19 juin 2024

NTT IndyCar, Scott Dixon émerge du chaos Pour gagner dans les rues de Détroit

Une fois de plus, Scott Dixon a su tirer profit du chaos pour remporter une course de la NTT INDYCAR SERIES.

Dixon a donné une nouvelle leçon en élaborant des tactiques à la volée avec le stratège Mike Hull et en économisant du carburant au volant de sa Honda PNC Bank Chip Ganassi Racing n°9, s’imposant dans un Grand Prix Chevrolet de Détroit présenté par Lear, dimanche, dans les rues de Détroit, marqué par des drapeaux jaunes.

Dixon, sextuple champion de la NTT INDYCAR SERIES, a battu Marcus Ericsson, vainqueur des Indianapolis 500 présentés par Gainbridge, de 0,8567 seconde, ce qui constitue le meilleur résultat de la saison pour Ericsson au volant de la Honda Delaware Life n°28 de l’écurie Andretti Global. Marcus Armstrong a terminé troisième au volant de la Honda Root Insurance Chip Ganassi Racing n°11 pour son premier podium en carrière.

#9, Scott Dixon, P1

« L’équipe a parfaitement anticipé la situation », a déclaré Dixon. « Nous avions la bonne stratégie. Nous avons gagné. C’est vraiment cool.

« C’est toujours une question de variables. Essayer de ne pas avoir de problèmes, essayer de garder la voiture sur la piste. Nous avons eu de la pluie. Il y avait de tout dans l’atelier. Vous n’aviez aucune idée de la façon dont les transitions allaient se dérouler, ni même de la stratégie. Je suis très content pour tous les membres de l’équipe. C’était génial.

#28, Marcus Ericsson, P2

Dixon a pris la tête du championnat avec 18 points d’avance sur son coéquipier Alex Palou grâce à sa deuxième victoire de la saison, qui s’ajoute à celle obtenue en avril lors du Grand Prix Acura de Long Beach. Dixon a remporté sa 58e victoire en carrière, ce qui le place à neuf victoires du record de 67 victoires en carrière détenu par A.J. Foyt.

#11, Marcus Armstrong, P3

« Dixon a répondu à la question de savoir s’il se concentrait sur l’objectif d’égaler le record de sept championnats de série de Foyt. « Tant que vous n’en êtes pas sorti, vous continuez à le poursuivre. C’est un travail d’équipe.

Kyle Kirkwood a terminé à la quatrième place, la meilleure de la saison, au volant de la Honda AutoNation n°28 d’Andretti Global, tandis qu’Alexander Rossi a continué sur sa lancée en complétant le top 5 au volant de la Chevrolet Arrow McLaren n°7. Rossi, vainqueur des 500 miles d’Indianapolis en 2016, a terminé huitième ou mieux lors de ses trois derniers départs.

Start Race

Dixon et Hull ont encore une fois fait de la magie en choisissant de faire leur dernier arrêt au stand sous le drapeau jaune à la fin du tour 56 et en espérant que suffisamment de drapeaux jaunes continuent de flotter pour étirer le carburant jusqu’à l’arrivée au tour 100. La stratégie a fonctionné à la perfection, puisqu’il y a eu deux autres périodes d’avertissement après le dernier arrêt de Dixon, ce qui lui a permis d’économiser juste assez de Shell 100% Renewable Race Fuel pour atteindre l’arrivée tout en parant la charge d’Ericsson.

Nous avons déjà vu ce film dans la carrière légendaire de Dixon – plusieurs fois et récemment.

#6, Theo Pourchaire, P10

Dixon a réussi une improbable économie de carburant pour gagner en avril à Long Beach et a fait de même en août dernier au World Wide Technology Raceway, faisant un arrêt de moins que tout autre pilote pour gagner. Cette victoire sur l’ovale est intervenue une course après que Dixon ait gagné sur le circuit routier de l’Indianapolis Motor Speedway, malgré une chute dans l’herbe et un abandon en queue de peloton dans le premier virage, grâce à la stratégie de Hull pour se hisser aux avant-postes et à son pied droit entraîné pour y rester malgré la baisse de l’essence.

