29 mai 2024

Verstappen domine le GP de Hongrie et offre à Red Bull une douzième victoire consécutive, un record !

Max Verstappen s’est imposé devant Lando Norris et Sergio Perez grâce à une nouvelle performance magistrale au Grand Prix de Hongrie, offrant au double champion du monde en titre son septième triomphe consécutif et à Red Bull son 12e d’affilé, battant le record de longue date de McLaren.

Verstappen a dépassé son rival Mercedes Lewis Hamilton, parti en pole position, au départ, avant de s’installer en tête et de se détacher de ses poursuivants avec aplomb, signant une victoire qui lui permet de creuser l’écart avec son coéquipier Perez au classement des pilotes.

Cela signifie que Red Bull poursuit sa série de victoires à 100 % pour la saison 2023, tout en établissant un nouveau jalon en termes de victoires successives en course, avec leur nombre stupéfiant qui dépasse désormais les 11 victoires de McLaren avec Ayrton Senna et Alain Prost au cours de la campagne de 1988.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Zak Mauger

Verstappen a franchi le drapeau à damier avec une confortable avance sur Norris, qui s’est laissé distancer par son collègue de McLaren Oscar Piastri en début de course mais a repris la place au premier tour des arrêts aux stands, tandis que Perez – l’un des deux seuls pilotes, avec George Russell, à avoir fait un long relais en pneus durs – est passé de la neuvième à la troisième place grâce à une autre belle remontée.

Les espoirs d’Hamilton de transformer sa 104e pole en 104e victoire ont été anéantis dès le départ lorsqu’il c’est fait doubler par Verstappen, Piastri et Norris, avant que cela ne soit aggravé lorsqu’il a été victime de la stratégie alternative de Perez, mais le septuple champion a au moins sauvé la quatrième place grâce à une manœuvre tardive sur le rookie australien Piastri.

Charles Leclerc a franchi la ligne d’arrivée en sixième position mais a été distancé par l’autre Mercedes de Russell – qui s’est battu depuis la 18e place – après le drapeau à damier lorsqu’une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands lui a été appliquée, tandis que son coéquipier chez Ferrari, Carlos Sainz, est arrivé huitième.

#4, Lando Norris, McLaren, P2

Aston Martin a terminé un week-end de course anonyme avec un double pointage mineur, Fernando Alonso étant le dernier pilote à rester dans le même tour que le vainqueur Verstappen en neuvième position et son coéquipier Stroll terminant un tour plus bas en dixième position pour compléter les points.

Après avoir récemment marqué des points, Alex Albon et Williams ont dû se contenter de la 11e place cette fois-ci, suivis par l’Alfa Romeo de Valtteri Bottas en 12e position après que les qualifications de haut vol de l’équipe d’Hinwil aient tourné au vinaigre le jour de la course en raison d’incidents et d’un manque général de rythme.

En effet, la cinquième place de Zhou Guanyu au départ s’est transformée en une modeste 16e place le jour de la course, après qu’il ait tenté de compenser un départ lent et qu’il ait percuté Daniel Ricciardo au départ, déclenchant une collision entre quatre voitures qui a conduit les deux pilotes Alpine à se retirer une fois de plus de la course.

Ricciardo s’est repris et a pris la 13e place pour sa première course depuis la finale de la saison 2022 à Abu Dhabi, devant le pilote Haas Nico Hulkenberg, son coéquipier AlphaTauri Yuki Tsunoda, le susmentionné Zhou et le dernier finaliste Kevin Magnussen.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P3. pht. Getty images/Red Bull

Logan Sargeant, la recrue de Williams, est rentré au stand après un tête-à-queue en fin de course. Esteban Ocon et Pierre Gasly ont fait de même en début de course en raison des dégâts importants subis par leurs voitures dans le chaos provoqué par Zhou.

Avec l’avant-dernière manche avant la pause estivale, Verstappen possède désormais 110 points d’avance sur Perez dans la course au titre 2023, ayant également obtenu le point de bonus offert pour avoir réalisé le tour le plus rapide de la rencontre de 70 tours.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après une séance de qualification palpitante, qui a vu Hamilton devancer Verstappen et Norris en pole sous l’allocation de pneus alternatifs de Pirelli, il y avait beaucoup d’intrigues sur les niveaux de performance du jour de la course et sur la question de savoir si les pilotes allaient faire deux arrêts ou même trois dans la chaleur féroce du milieu de l’après-midi.

Race Start. pht. LAT images

Lorsque les couvertures de pneus ont été retirées, il a été révélé que la plupart des pilotes – y compris les huit premiers – s’élanceraient sur le composé médium, Sainz, Stroll, Gasly et Tsunoda s’enhardissant sur les softs et Perez et Russell optant pour les hards.

Un départ électrisant a vu Verstappen prendre l’avantage sur Hamilton sur la ligne, glisser à l’intérieur à l’approche du virage 1 et coller à l’apex, où Piastri a profité de la profondeur des deux pilotes pour prendre la ligne intérieure, se glisser entre eux et s’emparer de la deuxième position.

La régression d’Hamilton s’est poursuivie lorsque Norris a pris l’avantage avec une belle manœuvre à l’extérieur du virage 2, tandis qu’un peu plus loin, Zhou, qui démarrait lentement, a tenté de rattraper le terrain perdu mais a accroché Ricciardo, qui a ensuite percuté Ocon, qui a ensuite percuté son coéquipier Gasly.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P4. pht. Mercedes

Des scènes désastreuses s’ensuivent pour Alpine, Gasly et Ocon – ayant subi des dommages importants sur leurs voitures respectives – rentrant au stand pour abandonner la course, marquant un deuxième double DNF consécutif pour l’équipe d’Enstone.

Après ce drame, Verstappen a confortablement ouvert la voie à Piastri (en sortant de la fenêtre DRS), suivi par Norris, le rétrogradé Hamilton, qui s’est excusé à la radio auprès de Mercedes pour son départ, et les Ferrari de Leclerc et Sainz – ce dernier gagnant plusieurs places grâce à ses pneus tendres.

Quelques secondes plus tard, Alonso et Perez se disputaient les septième et huitième positions, le pilote Red Bull effectuant une manœuvre assistée par le DRS dans le virage 1 au 8e tour, tandis que Hulkenberg et Stroll occupaient les dernières positions qui rapportent des points.

Alfa Romeo a été le grand perdant du départ, Zhou ayant presque calé sur la ligne de démarcation alors qu’il dégringolait dans le classement et faisait le contact susmentionné avec Ricciardo, écopant d’une pénalité de cinq secondes pour ses actions, tandis que Bottas chutait à la 12e place dans le goulot d’étranglement du virage 1 – l’homme qui l’a remplacé chez Mercedes, Russell, à ses trousses après être remonté de la 18e place.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P5. pht. LAT images

Au 9e tour, Albon est rentré aux stands pour échanger ses pneus mediums contre des hards, suivi un tour plus tard par Stroll, Bottas et Tsunoda, qui ont également pris les gommes marquées en blanc, mais Sainz a tenu bon sur son train de pneus softs de départ et a résisté aux appels de Ferrari à boxer.

