5 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP d’Hongrie

Pirelli

LES PNEUS EN PISTE

Le Grand Prix de Hongrie marque la moitié de l’année avant la pause estivale, et Pirelli a choisi les pneus du milieu de la gamme : C2 pour le P Zero White dur, C3 pour le P Zero Yellow moyen, C4 pour le P Zero Red tendre.

Le Hungaroring a la réputation d’être extrêmement chaud et sec : l’an dernier, lors des essais libres, la température de la piste a atteint près de 60 degrés. Mais la réalité est qu’il a plu juste avant la course au cours des deux dernières saisons en Hongrie. L’an dernier, cela a donné lieu à un nouveau départ quelque peu surréaliste après un incident dans le premier virage, lorsque le pilote Mercedes Lewis Hamilton a été le seul à s’élancer sur des pneus intermédiaires depuis la grille, alors que tous les autres sont passés par la voie des stands pour des slicks.

Le Hungaroring n’est pas un circuit particulièrement énergique, avec un asphalte lisse mais parfois bosselé par endroits, et des pneus plus sollicités pour la traction que pour le freinage.

 « La nouvelle génération de voitures et de pneus devrait être amusante sur ce circuit ».

« Par le passé, le Hungaroring a été connu comme un endroit où il est difficile de doubler, mais le nouveau package de voitures et de pneus de cette année aide les pilotes à se rapprocher beaucoup plus les uns des autres, ce qui explique pourquoi nous avons vu de belles courses avec beaucoup de dépassements jusqu’à présent cette saison. Espérons que ce sera également le cas au Hungaroring, un circuit serré et sinueux où les voitures sont souvent groupées. La Hongrie est également connue pour être très chaude, mais il y a aussi plu ces deux dernières années : la morale de l’histoire est donc de ne jamais tirer de conclusions hâtives ! Nous avons déjà vu des surprises au Hungaroring, et cela pourrait être encore plus le cas cette année. »

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

 » La Hongrie est un circuit spécial, j’aime vraiment piloter ici car c’est un peu comme conduire sur une piste de karting, il y a un deuxième secteur très technique que j’aime bien. Il sera intéressant de voir comment la météo nous impactera tout au long du week-end. Il est difficile de dire comment je pense que nous allons nous comporter ce week-end, ce n’est pas notre circuit le plus fort, mais bien sûr, je veux un bon résultat et nous ferons tout ce que nous pouvons pour gagner en tant qu’équipe. J’ai hâte d’être à la pause estivale et j’espère que l’équipe aura le temps de récupérer afin que nous puissions prendre un bon départ pour la seconde moitié de la saison. »

Sergio Pérez, #11 :

« C’était un week-end frustrant pour moi en France, je n’ai pas senti que j’avais le rythme que je voulais et je n’étais pas complètement à l’aise avec la voiture. Nous travaillons dur en tant qu’équipe pour essayer de voir ce qui n’a pas fonctionné pour nous. C’est une honte que nous ayons perdu le podium, le VSC est arrivé au pire moment possible pour nous dans la course et les problèmes avec lui m’ont affecté à la reprise. Pour l’instant, nous allons tout faire pour obtenir un meilleur résultat lors de la dernière course avant la pause estivale et revenir au niveau que nous avons atteint cette saison. »

  • Max a obtenu sa première pole position en Formule 1 en Hongrie en 2019. Ce faisant, il est devenu le 100e pilote à partir de la pole depuis la création du championnat du monde en 1950.
  • L’Oracle Red Bull Racing est en quête d’une 150e première ligne dans l’histoire de l’équipe ce week-end. L’équipe a obtenu 24 départs en première ligne dans son histoire.
  • L’équipe a effectué l’arrêt au stand le plus rapide du week-end du GP de France, en réparant la voiture de Max Verstappen en 2.44s.

pht. Red Bull

Mercedes

La Formule 1 se rend à Budapest pour la 13e manche de la saison 2022 de Formule 1 – le Grand Prix de Hongrie – et la dernière course avant la pause estivale.

Toto parle de la Hongrie :

C’était encourageant de marquer autant de points en France et de maximiser la situation dimanche, mais nous savons qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. L’écart avec les leaders sur un seul tour persiste et nous avons plus de mal en début de relais.

Nous devons continuer à débloquer plus de performance, et en maintenant la culture, l’état d’esprit et l’esprit qui a stimulé tout le dur travail dans les usines, je suis sûr que nous y arriverons. Notre fiabilité a été bonne une fois de plus, et Lewis et George étaient tous deux en grande forme, pour offrir un double podium.

Maintenant, nous nous concentrons sur la Hongrie et un circuit très différent ; serré, sinueux et bosselé, presque à l’opposé de ce que nous venons de faire. Il est difficile de prédire comment nous allons nous en sortir car nos attentes cette année n’ont pas toujours correspondu à la réalité, en termes de circuits adaptés à la W13.

Néanmoins, nous allons donner le meilleur de nous-mêmes et nous nous réjouissons toujours d’être à Budapest et de l’accueil chaleureux que nous réservent les fans. Ce Grand Prix marque également notre 250ème Grand Prix avec notre partenaire titre, PETRONAS, ce qui est une étape importante.

