29 juin 2022

Max Verstappen remporte son premier titre de champion du monde en s’imposant lors du Grand Prix d’Abou Dhabi.

Max Verstappen a remporté son premier titre de champion du monde en s’imposant au Grand Prix d’Abou Dhabi, Lewis Hamilton terminant deuxième. La course s’est terminée par un sprint d’un tour après l’intervention de la voiture de sécurité. Ce résultat, qui a vu Valtteri Bottas terminer sixième et Sergio Perez abandonner, permet à Mercedes de remporter un huitième championnat du monde consécutif, un record.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1 and World Champion. pht.Lars Baron/Getty Images

Hamilton a sauté sur Verstappen au départ, alors que le Néerlandais est revenu dans le virage 6, le poussant à l’écart et à la sortie de piste, mais le pilote Mercedes a continué accélérer hors-piste pour mener la course. Les commissaires ont décidé de ne pas enquêter, bizarre quand on se reppelle ce qui s’est passé au GP précèdent. La fenêtre des stands s’est ouverte lorsque Verstappen est entré au 13e tour, Hamilton un tour plus tard, laissant Sergio Perez en tête avec la mission de retenir Hamilton.

C’est exactement ce que Perez a fait, aux tours 20 et 21, se faisant qualifier de « légende » par son coéquipier alors qu’il le laissait passer pour continuer la poursuite, avant de s’arrêter au tour 22. Le podium semblait assuré jusqu’à ce qu’il abandonne au 56e tour sous une voiture de sécurité, sortie pour un accident de Nicholas Latifi.

Lewis Hamilton, P2.

Cette voiture de sécurité, au cours de laquelle Verstappen est passé aux pneus tendres, a quitté la course avec seulement un tour du drapeau vert restant, produisant un autre moment mémorable dans cette saison épique. Verstappen a effectivement effectué le dépassement sur Hamilton au cinquième tour, le mouvement décisif, et alors que Hamilton a tenté de revenir vers le virage 9, rien à faire. L’histoire était écrite, comme cela devait toujours être le cas, et le trophée est allé au Néerlandais pour la première fois.

Carlos Sainz a pris la dernière place du podium devant Yuki Tsunoda d’AlphaTauri en P4 – tandis que son coéquipier Pierre Gasly complétait le top 5.

Valtteri Bottas a lutté jusqu’en P6, descendant jusqu’à la huitième place, et perdant une place potentielle sur le podium de la quatrième à la sixième place sous le dernier Safety Car.

Start of Race. pht. Peter Fox/Getty Images

Alpine a marqué des points avec Fernando Alonso et Esteban Ocon, respectivement huitième et neuvième, tandis que Charles Leclerc de Ferrari complète le top 10.

Alfa Romeo a subi un double abandon avec Kimi Raikkonen au 26e tour, son coéquipier Antonio Giovinazzi 10 tours plus tard. Latifi a été le deuxième abandon de Williams après que George Russell ait quitté la course avec une perte de contrôle au 27e tour.

Carlos Sainz, P3. pht. Scuderia Ferrari

Mercedes et Red Bull se sont donc partagés le butin de cet incroyable Grand Prix d’Abu Dhabi de fin de saison, digne d’une saison qui restera sans doute comme l’une des plus grandes de tous les temps.

Comme cela s’est passé

Des milliers de personnes dans les coulisses ont passé des milliers d’heures, fait d’innombrables sacrifices, offrant tout ce qu’elles avaient jusqu’à la toute fin de cette saison de F1 la plus longue de l’histoire. Tout se résumait à ceci : le Grand Prix d’Abu Dhabi 2021. Deux des plus grands pilotes de l’histoire de la Formule 1, Max Verstappen et Lewis Hamilton, s’affrontent pour donner le coup de grâce dans une lutte éternelle.

Yuki Tsunoda of Japan driving the (22) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P4. pht. Clive Rose/Getty Images

Kimi Raikkonen, qui a tiré sa révérence après deux décennies, s’est préparé pour son dernier Grand Prix. Antonio Giovinazzi, coéquipier d’Alfa Romeo, George Russell de Williams, Valtteri Bottas de Mercedes et les fournisseurs de moteurs Honda sont prêts à partir pour de nouveaux horizons.

Et puis il y a eu les légendes que nous avons perdues en cours de route : Sir Frank Williams, Murray Walker, Max Mosley, Johnny Dumfries, Carlos Reutemann et Mansour Ojjeh sont parmi ceux qui nous manquent cruellement avant une confrontation à la hauteur de leur immense héritage.

Sur la grille de départ, 19 voitures (Nikita Mazepin, de Haas, ne participera pas à la finale en raison d’un test Covid-19 positif). Verstappen, sur pneus tendres, partira en pole devant son rival Hamilton, sur pneus mediums. Lando Norris, de McLaren, partira en troisième position sur pneus tendres et partagera la deuxième ligne avec Sergio Perez (softs), Bottas (mediums) et Carlos Sainz (softs) sur la troisième ligne.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P5. pht. Lars Baron/Getty Images

L’enjeu est le championnat des pilotes – Hamilton vise un huitième titre record, Verstappen son premier – et les 28 points d’avance de Mercedes sur Red Bull en font les favoris pour un huitième championnat des constructeurs consécutif.

Cinq lumières se sont allumées, cinq se sont éteintes, et c’était – pour reprendre la phrase fétiche de l’inimitable Murray Walker – « Go, go, go », pour la dernière fois de la saison.

Et c’est Hamilton qui a eu le meilleur départ, prenant la tête bien avant le virage 1, tandis que Norris est sorti large et a rejoint la quatrième place, mais Verstappen est revenu sur la longue ligne droite vers le virage 6, prenant presque la tête avec une attaque tardive, mais poussant Hamilton dans la zone de sortie de piste. Le Britannique est passé sur les bandes bleues et a conservé la tête ; les commissaires ont décidé de ne pas enquêter.

