23 avril 2024

WRC, Elfyn Evans aux commandes samedi en Croatie

En prenant les rênes du Rallye de Croatie dans l’avant-dernière étape de l’épreuve, le Gallois Elfyn Evans pourrait mettre un terme à sa longue disette de victoire en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Le pilote Toyota Gazoo Racing prenait le contrôle de l’épreuve asphaltée samedi matin après l’abandon de Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1), leader avec 5 »7 d’avance vendredi soir. Dans la deuxième spéciale du jour, le Belge sortait de la trajectoire et tapait un bloc de béton endommageant une roue et la suspension de sa voiture.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P1. pht. WRC

Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) héritait alors d’un avantage de 22 »6 à mi-journée, mais la dynamique changeait lorsqu’Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) passait à l’offensive après l’assistance à Zagreb. L’Estonien diminuait de moitié l’avance du leader avant les deux derniers tests de la journée avant d’être ralenti par un souci technique le reléguant finalement à 25 »4 de son adversaire.

#8, Ott Tänak a vu son offensive être perturbée par un problème technique, P2. pht. Red Bull

S’il parvient à tenir Ott Tänak à distance, Elfyn Evans pourrait signer demain sa première victoire depuis le Secto Rally Finland 2021 il y a plus de dix-huit mois.

« Je ne vais pas souhaiter le moindre problème à Ott », temporisait le Gallois. « Ce ne serait pas bien de jouer là-dessus, mais la route est encore longue. »

#4, Esapekka Lappi, Hyundai, P3. pht. WRC

Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) terminait l’étape au troisième rang malgré un manque de confiance dans certaines sections polluées par la boue et la terre. Le Finlandais effectuait même un 180° dans l’ES13, mais son offensive dans l’après-midi lui permettait de revenir à une demi-minute d’Ott Tänak.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P4. pht. WRC

En parallèle, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) écopait d’une minute de pénalité pour un manquement à la sécurité vendredi soir. Le Français se voyait ensuite infliger une sanction de dix secondes après qu’un problème technique sur la section de liaison ne l’oblige à se présenter en retard au départ de la première spéciale.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P5. pht. Red Bull

Vainqueur à Zagreb en 2021, Sébastien Ogier passait toutefois de la septième à la quatrième place du classement avec trois meilleurs temps à son actif. Il en profitait pour reprendre l’ascendant sur ses équipiers Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) et Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) ainsi que Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), en difficulté pour trouver la motricité en gommes dures.

#18, Takamoto Katsuta, Toyota, P6. pht. Red Bull

Les classements ici

Dimanche, l’étape décisive se déroulera au nord de Zagreb avec les routes les plus larges du week-end. Le coup d’envoi de Trakošćan – Vrbno (13,15 km) sera donné près d’un château du XIIIe siècle au bord d’un lac et au cœur d’un paysage magnifique avant Zagorska Sela – Kumrovec (14,09 km). Les deux spéciales seront négociées à deux reprises pour une journée totalisant 54,48 kilomètres chronométrés.

WRC2

Gryazin met la pression sur Rossel

Le Français Yohan Rossel a vu son avance grandement réduite en WRC2 après l’offensive de Nikolay Gryazin ce samedi au Rallye de Croatie.

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) vise une deuxième victoire en autant de départs cette année, mais le Français avait du mal à trouver une réponse au rythme effréné imposé par Nikolay Gryazin (Skoda Fabia RS Rally2) tout au long de l’avant-dernière étape du rallye.

#21, Yohan Rossel, Citroën, P1. pht. Red Bull

Fort d’une avance d’une demi-minute en début de journée, Yohan Rossel subissait plusieurs offensives de Nikolay Gryazin, auteur de quatre meilleurs temps en huit spéciales ce samedi. Grâce à ses efforts, le Russe revenait à 11 »5 seulement du leader avant les quatre derniers tests du parcours.

#24, Nikolay Gryazin a imposé son rythme samedi, P2. pht. WRC

« Les conditions ne sont pas les mêmes qu’hier », lâchait Yohan Rossel. « C’est assez similaire à un rallye terre ! Les sensations sont assez bonnes quand la route est complètement sèche, mais c’est impossible quand il y a beaucoup de boue et de terre. Le rallye n’est pas terminé, nous verrons bien demain. »

Équipiers chez Toksport WRT, les Finlandais Emil Lindholm (Skoda Fabia RS Rally2) et Sami Pajari (Skoda Fabia RS Rally2) se hissaient respectivement aux troisième et quatrième rangs. Leur ascension était en partie aidée par l’abandon de Nicolas Ciamin (Volkswagen Polo GTI R5), parti en tonneau dans l’ES13.

