23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP d’Arabie Saoudite

Pirelli

Mario Isola – Directeur du sport automobile :

 

« Il est essentiel de trouver les bons réglages et d’être prêt à tout à Jeddah, un circuit très différent de celui de Bahreïn.

« Pour le circuit rapide de Jeddah, nous avons confirmé les mêmes choix de gommes que l’année dernière, car elles ont montré une très bonne constance tout au long du week-end de course. Lors des deux courses qui se sont déroulées jusqu’à présent, le Grand Prix d’Arabie Saoudite a été assez imprévisible en raison de la présence fréquente de voitures de sécurité et de neutralisations, étant donné qu’il s’agit d’un circuit de rue typique. Un arrêt unique a été l’option la plus rapide en 2022, lorsqu’une voiture de sécurité a conduit à un arrêt au stand précoce pour la plupart des pilotes, qui ont fini la course sur le pneu dur. Max Verstappen et Charles Leclerc se sont battus avec acharnement sur cette stratégie grâce aussi à la durabilité des pneus, le pilote Red Bull s’imposant pour moins d’une seconde à l’issue d’une belle course. Les équipes devront également travailler dur sur les réglages de la voiture car elles n’auront que les essais libres pour peaufiner l’équilibre sur ce circuit avec les pneus les plus récents. La première course à Bahreïn était axée sur la traction et le freinage, alors que Jeddah se concentre plutôt sur les forces latérales, avec des caractéristiques complètement différentes de celles de Sakhir.

LES PNEUS EN PISTE

Pour le Grand Prix d’Arabie Saoudite, le C2 est le P Zero White hard, le C3 le P Zero Yellow medium et le C4 le P Zero Red soft.

Jeddah est le circuit routier le plus rapide de l’année. La piste a été conçue il y a trois ans et a été continuellement améliorée depuis. Cette année, de nouvelles bandes rugueuses ont été installées sur les échappatoires, tandis que certaines bordures ont été lissées. Un certain nombre de murs ont été repositionnés, comme ceux des virages 8 et 10 (pour améliorer la visibilité à l’entrée) et du virage 23 (pour ralentir le virage).

La configuration des voitures sera très différente de celle de Bahreïn. Pour Jeddah, il est important d’avoir une bonne stabilité dans les virages rapides qui caractérisent le circuit.

Le circuit offre un niveau d’adhérence moyen, mais le sable soufflé sur la surface peut l’influencer sur l’asphalte à faible abrasion. Le circuit, qui surplombe la mer Rouge, n’est pas particulièrement exigeant en termes de traction et de freinage, les forces latérales affectant principalement les pneus.

Comme à Bahreïn, il s’agira d’une nouvelle course de nuit, mais le départ sera donné deux heures plus tard, à 20h00. C’est à cette même heure que se dérouleront les qualifications et la FP2. Les températures devraient rester relativement constantes tout au long de ces séances et de la course. Les autres séances d’essais libres sont programmées en fin d’après-midi, sous des températures d’asphalte qui peuvent facilement être supérieures de 10 degrés.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

Après un excellent départ à Bahreïn, je ne m’attends pas à ce que la tâche soit facile à Jeddah, c’est un circuit complètement différent qui nécessite que la voiture soit rapide. Néanmoins, avec les virages à grande vitesse, je pense que nous pouvons avoir une voiture performante sur ce circuit. Les changements apportés à la piste concernent principalement la visibilité, donc j’espère que cela a amélioré un peu les choses pour nous, les pilotes, car c’était vraiment dangereux à certains endroits. C’est un circuit de rue vraiment sympa, avec pas mal d’adhérence, donc j’aime toujours y retourner pour courir.

Sergio Pérez, #11 :

Nous devons essayer de continuer sur la lancée de Bahreïn. Nous avons encore beaucoup d’améliorations à apporter à notre voiture. Nous avons recueilli beaucoup d’informations lors de la première course et nous avons beaucoup travaillé en coulisses. Il sera très intéressant de voir comment tout le monde se comporte à Jeddah cette semaine, car c’est un circuit très différent de celui de Bahreïn. J’ai hâte de retourner sur ce circuit après avoir décroché la pole position en 2022. J’ai été très malchanceux l’année dernière avec le timing de la voiture de sécurité alors que je menais la course, alors j’espère que ce sera mon tour de gagner.

  • Oracle Red Bull Racing a mené tous les tours de la première course à Bahreïn, ce que l’équipe n’a réussi à faire que lors de deux Grands Prix au cours de la saison 2022 (Émilie-Romagne et Singapour).
  • Checo s’est élancé de la pole position pour la première fois de sa carrière lors du GP d’Arabie Saoudite 2022, 11 ans jour pour jour après ses débuts en Formule 1 lors du GP d’Australie 2011. Il est ainsi devenu le premier pilote mexicain à se qualifier en P1.
  • La victoire de Max à Bahreïn est sa 36e avec l’équipe, ce qui le place à deux victoires du record de l’équipe établi par Seb Vettel entre 2009 et 2013.
  • Les RB18 de Max et Checo étaient les deux voitures les plus rapides en ligne droite à Jeddah l’année dernière, et de loin. Checo a atteint 335,1 km/h lors des qualifications, Max le suivant de près avec 334,1 km/h. La voiture la plus rapide suivante (la Haas de Kevin Magnussen) a atteint 330,0 km/h.
  • Jeddah est le circuit routier de F1 le plus rapide au monde, avec une vitesse moyenne au tour de 253 km/h. Une course entièrement sous drapeau vert pourrait être le Grand Prix le plus rapide jamais organisé sur un circuit, à l’exception de Monza, mais les deux premiers GP d’Arabie saoudite ont été perturbés par des voitures de sécurité et/ou des drapeaux rouges.
  • Le circuit de Jeddah Corniche n’a pas seulement vu une victoire de Red Bull au Grand Prix, il a également accueilli la finale mondiale de Red Bull Car Park Drift en décembre 2022, au cours de laquelle 24 drifters de 18 pays différents se sont affrontés pour être couronnés roi du drift. Le titre a été remporté par l’Égyptien Hisham Al-Khatib.

