3 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP du Japon

Analyse des Teams et pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE :

« Le seul circuit qui présente un chiffre huit, où les exigences des pneus sont équilibrées ».

« Demandez aux pilotes quels sont leurs circuits préférés et Suzuka figurera toujours en haut de la liste : il contient des virages exigeants comme nulle part ailleurs, tels que le 130R et le Spoon, ainsi qu’une atmosphère et une histoire vraiment spéciales avec des fans incroyables. Il y a un nombre à peu près égal de virages à gauche et à droite dans le tracé unique en forme de huit, ce qui signifie que les exigences du circuit sont équilibrées. Les charges d’énergie soutenues à travers les pneus sont parmi les plus élevées que nous enregistrons cette année, et le tracé du circuit signifie que nous utilisons les trois composés les plus durs de notre gamme en raison des niveaux élevés d’utilisation des pneus. La dernière génération de voitures étant plus lourde qu’auparavant et les limites de la performance étant constamment repoussées, ce défi est plus grand que jamais. Une innovation pour cette année est le fait que nous allons tester quelques pneus prototypes 2023 pendant une séance d’essais libres prolongée le vendredi après-midi, alors que nous finalisons les spécifications pour l’année prochaine avec la fin de cette saison qui approche. » 

LES PNEUS EN PISTE

Le trio de composés les plus durs est de retour au Japon : C1, le P Zero White dur, C2, le P Zero Yellow moyen, et C3, le P Zero Red tendre. Ce sera la dernière sortie de la gomme C1 la plus dure cette année.

La deuxième séance d’essais libres au Japon a été prolongée à 90 minutes afin de permettre les essais des pneus slick du prototype 2023 (le même arrangement sera en place pour le Grand Prix des États-Unis). Les essais de Suzuka et d’Austin ont pour but de peaufiner les composés pour 2023, la séance FP2 étant entièrement consacrée aux essais de pneus. Si une équipe utilise un jeune pilote pour la FP1, elle est autorisée à exécuter son propre programme pendant les 30 premières minutes de la FP2, avant de se concentrer sur le test des pneus pour le reste de la séance. Les pneus prototypes sont facilement reconnaissables car ils ne portent pas de marquage de couleur sur les flancs.

Comme Singapour qui est venu juste une semaine avant, le Grand Prix du Japon a été organisé pour la dernière fois en 2019. Le défi est d’autant plus grand que les équipes doivent aborder le circuit, les conditions météorologiques et les réglages d’une manière totalement nouvelle avec la dernière génération de voitures et de pneus.

Suzuka, c’est avant tout des forces latérales plutôt que de la traction et du freinage, mais les charges sont assez équilibrées entre les côtés gauche et droit de la voiture. Les voitures et les pneus sont soumis à des charges de force g soutenues parmi les plus longues de l’année. Le 130R, par exemple, est un virage à long rayon (de 130 degrés) mais il est pris à plat, comme s’il s’agissait d’une ligne droite.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

 » Nous sommes enfin de retour au Japon après ce qui semble être un long moment, je suis impatient de courir à nouveau à Suzuka. J’aime être au Japon et j’ai beaucoup de bons souvenirs ici, la nourriture est excellente et les fans sont très spéciaux, ils sont très gentils et polis. Nous avons une autre chance de remporter le championnat des pilotes, nous devons avoir un week-end parfait mais c’est possible, nous allons tout donner. Le circuit est très old school, il y a beaucoup de virages rapides et vous devez construire tout au long de chaque session. Nous verrons ce que la météo nous réserve, car j’ai entendu dire qu’il allait pleuvoir, ce qui pourrait pimenter un peu les choses. »

Sergio Pérez, #11 :

« Suzaka est un circuit tellement unique, la piste est super spéciale, surtout le premier secteur et c’est certainement l’un des meilleurs au monde. Vous devez être vraiment précis fondamentalement jusqu’au virage 11 pour obtenir un bon tour, si vous poussez trop ou si vous le surchargez alors vous êtes très compromis. Le niveau de risque que vous devez être prêt à prendre est très élevé, il n’y a pas de zone de runoff, donc si vous faites une erreur, les choses peuvent mal tourner très rapidement. C’est une excellente combinaison à avoir dans un circuit. Malheureusement, je ne suis jamais monté sur le podium à Suzaka, alors ce serait formidable d’y être ce dimanche. Pour moi, les meilleurs souvenirs au Japon sont ceux des fans, alors j’aimerais être à la hauteur pour eux et pour Honda ce week-end. »

Max Verstappen a fait ses débuts en Formule 1 lors du GP du Japon 2014 – où il a piloté en FP1 pour la Scuderia Toro Rosso – ce qui fait de lui le plus jeune pilote à avoir participé à une séance officielle de Formule 1.

La victoire de Sergio Perez au Grand Prix de Singapour a été obtenue à 11:11:11pm – dans la voiture 11.

Le championnat des pilotes a été remporté à Suzuka à 11 reprises, la dernière fois en 2011, lorsque Sebastian Vettel (Red Bull) a remporté son deuxième championnat consécutif en terminant troisième de la course.

Checo Perez est devenu le 58e pilote de l’histoire des Grands Prix à mener une course du début à la fin grâce à sa conduite lors du GP de Singapour 2022.  Il est en train de devenir l’un des meilleurs pilotes du sport sur les circuits temporaires, ajoutant le succès de Marina Bay à sa victoire au GP de Monaco, ainsi que sa première pole position en carrière au début de la saison à Djeddah.

