Verstappen s’impose facilement au Grand Prix de Styrie face à son rival Hamilton.

Posted by

Max Verstappen a remporté sa deuxième victoire en sept jours au Grand Prix de Styrie, en dominant la Mercedes de Lewis Hamilton, son rival pour le titre. Valtteri Bottas a pris la troisième place devant Sergio Perez.

Max Verstappen P1. Pht. Peter Fox/Getty Images

Après sa victoire au Grand Prix de France, Verstappen s’est élancé de la pole position sur un Red Bull Ring sec, menant chaque tour de la course pour remporter la 14e victoire de sa carrière, et la troisième sur le circuit Red Bull Ring de son équipe.

Max Verstappen a dominé le GP de Styrie

Le Néerlandais a porté son avance sur Hamilton à 18 points au classement des pilotes, après que le pilote Mercedes ait été incapable de répondre sérieusement au rythme de Verstappen en course, même s’il a pu au moins limiter les dégâts après avoir obtenu le point de bonus pour le meilleur tour grâce à un arrêt aux stands tardif.

Parti en P5 après avoir été mis sur la grille pour un tête-à-queue dans la voie des stands vendredi, Bottas a pu prendre la troisième place, résistant à une attaque de la deuxième Red Bull de Perez, pour le premier podium du Finlandais depuis le Grand Prix d’Espagne.

Start of Race. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Derrière, Lando Norris (McLaren) a réalisé une belle course, faisant suite à sa P5 de l’année dernière au Grand Prix de Styrie, avec le même résultat ce week-end, après avoir été incapable de suivre le rythme des Red Bull et des Mercedes dimanche. Il a devancé le duo Ferrari de Carlos Sainz et Charles Leclerc, qui après un Grand Prix de France cauchemardesque et sans points, a fait une bien meilleure course en Autriche.

Lewis Hamilton, P2. Pht. LAT Images

Lance Stroll a terminé huitième pour Aston Martin, tandis que Fernando Alonso et Yuki Tsunoda ont complété le top 10. Kimi Raikkonen a pris la 11e place, devant l’Aston Martin de Sebastian Vettel et la McLaren de Daniel Ricciardo – qui avait grimpé dans le classement au premier tour mais est retombé à sa position de départ après une brève perte de puissance – tandis qu’Esteban Ocon a pris la 14e place.

Valtteri Bottas, P3. Pht. LAT Images

P15 pour Antonio Giovinazzi, devant la Haas de Mick Schumacher, la Williams de Nicholas Latifi et la deuxième Haas de Nikita Mazepin.

L’une des premières stars de la course, George Russell, a été cruellement contraint à l’abandon en raison d’un problème d’unité de puissance, alors qu’il s’était confortablement installé en P8 pendant la majeure partie du Grand Prix. Pierre Gasly est sorti au premier tour, après un contact avec Leclerc qui a endommagé son arrière gauche et l’a fait partir en tête-à-queue avec l’Alfa Romeo de Giovinazzi au virage 3.

Sergio Perez P4. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Mais au début d’une double série de courses autrichiennes, c’est Verstappen et Red Bull qui ont maté les Mercedes avec leur quatrième victoire de course consécutive.

Comment cela s’est passé

La pénalité sur la grille de Valtteri Bottas (pour son tête-à-queue de la FP2 dans la voie des stands) signifiait que le destin avait une fois de plus conspiré pour mettre les protagonistes du titre Verstappen et Hamilton sur la première ligne ensemble pour la quatrième fois cette saison au départ du Grand Prix de Styrie. Et lorsque les cinq feux se sont éteints pour le départ sur piste sèche, c’est Verstappen qui a fait l’échappée parfaite, passant devant Hamilton pour conserver son avance – avec Hamilton qui a ensuite dû corriger un peu de survirage à la sortie du virage 1 alors qu’il s’installait en P2.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P5

Derrière, Norris a été contraint de prendre la sortie du virage 1, avant de passer le premier tour à se chamailler avec la Red Bull de Sergio Perez, Perez passant à l’extérieur de la McLaren au virage 3 avant que Norris ne reprenne la position – tandis que le grand gagnant du départ était le coéquipier de Norris, Daniel Ricciardo, qui est passé de P13 à P8 à la fin du premier tour.

