14 avril 2024

WRC, Kalle Rovanperä intouchable au Rallye d’Estonie

Le Finlandais Kalle Rovanperä a remporté sa troisième édition consécutive du Rallye d’Estonie ce dimanche après-midi à l’issue d’une prestation pleine de maîtrise lors de la huitième manche du calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Il y a deux ans, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) était devenu le plus jeune vainqueur de l’histoire du championnat du monde des rallyes sur les spéciales ultra-rapides de l’Estonie. Cette année, il quitte le pays avec cinquante-cinq points d’avance en tête du classement général en ayant fait un nouveau pas dans sa quête d’un deuxième titre consécutif après avoir dominé les débats cette semaine.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1

Le Finlandais âgé de vingt-deux ans terminait le rendez-vous autour de Tartu avec 52 »7 d’avance sur son rival Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1), pourtant leader après la première boucle vendredi. Il lui ravissait la première place plus tard dans la journée avant de signer neuf meilleurs temps consécutifs samedi pour asseoir sa suprématie.

La pluie prévue ne tombait finalement lors de la dernière étape dimanche, où Kalle Rovanperä se montrait de nouveau intouchable en remportant les quatre tests et s’assurant le maximum de points bonus Wolf Power Stage en jeu par la même occasion. Sa domination était telle qu’il s’offrait quinze des vingt-et-une spéciales du rallye.

Thierry Neuville se satisfait de sa deuxième place

« C’était un rallye important », souriait le vainqueur. « Pour le championnat, c’était un endroit très important pour prendre de gros points et c’était exactement notre objectif. C’est mon épreuve préférée du calendrier, donc je savais que nous devions attaquer ici et tout s’est bien passé. »

Thierry Neuville avait pratiquement concédé sa défaite samedi soir, mais le Belge était ravi d’avoir réalisé l’une des meilleures performances de sa carrière sur ce type de rallye rapide sur terre. Il ne pouvait toutefois pas relâcher ses efforts dimanche, son équipier Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) complétant le podium à seulement 6 »8 après quatre jours et plus de 300 kilomètres d’action.

Le résultat d’Esapekka Lappi était synonyme d’un quatrième podium sous les couleurs de Hyundai Motorsport, qui compte désormais cinquante-sept points de retard sur Toyota Gazoo Racing au championnat constructeurs. Le Finlandais attaquait également jusqu’aux derniers mètres puisqu’Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) le suivait à 7 »3 au dernier contrôle horaire.

Esapekka Lappi a signé son quatrième podium de la saison

Teemu Suninen plaçait une troisième Hyundai i20 N Rally1 dans le top cinq en terminant à plus d’une minute d’Elfyn Evans après un parcours sans faute pour ses débuts avec sa nouvelle monture. Il devançait Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), qui profitait de la Wolf Power Stage pour reprendre l’ascendant sur Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) dans leur duel pour la sixième place.

Équipier de Pierre-Louis Loubet, Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) était le favori avant l’épreuve, mais ses espoirs de victoire à domicile étaient réduits à néant avant même le départ. Un problème moteur dès le shakedown jeudi contraignait son équipe à effectuer un changement de moteur de dernière minute, d’où une pénalité de cinq minutes avant la première spéciale. L’Estonien accuse désormais soixante-six points de retard sur Kalle Rovanperä à cinq rallyes de la fin de saison.

Le rallye à domicile d’Ott Tänak ne s’est pas déroulé comme prévu

Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) maintenait sa neuvième place sur l’épreuve tout en conservant l’ascendant en WRC2. Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2) complétait le top dix.

Podium WRC

Le classement ici

Le WRC reste dans le nord de l’Europe puisque le prochain rendez-vous du calendrier aura également lieu sur un autre rallye extrêmement rapide sur des routes de terre. Neuvième manche de la saison, le Secto Rally Finland aura lieu à Jyväskylä du 3 au 6 août.

 

WRC2

Mikkelsen s’offre la victoire

Les espoirs de titre d’Andreas Mikkelsen ont reçu un grand coup de pouce avec le succès du pilote norvégien dans la catégorie WRC2 au Rallye d’Estonie.

Andreas Mikkelsen, P1

Sacré en WRC2 en 2021, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) avait hérité des commandes dans l’antichambre de la catégorie reine après l’abandon d’Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2), victime d’une suspension endommagée vendredi.

Dès lors, le pilote âgé de trente-quatre ans gardait le contrôle et pouvait se permettre de gérer sa prise de risque sur les spéciales de terre ultra-rapides malgré les attaques de Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2) dans le sprint final.