Aston Martin

Fernando Alonso, #14 :

« La voiture se sentait très bien à Bahreïn et nous avons apprécié notre week-end en décrochant notre premier podium de la saison. Mais nous nous concentrons désormais sur ce week-end et sur Jeddah. Ce sera un défi très différent car le circuit est complètement différent de celui que nous avons connu lors de la première course. Nous avons passé deux semaines à Bahreïn, et nous nous sommes tous familiarisés avec le circuit et les conditions, donc la courbe d’apprentissage à partir de ce vendredi sera beaucoup plus raide.

« De manière réaliste, je ne pense pas qu’il faille attendre l’Australie pour savoir où en est la performance globale, car nous aurons alors vécu trois week-ends de course très différents sur des circuits variés, à Bahreïn, en Arabie Saoudite et en Australie. Nous restons les pieds sur terre et nous devons travailler dur pour maintenir ce départ et essayer d’obtenir un autre bon résultat ce week-end. »

Lance Strol, #18 :

« J’ai été très satisfait de notre performance à Bahreïn, nous devons donc faire de notre mieux pour apporter cette dynamique positive à la deuxième course de l’année en Arabie Saoudite. Comme toujours, les premières courses de la saison sont l’occasion d’apprendre les subtilités de la nouvelle voiture. Le circuit de Jeddah est complètement différent de celui de Bahreïn, il nous offre donc une opportunité inestimable de collecter plus de données et d’approfondir notre compréhension de l’AMR23.

« Le Jeddah Corniche Circuit est un circuit incroyablement rapide, et le circuit de rue le plus rapide du calendrier, il est donc très amusant à piloter mais représente également un véritable défi. Nous avons vu des voitures de sécurité les deux fois où nous avons couru en Arabie Saoudite, nous devons donc nous assurer que nous sommes prêts à capitaliser sur toutes les opportunités qui se présentent à nous.

Cognizant : la perspicacité et la rapidité au service de l’innovation

Interruptions de course : En raison de sa nature rapide et de la proximité des murs, le Grand Prix d’Arabie saoudite n’a pas manqué d’interruptions au cours de sa courte histoire. La course inaugurale a été marquée par deux drapeaux rouges et quatre voitures de sécurité virtuelle. L’année dernière, il n’y a eu qu’une seule voiture de sécurité et deux voitures virtuelles de sécurité.

Stratégie : Les composés C2, C3 et C4, utilisés l’an dernier, sont de retour et sont un peu plus tendres que le trio de pneus utilisé à Bahreïn. La stratégie est souvent dictée par les incidents de course, ce qui signifie que les équipes doivent être prêtes à rentrer tardivement aux stands pour changer de pneus.

Dépassement : Bien que le Jeddah Corniche Circuit comporte 27 virages, plus que tout autre circuit du calendrier, il n’y a que deux possibilités de dépassement significatives. Les virages 1 et 27 représentent 89 % de tous les dépassements effectués à ce jour. Une courte course vers T1 au départ limite les possibilités de dépassement dans le premier tour.

DRS

 

Turns and sectors

Mercedes

La deuxième manche de la saison 2023 de Formule 1 en Arabie Saoudite

Toto parle de l’Arabie Saoudite :

Nos performances à Bahreïn n’ont pas été à la hauteur de nos espérances. Mais c’est la position dans laquelle nous nous trouvons et il faut déjà travailler à plein régime sur la voiture, la comprendre et travailler pour l’améliorer. C’est un défi passionnant pour nous tous.

Depuis Bahreïn, nous avons eu des discussions ouvertes et honnêtes à partir desquelles nous avons commencé à planifier notre retour. À court terme, nous ne négligeons aucune piste dans la recherche de la performance. À plus long terme, nous nous concentrons sur notre développement afin de déterminer la manière dont nous parviendrons à la tête de la course. J’ai déjà ressenti l’énergie et la détermination qui règnent dans l’usine et je sais que cela va continuer à aller de l’avant.

Tout peut arriver dans la course automobile, alors nous travaillerons à Djeddah pour maximiser chaque partie de notre performance, pourchassant chaque point, chaque position et chaque milliseconde. C’est l’une des grandes forces de notre équipe de pilotes avec Lewis et George. Nous sommes des coureurs et nous donnons tout ce que nous avons à chaque fois que nous entrons en piste.

Ce week-end en Arabie saoudite, nous en apprendrons davantage sur la W14, ses caractéristiques et ses limites. C’est un test très différent de celui de Bahreïn et il sera intéressant de voir comment la voiture réagit. Nous apportons quelques petits développements à la voiture : ils ne changeront pas la donne, mais ils peuvent nous faire avancer dans la bonne direction. Nous ferons tout notre possible pour créer des opportunités et, je l’espère, nous donnerons une meilleure image de nous-mêmes qu’à Bahreïn.

