2 février 2023

Vue d’ensemble du GP de Belgique (video)

Analyse des Teams et pilotes, ils ont dit :

Pirelli

Mario Isola, Directeur du Sport Automobile, Pirelli :

 » De nouveaux changements apportent de nouveaux défis, mais la nature épique de Spa reste la même  »

« Cette année, Spa a subi certains des plus grands changements que nous ayons vus depuis que nous avons commencé à y aller dans l’ère moderne de la Formule 1. Mais nous savons un peu à quoi nous attendre grâce à la course de 24 heures du mois dernier – notre plus grand événement de l’année en termes de personnes et de pneus – ainsi qu’à certains échantillons d’asphalte que nous avons prélevés. En plus d’un nouvel asphalte dans cinq virages, il y a de nouveaux pièges à gravier dans quatre virages, qui sont beaucoup plus proches du bord de la piste. Les pilotes devront faire plus attention aux limites de la piste, et il y a aussi plus de chances que des graviers pointus soient traînés sur la surface. La nature épique de Spa reste cependant inchangée, avec tous les défis traditionnels qui rendent le circuit si excitant toujours en place. »

LES PNEUS EN PISTE

 

Les trois composés du milieu de la gamme ont été choisis pour Spa : C2 pour le P Zero White dur, C3 pour le P Zero Yellow moyen, C4 pour le P Zero Red tendre.

L’asphalte est nouveau entre les virages 2 et 4, et les virages 8 et 9, avec des bosses supprimées et une adhérence accrue.

Des bacs à graviers ont été ajoutés près de la piste aux virages 1, 6, 7 et 9. Le gravier comporte des pierres tranchantes, et il y a également quelques arêtes vives près des bordures en béton.

Spa est l’un des circuits les plus exigeants pour les pneus du calendrier, avec des charges latérales particulièrement élevées. Le célèbre complexe Eau Rouge-Raidillon n’est qu’un des endroits où les pneus sont soumis à des forces multiples : poussés dans le sol par la force descendante et la compression, tout en prenant des virages.

La météo variable est toujours une caractéristique célèbre de Spa, ce qui fait qu’une sortie du pneu intermédiaire Cinturato Green ou du pneu intégral Cinturato Blue sur sol mouillé est tout à fait possible.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

« Je me sens prêt à courir à nouveau après une bonne pause. J’ai vraiment envie de m’y remettre. Ce sera un triple tour très chargé, mais ce sera facile à gérer car nous nous sommes tous reposés. Les améliorations apportées à la piste l’ont rendue un peu plus old school avec les pièges à gravier, ce qui est une bonne idée. C’est mon circuit préféré et j’ai hâte d’y courir ce week-end. Il semble qu’il pourrait y avoir de la pluie, ce qui rendra les choses plus difficiles, mais heureusement, en tant qu’équipe, nous aimons les défis. »

Sergio Pérez, #11 :

« Je suis massivement impatient d’être de retour dans la RB18 et de reprendre la piste. Cela a été une bonne pause et j’ai vraiment rechargé pour la deuxième partie de la saison et je suis prêt pour cela. Il y a de grandes courses à venir, en particulier la Belgique, sur un circuit que j’apprécie toujours et les fans sont toujours incroyables là-bas. J’ai hâte de me remettre au travail et de voir mon équipe. Je pense que c’est bien de commencer après la pause avec un triple tour, où nous pouvons vraiment prendre notre rythme. »

Stats et faits

  • La victoire de Max lors du GP de Hongrie 2022 n’était que la deuxième victoire de l’équipe alors qu’elle partait de l’extérieur du top 6 de la grille. Par coïncidence, les deux victoires ont été remportées depuis la 10e place, Max égalant l’exploit de Daniel Ricciardo au GP d’Azerbaïdjan 2017.
  • L’équipe des stands d’Oracle Red Bull Racing a effectué l’arrêt au stand le plus rapide de la saison 2022 en réparant la voiture de Checo en 2,19 secondes au GP de Hongrie. L’équipe a maintenant effectué 11 des 18 arrêts au stand les plus rapides en F1 cette année et a effectué l’arrêt le plus rapide lors des deux dernières courses.
  • Avec déjà 10 départs en première ligne cette saison, la prochaine première ligne d’Oracle Red Bull Racing sera la 150e de l’histoire de l’équipe. Mark Webber a la particularité d’être le premier pilote à partir en première ligne au volant d’une Red Bull, lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2008.
  • Le Grand Prix de Belgique de l’an dernier, qui s’est déroulé sur un seul tour, a été unique dans l’histoire du championnat du monde pour plusieurs raisons. Max est devenu le premier pilote à mener une course du début à la fin et à ne mener que le dernier tour de la même course !
  • Spa-Francorchamps est l’un des sept circuits originaux qui ont formé le premier championnat du monde des pilotes en 1950. Ce week-end, ce sera la 55e course du championnat à se dérouler sur le circuit. Avec ses 7,004 km, le circuit fait désormais moins de la moitié de la longueur de son incarnation originale de 14 km, mais il est toujours le plus long circuit de la F1 de près d’un kilomètre complet (Jeddah fait 6,174 km).
  • Max a maintenant 28 victoires en Grand Prix et est huitième sur la liste des victoires de tous les temps. Il a maintenant dépassé Sir Jackie Stewart, qui était le détenteur du record absolu de victoires en F1 de 1973 à 1987.  Au-dessus de Max dans la liste, on trouve Nigel Mansell, qui a remporté 31 victoires au cours d’une carrière en F1 qui s’est étendue de 1980 à 1995.

pht. Red Bull

Mercedes

La Formule 1 revient de la pause estivale avec la 14e manche de la saison 2022, le Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps.

