WRC, Croatie, Neuville leader chassé par les Toyota

Posted by

Thierry Neuville mène le Rallye de Croatie au terme d’une première étape palpitante conclue avec un trio de tête se tenant en huit secondes seulement.

Thierry Neuville (Hyundai) Pht. Red Bull Content Pool

Le vendredi matin a tourné à l’avantage de Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) puisque le Belge remportait trois des quatre premières spéciales de la troisième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes pour retrouver le parc d’assistance avec une avance de 7 »4.

Dans l’après-midi, le champion du monde en titre Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) a riposté dans la deuxième boucle. Le Français a ainsi signé trois scratches consécutifs – le deuxième lui permettant de franchir la barre des 600 victoires de spéciales en WRC – pour ravir la deuxième place à son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC).

Sebastien Ogier(FRA) and Julien Ingrassia(FRA) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

À l’issue de la journée, Thierry Neuville comptait ainsi 7 »7 d’avance sur Sébastien Ogier, lui-même 3/10e de seconde devant Elfyn Evans.

Les débats pour cette première apparition de la Croatie en mondial ont été menés tambour battant, au point de voir Thierry Neuville et Sébastien Ogier se faire de belles frayeurs. La Hyundai i20 a ainsi connu un moment sur deux roues après avoir touché un talus dans le test final tandis que la Toyota a également survécu aux paysages croates dans le premier secteur chronométré du jour.

Elfyn Evans (Toyota) Pht. Red BUll Content Pool

Sébastien Ogier garde Thierry Neuville en ligne de mire

Le grand perdant de la journée était toutefois Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC). Plus jeune leader de l’histoire du WRC à vingt ans seulement, le Finlandais est sorti large dans un virage à droite après seulement 5,4 km dans l’ES1 reliant Rude à Plešivica. Si Sébastien Ogier s’en est tiré sans dommage, son équipier s’est immobilisé contre un arbre et ne pourra pas reprendre le départ demain.

Kalle Rovanperä (Toyota) Gros crash et abandon. Pht. Red Bull Content Pool

« La dernière section en descente était vraiment glissante », a confié Kalle Rovanperä. « J’avais déjà perdu la voiture à l’entrée du virage, je n’ai jamais réussi à revenir sur la bonne trajectoire et nous sommes sortis de la route. Un peu trop de vitesse et de sous-virage et voilà le résultat… Je plaide coupable. »

Malgré un temps sec et ensoleillé, les routes au sud-ouest de Zagreb sont rapidement devenues de plus en plus glissantes au fil des cordes prises par les pilotes, amenant ainsi de la terre sur l’asphalte. Les malheurs de Kalle Rovanperä ont ainsi permis à Thierry Neuville d’ouvrir les autres spéciales et de profiter d’une meilleure adhérence.

« C’était une journée difficile pour tout le monde », a-t-il résumé. « Ce matin, notre objectif principal était d’essayer de profiter de la sortie de Kalle pour avoir une bonne position sur la route et essayer de creuser l’écart sur les autres. C’est ce que nous avons réussi à faire, mais j’ai eu un peu de mal à le refaire cet après-midi étant donné la terre à certains endroits. »

Longtemps deuxième entre Thierry Neuville et Sébastien Ogier avant de glisser à la troisième place dans la dernière spéciale du jour, Elfyn Evans avait privé le Belge d’un grand chelem vendredi matin en signant le meilleur temps de l’ES3.

Seul pilote à choisir le composé dur des Pirelli P Zero dans la matinée, Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) n’a pas réussi à extraire tout le potentiel de sa voiture. Si des changements de réglages lui ont permis de trouver des meilleures sensations et de signer un scratch, l’Estonien n’a jamais semblé à son aise durant la première étape.

Quatrième à 31 »9 de Thierry Neuville, Ott Tänak compte cependant 22 »9 d’avance sur Craig Breen (Hyundai i20 WRC), dépité par son rythme pour son premier rallye sur asphalte en WRC depuis 2018.

Ott Tänak (Hyundai) Pht. Red Bull Content Pool

En parallèle, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta WRC) faisait forte impression en prenant la sixième place pour sa première journée dans l’élite. Le Français s’est battu toute la journée face à son équipier Gus Greensmith (M-Sport Ford Fiesta WRC), qui compte sept secondes de retard avant la deuxième étape du Rallye de Croatie.

