23 avril 2024

Max Verstappen s’impose à Abou Dhabi face à Leclerc et termine l’année de tous les records

Max Verstappen a converti avec confiance la pole position en victoire lors du Grand Prix d’Abou Dhabi, dimanche soir, ce qui porte à 19 le nombre de victoires en 22 courses dans ce qui a été une année remarquable pour le Néerlandais et son équipe Red Bull.

Verstappen a défendu sa position face à Charles Leclerc à l’approche du premier virage et tout au long du premier tour, avant de consolider son avance et de se détacher progressivement, prenant le drapeau à damier confortablement devant ses poursuivants, alors que le soleil se couchait sur la campagne 2023.

Sergio Perez a franchi la ligne d’arrivée en deuxième position pour Red Bull, mais une pénalité de cinq secondes pour un accrochage avec Lando Norris de McLaren l’a rétrogradé en quatrième position lorsque les résultats ont été confirmés, laissant Leclerc en deuxième position et la Mercedes de George Russell en troisième.

Leclerc était deuxième jusqu’aux derniers tours, lorsqu’il a décidé de laisser Perez le dépasser pour tenter de créer un écart suffisant entre la Red Bull et Russell afin d’augmenter les chances de Ferrari de devancer Mercedes au classement des constructeurs, mais cela n’a pas été le cas.

Norris a dû se contenter de la cinquième place après son accrochage avec Perez, position qu’il avait prise grâce à sa coûteuse erreur des qualifications. Son coéquipier Oscar Piastri a pris la sixième place devant l’Aston Martin de Fernando Alonso et Yuki Tsunoda d’AlphaTauri.

Lewis Hamilton et Lance Stroll ont doublé les points pour leurs équipes respectives, Mercedes et Aston Martin, tandis que Daniel Ricciardo a manqué d’une demi-seconde la dernière course du patron de l’équipe, Franz Tost, à la tête de l’équipe AlphaTauri.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P2. pht. Ferrari spa

Esteban Ocon et Pierre Gasly n’ont pas été récompensés lors de la dernière course de la saison, ce dernier ayant été impliqué dans un accrochage avec Hamilton à mi-parcours, suivi par la Williams d’Alex Albon.

Nico Hulkenberg n’a pas pu convertir son apparition en Q3 en points pour Haas, chutant jusqu’à la 15e position dans une course encore une fois difficile, avec la recrue Williams Logan Sargeant et l’Alfa Romeo de Zhou Guanyu arrivant à la 16e et 17e place respectivement.

Race Start. pht. Getty images

Carlos Sainz était dans les points en fin de course, mais sa stratégie alternative a nécessité un arrêt au stand tardif et l’a laissé en 18e position. Valtteri Bottas et Kevin Magnussen ont complété l’ordre pour Alfa Romeo et Haas.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après avoir connu des difficultés lors des essais, Verstappen et Red Bull ont rebondi en qualifications pour décrocher la pole position pour une dernière fois en 2023, Leclerc rejoignant le champion du monde en titre sur la première ligne, suivi de Piastri, Russell, Norris et Tsunoda, un pilote de haut vol.

#63, George Russell, Merceds, P3. pht. LAT images

Hamilton, qui n’a pu se hisser qu’au 11e rang des qualifications en se demandant ce qui n’allait pas avec sa voiture, et Sainz, qui s’est retrouvé en 16e position après avoir été victime d’un grave accident lors de la FP2, n’ont pas pu se hisser à leur position habituelle.

Lorsque les voitures se sont rassemblées sur la grille et que les couvertures de pneus ont été retirées, il a été révélé que la majorité des pilotes s’élanceraient avec le composé moyen, Stroll, Sainz et Bottas étant les trois pilotes à tenter quelque chose de différent en prenant la gomme dure.

À l’extinction des feux, Leclerc s’est bien échappé pour regarder brièvement l’intérieur de Verstappen à l’approche du virage 1, mais le poleman a freiné un peu plus tard pour traverser la piste et conserver sa position, tandis que Piastri conservait la troisième place et que Norris se frayait un chemin pour dépasser Russell au deuxième virage.

#4, Lando Norris, McLaren, P5. pht. Zak Mauger

Leclerc s’est accroché à la voiture de Verstappen à la sortie du virage 5 et a eu une nouvelle chance de prendre la tête dans la chicane du virage 6/7, la Ferrari et la Red Bull se retrouvant côte à côte au freinage, mais le Néerlandais a gardé la tête froide une fois de plus et a commencé à mettre de la distance entre les deux voitures.

Désireux de rattraper son erreur de qualification, Norris a rapidement dépassé son coéquipier Piastri pour prendre la troisième place entre les virages 5 et 6, Russell restant cinquième devant Tsunoda, Alonso, Gasly, Perez et Hamilton – la Mercedes ayant dépassé la Red Bull au départ mais s’étant repliée derrière alors que l’on se demandait si le mouvement s’était déroulé hors de la piste.