Toto parle de la Belgique :

Nous sommes arrivés à la pause après une bonne série de courses et notre plus gros score de points depuis le début de l’année, en Hongrie. Bien que nous ne soyons pas encore tout à fait dans la lutte pour les victoires, nous nous en rapprochons, donc nous devons continuer sur cette lancée et maintenir la pression.

Le Shutdown est un moment important pour l’équipe pour prendre du temps libre, se ressourcer et passer du temps avec leurs familles, dont le soutien tout au long de l’année est inestimable. Il y a peu d’occasions de le faire pendant la saison et la course au développement est implacable, donc la pause a été bien méritée pour tout le monde dans l’équipe.

Nous sommes prêts pour une deuxième moitié de saison intense, avec neuf autres occasions de trouver des améliorations, de faire des progrès et, espérons-le, de défier Red Bull et Ferrari pour les victoires.

Spa-Francorchamps n’a pas besoin d’être présenté. C’est un circuit classique avec une ambiance old-school, le théâtre de nombreux moments emblématiques de l’histoire de la F1 et un défi incroyable pour la voiture et les pilotes. Nous sommes ravis d’y retourner, et nous espérons pouvoir offrir un spectacle impressionnant cette année à tous les fans belges. Nous célébrerons également les 55 ans de Mercedes-AMG, avec des activités amusantes.

Fiche d’information : Grand Prix de Belgique

  • Spa-Francorchamps est le circuit le plus long du calendrier de la F1, avec 7,004 kilomètres. C’est également le circuit qui compte le moins de tours de course, avec seulement 44 tours.
  • C’était autrefois l’un des plus grands défis en termes d’utilisation du moteur et de temps passé à plein régime, mais avec les nouvelles réglementations et l’arrivée de nouveaux circuits, il est tombé en bas de la liste. Elle reste néanmoins dans le top 5.
  • Malgré plusieurs longues sections à plat, Spa se situe dans le milieu du peloton en ce qui concerne la consommation de carburant, car les arrêts/démarrages constants sont ceux qui consomment le plus de carburant – des circuits comme Montréal et Monaco sont donc plus gourmands en carburant que Spa et Monza.
  • La consommation et l’usure des pneus sont parmi les plus élevées de la saison à Spa, avec des moyennes élevées aux quatre coins de la voiture.
  • La longue distance entre les tours à Spa entraîne quelques défis uniques. Par exemple, si une voiture est endommagée au début du tour, elle perd plus de temps pour revenir, et la météo est très changeante, donc les conditions peuvent varier massivement d’un virage à l’autre. Cela signifie que le tour est plus long à boucler et qu’il n’est pas possible d’intégrer autant de tours dans les plans d’entraînement et de qualification pour tester différentes configurations.
  • De la sortie de La Source à la zone de freinage des Combes, les pilotes ont le pied fermement appuyé sur l’accélérateur pendant environ 23 secondes (et 1 875 mètres) de tracé.
  • En raison de cette section plate, la sortie de La Source est incroyablement importante, car elle mène à la longue ligne droite vers Eau Rouge et Raidillon.
  • Il y a une différence d’environ 100 mètres entre le point le plus haut (Les Combes, virage 7) et le point le plus bas (Stavelot, virage 15) du circuit, le plus grand dénivelé de la saison.
  • Les pilotes et les voitures subissent généralement une forte compression de forces lors de l’entrée en descente d’Eau Rouge et de la sortie en montée de Raidillon. Ils se déplacent à peu près à la Vmax (vitesse maximale de la voiture), presque aussi vite que la voiture peut aller avant de traverser cette section. Cela signifie qu’il y a 3g de compression verticale. Cette section a fait l’objet d’un resurfaçage et d’un remodelage, ce qui pourrait bien avoir éliminé l’une des plus grosses bosses et atténué légèrement les forces de compression.
  • Le remorquage à Spa-Francorchamps est très puissant en raison des longues lignes droites, en particulier la section après Raidillon. Au premier tour, c’est encore plus puissant, parce que les pilotes qui poursuivent peuvent ramasser un remorquage de plusieurs voitures. L’absence de DRS au premier tour augmente également cet effet.
  • 80% du tour de Spa est effectué à plein régime, l’un des pourcentages les plus élevés de tous les circuits de F1 du calendrier 2022.
  • Les premier et troisième secteurs de Spa présentent de longues lignes droites et des sections plates, mais le deuxième secteur est sinueux. Il est donc difficile de trouver le bon équilibre et le bon compromis en matière de réglages, notamment au niveau de l’aile. Un aileron plus grand vous fera gagner du temps dans le secteur intermédiaire mais vous laissera vulnérable dans les lignes droites, tandis qu’un aileron plus petit offrira moins de traînée dans les sections plates mais ne fournira pas le même niveau d’adhérence dans les virages sinueux. C’est une situation similaire à celle de Bakou.
  • En raison de l’histoire du circuit et de ses virages emblématiques, c’est l’un des rares circuits de F1 où les ingénieurs ont tendance à désigner les virages par leur

pht. Mercedes

Ferrari

Le seul triplé de la saison commence

La Scuderia Ferrari a rechargé ses batteries pendant les deux semaines d’arrêt obligatoire de la FIA et est prête à affronter le seul triplé de la saison, qui mènera le Championnat du Monde sur une série de circuits historiques : Spa-Francorchamps, Zandvoort et Monza. On commence donc par la course belge, qui se déroule comme toujours sur la splendide piste ardennaise.

