23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP d’Autriche

Analyse des Teams et pilotes

 

Pirelli

PAS DE REPOS POUR LES PNEUS AU SPIELBERG

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE  :

« Le Red Bull Ring est un circuit où les pneus n’ont aucun répit. Les voitures franchissent les 10 virages du circuit en un peu plus d’une minute, et les quelques lignes droites ne laissent que peu de répit aux pneus. L’asphalte présente une micro et macro rugosité assez élevée, due à l’âge de la surface, tandis que l’adhérence est élevée au début du tour. La traction et le freinage sont des éléments clés, tandis qu’une attention particulière devra être portée à la gestion de la surchauffe des pneus. Les pilotes qui ne parviennent pas à refroidir correctement leurs pneus peuvent éprouver des difficultés à se défendre contre les attaques de leurs adversaires, en particulier dans le premier et le dernier secteur. Un facteur important sera la température ambiante, les conditions météorologiques étant traditionnellement assez variables. L’an dernier, la course s’est déroulée en grande partie sur deux arrêts avec les gommes moyennes et dures, mais un seul arrêt pourrait également être envisagé cette année si la dégradation n’est pas trop importante.

LES PNEUS EN PISTE

  • Les équipes disposeront au Grand Prix d’Autriche du composé C3 comme P Zero White hard, du C4 comme P Zero Yellow medium et du C5 comme P Zero Red soft. Comme lors de la dernière course à Montréal, les trois composés les plus tendres de la gamme Pirelli F1 ont été désignés.
  • Le week-end de Spielberg sera le deuxième grand prix du calendrier à comporter un sprint de F1. Les qualifications, qui détermineront la grille de départ du Grand Prix, auront lieu le vendredi après-midi, après une seule séance d’essais libres dans la matinée. Le samedi sera consacré au Sprint Shootout et à la course Sprint. Au cours des trois courtes séances qui composent le Sprint Shootout (d’une durée de 12, 10 et 8 minutes respectivement), les équipes devront monter des pneus neufs et utiliser la gomme moyenne pour les Q1 et Q2. En Q3, seule la gomme tendre sera utilisée.
  • Le Red Bull Ring ne compte que 10 virages et le temps au tour le plus court de tous les circuits du championnat. Le record du tour est détenu par Carlos Sainz, de Ferrari, qui a bouclé le 68e tour du Grand Prix de Styrie 2020 en 1m05.619s, au volant d’une McLaren à moteur Renault chaussée de pneus P Zero soft (C4).
  • Le pilote ayant remporté le plus de victoires sur la version actuelle du circuit autrichien est Max Verstappen de Red Bull, avec quatre victoires sur les 18 courses organisées depuis 1997. Le constructeur le plus performant est Mercedes avec six victoires, grâce à Nico Rosberg, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas – qui ont tous remporté deux courses chacun.
  • La plupart des pilotes ont effectué deux arrêts l’an dernier, en commençant sur les pneus moyens et en effectuant deux relais sur les pneus durs. Les dépassements ont été nombreux, en particulier en milieu de peloton, et cinq voitures se sont disputé les places situées juste à côté du podium.
  • Les changements d’altitude du Red Bull Ring le placent en deuxième position après Spa-Francorchamps en termes de variation. Il y a une variation de plus de 60 mètres entre le point le plus bas de la piste – juste avant le virage 1 – et le point le plus haut, après le virage 2.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

C’est la deuxième course Sprint de la saison, elles sont toujours plus mouvementées et complexes par rapport à une course normale. La météo a l’air un peu imprévisible aussi, donc ça va certainement mélanger un peu les choses. Bien sûr, l’Autriche est une course à domicile pour nous. J’ai hâte de retrouver tous les supporters sur le circuit, et j’espère que nous offrirons un bon spectacle à tous ceux qui se trouveront dans les tribunes. Nous aimons toujours revenir en Autriche et je suis impatient d’essayer d’ajouter un nouveau trophée à la collection de l’équipe. Nous avons déjà obtenu de bons résultats là-bas, alors voyons ce que nous pouvons faire. Je me suis aussi bien amusé avant la course avec Yuki. Nous avons conduit des méga-camions dans une carrière, nous avons passé une bonne journée ensemble et c’est toujours agréable de voir Red Bull nous proposer des choses folles à faire !

Sergio Pérez, #11 :

C’est toujours une grande course en Autriche, c’est évidemment la maison de Red Bull et cela rend la course encore plus spéciale pour nous tous dans l’équipe. Je n’en reviens pas non plus du nombre de fans mexicains qui font le déplacement. Chaque année, sur le tapis vert en arrivant sur le circuit, je vois le drapeau mexicain, ce qui me fait sourire. En ce qui me concerne, je me concentrerai sur la piste, car je sais à quel point il est important pour moi d’avoir un week-end régulier et de produire un résultat dont je sais que je suis capable. La météo s’annonce délicate et c’est un week-end de Sprint, donc le temps passé dans la voiture pour les réglages sera minime et critique, nous devons maximiser chaque moment dont nous disposons pour nous préparer. Je me suis bien amusé lors du dernier week-end de Sprint à Bakou et j’ai eu beaucoup de succès, mais sur un circuit très différent. Je veux refaire la même chose, mais je sais que je dois me surpasser pour y parvenir.

Max et Yuki s’affrontent en HUGE Mega Trucks

Max affronte Yuki à bord d’énormes méga-camions sur un parcours d’obstacles tout-terrain construit sur mesure au fond de l’imposante mine d’Erzberg, en Autriche, dans le prochain épisode de la série de courses (non) sérieuses de l’équipe. Les énormes camions sont dotés de moteurs de 500 chevaux et de roues pesant plus de 700 kilogrammes !

  • En menant chaque tour du Grand Prix du Canada, Max est devenu le premier pilote de Formule 1 à mener trois courses consécutives du début à la fin depuis que Seb Vettel, de Red Bull, a réussi cet exploit en 2012 lors des GP du Japon, de Corée et d’Inde.
  • La série de 224 tours consécutifs en tête de Max depuis le GP de Miami est la plus longue série en F1 depuis que Nigel Mansell a mené 235 tours en 1992.
  • Si Max ou Checo remporte la victoire en Autriche, il s’agira de la 10e victoire consécutive de l’équipe, la meilleure de l’histoire de l’équipe et seulement une de moins que le record de tous les temps établis par McLaren en 1988.
  • Max a mené tous les tours des deux courses organisées au Red Bull Ring en 2021, devenant ainsi le seul pilote à gagner deux fois sur le même circuit la même année dans l’histoire du championnat.
  • Le Red Bull Ring est le circuit européen le plus élevé du calendrier 2023, à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, mais il se situe à moins de la moitié de l’altitude de Guadalajara, la ville natale de Checo, qui se trouve à 1 550 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Mercedes

L’équipe se rend à Spielberg pour la neuvième manche de 2023 et le deuxième week-end de sprint de la saison.