Carlos Sainz, P6. Pht. Scuderia Ferrari

C’était en partie grâce à un contact entre ses anciens compagnons Pierre Gasly et Charles Leclerc, Gasly bousculant Leclerc au virage 1, Leclerc revenant ensuite sur la piste et touchant le pneu arrière gauche du Français. Gasly, avec une crevaison, a ensuite été impuissant à s’empêcher de partir en tête-à-queue au virage 3, touchant l’Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi et heurtant la Williams de Nicholas Latifi.

Lance Stroll, Aston Martin AMR21, P8

Les dommages causés par la crevaison de Gasly l’ont forcé à abandonner dans les stands, tandis que Leclerc a dû changer un aileron avant. Pendant ce temps, tous les efforts de Ricciardo pour remonter de la P13 ont été réduits à néant quelques tours plus tard lorsqu’il a subi une brève perte de puissance, l’Australien chutant de la P8… à la P13. Cela a donné un peu de répit à la Williams de George Russell, le pilote britannique est maintenant en P8 après être parti 10ème.

Fernando Alonso, Alpine, P9.

Perez et Bottas, en quatrième et cinquième position, étaient en mouvement au 10ème tour, Norris ne se défendait pas ou peu lorsque la Red Bull et la Mercedes passaient. En tête, au 15e tour, Verstappen avait creusé un écart de 3‘’ sur Hamilton – avec Perez à 12’’ derrière Hamilton, le Mexicain à 3’’ d’avance sur Bottas, avec ces deux-là ayant rapidement dépassé Norris.

Yuki Tsunoda, P10. Pht. Clive Rose/Getty Images

Au 25e tour sur 71, l’ordre était Verstappen, maintenant 5’’ d’avance sur Hamilton, lui-même avec 16’’ d’avance sur Perez, puis Bottas, Norris, Lance Stroll (passé de P9 à P6 au départ), Fernando Alonso, Russell se maintenant parfaitement en huitième position, avec Yuki Tsunoda et Carlos Sainz complétant le top 10. Verstappen et Hamilton se plaignent tous deux de leurs pneus, Hamilton étant même proche de perdre sa voiture à la sortie du virage 4 au 25e tour.

Parmi les hommes de tête, c’est Perez qui s’est arrêté en premier, prenant des pneus durs au 26e tour sur 71. Mais un changement lent de l’arrière gauche l’a maintenu à l’arrêt pendant 4’’8, permettant à Bottas de le dépasser pour une P3 nette quand le Finlandais s’est arrêté un tour plus tard. Un tour après cela, Hamilton était dans le coup, avec Verstappen suivant un tour après. Tous ces pilotes ont pris des pneus durs, et Verstappen a pu revenir en tête, avec 5’’ d’avance sur Hamilton, qui était lui-même à 20’’ de son coéquipier Bottas.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B. A abandonné alors qu’il était dans les points.

Russell, lui, a souffert d’un problème de groupe motopropulseur qui l’a forcé à s’arrêter aux stands pendant 18 secondes au 25e tour, et à s’arrêter à nouveau un tour plus tard pour faire le plein d’air de son système pneumatique. Russell a chuté en P18, avant de finalement abandonner au 36e tour, les points pour Williams continuant à échapper à l’équipe et au Britannique.

Au 41e tour, les deux derniers pilotes du peloton sont passés par les stands, Carlos Sainz et Daniel Ricciardo arrivant de P5 et P7, Sainz réapparaissant dans une P7 prometteuse (qui est rapidement devenue P6 lorsqu’il a dépassé Stroll, l’Espagnol ayant fait une belle course après être parti P12), tandis que Ricciardo a été moins chanceux, passant derrière un train de voitures jusqu’en P15 – ce train comprenant Kimi Raikkonen et Leclerc, Leclerc abiment  l’aileron avant du Finlandais alors qu’il passait en P12 quelques tours plus tard.