L’équipe a réalisé le pitstop le plus rapide pour la troisième course consécutive lors du GP de Singapour, lorsque Max a fait demi-tour en seulement 2,46 secondes.  L’équipe des stands d’Oracle Red Bull Racing a réalisé l’arrêt le plus rapide dans cinq des six derniers Grands Prix.

Max a la plus longue série d’apparitions en Q3 de tous les pilotes de la grille actuellement.  Sa dernière absence à une séance de Q3 remonte au GP de Russie 2021, et s’il atteint la Q3 ce week-end, ce sera sa 25e apparition consécutive.

 

pht. Red Bull

Ferrari

Retour à Suzuka

Le programme double, qui a ramené la Formule 1 en Extrême-Orient après une pause de deux ans imposée par la Covid-19, se termine ce week-end avec le Grand Prix du Japon, le 33e à compter pour le championnat du monde. Il se déroule sur le circuit de Suzuka, le préféré de tous les pilotes, avec son célèbre tracé en huit.

Formidable et fabuleux. Depuis sa première apparition au calendrier en 1987, Suzuka s’est taillé la réputation d’être l’un des circuits les plus redoutables mais aussi les plus exaltants. Nombre de ses virages font partie de la légende, contribuant à certains des moments les plus excitants de ce sport. Le circuit a été conçu en 1962 par le Néerlandais Johannes « Hans » Hugenholtz (connu dans le monde de la course sous le nom de John Hugenholtz), sa principale caractéristique étant un tracé en forme de huit. D’un point de vue technique, c’est sans aucun doute l’un des circuits qui exige un haut niveau d’efficacité aérodynamique. Il présente d’importants dénivelés et des sections à haute vitesse mélangées à des parties plus délicates comme la chicane qui mène à la ligne droite principale. Les autres secteurs clés sont la première partie avec une succession d’esses rapides et la Spoon Curve, une épingle à cheveux semi-circulaire à rayon constant avec un cambre négatif. Le dernier secteur est très rapide, avec le fameux 130R, un virage très rapide menant à la chicane finale, où un dépassement est risqué et seulement possible si tout est parfaitement réalisé.

Les réglages. Lorsqu’il s’agit de régler la voiture, un compromis est nécessaire pour obtenir le bon niveau d’appui aérodynamique afin d’obtenir une voiture rapide, stable et facile à conduire. Suzuka est un circuit à force descendante moyenne, l’équilibre de la voiture étant essentiel pour les virages les plus rapides. L’aileron arrière mobile (DRS) est particulièrement utile sur la seule partie du circuit où il peut être utilisé, la ligne droite principale relativement courte. Il y a quatre points de freinage dur, le plus exigeant étant à l’entrée de la chicane finale.

Moteur et consommation de carburant. En ce qui concerne l’unité de puissance, la piste japonaise est assez exigeante pour le moteur à combustion interne, qui tourne au maximum pendant plus de 70% du tour, tandis que la partie hybride joue également un rôle très important. Alors que le niveau de downforce est moyen, la consommation de carburant peut également être assez critique.

Programme. Les voitures prendront la piste vendredi à 12 heures locales (5 CEST) pour la première heure d’essais libres, puis à 15 heures (8 CEST) pour la deuxième heure, qui durera 90 minutes et permettra aux équipes de tester les pneus Pirelli 2023. La dernière séance d’essais libres aura lieu samedi à 12 heures (5 CEST) en vue des qualifications à 15 heures (8 CET). Le départ de la course sera donné dimanche à 14 heures (7 heures CET).

Trois questions à… CARLOS GALBALLY, RESPONSABLE DE LA SCIENCE DES PNEUMATIQUES

  1. Comment a commencé votre parcours chez Ferrari ? D’où vient votre passion pour le sport automobile ?

« Mon voyage avec Ferrari a commencé en 2016, même si je suppose que l’on peut dire qu’il est en gestation depuis bien plus longtemps que cela. J’ai toujours été passionné par l’ingénierie et les voitures, donc après avoir terminé mon diplôme d’ingénieur en mécanique en Espagne, j’ai déménagé en Allemagne où il y a une plus grande tradition dans la construction automobile et donc plus d’opportunités d’ingénierie. Après quelques années dans l’industrie des voitures de route, j’ai eu la chance de pouvoir faire le pas vers la Formule 1 avec Sauber. Après une période intense en Suisse, j’ai eu la possibilité de m’installer en Italie pour travailler pour le plus grand nom du secteur, et la décision a été plus que claire ».

  1. À quoi ressemble le circuit de Suzuka du point de vue des pneumatiques ?

« C’est un circuit à très haute énergie, caractérisé par ses sections à haute vitesse avec de fréquents changements de direction. C’est une anomalie dans la saison en termes de distribution d’énergie de gauche à droite, étant le circuit le plus symétrique de l’année (avec autant d’énergie en tournant à gauche qu’en tournant à droite). En raison du contenu énergétique élevé, Pirelli utilise les trois composés les plus durs disponibles (C1/C2/C3), qui sont en fait la combinaison la moins courante, utilisée seulement lors de cinq courses, le Japon étant la dernière d’entre elles. Les taux d’usure des pneus sont élevés, en raison des longs virages combinés, tandis que le niveau d’abrasion de la piste est généralement de moyen à élevé. La combinaison de tous ces facteurs, ainsi que la météo imprévisible, font de Suzuka un test intense pour tous les aspects de la gestion des pneus ».

