WRC, Ott Tänak sans rival, prend les commandes en Italie, vendredi

Posted by

L’Estonien Ott Tänak a effectué un vendredi presque parfaite pour prendre les commandes du Rally Italia Sardegna devant son équipier Dani Sordo après une première étape éprouvante.

Ott Tänak (EST) Martin Jarveoja (EST) of team Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

En remportant cinq des huit spéciales sous le soleil sarde, Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) reléguait son équipier Dani Sordo à 19 »0 au terme de la première étape du cinquième rendez-vous du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Dani Sordo (ESP) Borja Rozada (ESP) of team Hyundai Shell Mobis. Dani Sordo peut encore croire en une troisième victoire consécutive en Sardaigne.  Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Déjà dominateur lors de la manche précédente au Portugal avant son abandon, l’Estonien dégainait d’entrée sur l’île méditerranéenne avec les quatre meilleurs temps du matin pour s’offrir 16 »9 d’avance. Après un cinquième scratch consécutif et deux deuxièmes places, Ott Tänak ne connaissait qu’un souci mineur en devant boucler la dernière spéciale du jour avec un pneu avant gauche délaminé.

« La voiture se comporte bien depuis le début, donc j’ai pu imposer un bon rythme », déclarait Ott Tänak. « Je savais que les deux Toyota à l’avant pourraient avoir du mal, donc nous avions l’opportunité de creuser l’écart. Plus notre avance est bonne, mieux c’est et je continuerai d’attaquer demain. »

Visant un troisième succès consécutif en Sardaigne, Dani Sordo était ralenti par des problèmes mineurs dans la matinée avant d’être au sommet de son art plus tard dans la journée. L’Espagnol échangeait ainsi ses positions avec le leader du championnat Sébastien Ogier, finalement relégué à 16 »8 après les trois scratches de son adversaire.

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing. Sébastien Ogier est troisième malgré son rôle ingrat de balayeur. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

En parallèle, Sébastien Ogier était ravi de sa prestation. Le Français s’attendait à devoir limiter les dégâts en étant le premier à s’élancer sur des routes sablonneuses encore peu adhérentes, mais il parvenait à suivre le duo de tête avant de finir l’étape à 36 »2 du leader.

Elfyn Evans (GB) Scott Martin (GB) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) connaissait une journée plus frustrante. Frustré le matin, le Gallois retrouvait le parc d’assistance au sixième rang à mi-journée avant d’afficher un meilleur rythme dans l’après-midi. Le vainqueur du Vodafone Rally de Portugal concédait cependant plus d’une minute à Ott Tänak.

Thierry Neuville (BEL) Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Lui aussi en difficulté dans les deux premières boucles, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) corrigeait positivement ses réglages pour finir en beauté et partager le meilleur temps de la dernière spéciale avec son équipier Dani Sordo. Si deux crevaisons le ralentissaient, le Belge n’était qu’à 1 »2 d’Elfyn Evans au terme de cette première journée.

Takamoto Katsuta (JPN) Daniel Barritt (JPN) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après avoir calé à trois reprises, Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) conservait un bel avantage sur Mads Østberg (Citroën C3 Rally2), en tête du WRC2. Jari Huttunen (Hyundai i20 R5), le leader du WRC3 Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) et Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2) complétaient le top dix.

Kalle Rovanpera (FIN) Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing, abandon bris de suspension. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Kalle Rovanperä était d’abord le plus proche rival d’Ott Tänak, mais le Finlandais devait abandonner après le bris de sa suspension avant droite dans la dernière spéciale de la matinée.

M-Sport Ford World Rally Team connaissait un vendredi décevant. Teemu Suninen abandonnait dès la première spéciale en mettant sa Fiesta sur le flanc tandis que Gus Greensmith occupait la septième place jusqu’au dernier test du jour avant d’être arrêté par un problème de transmission.

Des problèmes de freins coûtaient également plus de trois minutes à Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC), onzième à l’issue de ce vendredi éreintant.

