23 juillet 2024

Vue d’ensemble du GP d’Australie

Pirelli

Mario Isola – Directeur du sport automobile :

« Plus d’options pour la course grâce aux choix de gommes à Melbourne »

« Nous avons fait le même choix de pneus qu’en 2019 pour le Grand Prix d’Australie. Après une absence de deux ans du calendrier en raison de la pandémie de Covid, nous avons opté pour un écart dans les composés nominés l’année dernière : en sélectionnant le C2, le C3 et ensuite le composé C5 le plus tendre. Cette course a été remportée d’une traite par Charles Leclerc, de Ferrari, et toutes les équipes ont utilisé le pneu dur et le pneu médium, tandis que le pneu tendre n’a été utilisé que pour les qualifications. Ce week-end, les équipes disposeront des pneus C2, C3 et C4, ce qui signifie qu’elles auront plus d’options pour la course en termes de stratégie, du moins sur le papier. Nous nous attendons à une forte évolution de la piste tout au long du week-end, comme c’est habituellement le cas à Melbourne, alors que les exigences énergétiques des pneus sont dans la moyenne de la saison. C’est une piste fluide avec des virages plus rapides suite aux modifications de l’année dernière, ce qui favorise les dépassements et le spectacle en général.

 

LES PNEUS EN PISTE

 

  • Le C2 est le P Zero White Hard, le C3 le P Zero Yellow Medium et le C4 le P Zero Red Soft pour le Grand Prix d’Australie.
  • La FIA a confirmé la présence de quatre zones DRS à Albert Park. Cette année pourrait donc être marquée par les vitesses de pointe les plus élevées jamais observées à Melbourne, qui pourraient en théorie atteindre 340 km/h.
  • Le circuit d’Albert Park a été refait en 2022 avec des éléments métalliques inclus dans l’agrégat, ce qui améliore l’adhérence des pneus. L’asphalte est plus lisse que celui des autres circuits du championnat, et l’adhérence maximale n’est atteinte qu’après plusieurs séances de course sur la piste.
  • L’énergie demandée aux pneus lors du Grand Prix d’Australie est dans la moyenne de la saison, avec des niveaux d’abrasion contenus. Le nouveau tracé inauguré l’année dernière favorise les dépassements, en particulier dans le deuxième secteur. Une configuration de la voiture favorisant la traction peut s’avérer particulièrement utile en sortie de virage pour augmenter les chances de réussite d’un dépassement sur les courtes lignes droites du circuit.
  • Le Grand Prix d’Australie ouvre traditionnellement le championnat depuis qu’il a été déplacé d’Adélaïde à Melbourne en 1996. Cela a été le cas jusqu’en 2019, les seules exceptions étant 2006 et 2010, où le premier Grand Prix de l’année s’est déroulé à Bahreïn. Les courses de 2020 et 2021 ont été annulées en raison de la pandémie de Covid, avant que Melbourne ne revienne dans le championnat l’année dernière en tant que troisième manche, après les deux courses d’ouverture au Moyen-Orient.
  • Pour Oscar Piastri, il s’agit d’une véritable course à domicile. Le jeune pilote McLaren est né à Melbourne, non loin de l’Albert Park. Parmi les autres pilotes australiens qui l’ont précédé en Formule 1, citons Jack Brabham, Alan Jones, Tim Schenken, Mark Webber et Daniel Ricciardo.

Classement Championnat Pilotes ici

Classement Championnat Constructeurs ici

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

Je suis impatient de retourner en Australie, c’est toujours agréable d’y être et de découvrir un peu Melbourne, même si d’un point de vue de la course, ce n’est pas une ville qui a été trop gentille avec nous au fil des ans. Le circuit est superbe, avec des virages à grande vitesse, et j’aime bien le piloter, alors j’espère que nous aurons une bonne course ce week-end. Nous avons juste besoin d’être directs et constants. Nous n’y avons pas gagné en tant qu’équipe depuis 2011, alors voyons ce que nous pouvons faire.

Sergio Pérez, #11 :

Je suis très fier de l’équipe et de notre performance à Jeddah. J’ai réalisé un week-end complet et c’était l’un de mes objectifs cette saison, être régulier sur les trois jours. Mais nous n’en sommes qu’à la deuxième course de la saison et nous devons continuer à pousser pour nous assurer que nous poursuivons notre excellent début de saison. Bahreïn et l’Arabie saoudite sont des circuits très différents l’un de l’autre et l’Australie sera un autre défi pour nous et cette voiture. Nous avons un bon rythme et nous travaillons dur ensemble pour nous assurer que notre fiabilité est là aussi. Le début de la saison 2023 a été très amusant, mais cela ne servira à rien si nous ne maintenons pas notre niveau élevé.

  • Oracle Red Bull Racing tente de réaliser un troisième doublé consécutif, pour la première fois dans l’histoire de l’équipe, lors du Grand Prix d’Australie de ce week-end.
  • Le premier cas de blocage de la première ligne par Red Bull s’est produit à Melbourne en 2010, lorsque Sebastian Vettel a réalisé la pole position devant Mark Webber.
  • Max a été le plus jeune pilote de l’histoire de la Formule 1 lorsqu’il a fait ses débuts au GP d’Australie 2015, à l’âge de 17 ans.
  • Checo a brièvement rejoint la liste des pilotes ayant marqué des points lors de leurs débuts en Grand Prix, lorsqu’il a terminé septième lors du GP d’Australie 2011, avant d’être disqualifié pour une infraction technique.
  • Depuis la dernière course de F1 à Melbourne, Oracle Red Bull Racing a remporté 18 des 21 Grands Prix – et 12 des 13 dernières courses !
  • Les changements apportés au tracé de l’Albert Park pour 2022 – combinés à la nouvelle réglementation technique – ont vu le nombre de dépassements en piste augmenter de près de trois fois par rapport à la dernière course sur l’ancien tracé en 2019.

