22 avril 2024

Vue d’ensemble du GP de Belgique

Analyse par les Teams et Pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE  :

« Après quelques jours de repos, une nouvelle course de Formule 1 aura lieu ce week-end : la dernière avant la pause estivale. Le Grand Prix de Belgique est l’une des courses les plus prestigieuses du calendrier, disputée sur un circuit particulièrement difficile pour les pilotes, les voitures et les pneus. Nous avons sélectionné la même gamme de composés que l’année dernière – C2, C3 et C4 – afin d’offrir un large éventail d’options stratégiques, du moins si la pluie se maintient. Traditionnellement, la météo à Spa est un facteur clé tout au long du week-end ; le fait que le Grand Prix ait changé de date – de la première course après la pause estivale à la dernière course avant celle-ci – ne devrait pas changer grand-chose, car les prévisions sont toujours variables de toute façon. La longueur du circuit, Spa étant le tour le plus long de l’année, et la variation d’altitude – qui est aussi la plus importante de toute la saison – signifient qu’il est facile de trouver des conditions humides sur une partie du circuit alors qu’elles sont complètement sèches ailleurs. La nouveauté de cette année est que Spa devient le troisième site de Sprint de la saison, après Baku et Spielberg, avec un Sprint Shootout le samedi matin suivi d’une course de 100 kilomètres dans l’après-midi. Avec seulement une heure d’essais libres avant les qualifications du vendredi (qui, pour l’instant, semble être le jour le plus exposé au risque de pluie), il y aura encore moins de temps que d’habitude pour préparer les voitures. À Spa, nous avons tendance à voir les plus grandes différences en termes de réglages aérodynamiques entre les équipes : certaines préfèrent plus d’appui afin de pousser plus fort dans le deuxième secteur, tandis que d’autres préfèrent une voiture plus lâche pour avoir plus de vitesse afin d’attaquer et de défendre davantage dans les lignes droites. Avec deux courses cette année, l’un des sites les plus spectaculaires de la saison devrait offrir un spectacle encore plus grandiose.

LES PNEUS EN PISTE

Comme pour le Grand Prix de Belgique 2022, les équipes disposeront des C2 en P Zero White dur, des C3 en P Zero Yellow moyen et des C4 en P Zero Red tendre.

Tout comme Silverstone et Suzuka, Spa-Francorchamps est un circuit où les pneus sont soumis à des forces considérables. La partie la plus difficile pour les pneus est la compression à l’Eau Rouge, suivie de la montée vers le Raidillon : il s’agit d’un virage à gauche à grande vitesse, où la force d’appui écrase la voiture au sol, suivi d’un autre virage à droite-gauche à grande vitesse où la voiture devient légère au sommet de la colline sur la ligne droite du Kemmel.

Spa est le circuit le plus long du calendrier de Formule 1, avec 7,004 kilomètres, et 44 tours sont prévus pour le Grand Prix de Belgique. Lorsque le circuit a été inauguré en 1921, il était deux fois plus long (14,9 km).

L’année dernière, presque toutes les équipes ont opté pour une stratégie à deux arrêts en utilisant les trois composés. Max Verstappen, de Red Bull, s’est aligné en 14e position sur la grille de départ après une pénalité, mais a remporté la course grâce à une belle remontée, en commençant sur les pneus tendres et en effectuant deux relais sur les pneus médiums.

Spa-Francorchamps est également un endroit spécial pour Charles Leclerc, qui y a remporté sa première course de Formule 1 avec Ferrari en 2019. L’équipe italienne a remporté le plus grand nombre de victoires à Spa (14) depuis 1950, tandis que Michael Schumacher détient le plus grand nombre de victoires individuelles (six).

Le circuit a également connu le plus grand dénivelé de toute l’année. Le point le plus élevé se trouve à Malmedy (environ 468 mètres au-dessus du niveau de la mer), tandis que le point le plus bas se trouve à Paul Frere (environ 366 mètres au-dessus du niveau de la mer). Cela représente une différence de 102,2 mètres, soit plus que la hauteur de la tour de l’horloge Big Ben à Londres.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

Spa est bien sûr mon circuit préféré du calendrier, je suis donc impatient d’y courir et de voir les fans

Je suis impatient de participer à la course Sprint en Belgique. Le week-end s’annonce pluvieux, nous verrons donc quel en sera l’impact, car cela rend toujours les courses plus intéressantes et plus chaotiques. Spa est bien sûr mon circuit préféré du calendrier, alors j’ai hâte d’y courir et de voir les fans, ça devrait être un week-end amusant. Il sera intéressant de voir comment notre voiture se comportera dans les virages les plus rapides. J’ai de bons souvenirs de Spa et, après un excellent résultat d’équipe en Hongrie, j’espère que nous serons à la hauteur ce week-end, c’est la dernière ligne droite avant la pause estivale.

Sergio Pérez, #11 :

Je suis fier de faire partie de cette équipe et de ce que nous réalisons ensemble.

C’est une grande victoire d’équipe en Hongrie, c’est incroyable de faire partie d’un moment aussi historique en Formule 1. Je suis fier de faire partie de cette équipe et de ce que nous réalisons ensemble. Tout le monde a fait un travail incroyable tout au long du week-end et a travaillé si dur, la récompense étant le résultat final. Pour moi, la Belgique, c’est faire un pas en avant dans la performance et être dans le coup du début à la fin du week-end. La météo sera délicate, comme toujours à Spa, et nous avons le format Sprint à affronter, donc les courses pourraient être très limitées. Je dois continuer à pousser et, comme toujours, l’objectif est d’obtenir le meilleur résultat possible.

LE RETOUR DU TAUREAU PARLANT

Découvrez comment concevoir une voiture de F1 qui gagne le championnat avec le quatrième épisode de Talking Bull, le podcast officiel d’Oracle Red Bull Racing, présenté par HP Poly. Nicola Hume s’entretient avec Ben Waterhouse, responsable de l’ingénierie de la performance, et Craig Skinner, designer en chef, pour savoir comment l’équipe a géré l’interdiction des diffuseurs soufflés à l’échappement en 2012, comment une équipe de F1 de haute performance reste au sommet de sa forme et quelles sont les utilisations de l’IA en F1.