Fiche d’information : Grand Prix de Hongrie

  • Le Grand Prix de Hongrie est généralement l’un des week-ends de course les plus chauds de l’année, avec des températures moyennes de 27°C pour l’air et de 43°C pour la piste.
  • Le Hungaroring a été refait il y a plusieurs années, et la plupart des bosses ont été aplanies. Cependant, étant donné que cela s’est passé il y a peu de temps, la surface de la piste commence progressivement à montrer son âge et les irrégularités se forment à nouveau.
  • L’intensité des freinages, les températures ambiantes élevées et l’absence de longues lignes droites rendent ce circuit exceptionnellement éprouvant pour les freins. De plus, le manque de possibilités de dépassement fait que les pilotes peuvent se retrouver coincés dans le trafic. La faible vitesse moyenne du Hungaroring limite également le flux d’air, ce qui rend le refroidissement des freins encore plus difficile.
  • Six des 14 virages du Hungaroring sont à gauche et huit sont à droite. Beaucoup de ces virages sont combinés, ce qui rend les bons changements de direction plus importants.
  • Les lignes droites du Hungaroring sont relativement courtes et prendre les virages à la bonne vitesse est crucial. Par conséquent, la configuration standard pour la Hongrie comprend une force descendante maximale.
  • En raison de sa nature de piste à fort downforce, le Hungaroring a l’une des vitesses de pointe les plus basses de la saison jusqu’à présent : 308 km/h. Les voitures de F1 ne vont en ligne droite que pendant environ dix secondes au cours d’un tour rapide, passant les 65 secondes restantes dans les virages.
  • Bien que la ligne droite hongroise soit l’une des plus courtes du calendrier des courses, la distance entre la pole position et la zone de freinage du virage 1 est l’une des plus longues de l’année avec 444 mètres, une distance dépassée uniquement par Mexico City, Imola, Barcelone et Monza.
  • Les caractéristiques du circuit se reflètent également dans le pourcentage d’accélération, avec seulement 65% de la distance parcourue sur le Hungaroring avec la pédale d’accélérateur au plancher – l’un des ratios les plus bas en Formule 1.
  • Les bordures du dernier virage peuvent être très agressives, et il en va de même pour la sortie du virage 11. Cependant, contrairement à des circuits plus rapides comme celui de Spielberg il y a quelques semaines, les bordures en Hongrie sont franchies à des vitesses plus faibles. La chicane (virages 7 et 8), en revanche, peut s’avérer problématique, surtout sur le mouillé, et prendre les pilotes par surprise.
  • Une bonne traction est très importante pour négocier les nombreux virages lents, c’est pourquoi ce circuit met les pneus arrière à rude épreuve.
  • La stratégie en Hongrie est souvent à la limite entre un arrêt unique et une course à deux arrêts. Si les pneus  » tombent d’une falaise  » vers la fin d’un relais, le pilote peut soudainement perdre énormément de temps.

pht. Mercedes

Ferrari

Arrêt à Bud. Avant la pause estivale

Avec le Grand Prix de Hongrie, le championnat du monde de Formule 1 entre dans sa pause estivale. Il s’agit de la 13e course de la saison, et neuf autres suivront pour porter le total à 22 dans le championnat après l’annulation du Grand Prix de Russie. La Scuderia Ferrari se rend donc à Budapest en sachant que celui du Hungaroring sera un autre week-end avec des températures très élevées.

Dépassements limités. Le circuit, long de 4,381 kilomètres, est très sinueux et vallonné et se caractérise par une série de virages moyens et lents qui nécessitent une charge très élevée. Un bon équilibre aérodynamique et un réglage mécanique très précis sont essentiels pour éviter que les monoplaces ne glissent et mettent les pneus à rude épreuve. Les possibilités de dépassement sont donc très limitées. Le seul endroit où l’on peut tenter une manœuvre sûre est le premier secteur : à la fin de la ligne droite principale, où les voitures freinent avant de prendre un virage à droite exigeant en descente, puis dans les deux virages suivants, avant de remonter vers la deuxième section du circuit.

Une piste difficile. La particularité de ce circuit réside dans les contraintes qu’il impose à la transmission, puisque 78 changements de vitesse sont nécessaires à chaque tour, soit environ 3 700 pour l’ensemble de la course. Les vitesses les plus sollicitées sont celles du milieu – de la troisième à la sixième – tandis que la huitième n’est utilisée que pour économiser du carburant. Le circuit est également très exigeant pour les pilotes, principalement en raison des températures élevées et des nombreuses accélérations soudaines auxquelles ils doivent faire face pendant le tour.

Programme. Les monoplaces prendront la piste pour la première fois vendredi, pour les deux heures habituelles d’essais libres prévues à 14h00 et 17h00 CET. Les qualifications auront lieu le samedi à 16 heures, précédées à 13 heures de la dernière séance d’essais libres. Le 36e Grand Prix de Hongrie débutera à 15 heures ce dimanche. Un total de 70 tours, soit 306,63 km, sera couvert.

Trois questions à… Diego Ioverno :

  1. Parlez-nous de votre rôle, comment êtes-vous arrivé chez Ferrari et d’où vient votre passion pour le sport automobile ?