Fiche d’information : Grand Prix d’Arabie saoudite

  • Le Grand Prix d’Arabie saoudite se déroule sur le circuit de Jeddah Corniche, situé sur le front de mer, à proximité de la mer Rouge.
  • L’endroit présente des défis similaires à ceux d’Abu Dhabi, avec du sable soufflant sur la piste et des changements de direction du vent entre le jour et la nuit.
  • Le Jeddah Corniche Circuit possède le plus grand nombre de virages de tous les circuits du calendrier de la F1, soit 27 : 16 à gauche et 11 à droite.
  • C’est aussi le deuxième circuit le plus long que nous visitons, avec 6,174 km. La gestion de l’énergie sur l’ensemble du tour est donc délicate et met davantage l’accent sur les performances du MGU-H et du système hybride.
  • Avec de nombreuses longues lignes droites, les pilotes passent plus de 80 % du tour à plein régime et le circuit est classé premier en termes de temps passé et de distance parcourue, en utilisant cette métrique.
  • Il y a six phases de freinage sur le tour, dont deux sont qualifiées de « lourdes ».
  • Le virage 13 présente une pente de 12 %, les virages inclinés ouvrant plus de lignes et aidant à prendre de l’élan dans la prochaine section à grande vitesse.
  • Le virage 2 est le plus lent du circuit, pris à environ 80 km/h, tandis que les plus rapides sont les virages 20, 21 et 26, pris à 300 km/h.
  • La sensibilité, qui décrit où se situe le temps au tour, est très fortement orientée vers les performances dans les virages à grande vitesse.
  • En raison de sa nature de circuit de rue, Jeddah présente un risque élevé d’incidents entraînant le recours aux voitures de sécurité. Lors des deux dernières courses en Arabie Saoudite, il y a eu deux périodes de voiture de sécurité, deux drapeaux rouges et cinq périodes de voiture de sécurité virtuelle.
  • Plusieurs changements ont été apportés au circuit après la course de l’année dernière « pour offrir des courses plus fluides, plus sûres et encore plus passionnantes ».
  • Il s’agit notamment des éléments suivants :
    • Des « lignes de choc » – qui provoquent une perte d’adhérence et ralentissent les voitures – ont été ajoutées dans les virages 3, 14, 19, 20 et 21.
    • Les bordures en acier ont été remplacées par des bordures biseautées dans les virages 4, 8, 10, 11, 17 et 23.
    • Les lignes de visibilité des conducteurs, qui posaient problème dans les deux dernières éditions, ont été améliorées, le mur de clôture ayant été reculé aux virages 14 et 20 de 7,5 m et 5 m respectivement.
    • Le mur de clôture des virages 8 et 10 a également été ajusté pour améliorer la visibilité du virage à venir.
    • Les virages 22 et 23 ont également été modifiés, la clôture du virage 23 ayant été ajustée et une bordure biseautée ayant été ajoutée – ce qui devrait permettre de réduire la vitesse d’environ 50 km/h.

Ferrari

GP d’Arabie Saoudite Entre les murs de Jeddah pour la première course de rue de l’année

La deuxième course de la saison se déroule sur le circuit de la corniche de Jeddah, présenté comme « le circuit de rue le plus rapide du monde ». Il compte 27 virages, le nombre le plus élevé de tous les circuits du calendrier, et mesure 6,1 kilomètres de long, ce qui en fait le plus long circuit de Formule 1. Bien qu’il s’agisse d’une installation temporaire, certaines parties de la piste, le long du front de mer de Jeddah, sont permanentes.

Au crépuscule ou plus tard. Chaque séance de piste commence au crépuscule ou pendant la nuit. Les qualifications et la course se déroulent donc sous les projecteurs, lorsque la température de la piste est beaucoup plus basse que pendant les essais libres 1 et 3, qui commencent lorsque le soleil commence à se coucher. Le circuit présente un mélange de longs virages larges pris à très grande vitesse et de sections étroites et sinueuses, ce qui fait que les pilotes sont très occupés. La surface de la piste offre un bon niveau d’adhérence, sans être trop abrasive. On peut s’attendre à ce que les conditions de piste évoluent considérablement au cours du week-end, une stratégie de pneus à un seul arrêt étant la plus probable.

Zones DRS. Il y a trois zones DRS : entre les virages 20 et 22, entre les virages 24 et 27 et sur la ligne droite de départ et d’arrivée, ce qui signifie qu’il y a de nombreuses possibilités de dépassement, ce qui est inhabituel pour un circuit de rue. L’action commence le vendredi avec deux séances d’essais libres à 16h30 et 20 heures locales (14h30 et 18 heures CET), tandis que le samedi se déroule la troisième séance d’essais libres à 16h30 (14h30 CET), suivie des qualifications à 20 heures (18 heures CET), en même temps que le départ de la course le dimanche. Les pilotes couvriront 50 tours, soit 308,45 km.

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe :

« Nous sommes revenus du Grand Prix de Bahreïn avec une première image des forces et faiblesses de notre voiture et des indications utiles pour progresser. En comparant les performances de la SF-23 en qualification et en course, nous constatons qu’il y a encore de la marge pour améliorer notre performance du dimanche. Nous travaillons bien en tant qu’équipe pour extraire le maximum de notre package à la fois en termes de conduite et de fiabilité. Nous avons trouvé la cause du problème qui a arrêté Charles à Sakhir et nous utiliserons le troisième CU sur sa voiture, ce qui signifie que nous prendrons une pénalité sur la grille.

Le circuit d’Arabie Saoudite est très différent de celui de Bahreïn en termes de tracé et de surface, et la vitesse de pointe est particulièrement importante. Je suis persuadé que nous pouvons réaliser un meilleur week-end ici ».

Trois questions à… Matteo Togninalli, responsable de l’ingénierie de piste :

  1. L’Arabie Saoudite accueille la deuxième manche de la saison sur le circuit de Jeddah Corniche. La course se déroule de nuit sur une piste à très haute vitesse, avec des virages et des murs aveugles. Quel est le plan d’action pour le week-end afin de donner aux pilotes tout ce dont ils ont besoin ?

« J’ai eu ce sentiment assez souvent dans ma carrière, mais je dois admettre que cette fois-ci, c’est encore plus spécial. Je peux sentir la passion non seulement de chaque employé à Maranello, mais aussi des tifosi – et il ne m’a fallu que quelques mois pour être contaminé par cette passion et cette excitation. Nous sommes impatients de commencer la saison ».

  1. Cette course comporte une forte probabilité de drapeaux rouges, de voitures de sécurité et de voitures de sécurité virtuelles.

« Les essais ont été bons et les trois jours de la semaine dernière ont montré que la voiture correspondait à nos attentes et nous devons maintenant continuer à la peaufiner pour en tirer le meilleur parti. Une chose est claire : ce sera le championnat avec le plus grand nombre de courses, donc quel que soit le résultat, le titre ne sera ni gagné ni perdu à Bahreïn ».