VOITURE DE F1 VS OUTBACK | LE GRAND VOYAGE DE DANIEL RICCIARDO EN AUSSIE

Avant le Grand Prix d’Australie, Daniel Ricciardo fait un retour palpitant au sein de l’écurie Oracle Red Bull Racing, dépoussiérant la RB7 et passant des plages à l’arrière-pays sur certains des terrains les plus difficiles d’Australie. Rejoint par des experts locaux de la course automobile, Ricciardo commence par le « Far West », se frayant un chemin à travers les terres agricoles et les panoramas océaniques avant de relever le défi final à l’emblématique Mount Panorama.

Aston Martin

Fernando Alonso, #14 :

« Nous nous rendons en Australie avec le sentiment d’avoir décroché deux podiums consécutifs et nous espérons poursuivre sur cette lancée ce week-end. La voiture s’est très bien comportée sur deux circuits différents jusqu’à présent. Cependant, nous restons les pieds sur terre et nous sommes réalistes sur le fait que pour continuer à obtenir de bons résultats, nous devons être performants dans tous les domaines de l’équipe.

« L’Australie est toujours une course amusante et je suis curieux de voir comment le circuit diffère des années précédentes. Il sera encore plus rapide que l’année dernière et j’espère que nous verrons plus de dépassements. Mais comme toujours, les qualifications seront déterminantes à l’Albert Park, et nous devons donc nous assurer de faire un bon samedi pour nous mettre dans la meilleure position possible afin de marquer le plus de points possible.

Lance Strol, #18 :

« J’ai été déçu de terminer le Grand Prix d’Arabie Saoudite par un abandon et j’ai hâte de reprendre la piste en Australie. C’est un circuit très différent des deux que nous avons connus depuis le début de la saison, ce qui signifie qu’il ne faut pas avoir d’attentes ; nous prendrons les choses au jour le jour. Albert Park est un circuit sympa qui évolue tout au long du week-end, au fur et à mesure que nous posons la gomme. J’aime particulièrement la chicane très rapide du virage 9-10 ; c’est toujours très amusant à piloter.

« Melbourne est une ville formidable que j’aime visiter. Les fans sont également géniaux, alors j’espère que nous pourrons leur offrir un bon spectacle. »

La perspicacité et la rapidité avec Cognizant

  • Dépassement : Une quatrième zone DRS, qui a été supprimée lors de l’édition 2022, devrait favoriser les possibilités de dépassement jusqu’au virage 9. Historiquement, ce circuit a toujours été difficile à dépasser. Les virages 1, 3 et 11, dont le dernier a été resserré pour 2022, constituent les meilleures opportunités de dépassement.
  • Voitures de sécurité : Bien qu’il n’y ait pas les murs rapprochés de la plupart des circuits de rue, l’herbe et le gravier sont tous deux prêts à surprendre les pilotes en un instant. La course de l’année dernière a compté deux voitures de sécurité et une voiture de sécurité virtuelle, et la voiture de sécurité a fait son apparition lors de trois des cinq derniers Grands Prix d’Australie.
  • Stratégie : La combinaison de pneus C2, C3 et C4 est la même que celle disponible à Jeddah la dernière fois. Le C5 était le composé le plus tendre utilisé ici l’année dernière, le C4 Soft devrait donc être un pneu de course plus viable cette année. En 2022, la stratégie de course préférée était une stratégie de moyen-dur avec un seul arrêt.
DRS
Turns and sectors

Mercedes

La troisième manche de la saison 2023 de Formule 1 se déroulera à Melbourne.

Toto parle de l’Australie :

Les progrès réalisés en Arabie Saoudite sont encourageants. Nous avons exploité au maximum le package dont nous disposions et nous avons marqué de solides points. Plus important encore, nous avons continué à apprendre et à mieux comprendre la W14 et notre orientation de développement. De retour à la base, tout le monde a travaillé dur pour transformer ces apprentissages en performances.

Les signes que nous voyons à l’usine sont prometteurs. Nous devons cependant procéder étape par étape et ne pas nous emballer tant que les performances ne se traduiront pas par des temps au tour sur la piste. L’ordre de la compétition derrière Red Bull est serré, avec de petites marges qui ont un effet important sur les points marqués. Il reste un écart important en tête et c’est ce qui nous intéresse en fin de compte.

Nous attendons avec impatience l’Australie. C’est un pays très sérieux en matière de sport automobile, avec une grande tradition de course, et les fans sont très passionnés. Albert Park est un circuit aux caractéristiques uniques, auquel nous devrons travailler dur pour nous adapter avec la W14. Comme toujours, nous chercherons à maximiser la voiture dont nous disposons et à marquer autant de points que notre potentiel le permet actuellement. Nous ne sommes pas là où nous voulons être, mais cela ne nous empêchera pas de courir dur et de donner tout ce que nous avons.