  • Oracle Red Bull Racing détient désormais le record du plus grand nombre de victoires consécutives, 12, dans l’histoire du championnat, en remportant les 11 courses de 2023 et la dernière course de 2022. Ce week-end, l’équipe tentera également de devenir la première équipe à remporter les 12 premières courses d’une saison.
  • Après sa victoire au Grand Prix de Hongrie, Max a terminé premier à 44 reprises, égalant le nombre de fois où il a terminé sur les autres positions du podium combinées, avec 28 secondes places et 16 troisièmes places dans sa carrière.
  • Checo a renforcé son avantage à la deuxième place du championnat des pilotes lors des trois dernières courses d’affilée, son avance sur la troisième place s’élevant à 32 points, un record pour la saison. Checo aborde le week-end des sprints en Belgique en tant que meilleur marqueur de sprints sur la grille de départ cette saison.
  • L’équipe a fourni à Checo l’arrêt au stand le plus rapide de la saison 2023 lors du GP de Hongrie, en changeant les quatre pneus en 1,98 seconde, la première équipe à le faire en moins de deux secondes cette année.
  • Si Max remporte le GP de Belgique, il deviendra le deuxième pilote de l’histoire à gagner huit courses consécutives, suivant les traces de Seb Vettel qui a remporté les neuf dernières courses de la saison 2013 pour l’équipe.

Mercedes

La dernière course avant la pause estivale se déroule à Spa-Francorchamps.

Toto parle de la Belgique :

La Hongrie a été un week-end de hauts et de bas. Notre rythme était fort samedi et dimanche, mais nous n’avons pas pu l’optimiser tout au long du week-end. Lewis a réalisé un tour brillant pour décrocher la pole position. Cependant, le dimanche, nous avons été trop conservateurs avec certaines de nos décisions et nous avons finalement manqué un podium. George, quant à lui, a été compromis lors des qualifications, mais il a fait une bonne course en partant de la P18 pour terminer en P6.

Nous avons également rencontré des problèmes de refroidissement sur les deux voitures ; nous avions probablement la deuxième voiture la plus rapide, mais nous devons mieux l’exécuter si nous voulons atteindre notre plein potentiel. Néanmoins, nous avons marqué de bons points avec nos deux pilotes et consolidé notre position P2 au championnat.

Nous allons essayer de transformer ces enseignements en actions pour ce week-end. Spa-Francorchamps est un site classique et un véritable défi pour les voitures et les pilotes, en particulier dans le format Sprint avec un temps d’entraînement limité sur un tour long et difficile.

Nous apporterons des mises à jour ce week-end dans le cadre de notre programme de développement continu. Nous espérons qu’il s’agira d’un nouveau petit pas en avant dans l’amélioration de la W14. Comme nous l’avons vu lors de nombreuses courses cette année, il est difficile de prédire où nous nous situerons par rapport à nos concurrents. Quel que soit le rythme réel de notre voiture, nous voulons maximiser les résultats de cette dernière course avant la fermeture estivale.

Fiche d’information : Grand Prix de Belgique

  • Spa-Francorchamps est le plus long circuit que nous visitons, mesurant 7,004 km.
  • Compte tenu de la longueur de la piste, il n’est peut-être pas surprenant que le Grand Prix ait le plus petit nombre de tours de course, avec seulement 44.
  • C’est six fois moins que les circuits suivants, l’Arabie saoudite et Las Vegas, qui comptent 50 tours.
  • Malgré plusieurs longues sections à plat, Spa se situe en milieu de peloton en ce qui concerne la consommation de carburant. Les arrêts et redémarrages constants sont ceux qui consomment le plus de carburant, c’est pourquoi des circuits comme la Hongrie, où nous avons couru la semaine dernière, sont plus gourmands en carburant.
  • L’utilisation et l’usure des pneus sont parmi les plus importantes de la saison à Spa, avec des moyennes élevées aux quatre coins de la voiture.
  • La longue distance entre les tours pose quelques problèmes particuliers. Par exemple, si une voiture est endommagée au début du tour, il faut perdre plus de temps pour revenir, et la météo est très changeante, de sorte que les conditions peuvent varier considérablement d’un virage à l’autre.
  • Cela signifie également que le tour prend plus de temps, et qu’il n’est donc pas possible d’inclure autant de tours dans les plans d’entraînement et de qualification pour tester différentes configurations. Cela sera particulièrement intéressant ce week-end avec le format Sprint et les conditions de parc fermé après la FP1.
  • La distance entre la pole position et la zone de freinage du premier virage de La Source est d’un peu plus de 150 mètres, ce qui limite les possibilités de gagner des positions dès la sortie de la ligne.
  • En revanche, de la sortie de La Source à la zone de freinage des Combes, les pilotes ont le pied sur l’accélérateur pendant plus de 20 secondes (et 1 875 mètres) de tracé.
  • En raison de cette section plate, la sortie de La Source est incroyablement importante, car elle mène à la longue ligne droite de l’Eau Rouge et du Raidillon.
  • Il y a une différence d’environ 100 mètres entre le point le plus élevé (Les Combes, virage 7) et le point le plus bas (Stavelot, virage 15) du circuit, ce qui représente le plus grand dénivelé de la saison.
  • Les premier et troisième secteurs de Spa comportent de longues lignes droites et des sections plates, mais le deuxième secteur est sinueux. Il est donc difficile de trouver le bon équilibre et le bon compromis en matière de réglages, en particulier en ce qui concerne le niveau de l’aileron. Un aileron plus grand vous fera gagner du temps dans le secteur intermédiaire mais vous rendra vulnérable dans les lignes droites, tandis qu’un aileron plus petit offrira moins de traînée dans les sections plates mais n’offrira pas le même niveau d’adhérence dans les virages sinueux. Il s’agit d’une situation similaire à celle de Bakou.

Réflexion : Se préparer à la fermeture

La fermeture estivale, introduite il y a plusieurs années, est une pause obligatoire de deux semaines que toutes les équipes doivent respecter. Aucune activité liée à la F1 ne peut avoir lieu et elle est extrêmement importante pour permettre aux membres de l’équipe de se ressourcer avant la seconde moitié de la saison. « À mon avis, c’est l’une des meilleures règles introduites en Formule 1 », déclare Rob Thomas, directeur des opérations.

