26 mai 2022

Vue d’ensemble du GP d’Arabie Saoudite

LES PNEUS EN PISTE PAR PIRELLI

Moins de quatre mois après sa première visite, la Formule 1 est de retour en Arabie Saoudite. Pirelli a une fois de plus choisi les gommes du milieu de gamme : C2 comme P Zero White hard, C3 comme P Zero Yellow medium et C4 comme P Zero Red soft. Cette fois cependant, c’est avec la nouvelle famille de voitures et de pneus de Formule 1 que les équipes découvrent pour la première fois le composé C4 en compétition cette année – avec les trois composés les plus durs nominés pour la manche d’ouverture à Bahreïn il y a une semaine.

Ce choix a été fait en raison des caractéristiques de la piste de Jeddah (à la fois en termes de tracé et d’asphalte), des températures attendues, ainsi que des données recueillies lors de la première course en 2021. La nouvelle surface de l’année dernière offre un bon niveau d’adhérence (note de trois sur cinq dans la classification de Pirelli) et niveaux raisonnablement contenus d’abrasion de l’asphalte (note de deux sur cinq dans la classification de Pirelli), ce qui devrait entraîner une usure et une dégradation modérées. La sévérité des charges et des vitesses est moyenne, avec un stress global des pneus noté trois sur cinq. En raison du tracé rapide, la piste n’est pas particulièrement exigeante en termes de traction et de freinage (note de deux sur cinq au classement de Pirelli). Un degré élevé d’évolution de la piste au cours du week-end est attendu, grâce également au programme de courses de soutien de la Formule 2.

Le circuit urbain le plus rapide du calendrier F1 a un peu changé depuis ses débuts au calendrier l’année dernière, à la suite de modifications demandées par l’instance dirigeante à la suite de quelques incidents en piste la dernière fois. Celles-ci consistent en grande partie à ouvrir les lignes de vue à travers les virages en reculant les barrières, tandis que le virage final (virage 27) a été élargi par la suppression d’une tribune, ce qui pourrait rendre le tour légèrement plus rapide. Le virage 13 (sur 27) comporte toujours 12 degrés d’inclinaison, ce qui contribue au déroulement rapide du circuit qui en fait le deuxième tour le plus rapide de l’année au total, après Monza.

Le Grand Prix d’Arabie Saoudite de 50 tours est la deuxième course nocturne consécutive du calendrier, ce qui signifie que les températures de piste peuvent différer entre les séances – comme ce fut le cas à Bahreïn – avec des FP2 et des qualifications plus représentatives des conditions de course.

« Jeddah marque un défi complètement différent par rapport au Grand Prix d’ouverture de Bahreïn en raison des diverses caractéristiques de la piste, à la fois en termes de tracé et d’asphalte. Le pilote utilisera également une gamme de composés plus souples ce week-end pour faire face aux exigences spécifiques de la piste. , qui est presque aussi rapide que Monza. Les équipes se dirigent vers Djeddah sans aucune expérience de ces pneus et de ces voitures sur le circuit, et les conditions pourraient être quelque peu différentes de la dernière fois en Arabie saoudite, la course se tenant désormais à une heure différente de année et quelques modifications de piste en magasin. Les composés nominés sont les mêmes qu’en 2021, mais leur composition a également complètement changé par rapport à l’année dernière. Par conséquent, les équipes auront beaucoup de travail à faire pour assimiler autant de données que possible lors des essais libres, notamment en FP2 qui sera la seule séance pertinente,se déroulent en même temps que les qualifications et la course. »

AlphaTauri

pht. Clive Mason/Getty Images

Pierre Gasly :

pht. Lars Baron/Getty Images

« C’était un week-end un peu mitigé à Bahreïn, nous étions très rapides en FP1 mais pas si vite dans le reste des essais libres, même si je me suis rendu en Q3 samedi et j’étais raisonnablement satisfait de mon rythme de course, avec un double- points d’arrivée pour l’équipe semblant probable jusqu’à ce que ma voiture s’arrête. L’équipe a identifié le problème et l’incendie signifie que les mécaniciens ont eu beaucoup plus de travail que prévu pour reconstruire la voiture pour ce week-end. Nous avons beaucoup appris sur la voiture au cours des trois jours et il est clair que l’entrejeu est peut-être encore plus serré que l’an dernier, nous devons donc continuer à travailler dur pour comprendre et développer l’AT03, à partir de ce week-end en Arabie Saoudite.