Au 15e tour, Verstappen avait plus de cinq secondes d’avance sur Piastri, Norris quelques secondes plus loin, tandis qu’Hamilton restait quatrième devant les Ferrari de Leclerc et Sainz, qui commençaient à subir la pression de Perez.

« Si je vois que Checo va me dépasser, j’appellerai ‘box' », a déclaré Sainz à la radio, ce que Ferrari a accepté, et cette stratégie a été dûment suivie lorsque l’Espagnol a plongé dans les stands au 16e tour pour échanger ses pneus tendres contre des pneus durs, rejoignant juste à l’extérieur du top 10.

#63, George Russell, Mercedes, P6. pht. Mercedes

Hamilton a été le premier des leaders en pneus mediums à passer au stand au tour 17, revenant en huitième position, l’attention se tournant vers ce que Verstappen et les McLaren de Piastri et Norris allaient faire en réponse au septuple champion du monde.

Norris a réagi en s’arrêtant un tour plus tard, suivant Hamilton sur les pneus durs, Leclerc arrivant également mais subissant un arrêt retardé en raison d’un pneu collant et perdant un grand nombre de positions – obligeant le Monégasque à se battre pour revenir dans le peloton.

Piastri s’est arrêté à la fin du tour suivant – alors que le leader Verstappen continuait d’étirer son premier relais – et l’Australien a été victime de l’undercut lorsqu’il a rejoint l’action alors que son coéquipier Norris s’est placé à côté de lui au virage 1 et a fait un dépassement.

« Comment ont-ils pu prendre déjà neuf secondes ? C’est une quantité folle », a commenté Hamilton à la radio après cette rafale d’arrêts, apparemment en référence à Norris et Piastri qui ont mis une distance significative entre eux et sa Mercedes.

Le 23e tour a été le moment pour Verstappen et Red Bull, le Néerlandais passant des mediums aux hards et ayant suffisamment d’avance sur le peloton de derrière pour revenir en tête – les hard starters Perez (en course en P2) et Russell (P5) étant les deux seuls pilotes à ne pas s’être encore arrêtés.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P7. pht. Scuderia Ferrari

L’arrêt de Perez interviendra au 24e tour, suivi par Russell – qui s’était écarté pour laisser la place à son coéquipier Hamilton – au 29e, alors que les deux pilotes poursuivent leur stratégie alternative avec un deuxième relais en pneus mediums pendant que les 16 autres pilotes restants s’acharnent en pneus durs.

En tête, Verstappen avait toujours une marge de cinq secondes sur la deuxième place, alors que Norris avait une marge similaire sur Piastri dans la bataille intra-équipe McLaren qui se développait. Pendant ce temps, Hamilton, parti en pole position, était maintenant à plus de 20 secondes de la tête.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P8. pht. Scuderia Ferrari

Après son arrêt, Perez a réalisé une série d’actions agressives – en dépassant Sainz dans le virage 1 et Russell dans le virage 2 en succession rapide – pour se hisser à la cinquième place, ce qui signifiait que Hamilton était la prochaine cible et qu’un podium n’était pas exclu. Un podium n’était pas à exclure. « Reprenez-le », disait-on du côté des stands de Red Bull.

Sainz et Leclerc restent sixième et septième pour Ferrari, tandis qu’Alonso, Stroll et Bottas détiennent les derniers points. Russell occupe la treizième place avec ses pneus durs neufs et commence à se rapprocher du top 10 avec un dépassement sur Tsunoda au virage 1.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P9

Alors que les deuxièmes relais se développaient et que la course arrivait à mi-parcours, Verstappen a porté son avance sur Norris à 10 secondes, tandis que Piastri a commencé à s’éloigner des deux premiers et à tomber dans les griffes d’Hamilton, qui, à son tour, avait un Perez en feu qui s’approchait de lui.

« Le podium est à portée de main », disait le message suivant à Perez, qui avait maintenant Hamilton dans sa ligne de mire et tournait presque une seconde plus vite que Piastri et Norris, tandis que Russell montrait un rythme tout aussi impressionnant pour se hisser jusqu’à la neuvième place.

« Les pneus ne sont pas mauvais mais ils ne sont pas si bons que ça », a déclaré Norris à la radio lorsqu’on lui a demandé des nouvelles du camp McLaren, alors qu’il a perdu plus de 15 secondes par rapport à Verstappen et que la menace de Perez derrière continuait de grandir.

#18, Lance Stroll, P10

Il y a également eu quelques discussions radio chez Ferrari, qui a coupé les messages de Leclerc alors qu’il arrivait à l’arrière de la voiture de son coéquipier Sainz – l’équipe italienne soulignant qu’elle est « sur le coup » alors qu’elle poursuivait sa route dans des positions éloignées de P6 et P7.

Au 43e tour, Piastri et Perez quittent leur position de tête pour passer aux pneus moyens, l’équipe Red Bull réalisant un arrêt incroyable de 1,9 seconde pour libérer son homme à l’arrière de la McLaren, qui a subi un léger retard à l’allumage.

Deux tours plus tard, Norris passait son propre train de pneus mediums, revenant avec une marge confortable sur Piastri, retardé, et Perez, en chasse derrière, tandis que Verstappen et Hamilton continuaient à tirer un peu plus de vie de leurs pneus durs.

L’Aston Martin d’Alonso s’est également arrêtée mollement, ce qui signifie que son travail acharné pour rattraper les Ferrari a été réduit à néant, mais Leclerc a ensuite été noté pour un excès de vitesse potentiel dans la voie des stands – ce qui a entraîné une pénalité de cinq secondes qui devra être purgée dans les stands ou à l’arrivée.

Au 47e tour, Perez est sur l’arrière de la voiture de Piastri et fait une manœuvre intelligente à l’extérieur du virage 1, avant de sortir les coudes au virage 2 pour garder le rookie australien derrière lui et continuer sa course vers les places sur le podium.

Le deuxième arrêt d’Hamilton a eu lieu au 50e tour, poursuivant la tendance des pneus moyens pour le dernier relais, suivi par Verstappen au 52e tour, sans aucun drame à signaler pour les mécaniciens de Mercedes ou de Red Bull et les positions de tête restant inchangées.

Avec un peu moins de 20 tours restants, Hamilton a de nouveau allumé les écrans de chronométrage pour réduire l’écart avec Piastri et entrer dans le champ du DRS, rendant le mouvement inévitable lorsqu’il s’est glissé derrière dans la ligne droite de départ/arrivée et s’est faufilé dans le virage 1 au tour 57.

« Ils doivent s’écarter de la trajectoire – il y a tellement de drapeaux bleus ! Norris a crié à la radio alors que la course entrait dans ses 10 derniers tours, le Britannique commençant à subir la pression de Perez, qui n’était plus qu’à trois secondes au volant de sa Red Bull.

Mais une fois sorti du trafic, Norris avait suffisamment d’atouts en main pour s’éloigner à nouveau, conserver sa position et atteindre le drapeau entre Verstappen et Perez, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de changement dans le classement des places sur le podium.