« Il n’est pas facile de s’arrêter soudainement, puis de repartir soudainement. C’est assez unique de devoir le faire en milieu de saison », commente Ron Meadows, directeur sportif. Que faut-il donc à une équipe de F1 pour s’arrêter efficacement, puis redémarrer rapidement et reprendre la course ? Nous nous sommes entretenus avec Rob, Ron et Mike Elliott, directeur technique, pour en savoir plus.

Aston Martin

Lance Stroll, #18 :

« Spa-Francorchamps est un circuit très différent du Hungaroring, avec beaucoup de longues lignes droites et de virages à grande vitesse. Nous apprenons que ces caractéristiques ne conviennent pas particulièrement à l’AMR23, qui privilégie les virages à vitesse moyenne, donc je pense que nous devrons gérer nos attentes avant ce week-end. Cela dit, l’objectif reste le même : obtenir le meilleur résultat possible pour l’équipe.

Fernando Alonso, #14 :

« Nous n’avons pas eu le week-end le plus facile à Budapest et la neuvième place a été le maximum obtenu dimanche, avec trois points au total pour l’équipe.

« La Belgique est la prochaine étape et nous avons eu quelques jours pour analyser tout ce qui s’est passé en Hongrie. C’est un défi très différent ici avec la nature à haute vitesse de ce circuit et j’ai toujours aimé courir à Spa. C’est un défi que nous sommes impatients de relever et nous espérons pouvoir rebondir ce week-end avec un bon résultat. C’est encore un week-end de sprint ici, donc nous n’avons qu’une séance d’essais avant les qualifications pour tout optimiser, ce qui est un test pour toutes les équipes, surtout avec des prévisions mitigées. J’ai hâte de retourner dans le cockpit de l’AMR23 si peu de temps après Budapest !

Connaissance et rapidité avec Cognizant

  • Interruptions de course : Il faut s’attendre à des voitures de sécurité à Spa. Toutes les courses sauf deux ont vu le déploiement d’une voiture de sécurité depuis 2014, mais il n’y a eu que deux déploiements de voiture de sécurité virtuelle depuis 2015, lorsque le système a été introduit.
  • Dépassements : La difficulté des dépassements est moyenne à Spa. Le long passage DRS vers le virage 5 est la meilleure opportunité de dépassement, mais la chicane de l’arrêt de bus en offre une autre. Le Grand Prix de Belgique de l’année dernière a vu 60 dépassements, sans compter les départs et les redémarrages.
  • Stratégie : Comme l’année dernière, les composés C2, C3 et C4 ont été fournis par Pirelli. Cependant, les règles du Sprint entrent en jeu : Les SQ1 et SQ2 doivent être courus avec les pneus Medium (C3). L’année dernière, le Grand Prix de Belgique a connu une forte dégradation des pneus et une course à deux arrêts.
DRS
Turns and Sectors

Ferrari

BELGIQUE GRAND PRIX – COURSE AU LE LÉGENDAIRE SPA-FRANCORCHAMPS

Un dernier effort pour la Formule 1 avant la pause estivale. Ces dernières années, l’épreuve sur le circuit belge de Spa-Francorchamps a toujours été la première course après les vacances.

Des tronçons légendaires. Spa-Francorchamps a toujours été considéré comme le test ultime pour un pilote de course. Le circuit historique de Formule 1 et ses sept kilomètres (14 jusqu’en 1982) a toujours exigé le respect et comporte l’un des morceaux de piste les plus célèbres du calendrier, à savoir l’Eau Rouge-Raidillon, un virage en « s » en montagnes russes, pris à plat lors des qualifications. Mais ce n’est pas la seule section remarquable, car il faut aussi mentionner le virage des Combes au bout de la ligne droite de Kemmel, le virage de Pouhon où les pilotes sont soumis à une force latérale de 3G pendant près de cinq secondes et l’incroyablement rapide Blanchimont. Il y a également deux virages très lents, le dernier connu sous le nom de Bus Stop et la première épingle à cheveux de La Source.

Configuration. Spa-Francorchamps est un circuit complet qui met en valeur les capacités du pilote et exige une voiture particulièrement efficace. Les essais libres sont particulièrement importants, les équipes s’efforçant de trouver le meilleur équilibre sur la voiture, afin de s’adapter à la myriade de caractéristiques du circuit. Il y a des sections à très haute vitesse, y compris deux zones DRS sur la ligne de départ et d’arrivée et sur la ligne droite de Kemmel, où une bonne vitesse de pointe est nécessaire pour faciliter les dépassements. Il y a également des sections plus techniques où une bonne force aérodynamique est nécessaire pour les virages et pour aider à gérer la durée de vie des pneus, qui peuvent surchauffer et perdre de leur performance dans la dernière partie du tour. L’autre variable est la météo, car les Ardennes en juillet peuvent être très chaudes, mais il y a toujours la menace de la pluie et de la baisse des températures.

Frédéric Vasseur, directeur de l’équipe :

Lors des deux dernières courses, nous n’avons pas été en mesure d’exploiter au maximum le potentiel de la SF-23, parce que nous avons adopté une approche trop prudente et que nous avons commis trop d’erreurs. Par conséquent, notre objectif pour le Grand Prix de Belgique, sur l’un des plus grands sites de Formule 1, est de revenir sur la voie que nous avons empruntée au Canada. Charles et Carlos sont deux des meilleurs pilotes du plateau, mais nous devons leur donner les bons outils pour exprimer leur talent. Derrière Red Bull, c’est extrêmement serré, cinq équipes se battent au millième près à chaque course. Nous devons donc étudier les moindres détails du week-end, des essais libres du vendredi au dernier tour du dimanche, car un dixième de seconde peut signifier une différence d’une ou deux places. Nous connaissons nos faiblesses techniques et nos adversaires ne se contentent pas de tuer le temps. Donc, en Belgique et pour le reste de la saison, nous devons nous concentrer au maximum et être prêts à prendre des risques.

