long de la journée, le Finlandais Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) bouclait la première étape au cinquième rang à 27 »7 de son rival polonais, mais aussi en tête du WRC2 Junior.

Pour son retour en WRC2, Kajetan Kajetanowicz est quatrième à l’issue de la première étape

Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) talonnait Emil Lindholm pour 2 »2 seulement, mais le Britannique nourrissait de gros regrets après plusieurs crevaisons l’ayant fait chuter de la deuxième à la sixième place. Il n’était pas le seul pilote à souffrir de ce mal puisque Stéphane Lefebvre (Citroën C3 Rally2) et Erik Cais (M-Sport Ford Fiesta Rally2) rencontraient des problèmes similaires.

En parallèle, Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) était contraint à l’abandon dans l’ES6 tandis que Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) sortait dans la spéciale suivante. Le rallye d’Osamu Fukunaga (Škoda Fabia Rally2) était également de courte durée lorsque l’espoir japonais partait à la faute dans le premier secteur chronométré.

WRC3

Pajari prend les rênes

Le Finlandais Sami Pajari a dicté son rythme vendredi pour s’ouvrir une avance gargantuesque en tête du WRC3 au Rallye de Croatie.

Sami Pajari, P1

À l’issue de la première étape, Sami Pajari dominait une catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3 conçues par M-Sport Poland.

Avec son copilote Enni Mälkönen, le Finlandais âgé de vingt ans remportait les huit spéciales du jour au terme d’une journée limpide en dépit des conditions piégeuses. Il retrouvait ainsi le parc d’assistance de Zagreb avec 14’17 »8 d’avance sur son plus proche poursuivant, Zoltán László.

« Je manquais de confiance ce matin », expliquait le leader. « Il y avait tellement d’endroits boueux et je ne me sentais pas trop en confiance. J’ai évité les grosses cordes, et donc les crevaisons, ce qui n’était pas plus mal. Nous devons continuer ainsi demain. »

Le Croate Ivica Siladic pointait au troisième rang, 55 »4 plus loin et 1’31 »2 devant l’Italien Enrico Brazzoli. Novice sur asphalte, le Kenyan Mcrae Kimathi complétait le top cinq.

William Creighton était la seule victime de la journée. L’Irlandais abandonnait dans la deuxième spéciale après une sortie de route endommageant le train arrière de sa voiture.

 

 

Haut du site