Toto parle de l’Autriche :

Il y a beaucoup de points positifs à retenir de la dernière course au Canada. Bien que nous n’ayons pas réussi à amener les deux voitures jusqu’au drapeau à damier, un podium est un résultat solide et nous avons vu des signes encourageants avec notre nouveau package.

L’Autriche est toujours un week-end spécial, car c’est ma course nationale et j’ai de bons souvenirs de ce circuit, à la fois avec l’équipe mais aussi depuis mes premières années de course et d’enseignement en tant qu’instructeur. C’est aussi le deuxième Sprint de la saison, il sera donc intéressant de voir l’impact qu’il aura sur le week-end, sur un circuit plus traditionnel.

Le circuit de Spielberg est court et semble simple sur le papier : plusieurs longues lignes droites entrecoupées de virages lents, à vitesse moyenne et rapides. Mais il s’agit d’un circuit difficile à mettre en place et à réussir.

Nous allons essayer de poursuivre sur la lancée des deux dernières courses et de continuer notre trajectoire positive avec la voiture. C’est un endroit où la W14 devrait être plus performante qu’au Canada, mais nous ne prendrons rien pour acquis. Comme toujours, nous travaillerons dur pour maximiser nos performances et obtenir de bons résultats.

Fiche d’information : Grand Prix d’Autriche

  • Avec un record du tour de seulement 1:02.939, établi par Valtteri Bottas en 2020, le circuit de Spielberg est le plus court en termes de temps sur le calendrier 2023.
  • Malgré cela, il se classe au cinquième rang des distances les plus courtes, avec 4,318 km. Seuls Monaco, Zandvoort, Mexico et Interlagos sont plus courts.
  • Avec seulement 10 virages, le Ring est le plus petit de tous les circuits de F1 actuels. Par ailleurs, les virages 2, 5 et 8 sont pris à plein régime et ne sont donc pas considérés comme des virages au sens technique du terme.
  • Sans surprise, compte tenu de la nature du circuit, c’est là que l’on observe le plus petit nombre de changements de vitesse de tous les tours de la saison, avec seulement 32.
  • La maniabilité d’une voiture est très sollicitée en Autriche, alors que le circuit exige une bonne adhérence mécanique à basse vitesse (virages 1, 3 et 4) et de bonnes performances à haute vitesse (virages 6-7 et 9-10). Les ingénieurs doivent trouver le meilleur compromis en matière de réglages afin d’obtenir le meilleur temps au tour.
  • Ce week-end marque la deuxième édition du nouveau format de week-end Sprint – les équipes participeront à la FP1 le vendredi avant que les qualifications n’aient lieu l’après-midi. Le samedi, les équipes participeront au Sprint Shootout, suivi du F1 Sprint, et le Grand Prix d’Autriche aura lieu le dimanche.
  • La différence d’altitude de 69 mètres entre le point le plus bas et le point le plus haut du circuit est l’une des plus importantes de la saison. Cela n’est pas surprenant étant donné que le circuit est situé dans les montagnes de Styrie.
  • Il présente également une forte déclivité d’un bord à l’autre de la piste par endroits, comme en témoignent les virages 3 et 4. Ici, le circuit s’incline vers l’apex lorsque la voiture franchit la crête en accélérant à la sortie du virage. Une roue peut alors quitter le sol, ce qui pose des problèmes de freinage, de stabilité et de traction.
  • Le circuit comporte trois zones de freinage très dures successives à l’approche des virages 1, 3 et 4. Comme les freins ne peuvent pas refroidir suffisamment sur le reste de la piste, le tour étant relativement court, cela a un impact sur les pressions maximales et l’usure générale.
  • C’est pourquoi les équipes doivent refroidir les freins autant que possible. Cela pose un problème pour la mise en température des pneus avant. Avec un tour extérieur court, il est difficile de les placer dans la bonne fenêtre de fonctionnement pour un tour de qualification.
  • Ring est connu pour ses bordures agressives et est considéré comme l’un des tests les plus difficiles pour la suspension des véhicules. Cela s’applique particulièrement aux bordures à la sortie de T1, T6 et T7, qui font payer un lourd tribut aux voitures en raison de leur amplitude (c’est-à-dire l’écart entre le point le plus haut et le point le plus bas des bordures) et de la fréquence (effet de vitesse) à laquelle elles sont prises.

Aston Martin

Lance Stroll, #18 :

« J’ai hâte de retourner en Europe pour quatre courses dans les prochains mois, toutes sur des circuits très différents. Le Red Bull Ring est un circuit difficile et compact avec deux moitiés distinctes. Alors que la première mi-temps comporte trois lignes droites DRS, la seconde est une séquence de virages rapides, c’est donc une piste amusante à parcourir.

« Notre week-end change légèrement avec le format Sprint, ce qui signifie que FP1 est très concentré sur la composition de la voiture et la mise à niveau avant les qualifications vendredi après-midi. L’événement Sprint de samedi apporte un élément supplémentaire à considérer tout au long du week-end alors que nous essayons de maximiser notre retour de points.

Fernando Alonso, #14 :

« C’était formidable de revenir sur le podium au Canada. Les améliorations que nous avons apportées à la voiture semblaient bien fonctionner et nous continuerons à optimiser les réglages à mesure que nous irons en Autriche.

« C’est un tour rapide et court ici et il offre généralement de bonnes courses et des dépassements. Vous devez faire attention aux zones de dégagement et essayer d’éviter d’endommager les voitures avec les bordures dures. J’ai hâte de voir ce que nous pouvons faire. L’objectif sera de conserver cette forme et de marquer autant de points pour l’équipe que nous essayons de reprendre la deuxième place du championnat des constructeurs.