  1. On demande souvent aux pilotes quel type de circuit ils préfèrent, mais quel est celui que les ingénieurs préfèrent ?

« Nous connaissons assez bien le circuit, mais les changements de température de l’air et de la piste, ainsi que les changements de vent, et les nouveaux pneus Pirelli rendront la mise au point de la voiture très délicate, mais Carlos et Charles ont collecté beaucoup de données au cours des trois journées d’essais, et nous devrions donc être bien préparés pour un bon week-end ».

Matteo Togninalli, Nationalité : Italien, Né le 27/9/1977 à Berbenno (Italie)

Charles : prêt à relever le défi, pressé d’arriver

Charles Leclerc est heureux d’être de retour dans le paddock de Jeddah, même s’il devra écoper d’une pénalité sur la grille de départ pour cette deuxième course de la saison, suite à l’installation d’une troisième unité de contrôle sur sa SF-23.

Un défi intéressant. « Il est indéniable que le début de saison ne s’est pas déroulé comme nous l’espérions », a déclaré le Monégasque lors de sa rencontre avec la presse. « Un abandon à Bahreïn et une pénalité ici, ce n’est vraiment pas ce que nous voulions. Mais quand je suis rentré à Maranello après la course de Sakhir, j’ai trouvé un groupe uni qui tirait tous dans la même direction. C’est l’atmosphère que je m’attendais à trouver et cela signifie que je suis particulièrement motivé pour ce week-end. Je pense que ce circuit conviendra mieux à notre SF-23 que celui de Sakhir et le problème qui m’a arrêté là-bas a été résolu, donc je suis confiant que nous avons le potentiel pour gagner rapidement des places en course et nous installer aux avant-postes ».

Variables. Charles doute de pouvoir égaler le rythme de Max Verstappen et Sergio Perez, mais cela mis à part, tout est possible. « Je m’attends à être compétitif en qualifications et à ce que dimanche nous soyons dans le coup. La voiture de sécurité joue souvent son rôle ici et nous devrons être courageux pour profiter de toute opportunité qui se présentera. En devant revenir de l’arrière, je serai agressif, comme c’est ma nature, et j’espère que les longues lignes droites nous aideront. »

Matteo Togninalli, Nationalité : Italien, Né le 27/9/1977 à Berbenno (Italie)Statistiques Ferrari :

  • GP disputés 1053
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,98%)
  • Pole positions 242 (22,98%)
  • Tours les plus rapides 259 (24,60%)
  • Total des podiums 798 (25,26%)

Statistiques Ferrari Grand Prix d’Arabie Saoudite :

  • GP disputé 2
  • Débuts 2021 (C. Leclerc 7ème ; C. Sainz 8ème)
  • Vainqueurs 0
  • Pole positions 0
  • Tours les plus rapides 1 (50%)
  • Total des podiums 2 (33,33%)

Grand Prix d’Arabie Saoudite : faits et chiffres

 

0″549. La marge entre Max Verstappen et Charles Leclerc lors du Grand Prix d’Arabie saoudite de l’année dernière. Les deux hommes se sont livrés un duel passionnant pour la tête de la course jusqu’au dernier tour, décidé par cette marge infime, la plus petite de toute la saison.

 

  1. C’est le nombre de leaders différents lors des deux éditions du Grand Prix d’Arabie Saoudite. Le seul pilote à avoir mené les deux est Max Verstappen. En 2021, à part lui, Lewis Hamilton a mené pendant 18 tours et Esteban Ocon pendant un seul. L’an dernier, hormis le Néerlandais, Charles Leclerc a mené pendant 30 et Sergio Perez pendant six.

 

  1. C’est le nombre de sites UNESCO en Arabie saoudite. Il s’agit du site archéologique d’Al-Hikr, le plus grand site préservé de la civilisation nabatéenne ; du quartier d’Al-Turayf, la première capitale de la dynastie saoudienne, située au cœur de la péninsule arabique, au nord-ouest de Riyad ; du centre historique de Jeddah ; de l’art rupestre de la région de Ha’il ; de l’oasis d’Al-Hasa et de la zone culturelle de Bir Hima, dans le sud-ouest aride et montagneux du pays, sur l’une des anciennes routes caravanières de la péninsule arabique. C’est aussi le site d’une importante collection d’images d’art rupestre, représentant la chasse, la faune et la flore et un mode de vie qui a perduré pendant sept mille ans.

 

  1. C’est le nombre de dépassements sur les deux premières éditions du Grand Prix d’Arabie saoudite, répartis en 27 en 2021 et 33 en 2022. Le pilote qui a réussi le plus de dépassements est Lewis Hamilton avec neuf (2 en 2021, 7 en 2022), suivi de Lando Norris avec six (2 en 2021 et 4 en 2022) et Valtteri Bottas avec cinq (3 en 2021 et 2 en 2022). Carlos en a quatre à son actif, tous en 2021, et Charles en a trois (2 en 2021 et 1 en 2022).

 

  1. C’est la vitesse en km/h à laquelle l’eau sort de la fontaine Re Fahd à Djeddah sur la Corniche. Elle s’inspire du Jet d’Eau de Genève et a été inaugurée en 1985. La fontaine utilise l’eau de la mer Rouge et atteint une hauteur de 312 mètres à une vitesse supérieure à celle des voitures de Formule 1 actuelles. Illuminée la nuit, elle est visible de partout dans la métropole saoudienne.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake se rend à Jeddah pour la deuxième manche du championnat du monde de Formule 1 2023, le Grand Prix d’Arabie saoudite. Après une bonne performance lors de l’ouverture de la saison, l’équipe cherchera à poursuivre sa série de points sur le circuit de rue serpentant le long de la Corniche de Jeddah.

Entre deux mondes

La Formule 1 est un sport en mouvement. Toute l’organisation a fait un art du camping et du décampement d’un coin à l’autre du globe, à la recherche d’une nouvelle destination, d’une nouvelle course, d’un nouveau frisson : le faire de manière efficace, efficiente et durable est une science en soi.