Aujourd’hui, dans le centre-ville de Détroit, Dixon semblait pouvoir se diriger vers le couloir de la victoire jusqu’aux 13 derniers tours de la course sur le circuit temporaire de neuf virages et de 1,645 mile. Ericsson a alors dépassé Kirkwood pour prendre la troisième place et a ensuite jeté son dévolu sur Armstrong, tout en tournant près d’une seconde plus vite par circuit que Dixon, en panne d’essence.

#51, Tristan Vautier, P18

Pendant ce temps, Dixon devait composer avec les turbulences et le rythme plus lent de la Honda Gainbridge n°26 de Colton Herta, lauréat du prix NTT P1, qui le précédait directement à la fin du tour de tête. Seulement 1,6 seconde sépare les trois premiers au 94e tour.

Dixon passe finalement sous Herta au 95e tour, la piste et l’air étant propres. Ericsson a jeté un coup d’œil sous Armstrong à plusieurs reprises, mais n’a pas pu compléter le dépassement pour la deuxième place avant le 99e tour, tombant à 2,1 secondes de Dixon au drapeau blanc.

Pourtant, Ericsson a tiré le meilleur parti de son dernier tour, réduisant la marge de Dixon de plus de la moitié. Mais cela n’a pas suffi à rattraper « The Iceman », même si Ericsson était ravi de rebondir après les 500 miles d’Indianapolis, où il avait été éliminé au premier tour après avoir été pris dans un tête-à-queue de Tom Blomqvist.

 

« Après le mois de mai que nous avons connu, c’était vraiment, vraiment difficile mentalement », a déclaré Ericsson. « Je suis nouveau dans cette équipe. Je veux me montrer comme un pilote de premier plan, comme ils m’ont engagé. C’était très important.

« Nous avions tellement de rythme. Un tour de plus et nous aurions pu remporter la victoire. Mais c’est une belle journée.

Les trois premiers quarts de la course ont été un véritable chaos, avec huit périodes d’avertissement et 47 tours d’avertissement au cours des 73 premiers tours. La plus longue période de drapeau vert pendant cette période a été de 13 tours, ce qui a fait tourner la tête des stratèges sur le muret des stands qui réfléchissaient à des options à la volée tout en étant à la radio avec les pilotes.

Ajoutez à cela un changement rapide dans la stratégie des pneus dans les 15 premiers tours, lorsque la sagesse dominante selon laquelle le pneu alternatif Firestone Firehawk est la gomme la plus rapide s’est avérée fausse lorsque Palou, qui a commencé avec des pneus alternatifs usagés, a perdu de l’adhérence bien plus tôt que prévu et a dû s’arrêter à la fin du 11e tour.

#77, Romain Grosjean, P23

Ensuite, l’arrivée d’une averse passagère au 34e tour, qui a provoqué la ruée des stratèges et des équipes des stands sur la voie des stands, les pilotes et les équipes décidant s’il fallait passer aux stands pour les pneus pluie ou rester à l’extérieur et parier sur le fait que la pluie – qui n’apparaissait même pas sur les écrans radars des équipes – quitterait rapidement la région.

Dixon, Ericsson et Kirkwood font partie des huit pilotes du peloton de 27 voitures qui ne se sont jamais arrêtés pour des pneus pluie. Cela leur a permis de remonter dans le classement et de se mettre en position de terminer dans les cinq premiers, car leur coup de dé a fonctionné lorsque la petite averse a quitté la région rapidement.

Ce trio n’a effectué que deux arrêts pendant toute la course. Dixon a pris la tête pour la première fois et pour de bon au 66e tour lorsque Palou, vainqueur à Détroit en 2023, a effectué le dernier de ses cinq arrêts au volant de la Honda DHL Chip Ganassi Racing n°10. Palou, double champion en titre, a terminé à la 16e place, mettant fin à sa série de 23 arrivées consécutives dans les huit premiers lors d’événements payants.

Classement GP ici

Championnat ici

La prochaine épreuve de la NTT INDYCAR SERIES aura lieu dimanche prochain, le 9 juin, avec le XPEL Grand Prix at Road America à Elkhart Lake, dans le Wisconsin.

Communiqué NTT IndyCar

Crédits photos, NTT IndyCar