3 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP de Bahreïn

Vu par PIRELLI

LES PNEUS EN PISTE

Pirelli a sélectionné les trois composés les plus durs de la nouvelle gamme de pneus 18 pouces pour le Grand Prix de Bahreïn qui ouvre la saison : le composé C1 est le P Zero White dur, le C2 est le P Zero Yellow moyen et le C3 est le P Zero Red tendre. Cette nomination est un peu plus difficile que la sélection faite pour la course de l’année dernière, car les nouveaux pneus de 18 pouces sont complètement différents de leurs prédécesseurs de 13 pouces, également en termes de composés.

Ce choix a été fait en raison de la configuration de Sakhir, des caractéristiques de l’asphalte et des températures. Bahreïn reste parmi les pistes les plus abrasives du calendrier (avec un score de cinq sur cinq dans le classement de l’abrasivité de Pirelli) grâce à un pourcentage élevé de granit dans l’asphalte, ce qui entraîne des niveaux élevés d’usure et de dégradation. Bien que l’abrasion de l’asphalte soit élevée, le sable qui arrive du désert environnant peut causer beaucoup de glissement qui affecte l’adhérence – et c’est pourquoi cette piste obtient trois sur cinq dans le classement général d’adhérence de Pirelli.

Le circuit de Sakhir est un circuit  » stop-and-go « , avec un score de quatre sur cinq dans la classification de traction de Pirelli et de quatre sur cinq dans la classification de freinage de Pirelli. En termes de charges latérales, le score n’est que de trois sur cinq, les pneus arrière étant les plus sollicités. Il y a normalement un haut degré d’évolution de la piste pendant le week-end, et cette année il sera probablement encore plus élevé puisque la Formule 2 et la Formule 3 seront présentes comme courses de soutien.

La course de Bahreïn démarre juste après le coucher du soleil à 18 heures, avec des températures de piste assez différentes de celles des FP1 et FP3. Au lieu de cela, elles sont plus similaires à celles de la FP2 et des qualifications, mais les températures de piste peuvent également baisser tout au long de la course de 57 tours.

« Nous avons opté pour les pneus les plus durs de la gamme pour ce premier grand prix compte tenu du tracé, des caractéristiques de l’asphalte et des températures : également parce que les composés sont différents par rapport aux années précédentes. Les équipes ont eu l’occasion de se familiariser avec la gamme de pneus 18 pouces 2022, ayant passé au total six jours d’essais avec tous les composés, bien que pas toujours dans des conditions représentatives. Nous savons par le passé que les températures de piste peuvent jouer un rôle important à Bahreïn, en affectant la dégradation des pneus, et c’est quelque chose que nous avons également remarqué lors du récent test. Pendant la course, les températures devraient être plus douces par rapport aux FP1 et FP3, donc les équipes devront se concentrer sur leurs données des FP2 et des qualifications. Il est encore difficile de prédire la stratégie de course car, dans le passé, Bahreïn a été une course à arrêts multiples, mais il sera intéressant de voir si quelqu’un va essayer quelque chose de différent cette année ».

ALFA ROMEO

Grand Prix de Bahreïn 2022 – Le début d’un nouveau voyage

Le début d’une nouvelle saison est toujours un grand moment. Beaucoup d’attentes, des mois de travail en coulisses, de longues nuits d’essais hivernaux – tout converge vers cette seule course, le début de neuf mois de compétition vers la consécration ultime.

pht. Antonin Vincent / DPPI

Cette année, le Grand Prix de Bahreïn est un moment encore plus crucial : c’est le début d’une nouvelle ère pour la Formule 1, avec de nouvelles voitures, de nouvelles règles et, qui sait, peut-être une nouvelle hiérarchie sur la grille. C’est le début d’un nouveau chapitre pour l’équipe, avec un nouveau nom, Alfa Romeo F1 Team ORLEN, et deux nouveaux pilotes, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu, qui rejoignent l’équipe et veulent faire leur marque. C’est le début d’une nouvelle histoire, une histoire qui nous fera faire le tour du monde, toucher cinq continents avant de revenir au Moyen-Orient pour le Grand Prix d’Abu Dhabi qui clôturera la saison.

Le sentiment d’être prêt au début de la saison est quelque chose de spécial : aussi excitant et prometteur que le premier jour d’école ; aussi enivrant qu’un génépi après une journée dans les Alpes ; aussi chargé de mystère et d’attente qu’une enveloppe scellée contenant un secret.