Aperçu et rapidité avec Cognizant

  • Interruptions de course : Le taux de déploiement des voitures de sécurité est relativement faible sur le Red Bull Ring. Au cours des cinq derniers Grands Prix ici, il y a eu cinq voitures de sécurité, mais trois d’entre elles sont apparues dans le Grand Prix d’Autriche 2020. Quant aux voitures de sécurité virtuelles, il n’y a eu que deux VSC depuis l’introduction du système en 2015.
  • Dépassement : Avec trois zones DRS, il n’est pas difficile de dépasser au Red Bull Ring. Plus de 80 % des dépassements utilisent le DRS et la plupart de ces dépassements ont lieu dans les virages trois et quatre. Avec une course de 330 mètres jusqu’au virage 1 depuis la pole position, les pilotes peuvent également regagner des positions dans le premier tour.
  • Stratégie : Comme ce fut le cas en Autriche la saison dernière, les composés Pirelli les plus tendres sont en jeu ce week-end. Les composés C3, C4 et C5 sont disponibles mais il n’y a qu’une heure d’entraînement – ​​le vendredi – en raison du Sprint. Les virages à grande vitesse signifient une plus grande dégradation des pneus et la possibilité d’une course à arrêts multiples.
DRS
Turns and Sectors

 

Ferrari

SORTIE EN 65 SECONDES

Ce week-end, le circuit de Spielberg, situé dans les collines de Styrie, accueille le 35e Grand Prix d’Autriche. Le tracé est l’un des plus courts de la saison, avec seulement 4,3 kilomètres de long et dix virages. L’unité de puissance est testée sur trois longues lignes droites, mais Spielberg reste un circuit nécessitant un niveau moyen à élevé d’appui aérodynamique, en raison des virages exigeants du secteur 2. Il y a trois zones DRS, une sur la ligne droite principale, une autre dans la montée entre les virages 2 et 3, puis une autre entre les virages 3 et 4. Elles facilitent les dépassements, notamment dans la zone de freinage du virage 3, qui est le seul test vraiment exigeant pour les disques Brembo, tandis que l’entrée dans le virage 4 est une autre opportunité de dépassement.

De bons souvenirs. Cette course a été organisée pour la première fois en tant que manche du championnat du monde en 1964, sur un tracé en « L » de l’aérodrome de Zeltweg, où le vainqueur était Lorenzo Bandini au volant d’une Ferrari 156 F1-63. La course est revenue au calendrier en 1970 sur le nouveau circuit de l’Osterreichring, d’une longueur de près de six kilomètres, qui sillonnait les collines entre les villages de Zeltweg et de Spielberg. Jacky Ickx et Clay Regazzoni ont réalisé un doublé pour la Scuderia au volant de la 213 B. Le Spielberg révisé a fait son retour au calendrier de 1997 à 1993 : Eddie Irvine a gagné pour Ferrari en 1999, tandis que Michael Schumacher a fait de même en 2002 et 2003. Depuis 2014, la course est devenue un rendez-vous régulier. L’année dernière, Charles Leclerc a gagné avec la F1-75.

Spielberg accueille le deuxième week-end Sprint de la saison, avec d’autres à venir en Belgique, au Qatar, aux États-Unis et au Brésil. La course se déroule sur 100 km le samedi et constitue un événement à part entière, avec ses propres qualifications plus tôt dans la journée.

Programme. Une heure d’essais libres est prévue le vendredi à 13 h 30 (CEST), suivie à 17 h 00 par les qualifications, qui établissent la grille de départ du Grand Prix de dimanche, qui débute à 15 h. Les qualifications pour le Sprint – le Sprint Shootout – ont lieu samedi à 12 heures. Par rapport à une qualification normale, le temps disponible pour chacune des trois phases est réduit à 12, 10 et 8 minutes respectivement, tandis que les pilotes ne disposent que d’un seul train de pneus par séance : Medium pour SQ1 et SQ2 et Soft pour SQ3. Les règles du Parc Ferme s’appliquent à partir du début des qualifications du vendredi et se terminent une fois la course lancée le dimanche. Le départ de la course Sprint sera donné à 16h30 et l’utilisation du DRS sera autorisée à partir du deuxième tour, tandis que les huit premiers de la course marqueront des points de 8 à 1.

Frédéric Vasseur Directeur de l’équipe :

Après le Canada, nous revenons maintenant pour terminer la partie européenne de la saison, en nous rendant sur certains des sites classiques du calendrier, en commençant par des courses consécutives en Autriche et en Angleterre.

A Spielberg, nous aborderons le deuxième week-end Sprint de l’année, ce qui signifie que Charles, Carlos et les 18 autres pilotes ne disposent que d’une heure d’essais libres avant d’aborder les qualifications. Nous avons donc passé beaucoup de temps à travailler dur à l’usine et dans le simulateur pour être aussi bien préparés que possible.

Nous nous sommes surtout attachés à faire en sorte que nos pilotes puissent tirer le meilleur parti de l’ensemble SF-23, comme ils ont d’ailleurs pu le faire lors de la course de Montréal. Nous espérons avoir un week-end simple de vendredi à dimanche et si nous y parvenons, je suis sûr que nous pourrons ramener un bon résultat à la maison.

Statistiques Ferrari :

  • GP disputés 1060
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,83%)
  • Pole positions 243 (22.92%)
  • les plus rapides 259 (24.43%)
  • Total des podiums 799 (25.12%)

Statistiques Ferrari GP d’Autriche :

  • GP disputé 34
  • Débuts 1964 (L. Bandini 1er ; J. Surtees ret.)
  • Victoires 6 (17.65%)
  • Pole positions 8 (23.53%)
  • Tours les plus rapides 5 (14.70%)
  • Total des podiums 27 (26.47%)

Trois questions à Davide Mazzoni :

  1. Pour vous, spécialistes des moteurs, quels sont les défis posés par le circuit de Spielberg, en particulier la longue montée vers le virage 3 ?

Le premier secteur de la piste menant au virage 3 est constitué de virages lents qui relient de longues lignes droites en montée. Cette section met en évidence non seulement la puissance du moteur, mais aussi sa maniabilité, ce qui est essentiel pour assurer une accélération efficace en sortie de virage. En outre, le circuit de Spielberg est situé à près de 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui réduit la densité de l’air. Si cela n’affecte pas le moteur turbo en termes de performances, sa plage de fonctionnement nécessite des cartographies spécifiques.