#7 RAIKKONEN Kimi (fin), Alfa Romeo Racing ORLEN C41, P11. Pht. Joao Filipe/DPPI

En tête, cependant, c’était une course à deux, Verstappen et Hamilton ayant plus de 20 secondes d’avance sur Bottas à 20 tours de l’arrivée des 71 tours, Verstappen semblant pouvoir contrôler l’écart avec Hamilton, qu’il a étiré à ce moment-là à environ 6’’3 secondes, à volonté.

Verstappen s’est plaint de problèmes de freinage, causés, selon l’ingénieur de course GianPiero Lambiase, par un freinage sur les bordures du virage 10, tandis qu’Hamilton a remarqué que des cloques commençaient à apparaître sur ses pneus.

Perez, incapable de faire des percées sur Bottas, a lancé les dés, entrant pour un deuxième arrêt au 54e tour pour de nouveaux mediums et conservant la P4. Alors qu’il était en queue de peloton au premier tour, Leclerc s’est réveillé dans le dernier tiers de la course, le Monégasque passant Tsunoda, Alonso et Stroll en succession rapide pour se hisser en P7.

A 10 tours de l’arrivée, Verstappen a augmenté l’écart avec Hamilton à 10’’, l’ordre étant maintenant le couple de tête, Bottas, Perez, Norris, les deux Ferrari de Sainz et Leclerc, Stroll, Alonso et Tsunoda.

L’avantage était toujours du côté de Verstappen, mais à mesure que les tours défilaient, Hamilton et Mercedes semblaient résignés à leur sort, ce qu’ils ont confirmé en faisant rentrer Hamilton à quelques tours de la fin pour passer en pneus tendres et aller chercher le point de bonus du meilleur tour, qu’il a dûment gagné.

Mais cela n’a pas inquiété Verstappen, qui a franchi la ligne au bout de 71 tours bien contrôlés pour sa quatrième victoire de l’année, et sa deuxième consécutive, alors qu’Hamilton avait suffisamment de marge pour revenir à la deuxième place après son arrêt,  Bottas a pu retenir Perez, les deux franchissant la ligne séparés de seulement 0’’527, pour le premier retour de Bottas sur le podium depuis Barcelone.

Le rythme de Norris était tel qu’il a dû mener une course solitaire, mais il est tout de même rentré P5 pour son septième top 5 en huit courses cette année. Derrière, Ferrari aura été encouragé par la performance de Carlos Sainz et Charles Leclerc, qui, après avoir eu peu de rythme de course il y a sept jours au Paul Ricard, ont pu se battre pour la P6 et la P7 – Leclerc a été élu pilote du jour pour ses efforts.

Lance Stroll s’est bien débrouillé pour se hisser à la P6 en début de course, mais il n’a finalement pas été à la hauteur des Ferrari. Il a pris la P8 sur l’Aston Martin, devant l’Alpine de Fernando Alonso et l’AlphaTauri de Yuki Tsunoda.

Les anciens coéquipiers de Ferrari, Raikkonen et Vettel, n’ont pu faire mieux que 11e et 12e, tandis qu’après les progrès montrés par sa P6 en France, c’était une journée malheureuse pour Ricciardo, qui s’est bien débrouillé au départ, mais qui n’a finalement pas eu le rythme nécessaire pour monter plus haut que P13 au drapeau.

Il a devancé Esteban Ocon après un week-end difficile pour le Français, Giovinazzi, Schumacher, Latifi et Mazepin complétant l’ordre sans Russell et Gasly.