Alors que nous nous alignons sur la grille de départ à Sakhir, une nouvelle ère commence. Alfa Romeo F1 Team ORLEN est prêt : que la course commence.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

pht. Antonin Vincent / DPPI

« Il est enfin temps de commencer la saison et je pense que nous sommes aussi impatients que n’importe qui de voir où chacun est vraiment quand il le faut. Certains y verront l’heure de vérité mais, en réalité, il faudra encore quelques tours pour avoir une idée plus précise de la hiérarchie. Il n’en reste pas moins que des points sont à prendre dimanche et que nous devons faire nos derniers devoirs après le test pour être sûrs d’être dans la meilleure forme possible le jour de la course. Tout le monde à la base et ici sur le circuit a fait un travail énorme pendant l’hiver : il est maintenant temps d’en récolter les fruits. Nous avons faim, nous sommes motivés et nous sommes prêts : nous avons deux pilotes impatients de montrer leur talent dans le cockpit et je suis sûr que nous allons tous apprécier de retrouver un environnement compétitif après la pause hivernale. »

Valtteri Bottas (Voiture 77) :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

« Cette course est le début d’un nouveau chapitre dans ma carrière et je suis confiant dans la possibilité d’atteindre les objectifs que j’ai fixés avec l’équipe. J’ai été impressionné par l’éthique de travail que j’ai trouvée depuis mon arrivée à Hinwil et par le travail que nous avons fait pendant l’hiver : nous avons rencontré quelques problèmes lors des essais, mais je sais que nous les maîtrisons et que nous pouvons nous concentrer pour obtenir le meilleur résultat possible dimanche. La saison va être longue et c’est encore un peu un point d’interrogation quant à la position de chacun : Je pense que tout le monde a hâte d’y voir un peu plus clair ce week-end ! L’important, cependant, est que nous continuions à travailler pour exploiter tout le potentiel de la C42 et que nous nous concentrions sur un week-end propre : de cette façon, nous maximiserons nos chances de rentrer à la maison avec un bon résultat pour commencer notre saison. Je crois en cette équipe et je pense que nous pouvons accomplir beaucoup de choses si nous travaillons dur ensemble. »

Zhou Guanyu (Voiture 24) :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

« Cela fait des années que je rêve de faire mes débuts en Formule 1 : ce week-end sera un moment inoubliable pour moi et pour mon pays. C’est un moment que je vais savourer, tout comme ma famille et tous ceux qui nous ont aidés dans ce voyage : nous avons travaillé si dur pour être ici et je suis reconnaissant pour tout le soutien que j’ai reçu au fil des ans. Le dur labeur ne s’arrête pas avec mes débuts, bien sûr : Je suis maintenant dans la série de sport automobile la plus prestigieuse et la plus compétitive et je suis conscient de l’ampleur du défi qui m’attend. Je sais à quel point je vais devoir travailler dur et à quelle vitesse je vais devoir apprendre : heureusement, l’équipe est autour de moi et elle a été superbe pour m’aider à être prêt pour ce moment. Je sais que beaucoup de gens me regarderont dimanche et je veux les rendre fiers. »

ALPHATAURI

Pierre Gasly :

Les essais se sont déroulés de manière positive, nous n’avons pas eu de problèmes de fiabilité et nous avons effectué tout le travail que nous avions prévu. Cependant, il est encore trop tôt pour savoir exactement où nous en sommes en termes de performance et nous n’en aurons une première idée que samedi après-midi à Bahreïn.

La nouvelle voiture vous donne des sensations très différentes de la précédente, mais à certains égards, ce n’est pas si différent en termes de ce que vous ressentez en conduisant. La voiture est plus lourde, donc on glisse un peu plus et les pneus sont plus gros, ce qui change la visibilité depuis le cockpit. La voiture est également plus rigide, mais c’est toujours une Formule 1 que vous devez conduire à la limite et cette sensation reste la même.

Chaque partie de la voiture a changé en termes de ce à quoi vous devez vous habituer : du côté de l’aéro, il y a beaucoup à comprendre, comment le dessous de la voiture se comporte maintenant et les nouveaux pneus. Donc, c’est très complexe et à ce stade, il y a encore beaucoup de questions sur la façon de faire fonctionner la voiture aussi bien que possible. Ce sont des choses sur lesquelles nous allons continuer à travailler lors des premières courses de la saison, à partir de ce week-end.

Je pense qu’avec les nouvelles voitures, il est plus facile d’en suivre une autre de près. Lors du test de Bahreïn, je me suis bien battu avec Lewis pendant six tours et c’était intéressant de voir comment la voiture se comportait et aussi comment les pneus se comportaient lorsqu’on suivait une autre voiture, à quel point on glissait. Globalement, je pense qu’il sera plus facile de se battre et de dépasser que par le passé, ce qui est une très bonne chose.

Au sein de l’équipe, l’atmosphère est très bonne mais il y a beaucoup de travail à faire pour comprendre ces nouvelles voitures et il y a beaucoup à apprendre. Notre mentalité est toujours la même, faire de notre mieux, mais il est trop tôt pour dire si la voiture sera assez bonne pour nous donner une aussi bonne saison que l’année dernière. Cette année, Yuki sera en mesure d’apporter un peu plus à l’équipe car il a plus d’expérience, il contribuera davantage en termes de retour d’information technique et nous avons donc un groupe solide. Ce sera à nous deux de faire le travail et de ramener le plus de points possibles pour l’équipe.