Elfyn Evans a terminé l’étape à un souffle de son équipier Sébastien Ogier

Adrien Fourmaux(FRA) and Renaud Jamoul(FRA) of team M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Huitième, Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) devançait Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC), qui aurait pu prétendre à une place dans le top six sans ses deux erreurs aujourd’hui. Le top dix était complété par Mads Østberg (Citroën C3 Rally2), leader de la catégorie WRC2.

Pierre-Louis Loubet (Hyundai) Pht. Red Bull Content Pool

HighLights Stages 1-4

HighLights Stages 5-8

Samedi, la deuxième étape sera la plus longue du Rallye de Croatie avec 121,92 kilomètres chronométrés. Basé dans la même région, le parcours traversera les magnifiques paysages printaniers du parc naturel de Žumberak. Les quatre spéciales du matin seront répétées dans l’après-midi après un passage au parc d’assistance à Zagreb.

Classements du vendredi

WRC2, Mads ØSTBERG déjà en forme

Mads Østberg commence bien la défense de son titre en terminant la première étape du Rallye de Croatie aux commandes de la catégorie WRC2.

Mads Østberg (Citroën) Pht. WRC

Sacré en 2020, Mads Østberg (Citroën C3 Rally2) était déjà deuxième après les deux premières spéciales piégeuses au programme. Lorsque Nikolay Gryazin (Volkswagen Polo R5) subissait une crevaison dans Jaškovo – Mali Modruš Potok, le Norvégien héritait de la tête et ne la lâchait plus en remportant quatre tests pour boucler l’étape avec 7 »8 d’avance.

« Je crois que c’était une excellente journée », confiait-il à son retour à Zagreb. « Les conditions sont vraiment piégeuses, donc nous avons tout simplement tenté de gérer notre journée. Je suis à l’aise avec notre rythme et je pense que d’autres attaquent probablement un peu plus que nous. »

Malgré sa crevaison, Nikolay Gryazin continuait d’afficher un rythme solide. S’il soulignait toute la difficulté de juger des niveaux d’adhérence avec la terre éparpillée, le Russe se montrait le plus rapide dans trois secteurs chronométrés ce vendredi.

Nikolay Gryazin(RAF) and Konstantin Aleksandrov(RAF) of team Movisport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

De son côté, Teemu Suninen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) pouvait s’estimer heureux de retrouver Zagreb après sa sortie dans le final de l’ES3. Le Finlandais perdait trente secondes pour faire marche arrière et terminait l’étape au troisième rang, 44 »7 derrière Nikolay Gryazin.

Le Bolivien Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2) le talonnait à 12 »9 malgré un léger souci avec la valve pop-off de son turbo tandis que l’Italien Enrico Brazzoli (Skoda Fabia Rally2) complétait le top cinq.

Leader du championnat, Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) connaissait une journée difficile sur les routes étroites de Croatie. La casse d’un bras de suspension l’obligeait à s’arrêter pendant près de quarante minutes ce matin, mais le Norvégien a pu rallier l’étape à 39’34 »3 de Mads Østberg.

Nouveau venu dans la catégorie, Tom Kristensson (M-Sport Ford Fiesta Rally2) était l’unique victime de la journée. Le Suédois a été contraint de s’arrêter dans l’avant-dernière spéciale après qu’une pierre n’endommage le radiateur de sa voiture.

HighLights WRC2

WRC3, avantage Rossel après un vendredi haletant

Leader du championnat WRC3, Yohan Rossel a bouclé la première étape du Rallye de Croatie avec une fine avance en tête de la catégorie.

Yohan Rossel (Citroën) Pht. WRC

Au volant d’une Citroën C3 Rally2 et accompagné de son nouveau copilote Alexandre Coria, Yohan Rossel a donné le ton en remportant les deux premières spéciales pour se placer immédiatement en tête.

La concurrence a toutefois maintenu la pression sur le Français tout au long de la journée et quatre pilotes différents se sont partagé les huit spéciales en jeu ce vendredi.