J’ai été impressionné par la piste de Jeddah l’année dernière, je me suis qualifié sixième et j’ai terminé la course dans la même position. C’est difficile d’un point de vue pilotage, très technique avec beaucoup de virages à grande vitesse, c’est exactement le genre de tracé que j’apprécie. L’année dernière, nous nous sommes bien déroulés en qualifications et en course, donc ce sera bien d’y retourner et de voir ce que nous pouvons faire cette fois. Les premières courses de la saison sont toujours importantes, car elles permettent de partir du bon pied. Il va falloir bien se préparer pour passer un bon week-end.

Yuki Tsunoda :

pht. Clive Mason/Getty Images

« J’étais content de marquer des points à la fin d’un week-end difficile à Bahreïn. En regardant ce qui s’est bien passé, nous avons réussi à limiter le problème que nous avions lors des essais avec le marsouinage, même si nous avons eu un peu plus de mal que prévu en termes de rythme ce week-end, en particulier en FP2. Mais au fur et à mesure que le week-end avançait, nous avons progressé et mon coéquipier a réussi à entrer en Q3, même si j’ai trouvé cela plus difficile, surtout après avoir raté le FP3 en raison d’un problème de conduite hydraulique, et nous savons à quel point chaque tour en piste compte.

Nous pouvons nous attendre à une autre semaine difficile en Arabie saoudite en termes de performances des voitures. L’année dernière, j’ai aimé conduire ici. C’est une piste de nouvelle génération, et j’ai particulièrement aimé le secteur 1. Mon objectif principal ce week-end sera d’aider à développer notre voiture autant que possible et aussi rapidement que possible, afin que nous puissions concourir régulièrement au sommet du milieu de peloton. Car actuellement, nous ne sommes pas en mesure d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour cette saison. J’espère que nous pourrons faire un bon pas en avant ce week-end, avoir une meilleure compréhension de notre voiture et trouver quelques bonnes façons de progresser.

Preview Alfa Romeo

pht. Florent Gooden / DPPI

Commencez comme vous voulez continuer

Au début de la saison, le Grand Prix de Bahreïn de la semaine dernière a été un cracker. Ce fut une course exaltante avec de l’action de bout en bout – et Alfa Romeo F1 Team ORLEN était au cœur de celle-ci. Valtteri Bottas et Zhou Guanyu ont réalisé des dépassements et de la vitesse sur leur chemin vers une finition à double points qui a marqué le meilleur début de saison depuis de nombreuses années pour l’équipe, avec un total de neuf points pour ouvrir notre décompte – et quatrième place dans le championnat pour démarrer.

Le premier coup est la moitié de la bataille, dit le vieil adage : et bien que, techniquement parlant, nous soyons à moins d’un vingtième de la finale d’Abu Dhabi, le début positif dont nous avons été témoins la semaine dernière est une bonne base pour lequel construire. Cela témoigne de la qualité du projet qui a abouti à la C42, un projet que nous devrons soutenir tout au long de la saison pour rester dans la bataille à l’avant du milieu de terrain.

L’équipe est motivée et galvanisée par les résultats de la semaine dernière, et elle est prête pour la bataille à venir. Il y a une énergie positive dans l’équipe, ressentie à la fois à Hinwil et sur la piste : la ferme conviction que nous sommes dans ce combat et que nous sommes prêts à montrer de quoi nous sommes faits.

Alors que nous nous dirigeons vers l’Arabie saoudite, une piste qui nous a offert une solide performance l’an dernier mais qui a subi d’importants changements de tracé au cours des quelques mois qui ont suivi cette course, nous savons qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans ce championnat 2022. Mais nous avons décroché le premier coup, et c’était définitivement un cas de départ car nous voulons continuer.

Frédéric Vasseur, Team Principal :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

« Commencer la saison avec deux voitures dans les points est une sensation formidable, et être de retour sur la bonne voie en une semaine nous permet de canaliser cet enthousiasme et cet élan vers un autre bon résultat, espérons-le. J’ai été impressionné, mais pas surpris, par la façon dont l’équipe a abordé le week-end et par le niveau de confiance que nous avions dans nos moyens : nous savons que toute l’équipe a bien travaillé pendant l’année qui a mené à cela et nous sommes impatients de montrer au monde ce que nous peut faire. Il y a un sentiment clair que nous avons une voiture compétitive et une paire de pilotes déterminés, et cela remonte le moral de tout le monde dans l’équipe. Cependant, nous ne nous faisons aucune illusion sur le défi qui nous attend : nous avons vu à quel point le peloton est serré à Bahreïn et à quel point les qualifications et la course sont compétitives. Nous savons que nous devons être au sommet de notre art et livrer un autre bon week-end : si nous le faisons,