Changements. Le circuit a subi plusieurs changements cette année : le tracé de la piste est pratiquement le même qu’avant, à l’exception du virage 9 – Les Combes – où les nouveaux vibreurs devraient vous permettre de l’aborder plus rapidement. Quant au passage plus classique, Eau Rouge-Raidillon, la montée en S n’a pas changé mais la voie d’évacuation en haut à gauche a été considérablement élargie. Le chalet historique a été démoli et remplacé par une nouvelle tribune, et contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres installations hors courbes, l’asphalte a été remplacé par du gravier presque partout – à l’exception d’Eau Rouge-Raidillon et du virage Blanchimont. Éliminez le problème des limites de voie : maintenant, si vous en faites trop, vous vous retrouvez hors de la piste et vous perdez du temps. Sur cette piste, le pilote peut encore faire la différence. Le premier freinage, à l’épingle de La Source, c’est exigeant car les voitures doivent descendre de 285 à 80 km/h avant de se diriger vers elles en montée puis sur la longue ligne droite du Kemmel. Parmi les autres courbes, il convient de mentionner Pouhon, un virage rapide à gauche, difficile car il soumet les pilotes à de fortes contraintes qui sollicitent les muscles du cou. A Stavelot vous touchez les freins pour l’avant-dernière fois : à partir de ce moment vous partez en pleine accélération par Blanchimont pour ne ralentir à nouveau qu’à proximité de la chicane Bus Stop qui mène à la ligne d’arrivée. Difficile car il soumet les pilotes à des contraintes élevées qui sollicitent les muscles du cou. A Stavelot vous touchez les freins pour l’avant-dernière fois : à partir de ce moment vous partez en pleine accélération par Blanchimont pour ne ralentir à nouveau qu’à proximité de la chicane Bus Stop qui mène à la ligne d’arrivée.

Efficacité reine. Ici, les équipes doivent travailler avec une attention particulière : en effet, il faut un excellent équilibre de la voiture car la piste a des caractéristiques très différentes d’un tronçon à l’autre. Le groupe motopropulseur est exploité au maximum pendant plus de 60 des 105 secondes qu’il faut pour boucler un tour, mais il est également important d’avoir une voiture facile à conduire – notamment dans le deuxième secteur et aux premier et dernier virages – et cela ne met pas vos pneus en danger d’usure. En Belgique, donc, l’efficacité de la monoplace est particulièrement importante. La dernière variable, mais fondamentale, est la météo : dans les Ardennes à la fin de l’été, il peut faire très chaud mais la pluie est toujours au rendez-vous, comme nous l’avons également vu l’année dernière, lorsque le Grand Prix a été sérieusement compromis.

Programme.  Les voitures prendront la piste pour la première fois vendredi, pour les deux heures d’essais libres habituelles prévues à 14h et 17h CET. Les essais qualificatifs auront lieu le samedi à 16h, précédés à 13h par la dernière séance d’essais libres. Le 78e Grand Prix de Belgique – le 67e valable pour le Championnat du monde de Formule 1 – débutera dimanche à 15h. Pour couvrir 44 tours équivalant à 308 052 km.

 

Trois questions à… Luigi Frabroni, responsable UP et électronique :

  1. Pouvez-vous nous parler de votre rôle, comment êtes-vous venu chez Ferrari et d’où vient votre passion pour le sport automobile ?

« Je suis Responsable des Opérations Unité de Puissance et Electronique : le groupe que je coordonne s’occupe de l’assemblage des moteurs thermiques, turbos, batteries, moteurs électriques et composants électroniques. Je suis également les salles d’essais où les performances et la fiabilité des différents composants du groupe motopropulseur sont testées lors d’essais d’endurance. Ici, le rodage des différentes unités est également effectué, qui sera ensuite utilisé sur la piste. Ensuite, il y a le groupe piste (avec les équipes clientes) qui s’occupe de la préparation et de la gestion des groupes motopropulseurs pour la course. J’ai une passion pour la course automobile et Ferrari depuis que je suis enfant quand j’ai eu la chance de pouvoir visiter l’ancien siège de la Scuderia Ferrari l’année du championnat du monde 1979. Ce fut une expérience incroyable dont je me souviens encore comme c’était hier.

  1. Pouvez-vous nous parler des caractéristiques du circuit de Spa-Francorchamps ?

« Le circuit de Spa-Francorchamps est un classique de la Formule 1 et certainement l’un des plus appréciés des pilotes et du public. C’est un circuit avec des caractéristiques uniques car il a de très longues lignes droites combinées avec des virages à vitesse moyenne et basse. Il est toujours très difficile de trouver le bon équilibre ainsi que l’appui optimal. Il sera très important de faire tous les tests nécessaires lors des séances d’essais de vendredi afin de trouver le bon compromis entre vitesse maximale en ligne droite, pénalisant celle en virage, ou inversement. Une autre variable très importante est la pluie, ici très fréquente et difficile à prévoir : elle peut influencer les choix de réglages faits par les équipes ainsi que rendre les séances de qualification et de course imprévisibles. Le virage le plus fascinant du circuit est certainement Eau Rouge-Raidillon, ils montent à très grande vitesse et sans visibilité à la sortie. Il sera intéressant de voir comment les voitures de la nouvelle génération se comportent à ce moment-là ».