  1. Comment abordez-vous le GP du Japon en termes de gestion des pneumatiques ?

« Comme pour d’autres circuits à haute énergie, tels que l’Espagne, Silverstone ou la Hollande, il sera important de trouver le bon équilibre entre le réchauffement sur un tour et le fait d’éviter de trop solliciter les pneus sur les longs runs, ce qui nécessite toujours quelques compromis entre les qualifications et la course. Les longs runs de la FP2 seront également d’une importance capitale, car ils offrent la meilleure chance de collecter les données nécessaires à la gestion des pneus en course. Cela nous aide à donner des indications aux pilotes et joue toujours un rôle critique dans la décision de la meilleure stratégie cible. .

À ce sujet, la réduction du temps d’essais libres introduite cette année pose certains défis, que nous sommes en train de surmonter grâce à une préparation toujours plus précise de la simulation avant l’événement ».

Statistiques Ferrari :

GP disputés 1047

Saisons en F1 73

Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)

Victoires 242 (23,11%)

Pole positions 241 (23,02%)

Tours de course les plus rapides 259 (24,73%)

Total des podiums 794 (25,28%)

Statistiques Ferrari GP du Japon :

GP disputés 32

Début 1976 (C. Regazzoni 5ème ; N. Lauda ret.)

Victoires 7 (21,87%)

Pole positions 10 (31,25%)

Tours de course les plus rapides 7 (21.87%)

Total des podiums 23 (23,96%)

GP du Japon : faits et chiffres :

 

  1. L’arrière de la grille le plus éloigné d’où a été remporté le Grand Prix du Japon. C’était en 2005, à Suzuka, grâce à Kimi Räikkönen sur sa McLaren. La course du Finlandais est aussi la meilleure remontée dans l’ordre pour se terminer par un podium.

 

  1. Le nombre moyen de personnes par distributeur automatique (principalement pour les boissons). Il y en a cinq millions au Japon, fonctionnant 24 heures sur 24, bien éclairés et proposant des articles à des prix compétitifs.

 

  1. Le nombre moyen de dépassements lors du Grand Prix du Japon. La course a presque toujours été passionnante, avec beaucoup de dépassements, avec pas moins de 65 dépassements en 1988 par exemple : 14 d’entre eux étaient dus à Ayrton Senna qui a failli caler au départ depuis la pole position, mais qui a ensuite remonté l’ordre de passage pour remporter une victoire étonnante. Il y a aussi eu des courses ennuyeuses, comme l’édition 2001, où Michael Schumacher a gagné pour Ferrari, où il n’y a eu qu’un seul changement de position. En 2000, il y en a eu trois, lorsque l’Allemand a remporté son premier titre de champion du monde des pilotes avec la Scuderia.

 

  1. C’est le nombre de personnes qui, au même moment, à l’heure de pointe, empruntent le passage pour piétons le plus célèbre du monde à Shibuya, à Tokyo. Les piétons ont 55 secondes pour traverser.

 

  1. C’est le nombre d’îles qui composent le Japon, dont 260 sont inhabitées. C’est le plus grand pays d’Extrême-Orient composé d’îles, le quatrième plus grand au monde. Les plus grandes îles sont Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyoshu.

Chez Ferrari, il y a 75 ans :

Ferrari n’a toujours pas digéré le terrible accident de Modène : lors de la course nationale de la marque de Maranello, une manœuvre dangereuse de Franco Cortese sur la 159 S a fait plonger la Delage de Giovanni Bracco dans la foule, faisant plusieurs morts. C’est donc une décision de dernière minute qui est prise pour participer au Grand Prix de Turin, en engageant une 159 S pour Raymond Sommer, qui a déjà piloté pour l’équipe avant la guerre. A Turin, Ferrari doit faire face à une forte concurrence, à commencer par les constructeurs français Delage, Delahaye et Talbot, avec des moteurs allant de 3600cc à 4500cc. Ferrari utilise un moteur Tipo 159 S Competizione de deux litres et n’arrive à l’événement qu’au dernier moment, réalisant le septième temps sous une pluie battante. Cependant, la voiture est bien réglée et les résultats ne se font pas attendre. Le jour de la course, les Maserati sont éliminées après seulement dix tours et après 30 tours, Sommer a doublé tout le peloton et se dirige vers une victoire certaine. La course dure quatre heures et demie et Enzo Ferrari est ravi du Français, qui termine devant Eugène Chaboud dans une Delahaye et Charles Pozzi dans une Talbot, ce dernier devenant plus tard l’importateur Ferrari en France. Sommer, surnommé le « Sanglier des Ardennes » en raison de son agressivité au volant et de son caractère acariâtre, est tellement enthousiasmé par les qualités techniques de sa Ferrari qu’après la victoire à Turin, il vient à Maranello et s’achète une voiture de route.

pht. Scuderia Ferrari

Mercedes

La Formule 1 est de retour à Suzuka pour la 18e manche de la saison 2022 – le Grand Prix du Japon.

Toto parle du Japon :

Ce fut un dimanche très difficile pour nous à Singapour. Il y avait quand même des points positifs à prendre, car nous avons vu des aperçus du rythme et du potentiel de la voiture. Mais nous n’avons pas pu convertir cela en points dans la course elle-même, bien que la voiture ait montré qu’elle était compétitive en air libre.

Nous avons eu beaucoup à débriefer et à analyser au cours des derniers jours et beaucoup d’enseignements à tirer. Heureusement, nous pouvons passer rapidement à la prochaine course et à un nouveau défi à relever.