Au 6e tour, Magnussen est le premier à s’arrêter pour changer de pneus, troquant ses médiums pour des durs bien avant la fenêtre prévue, les ralentissements révélant qu’un blocage massif au virage 16 a provoqué l’arrêt. Quelques tours plus tard, Ricciardo est à son tour victime d’un incident lorsqu’un morceau de pneu se coince dans l’un de ses conduits de frein.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P6

Dans les premiers incidents non retransmis à la télévision, les commissaires ont noté Sargeant et Magnussen et Zhou et Albon, tous deux pour avoir forcé un autre pilote à sortir de la piste, mais le panel a finalement décidé qu’aucune autre action n’était nécessaire.

De retour en tête, Verstappen continue de devancer Leclerc d’un peu plus d’une seconde, Norris ayant une marge similaire plus loin, tandis que Piastri avait ses rétroviseurs remplis de Russell et devait positionner sa McLaren avec précaution pour maintenir le pilote Mercedes à distance.

Après plusieurs tours de bousculade pour la position, Russell a finalement fait un geste dans la descente du virage 9 et a pris l’air. Piastri a rapidement subi la pression du toujours impressionnant Tsunoda et Perez a plus tard dépassé Gasly pour la septième place.

« L’avant droit commence à souffrir », a déclaré Verstappen, le leader de la course, au muret des stands Red Bull au 12e tour, alors que les trois premiers pilotes continuaient à rouler devant, mais que plusieurs autres voitures rentraient aux stands pour des pneus neufs – Piastri repoussant de justesse la tentative d’Alonso d’attaquer.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P7. pht. Mark Sutton

Au 15e tour, Norris et Russell s’arrêtent ensemble, mais la lenteur de l’équipe McLaren permet à la Mercedes de se faufiler, et les deux pilotes rejoignent la voiture juste devant Piastri et Alonso, qui se disputent la place de milieu de peloton.

Par ailleurs, Hamilton a été surpris par un blocage de Gasly à la chicane du virage 6/7 et a heurté l’arrière de l’Alpine avec sa Mercedes, mais malgré les dommages apparents, les Flèches d’argent ont choisi de ne pas changer l’aileron avant lorsque le septuple champion est passé au stand un tour plus tard.

Le 17e tour a été le moment pour Verstappen et Red Bull de décider de ravitailler depuis la P1, libérant Leclerc en tête de la course, le Monégasque revenant un tour plus tard pour se défendre de l’undercut et leurs positions restantes inchangées.

La rafale d’arrêts a permis à Tsunoda de prendre la tête d’une course de F1 lors de la dernière apparition de Franz Tost en tant que patron de l’écurie AlphaTauri, tandis que Stroll, Sainz et Bottas ont également prolongé leurs premiers relais et ajouté une intrigue stratégique à la rencontre de 58 tours.

Le choc entre Hamilton et Gasly a fait l’objet d’une enquête de la part des commissaires, mais on a rapidement appris qu’il n’y aurait pas d’autre action, et le Français a eu une autre raison de se sentir lésé lorsque son coéquipier Ocon – qui était parti derrière lui – a pris de l’avance avec la sous-coupe.

#22, Yuki Tsunoda, AlphaTauri, P8. pht. Gety images

Tsunoda a quitté la tête au 23e tour pour libérer Verstappen, Leclerc, Russell et Norris, qui s’étaient tous frayé un chemin devant Sainz, qui ne s’était pas encore arrêté. Piastri a gardé la sixième place devant Alonso, Perez, Ricciardo et Hamilton, qui a été encouragé par un message de motivation de son patron Toto Wolff.

Au 25e tour, alors que Bottas, 12e, est le seul pilote à ne pas avoir encore changé de pneus, l’avance de Verstappen sur Leclerc atteint cinq secondes, avec Russell à un peu plus d’une seconde, suivi des McLaren de Norris et Piastri et de Perez, qui s’est rétabli et qui a dépassé Alonso.

Gasly exprime une nouvelle fois sa frustration en demandant à la radio pourquoi son Alpine est si lente par rapport aux premiers tours, et son ingénieur confirme que le contact avec Hamilton a causé des dommages, mais l’encourage à continuer.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P9. pht. LAT images

À l’approche de la mi-course, Perez gagnait encore une place en dépassant Piastri pour se hisser à la cinquième place, tandis qu’Hamilton remontait à la huitième place devant Tsunoda et Ricciardo, les deux pilotes d’AlphaTauri, qui s’échangeaient les positions grâce à leurs stratégies pneumatiques différentes afin de maximiser le potentiel de points de l’écurie.

Au 33e tour, Gasly a donné le coup d’envoi de la deuxième série d’arrêts aux stands, changeant cette fois les pneus avant son coéquipier Ocon, Norris arrivant au tour suivant et l’attention se tournant alors vers ce que Verstappen, Leclerc et le reste du groupe de tête allaient faire.