Tänak bien en tête vendredi soir

Disputée samedi, la deuxième étape sera la plus longue du Rally Italia Sardegna 2021 avec 129,62 kilomètres chronométrés. La matinée comprendra deux passages dans deux spéciales tracées dans le Monte Lerno, dont l’époustouflant Micky’s Jump. Après une assistance à mi-journée, deux autres spéciales seront négociées à deux reprises dans l’après-midi. L’une d’entre elles n’a plus été empruntée depuis 2005.

HighLights Stages 4-8

WRC2, Mads Østberg en forme

Tenant du titre en WRC2, Mads Østberg a affirmé sa domination avec une prestation sans faille pour s’offrir une belle avance dès la première étape du Rally Italia Sardegna.

Mads Østberg

Discret il y a quinze jours au Portugal, Mads Østberg (Citroën C3 Rally2) dictait cette fois le rythme d’entrée en se montrant le plus rapide sur cinq des huit spéciales sinueuses au programme de la première étape. Si le Norvégien levait le pied dans le dernier test du jour pour éviter davantage de dégâts après avoir tapé une pierre, il retrouvait néanmoins le parc d’assistance avec 27 »0 d’avance sur Jari Huttunen (Hyundai i20 R5).

« C’était une bonne journée et je me concentre uniquement sur ma propre stratégie », déclarait le leader. « C’était très dur. Quelque chose de mal peut arriver tellement vite sur ce genre de spéciales, donc je vais poursuivre ma stratégie et attaquer quand je suis le plus à l’aise. »

Jari Huttunen termine la première étape en deuxième position

Le rythme régulier affiché par Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) portait ses fruits. Le Finlandais n’était jamais en dehors du trio de tête et s’offrait même le meilleur temps dans la répétition d’Erula – Tula pour boucler la première étape avec un avantage égal à 1’36 »9 sur Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2).

Wilkinson Bulacia (BOL) Marcelo Ohannesian (ARG) of team Rally2 evo Toksport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pour son seizième Rally Italia Sardegna, le Tchèque Martin Prokop (M-Sport Ford Fiesta Rally2) ne connaissait qu’un bref arrêt dans le dernier secteur chronométré pour pointer à 5’02 »3 du leader et 9’24 »0 d’avance sur Enrico Brazzoli (Škoda Fabia Rally2).

Andreas Mikkelsen (NOR), le rallye d’Andreas Mikkelsen s’est arrêté dans la boucle matinale du vendredi

Venu défendre son avance au championnat, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2) voyait ses espoirs être sérieusement ébranlés lorsqu’il ne repartait du parc d’assistance. Après un tonneau dans Terranova, les commissaires constataient que l’arceau de sécurité de sa voiture était endommagé. Le Norvégien ne redémarrera pas samedi.

« La voiture a tout simplement été déportée dans une corde dans un virage à gauche », expliquait le pilote âgé de trente-et-un ans. « Comme je voulais aller à droite, je pensais que quelque chose avait cassé dans la direction, mais tout s’était bien passé une fois la voiture remise sur ses quatre roues. »

Sean Johnston (Citroën C3 Rally2) partait également en tonneau après un excès d’optimisme dans une courbe à droite de la première spéciale tandis qu’Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta Rally2) restait sur place dans l’ES2. Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) était également piégé dans le test suivant.

Adrien Fourmaux (FRA) Renaud Jamoul (BEL) of team M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

HighLights WRC2

WRC3, Yohan Rossel émerge en tête

Le Français Yohan Rossel s’est emparé des commandes du WRC3 après la sortie de son principal rival dans la dernière spéciale du vendredi au Rally Italia Sardegna.

Yohan Rossel

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), qui compte trente-quatre points d’avance au championnat, passait une bonne partie de son vendredi à batailler avec Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2). Les deux hommes s’échangeaient plusieurs fois les commandes et, à un moment donné, le trio de tête se tenait en moins de quatre secondes.

Kajetan Kajetanowicz semblait avoir pris le dessus dans sa quête d’une troisième victoire consécutive, mais le Polonais sortait large dans un virage à gauche à un kilomètre de la fin d’Erula – Tula, le dernier test du jour, et coinçait sa voiture dans un fossé. Si cette dernière n’était pas endommagée, Yohan Rossel saisissait l’occasion pour s’installer au sommet de la catégorie.