Nous commençons l’année à Bahreïn, où j’ai eu de bons résultats par le passé. Je suis prêt et excité de commencer. Bien sûr, nous devons être ouverts d’esprit quant à ce que nous pouvons attendre. Un des sujets des essais hivernaux a été le « porpoising » qui a affecté toutes les équipes. De notre côté, la situation à cet égard était déjà bien meilleure à Bahreïn qu’à Barcelone, donc c’est une chose sur laquelle nous devons encore travailler, car ce n’est certainement pas une sensation agréable et ça vous secoue la tête, mais je ne suis pas trop anxieux à ce sujet. Nous semblons travailler dans la bonne direction. En ce qui concerne la piste, nous savons à quoi nous attendre après trois jours d’essais la semaine dernière et nous avons donc une idée claire de ce sur quoi nous devons travailler pour faire une bonne course. Nous n’avons eu que six jours de piste au total et il y aura donc beaucoup à faire, beaucoup à apprendre, dans le but de développer la voiture aussi vite que possible.

Yuki Tsunoda :

Je suis impatient d’entamer la saison et je me sens généralement beaucoup mieux préparé qu’à Bahreïn il y a un an. Ma condition physique générale s’est beaucoup améliorée par rapport à l’année dernière et maintenant, juste avant le début de la saison, je me sens très différent. L’année dernière, je ne m’attendais à rien et je ne maîtrisais pas toutes les situations. Maintenant, je sais beaucoup mieux ce que je dois faire pour m’améliorer. J’ai un objectif clair et je suis plus détendu. Je suis heureux et ma mentalité est bonne et prête pour la première course.

Il est vrai que je dois être plus performant et réduire le nombre d’erreurs commises par rapport à l’année dernière, mais je ne ressens aucune pression.  Je suis convaincu que je peux y arriver et je ne m’inquiète pas de faire des erreurs. Je me concentre simplement sur le développement de la voiture tout au long de la saison avec l’équipe et je leur donne un bon feedback. J’ai la confiance nécessaire pour atteindre ces objectifs maintenant. Je connais la plupart des circuits cette fois-ci, à part Singapour et l’Australie, et même si j’ai déjà piloté à Suzuka, c’était en Formule 4, donc 45 secondes par tour plus lent qu’une F1 !

La voiture est très différente de celle de l’an dernier à bien des égards, que ce soit la forme de la voiture ou la taille des pneus. En termes de conduite, je dirais que les nouveaux pneus font la plus grande différence, ce que j’avais déjà remarqué lors du test de fin de saison à Abu Dhabi. Le passage de 13 pouces à 18 signifie que la voiture est beaucoup plus vive, plus nerveuse dans les virages à haute vitesse, mais avec une plus grande plage de contrôle dans ces virages. Dans les virages plus lents, avec le poids accru des voitures, vous êtes légèrement plus lent. Je me souviens avoir conduit la Formule 2 avec des pneus de 18 pouces et je pense que cette expérience pourrait être utile maintenant.

Il est encore trop tôt pour se faire une idée précise s’il sera plus facile de suivre une autre voiture. Pendant les essais, il y a eu quelques fois où j’ai suivi une autre voiture. Je ne suis pas sûr de pouvoir dire dans quelle mesure l’air pollué a été réduit, mais il était plus facile de suivre une autre voiture à grande vitesse. Mais ce ne sera pas la même situation que lors d’une course où vous pouvez avoir quelques voitures devant vous et vous êtes entouré de voitures immédiatement après le départ, donc nous devons attendre et voir.

Nous avons eu un peu de marsouinage, ce qui était l’une des limitations en termes de développement de la voiture lors des essais, même si ce n’était pas un problème majeur. Nous savons ce que nous devons faire pour réduire l’effet et je suis très heureux de la façon dont nous allons maintenant. Je pense que notre voiture a du potentiel, mais après seulement six jours d’essais, nous ne pouvons pas dire où nous en sommes. Nous verrons ce qui se passe à Bahreïn, où nous devons nous concentrer sur nous-mêmes. Je suis en meilleure forme, je sais comment m’adapter à une piste le plus rapidement possible, en restant calme à tout moment. J’ai terminé neuvième à mes débuts à Bahreïn l’année dernière, nous venons de passer trois bonnes journées d’essais sur le circuit de Sakhir, alors maintenant je suis impatient de voir ce que nous pouvons faire dans la course là-bas.

 

RED BULL

MAX :

« Nous avons beaucoup appris lors des essais à Barcelone et à Bahreïn, je suis très excité à l’idée de porter notre attention sur la course maintenant, c’est une toute nouvelle ère pour le sport et tout peut arriver. L’objectif est de rassembler la grille et de la rendre plus facile à suivre, j’espère que nous le verrons dès la première course. Tout est si nouveau qu’il y a beaucoup d’inconnues avant la première course de la saison. J’ai hâte de voir où nous nous situons par rapport au reste de la grille lors des qualifications de samedi. La voiture a l’air bien et en tant qu’équipe, nous sommes en bonne position. La chose la plus importante pour nous à Bahreïn est d’avoir un week-end stable sans trop de problèmes et nous espérons marquer un bon nombre de points. »

CHECO :

