WRC, Ogier profite des déboires de Tänak pour prendre la tête samedi

Posted by

Le Français Sébastien Ogier est bien parti pour signer une superbe victoire au Rally Italia Sardegna après une deuxième étape décimant la concurrence et laissant Toyota Gazoo Racing aux commandes.

Sébastien Ogier, P1

Le leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes démarrera la dernière étape du Rally Italia Sardegna avec 38 »9 d’avance sur son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) après un samedi destructeur pour les Hyundai i20 WRC d’Ott Tänak et Dani Sordo.

L’Estonien comptait quarante secondes d’avance lorsqu’il tapait une pierre brisant la suspension arrière gauche de sa voiture. Ott Tänak avait déjà connu un destin similaire le mois dernier lorsqu’il avait abandonné au Portugal, là aussi alors qu’il occupait la tête.

Son retrait permettait à Sébastien Ogier d’hériter des commandes. Le Français avait déjà pris l’avantage sur Dani Sordo lorsque la journée de l’Espagnol s’achevait brusquement dans l’avant-dernière spéciale du jour, où il sortait large pour rouler sur une gouttière envoyant sa voiture en tonneau. L’impact arrachait la roue arrière droite et provoquait également son abandon.

Ott Tänak a connu son deuxième abandon consécutif. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Personne ne s’attendait à voir Sébastien Ogier aux commandes ici. Premier dans l’ordre des passages vendredi, le Français devait balayer la couche de terre poussiéreuse sur la surface des routes tout au long de la première étape pour laisser plus d’adhérence à ses adversaires. Son excellent travail lui permettait toutefois de limiter le temps perdu et de profiter de l’abandon d’Ott Tänak.

Gérant parfaitement ses choix de pneumatiques, le champion du monde en titre remportait cinq des huit spéciales du jour, y comrpis lorsque la base rocheuse dure et abrasive des pistes sardes mettait à mal les voitures et les gommes.

« Je pense que c’est un week-end parfait pour nous jusqu’ici », confiait-il. « Nous avons fait tout ce que nous devions faire et nous devons terminer le travail demain. La seule alerte a été deux gros impacts ce matin avec de grosses pierres au milieu de la route. Je n’ai pas pu les éviter et cela a soulevé l’avant de la voiture. »

Si Elfyn Evans avait eu du mal à trouver un rythme régulier vendredi, le Gallois se ressaisissait grâce à des changements de réglages lui permettant de retrouver davantage de sensations. Auteur du meilleur temps dans deux spéciales, il en profitait également pour reléguer Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) à 22 »7.

Thierry Neuville (BEL) Martijn Wydaeghe ( BEL) of team Hyundai Shell Mobis P3. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Ott Tänak abandonne au Rally Italia Sardegna

Malgré des ajustements réguliers sur sa voiture, Thierry Neuville ne parvenait pas à trouver son rythme. Le Belge se mettait toutefois à l’abri, son plus proche poursuivant étant Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) à près de trois minutes. Ce dernier pouvait s’estimer heureux d’être encore en course après avoir heurté un rocher manquant de le faire de la route de justesse. Le Japonais perdait également du temps dans l’ES15 en devant s’arrêter pour retirer l’obturateur utilisé pour réduire le débit d’air à travers le radiateur, celui-ci ayant été laissé en place.

Takamoto Katsuta (JPN) Daniel Barritt (JPN) of team Toyota Gazoo Racing, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool 

Le Rally Italia Sardegna s’avérait tellement exigeant que le reste du top dix se composait de Rally2. Leader du WRC2, Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) était ainsi cinquième, mais le Finlandais ne comptait que 2 »7 d’avance sur Mads Østberg (Citroën C3 Rally2). En tête du WRC3, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) pointait au septième rang devant Pepe López (Skoda Fabia Rally2), Jan Solans (Citroën C3 Rally2) et Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2).

Elfyn Evans peut assurer un doublé pour Toyota. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Gus Greensmith (M-Sport Ford Fiesta WRC) abandonnait pour la deuxième journée d’affilée en raison de problèmes mécaniques tandis que Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) s’arrêtait après avoir signalé une odeur de brûlé.

Sebastien Ogier s’envole-t-il vers la victoire ? Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

 

Classements de samedi

HighLights Stages 13 – 16

Dimanche, la dernière étape du parcours sera disputée au nord-ouest d’Olbia et proposera de l’inédit à cette génération de pilotes. Les équipages s’affronteront sur deux boucles de deux spéciales qui se conclueront par la Wolf Power Stage au cœur de vues spectaculaires sur le paysage sarde. Les quatre tests totaliseront 46,08 kilomètres chronométrés.