Il n’y a pas que les voitures, les garages et les équipements qui sont nécessaires à travers le monde, mais aussi tout ce qui va des appareils de cuisine, des assiettes et des couverts aux caisses de cahiers, aux ours en peluche et autres articles de l’équipe pour les invités et les fans. Les prouesses logistiques nécessaires à la réalisation de ce spectacle sont tout aussi impressionnantes que les voitures en piste, et les hommes et les femmes qui y participent sont quelques-uns des héros méconnus de ce sport.

À l’instar d’un cirque itinérant, la Formule 1 est une grande famille qui se déplace d’un endroit à l’autre : parfois différente, souvent similaire, toujours intéressante. Ainsi, cette semaine, notre équipe passe d’un royaume – Bahreïn – à un autre, le Royaume d’Arabie saoudite (pour donner son nom officiel). Mais ce n’est pas seulement physiquement que l’Alfa Romeo F1 Team Stake se trouve entre deux royaumes. Car il y a plus que ce que le mot « royaume » implique – des significations qui vont au-delà des têtes couronnées et des dynasties de la vieille Europe ou du Moyen-Orient.

L’équipe elle-même est une combinaison de deux royaumes, car ses deux âmes – l’une fixe, l’autre toujours en mouvement – coexistent dans une capacité d’auto-affirmation : l’équipe de course, qui voyage d’un événement à l’autre, et l’équipe locale, qui permet tout ce que nous faisons à partir de notre siège de Hinwil. Les deux domaines dépendent l’un de l’autre ; aucun n’existerait sans l’autre ; les deux s’encouragent mutuellement, créant un cycle vertueux de motivation. Le domicile et l’extérieur sont l’expression d’une même idée : deux réalités, une seule équipe.

Deux domaines, l’un ancré dans le monde réel, l’autre s’élevant dans le monde virtuel, sont également ceux dans lesquels l’équipe vit lorsqu’elle court. Alfa Romeo F1 Team Stake n’est plus seulement constitué de personnes, de voitures et d’équipements, expressions tangibles de son existence : il s’étend dans le virtuel, s’adressant à de nouveaux publics et proposant de nouvelles façons d’y accéder. Dans le paddock de Jeddah, l’équipe présentera une nouvelle expérience dans le métavers, où elle crée une plateforme hyperréaliste avec son partenaire Everdome. Dans la fan zone, l’équipe s’adressera à ses supporters par le biais d’une activation innovante de réalité augmentée avec Sensetime. Ce sera un moyen pour l’équipe de se rapprocher des fans proches et lointains, en explorant de nouveaux espaces et de nouvelles façons d’interagir – en repoussant les limites d’une nouvelle réalité, tout comme nous ne cessons jamais de développer nos voitures à la base.

Alors que nous nous préparons pour la deuxième manche de la saison, nous passons d’un domaine à l’autre – mais regardez de plus près et vous verrez que nous le faisons de plus d’une façon.

Citations de l’équipe

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Marquer des points pour nos débuts a été une excellente façon de lancer notre saison, une récompense pour le travail acharné accompli par tous les membres de l’équipe au cours de l’hiver et une confirmation des progrès que nous avons accomplis. Nous ne devons cependant pas nous reposer sur nos lauriers, car nous avons eu la preuve à Bahreïn que le peloton est très serré cette année, et que quelques dixièmes peuvent faire une énorme différence en termes de résultats. Nous savons que si nous faisons bien nos devoirs et que nous exploitons tout le potentiel de notre voiture, nous avons la possibilité de continuer à nous améliorer et d’obtenir des résultats encore meilleurs, et c’est ce que nous allons faire ce week-end : nous devons être au top de l’exécution car nous avons l’opportunité de ramener plus de points à la maison. Ce sera également un week-end important en dehors du garage, car nous avons un programme chargé d’activations avec certains de nos partenaires clés : nous ne négligerons rien, tant sur la piste qu’en dehors. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Nous avons pris un excellent départ à Bahreïn, en terminant dans les dix premiers lors de la première course de la saison. Nous avons fait partie des cinq meilleures équipes pendant toute la durée de la course et nous avons fait preuve d’un excellent travail d’équipe tout au long du week-end. Cependant, comme toujours, il y a de la place pour l’amélioration. À l’approche de Jeddah, nous devons continuer sur notre lancée et nous concentrer sur la poursuite du bon travail accompli jusqu’à présent. Nos collègues à Hinwil travaillent dur pour préparer les améliorations pour les prochaines courses, tandis que nous nous concentrons sur notre progression et sur l’obtention de bons résultats pour l’équipe. Notre voiture est solide et nous savons que nous pouvons nous battre contre nos concurrents. Une fois de plus, l’attention portée aux détails sera essentielle pour être aux avant-postes dès le début du week-end. »

Zhou Guanyu, #24 :

« J’ai été heureux d’apporter ma contribution en réalisant le meilleur tour et en prenant un point à nos adversaires. Alors que nous nous rendons en Arabie Saoudite pour la deuxième manche du championnat, j’ai faim et je suis déterminé à ouvrir mon compteur de points pour la saison. A Bahreïn, notre voiture s’est améliorée de jour en jour, ce qui montre que nous allons dans la bonne direction : nous devons continuer à trouver des marges pour poursuivre notre progression et nous améliorer encore. Nous pouvons d’ores et déjà prévoir que le peloton sera à nouveau serré, mais si nous parvenons à tirer toutes les performances possibles de notre voiture et de notre équipe, je ne vois pas pourquoi nous ne viserions pas encore plus haut ce week-end. »

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente en avant-première la deuxième course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023, le Grand Prix d’Arabie saoudite sur le circuit de Jeddah Corniche.

Les pilotes Esteban Ocon et Pierre Gasly livrent leurs pensées avant le troisième Grand Prix d’Arabie saoudite ainsi que leurs réflexions sur l’ouverture de la saison à Bahreïn, tandis que le directeur d’équipe Otmar Szafnauer partage ses sentiments pour la deuxième course de l’année.