« J’ai hâte de commencer la nouvelle saison, automatiquement vous vous sentez plus à l’aise en entrant dans votre deuxième année avec une équipe. Je me sens plus préparé parce que je sais maintenant exactement comment l’équipe fonctionne et la philosophie de l’Oracle Red Bull Racing, ce qui fait la différence.  Toutes les équipes sont dans la même position au début de la saison, dans le sens où nous ne connaissons pas autant la voiture à cause du bouleversement des règlements, mais nous avons fait de très bons tests, à Bahreïn et à Barcelone. Il sera intéressant de voir où chacun se situe dimanche au moment du drapeau à damier et je pense que cela donnera une bonne course. Je suis très excité pour 2022 et je sais que l’important est que je sois régulier tout au long de l’année – je suis prêt à me battre. »

  • Max commence la saison avec le numéro 1 sur sa voiture – ce numéro est le numéro de course le plus réussi de l’histoire de la Formule 1, avec 181 victoires au total. Les 29 victoires les plus récentes avec ce numéro ont été remportées par l’ancien pilote d’Oracle Red Bull Racing, Seb Vettel, champion en titre de 2011 à 2013.
  • Ce week-end, Oracle Red Bull Racing prendra son 326e départ en tant que constructeur de F1, rejoignant ainsi l’Equipe Ligier (1976-96). Cela signifie que le week-end prochain, lors du GP d’Arabie Saoudite, l’équipe entrera dans le top 10 des constructeurs les plus anciens de l’histoire de la F1.
  • Ce week-end permettra la première comparaison directe entre l’ancien et le nouveau règlement technique. Le tour le plus rapide jamais enregistré par une voiture Oracle Red Bull Racing sur ce tracé à Bahreïn est le temps de Max en Q3 au GP de Bahreïn 2020, il a réalisé un rapide 1:27.678.
  • Max cherchera à démarrer la saison dans la même forme qu’en 2021, il a battu le record de podiums en une saison l’année dernière et bien qu’il soit monté 18 fois sur le podium, il n’a jamais terminé troisième !

 

ASTON MARTIN

Présenté par Cognizant

Lance :

 » Nous venons peut-être de terminer les essais à Bahreïn, mais ce week-end est un véritable pas vers l’inconnu, ce qui est tellement excitant. Je ne peux pas attendre de sauter dans l’AMR22 et de commencer à découvrir où nous sommes par rapport aux autres équipes. Nous allons apprendre à chaque tour de la saison et je m’attends à une course de développement intense cette année. Pour un pilote, c’est génial de jouer son rôle dans une saison de changement aussi importante. »

Sebastian :

« Ces nouvelles voitures de Formule 1 sont si incroyablement différentes de leurs prédécesseurs. Nous avons passé les dernières semaines à apprendre autant que possible à leur sujet et je suis impatient de piloter une voiture à effet de sol pour la première fois ce week-end. Tout est nouveau en Formule 1 et je pense que nous allons assister à une bataille très serrée, avec des écarts très proches, entre toutes les équipes. Il y a beaucoup à jouer – et c’est la F1 à son meilleur. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

L’équipe doit tenir compte de plusieurs nouveaux facteurs pour 2022. Les nouvelles réglementations signifient que tous les pilotes ont désormais le libre choix de la composition du pneu de départ, ce qui ouvre potentiellement la voie à une plus grande variance stratégique. Pirelli a également choisi de durcir son allocation par rapport à la course de l’année dernière, en proposant les C1, C2 et C3.

Il n’y a pas que les changements de pneus qui pourraient influencer la direction de la course, car Bahreïn est sujet à des périodes de Safety Car précoces et tardives. Une interruption de la voiture de sécurité a eu lieu lors de chacun des cinq derniers Grands Prix de Bahreïn, dans les cinq premiers ou derniers tours de piste lors de quatre de ces événements.

Ces nouvelles voitures semblent être capables de suivre de plus près les virages, mais profitent moins de l’aspiration dans les lignes droites. Les trois zones DRS de Bahreïn devraient donc s’avérer bénéfiques. En 2021, il y a eu 55 dépassements après le premier tour. L’une des priorités des ingénieurs en début de saison sera d’analyser la différence de dépassement par rapport aux campagnes précédentes.

Nico Hülkenberg remplacera Sebastian Vettel à Bahreïn

Sebastian Vettel a été contrôlé positif au Covid-19 et ne participera donc pas au Grand Prix de Bahreïn 2022.

Il sera remplacé dans l’AMR22 par le pilote de réserve de l’Aston Martin Aramco Cognizant Formula One Team, Nico Hülkenberg, qui sera dans la voiture à partir de la FP1.

ALPINE

Alpine se prépare pour l’ouverture de la saison à Bahreïn

 

BWT Alpine F1 Team présente le week-end d’ouverture du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix de Bahreïn.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le PDG d’Alpine Laurent Rossi partagent leurs réflexions sur la première course de la nouvelle saison au Circuit International de Bahreïn.

Pour en savoir plus sur ce que le nouveau directeur d’équipe Otmar Szafnauer a fait au cours de ses premières semaines avec l’équipe et pour une mise à jour sur l’Alpine Academy, veuillez cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder à l’aperçu complet.