Hamilton a menacé d’attaquer Perez dans les derniers tours, mais a finalement échoué à 1,5 seconde, se contentant de la quatrième place devant Piastri et son coéquipier Russell, qui a dépassé Sainz en fin de course et a ensuite bénéficié de la pénalité de temps de Leclerc.

Alonso et Stroll ont complété les points pour Aston Martin, avec une autre performance tranquille des machines vertes, qui ont néanmoins refusé Albon et Williams, et Bottas et Alfa Romeo – dont la journée promettait beaucoup plus.

Ricciardo a pris la 13e place après avoir été pris dans la mêlée du premier tour. Hulkenberg, Tsunoda, Zhou et Magnussen ont été les derniers pilotes à atteindre l’arrivée – Sargeant est resté au stand après un tête-à-queue à la chicane dans l’avant-dernier tour, et les deux pilotes alpins Ocon et Gasly ont assisté à la course depuis le bord de la route.

La course ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

CITATION CLÉ :

« Pour l’équipe, 12 victoires d’affilée, c’est tout simplement incroyable », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « Ce que nous avons fait ces deux dernières années est incroyable. J’espère que nous pourrons continuer sur cette lancée pendant longtemps.

« De plus, le simple fait de travailler avec toute l’équipe est très agréable. C’est toujours bien de se pencher sur [ce qui s’est passé en qualifications] hier, par exemple, de continuer à pousser, de toujours vouloir faire mieux, mais des jours comme celui-ci sont tout simplement parfaits. »

La suite :

La prochaine étape du calendrier 2023 de la F1 sera Spa-Francorchamps pour le Grand Prix de Belgique, qui se déroulera du 28 au 30 juillet.

Communiqué La F1

Analyse par les Teams et Pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE :

« Ce fut un week-end très intéressant qui a vu l’essai d’un nouveau format d’allocation des pneus, ainsi que l’évaluation d’un trio de composés un peu plus tendres que par le passé. En ce qui concerne l’ATA, il convient avant tout de souligner qu’elle sera à nouveau testée à Monza en septembre prochain, sur une piste aux caractéristiques complètement différentes de celle-ci, et que les données seront analysées avec beaucoup d’attention. A part cela, je dirais que les deux points saillants de ce week-end sont que les qualifications d’hier ont été plus imprévisibles que d’habitude, parce qu’elles ont présenté aux pilotes de nouveaux défis : la nécessité de s’adapter rapidement au changement de composé et le fait d’avoir deux jeux de chaque composé pour la course a introduit une plus grande flexibilité en termes de stratégie.

Le fait que tous les pilotes aient effectué deux arrêts dans des conditions très chaudes, avec une température de piste de 53 degrés au départ, sans aucun problème de dégradation élevée, confirme que les trois composés que nous avons choisi d’apporter ici étaient les bons, puisque quatre pilotes ont même utilisé le Soft pour leur premier relais, ce qui montre qu’il n’était pas exclu de courir avec lui.

Nous arrivons maintenant à la dernière manche avant la pause estivale, à Spa-Francorchamps, l’un des circuits les plus fascinants du calendrier, avec des caractéristiques totalement différentes de celles du Hungaroring, à la fois en termes de tracé et de conditions météorologiques. La Belgique sera la troisième manche de la saison à proposer le format Sprint, ce qui devrait garantir un spectacle encore plus passionnant.

LA JOURNÉE SUR LA PISTE

Max Verstappen a remporté sa neuvième victoire de la saison, portant son nombre total de victoires en Formule 1 à 44. Pour Red Bull, il s’agit d’une douzième victoire consécutive, un nouveau record absolu. Bien qu’il ait manqué la pole position hier après-midi pour seulement trois millièmes, le champion du monde en titre a tout de même réussi à franchir la ligne d’arrivée en tête pendant les 70 tours de la course. Il a profité du fait que Lewis Hamilton, parti en pole position, n’a pas pris le meilleur départ et s’est également le mieux sorti d’un duel palpitant avec Oscar Piastri au volant de la McLaren. Dès lors, Verstappen a dominé la course, s’imposant avec plus de 30 secondes d’avance sur Lando Norris, qui s’est assuré son deuxième podium consécutif. Le trio du podium est complété par Sergio Perez, qui a réalisé une belle remontée depuis la neuvième place sur la grille.

Comme prévu, tous les pilotes ont opté pour deux arrêts, bien qu’il y ait eu plusieurs permutations. Par exemple, les deux premiers pilotes à l’arrivée ont opté pour le medium/dur/médium, tandis que Perez a commencé sur le dur avant de passer deux fois sur le médium. Quatre pilotes ont pris le départ en pneus souples : Sainz, Gasly, Stroll et Tsunoda. Le pilote espagnol de Ferrari a tiré le meilleur parti de l’adhérence supplémentaire offerte par la C5, franchissant la ligne d’arrivée en sixième position à la fin du premier tour, alors qu’il était parti en onzième position. Le pilote japonais d’AlphaTauri a utilisé les trois gommes disponibles, tandis que sur la Williams, Alex Albon a effectué le plus grand nombre de tours consécutifs (38) en pneus durs. Sainz a effectué le plus long relais en Softs (15 tours) tandis que Ricciardo a fait pas moins de 40 tours sur un train de Mediums. Le composé le plus utilisé a été le C3 (770 tours, 61,5%), suivi du C4 (448, 35,78%) et du C5 (34, 2,72%).

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

J’ai pris beaucoup de plaisir aujourd’hui et j’étais tout sourire dans la voiture, c’était l’une de ces journées où tout est parfait.

« Le départ était très important pour moi. Je voulais faire un bon premier relais, ce qui m’a permis de bien entretenir mes pneus et de les prolonger par rapport aux autres. La voiture se sentait vraiment bien aujourd’hui et l’équilibre était bon avec l’augmentation de la température. Nous nous sommes battus sur un tour tout au long du week-end en qualifications, mais je pense que cela signifie que c’était la bonne décision pour la course. Si j’avais le choix entre les deux, je choisirais la performance en course à chaque fois, mais nous ferons toujours des changements et nous continuerons à essayer d’améliorer la voiture. Je pense que les gens oublient un peu qu’il est extrêmement difficile de gagner 12 courses d’affilée, mais j’espère que cela ne s’arrêtera pas là. Nous devons continuer et j’essaierai toujours de me mettre au défi. Je me suis beaucoup amusé aujourd’hui et je souriais dans la voiture, c’était un de ces jours où tout est parfait. Enfin, presque parfait, je pense que je vais demander à McLaren de me payer un nouveau trophée ! Nous devons revoir les images, comme la VAR, pour savoir qui a vraiment cassé la voiture, parce que j’ai entendu dire que Lando me blâme.

Sergio Perez, #11, P3 :

Quand la pression est sur vous et que vous êtes capable de livrer la marchandise, vous vous sentez fier de ce que vous faites, alors nous devons juste continuer à aller de l’avant et à pousser.