Valtteri Bottas, P6.

Le raisonnement du directeur de course de la FIA, Michael Masi, sur la raison pour laquelle Verstappen a dû concéder la tête était ainsi :  » Il [Verstappen] l’a forcé [Hamilton] à sortir. C’est pourquoi nous lui avons demandé de rendre l’avantage. »

La réponse radiophonique de Verstappen était que la décision était « incroyable », et au 8e tour, il a commencé à noter que ses pneus tendres arrière commençaient à tomber un peu, assis à 2’’5 secondes derrière Hamilton devant. Le champion en titre allait porter cet écart à 3’’5 secondes quelques tours plus tard.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P7.

Pendant ce temps, dans le premier tour, Sainz a pris la P4 à Norris, Bottas tombant en P8 derrière Yuki Tsunoda, le pilote AlphaTauri en pneus mediums. La P5 de Norris est menacée par Leclerc.

Verstappen est passé des pneus softs aux pneus durs à la fin du 13e tour et a émergé en cinquième position, sortant en trombe de cette sortie des stands et prenant Leclerc au dépourvu, le pilote Ferrari prenant le large et se bloquant peu après. Verstappen a gagné une place grâce à Norris dans la course au virage 6 peu après ; Leclerc est passé des pneus souples aux pneus durs à la fin de son 15e tour pour sortir 15e.

Fernando Alonso, P8.

L’arrêt au stand du pilote Red Bull a incité Hamilton à faire de même un tour plus tard, passant des pneus mediums aux pneus durs, pour sortir deuxième. Perez a donc hérité de la tête, Verstappen est ensuite sorti large au virage 15 dans une poursuite frénétique avant d’arracher la troisième place à Sainz au 18e tour – peut-être un tour plus tard qu’il ne l’aurait souhaité.

Au 20e tour, Hamilton était à portée de DRS de Perez et le Mexicain avait reçu l’ordre de retenir Hamilton. Donc, en portant son attention sur la Red Bull de tête, Hamilton l’a dépassé vers le virage 6 mais Perez a mené dans le virage. Cependant, le pilote Mercedes a eu une meilleure sortie et a mené dans le suivant. Un autre rebondissement dans l’histoire lorsque Perez a dépassé le britannique au virage 9 et a mené au 21e tour.

Esteban Ocon, P9.

Perez mène d’un cheveu au début du 21e tour, Hamilton ayant à nouveau une meilleure sortie du virage 5 et coinçant la Red Bull à l’extérieur au virage 6, prenant finalement la tête de la course. Mais Perez avait fait son travail, et il l’a fait admirablement, en retenant la Mercedes suffisamment pour que Verstappen rattrape cinq secondes et en laissant son coéquipier passer proprement avant de rentrer au stand depuis P3 pour des difficultés à la fin du tour.

« Checo est une légende » a répondu Verstappen à la radio, le Néerlandais ayant désormais deux secondes de retard sur Hamilton.

Hamilton a cependant rallumé les afterburners, et a continué à creuser régulièrement son écart, trois secondes d’avance au 26e tour sur 58, une autre seconde ajoutée à cela à la mi-course, et l’écart ne cesse d’augmenter.

Charles Leclerc, P10. pht. Scuderia Ferrari

Tout comme la saison avait commencé, Verstappen se rapprochant de Hamilton à Bahreïn en utilisant des pneus plus récents, comment cela allait-il se terminer ? Eh bien, il serait naïf de penser que cette saison ne réservait pas une autre surprise.

Lorsque la course a repris au 38e tour à la fon d’une VSC, Hamilton avait un écart de 17 secondes en sa faveur ; Verstappen avait des pneus neufs et huit dixièmes par tour à rattraper s’il voulait remporter son premier titre. Il a rattrapé une demi-seconde seul à la fin du VSC, se rapprochant à 12 secondes à 10 tours de la fin, alors que les retardataires commençaient à entrer en jeu – un train de milieux de terrain d’Alonso à Leclerc faisant perdre un temps précieux à Hamilton.

Lorsque Verstappen a croisé ce groupe de milieu de terrain au 51e tour, il était à un peu plus de 11 secondes de Hamilton, l’avance semblant désormais insurmontable. C’était le cas jusqu’à ce que Nicholas Latifi s’écrase dans les rails au 53e tour à la sortie du virage 14, provoquant la sortie de la voiture de sécurité. Verstappen a de nouveau profité de l’occasion pour ravitailler, cette fois en pneus tendres.

Il s’est avéré que Latifi a fait un tête-à-queue et a chuté après s’être battu avec Mick Schumacher de Haas pour la P15, ramassant de la terre et de la poussière en roulant large dans le secteur 3, et a fait un tête-à-queue à la sortie du virage 14.

Hamilton démontre comment doubler hors piste, prendre la tête et ne pas être pénalisé, du grand art conçu par Mercedes… pht. Simon Galloway / LAT Images

Au 56e tour, alors que la voiture de sécurité circulait toujours, Perez est rentré aux stands pour abandonner, le privant d’un podium mérité et favorisant Sainz. Verstappen avait demandé des pneus softs neufs sous la voiture de sécurité, et au fur et à mesure que les tours défilaient et que les voitures doublées étaient autorisées à se dégager de la lutte pour la tête, la course se résumait à une fusillade d’un tour entre Hamilton et Verstappen.

Hamilton menait, jusqu’à ce que les deux entrent dans le virage 5 et c’est là que Verstappen a fait le dépassement gagnant. Le Britannique a tenté de passer, mais sa chance de remporter un huitième championnat du monde, qui aurait constitué un record, lui échappait. Et c’est ainsi que tout s’est terminé, Verstappen remportant son premier titre avec 2’’2 secondes d’avance au drapeau à damier : un adieu épique pour cette ère de la F1 et une fin hollywoodienne pour cette saison des plus mouvementée.