Laurent Rossi :

« C’est toujours excitant de se lancer dans une nouvelle saison de Formule 1 et, cette année en particulier, il y a plus de points d’interrogation concernant les règlements techniques profondément modifiés et l’impact subséquent sur la compétitivité et la hiérarchie. J’ai hâte de voir tout le travail d’Enstone, de Viry et de l’équipe en piste porter ses fruits lorsqu’Esteban et Fernando conduiront la A522 à pleine capacité dans des conditions de course réelles. Nous avons eu des journées très positives à Barcelone et à Bahreïn, et nous avons aussi enduré des sessions un peu plus délicates avec les habituels problèmes d’essais et de pannes qui surgissent de temps en temps. Je suis très fier des efforts de chacun pour permettre une préparation aussi complète que possible. Nous avons pu conclure le test de Bahreïn avec nos deux meilleures journées de course et plus d’un double siècle de tours effectués. Maintenant, il est temps de voir ce que nous avons en main, alors allez-y ce week-end. »

Esteban Ocon :

 

 » Nous avons passé pas mal de temps à Bahreïn ces deux dernières années. Bien sûr, c’est là que j’ai obtenu mon premier podium en Formule 1, ainsi que d’autres bons résultats par le passé, donc j’ai de bons souvenirs de ce circuit. C’est un endroit formidable et un lieu passionnant pour accueillir la première course. Nous devons travailler très étroitement en tant qu’équipe pour continuer à apprendre et à améliorer la voiture afin d’en tirer le maximum de performance semaine après semaine. Mon objectif est d’aider l’équipe à y parvenir tout en gardant la tête basse et en réalisant des performances chaque week-end. J’ai beaucoup de confiance dans cette équipe, mais nous devons rester humbles et ne rien négliger pour atteindre nos objectifs de 2022. »

Fernando Alonso :

 

« L’hiver s’est bien passé pour moi. Je me sens en bonne forme physique et j’ai eu un peu de repos pendant l’hiver aussi. Nous avons été occupés à Barcelone et à Bahreïn ces dernières semaines et comme nous avons eu plus de temps dans la voiture, je suis bien mieux préparé. Nous sommes raisonnablement satisfaits de la A522 et de notre préparation pendant l’hiver. Personne ne sait quel carburant ou quel type de moteur les autres ont utilisé pendant les essais, il est donc impossible de passer une commande maintenant. Nous voulons toujours faire plus de tours car les apprentissages sont infinis en Formule 1, mais j’ai hâte d’être samedi et de voir où nous sommes par rapport à nos concurrents. »

Fiche d’information du Grand Prix de Bahreïn 2022 : 

– Le Grand Prix de Bahreïn marque le début de la 25e année d’Otmar Szafnauer en Formule 1.

– Fernando Alonso entame sa 20e saison dans le sport automobile, après avoir fait ses débuts au Grand Prix d’Australie 2001. C’était plus de six mois avant que la légende de la NFL Tom Brady ne devienne un titulaire régulier avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

– Fernando a gagné trois fois à Bahreïn, en 2005, 2006 et 2010.

– Le meilleur résultat d’Esteban Ocon à Bahreïn a été obtenu sur le circuit plus court du Grand Prix de Sakhir où il a terminé deuxième.

– Oscar Piastri arrive à Bahreïn en tant que BWT Alpine F1 Team et désormais pilote de réserve de McLaren F1 Team pour 2022. Son meilleur résultat à Bahreïn est la victoire de la deuxième course sprint lors de la manche d’ouverture du championnat de Formule 2 de la FIA 2021.

APERÇU DU GRAND PRIX DE BAHREÏN PAR WILLIAMS

 

Le championnat du monde de Formule 1 2022 de la FIA débute ce week-end sous les lumières du circuit international de Bahreïn. Le pilote canadien Nicholas Latifi sera au volant de la FW44 et entamera sa troisième année de compétition pour Williams Racing. Il sera rejoint par son nouveau coéquipier, Alex Albon, qui revient dans le sport pour sa troisième saison de Formule 1.

Le circuit de 5,412 km de Sakhir a démontré ses difficultés lors des essais de pré-saison, offrant aux pilotes une formidable combinaison de chaleur, de vent et de sable, ainsi qu’une surface de piste très abrasive. Cependant, l’assortiment de longues lignes droites et de virages lents offre de bonnes possibilités de dépassement, ce qui devrait donner lieu à une ouverture de saison passionnante dans le désert.

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

 

La course d’ouverture de n’importe quelle saison est une perspective excitante et une occasion de comprendre ce que nos rivaux ont fait pendant les essais de pré-saison. Cette saison, avec les changements substantiels apportés aux voitures, la tension et l’excitation sont encore plus grandes, et nous ne connaîtrons pas le véritable ordre des choses avant dimanche soir, lorsque nous verrons quels pilotes sont capables de fournir des performances fiables.

Les essais hivernaux ont été difficiles, avec seulement six jours pour étudier un ensemble presque entièrement nouveau. Malgré un jour de faible kilométrage la semaine dernière, nous avons quand même effectué beaucoup de courses précieuses et nous avons découvert beaucoup de choses sur la FW44. Il ne fait aucun doute qu’il y a encore beaucoup à apprendre et nous verrons les 2022 voitures évoluer rapidement au cours des prochaines semaines. Cependant, notre travail ce week-end est de tirer le maximum de la course de dimanche, de continuer notre travail de réglage et de compléter l’intégration d’Alex dans l’équipe en réalisant notre premier week-end de course ensemble.