Valtteri Bottas (Car 77) :

pht. DPPI

« C’est agréable d’être de retour dans la voiture peu de temps après un bon résultat. Cela nous donne la chance de tirer parti de la solide performance que nous avons montré le week-end dernier et de corriger les choses qui peuvent être améliorées. Nous n’en sommes encore qu’au début de la saison et nous nous attendons à ce que l’équilibre sur la bonne voie se déplace d’avant en arrière au fur et à mesure que les équipes apportent des mises à jour, mais nous ne restons pas immobiles non plus et nous sommes déterminés à rester au sommet de cette courbe. Je vois une réelle motivation dans l’équipe et c’était super de voir la joie sur les visages de tout le monde là-bas. Nous allons dans la bonne direction et l’Arabie Saoudite sera une autre course dans laquelle nous pourrons nous battre pour un bon résultat : la piste a subi quelques changements pour la rendre encore plus rapide que l’année dernière. J’ai hâte de piloter le nouveau tracé et de voir si cela nous convient.

Zhou Guanyu (Car 24) :

pht. Florent Gooden / DPPI

« Commencer par terminer dans le top 10 est un rêve devenu réalité, mais maintenant il faut que ce soit un souvenir heureux : je me concentre déjà sur la prochaine course et sur la poursuite de mes bonnes performances. Chaque fois que j’entre dans le cockpit, c’est une chance d’apprendre quelque chose de nouveau et de me sentir plus à l’aise dans la voiture : je sais que je dois continuer à travailler dur, non seulement parce que je sais à quel point tout le monde autour de moi est compétitif, mais aussi parce que j’exige le le meilleur de moi-même en toute occasion. Le circuit de Jeddah Corniche n’est pas nouveau pour moi, car j’y ai couru en F2 l’année dernière, mais bien sûr, ce sera une expérience très différente dans les voitures de F1 de cette année. Le tracé a changé mais cela reste une piste incroyablement difficile qui nécessite une concentration à 100% et punit les erreurs : pourtant, ce sera quelque chose d’incroyable de s’y attaquer avec ces voitures.

Ferrari

GRAND PRIX D’ARABIE SAOUDITE – LE DÉFI SE DÉPLACE SUR LES RIVES DE LA MER ROUGE

pht. Scuderia Ferrari

Quelques jours après la double victoire de la Scuderia Ferrari à Bahreïn lors de la première course de la saison 2022, le Championnat du Monde de Formule 1 est de retour sur les rails pour un autre rendez-vous au calendrier, le Grand Prix d’Arabie Saoudite qui, à moins de à trois mois de la première, il en est à sa seconde édition. Il circule sur la piste semi-urbaine de la corniche de Jeddah, où Charles Leclerc et Carlos Sainz ont respectivement terminé septième et huitième en décembre. Nous restons donc au Moyen-Orient mais de la mer d’Oman nous nous dirigeons vers les rives de la mer Rouge.

La piste. Le circuit doit son nom au fait que le parcours suit sur une longue distance le front de mer – avec un terme français largement utilisé au Moyen-Orient précisément « corniche » – et s’étend sur 6 174 mètres. C’est la deuxième piste la plus longue après Spa-Fracorchamps et c’est celle qui comporte le plus de courbes même si, contrairement aux autres pistes urbaines, elle propose des plis fluides, sans angles droits et avec de nombreux passages très rapides. L’an dernier, il proposait des pointes à plus de 330 km/h et des moyennes au tour à plus de 250 km/h. Il y a trois zones DRS, avec plus de points propices aux dépassements : il y aura 50 tours à parcourir Après la course 2021, la piste a subi quelques modifications : les barrières ont été reculées pour offrir une plus grande visibilité dans les virages 2, 3, 14 et 21.

Planifier.  La course se déroulera de nuit, avec des sessions avancées tout au long de la journée à des heures similaires à celles de Singapour. La première heure d’essais libres aura lieu le vendredi à 17h00 heure locale (15HEC) tandis que la seconde aura lieu à 20h00 (18HEC). Les soixante dernières minutes pour travailler sur le réglage des voitures auront lieu samedi à 17h (15h CET) en préparation des qualifications à 20h (18h CET). Le deuxième Grand Prix d’Arabie Saoudite débutera à 20h (19h CET).

pht. Scuderia Ferrari

Trois questions à…

XAVI MARCOS, INGÉNIEUR DE COURSE VOITURE # 16

  1. La Formule 1 revient en Arabie saoudite moins de trois mois après ses débuts sur la corniche de Jeddah. Qu’avez-vous appris de votre première expérience sur ce circuit ?