  1. Il y a trois longues lignes droites où le DRS peut être déployé. Quelles sont les contraintes qui pèsent sur l’unité de puissance ?

Disposer de trois zones DRS sur un circuit relativement court, avec des points de freinage très sévères mais de courte durée, nécessite une optimisation extrême de la gestion de l’énergie de l’unité de puissance. Le système comprenant l’ERS, le MGU-K, le MGU-H et l’ICE (moteur à combustion interne) est soumis au stress du transfert continu de l’énergie de la phase de récupération à sa libération dans les sections à haute vitesse, ce qui est essentiel pour réaliser un bon temps au tour et pour doubler.

  1. Parlez-nous un peu de vous. Quel a été le parcours qui vous a amené à Ferrari et que signifie pour vous le fait de travailler pour cette entreprise ?

Depuis que j’ai commencé mes études d’ingénieur, j’ai toujours eu le rêve, qui s’est ensuite transformé en objectif, de travailler pour Ferrari. En près de 30 ans de carrière, j’ai pu contribuer au développement de moteurs à hautes performances, tant pour les applications de course que pour les véhicules routiers à deux ou quatre roues. La première fois que j’ai travaillé pour Ferrari, c’était à l’époque de Michael Schumacher. J’étais alors un jeune ingénieur très enthousiaste, désireux de faire des choses, et j’ai eu la chance de travailler au sein d’une équipe incroyable. Je profite aujourd’hui de cette deuxième expérience avec le même enthousiasme pour mon travail, conscient que Ferrari est unique et qu’en faire partie est quelque chose qui se mérite au quotidien.

Grand Prix d’Autriche : faits et chiffres

  1. Le nombre de pilotes autrichiens qui ont couru pour Ferrari en Formule 1 : le triple champion du monde Niki Lauda, qui a apporté le titre à Maranello en 1975 et 1977, en remportant 15 Grands Prix pour la Scuderia, et Gerhard Berger avec cinq victoires en rouge à son nom. À eux deux, ils ont disputé 153 Grands Prix pour la Scuderia, décrochant également 30 pole positions, 21 meilleurs tours en course et 56 podiums.

 

  1. C’est le nombre de manches du championnat du monde de Formule 1 qui se sont déroulées à Spielberg au cours des trois dernières saisons. En 2020 et 21, le circuit autrichien a accueilli les Grands Prix d’Autriche et de Styrie, ce qui est unique. En 2020, lorsque Covid-19 a eu un impact majeur sur le calendrier, Silverstone a accueilli deux manches, ainsi que Sakhir à Bahreïn, ce dernier utilisant deux tracés différents. L’année suivante, seul Spielberg accueillait encore deux manches consécutives.

 

  1. Les villages qui composent la municipalité de Spielberg, connus localement sous le nom de Katastralgemeinden. Outre Spielberg, il s’agit de Einhörn, Laing, Lind, Massweg, Pausendorf, Sachendorf, Schönberg et Weyern.

 

  1. L’âge d’un jeune apprenti pâtissier, Franz Sacher, en 1832, lorsqu’il inventa la Sachertorte éponyme, l’un des gâteaux les plus célèbres au monde. Sacher, qui aimait particulièrement le chocolat, était employé par le chancelier autrichien Klemens von Metternich. Un jour, le chef cuisinier est malade et Sacher doit trouver un dessert pour un dîner officiel. Le jeune homme décide de prendre un pari et propose sa propre recette, qui remporte un franc succès et lance sa carrière.

 

  1. C’est le nombre de tours effectués lors de la seule édition du GP d’Autriche qui n’a pas été complète. Cela s’est passé en 1975 et la course a été remportée par le pilote le plus âgé en piste, Vittorio Brambilla, 37 ans, dans une March. L’Italien a pris le départ en huitième position, puis a démontré ses talents de pilote par temps de pluie, se frayant un chemin à travers le peloton pour prendre la tête au 19e tour, après un moment d’hésitation de James Hunt alors que la pluie s’intensifiait rapidement. Au 29e tour, les conditions étaient si mauvaises que la course a été suspendue, mais le drapeau à damier a été présenté aux pilotes et la course s’est donc achevée. Brambilla est parti en tête-à-queue et a heurté les barrières au moment de franchir la ligne, endommageant l’avant de sa voiture, mais il avait déjà gagné. Vittorio, dont le frère Tino était très apprécié par Enzo Ferrari en tant que pilote d’essai, a ainsi remporté la seule victoire de sa carrière en F1, la première victoire d’un pilote italien depuis que Ludovico Scarfiotti est monté sur la plus haute marche du podium lors du Grand Prix d’Italie 1966.

 

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente en avant-première la 10e manche du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2023, le Grand Prix d’Autriche au Red Bull Ring.

Esteban Ocon, #31 :

« C’est bien d’être de retour à Spielberg car j’aime vraiment revenir ici. J’ai eu un bon résultat ici l’année dernière, donc nous espérons avoir un autre bon week-end comme celui-là. Quant à la piste elle-même, elle présente des défis intéressants avec les virages serrés à basse vitesse contrastant avec les virages intérieurs plus rapides aux virages 6 et 7. De plus, les changements d’élévation importants ajoutent au défi et rendent certaines zones de freinage délicates. Néanmoins, c’est amusant à conduire et j’espère que nous pourrons en profiter du format week-end Sprint pour récolter de précieux points. »

Pierre Gasly, #10 :

« J’aime beaucoup l’Autriche. C’est l’un de ces circuits européens classiques avec une sensation traditionnelle et une bonne ambiance qui va avec. C’est l’un des circuits les plus courts du calendrier mais il est rapide et très gratifiant. Il a de gros freins zones ainsi que des virages rapides, en particulier le secteur 3 avec les deux virages à droite rapides. Nous avons de bonnes opportunités ce week-end avec le format Sprint. C’est deux séances de qualification et deux courses où nous devons être dessus dès le premier tour. Nous avons quelques travaux inachevés après la déception à Bakou – le premier Sprint de la saison – et je me sens prêt pour cela en Autriche ce week-end. »

McLaren

« Les choses s’annoncent bien, alors on va se donner à fond ».

Le calendrier de la Formule 1 s’est considérablement diversifié au fil des ans. De la campagne aux villes, presque tous les types de paysages sont représentés. Situé dans les montagnes autrichiennes, Spielberg se trouve à l’extrémité rurale de cette échelle, avec l’un des environnements les plus verdoyants du sport.