Statistiques Ferrari :

  • GP disputés 1063
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,76%)
  • Pole positions 243 (22.86%)
  • Tours les plus rapides 259 (24.36%)
  • Podiums 800 (25.09%)

Statistiques Ferrari GP de Belgique :

  • GP disputé 66
  • Débuts 1950 (A. Ascari 5e ; L. Villoresi 6e)
  • Victoires 18 (27.27%)
  • Pole positions 15 (22.73%)
  • Tours les plus rapides 19 (28.79%)
  • Podiums 49 (24,75%)

Trois questions à Thierry Baritaud, responsable de la récupération d’énergie et des systèmes turbo. Thierry Baritaud, Né le : 24/9/57 à Paris (France)

  1. Comment se présente le circuit de Spa-Francorchamps du point de vue des groupes motopropulseurs ?

Alors que l’effet de la performance de l’unité de puissance sur le temps au tour lors du GP de Hongrie la semaine dernière était limité, avec un niveau de stress relativement faible pour le PU, c’est l’inverse qui se produit pour le Grand Prix de Belgique. Sur ce circuit, la puissance du moteur fait une différence significative, en raison de sa grande sensibilité à la puissance. Une récupération d’énergie efficace est encore plus importante sur ce circuit de 7 kilomètres de long, avec plusieurs sections à pleine puissance où le MGUK peut avoir du mal à fournir ses 120 kW jusqu’à la fin de la ligne droite. Les systèmes ERS et turbo les plus aptes à récupérer cette énergie auront un avantage significatif et une stratégie modifiée de déploiement de l’ERS peut améliorer les performances de la voiture pendant plusieurs tours.

  1. Quelle partie de l’unité motrice est la plus sollicitée ici et pourquoi ?

Le moteur à combustion et le turbo doivent tous deux faire face aux longues sections à pleine puissance, lorsqu’ils atteignent des niveaux de température élevés, tandis que la batterie est sollicitée par la longue décharge dans la section allant de l’Eau Rouge aux Combes.

  1. Parlez-nous de vous : comment et quand avez-vous rejoint Ferrari ? Comment trouvez-vous la vie en Italie ?

J’ai rejoint Ferrari en 2000, lorsque la Scuderia a commencé à remporter le championnat du monde pendant plusieurs années. En fait, je suis venu pour un congé sabbatique d’un an de l’institut de recherche où je travaillais en France. Puis la magie de Ferrari a opéré et, 23 ans plus tard, je suis toujours là, à relever des défis passionnants chaque jour, en occupant des postes variés. Mon déménagement en Italie a été une source de joie : j’ai retrouvé ma famille et mes amis à Modène et j’ai profité de la petite fenêtre de temps libre qu’offre un emploi en F1 pour faire du vélo sur les routes de la région de l’Émilie, dans les Apennins.

Grand Prix de Belgique : faits et chiffres :

  1. Aucun pilote belge n’a remporté le Grand Prix de son pays d’origine au cours des 67 éditions organisées à ce jour. 24 Belges ont couru en Formule 1, remportant 11 victoires (huit grâce à Jacky Ickx et trois grâce à Thierry Boutsen), mais aucune à Spa-Francorchamps, ni à Zolder et Nivelles, les deux autres sites qui ont accueilli cette épreuve. Seule la Principauté de Monaco présente un bilan plus mauvais, aucun pilote monégasque n’ayant remporté l’une des 69 courses qui s’y sont déroulées. Mais la Principauté n’a pu compter que sur cinq porte-drapeaux de la Formule 1, dont Charles Leclerc.

 

  1. On dit que seuls les grands gagnent à Spa-Francorchamps et les chiffres tendent à le confirmer. Seuls quatre pilotes ont remporté leur première victoire en Formule 1 sur le circuit ardennais : Peter Collins en 1956, sur une Ferrari D50, qui était destiné à devenir champion du monde s’il n’était pas mort très jeune en 1958 ; Jim Clark en 1962 sur une Lotus, qui a ensuite remporté deux fois le championnat ; Michael Schumacher, sept fois champion du monde, en 1992 pour Benetton et Charles Leclerc en 2019 sur la Ferrari SF90.

 

  1. C’est le nombre d’auteurs de bandes dessinées originaires de Belgique, pays considéré comme la patrie de la bande dessinée ou du « neuvième art » comme on l’appelle. Ils sont plus de 700 rien qu’à Bruxelles. Le pionnier de la bande dessinée est Tintin, le sympathique et intrépide garçon roux, dont les livres ont été traduits dans plus de cinquante langues. Ses aventures ont commencé en 1929 dans les pages d’une bande dessinée pour enfants, Le Petit Vingtième. D’autres personnages belges célèbres sont Lucky Luke (1946), Gaston Lagaffe (1957) et surtout les Schtroumpfs, créés en 1958, qui ont longtemps influencé la culture populaire de la seconde moitié du siècle dernier.

 

  1. C’est le nombre de bières spéciales proposées dans un seul bistrot de Bruxelles, devenu un lieu de visite incontournable pour les amateurs de cette boisson que la Belgique produit en quantités et variétés incroyables. On estime que les Belges consomment chaque année 70 litres de bière par tête, ce qui équivaut à une demi-pinte par jour.

 

  1. C’est l’année où le saxophone a été produit pour la première fois. Cet instrument de musique a été inventé par le Belge Adolphe Sax, qui a combiné le bec à anche simple d’une clarinette avec le corps d’un ophicléide, une famille d’instruments à perce conique, le hautbois et la flûte. Cet hybride produit un volume sonore important, semblable à celui des cuivres, mais même s’il est en laiton, il est considéré comme un instrument à vent, en raison de l’utilisation d’une anche simple. Il a été présenté pour la première fois à l’Exposition industrielle de Paris en 1844 et a été breveté deux ans plus tard.

McLaren

« C’est une bonne chose de retrouver sa place, mais il reste encore du travail à faire.

Lorsque vous travaillez en Formule 1, les vacances n’ont pas beaucoup d’attrait, mais après le Grand Prix de Belgique de ce week-end, nous prendrons une pause bien méritée et nécessaire de toute forme d’activité de course – que nous le voulions ou non.

Au moins, nous l’aborderons avec le sourire, après deux podiums en autant de courses et quatre places dans les cinq premiers. Compte tenu de notre retournement de forme ces dernières semaines, personne ne pourra dire que nous ne l’avons pas mérité.

Mais avant que tout le monde ne parte en Espagne pour quelques semaines ou ne prenne un bus pour Brighton Beach, nous avons encore un week-end bien rempli de courses de papayes glorieuses à vous mettre sous la dent. Traditionnellement, la fermeture estivale de la F1 a lieu juste après le Grand Prix de Hongrie, mais cette année, vous aurez droit à un autre grand prix avant que nous ne partions tous en vacances.