Nicholas Latifi :

 

Il va sans dire que je suis très excité par la première course de l’année. La pré-saison a été longue, avec beaucoup d’efforts de la part de tout le monde, tant sur la piste qu’à l’usine de Grove, pour nous construire une voiture avec laquelle nous pourrons courir, alors je suis impatient de voir comment nous nous en sortirons à l’extinction des feux dimanche. Nous allons tout faire pour obtenir le meilleur résultat possible.

Le circuit international de Bahreïn est un circuit intéressant, et le fait qu’il s’agisse d’une course de nuit ajoute un autre élément inhabituel à affronter. C’est difficile du point de vue de la gestion des pneus car les températures sont élevées et la piste est très rugueuse ; nous avons aussi le défi supplémentaire de comprendre comment les Pirelli de 18 pouces se comportent dans ces conditions. L’ouverture de la saison devrait être passionnante !

Alex Albon :

 

Je suis évidemment très excité par la première course de l’année et par mon retour à la compétition. Ce sera le résultat de tout le dur travail de l’hiver et de tout ce que nous avons appris au cours des six jours d’essais, donc je suis impatient de voir tout cela se concrétiser et de pousser le plus loin possible. La piste est délicate car, comme nous l’avons vu lors des essais, elle est très venteuse, sablonneuse et chaude, des conditions difficiles à affronter. Mais c’est un bon circuit pour la course, donc ce devrait être un week-end passionnant pour la Formule 1.

MERCEDES

La première manche de la saison 2022 de Formule 1 à Bahreïn.

 
  • Toto parle de Bahreïn
  • Fiche d’information : Grand Prix de Bahreïn
  • Attaque de statistiques : Bahreïn et au-delà

Toto Talks Bahrain :

 

Le début d’une nouvelle saison de Formule 1 est toujours excitant, et cette année plus que les autres. Avec de nouvelles réglementations techniques et sportives, il y a tant de choses à apprendre et à découvrir au début de cette nouvelle saison.

Barcelone a été un premier test productif de la W13, puis nous avons apporté une grande mise à jour à Bahreïn pour le test de pré-saison qui a résulté d’un énorme effort de toute l’équipe. Nous avons fait un bon kilométrage, nous avons eu une fiabilité solide et nous avons appris beaucoup de choses sur notre nouvelle voiture, mais ces trois jours n’ont pas été simples pour nous.

Nous avons essayé de nombreuses options de réglages et avons bien progressé dans la compréhension de nos limites, et il y a encore beaucoup de place pour nous améliorer encore. Il y a beaucoup de potentiel à débloquer dans la W13, et nous savons combien nous aimons le défi de comprendre la voiture et d’en extraire le maximum, et ce sera notre objectif pour les jours, semaines et mois à venir.

Il est difficile de dire exactement où nous nous situerons dans l’ordre de compétition ce week-end à Bahreïn, mais c’est ce qui rend cette nouvelle saison et cette nouvelle ère si excitantes. C’est une ardoise propre pour tout le monde et tout à jouer. Comme nous le disons toujours, ce que nous aimons en F1, c’est que le chronomètre ne ment jamais – et nous aurons une première idée de la vérité compétitive samedi lors des qualifications. Je suis impatient de voir ce que le week-end nous réserve…

Fiche d’information : Grand Prix de Bahreïn

Le circuit international de Bahreïn est situé au milieu du désert, sur ce qui était autrefois une ferme de chameaux. Il compte 1 120 palmiers !

Bien qu’il soit situé dans un désert, le sable n’est pas un problème pour les équipes et les voitures à Bahreïn, et la surface de la piste se nettoie rapidement.

Le Grand Prix de Bahreïn est une course crépusculaire, qui commence au coucher du soleil et se termine dans la nuit. La FP2 et les qualifications ont également lieu le soir, et 495 poteaux d’éclairage sont donc utilisés pour illuminer la piste.

Malgré le nouveau format du week-end de la F1, les séances FP1 et FP3 se déroulent toujours de jour à Bahreïn, et n’ont donc que peu de valeur en termes d’équilibre de la voiture et de travail sur les réglages pour les qualifications et la course, qui ont lieu de nuit. Cependant, elles peuvent toujours s’avérer utiles pour travailler sur les éléments de test ou pour comprendre les pneus. La FP2 est donc une séance cruciale pour toutes les équipes, car c’est la seule chance que nous avons de faire rouler la voiture dans des conditions similaires à celles des qualifications et de la course.

L’accent est mis sur la mise au point de la voiture pour les virages à basse et moyenne vitesse. En effet, les sections de la piste à haute vitesse sont faciles à prendre à plat. Mais l’adhérence mécanique est cruciale dans les virages lents. C’est l’inverse de ce que nous faisons sur des circuits comme Silverstone, où la performance dans les virages à haute vitesse est essentielle.