WRC2, Jari Huttunen mène après la pénalité de Mads Østberg

Le Finlandais Jari Huttunen a hérité des commandes en WRC2 avec une fine avance sur Mads Østberg, pénalisé ce samedi au Rallye d’Italie Sardegna.

Jari Huttunen P1 en WRC2

Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) avait terminé la première étape avec un déficit de 27 »0 sur Mads Østberg (Citroën C3 Rally2). Si cet écart restait similaire une grande partie du samedi matin lorsque les deux hommes échangeaient les meilleurs temps, un fait de course lui permettait d’hériter de la tête.

Sur la section de liaison de retour au parc d’assistance à mi-journée, un boulon sortait de sa traverse et entraînait la perte d’une roue pour le Norvégien. Ce dernier réparait sa voiture au bord de la route, mais reçevait également une pénalité d’une minute après être rentré au parc avec six minutes de retard. Mads Østberg tentait ensuite de refaire son retard dans l’après-midi et Jari Huttunen ne parvenait pas à suivre le rythme de son rival, qui revenait à seulement 2 »7 en fin de journée.

« Je pense que je dois attaquer demain si je veux gagner, mais voyons voir », déclarait Mads Østberg. « C’est aussi important de prendre des points comme nous avons abandonné en Finlande. »

Mads Østberg est à un souffle de la première place

Tenant du titre dans la catégorie, Mads Østberg se voulait confiant sur sa capacité à rattraper le leader dans la dernière étape malgré sa fatigue à l’issue d’une journée éprouvante.

« J’ai utilisé toutes mes forces aujourd’hui pour réparer la voiture à plusieurs reprises et rouler aussi vite que possible », ajoutait-il. « C’était une journée très exigeante, mais nous ne sommes pas loin. »

Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) retrouvait Olbia à 2’03 »05 de la tête. Si un tête-à-queue dans Sedini – Castelsardo lui coûtait quelques secondes, mais le jeune pilote bolivien était satisfait de ses progrès sur les réglages et les notes. Habitué de la Sardaigne, Martin Prokop (M-Sport Ford Fiesta Rally2) pointait 5’01 »5 plus loin tandis qu’Enrico Brazzoli (Škoda Fabia Rally2) complétait le top cinq à 25’23 »3 du leader.

Journée tranquille pour Marco Bulacia, à l’exception d’un tête-à-queue dans l’ES14

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta RallY2) repartait ce samedi matin après avoir planté sa voiture la veille. Le Français s’offrait deux meilleurs temps pour remonter au sixième rang à plus d’une heure de Jari Huttunen. En parallèle, Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) abandonnait dans l’ES10 tandis que Sean Johnston (Citroën C3 Rally2) et Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) ne redémarraient pas suite à leurs problèmes du vendredi.

Adrien Fourmaux (FRA) Renaud Jamoul (BEL) of team M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

HighLights WRC2

WRC3, Yohan Rossel accroit son avance

Le Français Yohan Rossel est en passe de faire une bonne opération dans la course au titre avec un sans-faute samedi au Rally Italia Sardegna.

Yohan Rossel P1 en WRC3

Passé en tête vendredi après-midi après la sortie de route de Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2), Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) était régulièrement présent dans le top trois sur les huit spéciales du samedi. Cette régularité, associée à deux meilleurs temps dans l’ES13 et l’ES14, lui permettaient de consolider sa position et de porter son avantage à 37 »8 avant la dernière étape.

Son plus proche rival n’était autre que Pepe López (Škoda Fabia Rally2), dont la régularité sur les routes rocailleuses portait ses fruits avant que le Champion d’Espagne ne se montre le plus rapide dans Serdini – Castelsardo en fin de journée.

Pepe López mise avec brio sur la régularité

Son compatriote Jan Solans (Citroën C3 Rally2) terminait la journée au troisième rang après s’être imposé comme l’un des plus concurrents les plus rapides avec trois meilleurs temps. Une crevaison dans l’ES12 lui coûtait toutefois près de quarante secondes et l’Espagnol abordera la dernière étape avec 9 »7 de retard sur Pepe López.

Quatrième, Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) pointait 2’59 »5 plus loin malgré sa crevaison de vendredi. Le Britannique prenait toutefois l’avantage pour 7 »2 sur Alberto Heller (Citroën C3 Rally2). Le Paraguayen Fabrizio Zaldivar (Škoda Fabia Rally2) terminait pour sa part l’étape avec un déficit de 4’13 »7 sur la tête.

Jan Solans a impressionné avec trois meilleurs temps samedi

Reparti au combat après un vendredi cauchemardesque l’ayant vu perdre une roue, Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) n’avait le temps de disputer que deux spéciales avant un nouvel abandon. De son côté, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) ne repartait pas après la casse d’une courroie d’alternateur dans la première étape.

HighLights WRC3

Communiqué WRC