Fiche d’information : Grand Prix d’Australie

  • Le circuit d’Albert Park, modifié avant la course de l’année dernière et donc raccourci à 5,278 km, est un circuit temporaire partiellement tracé sur des routes publiques.
  • Dans le cadre des modifications, un nouveau tarmac a été posé. C’est normalement entre la première et la deuxième année que l’on observe le plus grand changement dans les niveaux d’adhérence, lorsque le tarmac vieillit, avant de se stabiliser.
  • Melbourne possède l’une des voies de ravitaillement les plus courtes du calendrier, avec seulement 281 mètres. Les voitures ne passent donc qu’environ 13 secondes à la vitesse de la voie des stands.
  • Une quatrième zone DRS, entre les virages 8 et 9, a de nouveau été ajoutée pour la course de Melbourne ; elle avait été mise en place l’année dernière mais avait été retirée après les essais du vendredi.
  • Les pneus choisis par Pirelli sont légèrement différents cette année, avec les composés C2, C3 et C4. L’année dernière, les C2, C3 et C5 étaient utilisés.
  • La Formule 2 et la Formule 3 rejoindront pour la première fois cette année le programme des courses de soutien de l’Albert Park. Nous verrons donc les pilotes du programme junior Fred Vesti, qui vient de remporter sa première victoire en F2, et Paul Aron en action aux États-Unis.
  • Il y a un décalage horaire considérable entre Melbourne et les équipes de Brackley et Brixworth, ce qui ajoute un autre niveau de difficulté au week-end.
  • Ce décalage est d’autant plus important que les horloges reculent en Australie le dimanche matin du week-end du Grand Prix. Le décalage horaire au début du week-end est de 10 heures et se réduit à 9 heures le jour de la course, une fois l’heure d’été terminée.
  • Il y a 10 ans, le Grand Prix d’Australie 2013 a marqué la première course de Lewis Hamilton avec l’équipe. Il s’était qualifié en troisième position derrière les Red Bull de Sebastian Vettel et Mark Webber avant de terminer la course en cinquième position. Depuis ce jour, il a remporté 82 victoires, 77 pole positions et six championnats du monde des pilotes avec l’équipe.
  • Cette même course a également été la première de Toto avec Mercedes ; depuis lors, l’équipe a remporté 115 victoires, 126 pole positions, sept championnats du monde des conducteurs et huit championnats du monde des constructeurs.
  • En terminant à la troisième place lors de la course de l’année dernière, George a décroché son premier podium avec l’équipe Mercedes-AMG PETRONAS F1 Team.
  • Kate Reid, ancienne ingénieure en aérodynamique de F1, a ouvert une boulangerie réputée à Melbourne en 2012.

Insight : La performance humaine en F1

La Formule 1 est un sport d’équipe. Pour gagner, chaque personne doit donner le meilleur d’elle-même. Avec un calendrier de 23 courses à travers le monde, la difficulté de maintenir tout le monde au plus haut niveau de performance est évidente. Nous nous sommes entretenus avec quatre membres de l’équipe qui jouent un rôle essentiel dans la résolution de ces problèmes, afin d’en savoir plus sur le bien-être et la performance humaine.

« Lorsque nous parlons de bien-être, nous évoquons trois éléments principaux : le physique, le mental et la récupération », explique Chris Armstrong, responsable du programme de bien-être au sein de l’équipe. « D’un point de vue physique, nous voulons nous assurer que les membres de l’équipe sont physiquement actifs, à la fois sur le lieu de travail et à la maison. D’un point de vue mental, nous voulons nous assurer que tous les membres de l’équipe sont heureux mais aussi capables de se concentrer. Du point de vue de la récupération, nous nous intéressons à deux domaines clés : d’une part, la charge de travail, en veillant à ce que les personnes bénéficient d’un repos et d’une récupération adéquats pour pouvoir faire leur travail et, d’autre part, la nutrition et l’hydratation ».

Avec une grande variété de rôles aux exigences différentes, il est essentiel d’adapter l’approche. Le directeur sportif Ron Meadows est responsable de l’équipe itinérante de mécaniciens. « La santé et le bien-être sont très importants pour mener à bien le long calendrier. La saison commence en février et comprend 23 courses ainsi que plusieurs tests, avant de s’achever en novembre. Nous devenons une famille qui se soutient mutuellement.

Les membres de l’équipe qui se soutiennent à distance depuis Brackley ne sont pas à l’abri de ces défis. Les horaires de sommeil doivent être adaptés régulièrement, en particulier pour des courses comme l’Australie. « Nous disposons de très bons conseils d’un point de vue scientifique, notamment en ce qui concerne le sommeil, la nutrition, la meilleure façon d’adapter ce qu’il faut faire, quand commencer à manger, quand se décaler et de combien afin de se mettre à l’heure australienne », explique Dominique Riefstahl, qui dirige les opérations de soutien à la course à l’usine.

Et qu’en est-il des pilotes ? Aleix Casanovas, entraîneur de performance pour George Russell, ajoute : « Chaque course est différente. Nous allons sur différents continents et le décalage horaire rend les choses complexes… L’Australie est un grand changement de fuseau horaire pour nous. Nous commençons à nous préparer à l’avance, nous changeons un peu le travail du corps et nous utilisons beaucoup la lumière et l’obscurité pour nous adapter.

L’équipe a recours à de nombreuses autres méthodes pour optimiser ses performances humaines. « Nous sommes une équipe très performante, qui repousse toujours les limites de tout ce qu’elle fait », explique Chris Armstrong.

Ferrari

LE PLUS LONG VOYAGE

Comme l’année dernière, le championnat du monde de Formule 1 tiendra sa troisième manche de la saison en Australie, sur le circuit Albert Park de Melbourne.

Trois questions à… Andrea Ferrari, coach de performance de Charles Leclerc :

  1. Vous abordez la plus longue course à l’extérieur de la saison : comment vous organisez-vous pour minimiser les conséquences du long voyage et organiser au mieux l’adaptation du pilote au fuseau horaire ?