« C’est un circuit incontestablement complexe, composé de 27 virages et très long. Déjà l’année dernière, nous avions réalisé à quel point la gestion du trafic lors des qualifications et des tours en course était un facteur clé. Il est essentiel de donner le maximum d’informations au pilote pour qu’il puisse, dès les essais libres, trouver le rythme et la confiance nécessaires pour pousser entre les murs. Pour ce faire, le pilote doit rouler en continu et moi, comme mon collègue Riccardo Adami avec Carlos, j’essaie de le mettre en position d’atteindre cet objectif ».

  1. L’une des caractéristiques de ce circuit sont les courbes aveugles. En tant qu’ingénieur de course, comment faites-vous pour aider les pilotes ?

« Même si dans cette deuxième édition la visibilité sur la piste devrait être améliorée, la corniche de Djeddah reste un circuit avec de nombreux angles morts. Une de nos tâches est d’essayer de réduire les limitations dérivant de cette particularité de la piste : dès les essais libres, nous essayons de trouver les « fenêtres de trafic » idéales pour envoyer les pilotes sur la piste loin des autres voitures. Ensuite, comme je l’ai dit, nous appelons continuellement les écarts de qui est devant et sur qui, dans les tours lents où le groupe motopropulseur est rechargé, pousse peut-être par derrière, afin d’éviter d’avoir à interrompre un tour lancé ou de déranger un autre concurrent. L’autre aspect sur lequel nous sommes particulièrement attentifs ici à Djeddah, ce sont les situations à risques suite à des accidents. Bien que la signalisation sur le parcours soit efficace,

  1. Dans la victoire obtenue il y a quelques jours à Bahreïn, quel a été l’aspect le plus difficile à affronter pour épauler Charles pendant la course ?

« Lors de la course de dimanche dernier, l’aspect le plus difficile à gérer était sans aucun doute l’usure des pneus : avoir des pneus entièrement neufs – les Pirelli 18″ qui ont remplacé le modèle 13 » précédent ont fait leurs débuts – nous avions plusieurs inconnues sur la façon dont ils se comporteraient sur la course. C’est pourquoi nous avons constamment gardé un œil sur l’état de la bande de roulement et essayé de donner au pilote le plus d’informations possible. Je dois dire que Charles, qui est un vrai talent pour moi, a clairement grandi ces dernières années également dans la gestion des pneus en course et pour cette raison mon dimanche a été un peu plus facile que ce à quoi je m’attendais ».

Statistiques Ferrari :

  • GPs disputés  1031
  • saisons en F1  73
  • débuts à Monaco en 1950  (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires  239 (23,18 %)
  • Pole position  231 (22,40 %)
  • Meilleurs tours  255 (24,73 %)
  • Total des podiums  780 (25,22%)

Ferrari Stats GP d’Arabie Saoudite :

  • GPs disputés  1
  • Débuts  2021 (C. Leclerc 7e ; C. Sainz 8e)
  • Victoires  0
  • Pole position  0
  • Meilleurs tours  0
  • Total des podiums  0
pht. Scuderia Ferrari

Grand Prix d’Arabie Saoudite : chiffres et curiosités :

  1. Le pourcentage de terres arables en Arabie saoudite. La surface du pays est essentiellement désertique et la population – un peu moins de 30 millions d’habitants – se concentre surtout dans les villes qui surgissent à proximité des deux mers qui baignent le pays (la mer Rouge et la mer d’Oman) et dans la capitale Riyad.

 

  1. Les entrées en piste de la Safety Car lors de la seule édition du Grand Prix d’Arabie Saoudite à ce jour. Au total,  16 tours ont été effectués  derrière la voiture de sécurité l’an dernier.

 

  1. Les dépassements effectués l’an dernier sur la piste de Jeddah Corniche. Carlos Sainz a surtout réussi  avec quatre .  Charles Leclerc  en a fait deux.

 

  1. La température maximale moyenne en degrés Celsius à Djeddah en mars (la minimale est de 21). L’humidité y est souvent très élevée, alors que la valeur moyenne annuelle est de 35. Le pic de chaleur jamais atteint dans la ville est impressionnant :  le 22 juin 2015, il a atteint 52 degrés .