  1. C’est l’une des pistes sur lesquelles le groupe motopropulseur est le plus exploité. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

« Spa-Francorchamps est un circuit très strict pour la fiabilité du groupe motopropulseur. C’est la plus longue de la saison et généralement le kilométrage le week-end est parmi les plus élevés. Il y a de très longues lignes droites qui mettent beaucoup de pression sur tous les composants et nécessitent une approbation spécifique du dyno. En termes de performances, c’est la piste – avec Monza – où la puissance du moteur a le plus d’effet sur le temps au tour et en même temps aussi celle sur laquelle la gestion de l’énergie a un impact élevé sur les performances sur le résultat final, en particulier dans qualification. . Les différents hauts et bas,

Statistiques Ferrari :

  • GPs disputés : 1043
  • Saisons en F1 73
  • Débuts à Monaco en 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,20 %)
  • Pole position 238 (22,82 %)
  • Meilleurs tours 259 (24,83 %)
  • Total des podiums 789 (25,21%)

Ferrari Stats GP de Belgique :

  • GPs disputés 65
  • Débuts 1950 (A. Ascari 5e ; L. Villoresi 6e)
  • Victoires 18 (27,69 %)
  • Pole position 14 (21,54 %)
  • Meilleurs tours 19 (29,23 %)
  • Total des podiums 48 (24, 61 %)

Grand Prix de Belgique : chiffres et curiosités

 

  1. La position de Spa-Francorchamps dans le classement de la satisfaction des pilotes et des passionnés selon l’enquête proposée par la Formule 1 l’an dernier. Monza continue d’occuper la première place, tandis que Silverstone occupe la troisième place.

 

  1. Le nombre moyen de dépassements au Grand Prix de Belgique. Le record, 60, appartient à l’édition 2011 – remportée par Sebastian Vettel – tandis que le minimum est de cinq, dans la course 2002 remportée par Michael Schumacher avec la Ferrari F2002. L’an dernier, il n’y a même pas eu de changement de position, puisque le seul tour valable était parcouru derrière la Safety Car, donc sans dépassement.

 

  1. Le pourcentage du sol belge occupé par la Wallonie, la région, avec sa capitale Namur, dans laquelle se situe le circuit de Spa-Francorchamps. Au total, ce sont trois territoires qui composent la Belgique : en plus de la Wallonie, qui parle français à 99 %, il y a la Flandre, où l’on parle le néerlandais, et la région de Bruxelles, qui est aussi la capitale de l’État où les deux sont langues.parlées.

 

  1. Les points conquis par Ferrari au Grand Prix de Belgique : le premier poursuivant est la Mercedes détachée à 329,5 points, tandis que la McLaren est à 312.  La Scuderia , en plus d’avoir  remporté  Spa-Francorchampsla course à 18 reprises, à historique poker en 1961  avec le succès qui revint à l’Américain  Phil Hill  devant l’Allemand  Wolfgang von Trips , l’autre Américain  Richie Ginther  et le Belge  Olivier Gendebien , qui avait une Ferrari  156 F1 officielle  colorée mais entièrement jaune pour honorer la couleur nationale belge équipe et remercier l’importateur local  Jacques Swaters, qui avait supporté les frais de mise en piste de la quatrième monoplace.

 

  1. C’est le nombre de kiosques à travers le pays qui vendent des frites traditionnelles, les frites belges mondialement connues, une pour 2500 habitants en moyenne. Les statistiques de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) estiment la consommation de pommes de terre par habitant à 87,8 kg par an.

 

Donc en Ferrari il y a 75 ans :

Fin août, Ferrari arrive au départ de la Montenero Cup, près de Livourne, avec deux 125 S. La course est prévue le dimanche 24, mais pour Ferrari ça ne va pas bien : le pilote d’essai Luigi Bazzi lors d’un tour d’essai détruit l’une des deux voitures disponibles pour la course, ainsi que des dommages corporels considérables. Par conséquent Franco Cortese doit abandonner la course en faveur de Tazio Nuvolari. Cependant, le grand champion ne parvient à faire que trois tours avant d’être contraint à l’abandon. La victoire revient à Franco Cornacchia sur Cisitalia. Enzo Ferrari à Maranello est déçu et réfléchit à comment renforcer sa structure pour éviter d’avoir d’autres journées aussi difficiles. Entre-temps, les discussions avec les premiers clients sportifs potentiels intéressés par les voitures de Modène commencent.

pht. Scuderia Ferrari

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente la quatorzième course du championnat du monde de Formule 1 2022, le Grand Prix de Belgique.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur de l’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la quatorzième course de la saison à Spa-Francorchamps.