Nous constatons souvent une dégradation plus importante des pneus à Bahreïn, car c’est l’un des revêtements les plus rugueux de la saison, et nous nous attendons à une dégradation plus importante que l’année dernière, en raison des changements techniques apportés à la voiture et des nouveaux pneus pour la saison F1 2022.

Le virage le plus délicat du circuit est le virage 10. Il présente une longue entrée de virage combinée qui se resserre et s’éloigne à l’apex et est aveugle au-dessus d’une crête. Les pilotes doivent freiner tout en effectuant le large arc de virage du virage 9. Tous ces facteurs font que le pneu avant gauche devient léger, ce qui augmente le risque de blocage.

Bahreïn est toujours un circuit éprouvant pour les freins, avec sept freinages, dont trois classés « lourds » par nos ingénieurs (ce qui signifie que le pilote freine pendant 0,4 seconde ou plus, avec 4G ou plus). Comme nous l’avons constaté lors des essais de pré-saison, la piste de Bahreïn est aussi plus bosselée et les voitures ne sont pas aussi douces à conduire, ce qui rend le freinage plus délicat.

En raison des différents changements apportés au format du week-end, les mécaniciens ont moins de temps pour travailler sur les voitures et moins de temps d’ingénierie, en raison du couvre-feu précoce. L’accent est donc mis sur la nécessité d’être opérationnel dès le départ, avec une bonne préparation et un travail de simulation.

Comme l’accent est mis sur les préparatifs de pré-week-end, la corrélation entre les outils de simulation et la piste est cruciale – il faut s’assurer que la simulation représente bien la voiture réelle. Mais l’écart entre le test et la course est beaucoup plus faible qu’à l’accoutumée, ce qui rend plus difficile de comprendre les enseignements du test et de les intégrer dans les préparatifs d’avant-course.

Les nouvelles réglementations techniques, avec leur plancher et leur diffuseur radicalement différent, signifient que nous verrons davantage d’étincelles jaillir du dessous de la voiture – ce qui sera spectaculaire sous les lumières à Bahreïn !

En raison des nouvelles réglementations et des voitures très différentes pour 2022, les performances des voitures dans les virages vont également changer. Par exemple, nous nous attendons à ce que les voitures prennent le virage 4 à Bahreïn à 115 km/h en 2022, contre 135 km/h l’année dernière. De même, un virage à grande vitesse comme le virage 12 sera désormais pris à 240 km/h, contre 265 km/h.

FERRARI, GRAND PRIX DE BAHREÏN – LA NOUVELLE ÈRE DE LA FORMULE 1 FAIT SES DÉBUTS À SAKHIR

La nouvelle ère de la Formule 1 s’ouvre à Bahreïn, où, il y a moins d’une semaine, les six jours d’essais de pré-saison ont pris fin, permettant aux équipes de se familiariser avec la nouvelle génération de monoplaces qui font leurs débuts cette année. Les nouvelles réglementations sont nombreuses : du retour de l’effet de sol aux pneus de 18 pouces introduits par Pirelli, de l’utilisation du nouveau carburant écologique E10 à l’augmentation du poids de la monoplace. La Scuderia Ferrari part des presque 4000 km parcourus par la F1-75 en essais – plus que toute autre voiture – et des bonnes sensations perçues par Carlos Sainz et Charles Leclerc.

pht. Scuderia Ferrari

Le circuit. La piste de Sakhir est longue de 5 412 mètres, qu’il faudra parcourir 57 fois dimanche. Il se caractérise par de longues lignes droites et un freinage très exigeant : les deux sections de freinage les plus difficiles se situent aux virages 1 et 14. Il y a trois zones pour l’utilisation de l’aile mobile (DRS) : une sur la dernière ligne droite, une entre les virages 3 et 4 et la troisième entre les virages 10 et 11. Les vents forts de ces derniers jours ont apporté beaucoup de sable sur la piste et il faut s’attendre à ce que la première séance d’essais libres – prévue demain à 15h00 heure locale (13h00 CET) – offre des temps plutôt lents. Comme toujours, les qualifications et la course débuteront après le coucher du soleil, à 18h00 (16h00 HEC) et se dérouleront sous de puissants projecteurs, la piste devenant plus efficace à mesure que la nuit tombe sur Bahreïn, faisant baisser la température de l’asphalte.

Charles Leclerc. pht. Scuderia Ferrari

Mémoires. La Scuderia Ferrari s’est imposée à six reprises à Bahreïn et ce circuit a été le théâtre du premier grand triplé de Leclerc, qui y a décroché sa première pole position et son premier podium en 2019. Sakhir est également lié aux débuts avec la marque de Maranello de Sainz l’année dernière, qui au volant de la SF21 a pris le départ et terminé huitième.