« Aujourd’hui, c’était une bonne journée et c’est super de monter sur le podium. Nous avons d’abord roulé sur les pneus durs, ce qui était assez délicat, surtout au premier tour, mais cela a fini par bien fonctionner pendant un bon moment et nous avons pris un bon rythme avant de passer sur les pneus médiums. La course d’aujourd’hui n’était pas seulement très exigeante physiquement, mais aussi mentalement, je devais me concentrer sur l’entretien des pneus. Il faisait très chaud et j’ai fini par perdre 3 kg. C’est un bon résultat et je dois maintenant trouver la régularité. Quand la pression est sur vous et que vous êtes capable de faire quelque chose, vous vous sentez fier de ce que vous faites, alors nous devons juste continuer à aller de l’avant et à pousser. Je me concentre sur moi-même et je m’assure de donner le meilleur de moi-même. C’est formidable d’être élu pilote du jour, mais malheureusement, cela ne vous rapporte aucun point ! Enfin, le record de 12 victoires consécutives est tout à fait incroyable. Je suis très fier de l’équipe : elle est entrée dans l’histoire et c’est quelque chose d’y avoir participé.

Christian Horner :

C’est un moment historique qui signifie beaucoup, nous ne le prenons pas pour acquis.

« Je me souviens qu’enfant, je regardais Ayrton Senna et Alain Prost courir avec McLaren-Honda et qu’ils ont remporté 11 victoires consécutives. Je savais alors que c’était un exploit incroyable. Penser que nous avons fait mieux que cela témoigne du talent exceptionnel et du dévouement de l’équipe, depuis la piste de course ici à Budapest jusqu’à l’usine de Milton Keynes. C’est un moment historique qui revêt une grande importance, et nous ne le considérons certainement pas comme acquis. Checo a fait une très belle course aujourd’hui. Il a montré à tout le monde ce dont il était capable et une course comme celle-ci lui donnera énormément de confiance avant la prochaine course. Max a été une fois de plus phénoménal. Il ne fait qu’un avec lui-même et avec la voiture. Il a une confiance totale en l’équipe. Ce que nous voyons avec lui en ce moment, c’est un sportif au sommet de son art. C’est vraiment exceptionnel.

McLaren

« Un autre podium pour nous, pour McLaren, c’est un résultat incroyable ».

Ce qui s’est passé :

– Oscar prend un excellent départ et s’élance en P2, tandis que Verstappen prend la tête.

– Le peloton s’étale et tout le monde s’installe dans un schéma avec des écarts de 2s par rapport à la voiture de devant.

– Lando s’arrête pour des pneus durs. Oscar s’arrête au tour suivant pour le même pneu.

– Oscar sort derrière Lando après les arrêts. Ils roulent en P4 et P5 avec Verstappen, Pérez et Alonso qui doivent encore s’arrêter devant.

– Les pilotes devant Lando et Oscar s’arrêtent, ce qui les propulse en P2 et P3.

– La deuxième série d’arrêts aux stands commence. Oscar passe aux Mediums, Pérez le suit de près. Lando s’arrête pour les mediums

– Pérez dépasse Oscar pour la P3 et réduit l’écart avec Lando.

– Oscar souffre de la dégradation des pneus et Hamilton le dépasse pour la P4.

– Lando résiste à la pression de Pérez et franchit la ligne d’arrivée en P2, Oscar en P5.

Lando Norris, #4, P2 :

« La course a été difficile. Ce n’était pas facile, surtout avec Pérez qui nous rattrapait, mais il n’avait pas le rythme pour nous rattraper à la fin, donc je suis content. J’ai dû me battre un peu au début après le premier virage, mais un autre podium pour nous, pour McLaren, c’est un résultat incroyable.

« Je pense que nous sommes très heureux des progrès que nous avons faits, de passer de là où nous étions il y a quatre ou cinq courses à nous battre pour les pôles et les podiums, nous allons prendre cela pour l’instant et travailler dur pour continuer à nous améliorer tout au long de la saison. Nous avons fait preuve d’un excellent travail d’équipe ; tout le monde à l’usine a fait un travail extraordinaire et nous allons maintenant essayer de tirer parti de ces récentes performances en Belgique.

Oscar Piastri, #81, P5 :

« P5. Il y a quelques points positifs à retenir de cette course. Je pense que le plus important pour moi est de travailler sur la gestion des pneus. J’ai eu beaucoup de mal dans le deuxième et le troisième relais suite à des dégâts au sol. Donc, oui, il y a beaucoup à apprendre de cette course, mais finir P5, avec les difficultés que j’ai eues, est un très bon résultat.

« Évidemment, c’est un grand jour pour l’équipe, pour tout le monde sur le circuit et à l’usine. Nous avons fait des progrès décents lors des dernières courses. Les conditions de ce week-end ont été un bon test pour nous. Le fait d’être encore dans le peloton de tête est une grande source de confiance et nous pouvons espérer poursuivre sur cette lancée à Spa la semaine prochaine. »

Andrea Stella :

« Après Silverstone, notre équipe a obtenu un nouveau bon résultat avec Lando sur le podium et Oscar en P5.

« Du côté d’Oscar, le premier relais a été très bon. Dans le deuxième relais, nous devons nous pencher sur l’impact des dommages subis par la voiture, en termes de performance et d’interaction avec les pneus, car nous semblons avoir perdu la capacité de maintenir la durée de vie des pneus au cours du relais.

« Du côté de Lando, ce fut une course très forte, en particulier le dernier relais où il a gardé la constance dans ses pneus avec Pérez en chasse, et il a été en mesure de ramener un nouveau trophée avec une nouvelle arrivée en P2.

Mercedes

Des points solides pour l’équipe à Budapest

  • Hamilton a terminé quatrième et George Russell sixième du Grand Prix de Hongrie.
  • Après une séance de qualification intrigante, Lewis s’est aligné en pole position en partant du pneu Medium avec George, qui avait été éliminé en Q1, en P18 sur le pneu Dur.
  • Au départ, Lewis a été mis sous pression par Max Verstappen et a perdu des positions par rapport à la Red Bull et aux McLaren de Piastri et Norris dans les premiers virages. George, quant à lui, gagne plusieurs places et nos pilotes se retrouvent en P4 et P15 après le premier tour.
  • Lewis a opté pour le pneu dur au 16ème tour tandis que George a continué son premier relais. Cela a déclenché plusieurs autres arrêts et, avec Lewis luttant avec l’équilibre de la voiture dans ces premiers tours sur le nouveau composé, il a perdu du temps par rapport à ceux qui le précédaient.
  • George est rentré au 28ème tour pour le pneu Medium et a commencé à remonter le peloton et à gagner des points. Lewis, quant à lui, est occupé à défendre la position P4 nette de Perez qui l’a finalement distancé ; Lewis continue avant de s’arrêter au 49e tour pour le pneu médium.
  • Le pneu Medium s’est avéré être un composé utile et George a pris un deuxième train pour son dernier relais. Il s’est rapproché des Ferrari devant lui, pour finalement prendre la P6 en dépassant Carlos Sainz et en bénéficiant de la pénalité de cinq secondes de Charles Leclerc.
  • Lewis, quant à lui, a utilisé la gomme Medium, et un train de pneus un peu plus frais, pour dépasser Piastri et se rapprocher à 1.531s de Perez pour la dernière place sur le podium.
  • Ce résultat permet à l’équipe de creuser l’écart sur la troisième place du championnat des constructeurs à 39 points avant la dernière course avant la pause estivale.