Notre objectif est de reprendre l’élan que nous avions avant Singapour et de capitaliser sur la performance sous-jacente positive de la voiture. Il y a encore cinq occasions de marquer des points et de terminer l’année en beauté. Suzuka va poser quelques problèmes à notre package, et il sera difficile de répéter la performance de qualification que nous avons vue à Singapour – mais j’espère que cela sera compensé par un dimanche après-midi plus fort.

La F1 n’a pas été au Japon depuis 2019 et l’équipe a vraiment hâte d’être de retour. C’est un circuit si spécial ; l’un des plus difficiles pour l’homme et la machine. Et tous les brillants fans japonais nous ont également manqué.

Fiche d’information : Grand Prix du Japon

  • Suzuka a la particularité d’être la seule configuration de circuit en huit du calendrier – la section après la courbe Degner passe sous la ligne droite menant au 130R. De ce fait, c’est également le seul circuit de F1 qui fonctionne à la fois dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens inverse.
  • Ce tracé en forme de huit est bénéfique pour l’usure des pneus, avec une répartition plus équilibrée entre les virages à gauche et à droite (10 virages à droite et 8 virages à gauche), ce qui permet de mieux répartir la charge entre les pneus.
  • Le premier virage ne nécessite aucun freinage à l’entrée et, lors des qualifications, les pilotes n’appuient pas sur les freins tant que la voiture n’est pas en virage à près de 5G – générant ainsi certains des couples de volant les plus élevés de la saison.
  • Le volant est en mouvement continu pendant la quasi-totalité du premier secteur du tour. Du virage 1 à la sortie du virage 7, les pilotes sont constamment en virage pendant environ 2 km du tour.
  • La plupart des 5,807 km du tour de Suzuka se déroulent avec des forces latérales qui traversent la voiture et, en fait, seulement 1,2 km du tour se déroule en ligne droite. Le manque de lignes droites signifie également que c’est le seul circuit autre que Monaco à ne comporter qu’une seule zone DRS.
  • Le 130R est l’un des virages les plus rapides de la F1, pris à 285 km/h, tandis que le virage 11 est l’un des plus lents, à 70 km/h seulement.
  • La zone de freinage du virage 11 est difficile car les pilotes sont à mi-chemin du rapide virage 10 lorsqu’ils freinent. Ils prennent le virage à environ 3,5 G lorsqu’ils commencent à freiner, tout en tournant à droite puis à gauche pour l’épingle. C’est pourquoi les blocages sont si fréquents sur cette section du circuit.
  • Suzuka est un circuit très technique, où une bonne fluidité est nécessaire car la plupart des virages sont interconnectés. Une erreur aura un impact sur les deux virages suivants.
  • C’est l’un des circuits les plus sensibles à la masse de la saison, ce qui signifie que transporter plus de carburant sera plus pénalisant en termes de temps au tour et de performance.
  • Alors qu’à Singapour, les freins sont punis, à Suzuka c’est tout le contraire et il n’y a que deux points de freinage réels sur la piste. Par conséquent, c’est l’un des plus bas de la saison pour l’utilisation et l’usure des freins. pht. Mercedes

McLaren

« Les fans japonais sont toujours aussi passionnés, ce sera donc un autre événement plein d’énergie ».

Suzuka, nous te choisissons ! Après trois ans, nous sommes de retour pour nous battre à Suzuka avec une toute nouvelle voiture et vos personnages préférés. Le circuit historique japonais est une extravagance pleine d’action et de rapidité qui a du punch.

C’est dangereux d’y aller seul ! Nous avons donc demandé à Lando Norris, Daniel Ricciardo et au directeur de l’équipe Andreas Seidl de nous donner leurs conseils et astuces pour naviguer sur Suzuka. Nous avons également inclus des informations sur les statistiques des jeux passés, sur ce que vous devez surveiller et des détails sur la façon de personnaliser votre personnage.

Ce qu’ils disent

Lando Norris, #4 :

« C’est bon d’être de retour au Japon pour la première fois depuis trois ans ! C’est le deuxième de notre double programme en Asie, les fans étaient sensationnels à Marina Bay et je suis sûr qu’il en sera de même ce week-end à Suzuka. C’est un circuit amusant et je suis impatient de relever les défis qu’il apporte !

« Singapour a été un excellent résultat pour l’équipe et la contribution de chacun a été récompensée puisque nous avons obtenu deux points dans des conditions difficiles. Nous sommes maintenant pleinement concentrés sur la poursuite du travail acharné et la création d’une dynamique à l’approche des cinq dernières courses de la saison. « 

Daniel Ricciardo, #3 :

« J’ai hâte de reprendre la piste ce week-end à Suzuka, surtout après le double top 5 de l’équipe à Singapour. Nous avons bien géré les conditions et, surtout, nous avons gagné de précieux points dans le championnat des constructeurs ! C’est formidable de voir que le dur labeur de l’équipe porte ses fruits.

« Les fans japonais sont toujours aussi passionnés et ce sera une autre course excitante après l’atmosphère de Singapour ! Je suis impatient de voir les améliorations apportées à ma voiture, car elles ont bien fonctionné pour Lando le week-end dernier. Les étapes que nous avons franchies devraient nous permettre d’obtenir d’autres bons résultats pour la fin de la saison. »

Andreas Seidl :

« C’est génial de retourner au Japon pour une autre course de retour sur le calendrier ! Nous sommes impatients de reprendre la course après Singapour. Les fans japonais sont toujours aussi passionnés, ce sera donc un autre événement plein d’énergie.