Il y a quelque chose dans la campagne qui vous donne le sourire et l’Autriche a été un terrain de chasse heureux pour McLaren au fil des ans, avec beaucoup d’argent à montrer pour nos efforts, y compris le premier podium de Lando en F1.

Avant notre dernier voyage dans les montagnes, nous avons rassemblé un kit de survie rempli d’informations pour vous aider à passer le cap. Le guide du Grand Prix de cette semaine contient des conseils et des astuces de Lando, Oscar et Andrea Stella, le directeur de l’équipe, des informations sur le circuit et la région, ainsi que des conseils sur les vêtements à porter.

Lando Norris, #4 :

« Le Grand Prix du Canada a été difficile mais amusant. Il y a eu de bons dépassements et nous avons pu nous battre pour des points en piste. Depuis, j’ai repris le MTC et la simulation cette semaine pour me préparer pour l’Autriche.

« Le Red Bull Ring est l’un de mes circuits préférés. Il me rappelle beaucoup de bons souvenirs, puisque j’y ai décroché mon premier podium. C’est aussi un week-end de Sprint, ce qui le rend toujours plus intéressant. Tout est prometteur, alors nous allons nous rendre sur place et donner le meilleur de nous-mêmes.

Oscar Piastri, #81 :

« Je suis content de mes débuts au Canada. Après une Q3 frustrante, mon dimanche s’est terminé juste à côté du top 10. Il y a eu beaucoup d’apprentissage, et mes ingénieurs et moi avons tout passé en revue au CTM cette semaine.

« J’ai hâte de retourner au Red Bull Ring, cette fois au volant d’une F1. J’ai bien aimé le nouveau format Sprint à Bakou, alors j’ai hâte d’en faire à nouveau l’expérience ce week-end et, je l’espère, de rapporter des points à l’équipe.

Aucune montagne n’est assez haute

Le Red Bull Ring est plus qu’une belle course. Les Alpes styriennes offrent une toile de fond magnifique pour un tour scintillant. Avec ses 4,318 km de long, c’est un circuit court, mais il contient beaucoup de choses.

Pour une région rurale, le rythme est soutenu. Le départ est marqué par les lignes droites, la puissance et la faible traînée étant récompensées, tandis que le second est orienté vers une configuration à forte downforce, avec beaucoup de virages et moins d’occasions d’appuyer sur le champignon. Le choix de l’une ou l’autre de ces configurations est un casse-tête annuel pour les équipes et dépend en grande partie des points forts de la voiture.

Les meilleures opportunités de dépassement se situent dans la première moitié du tour, avec des mouvements possibles dans les virages 2, 3 et 4. Les trois principales opportunités de dépassement se succédant rapidement, cela peut donner lieu à des allers-retours passionnants entre les pilotes.

Le temps peut changer d’un moment à l’autre sur le Red Bull Ring, alors ne soyez pas surpris de le voir passer d’un soleil brûlant à une pluie battante en un clin d’œil. Cette dernière semble nous convenir le mieux en ce moment, comme l’a expliqué Oscar dans une interview la semaine dernière, lorsque l’Australien a parlé des points forts du MCL60 lorsqu’il fait « froid et humide ».

La dernière fois

Le Grand Prix du Canada a été un week-end en deux temps. Oscar a chuté lors des qualifications, mais a tout de même réussi à se hisser à la huitième place, suite à une pénalité infligée à Carlos Sainz, tandis que Lando a pris la septième place.

Ils ont ensuite pris un bon départ, Oscar dépassant Lando et Nico Hulkenberg pour prendre la sixième place, tandis que le pilote britannique s’accrochait à la huitième. Les deux pilotes sont sortis du top 10 après un ravitaillement pendant une période de Safety Car et, malgré plusieurs dépassements, ils n’ont pas réussi à revenir. Les tentatives de Lando n’ont pas été facilitées par une pénalité de cinq secondes pour conduite antisportive, et nous avons quitté Montréal les mains vides.

Le décor

Spielberg – tout comme le circuit – est petit. La piste est située au cœur des Alpes strasbourgeoises et offre sans doute le tour le plus époustouflant du calendrier. Outre ses magnifiques montagnes et forêts, la région est également connue pour ses stations thermales et ses châteaux, de sorte que les promeneurs parmi vous auront de quoi s’occuper en dehors de la course.

Les randonneurs auront donc de quoi s’occuper en dehors des courses. Et c’est tant mieux, car vous devrez prévoir beaucoup de place pour manger et boire. Les saucisses autrichiennes et les Wiener Schnitzels devraient figurer en tête de votre liste de mets salés, tandis que les Apfelstrudel viennois devraient faire partie de vos délices sucrés à goûter absolument. Spielberg propose également une gamme impressionnante de vins et de bières, pour ceux d’entre vous qui aiment les boissons alcoolisées.

Spriiiiiiiiiiint

Vous pouvez obtenir tous les détails sur le format du Sprint ici, mais le grand changement pour cette année est qu’il s’agit maintenant d’un événement indépendant, qui n’affecte pas la grille de départ du dimanche. Cela signifie que nous aurons deux séances de qualification, l’une pour le Sprint et l’autre pour le Grand Prix de dimanche.

La course Sprint proprement dite suivra le même format qu’en 2022, avec des points distribués aux huit premiers : le vainqueur remporte huit points, et le pilote huitième ne gagne qu’un point. Contrairement à 2022, l’ordre d’arrivée de la course sprint n’aura pas d’incidence sur la grille de départ du Grand Prix de dimanche. La course de dimanche se déroulera donc comme d’habitude… Vous comprenez ? Bon.

Andrea Stella :

« Nous revenons du Canada avec des sentiments mitigés. D’un côté, il est dommage que la pénalité de cinq secondes infligées à Lando ait entraîné une rétrogradation en P13, mais d’un autre côté, nous avons fait preuve d’un meilleur rythme et les deux voitures se battaient pour les points.