Entre deux préparatifs de vacances, nous avons réussi à rencontrer Lando et Oscar pour leur demander leur avis sur Spa-Francorchamps, ainsi que quelques mots de sagesse de la part du directeur de l’équipe, Andrea Stella. Nous avons également compilé un guide du circuit, une explication pratique du sprint de la F1 et quelques conseils sur les vêtements à porter.

Lando Norris, #4 :

« Deux podiums consécutifs ! Cela fait du bien de revenir à notre place, mais nous avons encore du travail à faire pour rester constants jusqu’à la fin de la saison.

« J’ai hâte de courir à Spa. C’est l’un de mes circuits préférés et ce devrait être un bon circuit pour nous. Bien sûr, il peut être difficile en fonction des conditions, mais nous ferons de notre mieux pour terminer la première moitié de la saison en bonne position.

Oscar Piastri, #81 :

« La Belgique est la prochaine étape. C’est toujours une bonne chose de courir à Spa, c’est un très beau circuit, et j’apprécie un week-end de Sprint. La voiture s’est bien comportée lors des deux dernières courses, ce qui est positif, mais il y a beaucoup d’enseignements à tirer de ce week-end.

« J’ai repris la simulation au MTC cette semaine pour m’assurer d’extraire toutes les données. J’espère que nous aurons encore un bon week-end avant la pause estivale.

Une journée au Spa

Le circuit de Spa-Francorchamps n’est peut-être plus aussi long que lorsqu’il a été conçu en 1920, mais il reste le plus long circuit du calendrier de la F1, et il ne manque pas d’atouts pour cela.

C’est un circuit en deux parties, avec le premier et le dernier secteurs très rapides et fluides, et le secteur du milieu beaucoup plus serré et technique. Les équipes doivent décider laquelle de ces sections est la mieux adaptée : une voiture moins chargée rendra la voiture plus compétitive dans les lignes droites et les virages à grande vitesse, mais sera plus difficile à manier dans le secteur intermédiaire, tandis qu’une voiture plus chargée augmentera les performances dans les sections étroites et techniques, mais ralentira la voiture dans les lignes droites et dans les virages à grande vitesse.

Bien que le secteur central présente quelques similitudes avec le Hungaroring, les équipes trouveront Spa-Francorchamps beaucoup plus facile à dépasser que le circuit de Budapest sur lequel nous avons couru le week-end dernier.

Le premier virage, Le Source, offre une première opportunité de dépassement, suivie d’une autre aux Combes après la zone DRS de la ligne droite de Kemmel. Il y a ensuite une troisième possibilité de dépassement à la chicane de l’arrêt de bus, qui suit le virage le plus rapide du circuit, Blanchimont, pris à plat à environ 310 km/h.

Spriiiiiiiiiiint

Vous pouvez obtenir tous les détails sur le format du Sprint ici, mais le grand changement pour cette année est qu’il s’agit maintenant d’une épreuve indépendante, qui n’affecte pas la grille de départ du dimanche. Cela signifie que nous aurons deux séances de qualification, l’une pour le Sprint et l’autre pour le Grand Prix de dimanche.

La course Sprint proprement dite suivra le même format qu’en 2022, avec des points distribués aux huit premiers : le vainqueur remporte huit points, et le pilote huitième ne gagne qu’un point. Contrairement à 2022, l’ordre d’arrivée de la course sprint n’aura pas d’incidence sur la grille de départ du Grand Prix de dimanche. La course de dimanche se déroulera donc comme d’habitude… Vous comprenez ? C’est vrai.

Dernière sortie

Ces sections deviennent plutôt amusantes, vous ne trouvez pas ? Pour la première fois de sa carrière, Lando a décroché des podiums successifs en terminant deuxième derrière Max Verstappen au Grand Prix de Hongrie. Il s’agit également de notre premier podium consécutif depuis près de 11 ans.

Oscar a réalisé une première de son côté, le rookie australien se classant consécutivement dans les cinq premiers pour la première fois de sa courte carrière en F1. Il s’est maintenu à la cinquième place malgré des dommages au sol, ce qui nous a permis de récolter 28 points, soit 40 de plus qu’Alpine (sixième) au classement des constructeurs.

Le décor

Situé à environ 40 km de la ville la plus proche, dans la magnifique région des Ardennes, le circuit de Spa-Francorchamps permet de s’évader de la réalité. Vous serez entouré d’une véritable beauté naturelle, avec des forêts, des collines et des rivières à explorer, ainsi que plusieurs petits villages pittoresques où vous pourrez vous promener.

Malgré son caractère rural, la région n’est pas en reste en matière de gastronomie. Outre les ragoûts réconfortants tels que le Waterzooi et la Carbonnade Flamande, la Belgique se distingue par la simplicité de ses plats : Les frites belges, les gaufres et le chocolat devraient figurer en bonne place sur votre liste d’en-cas.

Andrea Stella :

« Les deux pilotes ont encore réalisé un excellent week-end en Hongrie, ce qui nous permet d’analyser les forces et les faiblesses de la voiture. C’est une bonne chose d’être dans cette position et l’équipe a travaillé dur pour nous permettre d’en arriver là. Cependant, si nous pouvons être plus optimistes pour la suite de notre saison, nous savons que les autres équipes ne resteront pas inactives. Nos plans et nos ambitions restent les mêmes, nous continuons à aller de l’avant avec le développement du MCL60 cette année, et notre objectif ultime est d’être en mesure de remporter des courses dans un avenir proche.