 

336.6.  La vitesse de pointe la plus élevée en km/h atteinte sur la corniche de Djeddah . Le record, établi il y a trois mois lors de l’avant-dernière course de la saison 2021, appartient à  Kimi Rȃikkönen  avec Alfa Romeo Racing à moteur Ferrari.

Red Bull

MAX :

« Le week-end dernier a été difficile pour nous tous, nous gagnons et perdons en équipe et nous reviendrons plus forts cette semaine. Nous avons un bon package et nous avons été compétitifs à Bahreïn, il y a donc du positif à tirer de le week-end, et nous avons une très longue saison devant nous – ce n’est que la première course. En ce qui concerne l’Arabie saoudite, la piste est encore très nouvelle pour nous, l’année dernière, l’humidité était difficile et ils ont fait quelques petits ajustements à la visibilité dans le secteur donc je suis curieux de voir comment ça va se passer cette fois-ci. C’est une piste très rapide avec des lignes droites à grande vitesse et cette année les voitures sont légèrement plus lourdes donc ça va être vraiment intéressant de voir comment elles vont se comporter. J’ai vraiment hâte d’y être, ça devrait être sympa ! »

Checo :

 » J’ai hâte de remonter dans la voiture ce week-end. Bahreïn a été difficile, j’étais à un tour de commencer la saison sur le podium mais j’ai confiance en ce Team et nous allons travailler ensemble pour le surmonter. Le point positif est c’est une longue saison à venir, nous avons une voiture rapide et je me suis senti très compétitif tout au long de la course. J’espère prendre ce rythme et l’utiliser des qualifications jusqu’à dimanche à Djeddah. La course de la saison dernière là-bas était folle, c’est un défi très difficile piste et le sera encore plus avec les nouvelles voitures. Malheureusement, je n’ai pas terminé la course en 2021, donc je veux une course propre et montrer tout le potentiel de cette voiture. »

  • Ce week-end marquera le 327e départ en Grand Prix d’Oracle Red Bull Racing , entrant dans le top 10 des constructeurs les plus anciens de l’histoire de la Formule 1, bien que l’équipe n’ait fait ses débuts qu’en 2005.
  • Le jour de la course à Jeddah est le 51e anniversaire du pilote Red Bull Racing David Coulthard, qui a marqué les premiers points de l’équipe (Australie 2005), mené son premier tour (Nürburgring 2005) et décroché son premier podium (Monaco 2006).
  • Bien qu’il ait terminé deuxième du GP d’Arabie saoudite 2021, Max Verstappen n’a pas encore fait d’arrêt au stand sur ce site. Il a pu profiter de deux drapeaux rouges pour changer ses pneus sans avoir à s’arrêter dans des conditions normales.
  • Cette semaine est importante dans l’histoire de Red Bull, car le 1er avril marque le 35e anniversaire de la vente de la toute première canette de Red Bull en Autriche en 1987.

BWT Alpine

Ouverture de saison prometteuse alors que BWT Alpine F1 Team se tourne vers l’ouest vers l’Arabie saoudite

pht. Moy / XPB Images

BWT Alpine F1 Team présente en avant-première le deuxième week-end de course du Championnat du Monde de Formule 1 FIA 2022, le Grand Prix d’Arabie Saoudite.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur technique Pat Fry partagent leurs réflexions sur la deuxième course de la saison sur le circuit de la corniche de Djeddah.

 

Pour en savoir plus sur une partie de l’équipe dans les coulisses d’Enstone et de Viry et pour une mise à jour sur l’Alpine Academy, veuillez cliquer sur les liens ci-dessous pour l’aperçu complet.

Pat Fry, directeur technique :

« C’est toujours bien de sortir de la première course avec les deux voitures marquant des points et, tout aussi important, d’en savoir plus sur le fonctionnement de la voiture dans des conditions de course complètes. Nous avons couru de manière fiable à la fois sur le châssis et sur le bloc d’alimentation quand cela comptait avec l’impair hoquet ici et là, ce qui est attendu lors de la première course de la saison. Nous avons une base solide à construire à partir de maintenant et nous continuerons notre apprentissage ce week-end. Nous n’avons pas d’améliorations distinctes pour l’Arabie saoudite, mais nous courrons quelques éléments de test intéressants en pratique, qui nous donneront des idées pour de futurs concepts. Comme il s’agit d’un circuit à faible appui, nous aurons un aileron arrière différent pour ce week-end et Esteban reviendra à la dernière spécification sidepod après le problème de la semaine dernière. Nous avons un plan de développement en place et nous allons de l’avant aussi fort que possible pour la course de Melbourne et au-delà. »