« La gestion du décalage horaire est l’une des plus grandes difficultés pour un pilote. Le calendrier de la Formule 1 touche quatre continents et il y a donc de nombreux fuseaux horaires à gérer. La réduction du temps de sommeil (on parle de privation de sommeil s’il est inférieur à cinq heures) et la dégradation de sa qualité peuvent affecter de manière significative les performances d’un athlète en affectant l’apprentissage, la mémoire, la perception de la douleur, l’inflammation de certaines zones du corps et l’état immunitaire. Le fuseau horaire de l’Australie est certainement l’un des plus difficiles à gérer, avec jusqu’à neuf heures de plus qu’en Italie. Le plus important est de planifier au mieux les heures de sommeil pendant les vols, en définissant quand dormir et quand il vaut mieux rester éveillé pour minimiser les conséquences du décalage horaire à l’atterrissage. Nous préparons le voyage dans les moindres détails ».

  1. Y a-t-il des exigences diététiques particulières ? Y a-t-il un régime alimentaire même en vol ? Comment gérez-vous les repas une fois arrivé à destination ?

« En ce qui concerne l’alimentation et l’hydratation, tout est planifié en fonction du vol. Nous étudions soigneusement les meilleurs moments pour manger à bord – qui ne coïncident souvent pas avec les heures auxquelles les compagnies aériennes proposent des repas – et nous prenons bien sûr un soin méticuleux des aliments qui doivent être consommés. Le repas peut aussi être fonctionnel pour le sommeil, il est donc préférable de préférer des aliments légers et peu épicés ».

  1. Parlons de vous : quel est votre rôle ? Quelles sont les choses que vous appréciez le plus ? Quel est l’aspect le plus éprouvant ?

« Je m’occupe généralement des performances physiques de Charles et, en plus de planifier son entraînement physique, je coordonne les physiothérapeutes, les nutritionnistes, les biologistes, les physiologistes et les spécialistes médicaux. Avec un calendrier de compétitions particulièrement chargé, l’un des défis de ce rôle est de s’assurer que toutes ces personnes sont parfaitement alignées et capables de prendre des décisions basées sur les derniers changements de programme. J’aime beaucoup mon travail parce que j’ai l’impression de contribuer de manière significative à la construction de sa performance. C’est pour cela que j’ai étudié et je m’efforce constamment d’élargir mes connaissances, en y consacrant une grande partie de l’année ».

Andrea Ferrari, Nationalité italienne : Italien, Né le 28/5/1979 à Viareggio (Lucca)

Statistiques Ferrari :

  • 1054 GP disputés
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,96%)
  • Pole positions 242 (22.96%)
  • Tours les plus rapides 259 (24.57%)
  • Total des podiums 798 (25.24%)

Statistiques Ferrari GP d’Australie :

  • GP disputés 36
  • Débuts 1985 (S. Johansson 5ème ; M. Alboreto ret.)
  • Victoires 10 (27.78%)
  • Pole positions 7 (19.44%)
  • Tours les plus rapides 10 (27,78%)
  • Total des podiums 26 (24,07%)

Grand Prix d’Australie : faits et chiffres

  1. Les éditions du Grand Prix d’Australie qui se sont déroulées à Melbourne au cours desquelles il n’y a eu qu’un seul leader de course. Le dernier cas a été celui de Charles l’année dernière, lorsque le Monégasque a également réalisé son premier « grand chelem », c’est-à-dire la victoire, la pole position et le tour le plus rapide en menant du premier au dernier tour. Nico Rosberg (2014), Jenson Button (2009) et Michael Schumacher (2004) avaient déjà réussi un tel exploit. Si l’on tient compte des éditions organisées à Adélaïde, Ayrton Senna en 1991 – dans une course qui n’a duré que 14 tours en raison de fortes pluies – et Gerhard Berger sur la Ferrari F1-87 ont également mené du début à la fin.

 

  1. Melbourne est la capitale mondiale du renard. Il y a six renards par kilomètre carré dans la région urbaine de la ville, selon les derniers chiffres de l’État de Victoria (2020). Malgré ces chiffres, il est relativement difficile d’en apercevoir un, car ce sont des animaux extrêmement méfiants, prudents et nocturnes.

 

46,4. C’est la température la plus élevée que Melbourne ait jamais connue dans l’histoire. Elle a été enregistrée pendant la vague de chaleur record qui s’est produite à la fin du mois de janvier et au début du mois de février 2009. La température la plus élevée jamais enregistrée a été de 48,8° à Hopetoun, dans l’intérieur du Victoria. Pendant longtemps, l’Australie a été la zone au-dessus de laquelle se trouvait le tristement célèbre « trou dans la couche d’ozone », qui s’est finalement refermé en 2021.

 

  1. C’est l’année de la fondation de la ville de Melbourne. Le village a été baptisé Batmania, non pas parce que les premiers colons avaient un penchant démesuré pour l’homme chauve-souris de Gotham City – inventé en 1939 – mais en l’honneur de John Batman, l’explorateur qui a déterminé que l’endroit situé sur les rives de la rivière Yarra, sur la terre sacrée des aborigènes Wurundjeri, se prêterait à la construction d’une ville. Finalement, la ville a été nommée d’après le Premier ministre britannique de l’époque : Lord William Lamb, Vicomte de Melbourne…

 

  1. L’année où l’État de Victoria a rendu obligatoire le port de la ceinture de sécurité sur les sièges avant des voitures. Elles ont été inventées au milieu du 19e siècle par l’aviateur britannique George Cayley. Le premier brevet utilisé dans l’industrie automobile remonte à 1885, par le New-Yorkais Edward J. Claghorn. La première voiture équipée de ceintures de sécurité de série a été la Tucker Torpedo de 1948. Peu après Victoria, c’est la Tchécoslovaquie qui a rendu le dispositif obligatoire, également en 1970. Deux ans plus tard, la société Sabelt, fondée par Piero et Giorgio Marsiaj, a ouvert ses portes en Italie. Sabelt est le partenaire technique des ceintures de sécurité de la Scuderia Ferrari en Formule 1.