La dernière place sur le podium est revenue à Sainz, le pilote Ferrari ayant arraché la P4 à Norris et ayant été promu à la suite de l’abandon de Perez, tandis que Tsunoda a pris la quatrième place, le rookie japonais ayant démarré avec les gommes médiums en P8, s’est battu avec Fernando Alonso pour défendre la P7, Bottas est retombé en sixième position, avec Pierre Gasly promu en P5 à l’arrivée (après avoir été long dans son premier relais difficile) pour donner à AlphaTauri un énorme double pointage.

Norris a été victime d’une crevaison en fin de course, et s’est arrêté au 50e tour. Il a terminé septième devant le duo alpin, Fernando Alonso ayant fait un long relais avec ses gommes dures pour terminer huitième, devant son coéquipier Esteban Ocon.

Leclerc a perdu en début de course avec un lockup après que Verstappen soit sorti des stands et a terminé la course 10e, prenant le dernier point. Cependant, comme Sainz a pris la dernière place du podium, il a sauté à la fois son coéquipier et Norris pour prendre P5 au championnat des pilotes, pour sa première saison avec Ferrari.

Dans la course au virage 6 du sixième tour, Lance Stroll a été dépassé par Sebastian Vettel, son coéquipier chez Aston Martin, qui a failli le sortir de la piste. Le quadruple champion a fini 11e, Stroll 13e, avec Daniel Ricciardo entre eux, alors qu’ils étaient auparavant en course pour les points.

En dernière position, Mick Schumacher, seul pilote Haas, son coéquipier n’ayant pas pris le départ en raison de Covid-19.

Cinq abandons ont été enregistrés, dont celui du pilote Alfa Romeo Kimi Raikkonen au 26e tour, de son coéquipier Giovinazzi 10 tours plus tard, du pilote Williams George Russell au 26e  tour, du pilote Red Bull Perez au 56e  tour et bien sûr du pilote Williams Latifi, dont l’accident a provoqué l’intervention de la voiture de sécurité.

Si Hamilton n’a pas remporté son huitième championnat, Mercedes a remporté son huitième championnat des constructeurs consécutif, dans une fin de course inoubliable en 2021.

Race Podium. pht. Mark Thompson/Getty Images

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Lewis Hamilton vient féliciter le nouveau champion, apparament il a moins la défaite amère que ces employeurs ! pht. Lars Baron/Getty Images

Citation clé

« C’est tout simplement insensé. Je veux dire, mon objectif quand j’étais petit était bien sûr de devenir un pilote de Formule 1 et vous espérez des victoires, être sur le podium, quand ils jouent l’hymne national vous espérez un jour qu’ils jouent le vôtre et puis quand vous vous tenez ici et qu’ils vous disent [que] vous êtes champion du monde, c’est quelque chose d’incroyable et de spécial.

« Toutes les choses vous reviennent à l’esprit au cours de toutes les années que vous avez passées ensemble, à voyager pour cet objectif… et tout est réuni dans le dernier tour. C’est fou, ces gens, toute mon équipe, ma famille, mes amis, les gens… qui veulent me pousser là où je suis aujourd’hui. Ils sont tous ici – la plupart d’entre eux sont ici. C’est juste fou, j’ai perdu ma voix, mais oui. Je ne sais pas, ça semble juste incroyable, honnêtement.

« C’est incroyable de voir toute cette orange ici mais aussi dans le monde entier, ils m’ont soutenu tout au long de ma carrière… et j’espère pouvoir faire ça pendant très longtemps bien sûr avec le soutien de mes grands fans.

« Lewis est un pilote incroyable, un compétiteur incroyable, il nous a vraiment rendu la tâche difficile et tout le monde aime voir ça. Bien sûr, les deux équipes s’affrontent et nous avons des moments difficiles, mais je pense que cela fait partie du sport, c’est l’émotion, tout le monde veut gagner. Cela aurait pu aller dans un sens ou dans l’autre aujourd’hui, mais c’est sûr que l’année prochaine, nous essaierons à nouveau, nous reviendrons et nous espérons recommencer. « Max Verstappen, champion du monde des pilotes de Formule 1 2021, Red Bull.

Mercedes a porté deux réclamations, contestant le résultat de la course. Mais la FIA, fédération internationale automobile, a rejeté ces deux réclamations, qui contestaientt le résultat du GP d’Abou Dhabi, confirmant donc le sacre de Max Verstappen (Red Bull). Le Néerlandais a profité d’une entrée de la safety car dans le 53e des 58 tours de la course pour revenir sur le Britannique et le dépasser dans l’ultime tour, une fois la voiture de sécurité rentrée aux stands.

Mercedes dans l’ère hybride, après avoir eu le beurre et l’argent du beurre serrait des mauvais perdant ???

Quelle est la prochaine étape ?

La nouvelle ère de la Formule 1 s’ouvre en 2022 pour une nouvelle lutte pour le titre des équipes et des pilotes. Qui règnera en maître la saison prochaine ? La prochaine saison débutera avec le Grand Prix de Bahreïn 2022, en mars prochain.

MOMENTS CLÉS VUS PAR PIRELLI

Max Verstappen de Red Bull a remporté son premier titre mondial de manière spectaculaire au Grand Prix d’Abu Dhabi avec trois arrêts aux stands : prendre la tête dans le dernier tour après s’être arrêté pour les pneus tendres P Zero Red lors d’une voiture de sécurité.