Dans Jaškovo – Mali Modruš Potok, la pression était presque devenue trop forte pour Yohan Rossel, qui glissait derrière Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) avant la dernière spéciale du jour.

Kajetan Kajetanowicz (Skoda) Pht. WRC

Le règne du Polonais était toutefois de courte durée puisque Yohan Rossel reprenait les commandes pour 2 »2 au moment de retrouver le parc d’assistance de Zagreb.

« Je suis extrêmement content de notre journée », a déclaré le leader. « Nous sommes en tête ce soir, donc c’est très positif. La route est encore longue, donc nous allons poursuivre le travail dès demain. »

Fort de son premier meilleur temps dans l’ES3, Niki Mayr-Melnhof (M-Sport Ford Fiesta Rally2) a conclu l’étape au troisième rang à 27 »9 de Yohan Rossel. L’Autrichien n’a toutefois connu aucun répit face à Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2), 6/10e de seconde derrière lui. Après un départ prudent, le Finlandais a haussé son rythme pour s’offrir trois spéciales aujourd’hui.

Le Français Nicolas Ciamin (Citroën C3 Rally2) complétait le top cinq à 30 »7 de son compatriote tandis que son plus proche poursuivant, le Britannique Chris Ingram (Skoda Fabia Rally2), pointait déjà 45 »0 plus loin.

Les routes croates ont fait quelques victimes durant la journée. Hiroki Arai (M-Sport Ford Fiesta Rally2) et Hermann Neubauer (M-Sport Ford Fiesta Rally2) sont partis à la faute dans l’ES6 tandis que Cédric de Cecco (Skoda Fabia Rally2) a dû renoncer dans la spéciale suivante.

HighLights WRC3

JUNIOR WRC, Martin KOČI aux avant-postes

Martin Koči a idéalement lancé sa campagne en s’emparant de la tête du FIA Junior WRC après une première étape difficile au Rallye de Croatie.

Martin Koči (Ford) Pht. WRC

Si Martin Koči n’a remporté qu’une seule des sept spéciales disputées, son rythme affiché au volant de sa Ford Fiesta Rally4 dans les autres secteurs chronométrés lui a permis de se construire une avance de 21 »5 sur Lauri Joona.

Le Slovaque a hérité des commandes lorsque Sami Pajari perdait plus de deux minutes en sortant de la route dans l’ES3. Une fois en tête, il n’était plus repris et augmentait progressivement l’écart sur ses concurrents dans le premier des cinq rendez-vous de la saison.

« C’était une journée piégeuse, mais je suis vraiment content de notre position », a déclaré Martin Koči. « Je suis satisfait de la voiture, des notes et de l’équipe. Peut-être que personne ne s’attendait à ce que ce soit aussi piégeux, donc je vais jeter un œil sur les caméras embarquées pour préparer les spéciales de demain. »

Lauri Joona a pris du temps pour s’installer dans le rythme, mais le Finlandais s’est hissé à la deuxième place en prenant l’avantage sur Raul Badiu et Jon Armstrong dans la première spéciale de l’après-midi avant de conclure l’étape en signant le meilleur temps dans l’ES8.

Deuxième vendredi soir, Lauri Joona a affiché un beau rythme durant la première étape en Croatie

Jon Armstrong reste toutefois dans le match en n’étant qu’à 1 »8 du pilote finlandais, et 12 »3 devant Mārtiņš Sesks, vice-champion du FIA Junior WRC l’an passé.

En manque de sensation, l’Estonien Robert Virves a su signer des temps réguliers pour prendre la cinquième place devant le rookie irlandais William Creighton.

En parallèle, Raul Badiu a connu un vendredi difficile en perdant près de deux minutes et demie dans les deux dernières spéciales en raison d’un problème de turbo. Le Roumain était alors relégué au septième rang devant Sami Pajari, remis en selle grâce aux efforts de M-Sport Pologne lors de l’assistance à mi-journée.

HighLights Junior WRC

English Information

NEUVILLE AHEAD AS CROATIA DEBUT SPARKS THRILLING TUSSLE

Thierry Neuville led the Croatia Rally on Friday night after a pulsating opening leg which ended with 8.0sec blanketing the top three.