Alpine

BWT Alpine F1 Team donne un aperçu de la troisième course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023, le Grand Prix d’Australie à Albert Park.

Esteban Ocon, #31 :

« L’Australie est toujours un favori pour les pilotes et les équipes. Melbourne a une ambiance particulière lorsque la F1 est en ville et les fans sont si passionnés. Le long voyage et le décalage horaire en valent la peine ! Le circuit lui-même est amusant et les changements apportés l’année dernière l’ont vraiment amélioré, avec de meilleures possibilités de dépassement. C’est toujours un circuit difficile, à la fois techniquement et physiquement, avec beaucoup de changements de direction à basse et haute vitesse. Nous savons que la stabilité au freinage, la tenue de route sur les trottoirs et l’agilité de la voiture seront des éléments importants pour la mise au point des voitures. C’était bien d’avoir une semaine pour récupérer et se préparer, mais je sais que l’équipe est prête à repartir et nous sommes impatients de commencer notre week-end à Melbourne.

Pierre Gasly, #10 :

« Albert Park est un excellent circuit et un autre défi différent pour nous cette année. Nous avons vu comment nous nous débrouillons sur un circuit conventionnel à Bahreïn, sur un circuit de rue rapide en Arabie Saoudite, et maintenant nous allons voir comment nous nous débrouillons à Albert Park, qui a des caractéristiques différentes. C’est un circuit amusant, assez bosselé par endroits et nous devons être immédiatement à l’aise si nous voulons en ressortir avec des sensations satisfaisantes et des points au tableau. L’Australie est un endroit où je n’ai pas marqué autant de points que je l’aurais souhaité dans ma carrière en Formule 1, il est donc temps de remédier à cela ce week-end.

Jack Doohan, #82 :

« Je me sens plutôt bien pour ma course à domicile. Je pense que ce sera une expérience formidable de courir à la maison et de courir devant le public australien, c’est quelque chose que je n’ai jamais vécu auparavant. Voir des fans qui suivent ce que vous faites dans le reste du monde et pouvoir ensuite revenir dans mon pays d’origine et bénéficier de leur soutien, cela va être une expérience incroyable.

Le saviez-vous ?

Pierre Gasly est l’un des quatre pilotes à avoir gagné des positions dans le tour d’ouverture des deux courses en 2023.  Les autres sont Charles Leclerc, Lando Norris et Alex Albon.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team KICK se rend à Melbourne pour la troisième manche du championnat du monde de Formule 1 2023. L’équipe sera pleinement engagée dans la lutte pour une place dans les points, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu ayant réalisé d’excellentes performances en Australie par le passé ; la C43 bénéficiera également de quelques améliorations, l’équipe poursuivant sa quête de performance.

C’est un comble ! C’est la semaine de l’Australie – et la Formule 1 entreprend le plus long voyage de la saison pour faire surface à Melbourne, dans l’État de Victoria, pour l’un des événements les plus appréciés de l’année. Prendre l’avion pendant près d’une journée entière (si ce n’est plus) en vaut totalement la peine lorsque l’une des villes les plus belles, les plus décontractées et les plus accueillantes du monde vous attend à la fin du vol.

Melbourne est géniale. Une scène artistique dynamique, des cafés succulents et un mode de vie décontracté sont autant d’éléments qui font de ce week-end un moment très apprécié. C’est d’autant plus vrai pour Valtteri et Zhou. Tous deux gardent de bons souvenirs de la ville, sur la piste et en dehors, et tous deux ont de bonnes raisons d’attendre avec impatience la course de ce week-end. Zhou, qui a réalisé une belle performance à l’Albert Park il y a douze mois, terminant à deux doigts des points lors de sa première visite sur le circuit, a fait remarquer l’importante communauté chinoise qui prospère dans la capitale de l’État de Victoria : on n’est jamais loin d’un bubble tea à Melbourne – ni de quelques fans qui seront prêts à encourager l’as chinois !

Quant à Valtteri, les liens avec l’Australie sont nombreux. Tout d’abord, Tiffany, car l’esprit va là où le cœur le mène. Au fil des années, Valtteri – qui a gagné à Melbourne en 2019 – est presque devenu un Australien d’adoption : on l’a vu donner des coups de pied à un Sherrin, conduire des Supercars, déguster les meilleurs flat whites de la ville – toutes choses, bien sûr, qu’un local ferait totalement un jour ou l’autre.

Et puis il y a la coupe mulet.

Peu de fans de F1 et de membres du personnel n’ont pas vu cette vidéo tristement célèbre, où Valtteri se transforme complètement et libère l’Australien qui sommeille en lui. Les tongs et le maillot complètent le look – osons le dire, le Look (L majuscule) – alors que notre homme embrasse la version la plus « down-under » de lui-même. Et, loin d’être un coup d’éclat hors saison, la coupe mulet est là pour rester, dans toute sa gloire : un symbole de défi, peut-être, mais sûrement un signe que Valtteri aime juste un peu de plaisir inoffensif – et, plus important encore, qu’il est tout simplement lui-même.

Alors, bonjour Melbourne, et merci de nous avoir accueillis. En cette semaine où nous célébrons tous les Australiens, quelles que soient leurs origines et leurs liens avec le pays, où nous honorons l’histoire et les traditions de cet endroit, le passé et le présent de ce beau pays électrisant, et où nous apportons notre contribution aux générations futures qui vivent ici, nous nous sentons tous un peu australiens.

