2 décembre 2022

Porsche pleure le décès de Vic Elford

La société Dr. Ing. h.c. F. Porsche AG rend hommage à l’un des pilotes d’usine les plus brillants et les plus polyvalents qui aient jamais représenté le constructeur de voitures de sport de Stuttgart : Victor Henry Elford est décédé le 13 mars 2022 à l’âge de 86 ans à son domicile en Floride. L’intelligent Anglais a dominé les courses de rallye et de circuit dans le monde entier pendant des années, notamment à la fin des années 1960. « La nouvelle de son décès représente une très triste perte pour nous. Nos pensées vont à sa famille », déclare Michael Steiner, membre du directoire, recherche et développement. « Nous remercions Vic Elford pour sa passion et son extraordinaire dévouement. Il était l’un des pilotes de course les plus polyvalents et les plus performants à avoir concouru pour et avec Porsche. « 

Elford est né le 10 juin 1935 à Peckham, à Londres. Après avoir obtenu une qualification technique, il a fait ses premiers pas en course lors du championnat du monde de voitures de sport en 1964. En 1966, Elford prend la troisième place du Tour de Corse au volant d’une Porsche 911, et un an plus tard, il remporte le rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnières.

En 1967, il remporte également la première épreuve de rallycross de l’histoire sur le circuit de Lydden Hill, dans le Kent, avec une Porsche 911 R fournie par l’importateur britannique AFN. Très talentueux, il devient également champion d’Europe des rallyes la même année, si bien que Porsche lui propose rapidement un contrat de pilote d’usine.

pht. Historisches Archiv Porsche/Mcklein

En 1968, les fans commencent à l’appeler affectueusement « Quick Vic », en réponse à l’incroyable et unique série de résultats obtenus par Elford cette année-là : il remporte le Rallye de Monte-Carlo en janvier, les 24 heures de Daytona en février, ainsi que la Targa Florio et la course de 1 000 kilomètres au Nürburgring en mai. Grâce à sa mémoire photographique, Elford a été capable de donner des comptes rendus vivants de tous ses succès jusqu’à la fin de sa vie.

pht. Historisches Archiv Porsche/Mcklein

Il n’a jamais oublié ses moments les plus excitants au Rallye de Monte-Carlo. Il a piloté une 911 S pour sa première participation à l’épreuve, en 1967, ce qui a valu à Porsche une victoire de classe et une troisième place au classement général. En janvier 1968, il est au volant d’une Porsche 911 T, qui affiche une puissance de 170 CV pour un poids inférieur à une tonne. Il choisit de prendre le départ de son rallye vers Monaco à Varsovie. Le Français Gérard Larrousse, au volant d’une Renault Alpine, est le premier à s’engager sur la rampe d’accès au Casino de Monte-Carlo grâce à ses 14 secondes d’avance sur Elford et son copilote David Stone. La bataille entre les deux pilotes est légendaire : « Avant d’arriver au Col de la Couillole, mon copilote m’a dit : ‘Relax. La nuit dernière, nous avons vérifié la présence de glace et de neige sur les routes. Il y en aura peut-être moins sur la route mais nous sommes certains qu’il n’y en aura plus. Alors fais-moi confiance, fais confiance à nos notes. Tu sais que tu es le plus rapide en montagne, alors conduis. » Elford s’est détendu et c’est exactement ce qu’il a fait – même si l’hypothèse concernant la neige n’était pas tout à fait correcte : certains spectateurs venus assister au spectacle avaient recouvert le tarmac de neige mais c’est Larrousse qui a dérapé dessus, pas l’équipe Porsche. Elford : « Lorsque nous avons récupéré de ce test spécial, j’ai demandé à David : « Combien de virages aurais-je pu prendre plus vite ? » « Deux », a-t-il répondu. Je pensais que ce serait trois. » Elford poursuit en disant : « J’ai choisi des pneus de course. Avec une confiance aveugle en David, j’ai foncé à fond sur une plaque de glace, à 200 km/h en cinquième vitesse. À l’époque, je fumais comme une cheminée, mais après cette course, il m’a fallu deux ou trois tentatives pour allumer une cigarette – ces 26 kilomètres m’ont complètement anéanti. »