« Suzuka est un circuit exigeant pour les pilotes, mais Lando et Daniel sont bien préparés pour relever les défis de la deuxième partie du double tour d’Asie.

« L’équipe est consciente qu’une lutte acharnée nous attend pour conserver la quatrième place du championnat des constructeurs. Le classement peut changer en un seul week-end, comme nous l’avons vu après Singapour, nous devons donc nous concentrer pour garder la bataille entre nos mains lors des cinq dernières courses. »

Ce que disent les statistiques :

Nous avons tellement d’histoire au Japon que nous ne savons pas par où commencer.

James Hunt a remporté notre premier Grand Prix du Japon sur le Fuji Speedway en 1977, et depuis, nous avons remporté huit autres victoires, devenant ainsi l’équipe la plus titrée de l’histoire de la course.

Nous n’avons que l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de raconter des histoires du Japon – Mika Häkkinen a remporté ses deux championnats du monde à Suzuka en 1998 et 99.

Quant à Jenson Button, il a remporté notre plus récente victoire sur le circuit en 2011, ajoutant son nom à la liste des vainqueurs de la course qui comprend également Ayrton Senna (1988, 1993), Gerhard Berger (1991), Kimi Räikkönen (2005) et Lewis Hamilton (2007). La victoire de Button est souvent considérée comme sa plus grande victoire en F1, tandis que celle de Räikkönen en 2005 est un moment fort, alors que le Finlandais était parti en 17e position.

« Nos titres de F1 en 1989 et 1990 ont été tristement scellés après des collisions entre Senna et Prost ».

Häkkinen n’est pas le seul pilote à avoir remporté un titre au Japon, non plus. Hunt y a remporté son championnat du monde de F1 en 1976 grâce à un podium.

Pour ajouter à cette liste, Senna a remporté le championnat des pilotes au Grand Prix du Japon en 1988, 1990 et 1991, et Alain Prost en 1989. Les titres de 89 et 90 ont été tristement scellés après des collisions entre Senna et Prost – le premier alors qu’il était coéquipier chez McLaren, et le second après que Prost soit passé chez Ferrari.

N’ayant pas couru au Japon depuis 2019, l’histoire de Lando sur le circuit se résume à une seule course, le Britannique ayant terminé 11e lors de sa première saison en F1. Daniel a neuf courses au Japon à son actif, dont un podium en 2017, mais il s’agira de ses débuts sur le circuit sous les couleurs de McLaren.

Ce qu’il faut surveiller

Les chapeaux sur le thème de la Formule 1, pour commencer – non pas que vous puissiez les manquer. Les couvre-chefs faits maison des supporters japonais sont légendaires. Ils ont déjà été ornés de voitures McLaren et de modèles de circuits.

Ensuite, il y a la nourriture, des sushis et sashimis au bœuf de Kobe, en passant par les tempuras et la soupe miso, il y en a pour tous les goûts. Vous aurez également envie d’améliorer votre voix, car le karaoké fait partie intégrante de la culture japonaise.

« Le couvre-chef fait maison des supporters japonais est une légende ».

Quand il s’agit d’action sur piste, il y a peu de défis plus difficiles pour un pilote de F1 que le circuit de Suzuka. C’est un circuit en deux parties, avec un début de tour technique et une fin de course à grande vitesse, chacune étant définie par une section emblématique.

Le premier secteur est un excellent exemple du potentiel aérodynamique des voitures, avec la piste qui descend et remonte à travers des changements de direction difficiles. Il s’agit d’un segment étroit entouré d’herbe et de pièges à gravier, ce qui signifie qu’il y a peu de place pour l’erreur.

La seconde moitié présente la 130R. Auparavant nommé en raison de son rayon de 130 mètres, le virage a été modifié pour des raisons de sécurité, mais il offre toujours un défi de taille et reste une opportunité de dépassement, avec une manœuvre possible au freinage dans la chicane suivante.

Créateurs McLaren

Chaque semaine, nos canaux sociaux et la salle d’affichage du MTC regorgent d’œuvres d’art étonnantes que nos fans ont créées et nous ont envoyées. Les parcourir nous fait toujours chaud au cœur, et nous voulions donc partager cet amour.

Que vous soyez un dessinateur chevronné, un artiste en herbe en papier mâché ou que vous préfériez peindre par numéros, notre nouveau segment McLaren Creators mettra en lumière les œuvres préférées de nos fans inspirés.

Cette semaine, nous vous présentons Margot, de France.

 

« Je suis la Formule 1 depuis que je suis toute petite, même si à l’époque je n’y comprenais pas grand-chose ! C’est quelque chose qui vient de ma famille, car ils sont tous passionnés de sport automobile !

 » Ce n’est que récemment que je m’y suis remis, en combinant mes passions pour le dessin et la Formule 1, afin de créer des œuvres d’art ! J’aime dessiner, c’est quelque chose de plutôt apaisant et j’aime retranscrire ce qui me plaît dans mon style, c’est une façon pour moi de m’exprimer ! Je crée des œuvres sur le thème de la F1. Je travaille principalement en numérique, mais j’aime aussi utiliser d’autres supports comme l’aquarelle, les marqueurs ou les crayons.

« McLaren est une équipe que j’aime beaucoup, non seulement pour son histoire, mais aussi pour sa façon de communiquer, toujours dynamique et tournée vers l’avenir ! Lando et Daniel font partie de mes pilotes préférés. Daniel est toujours souriant, drôle et il fait en sorte que la bonne humeur soit présente partout où il va ! Il fait attention aux autres et essaie toujours de faire de son mieux !