Otmar Szafnauer :

« Nous avons quitté Bahreïn avec des sentiments mitigés. D’un côté, nous sommes satisfaits d’avoir marqué des points, car Pierre est parti du fond de la grille pour atteindre la neuvième place, et sa course a nécessité de bonnes décisions, une stratégie bien exécutée et un rythme de course élevé, ce dont nous avons fait preuve. D’un autre côté, nous avons commis trop d’erreurs tout au long du week-end, et nous pouvons tous faire mieux pour les corriger. Je pense que la course d’Esteban était un cas unique, le point culminant d’une série d’erreurs, certaines de son côté, d’autres opérationnelles, et son côté du garage rebondira sans aucun doute en Arabie Saoudite. Pour l’instant, nous savons que la A523 a du potentiel. Nous n’avons pas encore tout exploité au maximum et il y a du travail devant nous pour y parvenir. La saison est longue, nous avons commencé avec des points et nous devons continuer à pousser en tant qu’équipe.

Esteban Ocon, #31 :

« Jeddah est un circuit unique en Formule 1. C’est un circuit de rue très rapide et fluide et la majeure partie du tour se fait à plein régime, ce qui est très excitant. Le circuit a été modifié cette année pour améliorer la sécurité et la visibilité à l’entrée des virages. Nous ferons donc part de nos commentaires sur ces changements vendredi après les essais pour voir s’ils sont efficaces. En ce qui concerne la course à Jeddah, nous savons que les dépassements sont possibles, que les voitures de sécurité sont nombreuses étant donné la nature du circuit, et que nous devons donc rester prêts à faire face à toutes les éventualités. Toute l’équipe est prête et motivée pour un meilleur week-end afin de lancer notre saison.

Pierre Gasly, #10 :

« Dans l’ensemble, j’ai été assez satisfait [à Bahreïn], en particulier le dimanche pour passer de la dernière à la neuvième place et ramener des points à la maison. Je sais qu’il reste encore beaucoup à faire, tant pour moi que pour l’équipe, car nous ne sommes pas encore à 100 %. C’est pourquoi nous avons également quitté Bahreïn avec une certaine déception, car tout ne s’est pas mis en place et il est important que nous mettions tout en place pour être sûrs d’obtenir la meilleure performance possible. J’ai apprécié mes débuts sous les couleurs d’Alpine, toute l’équipe est si talentueuse et motivée pour réussir et je suis impatient de voir ce que nous pouvons réaliser lorsque nous exécuterons un week-end de course plus fluide. »

Le saviez-vous ?

Ce week-end, Esteban Ocon disputera sa 63e course pour l’écurie de F1 Renault, ce qui fait de lui le deuxième pilote le plus ancien dans l’histoire du constructeur.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Nous retournons à Jeddah pour la deuxième course de la saison 2023. Bien que le circuit ait subi d’importantes modifications depuis l’année dernière, il conserve ses caractéristiques fondamentales et offre un défi très différent de celui de Bahreïn.

Nous avons passé deux semaines productives à Bahreïn et nous avons pu tirer de nombreux points positifs du week-end de course. Nous devons maintenant relever le défi d’adapter rapidement la voiture au circuit de Jeddah Corniche, qui est beaucoup plus sensible à la traînée que le circuit de Bahreïn. Le circuit comporte quelques virages délicats qui mettent la voiture et les pilotes à rude épreuve. Chaque tour faisant plus de 6 km, il y a peu d’occasions de pratiquer ces virages avant la séance de qualification.

Comme lors de la dernière édition, les séances clés se déroulent en soirée et nous devrons être attentifs aux changements de vent et de température après le coucher du soleil. La surface de la piste est beaucoup plus lisse qu’à Bahreïn et Pirelli a fourni des pneus plus souples pour cette épreuve.

Nous sommes impatients de nous attaquer à ce circuit charismatique et d’améliorer notre compréhension de la FW45.

Alex Albon, #23 :

Jeddah est un circuit de rue très amusant et j’ai hâte d’y être, mais c’est l’un de ces circuits où la confiance est très importante et où vous devez vous y préparer tout au long du week-end. Sur le papier, c’est un circuit qui pourrait nous convenir un peu mieux que Bahreïn, alors nous verrons une fois sur place. Nous sommes encore en train de comprendre la voiture et il sera intéressant d’aller sur un circuit différent pour en apprendre davantage sur la voiture.

Logan Sargeant, #2 :

J’ai vraiment hâte d’être à la deuxième manche en Arabie Saoudite. Nous avons construit une bonne base de travail à Bahreïn. J’espère que nous pourrons continuer à être compétitifs et à nous améliorer en tant qu’équipe. De toute évidence, Jeddah est un circuit très difficile, alors nous allons devoir nous concentrer sur le week-end avec l’objectif de revenir avec un résultat positif.

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21 :

« C’était génial de commencer enfin notre saison et notre campagne ensemble à Bahreïn. Le chemin a été long jusqu’à ce moment et, en fin de compte, nous sommes des coureurs, nous voulons aller sur le terrain et être compétitifs. Je suis très heureux que la première course soit terminée et que nous soyons en train de prendre le rythme de la course.

Certaines parties de mon premier week-end complet de F1 ont été un peu plus chargées que ce à quoi j’étais habitué, mais en toute honnêteté, tout a été bien organisé et géré. En fin de compte, toutes les séries de courses professionnelles fonctionnent de manière assez similaire. Évidemment, la Formule 1 est une plateforme beaucoup plus importante, mais en ce qui concerne le week-end lui-même, il n’y a pas eu de grandes surprises. Bien sûr, il y a un peu plus de travail médiatique et d’autres activités, mais en fin de compte, ce qui se passe sur la piste reste le plus important.