S’il devançait Andreas Mikkelsen sur les quatre tests de dimanche, l’offensive de Sami Pajari était trop tardive et son rival norvégien s’imposait avec 9 »7 d’avance pour sceller sa deuxième victoire en trois départs cette saison en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

« Nous avons adopté une approche intelligente ce week-end », confiait Andreas Mikkelsen, désormais deuxième du championnat. « Oliver avait un bon rythme vendredi et il était peut-être un peu au-dessus de la limite, mais nous étions réguliers. Après son abandon, nous avons juste essayé de maintenir l’écart. Dans la Power Stage, vous voulez toujours aller à fond, mais nous nous sommes un peu retenus parce que les vingt-cinq points de la victoire sont cruciaux. »

Deuxième, Sami Pajari signe son meilleur résultat

À plus d’une minute du duo de tête, Emil Lindholm et sa copilote Reeta Hämälainen complétaient le podium pour leurs débuts avec la Hyundai i20 N Rally2. Les Finlandais se montraient propres tout au long du week-end, à l’exception d’un contact avec une souche d’arbre dans l’ES1 et un problème intermittent de direction assistée vendredi après-midi.

Quatrième, Marco Bulacia (Škoda Fabia RS Rally2) faisait néanmoins belle impression après son tonneau lors du shakedown jeudi. Le Bolivien comptait un avantage de 19 »4 sur Miko Marczyk (Škoda Fabia RS Rally2), qui prenait l’ascendant sur Robert Virves (M-Sport Ford Fiesta Rally2) pour le gain de la cinquième position dans l’ES19.

Emil Lindholm était satisfait de ses débuts chez Hyundai

WRC3

Korhonen met une main sur la couronne

Le Finlandais Roope Korhonen a pratiquement scellé le titre en WRC3 après son sans-faute pour s’imposer dans la catégorie au Rallye d’Estonie.

Roope Korhonen, P1

Roope Korhonen avait commencé l’étape dominicale avec 56 »5 d’avance sur Laurent Pellier dans la catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3. Cet avantage permettait au jeune finlandais d’aborder les quatre spéciales finales sans prendre le moindre risque superflu et sceller sa victoire pour 34 »6 à l’arrivée.

Avec quatre victoires en quatre départs cette année, le pilote âgé de vingt-quatre ans a réalisé un 100 % et compte désormais cent points. Les concurrents engagés en WRC3 ne pouvant comptabiliser que leurs quatre meilleurs résultats sur un maximum de cinq rallyes, le Finlandais peut donc être égalé, mais pas battu. Dans le cas où un nouveau protagoniste égalerait ses performances d’ici la fin de saison, le titre se jouera au décompte du cinquième meilleur résultat.

Toni Herranen a terminé le week-end en troisième position

Laurent Pellier terminait le week-end devant le Finlandais Toni Herranen, auteur de son premier podium de l’année en WRC3. Son rival français – tenant du titre en Junior ERC – profitait également des dix-huit points de la deuxième place pour se hisser de la huitième à la quatrième position du championnat.

Le Turc Ali Türkkan se classait quatrième à plus de deux minutes du podium.

Laurent Pellier a signé son deuxième podium de l’année en WRC3

JUNIOR WRC

Munster l’emporte et préserve le suspense

Le titre en FIA Junior WRC se jouera lors de la dernière manche de la saison après la victoire de l’intérimaire Grégoire Munster ce dimanche au Rallye d’Estonie.

Grégoire Munster, P1

Principalement présent pour acquérir de l’expérience en complément de sa campagne en WRC2, Grégoire Munster s’imposait avec 8 »1 seulement d’avance sur Laurent Pellier à l’issue de quatre journées intenses d’action sur les routes ultra-rapides en terres estoniennes. Avec le week-end compliqué du leader du championnat, William Creighton, il faudra attendre septembre et la finale aux points doublés à l’EKO Acropolis Rally Greece pour attribuer la couronne.

Avant le départ, William Creighton avait déjà une petite chance de sceller le titre. Cependant, l’Irlandais était écarté du match pour la victoire après la casse d’un bras de direction vendredi. Reparti samedi, il remportait onze spéciales et autant de points Wolf Stage Win pour renforcer ses chances de sacre.

Le podium estonien était complété par Diego Dominguez, qui accusait près de trois minutes de retard sur Laurent Pellier à l’arrivée. Le Paraguayen est désormais à six points de son rival français, lui-même devancé de vingt-et-une unités par William Creighton.

Communiqué WRC

Crédits photos WRC