Verstappen est parti de la pole position sur gomme tendre mais a été dépassé par son rival pour le titre Lewis Hamilton (Mercedes) qui a débuté la course sur le médium P Zero Yellow. Verstappen a été le premier des deux à effectuer son arrêt de soft à P Zero White hard au 13ème tour, suivi un tour plus tard par Hamilton, qui est passé de medium à hard. Verstappen a ensuite effectué un deuxième arrêt pour pneus durs sous une voiture de sécurité virtuelle au 36e tour avant son troisième et dernier arrêt pour pneus tendres sous une voiture de sécurité complète avec cinq tours à faire.

Il y avait une grande variété de stratégies vues tout au long de la course, avec cinq plans de course différents dans les cinq premiers à l’arrivée, influencés également par les périodes de la voiture de sécurité.

Huit pilotes – dont le poleman – ont débuté la course sur gomme tendre, neuf sur le médium et seulement deux (Pierre Gasly d’AlphaTauri et le pilote Alpine Fernando Alonso) sur le pneu dur : tous deux ont terminé dans les points .

La course s’est déroulée dans des conditions chaudes et sèches avec 28 degrés Celsius d’ asphalte et 25 degrés de température ambiante : similaire aux qualifications et restant constante jusqu’à l’arrivée.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C3 : Instrumental pour la course, ce composé a effectué de longs relais tout en offrant de très bonnes performances constantes ; permettant également à Verstappen de réaliser le tour de course le plus rapide . Les deux pilotes qui sont partis sur le dur ont bouclé un relais de 36 tours avec le plein de carburant tandis que Hamilton a fait 44 tours avec ce pneu, avec une faible usure et dégradation.

MEDIUM C4 : Utilisé lors du premier relais par environ la moitié du peloton, Hamilton pouvant prendre la tête de la ligne sur ce composé. Son coéquipier Valtteri Bottas a effectué 30 tours sur eux lors de son premier relais (un total de 35 tours sur ce set, car il a également été utilisé en qualifications).

SOFT C5 : Avec un comportement similaire au médium, cela s’est avéré la clé du titre et de la victoire de Verstappen, lorsqu’il l’a utilisé pour le dernier tour de course pour passer devant après le redémarrage de la voiture de sécurité. Ce composé a fonctionné conformément aux attentes, avec très peu de signes d’abrasion.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE DE PIRELLI :

« Nous avons eu une bataille tendue et stratégique pour le championnat, quand une voiture de sécurité virtuelle, puis une voiture de sécurité complète ont fourni deux moments charnières. Max Verstappen s’est arrêté pour de nouveaux pneus à chaque fois et a essayé de traquer Lewis Hamilton, qui est resté dehors et a réussi ses pneus bien jusqu’à l’arrivée, mais n’a rien pu faire contre l’effet des pneus tendres frais de Verstappen dans le dernier tour.Dès le début, les deux protagonistes du titre ont eu des stratégies divergentes, partant sur des composés différents et adoptant des stratégies différentes, dont nous avons vu tous les dans le peloton ; grâce aussi à la nature imprévisible de cette course. Les trois composés ont joué un rôle important, ont extrêmement bien relevé le défi de ce nouveau tracé de piste et ont contribué à une finale passionnante. Félicitations à Max Verstappen pour son premier titre et à Mercedes pour avoir remporté le championnat des constructeurs. Ce fut une saison absolument incroyable avec l’une des compétitions les plus intenses dont nous puissions nous souvenir : une manière appropriée de fermer le chapitre sur les pneus 13 pouces avant d’en commencer un nouveau avec 18 pouces.

Ils ont dit

Esteban Ocon :

Félicitations à Max [Verstappen] pour son titre. Il le mérite, il a été formidable cette année et j’espère que nous pourrons nous battre aux avant-postes avec lui à l’avenir. C’est en tout cas notre objectif. Je dirais que c’était une bonne course pour nous. Nous avions une bonne stratégie avec un seul arrêt pour passer des tendres aux durs. Nous n’avons pas bénéficié de la voiture de sécurité virtuelle et nous avons malheureusement perdu deux places dans l’opération. Cela joue parfois en notre faveur, d’autres fois non. C’est comme ça ! Je suis très heureux de finir la saison sur une note positive. Merci à tout le monde chez Alpine F1 Team, à Enstone et à Viry, pour leur travail tout au long de l’année. Continuons d’aller de l’avant !

Fernando Alonso :

C’était une course amusante ce soir et c’était excitant de voir la lutte pour le titre se jouer jusqu’au dernier tour. De notre côté, nous sommes partis en pneus durs et nous avons su profiter de la voiture de sécurité cette fois. J’ai apprécié nos batailles avec les Alpha Tauri et cette double entrée dans les points est un bon résultat pour Alpine. Nous n’étions pas aussi compétitifs ce week-end, mais nous avons réalisé une nouvelle course solide, donc c’est tout à l’honneur de l’équipe. Nous devons maintenant remettre les compteurs à zéro pour l’an prochain et nous assurer de connaître un bon hiver avant 2022. J’aimerais également féliciter Max Verstappen pour son sacre. Son couronnement n’était qu’une question de temps et il mérite son titre même s’il y a eu une part de chance dans les incidents d’aujourd’hui.

Laurent Rossi, CEO d’Alpine :

J’adresse tout d’abord mes félicitations à Max Verstappen, Red Bull Racing, Lewis Hamilton et Mercedes pour cette fantastique fin de saison. C’était une finale superbe pour une année captivante en Formule 1 et une publicité parfaite pour le sport passionnant dans lequel nous avons le privilège d’être engagés. Le spectacle proposé nous ouvre encore plus l’appétit pour retrouver les avant-postes du plateau et nous battre pour des victoires et des titres dans un avenir proche. C’est notre objectif ultime et nous travaillerons sans relâche pour y parvenir. Notre course d’aujourd’hui a offert une fin appropriée à ce qui a été une campagne mémorable. Fernando et Esteban se sont battus et ont puisé dans leurs ressources pour entrer tous les deux dans les points. Merci à eux, aux stratèges, à l’équipe des stands et à tous ceux à Enstone et Viry ayant contribué à ce succès et à la consolidation de notre cinquième place au championnat. J’espère que tout le monde dans l’écurie profitera de la pause de Noël tout en ayant un œil sur les futures opportunités, en particulier celles liées au changement de règlementation l’an prochain. Merci à tous, des deux côtés de la Manche, pour cette belle saison rythmée par des courses inoubliables, dont le podium de Fernando et la victoire d’Esteban. Nous voulons nous créer davantage de souvenirs et de moments comme ceux-ci et nous resterons motivés, mais humbles, dans la réalisation de nos objectifs.