« Depuis que je suis enfant, je suis passionné par pratiquement tous les sports, et étant originaire de Bologne, parmi mes passions, la Ferrari ne pouvait pas manquer. J’ai toujours été agréablement obsédé par les Reds, tant sur route que sur piste, tant lorsque je les voyais en direct que lorsque je les suivais à la télévision. Lorsqu’il s’est agi de choisir une filière d’études, je n’ai eu aucun doute et j’ai choisi ce que je pensais être la voie qui pourrait me rapprocher de ce monde, l’ingénierie mécanique. J’ai eu de la chance et le jour où j’ai obtenu mon diplôme, j’ai reçu un appel pour le premier d’une série d’entretiens chez Ferrari. J’ai donc commencé en gestion du sport en mai 2000. Les personnes qui travaillent avec moi assemblent des boîtes de vitesses, des châssis, des suspensions, des systèmes hydrauliques, des systèmes de freinage, des systèmes de refroidissement, tant pour la phase d’homologation et d’essais au banc que pour l’utilisation sur piste. Nous gérons également les composants des véhicules que nous fournissons à nos clients. Notre domaine de responsabilité comprend également les opérations sur la piste, y compris les arrêts au stand.

  1. Pouvez-vous nous parler du Hungaroring ?

« Le Hungaroring est un circuit historique pour la Formule 1, puisqu’il figure au calendrier depuis près de 40 ans maintenant. La course hongroise a toujours été une course d’été, organisée pendant de nombreuses saisons autour de la mi-août, et se caractérise par des températures élevées mais aussi par des changements de temps soudains et violents. C’est un circuit lent, un de ceux où il est plus difficile de doubler, comme à Monaco et à Singapour, et où l’on choisit généralement d’utiliser toute la charge aérodynamique disponible pour optimiser les virages. La piste est courte et les caractéristiques des courbes et de l’asphalte la rendent exigeante pour les pneus, notamment en raison du choix fait par Pirelli – C2, C3 et C4, les composés intermédiaires de la gamme disponible – ainsi que des températures qui sont normalement enregistrées. C’est pourquoi, bien que les dépassements ne soient pas faciles, un changement de pneus n’est normalement pas suffisant en course ».

  1. Après la France, une autre course dans des températures élevées : toute la voiture, y compris la boîte de vitesses, est soumise à de fortes contraintes en raison de ces conditions. Comment peut-on l’aider ?

« Du point de vue des températures, le Hungaroring est potentiellement plus difficile que la France. Il y a beaucoup moins de lignes droites, où les parties de la monoplace qui en ont besoin (les radiateurs pour les systèmes du groupe motopropulseur, pour l’huile de la boîte de vitesses, pour les freins et autres) peuvent être touchées par le flux d’air maximal possible. Bien sûr, n’étant pas une piste avec une puissance moyenne au tour élevée, l’énergie à dissiper est moindre, mais cela reste un exercice qui ne peut être considéré comme acquis. Il sera donc important de choisir les niveaux de refroidissement optimaux pour la fiabilité et les performances après avoir vérifié vendredi la cohérence entre la réalité et la modélisation et la simulation qui nous guident comme toujours dans la préparation des événements. La gestion thermique des pneus en cas de plein soleil sur l’asphalte sera également très importante ».

Statistiques de Ferrari :

  • GP contestés : 1042
  • Saisons en F1 73
  • Début Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,22%)
  • Pole positions 237 (22,74%)
  • Tours les plus rapides 258 (24,76%)
  • Total des podiums 789 (25,24%)

Ferrari Stats GP h Hongrie :

  • GP contestés 36
  • 1986 débuts (S. Johansson 4e ; M. Alboreto ret.)
  • Victoires 7 (19,44%)
  • Pole positions 8 (22,22%)
  • Tours les plus rapides 9 (25%)
  • Total des podiums 26 (24,07%)

Grand Prix de Hongrie : chiffres et anecdotes

  1. Les voitures sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie 2021. Seule la Mercedes de Lewis Hamilton était présente, alors que tous les autres pilotes ont choisi d’entrer dans les stands pour changer de pneus. Au tour de formation – après que la course ait été suspendue au premier départ, sur une piste humide, suite à un tête-à-queue dans le virage 1 – il est devenu évident que le moment était venu de monter des pneus secs car l’asphalte séchait rapidement. Le plus pénalisé a été Hamilton qui, partant de la pole position, avait moins de choix pour gérer la situation. Charles étant immédiatement contraint à l’abandon après avoir été percuté par Lance Stroll, la Scuderia Ferrari et ses fans se sont réjouis de la belle remontée de Carlos, qui l’a vu passer de la 15e à la 3e place.

 

  1. La position de la Hongrie, en fonction de sa taille, dans le classement des États européens sans accès à la mer. Seul le Belarus est plus grand avec 207.595 km² – la Hongrie est à 93.030 km² – tandis que les 14 autres États du continent dans cet état sont Andorre, l’Arménie, l’Autriche, le Kosovo, la République tchèque, le Liechtenstein, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, la Moldavie, Saint-Marin, la Serbie, la Slovaquie, la Suisse et la Cité du Vatican.