This morning’s four special stages belonged to the Belgian. He won three to lead this third round of the FIA World Rally Championship by 7.4sec at mid-leg service in his Hyundai i20.

World champion Sébastien Ogier fought back this afternoon when the tests were repeated. He won three in a row, the middle of which marked his 600th WRC stage victory, to overhaul Toyota Yaris team-mate Elfyn Evans for second.

Neuville ended 7.7sec clear of the Frenchman, with Evans three-tenths back in third.

Such was the fast and furious pace at Croatia’s WRC debut that both Neuville and Ogier survived close calls. Neuville’s i20 was pitched onto two wheels after hitting a bank in the final test, while Ogier escaped after clouting the banking in the opener.

Sébastien Ogier has Thierry Neuville in his sights, going into day 2

Kalle Rovanperä suffered more than both. The youngest driver ever to lead the WRC at 20 drifted wide on a right bend 5.4km into the opening Rude – Plešivica test where Ogier was so fortunate. His Yaris plunged down a bank, coming to rest against a tree and the car was damaged too severely to restart tomorrow.

“It was the last downhill section which was really slippery. I lost the car already in the entry of the corner, I never made the proper racing line and we went straight off. A bit too much speed and understeer and that’s the result, my mistake,” Rovanperä admitted.

Although it was dry and warm, the stages south-west of capital city Zagreb became increasingly slippery as drivers cutting corners dragged gravel onto the asphalt. Rovanperä’s demise left Neuville to open the roads with the best grip.

“It was a a tough day for everybody,” said Neuville. “This morning when Kalle went off, our main goal was to try to benefit from a good road position and try to make some gap to the others which we managed to do. This afternoon I tried to extend, but struggled a bit in some places when there was a lot of gravel.”

Evans was sandwiched by Neuville and Ogier before sliding to third in the closing stage, having prevented a Neuville clean sweep this morning by winning SS3.

Ott Tänak was the only driver to choose Pirelli’s hard compound P Zero tyres solely this morning and the Estonian could not get the best out of them in his i20. Set-up changes improved his feeling this afternoon and he won one stage, without ever being comfortable.   

He ended fourth, 31.9sec behind Neuville and 22.9sec clear of a deflated Craig Breen, who never found his rhythm on his first all-asphalt WRC rally since 2018.

Adrien Fourmaux was buzzing after an impressive drive to sixth in a Ford Fiesta in his top-flight debut. The Frenchman and team-mate Gus Greensmith were closely matched all day and split by 7.0sec.

Elfyn Evans ended the day hard on the tail of team-mate Sébastien Ogier

Pierre-Louis Loubet was eighth in another i20 while two spins for Takamoto Katsuta cost the Japanese driver a potential top six. He was ninth, with WRC2 leader Mads Østberg completing the leaderboard in a Citroën C3 Rally2.

Saturday’s second leg is the longest of the weekend at 121.92km. It is based in the same area as today, traversing stunning springtime scenery in the Žumberak nature park. Four morning stages are repeated in the afternoon after service in Zagreb.

WRC2: ØSTBERG ON FORM DURING OPENING DAY

Mads Østberg made the ideal start to his WRC2 return by opening up a slender lead in the category on Friday at the Croatia Rally.

The 2020 champion, driving a Citroën C3 Rally2, found himself second after the opening two challenging speed tests.

When Nikolay Gryazin punctured on the Jaškovo – Mali Modruš Potok blast, Østberg inherited the top spot and that’s where he stayed. He claimed four stage wins to round out Friday’s leg with a 7.8sec advantage.

« I think it has been a very good day. They are very tricky conditions out there, so we are basically trying to manage our day. I feel comfortable with the speed that we have done and I think other people are probably pushing a bit harder than us, » said Østberg.

Despite his tyre troubles, Gryazin’s pace had been strong. The Volkswagen Polo R5 driver pointed out how difficult it was to judge grip levels with gravel strewn across the road in places but still took three stage wins.

M-Sport Ford Fiesta Rally2 star Teemu Suninen was lucky to make it back to the overnight halt in Zagreb after he slid down a bank towards the end of SS3. The Finn spent a heart-stopping 30sec trying to reverse out and ended the day 44.7sec behind Gryazin in third.