MAX VERSTAPPEN :

pht. Clive Rose/Getty Images

« C’est incroyable d’être Champion du Monde et je n’aurais pas pu rêver d’une dernière course plus folle de l’année. C’était un peu les montagnes russes, de ne pas avoir vraiment de chance de gagner jusqu’au dernier tour, tout s’est enchaîné, et nous devions y aller. Je n’arrêtais pas de me dire, je vais juste tout donner et j’ai jusqu’à la fin et c’est ce que nous avons fait. Bien sûr, avec ce redémarrage de la voiture de sécurité dans le dernier tour, nous avions les pneus les plus frais, mais vous devez encore faire le mouvement – ​​heureusement, cela a fonctionné. Je veux dire un grand merci à Checo, à cause de sa performance aujourd’hui, j’ai remporté le championnat, il mettait tout son cœur pour cette équipe. Aujourd’hui a montré exactement ce qu’est un bon travail d’équipe, c’est un coéquipier incroyable. Mercedes a remporté le championnat des constructeurs et nous avons remporté le championnat des pilotes, cela montre vraiment que tout au long de l’année, nous nous sommes poussés jusqu’au bout. Lewis est un pilote incroyable, il n’y a aucune discussion à ce sujet. Bien sûr, nous avons eu nos moments tout au long de la saison, mais je pense que vous savez qu’après tout, nous avons eu un combat incroyable cette saison et je pense que les deux équipes ont tout donné.

SERGIO PEREZ :

pht. Bryn Lennon/Getty Images

« Tout d’abord, je suis extrêmement heureux pour Max et pour cette équipe parce qu’ils ont travaillé si dur tout au long de l’année et pendant de nombreuses années. Max mérite vraiment ce championnat avec le niveau auquel il a roulé. Je suis très heureux de contribuer à son titre, il a été un coéquipier formidable et un gars formidable, je ne pourrais pas être plus heureux pour lui. Lewis contrôlait la course et Max avait environ 10 secondes de retard, donc je suis extrêmement heureux d’avoir pu faire quelque chose pour aider au résultat. J’étais avec des pneus extrêmement vieux donc je ne pouvais pas faire grand-chose, mais j’ai réussi à prendre quelques secondes à Lewis, ce qui était critique et a eu un impact sur la course. Vous ne voulez pas vous impliquer dans leur championnat et leur bataille, ils ont travaillé si dur pour être dans ce moment, mais c’est mon équipe, je l’ai fait pour mon équipe et pour Max. Je pense que terminer deuxième était possible pour moi aujourd’hui avec la façon dont la course s’est terminée, mais j’ai dû abandonner parce que ma voiture n’avait pas l’air bien et cela aurait pu finir par créer une autre voiture de sécurité. C’est dommage au final que nous n’ayons pas obtenu le titre Constructions, mais je suis extrêmement content du travail que nous avons fait cette saison.“

CHRISTIAN HORNER, PDG et chef d’équipe Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« J’ai dit qu’il allait avoir besoin de quelque chose des dieux de la course au cours des dix derniers tours et Dieu merci pour cette voiture de sécurité. Cela a été une grande compétition cette saison et pour Max de remporter le championnat du monde, il ne s’agit pas seulement de la course ici, il s’agit de toute l’année et à quel point il a été incroyable et constant en tant que pilote. Tout le mérite à Lewis aussi, il a été un adversaire phénoménal toute l’année et un grand champion du monde, il a été formidable et c’est ce qui le rend encore plus d’un exploit monumental pour gagner ce championnat. Ce championnat s’est joué dans le dernier tour et c’était un excellent appel stratégique de l’équipe pour faire cet arrêt au stand sur l’ensemble des softs et ensuite c’était à Max d’y arriver, ce qu’il a fait dans le style typique de Max. J’ai crié depuis le virage cinq jusqu’au fond de cette ligne droite. Il a fait le travail. Je suis tellement fier de Max et de l’équipe pour ce que nous avons vécu cette année et ce que nous ont réussi contre des adversaires féroces et grands. Checo était l’équipe parfaite mon pote aujourd’hui, ce qu’il a fait en gardant Lewis derrière, avec des pneus totalement usés, était juste une super conduite. Sans lui aujourd’hui, Max ne serait probablement pas Champion du Monde, toute l’équipe a exécuté sa stratégie, sans faute. Au total, après 22 courses, nous avons remporté ce championnat du monde sur les faits. Je tiens également à remercier Honda pour son travail d’équipe et son soutien au cours des dernières années. Nous poursuivrons notre partenariat d’une manière différente, mais nous sommes impatients de poursuivre le succès. »

Carlos Sainz #55 :

pht. Scuderia Ferrari

Quelle belle façon de terminer ma première année avec la Scuderia Ferrari ! Nous savions que cela allait être une course difficile sur le front des pneus mais nous avons utilisé toute l’expérience accumulée au cours de la saison pour prolonger la durée de vie de mes Softs dans le premier relais et ensuite prendre soin jusqu’au drapeau à damier des Hards que j’ai monté à l’arrêt au stand.