Lewis Hamilton, #44, P4 :

Mon départ n’était pas le pire que j’ai jamais eu, mais il n’était pas aussi bon que les autres. Je suis sorti large et je me suis aussi fait avoir par les McLaren. Ensuite, je n’ai pas eu le rythme nécessaire pour suivre ceux qui me précédaient. L’équilibre de la voiture n’était pas très bon dans le premier relais, et j’avais beaucoup de sous-virage, de survirage rapide, et des problèmes d’équilibre dans les virages. Au fur et à mesure des relais, la voiture est devenue plus maniable et le dernier relais a été bien meilleur. Le rythme que nous avions à la fin était très fort et si nous l’avions eu tout au long de la course, nous aurions eu une bien meilleure journée.

Quoi qu’il en soit, je vais tirer les leçons positives de ce week-end. L’équipe a fait un effort incroyable pour décrocher la pole position. Nous avons encore beaucoup de travail à faire pour battre Red Bull lors d’un Grand Prix, mais nous allons continuer à pousser.

George Russell, #63, P6 :

 

La sixième place est au-delà de nos espérances pour aujourd’hui. C’est vraiment une bonne reprise. Nous pensions que nous serions P11 dans une course normale et P7 si nous maximisions tout. Je suis content de la façon dont cela s’est passé. La voiture était vraiment rapide, et cet endroit est l’un de mes circuits préférés. En tant qu’équipe, nous avons l’habitude de bien travailler ici, alors j’avais le sentiment que nous serions rapides.

Bien sûr, c’est décevant car nous n’avons pas été à la hauteur hier. Je pense que nous aurions pu être dans le coup et si nous avions deux voitures à l’avant, la dynamique aurait changé du tout au tout. Néanmoins, nous avons creusé l’écart avec la troisième place du championnat des constructeurs, alors nous allons le prendre. Il y a beaucoup de points positifs à retenir de ce week-end et nous avons beaucoup appris. Nous reviendrons à Spa la semaine prochaine. 

Toto Wolff, directeur de l’équipe et PDG :

Je pense que nous avions la deuxième voiture la plus rapide aujourd’hui, mais le résultat ne le montre pas. Si vous regardez le profil du temps au tour et les progrès de George, il y avait la possibilité d’aller plus loin, mais nous ne l’avons pas exploitée. C’est évidemment décevant. Dans le dernier relais, Lewis a repris plus de 10 secondes à ceux qui le précédaient et nous avons terminé à 1,5 seconde du podium. Je pense que si nous avions exécuté notre course un peu différemment, nous aurions eu cette marge. Nous devons analyser et voir ce que nous aurions pu faire.

Nous étions loin d’une pole position en début d’année, et nous avons commencé à mieux comprendre la voiture. Cela dit, Max était tranquille à l’avant et nous ne sommes pas là pour faire la course en deuxième position. L’objectif est d’être devant et bien sûr, c’était loin d’être le cas aujourd’hui.

Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie de piste :

Partir de la première place et ne pas monter sur le podium est toujours décevant. Nous n’avons jamais cru que nous avions le rythme pour battre Verstappen, mais nous aurions pu être deuxièmes si les choses s’étaient davantage déroulées comme nous le souhaitions. Le premier tour n’a pas été génial pour Lewis, qui a chuté à la quatrième place, mais au fur et à mesure que la course avançait, notre rythme semblait s’améliorer. À un moment donné, il semblait que nous serions loin de la quatrième place, mais il a fait du bon travail en fermant la marche à Perez et à Norris dans le dernier relais. C’était frustrant de ne pas pouvoir les rattraper plus tôt.

Nos attentes avec George étaient d’entrer dans les points. Sa sixième place est un très bon résultat. Nous étions en train de soigner les températures du moteur, ce qui a coûté beaucoup de temps de course aux deux voitures, car la température ambiante était légèrement plus élevée que prévu. Nous avons fait de petits gains sur Ferrari et Aston Martin dans le championnat des constructeurs, ce qui est une consolation. Dans l’ensemble, cependant, nous partons d’ici en pensant que nous aurions pu faire un bien meilleur travail en tant qu’équipe.

Ferrari

PLUS PACE, MOINS ERREURS NÉCESSAIRE

La Scuderia Ferrari quitte la Hongrie en ayant obtenu la septième place avec Charles Leclerc et la huitième avec Carlos Sainz.

La Scuderia Ferrari quitte la Hongrie en ayant obtenu la septième place avec Charles Leclerc et la huitième avec Carlos Sainz. La course en elle-même n’a pas donné lieu à de grands drames, même si Leclerc a connu des incidents imprévus dans la voie des stands.

Première partie. Charles prend le départ sur des mediums usagés et devance Guanyu Zhou pour la cinquième place, tandis que Carlos s’en sort très bien sur les nouveaux Softs, dépassant pas moins de cinq voitures pour se placer derrière son coéquipier. Les SF-23 avaient un bon rythme dans le premier relais, égalant les McLaren et la Mercedes de Lewis Hamilton, mais lors de son premier arrêt au stand pour passer en pneus durs, la course de Charles s’est compliquée : un pistolet de roue n’a pas fonctionné et il a perdu environ sept secondes, chutant de plusieurs places. Charles a rapidement rattrapé son retard et s’est rapproché de Carlos, si bien qu’ils se sont retrouvés sixième et septième et que leur rythme sur cette gomme était également constant. Leclerc effectue son deuxième arrêt au 43e tour, avec un nouveau train de pneus Hards, mais il dépasse la vitesse limite de la voie des stands, ce qui lui vaut une pénalité de cinq secondes qui s’ajoute à son temps de course. Carlos tente de prolonger son relais, mais lui et l’équipe décident au tour suivant de rentrer pour un nouveau train de pneus durs. Dans les derniers tours, la SF-23 perdait du rythme et Russell, avec des pneus plus frais sur sa Mercedes, était capable de dépasser Sainz pour la septième place, puis de revenir à moins de cinq secondes de Leclerc, prenant ainsi la sixième place sans avoir à le dépasser en piste.

Une dernière course avant la pause. Le championnat reprend ses droits dès la semaine prochaine, sur le circuit très différent de Spa-Francorchamps, pour le Grand Prix de Belgique, dernière manche avant la trêve estivale.

Charles Leclerc, #16, P7 :

J’étais assez satisfait de mon rythme dans le premier relais, car nous gérions très bien les choses et nous respections les voitures qui nous précédaient. Ensuite, nous avons perdu du temps lors de notre premier arrêt au stand, ce qui nous a mis en difficulté et j’ai dû pousser pour récupérer des places. La pénalité que nous avons reçue après le deuxième arrêt a également rendu les choses plus difficiles, donc dans l’ensemble, ce n’était pas une bonne journée.

J’ai hâte d’être à Spa et j’espère que nous pourrons y terminer la première moitié de la saison en beauté.