De même qu’il n’a jamais cessé de fumer, Elford est resté fidèle aux qualités de la Porsche 911 toute sa vie : « C’est la seule voiture suffisamment adaptable pour être utilisée dans toutes les circonstances possibles. Neige, glace, macadam, montée, descente, rapide ou lente – la 911 peut tout faire. » Bien qu’il ait été un homme humble tout au long de sa vie, Elford savait de quoi il était capable. Il a dit un jour : « Une Porsche 911 aurait-elle pu gagner le Rallye de Monte-Carlo sans moi ? Oui, mais pas en 1968. Je ne pense pas que quelqu’un d’autre aurait pu conduire une 911 comme je l’ai fait à l’époque. »

Elford était également exceptionnellement rapide dans d’autres types de Porsche. Un mois seulement après Monte-Carlo, il remporte les 24 heures de Daytona au volant d’une Porsche 907 LH (« Long Tail »). Elford et Porsche ont une autre raison de se réjouir au début du mois de mai : le Britannique remporte une incroyable victoire à la Targa Florio au volant de la Porsche 907 KH (« Short Tail »). « La Targa Florio a toujours été ma course préférée », a déclaré Elford à de nombreuses reprises. Entre 1967 et 1972, il y a participé six fois d’affilée. Bien qu’il n’ait gagné qu’en 1968, il a réalisé le tour le plus rapide dans toutes les courses suivantes. Elford a toujours parlé en bien du peuple sicilien, qui a joué un rôle essentiel dans la réalisation de l’un de ses plus grands triomphes. Elford se souvient : « Peu après le départ de la course, j’ai perdu une roue entre Cefalù et Cerda. Les spectateurs ont sauté du mur, soulevé ma voiture légère et j’ai pu mettre la roue de secours. Imaginez un peu ce que cela donnait : un Britannique dans une voiture allemande gagnant en Italie ». La foule n’a pas été effrayée par ce scénario lorsque Elford a dû s’arrêter à nouveau quelques virages plus tard : « J’ai perdu une autre roue. Une fois de plus, les gens ont ramassé la voiture mais je n’avais pas d’autre roue de rechange, alors un fan a dévissé la roue de sa propre voiture et me l’a donnée. » Quick Vic » a toujours été particulièrement fier d’un poster accroché au mur de sa maison en Floride, sur lequel figure une photo de lui avec les mots « Classifica Assoluta » et, en dessous, « 1. Elford Maglioli 907 ». Le logo Porsche n’apparaît que sur un côté de l’image, ce qui est inhabituel. Sur cette affiche de victoire, Porsche célèbre le pilote, et non la marque.

Deux semaines à peine après son triomphe au Targa, Elford reprend le volant d’une Porsche 908 KH aux côtés de Jo Siffert pour la course de 1 000 kilomètres du Nürburgring, où ils surclassent la concurrence. Il réitère cette victoire dans les montagnes de l’Eifel en 1970, puis en 1971. Elford est toujours resté un vrai gentleman, comme il l’a démontré à Bastia en novembre 1968. Peu avant le départ du Tour de Corse, le responsable du développement des voitures de course de Porsche, Peter Falk, prend son meilleur pilote d’usine à part pour discuter. « Nous avons besoin d’un pilote français pour des rallyes comme celui-ci. Qui prendriez-vous ? » Elford a réfléchi. Il aurait aimé recommander son bon ami Jean-Francois Piot, mais il connaissait un meilleur pilote : « Prenez Gérard Larrousse. » Falk suit le conseil d’Elford et Porsche ne regrette jamais sa décision : au cours de la seule année 1969, Larrousse remporte le Tour de Corse, le Rallye Neige & Glace et les sept étapes du Tour de France Automobile au volant d’une Porsche 911 R.