Conclure ce premier championnat avec la Scuderia par un podium, une troisième place chez les Constructeurs et une cinquième chez les Pilotes est la parfaite façon d’aborder la trêve hivernale. Je tiens à remercier nos fans et toute l’équipe, Charles, la direction, chaque élément de l’équipe de course et toutes les personnes qui travaillent dans l’usine de Maranello pour l’accueil qu’ils m’ont réservé cette année.

Chez Ferrari, je me suis senti chez moi dès le premier jour et cela, avec l’effort fourni chaque jour par tout le monde, était essentiel pour progresser course après course et terminer si bien ce championnat. Enfin, je tiens à féliciter Max et Lewis pour leur excellente saison. Je suis heureux pour Max, à qui vont mes compliments les plus spéciaux. A partir de demain, nous commençons à penser à l’année prochaine. Allez Ferrari !

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

Aujourd’hui n’était pas une grande course. Le premier relais n’était pas mauvais, puis nous avons tenté autre chose en montant le pneu Medium lors de la phase Virtual Safety Car. C’est une décision que nous avons prise avec l’équipe, mais malheureusement, cela n’a pas fonctionné comme nous l’avions prévu.

Félicitations à l’équipe pour la troisième place parmi les constructeurs, ce n’était pas facile après la saison dernière et pour cela je tiens à remercier tous les membres de l’équipe, à la fois sur la piste et dans l’usine de Maranello, pour le travail acharné qu’ils ont accompli pour rendre possible ce résultat. Carlos a fait une très bonne saison et je le félicite pour sa cinquième place au classement Pilotes.

Un grand bravo à Max pour avoir remporté le titre : nous courons les uns contre les autres depuis que nous sommes enfants sur des karts et j’ai toujours su à quel point il est fort. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il n’atteigne cet objectif, il le mérite.

La saison 2021 s’est terminée aujourd’hui et la saison 2022 commence demain. Nous allons commencer à préparer la prochaine avec les tests prévus pour après-demain. Nous pensons que notre point de départ est bon et nous devons continuer à travailler pour pouvoir nous battre en tête du championnat du monde 2022.

Mattia Binotto, Team Principal Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

Nous voulions terminer cette saison avec le sourire et nous l’avons fait. Le podium de Carlos est la meilleure façon de terminer un championnat qui nous a permis de faire des progrès importants par rapport à l’année dernière. Nous sommes conscients que la distance avec ceux qui se sont battus pour les titres mondiaux est encore très grande mais il est indéniable que nous avons réussi à grandir au fil de la saison.

La troisième place des Constructeurs est venue grâce aux efforts de toute l’équipe, sur la piste et à Maranello, qui a su travailler avec engagement, détermination, humilité et unité. Cet esprit de collaboration et cette envie de grandir ensemble ont également animé nos pilotes, Carlos et Charles, qui ont montré par des faits et des comportements qu’ils étaient à la hauteur de la tâche que nous leur avons confiée en tant que pilotes de la Scuderia Ferrari et qu’ils forment le meilleur couple qui soit. .

Maintenant, nous pouvons nous concentrer à 100% sur le développement de la voiture de l’année prochaine, lorsque nous voulons revenir pour rendre nos fans heureux partout dans le monde : en attendant, nous voulons les remercier de ne jamais nous laisser manquer de leur soutien, même dans les moments les plus difficiles . Enfin, je tiens à remercier nos partenaires, qui continuent de nous soutenir, tout d’abord ceux qui sont avec nous depuis plus de quarante ans, comme Philip Morris International : leur soutien est toujours important et continuera de l’être à l’avenir .

Kimi Räikkönen (voiture 7) :

pht. Antonin Vincent / DPPI

« C’est agréable de voir autant de personnes montrer leur appréciation aujourd’hui, même si la course ne s’est pas déroulée comme nous l’espérions. Nous avons eu un problème après le ravitaillement, un problème technique qui nous a fait finir plus tôt aujourd’hui. C’est la course, parfois les choses échouent, mais le résultat d’aujourd’hui n’influence pas ce que je pense de ma carrière. Je suis heureux de reprendre une vie normale, je l’attends avec impatience. Bien sûr, beaucoup de gens formidables que j’ai rencontrés au fil des ans me manqueront ; 20 ans sont passés vite, j’ai fait beaucoup de souvenirs, certains bons, certains mauvais, et ceux-ci vont rester avec moi pour toujours.

Kimi Raïkkönen et Antonio Giovinazi ne seront pas sur la grille départ en 2022. pht. Florent Gooden / DPPI

Yuki Tsunoda :

pht. Lars Baron/Getty Images

« Je suis tellement heureux, quel résultat incroyable pour terminer la saison. Je pense que dans l’ensemble ce week-end la voiture a été très forte, je ne m’attendais pas à ce que le rythme de course soit aussi bon, mais au final, ça a été une belle journée. C’est incroyable de terminer la saison sur un si haut niveau, ça a été un long voyage pour revenir à ce point, mais j’ai vraiment retrouvé ma confiance et c’est super d’aborder l’intersaison avec ce résultat incroyable. Toutes mes félicitations à Max, ce fut une bataille très difficile tout au long de la saison et je pense qu’il l’a vraiment mérité aujourd’hui. Je tiens également à le remercier d’avoir donné cet excellent résultat à Honda, car il leur a donné la meilleure façon de célébrer leur dernière année en F1.

Pierre Gasly :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Je suis extrêmement heureux de terminer P5 aujourd’hui, c’est la meilleure façon de terminer cette année. Cela a été une saison incroyable, la plus réussie pour nous en tant qu’équipe depuis 15 ans, nous avons marqué beaucoup de points et il y a eu de nombreux moments forts. Nous nous sommes concentrés sur nous-mêmes à chaque course et je pense que nous avons bien performé cette saison, donc je suis vraiment fier de tout le monde. Je suis vraiment content pour Max, nous avons grandi en courant ensemble, nous savions qu’il aurait été Champion du Monde un jour et il l’a fait aujourd’hui. C’est bien mérité et je suis également heureux pour Honda, après toutes ces années de dur labeur, ils ont réussi à obtenir ce championnat lors de leur dernière année.