 

  1. Les différentes qualités du paprika hongrois. Ce sont les Különleges, les plus délicats, très doux et de couleur rouge vif ; les Édesnemes, les plus doux mais légèrement épicés (c’est le paprika le plus exporté, de couleur rouge vif) ; les Csípősmentes csemege, délicats mais au goût riche ; Csemegepaprika, plus piquant ; Csípős csemege pikáns, une version encore plus piquante ; Rózsa, à l’arôme puissant et au piquant léger (de couleur rouge pâle) ; Félédes, un mélange de paprika semi-sucré de piquant moyen ; et Erős, le plus piquant de tous, de couleur brun clair et à l’arôme intense même au nez.

 

  1. Les heures – 12 ce dimanche – où le Grand Prix de Hongrie, l’une des courses typiques de l’été, a été couru en juillet. Habituellement, la course se déroule en août (24 fois sur 35). L’occasion où elle a été courue plus tôt était lors de la saison 2020, anormalement en raison de la pandémie de Covid-19, quant au Hungaroring les moteurs ont rugi le 19 juillet. En 2003, en revanche, la course a été disputée le 24 août, soit la quatrième et dernière course de la saison.

 

  1. Le nombre de points remportés par Ferrari en Hongrie, plus que tout autre constructeur. Le premier poursuivant est McLaren avec 301, suivi de Red Bull Racing (289) et de Mercedes (260).

Donc, à Ferrari, il y a 75 ans :

Fin juillet, l’usine est à pied d’œuvre pour préparer les débuts de la deuxième voiture de course Ferrari de l’histoire. La 159 S est en cours de développement, équipée de l’évolution du moteur douze cylindres conçu par Giacchino Colombo, porté à 1 902 centimètres cubes et capable de délivrer 125 chevaux à 7 000 tr/min. Les débuts du nouveau modèle ont eu lieu sur le circuit de Pescara, le jour de Ferragosto. Au volant, l’habituel Franco Cortese prend immédiatement la tête, mais rentre aux stands après seulement trois tours en raison de problèmes de lubrification. La voiture est restée longtemps à l’arrêt car il a fallu 21 minutes pour réparer le radiateur d’huile, mais Cortese a repris la course. Le pilote italien a régulièrement augmenté son rythme et a également réalisé le meilleur tour. Vincenzo Auricchio, dans la Stanguellini, et Giovanni Bracco, dans la Delage, sont en tête, mais Bracco tombe en panne d’essence et Cortese termine deuxième, une place qui n’est pas suffisante pour Enzo Ferrari mais, compte tenu de la façon dont elle s’est produite, elle récompense l’équipe pour son travail acharné pendant le week-end.

pht. Scuderia Ferrari

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le treizième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2022, le Grand Prix de Hongrie.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur d’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la treizième course de la saison au Hungaroring.

Otmar Szafnauer :

« Nous sommes raisonnablement satisfaits de la première moitié de la saison 2022. Au début de l’année, il y avait un sentiment de se diriger vers l’inconnu avec le changement de règlement, des voitures au look différent et l’ambition de courses plus dures et plus serrées sur la piste. Je pense qu’il y a encore beaucoup à faire pour atteindre l’objectif ultime de la course roue contre roue, virage après virage, mais nous avons vu d’excellentes courses dans la majorité des Grands Prix. En ce qui concerne nos performances, nous sommes en bonne position pour atteindre notre objectif de la saison, à savoir la quatrième place au championnat des constructeurs. Régulièrement, nous sommes la quatrième voiture la plus rapide, même si nous n’avons pas exploité ou montré ce potentiel autant que nous l’aurions souhaité. Cela dit, nous apprenons et développons la voiture à un rythme rapide, grâce au travail acharné de tous les membres de l’équipe, à Enstone et à Viry, qui s’assurent que nous progressons vers l’avant. Je crois fermement que nous atteindrons nos objectifs d’ici la fin de la saison. Pour l’instant, nous nous concentrons sur le Grand Prix de Hongrie de ce week-end et sur le maintien de notre bon résultat en France le week-end dernier. Nous voulons entrer dans la pause estivale avec un sentiment de satisfaction, mais aussi avec la motivation de faire tourner la roue du championnat en Belgique et au-delà. »

Esteban Ocon, #31 :

 » Je me sens bien, et ce sera certainement émouvant de revenir à Budapest. Je peux déjà sentir tous les souvenirs de l’année dernière revenir. Mais c’était l’année dernière, et nous devons être pleinement concentrés en tant qu’équipe pour offrir un autre week-end solide. Il sera important d’aborder la fermeture avec le sentiment d’avoir vraiment cimenté cette quatrième place au Championnat des Constructeurs. Nous savons que ce sera difficile, mais nous avons l’équipe et les outils pour le faire. Nous allons donner un dernier coup de pouce avant une pause bien méritée pour l’équipe qui a travaillé incroyablement dur toute l’année. J’aime vraiment ce circuit, c’est l’un de mes préférés, et pas seulement parce que j’y ai gagné ! J’aime le deuxième secteur, sa rapidité et sa fluidité. On dirait qu’il n’y a pas de pause entre le virage 4 et le virage 11, et si vos réglages sont bons, cette séquence de virages peut être très agréable et vous donner l’impression d’extraire le maximum de la voiture. C’est un circuit vraiment amusant à conduire. »