Carlos Sainz, #55, P8 :

Nous avons pris un bon départ, en gagnant cinq places au premier tour, et nous avons fait un très bon premier relais avec les Softs, en parvenant à allonger la durée de vie des pneus. Malheureusement, avec le composé Hard et des relais plus longs, nous avons eu des problèmes de dégradation à l’arrière et nous n’avions pas le rythme des pilotes de tête, ce qui est notre principale faiblesse en ce moment.

Nous nous attendions à mieux sur ce circuit et nous devons nous pencher sur nos principaux points d’amélioration.

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe :

Notre résultat est plutôt médiocre aujourd’hui. La course a été compliquée avec Charles, notamment parce qu’il a perdu environ sept secondes lors de l’arrêt au stand, qui a été très retardé, en raison d’un problème avec un pistolet de roue. Cela l’a également placé dans le trafic et il y a aussi eu la pénalité de 5 secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands.

Avec Carlos, nous avons pris le risque de le faire partir en Softs et cela a été une bonne décision au début, car il a gagné des places. Mais nous savions que ce serait assez délicat pour lui car il devrait gérer beaucoup de pneus, en passant plus tôt à la gomme dure. Cependant, partir onzième et terminer là où il l’a fait, devant Alonso, je dirais que ce n’est pas un trop mauvais résultat.

J’ai le sentiment que nous ne sommes pas si loin du compte en termes de performances, mais nous n’avons pas tout mis en œuvre sur l’ensemble du week-end. Nous avons montré que nous avions du potentiel le vendredi, mais nous n’avons pas su l’exploiter le samedi et aujourd’hui en course. Nous devons maintenant nous concentrer sur la Belgique, car il est toujours important d’aborder la pause estivale avec un bon résultat, de trouver plus de rythme et de minimiser les erreurs.

Aston Martin

Fernando Alonso, #14, P9 :

« Je pense que nous ne pouvions pas obtenir plus de trois points [en tant qu’équipe] aujourd’hui. Nous avons eu une course un peu solitaire, sans menace derrière, mais nous n’avons pas pu gagner beaucoup de terrain sur nos concurrents devant nous. La course a été chaude et exigeante et nous avons tous dû gérer les pneus tout au long de la course. Il y a eu beaucoup de surprises au cours des derniers week-ends de course, mais nous devons faire de notre mieux pour nous battre à nouveau en tête du peloton. Nous allons tout analyser et tenter de rebondir à Spa la semaine prochaine.

Lance Stroll, #18, P10 :

« Je pense que la place P10 était la meilleure que nous pouvions obtenir aujourd’hui. J’ai fait un bon premier tour et j’étais content du mouvement à l’extérieur de [Valtteri] Bottas, mais après cela, le rythme n’était tout simplement pas là. En tant qu’équipe, je pense que nous avons du travail à faire pour essayer de comprendre ce que nous pouvons faire de mieux. La voiture est rapide, mais il y a encore du rythme à débloquer et cela doit être notre priorité au fur et à mesure que la saison se poursuit. Nous allons tirer les enseignements de cette expérience à Spa la semaine prochaine où, comme toujours, nous allons travailler dur.

Mike Krack, Directeur de l’équipe :

« Ramener deux voitures dans les points était le maximum aujourd’hui. La course s’est déroulée dans le calme et sans incident, et les résultats ont été obtenus dans l’ordre du rythme, puisque nous avons terminé derrière nos concurrents directs. Lance et Fernando ont tous deux réalisé de très bonnes performances, mais nous n’avons pas les performances nécessaires pour nous battre plus haut. Lance s’est particulièrement bien comporté en terminant juste derrière Fernando depuis sa position initiale sur la grille. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à la réalité. Nous devons garder la tête baissée, continuer à travailler dur et faire avancer les choses pour revenir au niveau où nous étions plus tôt dans la saison.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

La journée d’aujourd’hui a été passionnante et les deux pilotes ont réussi à remonter la pente après la journée d’hier. Tous deux ont suivi des stratégies agressives qui nous ont permis d’être à l’attaque et même si cela a rendu le dernier relais difficile, tous deux l’ont très bien géré et ont fait preuve d’un bon rythme tout en gérant leurs pneumatiques.

Bien que nous n’ayons pas marqué de points, la 11e place d’Alex est un très bon résultat sur un circuit qui, selon nos prévisions, ne convenait pas parfaitement à la FW45. Nous nous sommes maintenus à la 7e place du championnat et avons obtenu une nouvelle 11e place.

Il est dommage que Logan n’ait pas terminé la course, mais après un tête-à-queue à quelques tours de la fin, nous avons préféré retirer la voiture plutôt que de risquer d’autres dégâts. Jusqu’à ce moment-là, il avait encore passé une bonne journée et il peut continuer sur sa lancée jusqu’à Spa.

Nous nous rendons maintenant à Spa pour la dernière course avant la fermeture estivale. Il s’agit d’une autre épreuve de sprint, qui sera très intéressante compte tenu de la météo et de la nature générale de Spa. La voiture sera dans une configuration assez différente de celle de ce week-end et nous espérons qu’elle fonctionnera bien en Belgique.

Le bon résultat d’aujourd’hui est dû à un excellent travail d’équipe sur la piste et à l’usine. Nous avons mis au point une bonne stratégie et bien qu’elle ait demandé beaucoup aux pilotes, ils se sont montrés à la hauteur.

Alex Albon, #23, P11 :

P11 est un résultat assez surprenant, c’était une course plutôt défensive, ce que nous aimons faire. Nous sommes arrivés sur ce circuit en sachant qu’il ne nous conviendrait pas et nous nous sommes qualifiés en fonction du rythme de la voiture. L’air propre est très important ici ; même si j’ai fait les stands tôt, une fois que j’ai eu l’air propre, j’ai eu beaucoup de tours pour roder le pneu lentement, donc une fois que je suis sorti et que j’ai dépassé les autres voitures, il me restait de l’adhérence et je pouvais les gérer derrière moi. Nous avons mis en évidence les points faibles de notre voiture en venant ici, de sorte que lorsque la voiture ne se sent pas très bien, elle peut toujours être utilisée en course. Le fait de terminer P11 et de frôler la Q2 hier est un très bon signe. Si nous parvenons à résoudre ces problèmes, nous serons en bonne position sur les différents circuits.

Logan Sargeant, #2, P18 :

Honnêtement, j’étais assez content du déroulement de la course. Je pense que nous avons été un peu malchanceux avec la stratégie ; nous avons eu un premier pitstop lent qui nous a coûté beaucoup, mais dans l’ensemble, le rythme était plutôt bon compte tenu du fait que c’est un circuit qui aurait dû être assez mauvais pour nous. Le fait qu’Alex frappe à la porte des points devrait nous donner de l’appétit pour Spa, où nous devrions être très forts.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake est passé de l’euphorie des qualifications d’hier à une course difficile au Grand Prix de Hongrie, l’équipe n’ayant pas pu poursuivre les solides performances de samedi. Zhou Guanyu, parti en cinquième position, a souffert d’un problème avec la stratégie du système de freinage qui a provoqué une défaillance du moteur et a gravement compromis le début de sa course, perdant des positions clés dans le premier tour et recevant une pénalité de cinq secondes pour une collision malheureuse avec Daniel Ricciardo, avant de terminer en 16e position. Les événements ont également affecté son coéquipier Valtteri Bottas, qui a perdu du terrain en évitant Zhou à l’avant, et s’est battu pour remonter sur la grille, terminant finalement à la 12e place.