Alors, est-ce que dans cette bataille pour le titre a basculé en faveur de Verstappen et Red Bull ? Après la quatrième victoire consécutive de l’équipe – et la troisième de Verstappen en quatre courses – il semblerait que ce soit le cas, Red Bull ayant célébré avec joie sa course à domicile. Ils espèrent que cela se reproduira la semaine prochaine, lorsque nous reviendrons ici pour le Grand Prix d’Autriche.

Race winner Max Verstappen of Netherlands and Red Bull Racing, second placed Lewis Hamilton of Great Britain and Mercedes GP, third placed Valtteri Bottas of Finland and Mercedes GP and Red Bull Racing Team Consultant Dr Helmut Marko celebrate on the podium. Pht. Clive Rose/Getty Images

La citation clé :

« J’ai tout de suite senti un bon équilibre dans la voiture et c’était bien de gérer les pneus dès le début. J’ai eu l’impression que jusqu’à la fin, il me restait toujours des pneus. Ils ont pitché un tour plus tôt que nous, nous avons réagi à cela et nous avons juste continué à avancer, en essayant d’atteindre nos temps au tour, et cela a vraiment bien fonctionné aujourd’hui.

« C’est très positif mais bien sûr, nous devons le montrer à nouveau la semaine prochaine. Nous allons certainement regarder ce que nous pouvons faire de mieux, mais j’ai hâte d’être à la semaine prochaine «  – Max Verstappen, Red Bull.

Max Verstappen of Red Bull Racing and The Netherlands and Sergio Perez of Mexico and Red Bull Racing celebrate victory with the team during the F1 Grand Prix of Styria. Pht. Peter Fox/Getty Images

Analyse des meilleurs tours

 

GP de Styrie ici

les meilleurs tours ici

Pit Stop Summary ici

Quelle est la suite des événements ?

Les équipes et les pilotes de F1 restent sur le terrain au Red Bull Ring, la bataille devant reprendre sur le circuit pour le Grand Prix d’Autriche du 2 au 4 juillet. Red Bull parviendra-t-il à remporter une série de victoires sur son propre circuit ? Rendez-vous sur F1.com pour le savoir.

Ils ont dit :

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DE LA F1 ET DES COURSES AUTOMOBILES PIRELLI

« La gomme medium était la meilleure pour démarrer la course, et c’est pourquoi elle a été choisie par presque tous les pilotes en dehors du top 10 de la grille, alors que sept des 10 premiers partants étaient obligés de commencer la course en soft. Tout cela s’est traduit par un grand écart entre les stratégies au départ, et en conséquence, cette variation s’est poursuivie tout au long de la course, avec quatre stratégies différentes utilisées dans les cinq premiers à la fin. Pour le deuxième relais, le dur était la meilleure option. Une fois de plus, la pluie prévue ne s’est pas matérialisée et les conditions étaient chaudes, avec des températures de piste atteignant 49 degrés, ce qui a évidemment influencé le comportement des pneus. Néanmoins, nous avons vu de longs relais, avec plus de 40 tours effectués sur les composés moyens et durs, ainsi que beaucoup de vitesse sur le composé tendre, ce qui a permis à Hamilton de prendre le meilleur tour juste à l’arrivée ».

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Bryn Lennon/Getty Images

« Je suis très heureux de gagner ici et le faire à domicile, au Red Bull Ring, est toujours très spécial. J’ai eu une course vraiment agréable, la voiture fonctionnait bien et j’aime toujours conduire sur ce circuit.  Je me suis juste concentré sur ma propre course, en me concentrant pour toucher les apex aux endroits que je voulais, en prenant soin des pneus et ça a bien marché. On ne sait jamais à quel point la compétition sera serrée le dimanche et, pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que ce soit le cas aujourd’hui, car le rythme des deux équipes a été très proche tout au long du week-end. Dans l’ensemble, nous avons eu un week-end très positif et, bien sûr, ce ne sera pas tout à fait la même chose la semaine prochaine. Tout le monde va aussi tirer des leçons de cette course, donc nous allons bien sûr essayer de faire encore mieux et continuer à nous améliorer pour rester en tête. C’est un effort de toute l’équipe, donc merci beaucoup à tout le monde ici et à l’usine pour une autre belle victoire aujourd’hui. »