Otmar Szafnauer :

« Nous nous sentons tous revigorés après la fermeture estivale de la Formule 1. C’est toujours un bon moment pour faire le bilan de la saison, réfléchir aux points positifs et évaluer les points à améliorer. Maintenant, nous nous sentons tous prêts et motivés pour la deuxième partie de la saison où il y a tant à jouer en termes de championnat. Il est clair que l’équipe a été très en vue dans les médias mondiaux dans les jours qui ont suivi la Hongrie et juste avant la pause estivale, mais ce n’est absolument pas une distraction pour nous une fois que nous avons repris la piste de course. Bien que nous perdions un atout fantastique en Fernando pour l’année prochaine, sa décision n’a aucune incidence sur ce que nous voulons réaliser ensemble en 2022. Nous allons travailler dur en tant qu’équipe – avec Fernando et Esteban dans la voiture pour le reste de l’année – afin de nous mettre dans la meilleure position possible pour atteindre les objectifs susmentionnés pour cette saison de championnat. Je sais que les deux pilotes sont très motivés et nous sommes tous impatients de canaliser cette énergie sur la piste. »

Esteban Ocon, #31 :

 » Spa est un endroit où je sais que la plupart des pilotes aiment vraiment conduire, y compris moi-même. C’est encore plus spécial pour moi car c’est là que j’ai fait mes débuts en Formule 1 en 2016. C’était un moment que je n’oublierai jamais, un moment où un rêve est devenu réalité. En termes de performances, il y a eu de bons résultats dans le passé comme lorsque je me suis qualifié troisième en 2018 et lorsque nous avons terminé quatrième et cinquième de la course en 2020. C’est aussi la piste où nous avons aussi perdu Anthoine il y a quelques années. Nous courons toujours avec lui dans nos pensées et je pense encore personnellement à lui tous les jours. »

Fernando Alonso, #14 :

« Les courses du mois d’août nous manquent à tous, mais ce temps de repos pour recharger les batteries est nécessaire. Après 20 ans de course au sommet du sport automobile, j’ai appris que prendre du temps pour récupérer est très important, surtout pendant une année aussi mouvementée. Maintenant que nous avons plus de 20 courses dans une saison, il est encore plus important de s’assurer que vous maximisez votre temps de récupération. Mais il est important de garder une certaine routine d’exercice, car une fois que nous sommes de retour à la course, c’est sans relâche jusqu’en décembre. J’aime bien courir à Spa. C’est l’une des courses les plus historiques du calendrier. Nous avons généralement des courses intéressantes là-bas car le circuit se prête à de nombreuses possibilités de dépassement. »

Fiche technique du Grand Prix de Belgique 2022 :

  • Fernando Alonso a terminé huit fois de suite dans le top 10, sa meilleure place étant la cinquième au Grand Prix de Grande-Bretagne.
  • Alpine a marqué des points dans neuf courses consécutives en 2022.
  • Esteban Ocon a fait ses débuts en Formule 1 avec Manor lors du Grand Prix de Belgique 2016.
  • Esteban a atteint la Q3 lors de toutes ses six séances de qualification à Spa, sauf une. Il a également enregistré le meilleur résultat de qualification de sa carrière à ce jour avec la troisième place sur la grille lors du Grand Prix de Belgique 2018.
  • C’est le circuit le plus long du calendrier, avec une longueur de piste de 7,004 km.
  • Le premier Grand Prix de Belgique a eu lieu en 1950 et 28 pilotes différents ont remporté une course sur ce circuit.
  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu huit victoires, 28 podiums et neuf poles, ainsi que dix tours rapides et 457 points en Belgique.

McLaren

Tout ce que vous devez savoir pour le GP de Belgique

« L’équipe se sent reposée et prête à aborder la seconde moitié de la saison »

Qu’est-ce qu’on vous avait dit… La pause est passée à toute vitesse, n’est-ce pas ?

Si vous nous avez suivis sur l’application McLaren au cours des trois dernières semaines, vous aurez vu que nous avons passé la fermeture estivale à explorer les terrains du Centre technologique McLaren.

Nous nous sommes promenés sur le boulevard et avons admiré nos machines préférées, nous avons sorti les structures gonflables pour une journée de bronzage sur le lac, et nous avons passé un peu de temps dans la salle de courrier numérique à examiner toutes les œuvres d’art que vous nous avez envoyées. Nous avons ensuite terminé nos vacances par une excursion à l’unité 2 pour nous plonger dans l’histoire.

On peut dire que nous sommes bien reposés et impatients de reprendre le travail, et où mieux que la Belgique pour y retourner ?

Nous avons recueilli les pensées de Lando, Daniel et Andreas lorsqu’ils étaient à l’usine mardi, et nous les avons incluses ci-dessous, ainsi que quelques statistiques clés, des conseils sur ce qu’il faut porter et un aperçu de ce qu’il faut surveiller.

Ce qu’ils disent

Lando Norris, #4 :

« J’ai apprécié ces dernières semaines de repos, loin du calendrier chargé de la F1. J’ai joué au golf et j’ai pris le temps de me détendre pour être prêt à attaquer la deuxième partie de la saison. Nous avons du travail à faire dans la lutte pour la quatrième place du championnat, mais je suis prêt à me remettre dans la bataille.

« Spa est toujours un grand défi pour les équipes et les pilotes. Je suis à l’usine cette semaine, donc je serai parfaitement préparé pour prendre le volant et j’ai hâte de remonter dans la voiture pour voir ce que nous pouvons faire. Avec ma mère qui vient de Belgique, Spa est comme une autre course à domicile pour moi, donc ce sera génial de voir les fans et j’espère marquer quelques points devant eux. Je croise les doigts pour que la météo soit un peu plus clémente cette année ! »

Daniel Ricciardo, #3 :

« Je suis impatient de retourner en Belgique. La piste de Spa est passionnante et on a toujours des frissons dans les virages rapides, notamment ceux de l’Eau Rouge et du Raidillon. Mélangé avec les longues lignes droites et les caractéristiques emblématiques, nous pouvons vraiment pousser les voitures. Il y a aussi toujours une bonne atmosphère, donc c’est un circuit agréable à retrouver après quelques semaines de repos.