« Lando est tout aussi drôle ! Il est resté un enfant et s’amuse à embêter les autres ! Ce qui fait de lui un excellent coéquipier ! Mais ce que j’aime chez lui, c’est que lorsqu’il fait quelque chose qui lui plaît, il se donne à fond, et il sait aussi être sérieux quand il le faut ! Enfin, ce que j’aime chez McLaren, Lando et Daniel. C’est de toujours penser au positif, de partager des émotions et de faire partie d’une famille si attentionnée ! »

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente la dix-huitième course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2022, le Grand Prix du Japon.

Esteban Ocon, #31 :

« La façon dont le week-end s’est déroulé pour nous à Singapour n’a pas reflété la compétitivité de la voiture et le potentiel que nous lui connaissons. Nous avons été très déçus par les deux abandons liés au moteur et je sais que l’équipe travaille dur pour résoudre ces problèmes afin qu’ils ne se reproduisent plus. Des jours comme ceux-là arrivent malheureusement en course, mais nous avons une chance de rebondir rapidement à Suzuka cette semaine. C’est génial d’être de retour au Japon, un pays où beaucoup d’entre nous ne sont pas allés depuis 2019. De mon côté, je n’ai pas couru ici depuis 2018, ce qui semble être un temps très long. Suzuka est, je pense, l’un des circuits les plus excitants au monde et définitivement mon préféré sur le calendrier de la F1. L’atmosphère est vraiment incroyable, et les fans sont toujours aussi passionnés et très bien informés. J’espère qu’ils sont aussi heureux de nous voir revenir que nous le sommes de revenir dans ce beau pays et sur un circuit aussi historique. »

Fernando Alonso, #14 :

« Suzuka est un test passionnant pour les pilotes de Formule 1. C’est un circuit historique et l’un des endroits les plus amusants à conduire. Nous passons d’un circuit routier à un circuit plus traditionnel ce week-end, mais il comporte plusieurs virages et séquences difficiles. La météo peut aussi être mitigée, alors vous ne savez pas à quoi vous attendre. J’aime aussi la culture japonaise et les fans peuvent créer une atmosphère si particulière. C’est certainement l’une de mes courses préférées de l’année. J’ai eu beaucoup de bons souvenirs là-bas. Je pense que l’un de mes meilleurs moments a été le dépassement de Michael [Schumacher] à l’entrée du célèbre virage 130R. C’était un bon dépassement et il n’est pas facile de le faire vu la vitesse du virage. Nous avons également remporté la course en 2006, ce qui a constitué un moment important dans le championnat avant la finale de la saison au Brésil. Cet endroit a de bons souvenirs pour moi et les fans sont toujours si formidables. »

Fiche d’information sur le Grand Prix du Japon :

  • Fernando Alonso est entré dans l’histoire à Singapour. L’Espagnol est désormais le pilote le plus titré en Formule 1 (350 Grands Prix).
  • Le meilleur résultat d’Esteban Ocon à Suzuka est une sixième place en 2017.
  • Fernando a gagné à Suzuka en 2006 avec une avance de 16 secondes sur Felipe Massa.
  • Il y a quatre anciens vainqueurs du Grand Prix du Japon sur la grille actuelle (Fernando étant l’un d’entre eux).
  • Six Grands Prix du Japon à Suzuka ont été affectés par la pluie.
  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu 10 victoires, 29 podiums, 10 poles et 481 points.
  • 126 départs pour les voitures Renault/Alpine au Japon.
  • Les châssis Renault/Alpine ont couru 28 fois au Japon.

Alfa Romeo

Là où la course en vaut la peine

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend au Grand Prix du Japon avec l’objectif de terminer la série de courses asiatiques sur une note positive après le défi de Singapour. Suzuka marquera une autre étape importante dans la course à la fin de la saison, l’équipe se battant pour assurer la sixième place au championnat des constructeurs.

Chaque visite au Japon est spéciale : le circuit épique, les pages d’histoire légendaires écrites à Suzuka, le caractère unique du pays – tout conspire à faire de cette course l’une des préférées de tous en Formule 1. Cette année, à l’occasion de notre retour au pays du Soleil Levant pour la première fois depuis 2019, les attentes sont celles d’un grand événement sur et en dehors de la piste : les pensées des fans se pressant à Suzuka, montrant trois ans d’amour refoulé pour leurs héros et de passion pour le sport, et couvrant tous les membres de l’équipe de leur incomparable hospitalité japonaise – vraiment, quelque chose d’incroyable à propos de cette course – sont l’une des principales attractions de cet événement, et quelque chose qui nous a beaucoup manqué depuis notre dernière visite.

Mais ce ne sont pas les chapeaux fantaisie, les banderoles humoristiques et les cadeaux que l’on peut faire entrer dans la franchise bagages d’une équipe qui rendent Suzuka spécial. Ce qui fait vraiment la différence, c’est le sentiment que l’on éprouve dès que l’on franchit les portes du circuit : la conscience d’être sur un terrain sacré, un circuit à l’ancienne où le pilote fait vraiment la différence ; un endroit où chaque fan est très bien informé ; un endroit où la bravoure est récompensée et les erreurs punies.