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta Rally2) complétait le top cinq tout en devançant Gus Greensmith (Skoda Fabia RS Rally2), victime d’une crevaison dans l’ES12.

WRC3

Pellier sous pression

Le Français Laurent Pellier espère résoudre les problèmes de moteur ayant ralenti sa Ford Fiesta Rally3 et lui ôtant plus de deux minutes d’avance samedi au Rallye de Croatie.

Après l’abandon du leader William Creighton dès la première spéciale de samedi, Laurent Pellier héritait d’un avantage de quatre minutes et quinze secondes sur son plus proche poursuivant, Eamonn Kelly, impliqué dans un duel haletant l’opposant à Tom Rensonnet.

#44, Laurent Pellier, P1. pht. Red Bull

Le Champion FIA Junior ERC en titre connaissait toutefois des moments frustants avec le moteur de sa Fiesta, soupçonné d’être victime d’un souci de joint de culasse. Le Français devait même s’arrêter temporairement dans la spéciale suivant immédiatement l’assistance de mi-journée.

#48, Tom Rensonnet est actuellement deuxième en WRC3 et en Junior WRC. pht. Red Bull

Le pilote âgé de vingt-huit ans modifiait alors totalement son approche en arrêtant ses offensives pour ménager sa monture dans les trois derniers tests du jour. En conséquence, il voyait Tom Rensonnet revenir à un peu plus d’une minute et demie, le Belge ayant réussi à prendre l’ascendant sur Eamonn Kelly et repousser l’Irlandais à 30 »3.

De retour au volant après son abandon vendredi, Roberto Blach remportait deux spéciales pour remonter en quatrième position. Également reparti ce matin, Filip Kohn s’offrait également deux meilleurs temps ce samedi.

JUNIOR WRC

Pellier s’accroche

Le Français Laurent Pellier a dû ménager sa Ford Fiesta Rally3 préparée par M-Sport Poland tout en essayant de préserver son avance en FIA Junior WRC samedi soir à Zagreb.

Au début de la deuxième journée du rallye, il semblait que le duel pour la victoire dans le championnat monomarque se déroulerait entre William Creighton et Laurent Pellier, tous deux comptant plus de trois minutes d’avance sur le reste du peloton.

#44, Laurent Pellier, P1. pht. WRC

Cependant, le leader du championnat partait en tonneau et abandonnait dans le premier secteur chronométré du jour. Champion FIA Junior ERC en titre, Laurent Pellier héritait de la tête et poursuivait son offensive afin d’inscrire un maximum de points bonus liés aux victoires en spéciales, complétant la boucle matinale avec une marge confortable sur Diego Dominguez.

#48, Le Belge Tom Resonnet a réussi à éviter les problèmes de ses rivaux. pht. WRC

Laurent Pellier devait toutefois composer avec un souci inédit dans la première spéciale après l’assistance à mi-journée. Confronté à des problèmes moteur semblant liés au joint de culasse, le Français s’arrêtait temporairement dans l’ES13 et concédait plus de deux minutes. Tout avantage que Diego Dominguez espérait gagner s’est toutefois vite évaporé, le Paraguayen perdant une roue pour rejoindre William Creighton et Raul Hernandez dans la liste des pilotes contraints à l’abandon.

Tout en voyant son avance continuer de diminuer, Laurent Pellier évitait tout risque superflu dans les trois derniers tests du jour et doit désormais attendre la nuit pour savoir quelles réparations peuvent être effectuées sur le moteur avant la reprise des débats dimanche matin.

#50, Eamonn Kelly est bien placé au troisième rang. pht. WRC

Évitant les soucis autour de lui, Tom Rensonnet se lançait à l’attaque pour remonter de la sixième à la deuxième place tout en signant son premier scratch en Junior WRC. Parmi ses victimes, on retrouvait l’Irlandais Eamonn Kelly, qui complète le podium provisoire à 30 »3 de son rival belge.

De retour au volant après son abandon de la veille, Roberto Blach était le seul autre pilote à boucler l’étape et s’offrait deux meilleurs temps dans la foulée.