Fernando Alonso :

Je ne pense pas que nous aurions pu faire beaucoup mieux que neuvièmes aujourd’hui, mais c’est bien de marquer davantage de points pour l’équipe. Nous avons pris un bon départ et nous nous sommes battus avec deux ou trois voitures dans le premier tour. Après le premier arrêt au stand, nous étions juste derrière Lance Stroll et nous avons lutté pour la huitième place tout le reste de la course. Sur la fin, les Ferrari en pneus neufs étaient tout simplement trop rapides. Nous reviendrons ici la semaine prochaine, donc nous analyserons tout pour essayer d’optimiser la voiture en vue de ce nouveau week-end.

LE PILOTE DU JOUR :

Il y a des battles et des battles. A Styria, celle de Charles Leclerc se situait résolument dans ce dernier camp. Parti en septième position, la star de Ferrari s’est heurtée à Pierre Gasly au premier tour et a dû rentrer au stand pour changer l’aileron avant, ce qui l’a fait chuter en 18ème position. C’est alors qu’il a commencé à se battre pour remonter jusqu’à la 7e place au drapeau à damiers. Pas étonnant qu’il ait remporté vos suffrages. Voici comment se sont déroulés les votes…

Charles Leclerc – 28,4

George Russell – 13,1

Max Verstappen – 12,4

Sergio Perez – 7,8

Carlos Sainz – 7.2%

 

English Information

Verstappen eases to Styrian Grand Prix victory over title rival Hamilton

Max Verstappen claimed a second win in seven days with victory at the Styrian Grand Prix, enjoying a dominant lights-to-flag performance at the Red Bull Ring over the Mercedes of title rival Lewis Hamilton, as Valtteri Bottas claimed third ahead of Sergio Perez.

Following on from his win in the French Grand Prix, Verstappen led away from pole position at a dry Red Bull Ring, leading every lap of the race to claim his 14th career win, and his third at his team’s Red Bull Ring home track.

The Dutchman duly stretched his lead over Hamilton to 18 points in the drivers’ standings, after the Mercedes driver was unable to offer any serious answer to Verstappen’s pace on race day, although he was at least able to limit the damage after taking the bonus point for fastest lap thanks to a late pit stop.

Having started P5 after his grid drop for spinning in the pit lane on Friday, Bottas was able to claim third, holding off a late charge by the second Red Bull of Perez for the Finn’s first podium since the Spanish Grand Prix.

Behind, a fine race from McLaren’s Lando Norris saw him follow up his P5 from last year’s Styrian Grand Prix with the same result this weekend, having not been able to lap on the pace of the Red Bulls and Mercedes on Sunday. He was ahead of the Ferrari pair of Carlos Sainz and Charles Leclerc, who after a nightmare, point-less French Grand Prix, had a much better race in Austria.

Lance Stroll finished eighth for Aston Martin, while Fernando Alonso and Yuki Tsunoda rounded out the top 10. Kimi Raikkonen took 11th, ahead of the Aston Martin of Sebastian Vettel and the McLaren of Daniel Ricciardo – who’d climbed up the order on Lap 1 but fell back to his starting position after losing power briefly – while Esteban Ocon took P14.

P15 was Antonio Giovinazzi, ahead of the Haas of Mick Schumacher, Nicholas Latifi’s Williams and the second Haas of Nikita Mazepin.

One of the early stars of the race George Russell had been cruelly forced to retire with a power unit issue, having run comfortably in P8 for the majority of the Grand Prix – while Pierre Gasly was out on Lap 1, after contact with Leclerc that damaged his left-rear, and saw him spin the Alfa Romeo of Giovinazzi at Turn 3.

But at the start of a double header of Austrian races, it was Verstappen and Red Bull who fired another shot across Mercedes bows with their fourth consecutive race win.