Esteban Ocon :

 

« En termes de points dans une course d’ouverture, Bahreïn a été ma meilleure performance depuis que j’ai commencé en F1, donc c’est définitivement un point positif. Le double de points pour l’équipe a rendu encore meilleur dimanche et quand vous comparez notre course d’ouverture l’an dernier, il y a  » C’est  formidable que nous courions si peu de temps après Bahreïn et ce sera la clé pour maintenir cet élan positif dans le week-end du Grand Prix d’Arabie saoudite. C’était formidable de pouvoir enfin conduire l’A522 dans des conditions de course et très regardante. » hâte de tout refaire dans quelques jours à Djeddah. Nous y avons couru il n’y a pas si longtemps donc la piste n’est pas aussi inconnue pour nous pilotes que l’année dernière. « 

Fernando Alonso :

 

« Les deux voitures ont marqué des points, ce qui est le principal pour nous dès la première course. L’année dernière, nous n’en avions pas marqué à Bahreïn, donc c’est déjà une amélioration.  La compétition en Formule 1 n’est pas seulement sur la piste mais aussi en dehors. Enstone et Viry, nous devons nous concentrer sur ce qui nous attend et continuer à apporter des mises à jour à nos voitures, afin que nous puissions non seulement rester là où nous sommes, mais faire des pas vers l’avant. L’équipe travaille si dur dans les deux usines et sur la piste aussi C’est un plaisir de voir tout cela se mettre en place et je suis vraiment heureux de ce que nous avons accompli jusqu’à présent. »

Fiche d’information du Grand Prix d’Arabie saoudite 2022 :

Le Grand Prix de Bahreïn a été le meilleur résultat de la course d’ouverture pour « Team Enstone » depuis Lotus F1 Team en 2013, où le légendaire pilote finlandais Kimi Räikkönen a remporté la course au Grand Prix d’Australie.

La septième place d’Esteban Ocon à Bahreïn a été le meilleur résultat lors d’une course d’ouverture de la saison de sa carrière en Formule 1.

Esteban a été battu de peu à la troisième place du Grand Prix d’Arabie saoudite 2021 par la Mercedes de Valtteri Bottas, avec un temps de seulement 0,102 seconde. Il s’agit du huitième podium le plus serré de l’histoire de la Formule 1.

En menant un tour lors du Grand Prix d’Arabie saoudite 2021, Esteban a désormais mené le 94e plus grand nombre de tours de tous les pilotes de l’histoire du Grand Prix. Il a mené plus de tours que Jochen Mass, Bruce McLaren et Derek Warwick réunis à 66.

Fernando Alonso a obtenu son meilleur résultat au premier tour le week-end dernier à Bahreïn depuis 2018, lorsqu’il avait terminé cinquième en Australie.

Oscar Piastri a remporté deux victoires en Arabie saoudite l’année dernière, en route pour remporter le Championnat FIA de Formule 2 2021 une semaine plus tard à Abu Dhabi.

SAUDI ARABIAN GRAND PRIX PREVIEW BY WILLIAMS

 

Après une ouverture passionnante de la saison du Championnat du Monde de Formule 1 FIA 2022, l’équipe se prépare pour la deuxième course de l’année : le Grand Prix d’Arabie Saoudite. Le circuit temporaire de la corniche de Djeddah se faufile et balaie le long du front de mer de la station balnéaire, illuminé par l’éclairage de la ville. La FW44 s’attaquera à la piste de 6,174 km sous le soleil couchant, car le circuit urbain le plus rapide de Formule 1 pose de nouveaux défis pour le pilote et la voiture.

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

 

La deuxième course de l’année est l’occasion de voir les voitures 2022 sur un type de piste très différent. La nature des virages et des longues lignes droites à Djeddah introduira de nouveaux défis pour la FW44 et bien que nous ayons fait beaucoup de préparation, il est probable que nous rencontrions quelque chose d’inattendu. C’est tout simplement la nature de prendre une toute nouvelle voiture sur des pistes aussi diverses au début de la saison. Nous sommes impatients de relever le défi et de voir comment la nouvelle génération de voitures abordera ce circuit urbain à grande vitesse.