Suzuka est un endroit où la Formule 1 est comme elle devrait être – vous ne pouvez pas ne pas l’aimer.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Singapour est juste derrière nous et nous reprenons la piste pour le deuxième relais du double tour asiatique à Suzuka déjà. Nous n’avons pas couru ici depuis 2019, et c’est bon de revenir sur une piste historique qui a été témoin de tant de batailles captivantes dans le passé. Nous avons eu un week-end difficile à Singapour, et malgré une performance décente, nous n’avons finalement pas ajouté de points à notre compte, mais le point positif que nous pouvons apporter avec nous dans cette nouvelle semaine de course est le rythme prometteur que nous avons montré dans des conditions sèches le vendredi. Avec les améliorations que nous allons recevoir au Japon, ce sont de bons points de départ sur lesquels nous pouvons construire notre course. Nous devons maximiser nos efforts avant les qualifications, afin de placer les deux voitures dans une position adéquate pour se mêler au milieu du peloton, éviter les batailles risquées en queue de peloton et ramener quelques points à la maison. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Je suis heureux de retourner à Suzuka après trois ans : l’atmosphère ici est incroyable, et les fans sont super passionnés et accueillants. J’ai particulièrement de bons souvenirs de la dernière fois que nous avons couru ici, en 2019, puisque j’ai remporté le Grand Prix, après avoir également terminé sur le podium l’année précédente. Dimanche dernier à Singapour, ce n’était pas vraiment notre jour, et c’était un peu frustrant de terminer à une place des points. Malgré cela, nous avons montré un bon rythme, et nous allons aussi avoir de nouvelles améliorations sur la voiture, donc nous espérons pouvoir nous mettre dans le jeu dès le début du week-end et nous battre pour le top 10. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Une nouvelle semaine de course, et un nouveau circuit à découvrir pour moi. Je suis ravi de courir à Suzuka, l’un des circuits les plus emblématiques du calendrier, et j’ai hâte d’y être et d’en profiter. C’est vraiment dommage que ma course se termine prématurément à cause de l’erreur de quelqu’un d’autre à Singapour, surtout parce que nous avions un bon rythme, et nous aurions pu construire quelque chose sur cette base. Nous avons été performants sur le sec, alors espérons que la météo sera de notre côté au Japon. Ce week-end, nous allons également apporter quelques améliorations à la voiture qui, si nous faisons nos devoirs pour les qualifications et que nous nous plaçons bien sur la grille, pourraient nous aider à obtenir les résultats que nous voulons dimanche. »

pht. Alfa Romeo

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5 :

« Suzuka est un circuit fantastique – mon préféré sur tout le calendrier, en fait. J’ai tellement de souvenirs spéciaux de cet endroit – la piste est juste un endroit spécial, et les fans sont absolument incroyables aussi. Dans l’ensemble, l’atmosphère est tout simplement magique. Cet endroit est un énorme défi, et c’est tellement satisfaisant lorsque le tour parfait se produit. Il est difficile de prédire exactement comment nous allons nous comporter ce week-end, mais nous avons marqué de bons points à Spa, qui est également un circuit à faible force de freinage. »

Lance Strol, #18 :

« Je suis très heureux de retourner à Suzuka – un vrai circuit de pilotes et un défi que j’adore. C’est tout simplement l’un des meilleurs circuits au monde. Le premier secteur en particulier fait partie des séquences les plus excitantes de tout le calendrier. Traditionnellement, ce n’est pas le circuit le plus facile pour les dépassements, mais les changements apportés aux voitures pour cette année devraient améliorer cette perspective cette année. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • La stratégie : Pirelli apporte les composés les plus durs pour cette course, qui marque la dernière fois cette saison que le composé C1 sera utilisé. Traditionnellement, cet événement peut être une course à un ou deux arrêts. Et l’opportunité de dépasser peut influencer la stratégie ici ; la position sur la piste est importante mais maintenir la durée de vie des pneus est également essentiel.
  • Perturbations de la course : Malgré les exigences du circuit pour les pilotes et les voitures, les voitures de sécurité et les VSC sont peu fréquents. Les abandons sont également assez rares – notamment, chaque pilote a terminé la course en 2016. Cependant, une météo quelque peu imprévisible peut influencer drastiquement la course – voire le week-end entier.
  • Dépassements : Étonnamment, ce tracé a tendance à présenter beaucoup de dépassements. Il n’y a qu’une seule zone DRS – dans la descente du premier virage – c’est le principal lieu de dépassement, malgré une entrée très rapide. Les dépassements peuvent se faire au freinage dans les virages 11 ou 16, tandis que le virage 13 est également un endroit populaire pour faire une manœuvre.
Turns and sectors
DRS

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Nous avons manqué une occasion de prendre de bons points, notamment en termes de Constructeurs à Singapour et nous devons examiner de près la façon dont nous avons géré le week-end. Honnêtement, nous n’avions pas l’air très compétitifs sur le sec le vendredi, mais les qualifications ont été amusantes et nous ont permis d’avoir une bonne opportunité en course. Il semblait que nous allions en tirer le meilleur parti, car j’étais en bonne position devant les Aston Martin, mais nous sommes passés aux stands trop tôt pour les slicks et il n’y avait pas de retour possible. Nous devons faire un meilleur travail car il y a un potentiel pour de bons résultats avant la fin de l’année, en commençant tout de suite au Japon, que je suis si heureux de visiter à nouveau après une pause de deux ans.

