WRC, Monte Carlo, le grand huit pour Sébastien Ogier

Posted by

Sébastien Ogier a signé sa cinquantième victoire en mondial en s’offrant un huitième succès – un record – au Rallye Monte-Carlo.

Sebastien Ogier (FRA) and Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Auteur d’une superbe performance dans les Alpes, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) a parfaitement commencé la défense de son titre. Le Français a su prendre la mesure de la neige et du verglas pour s’imposer avec 32 »6 d’avance sur son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) et emmener un doublé Toyota Gazoo Racing.

Sébastien Ogier compte désormais huit victoires sur le Rallye Monte-Carlo à travers trois décennies et cinq constructeurs différents. Le tenant du titre a également bouclé son week-end en signant le meilleur temps de la Wolf Power Stage pour inscrire cinq points bonus et faire un carton plein sur le plan comptable.

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia

Malgré des problèmes de freinage jeudi, puis un tête-à-queue et une crevaison lui coûtant la tête vendredi, le natif de Gap est passé à l’attaque pour reprendre les commandes avant la dernière étape sur les hauteurs de Monaco.

Celui qui a repoussé sa retraite pour une dernière saison en WRC a alors plus que doublé son avance dimanche pour s’imposer sur ses terres et offrir des débuts de rêve à la nouvelle carrière de directeur d’équipe de Jari-Matti Latvala.

« Ce n’est mal pour finir le week-end », a-t-il déclaré à l’arrivée. « La voiture était incroyable. J’ai vraiment apprécié ce week-end, ce n’était que du plaisir. J’en ai presque les larmes aux yeux. C’était une bonne décision de faire un an de plus… Et c’est un beau cadeau de bienvenue pour Jari-Matti ! »

Leader samedi après les péripéties de son équipier, Elfyn Evans a dû s’incliner face au retour du pilote français et s’est estimé trop prudent dans les conditions difficiles.

« C’était bien, mais je n’ai jamais eu l’impression d’être vraiment à 100 % », a-t-il expliqué. « Il y a eu de bonnes spéciales, mais cela a manqué de régularité. Nous étions peut-être juste un peu trop dans ce que l’on pourrait appeler notre marge de sécurité. »

Elfyn Evans (GB) and Scott Martin (GB) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier et son copilote Julien Ingrassia célèbrent leur huitième victoire sur l’épreuve

Vainqueur l’an dernier, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) complète le podium à 40 »9 d’Elfyn Evans. En délogeant Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) de la troisième place après la crevaison du Finlandais dimanche matin, le Belge privait Toyota d’un triplé tout en s’offrant un résultat solide pour son premier rallye avec Martijn Wydaeghe, moins d’une semaine après l’annonce de sa séparation avec Nicolas Gilsoul.

Thierry Neuville (BEL) and Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Kalle Rovanperä se classait finalement quatrième à 1’20 »1 du podium et 40 »6 devant Dani Sordo (Hyundai i20 WRC), qui disputait son dernier rallye avec son copilote Carlos del Barrio. Le Japonais Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) complétait le top six.

Kalle Rovanpera (FIN) and Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

HighLights Stage 12 – 13

HighLights Wolf Power Stage

Les classements ici

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes se rendra en terres inconnues pour son deuxième rendez-vous de la saison 2021 avec l’organisation de l’Arctic Rally Finland, présent pour la première fois au calendrier, du 26 au 28 février à Rovaniemi.

WRC2, Début de saison parfait pour Andreas Mikkelsen

Andreas Mikkelsen a réalisé un excellent début de saison en s’imposant nettement dans sa catégorie tout en terminant septième du classement général du Rallye Monte-Carlo.

Avant même le départ du rallye, Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) avait clairement affiché son ambition de s’imposer en dominant les débats dans la catégorie WRC2.

Confiant au volant de sa voiture et envers son équipe d’ouvreurs, le Norvégien a tenu parole en se plaçant d’entrée en tête d’entrée et en rattrapant même la Hyundai i20 WRC de Pierre-Louis Loubet dans Aspremont – La Bâtie-des-Fonts samedi matin.