Fernando Alonso, #14 :

« C’était un bon dimanche pour nous après un week-end difficile. Nous avons eu du mal à trouver les bons réglages pendant les essais et nous n’étions pas tout à fait satisfaits de l’équilibre avant les qualifications. Cependant, nous avons montré que lorsque nous pouvons avoir un week-end propre, viser les sept premières positions est un objectif très réaliste pour nous car nous étions assez à l’aise en course. Évidemment, c’est à Budapest que j’ai remporté ma toute première victoire en Formule 1. Nous avions une bonne voiture cette année-là et nous construisions quelque chose de très fort pour les années à venir. Mais, nous ne nous attendions pas à une victoire cette année-là. Je pense que nous avons trouvé le circuit qui convenait vraiment à notre package. Bien sûr, il y a eu aussi l’année dernière, qui a été la toute première victoire d’Alpine. La course a aussi tendance à tomber autour de mon anniversaire, donc c’est un bon week-end pour moi avec beaucoup de souvenirs et il est difficile d’en choisir un. C’est un circuit amusant et un vrai défi en tant que pilote, avec sa nature serrée et sinueuse. »

Fiche d’information sur le Grand Prix de Hongrie 2022 :

  • Le GP de Hongrie figure au calendrier chaque année depuis 1986.
  • Fernando Alonso a terminé dans les points lors des sept dernières courses consécutives, sa meilleure position étant la cinquième place au Grand Prix de Grande-Bretagne 2022.
  • Fernando fera sa 19e apparition au Grand Prix de Hongrie, ce qui le place à égalité avec Rubens Barrichello et Kimi Raikkonen comme les pilotes ayant pris le plus de départs sur ce circuit en Formule 1.
  • Fernando et Lewis Hamilton peuvent étendre leur record en tant que pilotes ayant marqué le plus d’occasions au Grand Prix de Hongrie (14 fois chacun).
  • Les deux pilotes ont gagné sur ce circuit – Esteban Ocon en 2021 et Fernando en 2003.
  • Esteban a marqué des points dans neuf des treize courses de la saison.
  • Alpine a maintenant marqué des points dans huit courses consécutives.
  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu neuf victoires, 30 podiums, 10 poles et 12 meilleurs tours en Hongrie.

McLaren

« On va tout donner et tout laisser sur la piste »

Vous vous souvenez quand vous étiez à l’école, et que vous passiez la dernière semaine du trimestre à compter les minutes ? Eh bien, nous ne faisons pas cela chez McLaren. En partie, parce que nous sommes tous adultes maintenant, mais surtout parce que nous aimons absolument ce que nous faisons.

Personne ne veut faire une pause de la Formule 1 – même si nous en avons besoin après une première moitié de saison épuisante – alors au lieu de compter les minutes, nous allons savourer chaque seconde du Grand Prix de Hongrie de ce week-end.

Nous avons fait tous nos devoirs avant la pause estivale, en recherchant toutes les meilleures statistiques, en listant ce que vous devriez surveiller et en obtenant des citations de Lando Norris, Daniel Ricciardo et Andreas Seidl. Et pour couronner le tout, nous avons même des suggestions de vêtements à porter.

Ce qu’ils disent

Lando Norris, #4 :

« Hongrie, c’est parti ! C’est la dernière course avant la pause estivale, alors nous allons tout donner et tout laisser sur la piste. C’est un circuit difficile, sans une tonne d’opportunités de dépassement, mais il y a une belle opportunité de prendre quelques points. Nous avons maximisé notre résultat en France, et nous avons examiné les données en tant qu’équipe pour nous assurer que nous sommes dans la meilleure position possible pour aller de l’avant avec les améliorations. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, en particulier dans la lutte avec Alpine, mais nous entrons dans la pause estivale la tête haute et dans une position positive pour nous battre dans la deuxième partie de la saison. »

Daniel Ricciardo, #3 :

« Je suis excité à l’idée d’aller en Hongrie. J’ai une bonne histoire avec le circuit pour y avoir gagné par le passé, donc j’ai hâte de relever les défis qu’il pose et d’espérer aborder la pause estivale sur une note positive. Même si je n’étais pas satisfait en France, nous avons beaucoup appris ces deux derniers jours et il y a de bonnes choses à prendre en compte ce week-end concernant les améliorations et leur optimisation pour la voiture. Allons-y, prenons du plaisir sur la piste et voyons si nous pouvons maintenir la série de doubles points ! »

Andreas Seidl :

« La dernière course avant la pause estivale pose des défis passionnants pour les pilotes. Le Hungaroring est un circuit technique avec sa nature serrée et sinueuse, ce qui signifie que les dépassements peuvent être un peu plus difficiles. Il sera très important de s’assurer que nous avons une bonne configuration pendant les essais afin d’être dans la meilleure position possible lors des qualifications. Ce sera un autre week-end très chaud pour l’équipe. Nous devons nous assurer de rester concentrés et au top de la fiabilité.