« Je me sens rechargé après la pause estivale. J’ai passé un peu de temps aux États-Unis pour me reposer et me ressourcer avec des amis et je me sens prêt à remonter dans la voiture et à tout donner pour les neuf courses restantes. Après la nouvelle, je me concentre maintenant sur le reste de la saison et je veux m’assurer de partir en beauté. Reprenons la course. »

Andreas Seidl :

« L’équipe se sent reposée et prête à aborder la seconde moitié de la saison de front. Spa est un défi passionnant car il y a une multitude de façons de le jouer du point de vue de la alendrier.

« Je sais que l’équipe est impatiente de retourner sur le circuit et de donner le coup d’envoi du triple tour. Si l’intensité de ces trois semaines consécutives n’est pas sans poser de problèmes, c’est aussi une bonne occasion de prendre rapidement de l’élan et de se battre dans les Alpes, en espérant marquer des points avec les deux voitures. Après les nouvelles de Daniel, nous nous concentrons maintenant sur ce week-end de course. Nous avons encore un combat important à mener dans le Championnat des Constructeurs et nous sommes impatients de nous battre avec Daniel et Lando ».

Ce que disent les statistiques

Notre histoire en Belgique ne date pas d’hier. C’est sur le légendaire circuit de Spa-Francorchamps que Bruce McLaren a remporté le premier grand prix de l’équipe, en partant de la sixième place en 1968.

Nous sommes la deuxième équipe la plus titrée de l’histoire de la course, et nous détenons le record du plus grand nombre de victoires consécutives, avec une énorme série de cinq victoires entre 1987 et 1991. Les quatre dernières ont été remportées par Ayrton Senna, après qu’Alain Prost ait commencé la course. La plus récente de nos 13 victoires au Grand Prix de Belgique a été remportée par Jenson Button en 2012, le pilote britannique ayant converti sa seule pole position pour McLaren.

Bruce McLaren a remporté sa première course pour l’équipe lors du GP de Belgique en 1968

 

Le succès de Lando au Grand Prix de Belgique est mitigé – il y a gagné lors de ses débuts en Formule 3 européenne, et a ajouté un podium lors de sa seule saison en Formule 2, mais depuis qu’il est passé à la F1, il n’a obtenu qu’une septième place, et il espère donc faire mieux cette saison.

Daniel a souvent apprécié ses voyages à Spa, avec des points dans sept de ses 11 courses sur le circuit, dont une victoire en 2014, et des podiums en 2016 et 2017. Le circuit a accueilli son deuxième meilleur résultat de la saison dernière, avec une quatrième place.

Ce qu’il faut surveiller

En tant que circuit le plus long du calendrier de la F1, beaucoup de choses.

En fait, la piste est si longue – et le temps en Belgique si imprévisible – qu’il n’est pas rare qu’il pleuve dans une section et qu’il fasse sec dans une autre.

Le circuit de Spa, qui s’étend sur 7 km, est rempli de défis pour les voitures. Le plus emblématique d’entre eux est la combinaison Eau Rouge et Raidillon – une descente palpitante suivie de virages difficiles à gauche et à droite qui montent – qui présente un dénivelé de 35 mètres de son point le plus bas à son point le plus haut.

L’Eau Rouge est l’un des virages les plus emblématiques de la F1

 

Spa-Francorchamps ne pose pas seulement des questions sur la piste, mais aussi en dehors. L’une des principales discussions chaque saison sur le circuit belge porte sur le niveau d’appui descendant pour lequel les équipes optent : un appui descendant plus faible et une vitesse en ligne droite sont plus bénéfiques dans les premiers et derniers secteurs, tandis qu’un appui descendant plus élevé vous rendra plus compétitif dans les virages du secteur technique du milieu. Le règlement de 2022 ne fera que compliquer cette question, mais décider lequel est le plus approprié pour la MCL36 sera la clé. Plus d’informations sur cette décision ici.

Nous ne retrouverons pas tout à fait la piste telle que nous l’avons laissée, suite à l’ajout de bacs à graviers et de zones de sortie de piste étendues à Eau Rouge et Raidillon, dans le cadre d’améliorations liées à la sécurité. Il y a également une nouvelle tribune étincelante en haut du virage emblématique, tandis que des sections de la piste ont également été resurfacées.

Aston Martin

Lance Strol, #18 :

« Spa est un circuit tellement génial, et un circuit où vous expérimentez vraiment la vitesse massive et le potentiel d’une voiture de Formule 1. Vous pouvez suivre et dépasser ici, et notre voiture a particulièrement bien couru le dimanche récemment, donc j’espère que nous serons en mesure d’offrir un véritable spectacle pour les fans, surtout après l’échec de l’année dernière. »

Sebastian Vettel, #5 :

« C’est génial de revenir sur la piste après la pause estivale, et repartir à Spa est fantastique. Ce circuit est incroyablement rapide et a une grande fluidité ; et chaque course ici semble apporter quelque chose d’excitant ou d’imprévisible, ce qui est également génial pour les fans. Je pense que nous avons une voiture qui se comporte bien en course, et notre équipe fonctionne bien sur le plan opérationnel, alors j’espère que nous pourrons enchaîner un autre week-end solide. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Météo : La météo à Spa est l’une des moins prévisibles du calendrier. La pluie est presque toujours un facteur pendant le week-end, et il est très difficile de la prévoir. Étant donné la longueur et l’étendue du circuit, un secteur peut être trempé même si les autres sont parfaitement secs.
  • Perturbations de la course : Y compris l’événement de 2021, les perturbations ont été fréquentes ces dernières années. Chaque course a été honorée par l’apparition d’une voiture de sécurité depuis 2016. Les voitures de sécurité virtuelles sont toutefois plus rares : elles n’ont été utilisées qu’une seule fois en 2015 et 2016.
  • Stratégie : L’usure accrue des pneus observée cette année pourrait pousser ce qui a traditionnellement été une course à un arrêt vers le territoire à deux arrêts. Le delta de la pitlane est court, et le circuit est relativement facile pour les dépassements, donc il pourrait y avoir la possibilité de dévier sur la stratégie – en particulier avec l’arrivée d’une voiture de sécurité bien programmée.
Turns and Sectors