« Entre-temps, avant la fermeture estivale, nous nous rendons en Belgique. Spa est un autre circuit très apprécié des pilotes. Il présente un bon mélange de longues lignes droites et de virages à toutes les vitesses et peut s’avérer encore plus difficile si les conditions météorologiques sont défavorables. Il s’agit également d’un week-end de Sprint, ce qui ajoute au défi et aux opportunités. Comme toujours, notre équipe et nos pilotes restent concentrés sur la tâche à accomplir et sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Le pack de statistiques

  • Bruce McLaren a remporté la première victoire de McLaren en Formule 1 lors du Grand Prix de Belgique 1968.
  • Nous avons remporté 14 fois le Grand Prix de Belgique, ce qui fait de nous la deuxième équipe la plus titrée dans cette épreuve.
  • avons remporté la course cinq fois d’affilée entre 1987 et 1991.
  • Emerson Fittipaldi, John Watson, Alain Prost, Ayrton Senna, David Coulthard, Mika Häkkinen, Kimi Räikkönen, Lewis Hamilton et Jenson Button ont tous gagné pour McLaren en Belgique.
  • Button a décroché sa seule pole pour McLaren lors du Grand Prix de Belgique 2012.
  • Conçu en 1920, le tracé original de Spa-Francorchamps mesurait 9 miles de long. Il fait aujourd’hui 4,352 miles
  • Le Grand Prix de Belgique est techniquement une course locale pour Lando, car sa mère est née dans les Flandres, en Belgique.
  • Lando a gagné ici en Formule 3 européenne en 2017
  • Oscar a gagné ici en Formula Renault Eurocup en 2019
  • L’été des fans de F1 est à nos portes.

Alpine

Esteban Ocon, #31 :

« C’était très frustrant pour toute l’équipe d’avoir un double abandon dimanche, surtout dans de telles circonstances si tôt dans la course. Pierre et moi n’avons pas pu faire grand-chose et nous n’avons pas d’autre choix que de passer à autre chose et de nous concentrer sur ce week-end où nous espérons rebondir rapidement. Malgré l’impact important de la chute de dimanche, je me sens bien physiquement et très motivé pour courir en Belgique. pour maximiser nos opportunités. »

Pierre Gasly, #10 :

« En tant qu’équipe, il est important que nous restions soudés, que nous gardions la tête baissée et que nous continuions à travailler dur pour obtenir de meilleurs résultats. Nous avons une mise à niveau ce week-end et j’espère que tout se passera comme prévu et apportera des performances supplémentaires à la voiture dont nous avons besoin maintenant. C’est un autre week-end de Sprint, qui offre plus d’opportunités de marquer des points.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Après l’expérience ATA en Hongrie, nous revenons au format Sprint Event pour ce week-end en Belgique. Cela signifie que nous n’avons qu’une seule séance d’essais pour préparer la voiture aux exigences uniques de Spa. En raison de la longueur du tour, les pilotes n’auront que très peu de tours à effectuer avant la séance de qualification du vendredi soir. Les prévisions météorologiques annoncent des conditions mixtes, ce qui ne fera qu’accroître la pression sur les équipes.

Le circuit de Spa représente un grand défi, combinant de longues lignes droites avec des enchaînements de virages importants ; le compromis entre l’appui et la traînée est difficile à optimiser, en particulier sur le mouillé.

Les deux pilotes ont été forts le week-end dernier au Hungaroring et ce week-end est une bonne occasion de renforcer cela et de continuer à prendre de l’élan alors que nous nous dirigeons vers la fermeture estivale.

Alex Albon, #23 :

En arrivant à Spa, c’est un grand circuit et l’un de mes préférés. Évidemment, c’est un circuit qui devrait nous convenir un peu plus que la Hongrie, mais comme tout le monde apporte des améliorations ce week-end, nous sommes dans une période où il est difficile de savoir où l’on se situe en termes de rythme par rapport à nos concurrents. L’année dernière, nous avons marqué un point sur ce circuit, alors je pense que nous aurons une bonne chance ce week-end, tout en faisant attention à la météo.

Logan Sargeant, #2 :

J’ai tout donné en Hongrie pendant les 68 tours de course. Le week-end ne s’est pas déroulé exactement comme nous le souhaitions, mais pour l’essentiel, j’en ai tiré beaucoup de positif. Si l’on considère qu’il s’agissait d’un circuit qui ne nous convenait pas, je suis assez satisfait du rythme que nous avons eu. Cela devrait nous donner beaucoup de motivation pour Spa. J’ai juste besoin de commencer à enchaîner un peu mieux. Avant Spa, nous avons une voiture qui devrait être en meilleure position sur un circuit qui nous convient mieux. Je suis enthousiaste, tout comme l’équipe, et nous devrions donc connaître un bon week-end. J’espère que nous pourrons obtenir un bon résultat avant la pause estivale.

Haas

La dernière épreuve avant la pause estivale du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2023 emmènera MoneyGram Haas F1 Team sur le circuit de Spa-Francorchamps, à l’occasion du Grand Prix de Belgique.

Depuis plus d’un siècle, des courses automobiles se déroulent dans la forêt des Ardennes, à proximité de la ville thermale de Spa. À l’origine, un triangle de voies publiques reliant les villages de Francorchamps, Malmedy et Stavelot avait été tracé et constituait la base du circuit du Grand Prix de Belgique. Il a fait partie de la saison inaugurale du championnat de Formule 1 en 1950, mais l’évolution du sport a rapidement dépassé le tracé routier de 14 km pour des raisons de sécurité et, après 1970, il a été abandonné.

Après un passage sur les impopulaires circuits de Nivelles et de Zolder, la Formule 1 est revenue à un Spa-Francorchamps rénové en 1983, en conservant certaines parties de l’ancien tracé mais en contournant le tronçon routier en direction de Stavelot. Néanmoins, le nouveau Spa-Francorchamps a rapidement été acclamé et reste l’un des circuits les plus appréciés du calendrier actuel, tant par les pilotes que par les équipes. En 2023, l’épreuve a été déplacée du mois d’août au mois de juillet pour devenir la dernière course avant la pause estivale de la Formule 1.

Avec ses 7 km, Spa-Francorchamps est le circuit le plus long du calendrier actuel de la Formule 1, avec un tour qui emmène les pilotes dans un voyage vallonné à travers la forêt des Ardennes. Le circuit, qui représente un défi de taille pour les pilotes, pose également un dilemme aux équipes en matière de réglages. Un fort coefficient d’appui est préférable pour les virages à long rayon qui composent le long secteur central du tour, mais la vitesse de pointe est essentielle pour les longues explosions à plein régime des premiers et derniers secteurs, qui comprennent respectivement les célèbres virages à plat d’Eau Rouge/Raidillon et de Blanchimont.