« Les améliorations apportées en France ont permis d’améliorer les performances, ce qui a permis de doubler les points. Bien qu’il y ait encore beaucoup de travail à faire en matière d’optimisation, nous sommes en bonne position pour continuer à nous battre avec Alpine pour la quatrième place du championnat des constructeurs. Merci à l’équipe pour tout le travail accompli jusqu’à la pause estivale et pour la seconde moitié du double tour, un dernier gros effort. »

Ce que disent les statistiques :

  • En termes d’histoire au Grand Prix de Hongrie, nous en avons beaucoup. Depuis qu’Ayrton Senna et Alain Prost ont terminé premier et deuxième en 1988, nous sommes devenus l’équipe la plus titrée de l’événement, en le remportant 10 fois de plus.
  • Notre premier et notre dernier vainqueur, Senna (1988, 1991 et 1992) et Lewis Hamilton (2007, 2009 et 2012), se partagent six de nos 11 victoires. Mika Häkkinen (1999, 2000), Kimi Räikkönen (2005), Heikki Kovalainen (2008) et Jenson Button (2011) s’y sont également tous imposés au volant de machines McLaren.
Senna et Prost ont terminé premier et deuxième au Grand Prix de Hongrie 1988

 

  • Daniel s’est montré plutôt habile sur le Hungaroring par le passé, marquant sa deuxième victoire en F1 sur le circuit en 2014. Il a décroché deux autres podiums depuis lors et espère utiliser son expérience du circuit pour poursuivre sa récente série de points.
  • Lando a marqué des podiums au Hungaroring au niveau de la Formule 3 européenne et de la Formule 2, mais a eu sa part de malchance sur le circuit depuis, la malchance ayant entravé ses trois courses sur le circuit à ce jour.

Ce qu’il faut surveiller :

  • « Monaco sans murs » ne semble pas être un endroit idéal pour les courses, mais ce n’est pas pour rien qu’il est le préféré des pilotes. Ce circuit serré et technique est un véritable test pour les capacités des pilotes et produit souvent des moments palpitants.
  • Il est vrai que la position sur la piste est cruciale, ce qui rend les qualifications cruciales, mais étant donné la nature poussiéreuse du circuit, cela peut conduire à une fin de séance dramatique lorsque le tarmac se nettoie et devient plus rapide. Cela rend également les séances d’essais intéressantes, car les équipes doivent faire face à l’éternelle énigme de savoir s’il faut donner la priorité au rythme d’un tour plutôt qu’au rythme de la course. Quoi qu’il en soit, attendez-vous à voir des niveaux d’appui inférieurs à ceux du Monaco.
  • Le circuit de 4,381 km n’est pas entièrement dépourvu d’opportunités de dépassement, bien que la nature serrée et sinueuse du circuit signifie qu’elles proviennent souvent d’erreurs plus que de mouvements bien synchronisés. Une fuite lente au premier virage peut être punie, tout comme une erreur dans les virages à grande vitesse du 10 au 13, une série de virages à gauche et à droite.

Aston Martin

Lance Strol, #18 :

« Ce serait fantastique de repartir avec un bon résultat ce week-end après une première moitié de saison difficile. Le Hungaroring est un grand circuit avec des virages vraiment amusants et j’aime généralement conduire ici. Il ressemble beaucoup à un circuit de karting à bien des égards ; les virages sont implacables et s’enchaînent rapidement. Nous avons montré que nous avons amélioré notre rythme de course et nous voulons poursuivre sur cette lancée pendant la pause estivale et la seconde moitié de la saison. »

Sebastian Vettel, #5 :

« La Hongrie est devenue la course traditionnelle de fin d’été avant la pause, ce qui rend important d’obtenir un bon résultat avant la fermeture. C’est un petit circuit délicat – tout le monde pense que c’est une piste à faible vitesse, mais il y a des virages rapides à l’arrière qui demandent beaucoup d’attention. Nous y avons fait une bonne course l’année dernière, et je pense que le site devrait jouer sur les forces de notre voiture, donc je suis impatient d’avoir un week-end positif. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Dépassements : Le Hungaroring est l’un des circuits les plus difficiles à doubler en F1. Les points clés de dépassement se situent dans le premier ou le deuxième virage – 94% des dépassements s’y produisent. Le DRS est également très bénéfique dans la longue ligne droite vers T1, avec 86% des dépassements facilités par le DRS.
  • Stratégie : Pirelli apporte les pneus C2, C3 et C4 pour le deuxième week-end consécutif. Malgré la dégradation élevée des pneus, il s’agit généralement d’une course à un seul arrêt en raison de l’importance de la position sur la piste. Cependant, il est possible de passer à une stratégie à deux arrêts si l’occasion se présente.
  • La possibilité d’une voiture de sécurité en milieu de course est moins probable qu’il n’y paraît. Les cinq dernières courses n’ont connu que des interventions très précoces. La voiture de sécurité virtuelle n’a été utilisée que deux fois – toutes deux en 2018. Il est donc difficile d’intégrer les interventions de la voiture de sécurité dans la stratégie de course.
Turns and sectors

 

DRS

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Si l’on regarde les points positifs du week-end du Ricard, j’ai apprécié l’interaction avec tous mes fans et le soutien du public français. En ce qui concerne notre action sur la piste, le vendredi, les nouvelles améliorations ont fourni une bonne performance, mais nous n’avons pas pu en tirer le maximum le samedi et le dimanche, et nous avons quitté la France sans aucun point au final.  Nous avons besoin d’un peu plus de temps pour évaluer le nouveau package, mais il y a évidemment une limite à ce que nous pouvons faire en quelques jours. Cependant, je sais que nos ingénieurs vont étudier toutes les données, afin que nous puissions essayer d’autres choses lors des essais du vendredi au Hungaroring, qui sera un autre week-end chaud.