C’est le premier voyage d’Alex à Djeddah et il aura donc besoin de temps pour comprendre la piste et prendre confiance dans la voiture et les pneus. Pirelli a apporté des pneus du milieu de sa gamme de composés et adapter la configuration de la voiture en fonction du comportement des pneus sera l’une de nos principales tâches vendredi, en plus de gérer tout marsouinage qui pourrait être induit par les vitesses élevées de la voiture. Il y aura beaucoup à faire vendredi et nous sommes impatients de remettre les voitures sur les rails et de commencer ce travail.

Nicholas Latifi :

 

J’ai hâte d’aller en Arabie Saoudite pour la deuxième course de l’année. La piste était un nouvel ajout au calendrier en 2021, mais était certainement l’une des courses les plus amusantes et excitantes. J’ai aussi beaucoup apprécié la combinaison d’une course de rue nocturne ; cela a ajouté à l’atmosphère et a été un nouveau défi intéressant. L’équipe et moi-même nous dirigeons vers l’Arabie saoudite dans le but de tirer parti des enseignements que nous avons tirés de Bahreïn. Nous ne commençons pas la saison exactement là où nous voulons être, mais il y a du positif et nous continuerons à pousser pour que les choses s’améliorent.

Alex Albon :

 

Le Jeddah Corniche Circuit est une nouvelle piste pour moi et il n’est pas facile de s’y mettre, alors même si j’attends ce défi avec impatience, je sais que ce sera difficile. Je pense que ce sera une piste un peu mieux adaptée aux caractéristiques de la FW44 ; c’est plus fluide avec plus de virages à moyenne et haute vitesse, donc j’espère que nous irons bien là-bas. Plus nous roulerons, plus nous comprendrons cette voiture et comment nous pouvons travailler pour maximiser ses performances, donc j’ai surtout hâte de reprendre la piste.

Mercedes

Grand Prix d’Arabie Saoudite 2022 – Aperçu

La Formule 1 se rend à Jeddah pour la deuxième manche de la saison, le Grand Prix d’Arabie saoudite.

 
  • Toto parle de l’Arabie saoudite
  • Dossier d’information : Grand Prix d’Arabie Saoudite
  • Attaque de statistiques : l’Arabie saoudite et au-delà

Toto parle de l’Arabie saoudite :

pht. LAT

La nouvelle saison de F1 a commencé de façon spectaculaire. Il y a eu de belles histoires de bien-être dans le peloton lors de la première course et Ferrari a fait un excellent travail pour remporter un doublé.

Pour nous, nous avons fait un pas en avant en termes de performances par rapport aux tests de pré-saison mais étions clairement troisièmes plus rapides derrière Ferrari et Red Bull. Nous savons que le W13 a du potentiel, et nous devons continuer à apprendre, découvrir comment le débloquer et maximiser nos opportunités de points en attendant.

Lewis a fait un travail fantastique pour revendiquer la P3 et George a mené une course solide et mature, gagnant des places pour terminer P4. Nous avons marqué le maximum de points que nous pouvions et plus que ce à quoi nous nous attendions. C’est en partie dû au malheur des autres, mais la fiabilité a toujours été un facteur crucial en Formule 1.

Nous nous dirigeons maintenant vers Jeddah et une piste très différente; rapide, sinueux et une grande partie du tour pris à plein régime. Nous y étions il y a quelques mois à peine pour la première course de Formule 1 en Arabie saoudite, et avec une nouvelle voiture et de nouveaux pneus dont nous apprenons encore à tirer le meilleur parti, ce sera une courbe d’apprentissage abrupte. C’est un défi que nous attendons avec impatience !

 

Dossier d’information : Grand Prix d’Arabie Saoudite

La piste du Grand Prix d’Arabie saoudite est située sur la Corniche, une zone riveraine de Djeddah à côté de la mer Rouge. L’emplacement au bord de l’eau présente des défis similaires à Abu Dhabi avec du sable qui souffle sur la piste et des changements de direction du vent du jour à la nuit.

Le circuit de la corniche de Djeddah a le plus de virages de toutes les pistes du calendrier F1 avec 27 : 16 gauchers et 11 droitiers. Cela rend plus difficile pour l’équipe et les pilotes de se mettre à niveau pendant les séances d’essais.

Le site du GP d’Arabie saoudite est la deuxième plus longue piste de F1 à 6,174 km. Spa-Francorchamps est la seule piste plus longue (7,004 km). Cela signifie que la gestion de l’énergie est délicate et met davantage l’accent sur les performances du MGU-H et du système hybride.