Le microclimat autour de Spa-Francorchamps peut intervenir, même en plein été, avec des fluctuations de température et un temps humide susceptibles d’influencer les procédures. Comme le dit le vieil adage : si vous ne voyez pas les forêts, il pleut, et si vous voyez les forêts, eh bien, il va pleuvoir.

Cette année, le Grand Prix de Belgique proposera un F1 Sprint, la première fois que ce format de deux courses est organisé à Spa-Francorchamps. Ce sera la troisième des six présences de F1 Sprint en 2023.

Guenther Steiner, directeur d’équipe :

Pour la dernière manche avant la fermeture estivale, MoneyGram Haas F1 Team se rendra au légendaire Spa-Francorchamps pour le Grand Prix de Belgique. Comment évaluez-vous la première moitié de la saison dans tous les domaines de l’équipe ?

« Nous avons à nouveau bien commencé la saison, mais nous avons un peu régressé car nous n’avons pas tiré le maximum de notre voiture par rapport aux autres équipes. Les points positifs sont que nous avons maintenant Nico dans l’équipe, ce qui a été d’une grande aide pour obtenir toutes les performances et il travaille vraiment dur pour garder l’équipe motivée et la pousser, il s’intègre également de manière fantastique. Il y a beaucoup d’autres choses positives, comme nos arrêts aux stands. Nous sommes plutôt solides en ce moment – croisons les doigts pour que ça continue comme ça – mais nous ne pouvons pas vraiment montrer ce que nous pouvons faire parce que, je ne dirais pas le manque de rythme en course, mais avec la dégradation des pneus en course, la chose la plus importante que nous ne ramenons pas à la maison, c’est les points.

Le week-end dernier en Hongrie a montré une fois de plus le potentiel de la VF-23 sur un tour, mais aussi que le rythme de course ne semblait pas aussi affecté que lors des courses précédentes. Les mises à jour apportées à la voiture ont-elles contribué à résoudre notre problème actuel ou était-ce spécifique à la piste ? Et en ce qui concerne la deuxième partie de la saison, quand les développements de la voiture de cette année se transformeront-ils en travaux pour le challenger de la saison prochaine ?

« En Hongrie, le résultat a semblé pire qu’il ne l’était parce que nous n’étions pas loin de nos concurrents, mais nous étions toujours derrière. Ce n’est pas fantastique, mais c’est la bonne direction. Il est très difficile de dire si ce sont les mises à jour qui ont amélioré les performances ou si elles sont spécifiques à la piste, car les équipes se mélangent et sont très proches les unes des autres, et il est difficile de tirer une conclusion définitive sur l’efficacité d’une mise à jour. Notre mise à jour était petite, comme nous le savons tous, mais ce qu’elle promettait de faire, elle l’a fait, mais ce n’était pas suffisant.

« C’est pourquoi nous avons décidé de poursuivre le développement de la voiture de cette année afin de bien comprendre nos problèmes et de savoir où nous devons faire des efforts pour améliorer la voiture pour l’année prochaine. Pour l’instant, nous développons les deux voitures en parallèle, et nous ne savons pas encore quand nous passerons seulement à 2024. »

La fermeture estivale offre une pause bien nécessaire au personnel des équipes et à ceux qui parcourent le monde avec la Formule 1. Quels sont vos projets pour cette période loin des circuits et dans quelle mesure est-il essentiel de donner aux pilotes et au personnel le temps de se reposer et de recharger les batteries ?

« Personnellement, je vais passer quelques jours à la plage avec ma famille et le reste du temps, je le passerai avec ma famille car c’est la meilleure façon pour moi de me reposer et de me ressourcer. Il est très important que chacun d’entre nous ait encore quelque chose dans la batterie lorsque nous arrivons à la fin de la saison, car elle est difficile. C’est difficile pour tout le monde en Formule 1, alors nous devons prendre le temps qu’il nous reste.

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team KICK se rend à Spa-Francorchamps, l’un des sites les plus emblématiques du calendrier, pour la dernière course avant la pause estivale de la mi-saison. La C43 de l’équipe arborera une livrée spéciale pour l’événement, célébrant le partenariat fructueux entre Alfa Romeo F1 Team KICK et la plateforme de streaming Kick.com.

Le sprint de l’été

Spa-Francorchamps est un nom qui évoque des émotions, des souvenirs, des légendes. C’est un circuit qui produit toujours des courses spectaculaires, un circuit imprégné de tradition et de l’esprit de l’ancienne école du sport automobile. C’est un élément du calendrier que les équipes, les pilotes et les fans attendent avec un sentiment de profonde révérence.

Spa était autrefois synonyme de reprise de la saison, après la pause estivale. C’était le retour à l’action après les vacances, l’occasion de repartir avec un nouvel état d’esprit : ce n’est plus le cas cette année. Cette fois-ci, les équipes se rendent à Spa pour la dernière course de la première partie de la saison – et pour ce qui promet d’être une course Sprint exaltante.

Un événement qui se déroule sur un circuit aux proportions aussi épiques – en termes de longueur, de dénivelé et d’histoire – prend une tournure supplémentaire : un vendredi d’essais et de qualifications très important est suivi d’un samedi de compétition de bout en bout, avant la course spectaculaire du dimanche. Dans le dernier acte avant l’entracte de notre pause estivale, nous nous efforçons de trouver ce supplément de performance, la motivation et la force de mener cette bataille cruciale – et de courir non pas une, mais deux fois. Nous le faisons avec le soutien de nos fans, l’engagement de notre équipe sur le terrain et à la maison, et chaque once de compétence de nos pilotes – sur un circuit qui sait comment récompenser le facteur humain.