Suzuka est un circuit incroyable, surtout le premier secteur avec tous les virages rapides et c’est certainement l’un de mes trois circuits préférés. Et y aller en tant que pilote Honda, c’est toujours un sentiment spécial de pouvoir courir au Japon devant nos fans. J’étais avec Honda au début de leur dernière période en F1, et même avant, puisque je courais avec eux pour ma saison en Super Formula. Je reçois beaucoup de soutien motivant du Japon et c’est vraiment dommage que nous n’ayons pas pu y courir ces deux dernières années, surtout que j’aime la culture, j’aime Tokyo et la nourriture aussi, même si Yuki est l’expert en la matière ! Je suis donc très heureux que nous puissions y courir à nouveau. La dernière fois que nous y étions, en 2019, j’ai eu un bon week-end ; je me suis qualifié en neuvième position et j’ai terminé en septième position, alors voyons ce que nous pouvons faire cette fois-ci. « 

Yuki Tsunoda, #22 :

« Ma première visite à Singapour ne s’est pas déroulée comme je l’espérais. Nous n’avions pas l’air très bien le vendredi, mais nous avons récupéré suffisamment pour arriver en Q3, ce dont je suis content. En course, les conditions étaient très délicates et je pense que nous sommes passés aux pneus slick un peu trop tôt. Mais cela dit, c’était mon erreur ; j’ai mal évalué mon point de freinage et j’ai chuté. Maintenant, je vais mettre cela derrière moi et me concentrer sur le week-end prochain pour ma toute première course à domicile en Formule 1.

Dans un sens, le Japon est une course comme les autres, mais dans un autre sens, c’est une course que j’attends avec impatience depuis mes débuts en Formule 1. J’ai beaucoup roulé à Suzuka en Formule 4, donc j’ai une certaine expérience, mais lorsque j’ai récemment roulé sur le circuit en simulateur, dans une voiture de Formule 1, c’est un monde très différent. En fait, parce que vous avez beaucoup plus d’appui, je pense que vous êtes sur l’accélérateur pendant une plus grande partie du tour dans une voiture de Formule 1 que dans une Formule 4. La vue de la piste change complètement et c’est comme une toute nouvelle piste. Mon expérience du passé me sera toujours utile et je me souviens de la façon de conduire Suzuka. Je suis impatient de courir là-bas devant mes fans.

Je sais qu’il y aura beaucoup d’intérêt de la part des fans pour cette course. Je ne peux pas imaginer comment ce sera, donc ce sera très différent de tous les autres week-ends de course, mais je suis impatient de vivre une nouvelle expérience. Je suis heureux de cette attention ; je suis le genre de personne qui ne ressent pas beaucoup de pression de la part des autres de toute façon. Quand je conduis, je ne fais attention qu’à moi et tout ce soutien me donnera de l’énergie supplémentaire à chaque tour, de manière positive, et ce sera utile et agréable. Beaucoup de mes amis et de ma famille viendront à Suzuka et je sais que même ceux pour qui je n’ai pas pu obtenir de laissez-passer ont acheté des billets. Et un dernier point très important, je vais pouvoir manger de la nourriture japonaise pendant toute une semaine ! ».

Comment gérer la célébrité ?

Les pilotes de F1 font partie des athlètes les plus reconnus au monde. Comment Pierre Gasly et Yuki Tsunoda gèrent-ils la célébrité qui accompagne la course en Formule 1 ?

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Après un week-end difficile à Singapour, nous sommes impatients de nous rendre à Suzuka, qui devrait offrir de bien meilleures opportunités pour la FW44. Cela fait quelques années que nous n’avons pas couru ici, mais le circuit n’aura pas trop changé et représentera toujours un grand défi technique pour les pilotes et les ingénieurs. Les dépassements ne sont pas faciles à Suzuka, mais ils sont possibles et les courses sont toujours bonnes ici. Les pilotes devront rapidement trouver un rythme, surtout dans les Esses, mais une fois qu’ils l’auront trouvé, le temps au tour pourra s’améliorer très rapidement.

Les composés des pneus sont les plus rigides de la gamme Pirelli, que nous avons utilisés pour la dernière fois à Zandvoort. Ces pneus devraient fonctionner assez bien à Suzuka, mais s’il fait froid et humide, ils deviendront plus difficiles. Dans le cadre du programme de développement des pneus 2023, toutes les équipes participeront à une séance FP2 prolongée ce week-end et testeront des pneus candidats pour Pirelli. Cela compliquera un peu nos préparatifs pour le week-end de course, mais c’est un travail important pour 2023.

Tout le monde a hâte de relever une fois de plus le défi de Suzuka et de profiter de l’atmosphère incroyable qui règne au Japon.

Alex Albon, #23 :

Le Japon est l’un de mes circuits préférés sur le calendrier et j’apprécie vraiment Suzuka en tant que lieu. Je pense que cette piste conviendra beaucoup mieux à notre voiture que celle de Singapour, mais je pense qu’avec le temps qui semble un peu instable, cela devrait rendre le week-end intéressant. Je suis très excité à l’idée de retourner au Japon, qui est l’un de mes endroits préférés pour les courses et les visites, alors voyons ce que nous pouvons faire.

Nicholas Latifi, #6 :

Le Japon est l’un des circuits que j’ai le plus hâte de conduire sur le calendrier. En dehors de Singapour, c’est le dernier que je n’ai pas encore expérimenté en tant que pilote de Formule 1 et je ne l’ai jamais piloté dans une autre catégorie. C’est toujours très excitant d’apprendre de nouveaux circuits et surtout de venir sur un circuit comme Suzuka qui est un circuit old school. C’est un tracé qui me plaira, car il est rapide et fluide dans certaines sections, avec peu de marge d’erreur. J’ai hâte d’entrer en piste et de découvrir l’atmosphère unique et passionnée des fans japonais. 

 

Haut du site