J’ai généralement bien réussi en Hongrie, ça m’a toujours réussi et j’ai terminé sixième, sixième et cinquième lors des trois dernières courses que nous avons organisées là-bas et l’année dernière j’ai également réalisé le meilleur tour en course. J’aime beaucoup le tracé, c’est très sinueux et technique à conduire avec très peu de lignes droites. C’est unique en son genre et vous pouvez vraiment vous mettre dans le rythme. En termes de plaisir de conduire, le Hungaroring est l’un de mes circuits préférés. Comme toujours ici, il sera très important de bien se qualifier, car les dépassements sont traditionnellement très difficiles. Avec la pause estivale qui suit cette course, ce serait bien de partir en vacances avec un bon résultat à mon actif, pas seulement pour moi, mais pour toute l’équipe.

Vous avez besoin de beaucoup d’appui sur ce circuit, des niveaux similaires à ceux de Monaco et cela fait partie de ce que les mises à jour sont censées apporter. Nous allons pousser autant que possible pour être là où nous pensons que nous devrions être en termes de performance.

Il y a une bonne atmosphère au Hungaroring. Il y a toujours une très grande foule et quand nous rentrons en ville le soir, les fans nous attendent à l’hôtel et ils sont très excités par le Grand Prix. Il sera intéressant de voir quel genre de spectacle nous offrirons avec ces nouvelles voitures sur cette piste étroite. J’espère que nous serons performants. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« Le week-end français était important pour l’équipe car nous avons introduit une grosse mise à jour, visant principalement à produire plus d’appui. Il y avait des signes évidents d’amélioration dans les essais libres le vendredi et j’étais satisfait de ma performance en qualification, entrer en Q3 me semblait un progrès. Mais ma course a été ruinée quand Ocon m’a percuté et bien que j’ai essayé de continuer, les dégâts étaient trop importants et j’ai dû abandonner. Cela signifie également qu’il était difficile d’évaluer les changements apportés à la voiture sur une distance de course.

C’est un grand contraste de passer d’un circuit rapide comme le Ricard au Hungaroring, qui est beaucoup plus lent et sinueux, et ce week-end, nous aurons peut-être une meilleure idée de ce que les mises à jour apportent, car nous améliorons notre connaissance de leur fonctionnement. L’année dernière, lors de cette course, j’ai eu un peu de chance, car bien que je ne me sois qualifié qu’en 16e position après une séance difficile, le dimanche, avec les accidents du premier tour, j’ai finalement été classé sixième. Le Hungaroring est un circuit agréable à piloter, car vous entrez dans le rythme de tous les virages sans avoir le temps de vous détendre car il n’y a pas de longues lignes droites, mais il peut être un peu frustrant en course car si vous êtes coincé derrière une autre voiture, il a toujours été difficile de la dépasser. Je suis impatient de voir si cette année, la situation s’améliore avec ces nouvelles voitures, car jusqu’à présent, nous avons vu qu’il est généralement plus facile de doubler qu’avant. Donc, se qualifier le mieux possible sera toujours très important. Je veux bien faire, car cela rend la pause estivale qui vient plus agréable si vous avez marqué des points juste avant. »

pht. Red Bull

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend à Budapest pour la dernière manche du championnat avant la pause estivale, le Grand Prix de Hongrie. La course sur le circuit Hungaroring sera l’occasion pour Valtteri Bottas et Zhou Guanyu de revenir dans les points et d’aborder les vacances avec une dynamique positive.

La Formule 1 est un sport composé de plusieurs éléments : il y a l’élément mécanique évident, dans lequel les performances des voitures contribuent au résultat final ; il y a l’élément humain, dans lequel les pilotes, ainsi que le personnel dans le garage, sur le mur des stands et à l’usine, définissent le jour et la période précédant la course comment le potentiel de l’équipe est libéré ; et il y a l’élément mental.

La tête joue un rôle crucial en Formule 1, comme dans tout autre sport. Un esprit frais, plein de confiance et porté par les résultats, a tendance à être plus performant. Cela crée un cercle vertueux, qui s’alimente lui-même et continue à produire des résultats. Un élément clé de cette dynamique est le momentum : un bon résultat, au bon moment de la saison, peut propulser une équipe vers de nouveaux sommets. Ce week-end, c’est l’objectif.

L’Alfa Romeo F1 Team ORLEN arrive en Hongrie après 12 manches de batailles : la saison a déjà été longue, mais le moral est toujours bon et l’équipe pousse dans la même direction. Avec une pause estivale bienvenue à l’horizon, une chance pour les équipages et les travailleurs à la maison de reprendre leur souffle et de récupérer, obtenir un bon résultat maintenant signifierait aborder la fin de l’été la tête haute, avec une grande confiance et un moral élevé.