AS IT HAPPENED

Valtteri Bottas’ grid penalty (for his FP2 spin in the pit lane) meant that fate had once again conspired to put title protagonists Verstappen and Hamilton on the front row together for the fourth time this season at the start of the Styrian Grand Prix. And as the five lights went out at the warm, dry start, it was Verstappen who made the perfect getaway, slicing across Hamilton to retain his lead – with Hamilton then having to correct a touch of oversteer at the exit of Turn 1 as he settled into P2.

Behind, Norris was forced to take to the run off at Turn 1, before spending the first lap squabbling with Sergio Perez’s Red Bull, Perez passing around the outside of the McLaren at Turn 3 before Norris decisively took the position back – while the big mover at the start was Norris’ team mate Daniel Ricciardo, who’d climbed from P13 to P8 by the end of Lap 1.

That was in part thanks to contact between old mates Pierre Gasly and Charles Leclerc, Gasly bumping Leclerc off at Turn 1, with Leclerc then coming back onto the track and tagging the left-rear tyre of the Frenchman. Gasly, with a puncture, was then powerless to prevent himself careering on at Turn 3, tagging Antonio Giovinazzi’s Alfa Romeo into a spin, as well as nudging the Williams of Nicholas Latifi.

Gasly’s damage from the puncture forced him to retire in the pits, as Leclerc had to change a front wing. Meanwhile, all Ricciardo’s hard work to climb up from P13 was then undone a few laps later when he suffered a brief loss of power, the Australian plummeting from P8… back to P13. That provided some respite for the Williams of George Russell, the British driver now running in a lofty P8 after starting 10th.

Perez and Bottas in fourth and fifth were on the move on Lap 10, with Norris putting up little or no defence as the Red Bull and Mercedes went past. Out front, by Lap 15 Verstappen had built his gap over Hamilton to 3s – with Perez a further 12s behind Hamilton, the Mexican 3s clear of Bottas, with those two having quickly gapped Norris.

By Lap 25 of 71, the order was Verstappen, now 5s clear of Hamilton, himself 16s up from Perez, then Bottas, Norris, Lance Stroll (up from P9 to P6 at the start), Fernando Alonso, Russell holding his own excellently in eighth, with Yuki Tsunoda and Carlos Sainz rounding out the top 10. Both Verstappen and Hamilton were complaining of their tyres, though, with Hamilton coming close to losing his car at the exit of Turn 4 on Lap 25.

Of the frontrunners, it was Perez who stopped first, taking on hard tyres on Lap 26 of 71. But a slow left-rear change crucially kept him stationary for 4.8s, allowing Bottas to jump him for a net P3 when the Finn stopped a lap later. One lap after that, Hamilton was in, with Verstappen following a lap after. All of those drivers took on hard tyres, with Verstappen able to breeze back into the lead, 5s clear of Hamilton, who himself was 20s up the road from team mate Bottas.

There was heartache for Russell, however, with Williams forced to manage a power unit issue that saw him stopped in his pits for 18s on Lap 25, and forced to stop again a lap later as his pneumatic system was topped up with air – Russell dropping way down to P18, before eventually being retired on Lap 36, points for Williams still continuing to elude both the team and the Briton.

Lap 41 saw the final two non-stopped drivers in the field pit, Carlos Sainz and Daniel Ricciardo coming in from P5 and P7, Sainz re-emerging in a promising P7 (which quickly became P6 as he passed Stroll, the Spaniard having a great race after starting P12), while Ricciardo was less lucky, dropping behind a train of cars to P15 – that train including Kimi Raikkonen and Leclerc, with Leclerc clipping the front wing of the Finn as he passed for P12 a few laps later.

Up front, though, it was most definitely a two-horse race, Verstappen and Hamilton over 20s clear of Bottas with 20 laps of the 71 to go, with Verstappen seemingly able to control the gap to Hamilton, which he’d stretched at this point to around 6.3s, at will

There was nervousness in both cockpits however, Verstappen complaining of brake-by-wire issues – caused, according to race engineer GianPiero Lambiase, by braking on the kerbs on Turn 10 – while Hamilton had spotted blistering starting to appear on his tyres.