L’équipe va maintenant se ressaisir et analyser les événements de la journée avant de se rendre à Spa-Francorchamps pour la deuxième et dernière étape de ce back-to-back, et la dernière course avant que la Formule 1 ne prenne le chemin de la pause estivale.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Après la bonne performance d’hier en qualifications, nous sommes bien sûr déçus de ne pas avoir pu convertir les bonnes positions de départ de nos deux voitures en un résultat à deux points ; des occasions comme celle-ci ne peuvent pas être manquées, et nous devons donc analyser correctement ce qui n’a pas fonctionné aujourd’hui. La voiture de Zhou a souffert d’un problème de stratégie du système de freinage pendant la procédure de départ, ce qui a fini par compromettre non seulement sa course, mais aussi celle de nos deux pilotes. Zhou a perdu 11 positions juste avant le premier virage et a ensuite heurté Ricciardo au freinage, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes qui a été exécutée lors de son premier arrêt au stand. Valtteri a dû éviter Zhou au départ, perdant ainsi des positions importantes qu’il n’a pas réussi à récupérer. Tout cela a eu pour conséquence que les deux voitures se sont retrouvées en dehors du top 10 dès le départ : nous avons essayé de nous reprendre avec une stratégie agressive, en passant plus tôt des pneus moyens aux pneus durs, et en essayant de distancer ceux qui nous précédaient, mais finalement nous n’avons pas eu assez de rythme pour revenir dans le top 10. Le résultat d’aujourd’hui est décevant pour l’équipe, mais il y a au moins un point positif majeur dans ce week-end : notre performance globale s’est améliorée par rapport aux courses précédentes, et nous devons en profiter pour nous rendre à Spa la semaine prochaine, pour la dernière course avant la pause estivale. »

Valtteri Bottas, #77, P12 :

« Nous avions une bonne chance de transformer une bonne qualification en points mais, malheureusement, notre course a été compromise au premier tour, juste après le départ. Zhou, qui était devant moi, a eu des problèmes avec la stratégie du système de freinage, j’ai donc dû le contourner, perdant ainsi de l’élan. En plus de cela, toutes les voitures qui partaient en pneus tendres nous ont rapidement dépassés. Dans l’ensemble, notre rythme n’était pas aussi bon qu’hier, et cela ne nous a pas vraiment permis de remonter dans le peloton. C’est un point positif que nous prendrons avec nous en Belgique, nous avons débloqué quelque chose de plus de notre package samedi, donc définitivement le potentiel était là et nous viserons à construire sur cela. Bien sûr, Spa sera un circuit complètement différent, mais nous travaillerons dur cette semaine pour trouver la bonne configuration afin de continuer à progresser et de repartir de l’avant dès maintenant.

Zhou Guanyu, #24, P16 :

« L’enthousiasme suscité par le résultat d’hier s’est inversé et il est indéniable que la journée d’aujourd’hui a été très décevante. Nous n’avons pas encore recueilli toutes les informations sur ce qui s’est passé exactement au départ : J’étais à fond, et puis tout d’un coup, quelque chose n’a pas fonctionné et j’ai dû recommencer toute la procédure pour pouvoir prendre un bon départ. Nous allons immédiatement enquêter sur ce problème afin d’éviter qu’il ne se reproduise à l’avenir. Cela dit, notre course était pratiquement terminée après ce moment : nous étions en queue de grille, avec peu de chances de remonter. Le point positif à retenir de ce week-end, c’est qu’il a été bon de réaliser une performance qualificative aussi solide hier, avec les deux voitures en Q3, ce qui confirme que les améliorations que nous avons apportées à Silverstone nous font avancer dans la bonne direction, et qu’il y a encore du potentiel à exploiter. J’espère que nous serons plus compétitifs tout au long du week-end. Nous allons poursuivre sur cette lancée à Spa, avec l’objectif de rebondir rapidement et de poursuivre sur la lancée de samedi.

AlphaTauri

Daniel Ricciardo, #3, P13 :

« Tout le week-end a été bon et le fait de revenir, de ressentir toutes les choses qui m’ont manqué au cours des douze derniers mois, je ne peux pas demander mieux pour un premier week-end et cela me donne confiance. J’ai été percuté dans le premier virage et j’ai rétrogradé en queue de peloton. Après cela, nous avons été coincés dans le trafic, mais une fois que nous avons eu de l’air libre, j’ai pu prendre un rythme et à partir de là, j’étais heureux. Notre rythme n’était pas mauvais, peut-être aurions-nous pu être dans les points aujourd’hui, je ne sais pas, mais notre stratégie était bonne, nous avons juste été un peu malchanceux. D’un autre côté, le contact au départ aurait pu mettre fin à ma course, donc je suis reconnaissant que la voiture soit toujours en bon état et que j’ai pu faire 70 tours pour apprendre autant que possible. J’apprendrai des erreurs que j’ai commises pour m’améliorer de plus en plus, et j’ai pris de petites notes mentales que je partagerai avec l’équipe. Dans l’ensemble, il y a beaucoup de raisons d’être satisfait.

Yuki Tsunoda, #22, P15 :

« Nous avons choisi de prendre le départ de la course avec le pneu tendre aujourd’hui pour gagner autant de positions que possible en début de course. Le départ était bon et j’ai réussi à gagner pas mal de places, donc je suis content de ma performance. J’avais du rythme et je gérais bien mes pneus aujourd’hui, en particulier avec la gomme tendre, mais malheureusement, cela n’a pas vraiment fonctionné, donc avec l’équipe nous allons y réfléchir. C’est dommage parce que le rythme était là. Dans l’ensemble, je suis frustré parce que je n’ai pas réussi à tout mettre en œuvre et à tirer le maximum de mes performances chaque jour. Cette semaine a été une semaine d’apprentissage et ce que j’ai appris aujourd’hui me servira à l’avenir pour maximiser nos performances.

Claudio Balestri (Ingénieur en chef – Performance des véhicules) :

« Pour la course d’aujourd’hui, nous avons décidé de répartir les voitures en fonction des composés de départ. Pour Yuki, nous avons décidé d’être agressifs et d’utiliser le composé le plus tendre, tandis que pour Daniel, nous avons opté pour le pneu médium. Au départ, Yuki a gagné de nombreuses positions et s’est rapproché du top 10, mais Daniel a été percuté par Zhou, se retrouvant en P18 à la fin du premier tour, après l’abandon des deux Alpines. Après dix tours, les voitures qui avaient démarré avec les pneus tendres sont passées au stand, nous avons donc fait de même avec Yuki, en montant les pneus durs pour le deuxième relais. Malheureusement, l’arrêt au stand a été plus long que d’habitude, et nous avons perdu quelques positions, nous retrouvant derrière Albon, qui était sur le même composé. Daniel a adopté une stratégie différente, effectuant un premier relais plus long, après quoi nous avons décidé de monter un train de pneus durs au 18e tour, le meilleur composé pour être flexible pour le reste de la course. Dans la seconde partie de la course, avec les deux pilotes en pneus durs, nous avons décidé de prolonger le relais de Yuki, tout en réduisant celui de Daniel, afin d’avoir de l’air libre pour le dernier relais en pneus moyens. Cette décision s’est avérée payante car Daniel a pu être rapide et constant, ce qui lui a permis de regagner les positions perdues dans le premier tour et de terminer la course en P13. Yuki a été chaussé de pneus mediums lors de son dernier relais, mais cela n’a pas suffi à le faire progresser, et il a terminé en P15, à seulement deux dixièmes de Hulkenberg. Nous allons nous concentrer sur la prochaine course, où nous pensons être en mesure de nous battre pour les points.