English Information

Brilliant Verstappen claims maiden title after victory in Abu Dhabi season finale following late Safety Car drama

Max Verstappen secured his maiden World Championship with victory in the season-ending Abu Dhabi Grand Prix, Lewis Hamilton finishing second as the race ended in a nail-biting one-lap sprint after a late Safety Car. The result, which saw Valtteri Bottas finish sixth and Sergio Perez retire, means Mercedes have clinched a record eighth consecutive constructors’ championship.

Medium-tyred Hamilton jumped soft-shod Verstappen at the start, while the Dutchman came back in Turn 6, nudging him wide and over the run-off, but the Mercedes driver continued in the lead. Stewards decided not to investigate. The pit window opened when Verstappen came in on Lap 13, Hamilton a lap later, leaving Sergio Perez in the lead with the mission to hold off Hamilton.

Perez did exactly that, on Laps 20 to 21 – being dubbed a “legend” by his team mate as he let him past to continue the chase, before pitting on Lap 22. The podium looked certain until he retired on Lap 56 under a Safety Car, which was brought out for a Nicholas Latifi crash.

That Safety Car, during which Verstappen pitted for soft tyres, left the race with just one lap of green flag racing remaining, producing another memorable moment in this epic season. Verstappen did make the pass on Hamilton into Lap 5, the decisive move, and while Hamilton attempted to come back towards Turn 9, there was nothing doing. History was made, as it was always going to be, and the trophy went to the Dutchman for the first time.

Carlos Sainz took the final podium place ahead of AlphaTauri’s Yuki Tsunoda in P4 – while AlphaTauri team mate Pierre Gasly rounded out the top five.

Valtteri Bottas struggled to P6, running as low as eighth, and losing a potential podium spot from fourth to sixth under the final Safety Car.

Alpine took points with Fernando Alonso and Esteban Ocon eighth and ninth respectively, with Ferrari’s Charles Leclerc rounding out the top 10.

Alfa Romeo suffered a double retirement as Kimi Raikkonen bowed out on Lap 26, team mate Antonio Giovinazzi 10 laps later. Latifi was Williams’ second retiree after George Russell bowed out from his tenure with the team with a loss of drive on Lap 27.

Mercedes and Red Bull therefore shared the spoils in this incredible season-ending Abu Dhabi Grand Prix, fit for a season that will no doubt go down as one of the greatest ever.

As it happened

Thousands of people behind the scenes have spent thousands of hours, made countless sacrifices, offering their all until the very end of this longest-ever F1 season. It would all come down to this: the 2021 Abu Dhabi Grand Prix. Two of Formula 1’s greatest-ever drivers, Max Verstappen and Sir Lewis Hamilton going toe-to-toe, to land the final knockout blow in a fight for the ages.

Bowing out after two decades, Kimi Raikkonen prepped for his final Grand Prix – with Alfa Romeo team mate Antonio Giovinazzi, Williams’ George Russell, Mercedes’ Valtteri Bottas and engine suppliers Honda set to leave for new horizons.

Then there were the legends we’ve lost along the way: Sir Frank Williams, Murray Walker, Max Mosley, Johnny Dumfries, Carlos Reutemann, and Mansour Ojjeh among those sorely missed before a showdown fitting of their towering legacies.

On the grid would be 19 cars (Haas’s Nikita Mazepin missing the finale due to a positive Covid-19 test) with soft-tyred Verstappen on pole ahead of medium-shod rival Hamilton, Lando Norris starting third on softs for McLaren and sharing second row with Sergio Perez (softs), Bottas (mediums) and Carlos Sainz (softs) on the third row.

And on the line would be a drivers’ championship – Hamilton gunning for a record eighth title, Verstappen going for his first – Mercedes’ 28-point lead over Red Bull making them favourites for a record eighth consecutive constructors’ championship.

Five lights turned on, five went out, and it was – to borrow the inimitable Murray Walker’s trademark phrase – “Go, go, go”, for the final time this season.

And it was Hamilton who had the superior launch off the line, taking the lead well before Turn 1 while Norris ran wide and rejoined fourth, but Verstappen came back on the long straight to Turn 6, almost taking the lead with a late lunge but nudging Hamilton wide into the run-off area. The Briton went over the blue strips and retained the lead; the stewards decided not to investigate.

FIA Race Director Michael Masi’s reasoning as to why Verstappen had to concede the lead was thus: “He [Verstappen] forced him [Hamilton] out there. That’s why we asked him to give back the advantage.”

Verstappen’s radioed reply was that the decision was “incredible”, and on Lap 8 he began to note that his rear soft tyres were starting to drop off a little, sitting 2.5 seconds behind Hamilton ahead. The reigning champion would stretch that gap to 3.5 seconds just a couple of laps later.

Meanwhile, in the opening lap, Sainz took P4 off Norris on the first lap with Bottas dropping to P8 behind AlphaTauri’s medium-tyred Yuki Tsunoda. Norris’s P5 would be under threat from Leclerc.

Verstappen pitted at the end of Lap 13 from softs to hards and emerged fifth, thundering out of that pit exit and catching Leclerc off guard, the Ferrari driver running wide and locking up soon after. Verstappen made up a place courtesy of Norris on the run to Turn 6 soon after; Leclerc pitted from softs to hards at the end of his 15th lap to emerge 15th.

The Red Bull driver’s pit stop triggered Hamilton to do the same a lap later, switching from mediums to hard tyres, emerging second. Perez therefore inherited the lead, Verstappen then running wide at Turn 15 in frenetic chase before swiping third off Sainz on Lap 18 – perhaps a lap later than he would have liked.