Ce week-end de course, nous embrassons le mulet.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Nous abordons la course de Melbourne avec confiance, sachant que nous avons tout ce qu’il faut pour nous battre à nouveau pour les points. Nous avons mis à profit le temps écoulé depuis Jeddah pour comprendre comment nous pouvions tirer davantage de performances de notre package actuel. De plus, nous aurons également de nouvelles pièces sur la voiture, que nous sommes impatients d’évaluer, car l’équipe au pays continue de faire pression pour apporter plus de performance à la C43. Tout bien considéré, nous sommes impatients de nous rendre en Australie : c’est un classique moderne de la Formule 1 et c’est toujours un sentiment spécial d’y être. Les fans sur le Melbourne Walk sont très agréables à voir et tout le monde nous fait sentir comme chez nous, même à l’autre bout du monde ».

Valtteri Bottas, #77 :

« Je ne pense pas que ce soit une surprise que j’aime être ici en Australie – tout le monde le sait maintenant ! Je considère que c’est presque une course à domicile : J’étais à l’Adelaide Motorsport Festival le week-end dernier, où j’ai conduit une V8 australienne et une voiture de tourisme Alfa Romeo classique – je suis donc déjà dans l’ambiance de la course. J’ai vraiment envie de faire un bon résultat pour l’équipe sur un circuit que j’aime : Je crois fermement que notre voiture a le potentiel pour bien faire et laisser derrière elle le week-end difficile que nous avons connu en Arabie Saoudite. Nous avons vu à quel point tout le monde est proche cette saison, mais si nous réalisons une bonne performance dès le début du week-end, nous pourrons revenir dans les points. »

Zhou Guanyu, #24 :

« L’an dernier, la course de Melbourne a été l’une de mes préférées de la saison et j’ai hâte d’y retourner. La communauté chinoise est très importante ici, et c’était génial de sentir leur soutien dans les tribunes dès le premier jour : Je suis sûr qu’il y aura autant de fans pour nous encourager cette saison. Après la bonne performance de Bahreïn, nous attendions plus de Jeddah, mais la course en Arabie Saoudite n’a pas ébranlé notre conviction d’être capables de nous battre à nouveau à un haut niveau à Melbourne. Nous savons ce que nous devons faire pour ramener des points à la maison : nous avons aussi quelques mises à jour à tester, et nous sommes confiants dans notre capacité à réussir ce week-end. »

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Après deux courses en soirée au Moyen-Orient, l’épreuve de Melbourne marque un retour aux sessions en journée. Le temps peut être variable à l’approche de l’automne dans l’État de Victoria ; la pluie est possible et il est très probable qu’il fasse plus frais que lors des courses d’ouverture.

Le circuit d’Albert Park a été modifié avant l’événement de l’année dernière et il n’y a que des ajustements mineurs à la piste pour 2023. Cependant, Logan n’a jamais piloté sur ce circuit et, bien qu’il ait effectué de nombreux tours dans le simulateur, rien ne remplace l’expérience réelle. Il devra se familiariser avec ce circuit physiquement exigeant dès la première journée.

La FW45 s’est montrée prometteuse lors des premières épreuves et nous souhaitons continuer à la faire progresser à Melbourne. Nous avons quelques améliorations mineures à essayer ce week-end et nous effectuerons également d’autres tests de réglages vendredi.

Les composés des pneus sont les mêmes qu’à Djeddah, mais le tracé et la surface de la piste étant différents, leur comportement sera légèrement différent. Néanmoins, ils devraient être de bons pneus pour cet événement et devraient fournir aux équipes quelques options avant les qualifications et le Grand Prix.

Alex Albon, #23 :

J’ai d’excellents souvenirs de la course de l’année dernière ici et j’aime venir à Melbourne ; c’est une ville formidable et les fans créent une atmosphère incroyable. C’est une ville formidable et les fans créent une atmosphère extraordinaire. Le week-end s’annonce pluvieux, donc il faudra surveiller cela, mais j’ai hâte d’y être.

Logan Sargeant, #2 :

Je suis très excité à l’idée de me rendre en Australie pour la première fois. C’est un circuit et un endroit que j’ai toujours voulu visiter, alors je suis ravi d’être à Melbourne. Je pense aussi que c’est une bonne occasion pour nous, en tant qu’équipe, de continuer à construire sur ce que nous avons fait jusqu’à présent. C’est un autre circuit difficile, mais j’ai vraiment hâte d’y être.

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21 :

En repensant à Saudi, je ne suis évidemment pas satisfait, mais disons que je suis satisfait des progrès que j’ai ressentis de mon côté du garage. Je pense que les deux week-ends de course ont montré des forces et des faiblesses et, dans l’ensemble, le week-end saoudien a été plus compétitif et plus performant, même si le fait d’avoir manqué la FP3 n’a pas aidé. Après la course, j’ai critiqué ma propre performance et je pensais ce que je disais – je pense que je dois m’améliorer dans ces scénarios. Au départ et à la relance, j’aurais dû être un peu plus agressif, alors que la fin de course a été très bonne. Bien sûr, on peut trouver un million d’excuses pour se défendre, mais je me regarde et j’ai l’impression que nous progressons.

Nous sommes suffisamment réalistes et intelligents pour comprendre que, pour le moment, nous ne nous battrons pas pour des victoires en course avec la Scuderia AlphaTauri, alors nous nous contentons de chercher nos propres petites victoires au sein du championnat. Évidemment, en tant qu’équipe, nous voulons être plus haut sur la grille et être plus compétitifs dans la course aux points, et nous continuerons à nous efforcer d’y parvenir. Quelle que soit la situation dans laquelle se trouve une équipe, je pense que le travail reste très similaire. Le type d’engagement et le désir d’exceller sont exactement les mêmes.