Le Grand Prix de Belgique a peut-être changé de place dans le calendrier, mais sa place dans l’imaginaire collectif de la Formule 1 n’a pas diminué, elle s’est au contraire accrue. Il ne s’agit plus d’un retour à l’action bienvenu, mais d’un superbe crescendo avant les vacances. La résilience et l’engagement des concurrents de ce week-end ne seront pas différents de ceux des années précédentes, mais ce week-end de Sprint les magnifiera pour en faire quelque chose de spécial – et il n’y a pas de meilleure façon de courir à Spa.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Nous nous rendons en Belgique, sur le circuit historique de Spa-Francorchamps, pour la deuxième étape de cette dernière course avant la pause estivale de la Formule 1. Alors que la première moitié de la saison s’achève, il est temps de faire le point sur le travail accompli jusqu’à présent : il est indéniable que nous attendions davantage de notre campagne 2023, mais il reste encore plusieurs courses à disputer avant le drapeau à damier d’Abou Dhabi, et nous sommes déterminés à donner le meilleur de nous-mêmes pour inverser la tendance, dès ce week-end. La course de dimanche à Budapest a été difficile, car nous n’avons pas pu convertir nos bonnes positions de départ en un résultat à deux points ; néanmoins, l’équipe a travaillé sur l’analyse de ce qui n’a pas fonctionné, afin d’éviter que cela ne se reproduise à l’avenir. Nous voulons continuer à construire sur la base de la solide performance démontrée samedi lors des qualifications, pour revenir dans le top 10 et terminer la première moitié de la saison sur une bonne note. Comme il s’agit d’une course de vitesse, nous devrons être parfaits à partir de vendredi et tirer le meilleur parti de toutes les opportunités qui se présenteront à nous.

Valtteri Bottas, #77 :

« Courir à Spa a toujours été agréable pour moi, et j’y suis monté trois fois sur le podium. C’est un endroit idéal pour terminer la première partie de la saison et, je l’espère, tourner la page de dimanche dernier. Nous attendions certainement plus de Budapest, surtout si l’on tient compte de la solide performance que nous avions réalisée en qualifications. Ce qui est positif, c’est que nous avons eu la confirmation que les ajustements qui ont été faits depuis que nous avons apporté le nouveau package aérodynamique ont fonctionné, et je suis impatient d’être de nouveau en piste pour libérer le potentiel de notre voiture. En effet, nous voulions plus de ces onze premières courses, mais nous ne sommes qu’à mi-parcours du championnat et tout peut encore tourner en notre faveur. Nous avons vu par le passé que les courses en Belgique peuvent souvent être imprévisibles, et en plus, ce sera un week-end de Sprint : nous devrons être à notre meilleur niveau dès le début pour saisir toute opportunité potentielle de bien faire, afin d’aborder la pause estivale avec plus de points ajoutés à notre tableau de chasse. »

Zhou Guanyu, #24 :

« La Hongrie ne s’est pas déroulée comme nous l’avions prévu, car un problème malheureux avec la stratégie du système de freinage pendant la procédure de départ a compromis ma course, me poussant à l’arrière du peloton, ainsi que Valtteri. Mais c’est désormais derrière nous et nous avons mis à profit les quelques jours qui nous séparent des deux courses pour faire le point sur ce qui s’est passé. Spa marque généralement le début de la seconde moitié de la saison, alors que cette fois-ci, ce sera la dernière course avant l’été : la première partie de la saison a été difficile pour notre équipe, alors que nous avions certainement des attentes plus élevées. Mais il nous reste encore beaucoup d’opportunités pour nous remettre en selle et nous remettre à notre place, en commençant par cette course.

AlphaTauri

Daniel Ricciardo, #3 :

« Mon week-end à Budapest a été vraiment bon, il m’a fait ressentir toutes les choses qui me manquaient, comme l’adrénaline et le fait d’être sur la grille de départ, ces émotions sont vraiment puissantes. J’ai senti que notre rythme n’était pas mauvais et qu’il y avait peut-être même une chance de marquer des points si je n’avais pas dû repartir de l’arrière après avoir été percuté au premier tour. C’est une bonne chose que la voiture n’ait pas été endommagée, j’ai donc pu faire les 70 tours et je me sentais bien physiquement à la fin. Il y a beaucoup de raisons d’être satisfait. J’ai fait quelques petites erreurs en course, mais dans le dernier relais, j’étais vraiment régulier et je ne pense pas que j’aurais pu demander plus pour mon premier week-end de retour.

« Je suis heureux d’enchaîner les deux courses et d’aller à Spa maintenant. Je pense que c’était un bon départ et ce sera bien de remonter directement dans la voiture après seulement deux jours, car cela va me permettre de continuer à progresser. Cela devrait accélérer mon apprentissage et mon amélioration. C’est le but, de continuer à progresser.

« Je pense que Spa est toujours un défi, le circuit lui-même est l’un des meilleurs et la météo est toujours un facteur, mais je l’aborderai avec confiance, après ce qui s’est passé en Hongrie. Je veux être optimiste, mais je dois aussi garder les pieds sur terre, car il y a encore beaucoup de choses à apprendre.  Il s’agit d’un format Sprint, ce qui signifie que ce sera une période assez chargée, avec une seule séance d’essais et ensuite directement les qualifications. J’ai l’intention de faire beaucoup plus de tours, de m’amuser et d’essayer d’entrer dans les points dimanche.

Yuki Tsunoda, #22 :

« En Hongrie, il y a eu quelques signes positifs montrant que nous avons fait des progrès avec notre voiture, mais je n’en ai pas tiré le meilleur parti ce week-end, et à part gagner beaucoup de places au départ, ce n’était pas une grande course pour moi. Je pense que l’équipe en a tiré des enseignements, et il est donc bon que nous reprenions la course immédiatement.

« Comme tout le monde, j’aime beaucoup Spa, et avec la voiture que nous avons actuellement, le principal défi sera de trouver une configuration qui nous donne la meilleure vitesse possible en ligne droite et autant d’appui que possible pour les virages à grande vitesse. Nous devons également tenir compte du fait qu’il s’agit d’un week-end de Sprint, mais j’attends cela avec impatience parce que j’aime vraiment les qualifications sur tous les circuits, et faire deux séances de qualification en un week-end sur un circuit aussi brillant que Spa, c’est vraiment spécial. Chaque circuit offre un type d’excitation différent pendant les qualifications, et à Spa, c’est vraiment une excitation de montagnes russes à grande vitesse.

« Il est impossible d’aller à Spa sans penser au terrible accident mortel qui s’est produit il y a quelques semaines, et quatre ans seulement se sont écoulés depuis le dernier accident mortel survenu lors d’une course à cet endroit. Mes pensées vont à leurs familles et à leurs amis.

« Après ce week-end, il y aura la pause estivale, qui est importante pour tous les membres de l’équipe qui travaillent si dur, et ce sera aussi l’occasion de se remettre à zéro et de revenir plus fort pour les dix dernières courses de l’année.