Je pense qu’il ne faut pas se cacher que nous ne sommes pas exactement là où nous voulons être en termes de performance. Il y a encore beaucoup de travail à faire. Nous avons l’impression que nous devons réduire l’écart encore plus dans les virages à basse vitesse et Bahreïn en a beaucoup, alors nous espérons que l’Arabie Saoudite conviendra un peu mieux à notre package. En fin de compte, le milieu de terrain est extrêmement serré et la lutte pour les points va être difficile parce qu’il y a au moins quatre équipes en tête qui ont déjà pris huit positions. Ce sera un défi, mais nous devons nous assurer que nous ne laissons rien de côté afin de capitaliser sur les opportunités potentielles.

La dégradation des pneus a été un facteur important lors de la première course, mais je pense que Bahreïn est une exception en matière de dégradation. Le tarmac est probablement le plus vieux du calendrier, donc je suis très confiant qu’en Arabie Saoudite ce sera une autre histoire, mais nous devrons attendre et voir si cela joue en notre faveur. Je pense que nous avons été positivement surpris par notre performance en course à Bahreïn. Nous étions clairement dans le coup, mais encore une fois, il ne s’agit que d’un seul week-end. Je pense que nous devons faire plus de courses pour avoir une vue d’ensemble avant de tirer des conclusions. Faire une journée d’essais pour Pirelli à Sakhir après le Grand Prix a été utile. Tous les kilomètres parcourus sont les bienvenus, surtout à cette époque de l’année. C’est pourquoi il nous a été très utile de le faire.

En ce qui concerne l’Arabie Saoudite, j’ai assisté à la course l’année dernière, mais je n’ai jamais roulé sur le circuit de Jeddah, même si je l’ai fait assez souvent sur le simulateur, la dernière fois la semaine dernière. Il a l’air très cool : rapide et délicat. Honnêtement, j’ai hâte de relever le défi, d’apprendre un nouveau circuit et de reprendre la course.

Yuki Tsunoda, #22 :

« Après le week-end à Bahreïn, il est clair que nos performances sont très éloignées de ce que nous souhaitions pour la première course, d’autant plus que notre objectif est d’être aux avant-postes du peloton. Nous devons encore améliorer les performances de notre voiture. Nous avons fait un pas en avant entre vendredi et samedi, ce qui m’a permis d’atteindre la Q2, ce qui était bien. En fin de compte, nous n’avons pas été assez réguliers pour atteindre la Q3. L’année dernière, nous nous battions avec Williams pour les places 9 et 10 au classement des constructeurs. Cela signifie que nous devons nous concentrer sur le développement de notre voiture et, en ce qui me concerne, je dois essayer d’extraire le plus de performance possible de la voiture et je dirais que j’ai réussi à le faire à Bahreïn dimanche.

Je sais où nous avons des difficultés, mais pour ce week-end en Arabie Saoudite, j’ai plus d’espoir que nous puissions faire mieux qu’à Bahreïn. Je vais m’efforcer de donner à l’équipe le plus d’informations utiles possible et nous verrons ensuite comment les choses se passent. Je pense que la nature rapide de la piste saoudienne conviendra mieux à notre package, alors attendons de voir.

Passer plus de temps dans la voiture, conduire pendant une journée aux essais Pirelli juste après Bahreïn a été très utile. C’est plus avantageux de le faire en début de saison que lors des tests de fin d’année. Du point de vue du pilote, il est préférable de parcourir beaucoup de kilomètres en début de saison, car cela vous permet de mieux comprendre votre voiture et ses réglages. J’ai fait beaucoup de kilomètres et j’ai roulé à fond toute la journée !

L’année dernière, mon week-end saoudien ne s’est pas du tout déroulé comme prévu, car des problèmes techniques m’ont empêché de rouler le samedi et de prendre le départ de la course le dimanche. Je trouve que c’est un circuit agréable à piloter. Il est vraiment unique, le secteur 1 en particulier avec les esses à grande vitesse, qui sont très spécifiques au circuit saoudien et que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le calendrier. L’année dernière a été malheureuse et j’ai trouvé cela très frustrant, car j’avais vraiment apprécié les qualifications ici en 2021, lorsque j’avais obtenu le huitième temps. Notre fiabilité avec la voiture de cette année a été bonne jusqu’à présent. Lors des essais et de la première course, nous n’avons pas eu de problèmes majeurs, donc je suis confiant que cette année je conduirai toutes les séances du vendredi au dimanche, et je suis impatient d’y être. »

Yuki Tsunoda sur la constance en F1 – Derrière la visière

Après avoir connu une saison 2022 plus robuste en F1, où il a trouvé plus de constance dans son pilotage, Yuki Tsunoda a pour objectif de s’améliorer encore en 2023. Tout cela et bien plus encore dans notre dernier épisode de Behind the Visor !

McLaren

« L’équipe se rend en Arabie Saoudite avec un état d’esprit et une détermination renouvelés.

Nous ne perdons jamais. Soit nous gagnons, soit nous apprenons. C’est la devise que nous suivons chez McLaren, et après le début de saison décevant que nous avons connu à Bahreïn, c’est une maxime qui nous a poussés à retourner au Centre technologique McLaren.

Depuis notre retour du désert de Sakhir, nous avons travaillé la tête baissée sur des solutions, impatients de retourner sur le terrain. Lando et Oscar ont fait des tours de simulateur pendant que les ingénieurs analysaient les données.

Bien que nous soyons de retour au Moyen-Orient, le Jeddah Corniche Circuit est un type de piste très différent du Bahrain International Circuit. Pour savoir pourquoi, et ce que vous pouvez attendre de la deuxième manche, nous nous sommes entretenus avec le directeur de l’équipe, Andrea Stella, et les pilotes Lando et Oscar, afin d’obtenir des informations sur le circuit urbain d’Arabie saoudite. Nous avons également rassemblé toutes les statistiques clés, des informations sur le circuit et des conseils sur la tenue vestimentaire à adopter.