Perez, unable to make inroads into Bottas, rolled the dice, coming in for a second stop on Lap 54 for new mediums and holding onto P4. Having been right at the back of the field on Lap 1, meanwhile, Leclerc had come alive in the final third of the race, the Monegasque passing Tsunoda, Alonso and Stroll in quick succession to climb to P7.

With 10 laps to go, Verstappen had eased the gap to Hamilton up to 10s, the order now the leading pair from Bottas, Perez, Norris, the two Ferraris of Sainz and Leclerc, Stroll, Alonso and Tsunoda.

The edge was still in Verstappen’s voice – but as the laps ticked down, Hamilton and Mercedes seemed resigned to their fate, confirming as much when they brought Hamilton in a few laps from the end to switch to soft tyres and go for the fastest lap bonus point, which he duly earned.

But that was of little concern to Verstappen, who crossed the line at the end of 71 well-controlled laps for his fourth win of the year, and his second in succession, as Hamilton had enough in hand to slip back into second after his stop – as behind, Bottas was able to withhold Perez, the pair crossing the line separated by just 0.527s, for Bottas’ first return to the podium since Barcelona.

Such was Norris’ pace that he was left to drive a lonely race for the main part, but still came home P5 for his seventh top-five finish in eight races this year. Behind, Ferrari will have been cheered by the race day performance of Carlos Sainz and Charles Leclerc, who having had precious little race pace seven days ago in Paul Ricard, were able to battle though for P6 and P7 – Leclerc claiming Driver of the Day for his efforts.

Lance Stroll had done well to climb to P6 early on, but ultimately lacked the speed of the Ferraris on Sunday as he took P8 as the leading Aston Martin, ahead of Alpine’s Fernando Alonso and the AlphaTauri of Yuki Tsunoda.

Former Ferrari team mates Raikkonen and Vettel could do no better than 11th and 12th, while after the progress shown by his P6 in France, this was an unfortunate day for Ricciardo, who’d done so well at the start, but ultimately lacked the pace to climb higher than P13 at the flag.

He was ahead of Esteban Ocon after an off-key weekend from the Frenchman, with Giovinazzi, Schumacher, Latifi and Mazepin rounding out the Russell and Gasly-less order.

So, has the momentum in the title battle swung the way of Verstappen and Red Bull? After the team’s fourth straight win – and Verstappen’s third in four races – it certainly looks that way, as Red Bull celebrated jubilantly at their home race. They’ll be hoping for more of the same next week when we return here for the Austrian Grand Prix.

The key quote

“Straight away I felt good balance in the car and it was good to manage the tyres basically from the start. I felt like also until the end I always had tyres left. They pitted one lap earlier than us, we reacted to that and we just kept on going, trying to hit our lap times, and that worked really well today.

“It’s very positive but of course we have to show it again next week. We’ll definitely have a look at what we can do better, but I’m looking forward to next week » – Max Verstappen, Red Bull

What’s next ?

The F1 teams and drivers remain on the ground at the Red Bull Ring, with battle set to recommence at the track for the Austrian Grand Prix on July 2-4. Can Red Bull make it a clean sweep of wins at their home track? Tune into F1.com to find out.

DRIVER OF THE DAY : Leclerc’s battling comeback in Styria gets your vote

There are battling drives and there are battling drives. In Styria, Charles Leclerc’s was firmly in the latter camp. Starting seventh, the Ferrari star clashed with Pierre Gasly on Lap 1 and had to pit for a new front wing, dropping him to 18th. Then his amazing fightback began – all the way back up to P7 at the flag. No wonder he won your plaudits. Here’s how the voting broke down…

Charles Leclerc – 28.4%

George Russell – 13.1%

Max Verstappen – 12.4%

Sergio Perez – 7.8%

Carlos Sainz – 7.2%