Comme nous l’avons vu en 2021, Jeddah présente un risque plus élevé de voitures de sécurité par rapport aux autres pistes en raison de sa nature de piste de rue, les incidents prenant plus de temps pour dégager et des virages rapides provoquant des incidents plus importants, tandis qu’une piste plus longue signifie qu’il y a plus de risques d’erreurs. Certaines modifications ont été apportées pour 2022, afin d’augmenter les zones de ruissellement et d’améliorer la sécurité.

Avant le premier Grand Prix d’Arabie saoudite, Djeddah était présenté comme le « circuit urbain le plus rapide du monde » et cela s’est avéré être le cas, avec des vitesses moyennes d’environ 250 km/h – plus élevées que Bakou, qui n’est pas loin. , mais Djeddah est aidé par des virages pris à fond ou dans les zones DRS.

Les pilotes ont atteint plus de 310 km/h à trois reprises dans les longues lignes droites lors des qualifications à Djeddah. Avec trois zones DRS également, il a l’un des pourcentages les plus élevés de distance parcourue à plein régime, avec 80 %.

Le virage 13 a une pente de 12%, avec des virages relevés ouvrant plus de lignes et aidant à donner de l’élan à la prochaine section rapide et rapide.

Le virage 2 est le virage le plus lent du circuit, pris à environ 85 km/h, tandis que les plus rapides sont les virages 21 et 26 à 315 km/h, tous deux situés sur des lignes droites qui incluent des zones DRS.

Au moment où les voitures de F1 entreront en piste en Arabie saoudite vendredi, cela ne fera que 111 jours (trois mois et 21 jours) depuis leur dernière course à Djeddah.

Le Grand Prix d’Arabie saoudite est une course de nuit, donc en plus de l’éclairage des bâtiments et des ponts, on s’attend à ce que plus de 600 lampadaires illuminent la piste.

La course de l’année dernière en Arabie a commencé à l’heure et demie, mais cela s’est maintenant aligné sur les autres courses, commençant à l’heure cette année.

2021 étant la première course sur la piste de Djeddah, la surface du circuit était très sablonneuse et «verte», ce qui signifie que l’évolution de la piste était élevée et que les niveaux d’adhérence augmentaient à chaque session. Nous nous attendons à ce que ce soit très similaire cette année.

Aston Martin

Présenté par Cognizant

Lance :

 

« Courir en Arabie saoudite l’année dernière était un pas dans l’inconnu, mais maintenant c’est le défi excitant de prendre ce que nous avons appris de la première course et de l’appliquer à la course de cette saison. Le circuit de Jeddah est le circuit routier le plus long et le plus rapide du calendrier, donc la tâche est encore plus grande. L’année dernière, les multiples perturbations de la course ont été un facteur constant, nous devrons donc être sur le qui-vive pour capitaliser sur toutes les opportunités. »

Nico :

 

« Après m’être familiarisé avec l’AMR22 à Bahreïn le week-end dernier, la course en Arabie saoudite me donnera l’occasion de développer et d’améliorer encore ma compréhension de la voiture. De plus, le travail que j’ai effectué dans le simulateur en début de semaine m’a donné un aperçu supplémentaire et m’a aidé à me préparer pour ce circuit rapide et fluide. Évidemment, je souhaite à Sebastian un prompt rétablissement, mais je suis vraiment impatient de relever le défi et je ferai de mon mieux pour toute l’équipe ce week-end. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

La course en Arabie saoudite l’année dernière a fourni aux équipes des données pertinentes, mais il y a une balle courbe : pas moins de huit des 27 virages ont été reprofilés, notamment au virage 27 où la largeur de la piste a été élargie. Comme il s’agit d’un point clé du tour, attendez-vous à ce que les pilotes trouvent les limites ici lors des essais.

Des perturbations de la course sont probables – il n’y a pas que les changements de virage qui pourraient perturber les pilotes et les équipes. L’édition 2021 a connu deux drapeaux rouges et quatre VSC, ce qui signifie qu’il y a encore beaucoup d’inconnues à Jeddah. Ajoutez à cela de nouvelles voitures et de nouveaux pneus, et vous obtenez une tâche énorme.

Turns

Dépasser : ce n’est pas facile. Il n’y a que 450 m entre la pole et le premier virage, ce qui est plus court qu’à Bahreïn, mais le passage du virage 27 au premier virage a été le seul endroit où l’on a pu doubler en 2021 – et 75 % des dépassements ont utilisé le DRS. Cette course est une question de position sur la piste et de trouver la course la plus rapide possible sans perdre de places.

 

Haut du site