 

DRS

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« J’ai apprécié cette pause, en visitant la Grèce pour la toute première fois pendant une semaine avec des amis et après cela, c’était plus un moment en famille en France avec mes parents, tous mes frères, mes neveux et nièces et ensuite quelques jours en Espagne. Rien d’incroyable, mais cela m’a permis de me détendre et d’être avec ma famille, tout en m’entraînant un peu. Surtout, j’ai pu me reposer avant la dernière partie de la saison. Après cela, c’était le retour au travail, en commençant par un passage au simulateur. Tout le monde a travaillé dur depuis lundi et mon téléphone est certainement beaucoup plus occupé qu’il ne l’avait été au cours des trois dernières semaines !

Spa est l’un de mes circuits préférés, je l’adore. Nous serons de retour dans le starting-block avec trois courses en trois semaines et après la pause, je suis bien sûr excité à l’idée de remonter dans la voiture et de repartir en course. Les dernières courses avant la pause ont été plutôt compliquées pour nous, avec aucun point marqué et des choses qui n’allaient pas dans notre sens. Ce n’était pas ce que nous voulions en tant qu’équipe. Depuis la France, nous avons eu quelques mises à jour sur la voiture, que nous comprenons maintenant un peu mieux. Mais c’est toujours compliqué et les équipes du milieu de tableau sont toutes très proches. Nous ne jetons pas l’éponge, nous continuons à travailler dur et à donner notre maximum pour essayer de tirer plus de performance de la voiture aussi vite que possible, afin de pouvoir courir après les points chaque week-end. L’année dernière à Spa a été un échec et cette année, nous aurons un premier aperçu des changements apportés au circuit, notamment à l’Eau Rouge-Raidillon. Après ce qui s’est passé avec Anthoine, ils ont mené une étude approfondie et c’est ce qu’ils ont proposé, ainsi que d’autres changements sur certaines zones de sortie de piste et les pièges à gravier. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« J’ai passé un très bon moment pendant la pause, même si j’en ai passé une bonne partie à m’entraîner. La première semaine, je suis allé dans un centre d’entraînement en Autriche, j’ai également parlé à un psychologue du sport et travaillé avec un physio. La dernière semaine, j’étais de retour à Faenza pour m’entraîner à nouveau, mais aussi pour faire du wakeboard et d’autres activités amusantes. J’ai donc passé peut-être 70 % du temps à m’entraîner, mais je sais ce qui fonctionne pour moi et je préfère ne pas me remettre complètement à zéro pendant une pause. J’ai passé un bon moment de détente, sans mon téléphone et sans penser à la course. C’était bien.

Il sera intéressant d’expérimenter les changements à Spa car je n’en ai eu qu’un avant-goût sur le simulateur, même si je ne pense pas que les tracés des virages aient beaucoup changé. C’est principalement la zone de sortie de piste au sommet du Raidillon et certaines autres sorties de piste sont maintenant en gravier. Bien sûr, j’aime beaucoup le circuit, surtout les virages à moyenne et haute vitesse. C’est certainement l’un des meilleurs circuits du calendrier, il fait partie de mon top 5.

Mon approche d’un week-end de course ne changera pas de la façon dont je l’ai fait dans la première moitié de la saison, mais en termes d’attentes, j’aurai fait un effort pour réinitialiser mon esprit, en revenant à zéro. Je me sens plus fort et rafraîchi, avec une forte motivation pour cette deuxième partie de saison. »

BEHIND THE VISOR S2 | E10 – Départ de la course

Le départ de la course peut être un moment décisif pour n’importe quel pilote, mais qu’est-ce qui se passe dans la tête de Pierre Gasly et Yuki Tsunoda une fois que les lumières s’éteignent et qu’ils sont entourés d’autres voitures de F1 se bousculant pour les positions ?

pht. Red Bull

Alfa Romeo

Retour aux affaires

Alfa Romeo F1 Team ORLEN reprend l’action après la pause estivale et se prépare pour l’une des courses les plus emblématiques du calendrier, le Grand Prix de Belgique. La course, sur le légendaire circuit de Spa-Francorchamps, sera la 14e manche du championnat du monde de Formule 1 2022.

Le retour des vacances d’été a une saveur très particulière : c’est un moment où beaucoup de choses se ressemblent, puisque les équipes reprennent les courses européennes qui étaient au programme avant la pause ; c’est un feu d’artifice de grandes courses, avec la Belgique suivie des Pays-Bas et de l’Italie – trois circuits à la fière histoire où les fans sont autant un spectacle que l’action sur la piste ; et c’est un dernier coup de dés en territoire familier avant que les équipes ne se lancent dans les vols qui culmineront à la finale d’Abu Dhabi en novembre.