By Lap 20, Hamilton was in DRS range of Perez and the Mexican had been told to hold up Hamilton. So, bearing down on the lead Red Bull, Hamilton made it past him towards Turn 6 but Perez led into the corner. However, the Mercedes driver had a better exit and led into the following. Another twist in the tale as Perez made his way past the seven-time champion going Turn 9 and led into Lap 21.

Perez led by a whisker starting the 21st lap, Hamilton again getting a superior exit out of Turn 5 and pinning the Red Bull to the outside going into Turn 6, finally taking the lead of the race. But Perez had done his job, and done it admirably, holding up the Mercedes enough for Verstappen to make up five seconds and letting his team mate cleanly past before pitting from P3 for hards at the end of the tour.

“Checo is a legend” came Verstappen’s response on the radio, the Dutchman now two seconds behind Hamilton.

Hamilton re-ignited the afterburners, however, and continued to steadily build his gap, three seconds ahead by Lap 26 of 58, another second added to that by the halfway point, and the gap steadily increasing.

Just as the season had started, Verstappen bearing down on Hamilton in Bahrain using newer tyres, how it would end? Well, it would be naïve to think this season didn’t have another surprise in store.

When the race restarted on Lap 38, Hamilton had a 17-second gap in his favour; Verstappen had new tyres and eight-tenths per lap to make up if he was to win his first title. He made up half a second alone as the VSC ended, closing down to within 12 seconds with 10 laps left as backmarkers began to come into play – a train of midfielders from Alonso to Leclerc costing Hamilton valuable time.

When Verstappen came across that midfield gaggle on Lap 51 he was just over 11 seconds behind Hamilton, the lead now looking insurmountable. That was, until Nicholas Latifi crashed on Lap 53 exiting Turn 14, bringing out a Safety Car. Verstappen again took the chance to pit – this time for soft tyres.

It had turned out that Latifi spun and crashed having fought with Haas’s Mick Schumacher for P15, picking up dirt and dust running wide in Sector 3, and spun leaving Turn 14.

On Lap 56, Safety Car still circulating, Perez was brought into the pits to retire, denying him a deserved podium and promoting Sainz. Verstappen had boxed for fresh softs under the Safety Car, and as the laps ticked down and the lapped cars were allowed to clear out of the way of the fight for the lead, it would come down to a one-lap shoot-out between Hamilton and Verstappen.

Hamilton led, until the two went into Turn 5 and that was where Verstappen made the winning pass. The Briton attempted to make it past but his chance at taking a record eighth World Championship was slipping away. And that is how it would end, Verstappen winning his first title by 2.2 seconds at the chequered flag: an epic send-off for this era of F1 and a Hollywood finish to this most dramatic of seasons.

The final podium place went to Sainz, the Ferrari driver having pried P4 off Norris and been promoted when Perez retired, while Tsunoda took fourth, the Japanese rookie having started on medium compounds on P8, battled with Fernando Alonso in defence of P7, and then made it up to fourth in the final Safety Car restart when Perez retired, Bottas falling back to sixth, with Pierre Gasly being promoted to P5 at the finish (having gone long in his first hard-tyred stint) to give AlphaTauri a huge double points finish.

Norris had a late puncture, pitting on Lap 50, and ended up seventh ahead of the Alpine duo – Fernando Alonso having gone long on his starting hard compounds to finish eighth and ahead of team mate Esteban Ocon.

Leclerc lost out early on with a lockup after Verstappen emerged from the pits and ended the race 10th, taking the final point. However, as Sainz took the final podium place, he leapfrogged both his team mate and Norris to take P5 in the drivers’ championship, in his first season with Ferrari.

On the run to Turn 6 on Lap 6, Lance Stroll was passed by Aston Martin team mate Sebastian Vettel, who was almost squeezed off the track. The four-time champion ended up 11th, Stroll 13th, with Daniel Ricciardo between them having previously been in contention for points.

In last was Mick Schumacher, the sole Haas driver, with his team mate not starting due to Covid-19.

There were five retirees including outgoing Alfa Romeo driver Kimi Raikkonen on Lap 26, outgoing team mate Giovinazzi 10 laps later, Mercedes-bound Williams driver George Russell on Lap 26, Red Bull’s Perez on Lap 56 and of course Williams driver Latifi, whose crash brought out the race-defining Safety Car.

While Hamilton came away without a record eighth championship, Mercedes did, however take a record eighth consecutive constructors’ championship in an unfrogettable finish to 2021.

Key quote

« It’s just insane. I mean, my goal when I was little was of course to become a Formula 1 driver and you hope for wins, to be on the podium, when they play the national anthem you one day hope they play yours and then when you stand here and they tell you [that] you are world champion it is something incredible and special.

« All the things come back through your mind throughout all the years you spent together, traveling for that goal… and everything comes together in the last lap. Insane, these people, my whole team, my family, my friends, the people… who want to push me to where I am today. They’re all here – most of them are here. It’s just insane, I lost my voice, but yes. I don’t know, it just sounds amazing, honestly.

« It’s incredible to see all this orange here but all over the world, they’ve supported me throughout my whole career… and I hope I can do this for a very long time of course with the support of my great fans.

« Lewis is an amazing driver, an amazing competitor, he really made it really hard for us and everybody loves to see that. Of course the two teams run against each other and we have tough times but I think that’s part of the sport, it’s emotion, everyone wants to win. It could have gone either way today but for sure next year we’ll try again, come back, and hopefully do it all over again. » – Max Verstappen, 2021 Formula 1 drivers’ world champion, Red Bull.

What’s next?

Formula 1’s new era dawns in 2022 for another teams’ and drivers’ title fight. Who will reign supreme next season? The next season begins with the 2022 Bahrain Grand Prix next March.

 

Haut du site