Nous aurons quelques mises à jour en Australie, mais il est impossible de dire quel effet cela aura, car d’autres équipes poussent et développent également, donc ce sera un processus continu qui, je l’espère, nous permettra d’être un peu plus compétitifs au milieu du peloton, mais jusqu’aux qualifications, nous ne le saurons pas. Évidemment, il y a toujours un peu d’optimisation à faire avec la voiture telle qu’elle est, mais c’est aussi une cible mouvante. Si vous ajoutez de la performance à la voiture, alors nous pourrions avoir besoin de réévaluer ou de repenser la façon dont nous exécutons la meilleure performance possible, mais nous avons clairement besoin de plus de points d’appui, alors nous devrons voir ce que les mises à jour apportent.

Après l’Arabie saoudite, j’ai passé deux jours dans le simulateur pour préparer l’Australie. Je le fais avec plaisir parce que je crois que cela peut nous aider en piste et qu’il est bon de continuer à pratiquer ses techniques de conduite et ses compétences. Je ne suis jamais allé à Melbourne, ni en Australie, et ce sera donc une expérience totalement nouvelle pour moi. J’ai hâte de voyager à l’autre bout du monde et de voir comment c’est là-bas. Enfant, je me souviens toujours avoir regardé Melbourne parce que c’était la première course de la saison. Je me réveillais très tôt pour regarder les qualifications et la course. Après toutes ces années, c’est agréable de se rendre moi-même à Melbourne et d’y courir. Tout le monde me dit que c’est un endroit formidable, alors j’ai hâte d’en faire l’expérience moi-même.« 

Yuki Tsunoda, #22 :

« Une nouvelle onzième place en Arabie Saoudite après le même résultat à Bahreïn est un peu frustrant car j’étais si proche d’entrer dans les points. La voiture était plus adaptée à Jeddah qu’à Sakhir et dans l’ensemble, l’équipe a fait du bon travail avec le package que nous avions, faisant un pas en avant en termes de rythme de course. Je suis satisfait de ma propre performance, en me battant pour les points, et aussi de la façon dont l’équipe a travaillé. Nous connaissions les limites de la voiture, et celles-ci sont plus visibles lorsque vous devez vous battre avec d’autres voitures en course, car les limites sont exagérées dans cette situation. Nous avons eu du mal à atteindre la vitesse en ligne droite, et j’ai donc été ravi de pouvoir m’accrocher jusqu’aux quatre derniers tours dans ma lutte avec Magnussen pour la place P10. J’ai apprécié la bagarre, c’était très amusant.

Ce week-end, c’est la deuxième fois que je roule à Melbourne et la semaine dernière, je l’ai conduite dans le simulateur. Nous avons également revu certains aspects de la course saoudienne que nous voulions réexaminer, comme les éléments que nous ne pouvions pas faire pendant la semaine de course, ou les réglages qui auraient pu mieux fonctionner avant de passer à la prochaine course et au prochain circuit. Nous aurons quelques mises à jour aérodynamiques pour cette course et je m’efforcerai de donner à l’équipe un bon retour d’information à ce sujet. Si elles fonctionnent bien, j’espère pouvoir tirer le maximum de performance de la voiture et me battre à nouveau pour les points. L’année dernière, je n’ai pas eu un week-end particulièrement bon à Melbourne, mais j’ai apprécié l’expérience générale d’être en Australie, à Melbourne, où l’atmosphère est vraiment bonne autour du circuit. J’aime le circuit et cette fois-ci, je suis arrivé à Melbourne assez tôt pour me remettre du décalage horaire et m’acclimater, mais aussi pour profiter de la ville et de la plage pendant quelques jours avant de commencer à travailler.

McLaren

« Nous sommes déterminés à améliorer la voiture et à débloquer le plus de performances possible ».

Nous sommes ravis ! C’est parce que nous courons sur le circuit d’Albert Park, qui réunit en un seul endroit tous nos éléments préférés d’un lieu de course. Un magnifique parc, situé sur la plage, entouré de gratte-ciel au cœur de la deuxième plus grande ville d’Australie. Et c’est une ville qui adore les courses automobiles.

Pendant que nous parcourons les 16 911,96 km (environ) qui séparent l’Angleterre de Melbourne – soit environ 3 206 tours du circuit d’Albert Park – nous avons préparé pour vous un dossier plein d’informations sur le Grand Prix d’Australie. Vous y trouverez un guide du circuit, les principales statistiques, quelques conseils d’ajustement et des citations des pilotes Lando Norris et Oscar Piastri et du directeur de l’équipe Andrea Stella.

Lando Norris, #4 :

« Je suis impatient d’être de retour à Melbourne pour le Grand Prix d’Australie ce week-end. J’ai fait mes débuts en Formule 1 à Albert Park en 2019, c’est donc une course spéciale pour moi et j’ai marqué des points l’année dernière sur le nouveau tracé du circuit.

« Après un week-end frustrant à Jeddah, j’ai eu hâte de me remettre en piste pour faire des progrès positifs. J’ai passé du temps à l’usine à travailler dur avec l’équipe pour me préparer et les séances que nous avons effectuées sur le simulateur ont été bénéfiques. L’objectif est de s’améliorer course après course et nous allons nous battre avec acharnement pour obtenir un bon résultat ce week-end.