Mercedes a répondu en appelant Russell un tour plus tard, le Britannique prenant la radio pour demander : « Êtes-vous sûr que nous ne pouvons pas faire fonctionner le one-stop ? Les pneus sont raisonnables ». Il est finalement passé au stand et est revenu juste devant Norris, s’entendant dire à sa sortie des stands que son tour de sortie serait « critique ».

L’arrêt de Russell a à son tour forcé Ferrari à agir, Leclerc suivant la tendance en prenant plus de pneus durs et rejoignant devant Russell et Norris, tandis que le leader Verstappen a dit à Red Bull qu’il était heureux qu’ils fassent pitcher son coéquipier Perez avant lui si nécessaire.

Avec les deuxièmes arrêts, Hamilton a connu un nouveau drame lorsqu’il a failli heurter Alonso à l’approche du virage 5, affirmant qu’il avait été freiné par l’Aston Martin avant que le DRS n’entre en jeu – les commissaires ont noté l’incident pour conduite erratique, mais ont choisi de ne pas prendre d’autres mesures.

A ce moment-là, Russell a demandé au mur des stands Mercedes comment se présentait la situation au championnat, Ferrari se mettant en position de dépasser les Flèches d’argent pour la deuxième place au classement des constructeurs alors que la course entrait dans ses 20 derniers tours.

Au 43e tour, Perez est revenu au stand depuis la deuxième position, a chaussé plus de pneus durs et est ressorti en sixième position, son coéquipier Verstappen faisant de même depuis la tête un tour plus tard, ce qui signifie que les derniers arrêts au stand prévus par Red Bull pour l’année ont été effectués et dépoussiérés.

#18, Lance Stroll, Aston Martin, P10

« Les rétrogradages tirent beaucoup », a déclaré Verstappen à la radio peu après son deuxième arrêt, demandant si quelque chose pouvait être fait pour améliorer la situation, tandis que Perez a illuminé les feuilles de temps pour dépasser Tsunoda et se rapprocher de la McLaren de Norris.

Les courses d’Hamilton et de Gasly ont pris un autre tournant dans les derniers instants lorsque les commissaires ont noté une infraction potentielle dans la voie des stands, puis ont confirmé qu’ils allaient enquêter plus avant après la course.

Perez est arrivé à l’arrière de la voiture de Norris au 48e tour et a tenté une manœuvre dans la chicane du virage 6/7, mais les deux pilotes se sont heurtés. « Il m’a percuté », a déclaré Norris après avoir pris la sortie de piste et conservé sa position, tandis que Perez a affirmé qu' »il m’a percuté ».

Un tour plus tard, Perez réitère sa tentative et, cette fois, la réussit, mais Norris réitère sa frustration à la radio et les commissaires ouvrent une nouvelle enquête – qui aboutit finalement à une pénalité de cinq secondes pour le Mexicain.

Face à cette situation, Leclerc a demandé par radio au stand Ferrari ce qu’il pouvait faire pour aider la lutte avec Mercedes pour la deuxième place au classement des constructeurs. Il a décidé de se placer derrière Perez pour essayer de creuser un écart de cinq secondes avec Russell.

Mais cela n’a pas fonctionné de cette manière, Perez suivant son coéquipier Verstappen, vainqueur de la course, au-delà de la ligne, avant d’être dépassé par Leclerc et Russell lorsque sa pénalité a été appliquée, confirmant la position de Mercedes en P2 sur Ferrari.

Les deux McLaren Norris et Piastri étaient cinquième et sixième, alors qu’Alonso, Tsunoda, Hamilton et Stroll complétaient les points – le nombre de points du pilote AlphaTauri n’était pas suffisant pour permettre à l’équipe de passer devant Williams pour la septième place du classement.

Ricciardo a terminé 11e, devant Ocon, Gasly, Albon, Hulkenberg et Sargeant, tandis que Zhou, Sainz, Bottas et Magnussen fermaient la marche lors de la dernière sortie avant une pause hivernale durement méritée pour les pilotes et leurs équipes.

GP d’Abu Dhabi ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé :

« Une saison incroyable », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « C’était un peu émouvant dans le dernier tour, la dernière fois que j’étais assis dans la voiture qui m’a, bien sûr, beaucoup apporté. Je suis très fier de gagner ici, même lors de la dernière course. Je dois dire un grand merci à Red Bull, ce fut une année incroyable. Il sera difficile de refaire quelque chose de similaire, mais nous avons vraiment apprécié cette année.

La suite :

Alors qu’une saison riche en action s’achève, les équipes et les pilotes vont maintenant entamer la trêve hivernale avant de se préparer pour la campagne 2024, qui débutera par le Grand Prix de Bahreïn, du 29 février au 2 mars.

Communiqué La F1