Vic Elford (a droite) avec son ami Gerard Larousse

Tout au long de sa vie, Elford n’a pas seulement été enthousiasmé par la 911 ; il était également un grand fan de la Porsche 917, même si elle n’était pas toujours facile à manier. Il a piloté six modèles différents de 917 dans 16 courses de 1969 à 1971, y compris au Mans. Mais, même avec six modèles différents, il n’a jamais réussi à y remporter une victoire. Il l’a manqué de peu en 1971, lorsqu’il a piloté la Porsche 917 LH aux côtés de Gérard Larrousse pendant 21 heures, jusqu’à ce que sa course soit interrompue prématurément par une défaillance technique. « C’était vraiment une sale bête car le moteur était très lourd », se souvient Elford. « La boîte de vitesses était montée derrière le moteur. En raison de la torsion, le passage des vitesses est devenu de plus en plus problématique pendant la course et, en prenant la courbe de Mulsanne, nous avons dû nous avouer vaincus car la boîte de vitesses était très endommagée. » L’année 1973 a été la dernière fois qu’Elford a piloté une 917 : « Nous avons emprunté une 917/30 à l’usine pour la course de l’Interserie à Hockenheim. Je n’avais jamais conduit de voiture de course turbo auparavant, j’ai donc dû prouver lors des essais à Weissach que je pouvais conduire une telle voiture. J’ai d’ailleurs battu le record du tour là-bas, et j’ai aussi gagné la course. J’adorais cette voiture. » Il a également débuté avec la 917 lors des courses de Sebring. En 1971, il est monté sur la première marche du podium. En 2014, il a été intronisé au Sebring Hall of Fame.

Parce qu’Elford était fiable et rapide, il a été engagé par Steve McQueen pour filmer les scènes à grande vitesse de son film « Le Mans » de 1970. La carrière d’Elford en Formule 1 a été presque accessoire. Entre 13 courses de Formule 1 de 1968 à 1971, il a sauté dans des voitures des séries CanAm et Trans-Am, s’est assis derrière le volant lors d’événements tout-terrain en Afrique et a bravé les pistes ovales de Nascar. Il connaît un immense succès dans les rallyes et les courses sur circuit pendant un total de 12 ans. En 1972, il est nommé Chevalier de l’Ordre National du Mérite par le Président français Georges Pompidou pour s’être arrêté au Mans à mi-course afin de sauver un pilote de sa voiture en feu.

Elford s’est retiré de la course professionnelle en 1974 et, en 1975, il s’est engagé dans une nouvelle voie, travaillant avec le projet de voiture de course Inaltera avant de diriger l’équipe ATS F1. Après s’être installé aux États-Unis en 1984, il a dirigé la Porsche Owners Driving School et la Porsche Driving Experience. Il a relaté ses expériences dans deux livres, « The Porsche High-Performance Driving Handbook » et « Reflections on a Golden Era in Motorsports ». Même à un âge avancé, Elford était heureux de reprendre le volant, comme lorsqu’il a piloté une 911 lors du Tour de Corse Historique en 2017, ou lorsque lui et d’autres légendes de Porsche, comme Herbert Linge, Gérard Larrousse et Jean-Pierre Nicolas, ont fait un voyage dans le passé et se sont essayés aux essais spéciaux du circuit de Monte-Carlo en 2018.

Au cours de sa vie, le pilote malin connu pour son large sourire a également aimé les Français et leur mode de vie. « La France est probablement le seul pays – à part les États-Unis – à avoir une géographie, une topographie, un climat et des conditions météorologiques aussi variés pour chaque type de rallye », s’est-il un jour enthousiasmé. « Il y a aussi une telle culture d’accueil en Savoie, dans les Alpes, dans les Pyrénées – toute la ‘Camaraderie Française’, qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde. »

Vic Elford laisse derrière lui sa femme française Anita et une immense base de fans. Ing. h.c. F. Porsche AG dit au revoir à l’un des pilotes de course les plus sympathiques et les plus brillants de tous les temps.

Points forts de la carrière de Vic Elford en course automobile :

1967 : Champion d’Europe des rallyes au volant d’une Porsche 911 S

1967 : Première course au Mans, où il termine premier de sa catégorie et septième au classement général sur une Porsche 906K Carrera 6.

1967 : Vainqueur de la première épreuve de rallycross de l’histoire au volant d’une Porsche 911 R.

1968 : Vainqueur de la course de 1000 km sur le Nürburgring avec une Porsche 908.

1968 : Vainqueur du Rallye de Monte Carlo au volant d’une Porsche 911 T.

1968 : Vainqueur de la Targa Florio au volant d’une Porsche 907 KH

1968 : Vainqueur des 24 heures de Daytona au volant d’une Porsche 907 KH

1968 -1971 : Treize départs en Formule 1

1969 : Vainqueur de la course de 1000 km du Nürburgring sur une Porsche 908.

1970 : Vainqueur de la course des 1000 kilomètres du Nürburgring avec une Porsche 908.

RIP Vic

 

Haut du site