Trois questions à Matteo Togninalli, head of track engineering :

  1. Quel effet cela fait-il, d’un point de vue personnel, de commencer la saison 15 en Formule 1 ?

« La première course de la saison est toujours spéciale, car c’est une nouvelle aventure qui commence. Celle-ci, cependant, est encore plus spéciale car il y a beaucoup de nouveaux facteurs à prendre en compte et je suis curieux de savoir si tout ce que nous avons mis en place en termes de processus et de procédures va dans le sens que nous attendons et apporte les bénéfices escomptés. Nous avons évidemment profité des tests pour faire une sorte de répétition générale, mais ce n’est que le week-end de course, avec sa pression et ses attentes, qui peut nous donner la véritable mesure de notre préparation. La pression et les attentes peuvent conduire à des erreurs et nous avons travaillé avec l’ensemble de l’équipe pour nous assurer que nous sommes toujours clairs dans notre gestion des différents aspects. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes pour gérer le travail sans incertitudes ».

  1. Ils présentent des voitures entièrement nouvelles : qu’attendez-vous d’un point de vue technique pour faire la différence sur la piste ce week-end ?

« Je pense qu’au-delà des différents designs de voitures, ceux qui ont préparé la saison dans le détail auront un avantage compétitif au départ. Il y a tellement de nouveaux éléments en jeu et ceux qui comprennent le nouveau format – et surtout les limites qui lui sont associées – pourront en profiter jusqu’à au moins un tiers de la saison. Quand je parle du format, je fais référence à l’ensemble du paquet : les voitures complètement nouvelles, le temps plus court dont on dispose pour travailler dessus, les pneus 18″ et aussi le style de conduite que les pilotes ont dû changer. En bref, celui qui comprendra les limites et les opportunités de ce week-end aura une carte de plus que les autres pour laisser sa marque sur la piste.

  1. À l’inverse, étant donné qu’il s’agit de la première de 23 courses, quel facteur fera la différence à long terme ?

« Le développement de la voiture sera clairement l’élément principal mais il y a d’autres facteurs clés comme l’organisation sur la piste, qui est mon domaine d’expertise. N’oublions pas que nous entrons dans la saison la plus intense de l’histoire du sport. Je pense donc que nous devons identifier les plus petits domaines dans lesquels nous pouvons intervenir pour rendre chaque processus de travail plus efficace. L’un des objectifs sera d’accroître l’échange d’informations entre les ingénieurs et l’équipe sur la piste et le reste de l’équipe à la maison.

Statistiques de Ferrari

  • GPs joués 1030
  • Saisons en F1 73
  • Début Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 238 (23,11%)
  • Pole positions 230 (22,33%)
  • Tours les plus rapides 254 (24,66%)
  • Total des podiums 778 (25,18%)

Ferrari Stats GP Bahrain :

Joué GP 18

Début 2004 (M. Schumacher 1er ; R. Barrichello 2ème)

Gagne 6 (33,33%)

Pole positions 5 (27,78%)

Tours les plus rapides 5 (27,78%)

Total des podiums 14 (25,92%)

Carlos Sainz. pht. Scuderia Ferrari

Grand Prix de Bahreïn : faits et chiffres

3. Les occasions où le championnat du monde de Formule 1 a pris le départ de Bahreïn. La première fois, c’était en 2006, lorsque Fernando Alonso (Renault) s’était imposé devant la Ferrari de Michael Schumacher. La deuxième a eu lieu en 2010, lorsque la Scuderia Ferrari a triomphé, toujours avec le pilote espagnol ; la troisième a eu lieu l’année dernière, lorsque Lewis Hamilton (Mercedes) a gagné et que Charles et Carlos ont terminé sixième et huitième dans la Ferrari SF21.

 

4. La position la plus arrière depuis laquelle le Grand Prix de Bahreïn a été remporté : c’est arrivé deux fois, en 2006 avec Fernando Alonso (Renault) et en 2009 avec Jenson Button (Brawn GP). Quant au retour le plus important sur le podium, il faut remonter à la course de 2006, lorsque Kimi Räikkönen (McLaren) avait terminé troisième après être parti 22e.

 

  1. Environ le nombre de Grands Prix parcourus pendant les six jours d’essais de pré-saison de la Scuderia Ferrari, soit 3 941 km.

 

  1. C’est le nombre moyen de dépassements lors des 18 éditions du Grand Prix de Bahreïn organisées jusqu’à présent. Celui qui a connu le plus de changements de position est celui de 2016, avec 66, tandis que le moins mouvementé est le deuxième, datant de 2005, avec seulement huit dépassements.

 

  1. Le nombre d’années écoulées depuis la dernière participation des voitures à effet de sol à un Grand Prix. Après un certain nombre d’accidents graves au cours de la saison 1982, il a été décidé de supprimer les jupes latérales des monoplaces et d’introduire un fond plat, ce qui a sapé les avantages de la technologie qui avait été introduite en Formule 1 en 1977 par Lotus.

 

Donc, à Ferrari, il y a 75 ans

Après le premier essai réussi du moteur et du châssis de la 125 S – qui a eu lieu le 12 mars vers 16 heures – Enzo Ferrari commande la carrosserie de sa première création. Le fondateur, imaginant la nécessité d’apporter diverses modifications qui ne pouvaient être prévues au moment de la commande, décide de se tourner vers un artisan local. Son nom est Giuseppe Peiretti.

 

Haut du site