« Nous nous concentrons maintenant sur ce double rendez-vous, qui commence par l’Autriche ce week-end. Le GP d’Autriche est également un week-end de course de sprint. Avec une seule séance d’essais, nous allons essayer d’être prêts tout de suite et d’être compétitifs sur un circuit où nous avons eu des résultats positifs les années précédentes. »

Dossier d’information :

  • Avec six victoires, nous sommes à égalité avec le plus grand nombre de victoires en Autriche.
  • Lando n’a jamais terminé en dehors du top 6 en Autriche lorsqu’il courait en F1.
  • Lando a décroché son premier podium en F1 lors du Grand Prix d’Autriche 2020
  • Oscar a remporté la course de Formule 3 de 2020 au Red Bull Ring.
  • L’Autrichien Niki Lauda a été le premier pilote McLaren à remporter le Grand Prix d’Autriche.
  • Alain Prost, Mika Häkkinen et David Coulthard ont tous gagné pour nous en Autriche.
  • En 1999, Häkkinen est passé de la dernière à la première place pour gagner en Autriche après avoir été poussé hors de la piste par son coéquipier Coulthard.
  • Avant de gagner en 2001, Coulthard avait terminé deuxième du Grand Prix d’Autriche quatre années de suite.

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team Stake se rend en Autriche pour la dixième manche du championnat du monde de Formule 1 2023. Après avoir terminé deux fois dans les dix premiers, l’équipe se rendra en Styrie pour prolonger sa série positive et continuer à tirer des performances de sa voiture C43.

L’ancien et le nouveau

L’ancien et le nouveau sont rarement présentés comme allant de pair. Cette paire de mots est le plus souvent perçue comme une dichotomie, comme deux éléments destinés à ne pas se mélanger – du moins pas naturellement – tentent de le faire, et les résultats sont, au mieux, décevants, au pire, carrément mauvais. Pourtant, il existe un point où l’ancien et le nouveau peuvent coexister, non seulement pacifiquement, mais dans un état où ils s’améliorent l’un l’autre, où ils créent quelque chose de spécial : tout simplement, ils produisent de la magie.

Ce point d’équilibre est visible en Autriche, où que l’on aille : un pays attaché à ses traditions, mais passionnément moderne ; un pays d’histoire qui est prêt à écrire son avenir passionnant. Et cet équilibre n’est jamais aussi fort que sur le circuit qui est prêt à accueillir le Grand Prix d’Autriche.

Österreichring, A1-Ring, Red Bull Ring, ou simplement Spielberg ou, pour ceux qui se souviennent d’une époque encore plus lointaine, lorsque la course se déroulait sur un aérodrome situé en aval du site actuel, Zeltweg, ce circuit a connu autant de changements d’identité que de modifications de son tracé. Le philosophe Plutarque s’est demandé un jour combien de changements il serait possible d’apporter à une entité avant qu’elle ne perde son identité : si le Red Bull Ring n’est pas le vaisseau de Thésée, on pourrait en dire autant du circuit styrien.

Le tracé intimidant de l’Österreichring a disparu, ses grands virages sur lesquels Peterson, Brambilla et Lauda, le héros local, se sont tous battus, ont été relégués à l’histoire ; certaines parties de la piste d’origine sont toujours utilisées dans son nouveau tracé, plus court et plus agile, utilisé pour la première fois en 1997, mais la piste est très différente. L’accueil du nouveau tracé n’a pas été universellement positif, mais l’argument selon lequel la constitution n’est pas l’identité a été renforcé par la série de courses divertissantes et passionnantes que le nouveau tracé a permis d’organiser – et qui sont encore aujourd’hui une caractéristique du Red Bull Ring.

Dans le nouveau Ring, la tradition de l’un des sites classiques de la Formule 1 se mêle à la modernité pour produire une piste passionnante, conviviale pour les fans et dotée d’installations parmi les plus impressionnantes de la discipline. L’ancien et le nouveau se rejoignent, non pas en opposition mais en synergie, pour créer quelque chose d’unique. C’est une course que l’on attend avec impatience, un événement que l’on savoure et que l’on apprécie.

C’est donc presque par dessein philosophique que ce circuit est celui qui verra les débuts d’un nouveau projet pilote du sport, avec l’introduction de sources d’énergie durables pour alimenter les opérations du paddock et une réduction prévue de plus des trois quarts de sa production de CO2. Le sport le plus traditionnel est alimenté de la manière la plus innovante qui soit, dans un site classique réimaginé pour l’avenir. Comme la naissance d’un enfant, une nouvelle page est ajoutée, la dernière d’un livre long et précieux : un livre qui s’appuie sur l’héritage et l’importance de tout ce qui a précédé, mais un livre vierge et plein de potentiel.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Alors que nous nous dirigeons vers l’Autriche, nous sommes déterminés à poursuivre la tendance positive que nous avons affichée lors des dernières courses. Revenir du Canada avec un point de plus à notre actif a été une récompense précieuse pour l’équipe, et nous savons que chaque point peut potentiellement faire la différence à la fin de la saison. Nous avons eu un bon rythme de course à Montréal, ce qui prouve que la C43 peut se battre pour le top 10. Nous nous concentrons maintenant sur l’amélioration de nos performances en qualification, et l’équipe a travaillé dur sur cet objectif ces dernières semaines : notre rythme de course est bon et des places plus élevées sur la grille peuvent faciliter le travail dans la poursuite des points. Le Grand Prix d’Autriche accueillera la deuxième épreuve de sprint de l’année, et nous sommes pleinement conscients du fait qu’elle peut ajouter de l’imprévisibilité au mélange : avec seulement une séance d’essais disponible, il sera crucial de tout exécuter au mieux. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Le top 10 obtenu par l’équipe au Canada nous a rendus encore plus motivés. Notre objectif est de poursuivre notre bonne forme et d’étendre notre série de points. Tout au long de ma carrière, j’ai toujours aimé courir ici à Spielberg : J’y ai obtenu de bons résultats, dont mon premier podium et deux victoires. Avec le format de l’épreuve Sprint, et moins de temps d’entraînement sur la piste, il sera important d’avoir un bon feeling avec la voiture dès le début, et de s’appuyer sur cela, en particulier lors des qualifications. Nous savons que nous avons le potentiel pour bien faire, et si nous continuons à faire notre travail, nous resterons dans la lutte pour le top 10. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Alors que nous nous dirigeons vers l’Autriche, j’ai hâte de retrouver les bonnes performances que nous avons réalisées récemment. Il reste encore plusieurs courses à disputer et de nombreux points sont à notre portée si nous continuons à progresser. Le programme d’amélioration que nous avons mis en place il y a quelques courses fait la différence, et je suis prêt à donner le meilleur de moi-même en piste pour en exploiter tout le potentiel. Nous savons qu’un dixième peut faire une grande différence lors des qualifications : lors d’un week-end de Sprint, c’est encore plus important. Nous devons rester concentrés et au sommet de notre art tout au long du week-end : c’est ainsi que nous obtiendrons des résultats encore meilleurs.