Kajetan Kajetanowicz a cédé la tête dans la dernière spéciale du jour

Champion d’Espagne en titre à vingt-cinq ans seulement, Pepe López (Skoda Fabia Rally2) était à 16 »3 du leader après s’être montré impressionnant et avoir pris les commandes de la catégorie dans l’après-midi. Son compatriote Jan Solans (Citroën C3 Rally2), Champion FIA Junior WRC en 2019, complétait le trio de tête 7 »3 plus loin tout en repoussant Nicolas Ciamin (Citroën C3 Rally2) à 1’07 »2.

Pepe López est bien parti pour s’offrir son premier podium en WRC3

Alberto Heller (Citroën C3 Rally2) complétait le top cinq à 38 »7 de Nicolas Ciamin. Le Chilien devançait Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2), victime d’une crevaison lente dans les dix derniers kilomètres de Filigosu – Sa Conchedda le reléguant à 2’27 »7 du leader.

Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) subissait également un coup dur en voyant la roue avant gauche se désolidariser de sa voiture dans le final de la première spéciale. L’Estonien devait définitivement s’arrêter peu après. En parallèle, le Finlandais Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) s’arrêtait également après la casse d’une courroie d’alternateur.

Classements du vendredi

Communiqué WRC

English Information

BULLETPROOF TÄNAK BLITZES RIVALS IN ITALY’S OPENER

Ott Tänak delivered a near-perfect performance to lead Hyundai Motorsport team-mate Dani Sordo after Friday’s punishing opening leg at Rally Italia Sardegna.

Tänak won five of the eight sun-kissed and rocky speed tests in his i20 World Rally Car to build a handy 19.0sec advantage over his Spanish colleague in this fifth round of the FIA World Rally Championship.

After dominating the previous round in Portugal only to retire from the lead, the Estonian was fastest out of the blocks on the Mediterranean holiday island. He won all four morning speed tests to lead by 16.9sec.

A fifth straight win was followed by a brace of second fastest times. His only blot on the day was a delaminated front left tyre in the closing test, which cost a handful of seconds.

“The car has been behaving nicely since the beginning so I’ve been able to give a good rhythm,” said Tänak. “I knew the two Toyotas at the front might struggle so it was definitely our chance to build a gap. The more gap we have the better, so I keep pushing tomorrow as well.”

Sordo, chasing a third consecutive Sardinia success, was hampered by minor problems this morning but hit top form later. He traded places with championship leader Sébastien Ogier before reeling off three fastest times to end the day 16.8sec clear of the Frenchman’s Toyota Yaris.

Ogier was delighted with his drive. Expecting a day of damage limitation after starting first on sandy roads where grip was at its lowest, he briefly held second but was unable to match the Hyundais and ended 36.2sec off the lead.

Elfyn Evans ended a frustrating day in fourth in his Yaris. The Welshman was out of sorts this morning and languished in sixth, but better pace this afternoon enabled the winner of the previous round in Portugal to recover. He ended more than a minute adrift of Tänak.

Thierry Neuville was another to struggle this morning. Set-up changes had a positive effect and the Belgian ended on a high, sharing fastest time in the final stage with team-mate Sordo. Two punctures didn’t help his efforts, but he was only 1.2sec behind Evans.

Sixth went the way of Takamoto Katsuta. The Japanese driver stalled his Yaris’ engine three times but held a comfortable advantage over WRC2 leader Mads Østberg. Jari Huttunen was eighth ahead of WRC3 leader Yohan Rossel and Marco Bulacia.

Kalle Rovanperä was initially Tänak’s closest challenger but the Finn retired his Yaris with broken front right suspension in this morning’s final stage.

It was a disappointing day for M-Sport Ford. Teemu Suninen retired in the opening stage after tipping his Fiesta onto its side, while Gus Greensmith retired from seventh in the last stage with transmission troubles. Brake problems cost Pierre-Louis Loubet more than three minutes and he was 11th in an i20.