Andreas Mikkelsen (NOR) and Ola Floene (NOR) Skoda. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Adoptant une approche plus conservatrice dimanche pour assurer la victoire, Andreas Mikkelsen a fait fi d’un tête-à-queue dans la Wolf Power Stage pour l’emporter avec 1’52 »2 devant Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2).

Adrien Fourmaux (FRA) and Renaud Jamoul (FRA) of team M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Adrien Fourmaux s’est offert la deuxième place en affichant un rythme impressionnant

« C’était vraiment sympa », a-t-il déclaré à l’arrivée. « Ici, la clé du succès est de ne faire qu’un avec son équipe d’ouvreurs et je travaille toujours en étroite collaboration avec la mienne. Nous avons passé du temps ici avant les reconnaissances pour être sur la même longueur d’onde et cela a porté ses fruits. »

Adrien Fourmaux était également ravi de son résultat. Rapide tout au long du week-end, le Français a remporté quatre spéciales, mais ses espoirs de victoire se sont envolés samedi avec une crevaison lui coûtant une minute et demie dès le premier virage de Saint-Clément – Freissinières.

« C’était un très bon rallye de notre côté », a confié le pilote M-Sport Ford. « Nous avions un excellent rythme et c’était sympa de se battre avec Andreas. Je tiens à remercier l’équipe pour son travail parfait ce week-end. »

De retour en compétition après un an d’absence, Éric Camilli (Citroën C3 Rally2) complétait le podium à 1’25 »2 de son compatriote et 5’34 »4 devant Marco Bulacia (Citroën C3 Rally2). Le Bolivien comptait également 4’10 »4 de marge sur Sean Johnston (Citroën C3 Rally2), qui s’offrait un top cinq pour ses débuts en WRC2.

L’Italien Enrico Brazzoli (Skoda Fabia Rally2) fermait la marche à 45’25 »0 du vainqueur.

WRC3, première victoire pour Yohan Rossel

Malgré un rebondissement de dernière minute dans la Wolf Power Stage, Yohan Rossel s’est imposé pour la première fois en WRC3 au Rallye Monte-Carlo.

Engagé dans un duel de longue haleine l’opposant à Yoann Bonato (Citroën C3 Rally2), Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) et son compatriote s’étaient rendu coup pour coup une grande partie du rallye lors des trois premières étapes, jusqu’à la crevaison de Yoann Bonato dans Saint-Clément – Freissinières samedi matin.

Son rival ayant perdu plus de deux minutes dans l’opération, Yohan Rossel n’avait plus qu’à contrôler dimanche. Le rallye reste toutefois l’un des sports les plus imprévisibles qui soient et le Français en faisait l’expérience avec un pneu ayant atteint ses limites dans la dernière spéciale.

Le leader parvenait toutefois à conserver son avance et s’imposait finalement avec 1’04 »2 d’avance sur Yoann Bonato.

Malgré son expérience du Monte-Carlo, Yoann Bonato n’a pu rattraper le temps perdu samedi

« Je pensais que tout irait bien, mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé ! », a expliqué le vainqueur. « C’était tellement difficile… Mon pilotage était propre, mais c’est venu de nulle part après huit kilomètres. »

Victime de problèmes similaires samedi après-midi, Nicolas Ciamin (Citroën C3 Rally2) terminait en beauté avec trois scratches dimanche pour compléter un podium 100 % français et 100 % Citroën à 1’18 »9 de Yoann Bonato.

Pour ses débuts au Monte-Carlo, Hermann Neubauer (Ford Fiesta Rally2) terminait quatrième à 7’14 »9 du podium. L’Autrichien devançait deux pilotes belges, Cédric De Cecco (Skoda Fabia Rally2) à 2’52 »0 et Davy Vanneste (Citroën C3 Rally2), sixième à 19’01 »8 du vainqueur.

Cedric Robert (FRA) and Matthieu Duval (FRA) Alpine A110S. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Communiqué WRC

Pht. WRC – Red Bull Content Pool

Video – Partage Youtube WRC