Haas

Les pilotes de MoneyGram Haas F1 Team Nico Hulkenberg et Kevin Magnussen ont terminé respectivement 14e et 17e du Grand Prix de Hongrie, disputé dimanche sur le Hungaroring – 12e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023.

Hulkenberg s’est élancé de la 10e position avec les pneus Pirelli P Zero Yellow et a gagné une position lors d’un premier tour chaotique en milieu de peloton. Hulkenberg a conservé sa neuvième place pendant les premiers tours et a exécuté une stratégie à deux arrêts, en passant au 16e tour pour des gommes dures blanches avant de revenir au 39e tour pour un autre train de gommes plus dures. Hulkenberg a ramené la voiture à la maison en 14e position, devançant Yuki Tsunoda d’AlphaTauri sur la ligne d’arrivée pour seulement deux dixièmes de seconde.

Magnussen s’est élancé de la 19e place en pneus moyens et a gagné cinq positions dans le premier tour pour occuper la 14e place. Magnussen a également opté pour une stratégie à deux arrêts, en rentrant au 14e tour pour des pneus durs, puis au 42e tour. Magnussen a conservé la VF-23 jusqu’au drapeau à damier pour prendre la 17e place et réaliser un doublé pour MoneyGram Haas F1 Team.

MoneyGram Haas F1 Team conserve la huitième place du championnat des constructeurs avec 11 points.

En tête du peloton, Max Verstappen de Red Bull Racing a remporté sa septième victoire consécutive de la saison, Lando Norris de McLaren et Sergio Perez de Red Bull Racing complétant les célébrations du podium.

Kevin Magnussen, #20, P17 :

« Je ne suis pas très satisfait des résultats, c’est une journée décevante pour nous. Je n’avais pas de rythme sur les pneus durs, nous avons eu deux longs relais sur les pneus durs – nous aurions probablement dû faire trois arrêts. Nous essayons toujours d’apprendre quelque chose de chaque course – nous allons essayer de faire quelque chose de différent pour la Belgique. Il est important à ce stade d’être patient et d’attendre des améliorations. Nous devons garder la tête froide et passer à la prochaine course.

Nico Hulkenberg, #27, P14 :

« Nous n’avons pas été assez bons en course, ce qui n’est pas vraiment une nouvelle, nous le savions et nous nous y attendions. Pour être honnête, je pense que nous avons été meilleurs aujourd’hui que lors des dernières courses du dimanche, donc je ne suis pas trop déçu – étant donné que c’est l’une des plus difficiles de la saison en termes de virages non-stop, et qu’il n’y a pas beaucoup de repos pour les pneus ou le pilote. Nous n’étions pas trop loin des pilotes qui étaient dans les points, donc c’est peut-être un peu mieux que ce à quoi je m’attendais avant cette journée.

Guenther Steiner, directeur de l’équipe :

« Avant la course, nous savions que nous aurions des difficultés avec la chaleur et les problèmes de dégradation des pneus. C’était une course difficile, mais je pense que nous en avons tiré le meilleur parti possible. Pour l’instant, c’est ce qu’il en est pour nous. Nous ne pouvons rien faire d’autre que de continuer à travailler sur la voiture et d’essayer de résoudre nos problèmes. Beaucoup d’autres personnes prennent le rythme, ce qui n’est pas le cas pour l’instant, mais nous y travaillons.

Alpine

Malheur pour BWT Alpine F1 Team en Hongrie avec double abandon

BWT Alpine F1 Team a subi un double abandon malheureux pour Esteban Ocon et Pierre Gasly lors du Grand Prix de Hongrie d’aujourd’hui après une collision inévitable au virage 1 dans le premier tour de la course.

Après un bon départ sur la ligne, Pierre a cherché à faire un mouvement à l’extérieur du virage 1 alors qu’il se dirigeait vers le top dix. Avec un départ lent, Guanyu Zhou d’Alfa Romeo a coupé l’Alpha Tauri de Daniel Ricciardo au freinage qui à son tour a percuté Esteban. Le Français a été shunté, s’envolant momentanément, avant d’entrer en contact avec Pierre à l’extérieur.

Les deux voitures ont été sévèrement endommagées, Pierre abandonnant à la fin du premier tour et Esteban à la fin du second.

L’équipe anticipe le Grand Prix de Belgique du week-end prochain à Spa-Francorchamps.

Course :

Esteban a commencé sur les supports utilisés (abandonné au tour 2)

Pierre a débuté sur New Softs (Abandon au tour 1)

Esteban Ocon, #31, DNF (abandon) :

« Il n’y a pas grand chose à dire à partir d’aujourd’hui. C’est une fin de week-end très frustrante d’être impliqué dans un incident de course avec quelques voitures au virage 1 au premier tour. Nous ne pouvions pas faire grand-chose et le résultat a été que les deux voitures ont dû abandonner avec des dommages importants. Heureusement, je vais bien. En ce moment, notre objectif est de nous regrouper et de revenir plus forts car nous avons une autre course le week-end prochain en Belgique. Il faut avancer vite dans le but d’aborder la trêve estivale sur une bonne note. »

Pierre Gasly, #10, DNF (abandon) :

« C’est extrêmement frustrant pour toute l’équipe d’avoir un double abandon, surtout dans de telles circonstances si tôt dans la course. J’ai été la malheureuse victime d’un accident entre une poignée de voitures et je n’avais nulle part où aller et aucune chance d’éviter l’incident. C’est décevant après avoir pris un bon départ sur la ligne où j’ai gagné quelques positions. En tant qu’équipe, nous devons avancer rapidement et nous avons une opportunité immédiate à Spa le week-end prochain pour nous assurer que nous entrons dans la trêve estivale avec des points.

Otmar Szafnauer, Team Principal :

« Nous sommes tous très déçus par la course d’aujourd’hui avec nos deux voitures victimes d’un malheureux incident au premier tour et au premier virage. Il y a eu un effet d’accordéon avec une voiture en heurtant une autre, ce qui a conduit nos deux voitures à se rejoindre dans une circonstance inévitable. En ce moment, c’est un sentiment amer pour nous tous, difficile à encaisser, mais il faut garder la tête baissée et rebondir. Nous avons une autre course le week-end prochain à Spa, la dernière avant la pause estivale, où nous travaillerons pour une meilleure fortune et un meilleur résultat d’équipe.