Lando Norris, #4 :

« C’est agréable de revenir sur le circuit de Jeddah. La vitesse y est excellente et j’adore les circuits de rue, alors j’ai hâte de m’y mettre. J’ai obtenu un bon résultat ici l’année dernière, et Bahreïn a montré que nous avions un bon rythme de course, donc une place dans les points est tout à fait envisageable.

« L’équipe travaille sans relâche pour apprendre tout ce qu’elle peut de Bahreïn et pour apporter des changements afin d’avoir un meilleur week-end en piste en Arabie Saoudite. Nous savons qu’il y a beaucoup de travail à faire pour arriver là où nous voulons être, mais j’ai confiance en l’équipe et je sais qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour que nous soyons meilleurs. Allons-y et donnons tout ce que nous avons. »

Oscar Piastri, #81 :

« Je suis impatient de courir sur le circuit de Jeddah Corniche. J’ai déjà couru ici en F2, j’ai donc une certaine expérience de la rapidité du circuit, et je suis impatient de monter dans une F1. Il y a des éléments intéressants, comme les virages rapides, et ce sera la première fois que je roulerai sur un circuit routier avec une F1.

« Même si le résultat de la semaine dernière est évidemment décevant pour ma première course en F1, j’ai beaucoup appris et il est important que nous gardions tous la tête haute. Je sais que l’équipe travaille d’arrache-pied pour redresser la barre depuis Bahreïn et construire la meilleure voiture possible pour Lando et moi-même. Nous continuerons à aller de l’avant en tant qu’équipe, et je suis convaincu que nous arriverons là où nous voulons être.

La vitesse dans les rues saoudiennes

Attendez-vous à l’inattendu. La course sur le circuit de Jeddah Corniche pourrait être décrite comme un chaos organisé. C’est le circuit de rue le plus rapide de la planète et, sur les 23 circuits du calendrier de la F1, seul Monza est plus rapide, avec des voitures roulant en moyenne à 250 km/h. Il comporte le plus grand nombre de virages du calendrier.

Il possède le plus grand nombre de virages du calendrier, avec 27, mais seuls sept de ces virages sont des points de freinage, les autres étant pris à plat. Trois zones DRS sont prévues à cet effet, et le plus lent des 27 virages se trouve à la fin du dernier de ces trois, ce qui en fait une fantastique opportunité de dépassement.

Situé le long du magnifique front de mer bordé de yachts de la côte de la mer Rouge, le circuit routier à grande vitesse de 6,174 km est un peu comme Monaco en accéléré, avec 79 % du tour passé à plein régime.

L’Arabie Saoudite dans les archives :

La dernière fois

La première manche de la saison a été difficile : les débuts d’Oscar ont pris fin prématurément au 13e tour en raison d’un problème électronique, tandis que la course de Lando a été gravement affectée par un problème pneumatique qui l’a contraint à s’arrêter plusieurs fois au stand.

Malgré la frustration, il y a quelques points positifs à retenir de Bahreïn. Lando a fait preuve d’un bon rythme au départ, devançant Esteban Ocon dès le premier tour, puis dépassant Nico Hulkenberg pour la neuvième place avant d’être dépassé par Valtteri Bottas. Et comme il l’a dit lui-même, même si c’est avec une pointe d’humour, ses nombreux arrêts au stand ont en fait servi d’entraînement à l’équipe dans des conditions de course.

Avant de prendre sa retraite, Oscar a également tiré profit de la MCL60. Notre rookie a gagné deux places dans le premier tour pour se hisser à la 16e place, avant de prendre la 13e place à Hulkenberg quelques tours plus tard.

Le décor

L’Arabie saoudite abrite le plus grand désert de sable du monde et est également le plus grand pays du monde sans rivière. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre qu’il y fait plutôt chaud, avec des températures moyennes de 35,5°C. On y trouve également le plus haut gratte-ciel du monde et le plus grand aéroport. C’est un pays luxueux, plein d’histoire et de culture, comme l’Al Masjid an Nabawi ou la Grande Mosquée de La Mecque. Si vous y allez, ne manquez pas de goûter à deux de leurs plats emblématiques : Kabsa, un plat de riz mixte, et Tharid, un ragoût d’agneau et de légumes. Et, bien sûr, leur célèbre café arabe.

Depuis le mur :

Andrea Stella :

« Le Jeddah Corniche Circuit est un circuit rapide et sinueux avec des caractéristiques intéressantes qui constituent un bon défi pour les pilotes. Quelques modifications ont été apportées au circuit depuis que nous y avons couru l’année dernière. Nous sommes heureux de constater que des adaptations ont été apportées pour répondre à certaines des préoccupations exprimées en matière de sécurité, avec une meilleure visibilité pour les pilotes et des bordures plus lisses.

« L’équipe se rend en Arabie Saoudite avec un état d’esprit renouvelé et la détermination de revenir dans les points, ce qui a été possible à Bahreïn sans problèmes de fiabilité. McLaren et Mercedes HPP ont procédé à de nombreuses analyses au cours de la semaine écoulée pour s’assurer que les problèmes sont résolus. Nous savons que nous avons du travail à faire, mais l’équipe à Woking et sur le terrain est entièrement concentrée sur les développements et prête à repartir en Arabie Saoudite.

Un ensemble de statistiques :

  • Ce sera le troisième Grand Prix d’Arabie Saoudite.
  • Lando a terminé dans les points lors des deux Grands Prix d’Arabie saoudite.
  • Oscar a remporté deux courses de Formule 2 à Jeddah en un seul week-end, en terminant premier de la 2021 Sprint Race 2 et de la Feature Race.
  • Les deux pilotes ont marqué des points lors du premier Grand Prix d’Arabie saoudite.
  • Le tour de qualification le plus rapide à ce jour sur le circuit de Jeddah Corniche a été réalisé par Lando en 2021, avec un temps de 1m28.180s.
  • Le Jeddah Corniche Circuit est le deuxième circuit le plus long du calendrier.
  • Le circuit est le plus long circuit de rue du calendrier.