La course du Hungaroring sera une bataille. Tout le monde veut réussir et la compétition sera plus serrée que jamais. Il fera chaud – ce Grand Prix est toujours marqué par des températures caniculaires, les fans et le personnel de l’équipe regardant avec nostalgie le parc aquatique juste à l’extérieur du circuit pour trouver un répit et un réconfort temporaires. Mais il s’agit d’une course spéciale pour l’équipe, avec notre Fan Booth by ORLEN qui fera une fois de plus son apparition dans la Fan Zone pour offrir une expérience des plus engageantes à ceux qui profiteront de la course.

Nous aurons un soutien sur les stands, prêt à nous pousser. Cela correspondra à la détermination qui règne dans le garage. La pause estivale arrive, mais il reste une tâche à accomplir avant de pouvoir se reposer quelques semaines. L’élan est une belle chose et nous avons l’intention d’en tirer le meilleur parti.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« La première moitié de la saison se termine ce week-end et nous pouvons tirer un bilan ; ce fut une année passionnante jusqu’à présent, avec des hauts et des bas, et notre objectif principal ce week-end, comme toujours, est de faire un bon résultat et de ramener des points importants, qui manquent depuis un certain nombre de courses maintenant. Nous avons eu plus de difficultés que prévu en France, et étant donné que les conditions seront probablement similaires au Hungaroring, il était crucial d’analyser ce qui n’a pas fonctionné pour nous préparer pour le week-end à venir. Je suis convaincu que nous pouvons retrouver notre élan et aborder la pause estivale avec un résultat positif pour nous et l’équipe à l’usine. »

Valtteri Bottas, #77 :

 

« Avoir des courses consécutives nous offre la possibilité de rebondir immédiatement après le week-end difficile que nous avons eu en France, où rien ne semblait fonctionner en notre faveur. J’ai apprécié de courir au Hugaroring dans le passé, ayant été sur le podium ici deux fois auparavant, et je suis impatient de revenir en action sur la piste. Les fans sont toujours passionnés et accueillants ici, et ce serait bien de leur offrir un bon spectacle avant la pause estivale. L’équipe a travaillé très dur ces derniers jours pour trouver une solution à nos difficultés du week-end dernier, et avec quelques mises à jour, nous espérons pouvoir nous battre pour les points dans le milieu du peloton. »

Zhou Guanyu, #24 :

« La première moitié de ma saison de rookie s’achève ce week-end, et je peux assurément dire que j’ai beaucoup appris au cours des mois qui ont suivi mes débuts à Bahreïn. Nous avons obtenu quelques bons résultats, mais j’ai faim de plus. La course au Paul Ricard a été difficile pour nous, et une fois de plus cela nous a empêché de marquer des points. Je suis heureux d’être déjà de retour à la compétition ; j’ai déjà couru en Hongrie et je suis impatient de recommencer ce week-end. La compétition sera difficile, comme d’habitude, mais j’espère que nous pourrons rassembler nos efforts et réaliser une bonne performance pour nous remettre à notre place. »

pht. Alfa Romeo

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Le Hungaroring est un circuit court et sinueux où les dépassements sont difficiles et la gestion des pneus critique. Contrairement aux dernières courses, la plupart des équipes utiliseront une force d’appui élevée en Hongrie, et il est peu probable que nous assistions aux changements de choix d’ailerons arrière que nous avons vus à Silverstone, au Red Bull Ring et au Paul Ricard.

Les prévisions météorologiques sont typiques de Budapest à cette époque de l’année, avec des conditions généralement chaudes, mais une possibilité d’orages samedi et dimanche.

Les gommes sont les mêmes que pour le GP de France, mais la nature de la piste signifie que nous devrons faire face à des limitations différentes ce week-end, dont certaines seront dictées par la météo. Les longs virages mettront à l’épreuve les pneus et l’équilibre de la voiture et permettront de tester les récentes améliorations apportées à la FW44.

Alex Albon, #23 :

J’ai hâte d’être en Hongrie car c’est un circuit agréable et adapté aux pilotes, avec beaucoup de virages. De ce fait, les qualifications sont assez importantes par rapport aux autres circuits. Je suis impatient de voir ce que nous pouvons tirer du nouveau package, car nous avons eu l’impression d’avoir un week-end positif en France et nous espérons pouvoir nous appuyer sur cela pour la Hongrie. La pluie est annoncée pour tout le week-end, donc cela jouera un rôle, mais l’année dernière Williams a joué une bonne stratégie et cela a payé avec quelques points, donc j’espère que nous pourrons faire quelque chose de similaire.

Nicholas Latifi, #6 :

Je suis excité à l’idée de retourner en Hongrie ! L’année dernière, nous avons eu de bons souvenirs là-bas avec un double point à l’arrivée. C’était une piste sur laquelle nous semblions aller assez bien, alors j’espère que nous pourrons continuer sur cette lancée cette année. C’est la deuxième fois que j’utilise le pack d’amélioration et nous cherchons à tirer les leçons de la France pour l’optimiser un peu plus. La météo s’annonce imprévisible pour samedi, ce qui pourrait présenter quelques opportunités dont nous pourrions tirer parti pour faire un bon week-end.

 

Haut du site