Cependant, le retour des vacances est aussi un moment où les différences se font jour. C’est le moment où l’on parle de nouveaux calendriers, de nouveaux lieux, de nouveaux défis ; c’est le moment où les mises à niveau peuvent bouleverser l’équilibre des forces sur le terrain ; c’est le moment où l’esprit commence à vagabonder vers l’avenir.

Alfa Romeo F1 Team ORLEN garde les pieds fermement sur terre, concentrés sur le travail à accomplir : il y a une bataille de championnat à mener et 100% de nos énergies sont orientées vers cela. Mais nous le faisons en pensant à la nouveauté : nous le faisons dans un bâtiment d’accueil rénové, un espace chaleureux et accueillant conçu avec Alfa Romeo et en partenariat avec les architectes Alessandro Mori et Tiziana Piccinini d’Emmepi Design pour créer un nouveau et authentique sentiment d’appartenance pour notre équipe et nos invités. Un rafraîchissement, prêt pour une deuxième partie de saison passionnante.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« La pause estivale était une pause bien nécessaire après une première partie de saison chargée, et maintenant nous sommes de retour sur la piste en Belgique, rafraîchis et motivés, prêts à affronter la triple confrontation et le reste de la saison. Neuf courses en treize semaines seront un défi pour tout le monde dans l’équipe, mais nous sommes impatients de terminer le travail que nous avons commencé. Notre mois de juillet a été difficile, mais nous gardons le moral et notre approche reste la même : nous sommes déterminés à renverser la vapeur et à nous replacer à notre place, en nous battant au milieu du peloton et en marquant des points importants au championnat. Nous allons donner le meilleur de nous-mêmes et je suis convaincu que nous pouvons le faire dès ce week-end. »

Valtteri Bottas, #77 :

« J’ai pu passer du temps de qualité en congé, en rattrapant le temps perdu avec mes amis et ma famille pendant les vacances d’été et en faisant beaucoup de sport, mais maintenant il est temps de retourner à la course : J’ai hâte d’y être, et je me sens prêt et motivé pour la seconde moitié de la saison. J’aime bien courir à Spa : c’est un circuit légendaire qui a donné lieu à des courses impressionnantes par le passé, et j’y suis monté trois fois sur le podium. Les courses en Belgique sont souvent imprévisibles, et je pense que tout dépendra de notre capacité à faire notre travail correctement et à saisir toutes les opportunités que les conditions ou les circonstances nous offriront. Nous aurons l’occasion de nous mettre dans le coup et de ramener quelques points à la maison, ce qui serait une excellente façon d’entamer la triple confrontation sur une bonne note. »

Zhou Gunyu, #24 :

« Il a été agréable de se détendre et de se relaxer pendant quelques semaines au cours de la pause estivale : il y avait beaucoup de choses à assimiler pendant la première partie de ma première saison et j’ai apprécié la possibilité de les traiter tout en rechargeant mes batteries. Mais maintenant, je suis prêt à retourner dans le cockpit. J’ai couru à Spa à plusieurs reprises par le passé, et je suis également monté sur le podium ici en F2. Comme toujours, je ne peux pas venir en Belgique sans penser à Anthoine Hubert : je courrai aussi pour lui ce week-end. Pour ce qui est de l’avenir, j’aborde la seconde moitié de ma saison de rookie avec confiance et je suis impatient de relever les défis à venir : nous n’avons pas ajouté de points à notre compteur lors des dernières courses avant la pause, mais je suis certain que nous avons de

pht. Alfa Romeo

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

La course à Spa est l’un des moments forts de la saison et nous sommes très heureux d’être de retour. Le tour est long et offre presque tous les défis possibles pour une voiture et un pilote de F1. Les changements d’élévation importants et la météo variable ajoutent au mélange. Tout le monde connaît bien le circuit, mais il sera intéressant de voir comment cette nouvelle génération de voitures de Formule 1 abordera les virages à grande vitesse d’Eau Rouge, Pouhon et Blanchimont.

Les composés des pneus proviennent du milieu de la gamme Pirelli et sont les mêmes que ceux que nous avons utilisés il y a quelques semaines à Budapest. Cependant, le comportement des pneus sera très différent sur ce circuit, et nous devrons passer le vendredi à comprendre comment maximiser leurs performances ici.

Les dépassements sont possibles à Spa et trouver un bon compromis entre l’appui et la traînée sera crucial pour la course de dimanche. La FW44 devrait fonctionner raisonnablement bien à Spa, et nous sommes impatients de reprendre la course sur ce puissant circuit.

Alex Albon, #23 :

C’est génial de reprendre la course après une pause nécessaire. Spa est l’un de mes circuits préférés de l’année, il est génial pour la course et amusant sur un tour. Il peut aussi toujours réserver des surprises avec la météo, comme nous l’avons vu l’année dernière !

Nicholas Latifi, #6 :

Je suis très excité à l’idée de m’y remettre et de courir. La pause estivale a été très agréable avec du temps pour se déconnecter, se détendre et se ressourcer. Je me sens frais et dispos pour la seconde moitié de la saison. C’est toujours génial de se rendre à Spa après la pause estivale car c’est l’un des circuits les plus agréables du calendrier. Le circuit est rapide et fluide, avec un côté « old school ». Ce sera donc agréable d’y conduire cette nouvelle génération de voitures. J’espère que nous pourrons maximiser toutes les opportunités pour obtenir un bon résultat, et il semble aussi que la météo pourrait jouer un rôle, comme c’est généralement le cas à Spa.

pht. Williams

 

Haut du site