14 avril 2024

NTT IndyCar, Dixon surmonte le marasme pour remporter la finale de Laguna Seca

Lorsque les choses deviennent chaotiques, personne dans la NTT INDYCAR SERIES ne trouve mieux que Scott Dixon le chemin vers la voie de la victoire.

Dixon l’a encore fait dimanche, en surmontant une pénalité sur la grille de départ et une pénalité en début de course, et en adaptant sa stratégie à de multiples périodes d’avertissement pour remporter le Firestone Grand Prix of Monterey de fin de saison au WeatherTech Raceway Laguna Seca. Il s’agit de la troisième victoire de la saison et de la 56e victoire en carrière de la série INDYCAR pour Dixon, six fois champion de la série, qui s’est imposé pour la première fois sur ce circuit de 11 virages et de 2,238 miles.

#9, Scott Dixon, P1

« C’est tout à l’honneur de cette équipe », a déclaré Dixon. « Ils ont exécuté comme ça toute l’année. Nous avons été pris dans une certaine confusion au départ. Je n’étais pas d’accord avec la décision de la pénalité, mais je n’ai pas encore tout vu. Je n’avais nulle part où aller. Mais nous avons gagné, c’est tout ce qui compte. Nous avons gagné ».

#3, Scott McLaughlin, P2

La Honda PNC Bank Chip Ganassi Racing n°9 de Dixon a franchi la ligne d’arrivée avec 7,3180 secondes d’avance sur la Chevrolet XPEL Team Penske n°3 du second Scott McLaughlin pour sa troisième victoire lors des quatre dernières courses de la saison. Alex Palou a terminé troisième au volant de la Honda The American Legion n°10 pour conclure sa saison de championnat avec Chip Ganassi Racing.

Race Start

Will Power, double champion de la série, a terminé quatrième dans la Chevrolet Verizon Team Penske n°12, et Callum Ilott a complété le top 5 dans la Chevrolet Juncos Hollinger Racing n°77.

Marcus Armstrong a été le meilleur débutant, huitième dans la Ridgeline Lubricants of Chip Ganassi Racing n°11. Cela a suffi à Armstrong, originaire de Nouvelle-Zélande, pour remporter le titre de recrue de l’année et a permis à CGR de réaliser l’exploit sans précédent de prendre les deux premières places du classement, avec Palou et Dixon, et de remporter le titre de recrue de l’année.

Chevrolet a devancé Honda de seulement 12 points pour remporter le championnat des constructeurs pour la deuxième saison consécutive.

#10, Alex Palou, P3 and Champion

Le premier obstacle à franchir pour Dixon est apparu avant que le drapeau vert ne flotte pour le départ de la course. Son équipe CGR a été pénalisée de six places sur la grille de départ pour un changement de moteur non approuvé après l’échauffement du matin, si bien que Dixon est passé de la cinquième place en qualification à la onzième au départ.

Cette position de départ inférieure a placé Dixon au milieu de la pagaille qui a éclaté près de l’avant et dans tout le milieu de la course au 1er tour. Cinq voitures ont été officiellement comptabilisées comme faisant partie des multiples collisions et bousculades dans le virage 2.

#12, Will Power, P4

La voiture de Dixon a viré à droite dans le trafic à la sortie du virage de la calamité mieux connu sous le nom d’épingle Andretti au 1er tour et a heurté la Chevrolet Bitnile.com n°21 du pilote Ed Carpenter Racing, Rinus VeeKay, dans le gravier juste après le virage 2. Après un examen approfondi de l’ensemble du maelström, les officiels de l’INDYCAR ont infligé à Dixon une pénalité de drive-through pour contact évitable, ainsi qu’une pénalité de drive-through pour la Honda Hy-Vee n°45 de Christian Lundgaard de Rahal Letterman Lanigan.

Cette pénalité a exaspéré Dixon, surnommé « The Iceman » pour son sang-froid sous pression. Mais il s’est rapidement calmé dans le cockpit, et Dixon et le stratège vétéran de CGR, Mike Hull, ont commencé à concevoir d’autres tactiques pour accélérer une longue remontée depuis l’arrière des voitures encore en course sur le tour de tête.

#77, Callum Ilott, P5

Hull et Dixon ont décidé d’économiser du carburant et d’essayer de terminer la course de 95 tours en effectuant un arrêt de moins que la plupart du reste du peloton. Ils ont utilisé une stratégie similaire pour gagner après avoir été renversés dans l’herbe au premier tour du Grand Prix Gallagher le 12 août sur le circuit routier de l’IMS et ont économisé du carburant pour gagner le Bommarito Automotive Group 500 présenté par Axalta et Valvoline le 27 août sur le World Wide Technology Raceway.

Lorsqu’elle a été élaborée, la stratégie d’économie de carburant était risquée parce qu’elle nécessitait probablement une course plus lente sous le jaune pour atteindre l’arrivée avec un arrêt de moins. Dixon ne pouvait pas non plus laisser son coéquipier Palou, qui menait 51 des 58 premiers tours, prendre une avance suffisante pour rester en tête après les derniers cycles de ravitaillement.

Les drapeaux jaunes sont arrivés, ce dont Dixon avait besoin, et même plus. Et l’un des drapeaux d’avertissement est tombé au mauvais moment pour Palou.

#28, Romain Grosjean, P11

Au 58e tour, la Honda HMD Trucking n°18 de David Malukas et la Honda Sapphire Gas Solutions n°29 de Devlin DeFrancesco sont entrées en contact côte à côte, et Malukas est parti en tête-à-queue dans le gravier adjacent au virage 3, déclenchant la cinquième des huit périodes de drapeaux jaunes qui ont marqué le record de la course.

Palou approchait de la fin d’un de ses relais de carburant lorsque l’incident s’est produit, mais il n’a pas pu plonger dans les stands avant que les feux de détresse ne s’allument. Il effectue son deuxième et dernier arrêt au tour suivant, au 59e tour, et reprend la course en 15e position à 37 tours de l’arrivée.

Pendant ce temps, Dixon effectue son troisième et dernier arrêt au 65e tour. C’est finalement un arrêt de moins que McLaughlin. Palou n’a pas réussi à gagner suffisamment de terrain en fin de course pour convertir sa stratégie à deux arrêts et rattraper Dixon ou McLaughlin, car les 17 derniers tours de la course se sont déroulés dans le vert malgré les quatre derniers drapeaux jaunes entre les tours 58 et 75.

Dixon a pris la tête pour de bon au 76e tour lorsque le leader Romain Grosjean est passé aux stands pour la dernière fois au volant de la DHL Honda n°28 d’Andretti Autosport. C’était l’un des six changements de tête entre six pilotes dans une course folle qui a compté 432 dépassements en piste, un record de la série INDYCAR pour ce circuit pittoresque qui comprend le célèbre complexe de virages « Corkscrew » (tire-bouchon).

À partir de là, Dixon a géré l’écart après le dernier redémarrage au 78e tour et a creusé l’écart dans la dernière ligne droite de la course de 95 tours, sans avoir besoin d’économiser de l’essence.

Podium

Dixon partagera 10 000 dollars avec Chip Ganassi Racing et l’association caritative qu’il a choisie, le St. Jude Children’s Research Hospital, pour sa victoire dans le cadre du PeopleReady Force For Good Challenge.

La course ici

Championnat ici

Alex Palou, Champion 2023

Communiqué NTT IndyCar

Crédits photos NTT Indycar