Marco Bulacia was a mere 12.9sec back from Suninen in fourth. A small issue with the turbo pop-off valve slowed his progress, but the Skoda Fabia Rally2 youngster still enjoyed his day on the narrow asphalt roads. Italian pilot Enrico Brazzoli completed the top five in his similar car.

Championship leader Andreas Mikkelsen had a day to forget after a damaged rear control arm on his Fabia forced him to stop for almost 40 minutes this morning. He was able to continue, but trailed the leaders by 39min 34.3sec at the end of the day.

M-Sport Ford rookie Tom Kristensson was Friday’s only casualty. The young Swede was forced to stop in the penultimate stage after a rock damaged the radiator on his Fiesta.

WRC3: ADVANTAGE ROSSEL AFTER BRUTAL FRIDAY BATTLE

WRC3 championship leader Yohan Rossel rounded out the opening leg with the smallest of leads on Friday at the Croatia Rally.

The Frenchman, driving a Citroën C3 Rally2 with new co-driver Alexandre Coria alongside, drew first blood and won the first pair of stages to open up a slender lead.

As the day wore on, the rest of the field began to pile on the pressure and a handful of drivers shared stage wins between them.

The pressure during the Jaškovo – Mali Modruš Potok speed test almost became too much for Rossel and he slipped behind hard-charging Skoda Fabia rival Kajetan Kajetanowicz with one stage to go.

However, the Pole’s spell at the top was short-lived and Rossel snatched the lead back in the final stage. Rossel’s advantage over Kajetanowicz stood at just 2.2sec as the crews arrived back in Zagreb for service.

« I am super happy with our day. We are leading this evening so it was very positive. We’ve got a long road ahead though, so we’re going to get back to work and focus on tomorrow, » said the leader.

Niki Mayr-Melnhof was 27.9sec back from the leading pace in third in his M-Sport Ford Fiesta Rally2. The Austrian driver even managed to grab a maiden stage victory in SS3.

Mayr-Melnhof had no time to relax with fourth-placed Emil Lindholm breathing down his neck just 0.6sec behind. The Flying Finn was slow out of the blocks in the morning but went on to claim an impressive tally of three fastest times over the course of the day.

Frenchman Nicolas Ciamin rounded out the top-five in another Citroën car. The 23-year-old had no dramas to report from the day and trailed fellow compatriot Rossel by 30.7sec. Young Brit Chris Ingram was 45.0sec further back in sixth in another Skoda.

The challenging Croatian roads caught out a handful of drivers during the day. Hiroki Arai and Hermann Neubauer crashed their Fiesta cars out of the event during SS6, whilst Skoda man Cédric de Cecco suffered a similar fate one stage later.

JUNIOR WRC: KOCI CHARGES INTO OPENING DAY CROATIA LEAD

Martin Koči launched his FIA Junior WRC campaign in style on Friday to lead the category after a demanding opening leg at the Croatia Rally.

The Slovakian won just one of the seven completed speed tests in his Ford Fiesta Rally4, but a strong pace across the remaining special stages enabled him to build a handy 21.5sec advantage over Lauri Joona.

Koči snatched the lead when Sami Pajari cartwheeled off the road in the third stage and dropped more than two minutes. He was never headed as he steadily grew his advantage in the first of the five-round season.

“A tricky day but I’m really pleased with our position now. I’m happy with the car, the pace notes and the team. Maybe nobody expected it to be as tricky as it was, so I will have a good look at the onboard videos tonight for tomorrow’s stages,” said Koči.

Joona took time to settle but climbed to second in this afternoon’s opening test after relegating Raul Badiu and Jon Armstrong, and ended the day on a high with a stage win.

Joona showed impressive speed to end Friday second

Armstrong remains firmly in contention just 1.8sec adrift of the Finn, with 2020 championship runner-up Mārtiņš Sesks fourth, a further 12.3sec back.

Robert Virves struggled to find the right feeling, but consistent times put the Estonian in fifth with Irish rookie William Creighton rounding off the top six.

Badiu’s hopes took a dive when a turbo problem cost the Romanian almost 2min 30sec across the final two stages. He was seventh, with Pajari completing the field after his M-Sport Poland team worked wonders to repair his crashed Fiesta during the mid-leg service.