Saturday is the longest leg with 129.62km of competition. The morning features a double pass of two stages in the Monte Lerno area, including the breathtaking Micky’s Jump. After service, two afternoon tests, which are also driven twice, include one not used since 2005.

WRC2: ØSTBERG ON FORM IN ITALY

Defending champion Mads Østberg asserted dominance with a flawless drive to open a hefty advantage in WRC2 on Friday at Rally Italia Sardegna.

The Norwegian banished all memories of his lacklustre performance a fortnight ago in Portugal by setting the pace from the get-go.

Driving a Citroën C3 Rally2, he was fastest on five of the eight twisty speed tests. He eased off to prevent any rock-inflicted damage in the final stage, but still ended the day with a 27.0sec lead over Hyundai i20 R5 pilot Jari Huttunen.

« It’s been a good day, and I am purely focusing on my own strategy,” said the leader. 

“It’s very rough. Things happen so easily on these type of stages, so I will carry on with my strategy and just push when I am happy, » he added.

Huttunen’s consistent pace paid off. The Finn was never outside the top three times, and even took a stage win on the second pass of Erula – Tula.

He rounded out the opening leg with a comfortable 1min 36.9sec buffer to third-placed Marco Bulacia in a Škoda Fabia Rally2.

Contesting the event for a 16th time, Czech driver Martin Prokop enjoyed the day in his M-Sport Ford Fiesta Rally2. A brief stop in the final stage was a minor setback, and he trailed the leaders by 5min 02.3sec. Skoda man Enrico Brazzoli rounded out the leaderboard 9min 24.0sec behind.

Andreas Mikkelsen’s hopes of maintaining his championship lead were severely dented when he retired in service. After rolling in the Terranova test, scrutineers found the roll cage of his Fabia to be damaged. He will not restart on Saturday.

« On a left-hand corner, in a cut, the car just switched sides and I wanted to go to the right. I thought it had snapped something in the steering, but when we rolled the car over to continue, it felt okay, » explained the 31-year-old.

Sean Johnston rolled his Citroën after overcooking a right-hander during the first stage, whilst M-Sport Ford star Adrien Fourmaux got his Fiesta beached in SS2. Georg Linnamäe retired his Volkswagen Polo one stage later.

WRC3: ROSSEL SNATCHES LATE LEAD

Yohan Rossel moved into the WRC3 lead after final stage drama ruled out his closest challenger at Rally Italia Sardegna on Friday night.

The Citroën C3 Rally2 star, who currently holds a 34 point lead in the championship, spent much of the day in a fierce battle with Kajetan Kajetanowicz.

The lead changed hands several times and, at one point during the afternoon, less than 4sec separated the top three.

Kajetanowicz seemed to have the upper hand in his quest for a third consecutive victory. However, just 1km from the end of the final Erula – Tula speed test, disaster struck. 

The Pole slid wide on a left corner and got his Škoda Fabia Rally2 stuck in a ditch. The car was undamaged, but the mishap gifted the overnight lead to Rossel.

Spanish champion Pepe López was 16.3sec behind Rossel in second. The 25-year-old showed an impressive turn of pace in his Fabia and led the category during the afternoon loop.

Jan Solans, 2019 FIA Junior WRC champion, completed the top three, a mere 7.3sec behind his fellow compatriot in another Citroën.

Solans was able to build up some breathing room between himself and fourth-placed Nicolas Ciamin. At close of play, he was 1min 7.2sec ahead of the Frenchman. 

C3 man Alberto Heller was 38.7sec down on Ciamin in fifth, whilst Chris Ingram rounded out the top six in a Škoda.

Ingram was hindered by a slow puncture during Filigosu – Sa Conchedda which he drove on for 10km. The setback cost over a minute, and he ended Friday 2min 27.7sec off the leading pace.

Hard-charging Estonian Egon Kaur was dealt a harsh blow when the front left wheel fell off his Volkswagen Polo near the end of the opening test. Despite limping to the end, he retired shortly afterwards. Emil Lindholm also stopped with a broken alternator belt in his Fabia.