Oscar Piastri, #81 :

« C’est génial d’aller à Melbourne pour mon Grand Prix national. J’ai grandi dans la banlieue de la ville et c’est un sentiment particulier de revenir en tant que pilote de F1. L’ambiance sera fantastique et j’ai hâte d’y être et d’en faire partie. J’ai vraiment hâte de voir tous les spectateurs et tous les fans de papaye. Ce sera la première fois que je courrai à Albert Park et je suis sûr que ce sera une expérience dont je me souviendrai. Le temps est généralement changeant ici, alors la course pourrait être intéressante.

« Obtenir une position de départ P8 lors de ma deuxième qualification en F1 et cocher une autre case en terminant un grand prix complet a été extrêmement satisfaisant à Jeddah, même si le dimanche n’a pas été parfait. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir cette saison. Nous allons continuer à travailler dur en tant qu’équipe et ma courbe d’apprentissage se poursuit.

Les règles d’Australie

Appelez-nous médiums, mais dans l’aperçu de l’année dernière, nous avions estimé que les modifications apportées à l’Albert Park rendraient le circuit plus rapide d’environ cinq secondes au tour, et nous avions presque vu juste, avec le tour le plus rapide du Grand Prix d’Australie 2022 plus rapide de 5,32 secondes qu’en 2019.

Les modifications apportées au tracé en 2022 – les premières depuis les débuts de la F1 sur le circuit en 1996 – visaient à améliorer les dépassements et à rendre l’un des circuits les plus rapides de la F1 encore plus rapide : la largeur a été ajustée, les virages ont été supprimés et la surface notoirement bosselée a été rendue plus lisse.

Situé autour de l’Albert Park de Melbourne, la verdure qui entoure le circuit temporaire de 5,275 km lui confère une impression de construction spéciale, contrairement à des circuits comme Monaco et l’Azerbaïdjan, qui sont situés dans les rues d’une ville. Cependant, il conserve de nombreuses caractéristiques d’un circuit de rue classique, comme la nature impitoyable des barrières qui entourent les différentes parties de la piste.

L’évolution de la piste rappelle également que le tarmac est également utilisé par les voitures de route, les temps au tour s’améliorant tout au long du week-end à mesure que les débris sont balayés de la ligne de course et que les voitures posent plus de gomme.

L’imposante ligne d’horizon de Melbourne, combinée au magnifique lac Albert Park, constitue également une toile de fond idéale pour les courses.

La dernière fois

Le début de la saison a été délicat, avec une ouverture difficile à Bahreïn suivie de notre part de malchance au Grand Prix d’Arabie Saoudite. Oscar est entré en contact avec Gasly dans le premier tour, et les débris qui en ont résulté ont heurté Lando. Les deux pilotes ont été contraints de s’arrêter pour changer de boîte à air et sont revenus en queue de peloton. Bien qu’Oscar ait réussi à remonter jusqu’à la 15e place et Lando jusqu’à la 17e, il y avait trop à faire pour pouvoir renverser la vapeur.

Nous avons obtenu de bons résultats sur ce circuit l’année dernière, Lando et Daniel Ricciardo terminant cinquième et sixième à l’issue d’une course divertissante. En nous rendant en Australie pour la première course à domicile d’Oscar en tant que pilote de F1, nous nous battrons pour obtenir un résultat plus positif que lors des manches 1 et 2.

Le décor

Connue comme la capitale australienne du sport et de la culture, Melbourne est un lieu exceptionnel pour l’organisation d’un grand prix. Deuxième ville du pays, elle est particulièrement réputée pour ses scènes artistique et musicale. L’Australie dans son ensemble est réputée pour ses superbes plages de sable, et le circuit d’Albert Park est situé à quelques kilomètres de la magnifique plage de St Kilda. Bien que ce soit l’automne en Australie, les températures ne seront pas les plus chaudes. Pour ce qui est de la nourriture, les Australiens sont réputés pour leur capacité à faire des barbecues. Nous vous conseillons donc de goûter à leur cuisine en plein air.

Andrea Stella :

« Nous sommes heureux de revenir à Melbourne et au Grand Prix d’Australie. Ce sera la première course à domicile d’Oscar dans sa carrière en Formule 1, et nous avons hâte de retrouver les fans australiens passionnés et de marquer les premiers points de cette saison 2023.

« Ce fut une expérience douce-amère la dernière fois. Nous étions heureux de voir Oscar en Q3 à Jeddah, et nous aurions pu être compétitifs en course. Cependant, nous avons dû changer les ailes avant des deux voitures après un tour, ce qui nous a mis dans une position difficile.

« Nous sommes déterminés à améliorer la voiture et à la rendre aussi performante que possible tout au long de la saison. La saison est longue et les opportunités ne manqueront pas, à commencer par la prochaine manche à Albert Park.

Le pack de statistiques

  • Nous sommes l’équipe qui a remporté le plus de victoires en Grand Prix de Formule 1 sur le circuit, avec 11 victoires.
  • Alain Prost, Ayrton Senna, Gerhard Berger, David Coulthard, Mika Häkkinen, Lewis Hamilton et Jenson Button ont tous remporté le Grand Prix d’Australie sous les couleurs de McLaren.
  • La dernière victoire de Senna en F1 a eu lieu lors du Grand Prix d’Australie 1993.
  • La dernière victoire de Coulthard en F1 a eu lieu en Australie en 2003. Il est parti 11e, ce qui fait de lui le pilote le moins bien classé à avoir remporté une course de F1 à l’Albert Park.
  • Lando a fait ses débuts en F1 à Albert Park en 2019.
  • Prost a remporté son deuxième titre de champion du monde de F1 en Australie en 1986.
  • Ce sera la première course à domicile d’Oscar pour McLaren, mais il n’a jamais couru sur le circuit d’Albert Park.