Haas

La 10e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023 emmène MoneyGram Haas F1 Team sur le Red Bull Ring, pour le Grand Prix d’Autriche.

L’Autriche a fait sa première apparition en Formule 1 en 1964, à l’aéroport de Zeltweg, mal-aimé et sans caractéristiques, et lorsqu’elle a fait son grand retour au championnat en 1970, elle l’a fait sur le nouveau Österreichring, un circuit rapide et vallonné dans les collines au-dessus du village de Spielberg.

L’Autriche est restée au programme jusqu’en 1987, avant de disparaître, puis de réapparaître de 1997 à 2003 sur le circuit A1-Ring, raccourci et rebaptisé.

Une autre absence a suivi, l’installation entière tombant dans un état de délabrement, avant d’être rachetée et rénovée par Red Bull. La Formule 1 est revenue en Autriche en 2014 au Red Bull Ring, rebaptisé et rafraîchi.

Avec seulement 4,3 km et 10 virages, c’est l’un des circuits les plus courts du calendrier, et avec des temps au tour d’environ 65 secondes, l’Autriche offre l’une des séances de qualification les plus serrées de la saison.

Red Bull Ring, Autriche

Pour la quatrième année consécutive, il y aura deux séances d’extinction des feux en Autriche. Le site a accueilli des Grands Prix consécutifs en 2020 – y compris l’épreuve d’ouverture de saison retardée – et en 2021, en raison de la pandémie.

La saison dernière, l’Autriche est revenue à un seul grand prix, mais a accueilli la F1 Sprint. Une fois de plus, le format à deux courses sera utilisé ce week-end, avec des séances de qualification séparées pour la course Sprint et le grand prix, comme cela avait été le cas pour la première fois à Bakou en avril. Il s’agira de la deuxième des six épreuves de F1 Sprint organisées jusqu’à la fin de la saison 2023.

Le Red Bull Ring rappelle de bons souvenirs à l’équipe MoneyGram Haas F1 Team. Son meilleur double classement de quatrième et cinquième a eu lieu lors de l’édition 2018 de l’événement, tandis que l’année dernière, les deux voitures ont été classées parmi les huit premiers du grand prix.

La cinquième place, en 2018, représente le meilleur résultat de Kevin Magnussen en Autriche, tandis que Nico Hulkenberg a atteint la sixième place en 2015, avant d’obtenir une place sur la première rangée de la grille de départ pour la course de 2016.

Guenther Steiner – Directeur d’équipe :

Le Grand Prix du Canada a connu des hauts et des bas pour l’équipe, tant en qualifications qu’en course. Après avoir eu quelques jours pour analyser le week-end, que pouvez-vous nous dire sur les caractéristiques de la VF-23, qui est capable d’un très bon rythme sur un tour lors des qualifications du samedi, comme en témoignent ses multiples apparitions en Q3, mais qui a ensuite du mal à garder les pneus en vie dans les conditions de la course le dimanche ?

« Nous étudions les très bonnes performances que nous avons en qualifications et les moins bonnes performances en course pour le moment. Nous essayons de mettre le doigt dessus, mais pour les prochaines courses, nous allons peut-être essayer de trouver un meilleur compromis entre les deux sessions, les qualifications et la course, donc quelque chose entre les deux. Nous travaillons dur sur ce point et nous essayons de trouver ce que nous pouvons faire lors des prochaines courses pour l’améliorer.

En termes simples, quel est le pronostic à court et à long terme pour résoudre les problèmes actuels de la VF-23 et cela aura-t-il un impact sur le travail entrepris sur la VF-24 ?

« Nous travaillons d’arrache-pied pour essayer de comprendre pourquoi il y a une telle différence entre être très rapide et ne pas être aussi bon en course. Nous avons quelques pistes et il est certain que cela aura un impact sur la conception de la VF-24. Il est évident que nous devrons retirer cette caractéristique de la voiture l’année prochaine.

Les commentaires détaillés de Kevin Magnussen et de Nico Hulkenberg sont évidemment cruciaux pour le développement de la VF-23. Pouvez-vous nous parler de ce qu’ils apportent tous les deux à la table d’ingénierie et de ce que vous avez observé chez eux cette année, au fur et à mesure que la saison avançait ?

« Je dois admettre que je suis très satisfait de Kevin et de Nico, qui font partie intégrante des efforts déployés pour résoudre le problème et trouver la solution, pour trouver une solution à court et à long terme, et ils sont tous les deux très positifs. Ils sont tous les deux très positifs. Pas sur la performance en course pour le moment, mais positifs sur le fait que nous pouvons sortir du problème que nous avons maintenant.

En ce qui concerne le Grand Prix d’Autriche, le Red Bull Ring a souvent été un terrain de chasse favorable pour l’équipe, avec des points au Sprint et un doublé au Grand Prix de l’année dernière. Compte tenu de la situation actuelle de l’équipe, comment abordez-vous cette prochaine course et la brièveté du circuit permettra-t-elle à la VF-23 de démontrer certains de ses points forts ?

« Nous abordons cette course un peu comme une séance d’essais. Nous avons beaucoup de choses à faire pour essayer de résoudre nos problèmes de rythme de course, donc nous avons quelques idées. Comme nous avons deux courses ce week-end, nous avons deux fois plus de temps pour essayer de faire différentes choses. Évidemment, nous essayons toujours d’obtenir le meilleur résultat possible, mais il se peut aussi que nous fassions un compromis pour vraiment comprendre ce qui se passe avec notre voiture le jour de la course.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Nous avons obtenu un bon résultat lors de la dernière épreuve à Montréal et ce week-end, nous souhaitons consolider ce résultat avec une autre bonne performance.

Ce week-end, les deux voitures seront équipées des pièces améliorées que seul Alex a utilisées au Canada. Nous avons également pu procéder à quelques ajustements mineurs au niveau de la barrière extérieure du plancher et de l’ailette du conduit de frein avant afin d’obtenir un peu plus de performance avec le nouveau plancher. Les deux voitures bénéficieront de ces derniers développements mais, comme il s’agit d’une épreuve de sprint, il y aura peu de temps pour évaluer les performances supplémentaires.

Il s’agit de la deuxième épreuve de sprint de la saison, mais nous nous attendons à ce qu’elle soit plus exigeante que celle de Bakou ; la quantité limitée de pneus et l’utilisation obligatoire de certains composés à certains moments sont peut-être plus restrictives sur ce circuit court et rapide. La menace de pluie pour samedi ajoute à la complexité potentielle, mais pourrait nous donner l’occasion d’exploiter le rythme de la FW45.

Les deux pilotes connaissent bien ce circuit et Logan a connu beaucoup de succès lors de ses précédentes visites. Cela devrait les aider à démarrer la première journée d’essais sur les chapeaux de roue et à surmonter le temps de réglage limité avant les qualifications de vendredi soir.

Alex Albon, #23 :

J’ai hâte d’être en Autriche après un excellent week-end au Canada. Ce circuit est un autre circuit qui devrait convenir à notre voiture plus que d’autres. Avec ce format de week-end de sprint et la pluie, tout est à faire. Nous allons viser les points, alors travaillons pour y parvenir.

Logan Sargeant, #2 :

J’ai beaucoup de bons souvenirs de l’Autriche dans le passé. J’ai hâte d’y retourner et de poursuivre sur cette lancée. Un autre week-end de sprint offre plus d’opportunités, et je pense que ce sera un week-end amusant et excitant !

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21 :

« J’ai apprécié l’expérience de Montréal, mais en tant qu’équipe, nous avons manqué un peu de performance sur la piste et nous n’avons pas exécuté le meilleur week-end sur tous les fronts. Personnellement, mais aussi avec l’équipe, nous n’avons pas toujours pris les bonnes décisions, ce qui s’est traduit par un week-end peu compétitif et aucun point au tableau. C’est évidemment décevant, mais nous devons regarder vers l’avenir, et nous avons deux circuits à venir que je connais. Nous avons des mises à jour prévues pour le Red Bull Ring et Silverstone, c’est donc quelque chose que nous attendons avec impatience et j’espère que nous pourrons avoir deux bons week-ends en Europe.

« Spielberg est un circuit assez court, mais il est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît. Vous pouvez perdre beaucoup de temps si vous faites des erreurs et c’est vraiment un circuit qui est difficile pour les freins. Il y a beaucoup de lignes droites, mais aussi quatre virages à grande vitesse. Dans la recherche de la performance ultime, le compromis entre les niveaux d’appui n’est pas si simple : vous voulez mettre un peu plus d’ailerons, mais vous voulez aussi un ensemble qui soit compétitif et qui vous permette de vous battre. Généralement, cela implique aussi une pénalité, à savoir un peu plus de glisse lorsque l’on a moins d’appui, ce qui rend les pneus un peu plus durs. Je pense qu’en termes de décisions et de compromis, le Red Bull Ring est un peu plus difficile que ce que l’on pourrait croire en regardant la carte du circuit. C’est un week-end de Sprint et c’est certainement beaucoup plus difficile parce qu’il y a beaucoup moins de temps de piste, donc vous devez être dessus tout de suite. En fait, j’aime le format Sprint et je pense que c’est bien d’avoir une deuxième course. Cela permet d’avoir un premier aperçu de ce à quoi on peut s’attendre pour la course de dimanche, et plus d’action pour les fans, plus de divertissement et un peu plus de spectacle.

« L’endroit est spécial ; le paysage est magnifique et pour notre équipe, nous le vivons tous comme une course à domicile pour la famille Red Bull. Et de mon point de vue personnel, le week-end du Red Bull Ring a toujours été très bien suivi par les fans néerlandais, ce qui signifie qu’il y a beaucoup d’orange autour de la piste, donc ce sera un week-end passionnant et nous ferons de notre mieux pour rendre tout le monde fier.

Yuki Tsunoda, #22 :

« Au Canada, nous n’avons pas réussi à tout mettre en œuvre, ce qui est dommage car nous avions probablement le rythme nécessaire pour marquer des points. En qualifications, après avoir montré un bon rythme en FP3, nous n’avons pas été en mesure d’extraire toute la performance de la voiture, ce qui n’est pas le cas habituellement. Cela nous a mis en difficulté pour la course. J’ai essayé de récupérer autant que possible et nous savions que nous devions être agressifs avec la stratégie de course. Nous n’avons peut-être pas tout à fait réussi, mais je pense qu’il y a beaucoup de choses à apprendre de ce week-end, et que nous ne ferons pas les mêmes erreurs à l’avenir.

« Nous arrivons maintenant à Spielberg, le Red Bull Ring, un circuit que j’aime bien et sur lequel j’ai marqué des points il y a deux ans lors de ma première saison en Formule 1. Notre objectif pour l’Autriche doit être de disposer d’une bonne voiture dès la première séance d’essais libres, car les qualifications se dérouleront juste après, le vendredi. Vous devez être au point lors des qualifications, sinon vous aurez des difficultés pour le reste du week-end.  J’ai beaucoup travaillé sur le simulateur pour préparer cette course et je pense que c’est encore plus important que d’habitude lorsqu’il s’agit d’une course de vitesse. Nous avons testé beaucoup de choses, donc l’objectif est d’obtenir des réglages parfaits lors de la première journée de course et de gagner en confiance dès le départ. Le tracé de la piste est difficile pour les freins, mais l’équipe a fait beaucoup d’efforts pour résoudre les problèmes que nous avons rencontrés lors de certaines courses, et nous savons maintenant comment les aider à mieux fonctionner. Il n’y a vraiment que quatre points de freinage difficiles et je suis sûr que nous serons meilleurs dans ce domaine que lors des courses précédentes.

« Officiellement, il y a dix virages, dont la plupart sont à moyenne et haute vitesse, donc même si vous avez toujours besoin de beaucoup de charge, il y a de longues lignes droites où vous voulez avoir le moins de traînée possible. De mon point de vue, je pense que ce sera un week-end de course difficile, qui ne sera pas facile, mais j’ai hâte d’y être. L’atmosphère à Spielberg sera excellente, car c’est le circuit de Red Bull, alors ce serait bien de pouvoir y marquer des points.