19 juin 2024

Max Verstappen remporte la victoire lors d’un GP du Canada passionnant sur sol sec et mouillé.

Max Verstappen et Red Bull ont rebondi après leurs déboires monégasques en renouant avec la victoire lors d’un Grand Prix du Canada riche en action, surmontant les averses, les multiples périodes de voiture de sécurité, les redémarrages…

Verstappen a suivi le pilote Mercedes George Russell, auteur de la pole position, dans les premiers instants humides de la course jusqu’à ce que Norris les dépasse tous les deux dans des conditions qui s’amélioraient, avant qu’une voiture de sécurité inopportune – déclenchée par la chute de Logan Sargeant – ne relègue le pilote McLaren à la troisième place.

Verstappen a maîtrisé ce nouveau départ et d’autres averses pour conserver son avance, qu’il a également protégée lorsque la piste s’est asséchée et que le peloton est passé des pneus intermédiaires aux slicks, puis à nouveau après une deuxième période de Safety Car déclenchée par la collision entre Carlos Sainz et Alex Albon.

Alors que le champion du monde en titre s’est finalement dirigé vers le drapeau à damier, Norris a pris la deuxième place à l’issue d’une bataille acharnée avec Russell à la mi-course, et ce dernier s’est contenté de la troisième place après s’être battu avec son coéquipier Lewis Hamilton et l’autre McLaren d’Oscar Piastri en fin de course.

Russell et Hamilton, qui avaient tous deux fait le plein de pneus slicks lors de la deuxième période de la voiture de sécurité, ont fait monter le rythme cardiaque sur le muret des stands Mercedes lorsqu’ils se sont retrouvés roue contre roue à plusieurs reprises – le jeune Britannique a fait le mouvement décisif pour se hisser à la troisième place à l’avant-dernier tour.

Derrière les cinq premiers, Fernando Alonso et Lance Stroll, le favori local, ont obtenu deux points pour Aston Martin, tandis que Daniel Ricciardo a réalisé une excellente performance en qualifications pour marquer ses premiers points en Grand Prix de la saison en se classant huitième.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Getty images

Le coéquipier de Ricciardo, Yuki Tsunoda, était également en lice pour les points, mais une erreur en fin de course l’a fait glisser sur l’herbe et dégringoler dans le classement, favorisant Pierre Gasly et Esteban Ocon, qui ont également permis à Alpine d’obtenir un double top 10.

Nico Hulkenberg et Kevin Magnussen, du team Haas, se sont d’abord envolés vers le haut du classement en tant que seuls pilotes à prendre le départ de la course en pneus pluie, plutôt qu’en pneus intermédiaires, mais ils ont manqué de peu une récompense en franchissant la ligne d’arrivée respectivement en 11e et 12e position.

Tsunoda a terminé 14e après son erreur coûteuse, entre Valtteri Bottas et Zhou Guanyu de Kick Sauber, avec seulement 15 des 20 voitures atteignant l’arrivée dans ce qui s’est avéré être l’une des courses les plus passionnante de la saison 2024 jusqu’à présent.

Start Race. pht. Getty images

Sainz et Albon, qui étaient à la recherche de points, ont tous deux abandonné après leur rencontre, tandis que des problèmes persistants d’unité de puissance ont également contraint Charles Leclerc à l’abandon et ont permis à Ferrari de ne pas marquer un seul point après son triomphe à Monaco.

En plus de Sargeant, Sergio Perez a été le cinquième et dernier à abandonner après avoir quitté la piste et endommagé son aileron arrière, ce qui a contraint le Mexicain à rentrer aux stands et à ajouter à la misère de sa sortie de la Q1 en qualifications, pitoyable !

Lorsque les membres du podium sont arrivés dans le parc ferme, Verstappen, le coéquipier de Perez qui a remporté la course, a frappé l’air de joie en augmentant son avance au championnat de 31 points à 56, profitant pleinement des malheurs de Leclerc et de Ferrari.

#4, Lando Norris, McLaren, P2.

La course ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

CE QUI S’EST PASSÉ

Un week-end de conditions météorologiques mitigées a donné lieu à une séance de qualification imprévisible et dramatique sur le circuit Gilles Villeneuve, avec l’abandon de Perez en Q1, la perte par Ferrari de ses deux voitures en Q2 et Russell qui a brillamment battu Verstappen pour la pole grâce à des temps au tour identiques.

#63, George Russell, Mercedes, P3. pht. LAT images

Alors que le paddock se rassemblait dimanche matin, une nouvelle série de fortes pluies a détrempé le site et, bien que cela se soit atténué et que les conditions aient montré des signes d’amélioration un peu plus d’une heure avant l’heure de départ prévue à 14h00, la piste resurfacée était toujours couverte d’eau.

Une nouvelle bruine a permis d’utiliser des intermédiaires et des pneus pluie lors des tours de grille, qui ont été marqués par de nombreuses dérives, Ocon s’alignant en queue de peloton en raison de sa pénalité de Monaco et Bottas et Zhou passant par la voie des stands après que Kick Sauber a changé ses ailerons arrière.

Lorsque les couvertures de pneus ont été retirées, alors que de nouveaux nuages sombres se profilaient et que des gouttes de pluie tombaient, il s’est avéré que la plupart des pilotes avaient des pneus intermédiaires pour le départ, Haas étant la seule équipe à jouer différemment en donnant des pneus pluie à Magnussen et Hulkenberg.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P4. pht. Jiri Krenek Mercedes

Au début de l’action, Russell, qui a décroché la pole position, a pris un départ assez propre pour conserver son avance sur Verstappen dans le premier virage, suivi de près par les deux McLaren Norris et Piastri, tandis qu’Alonso et Hamilton ont pris l’avantage sur Ricciardo, cinquième des qualifications.

Le choix des pneus pluie semble porter ses fruits chez Haas, Magnussen remontant jusqu’à la huitième position, devant Stroll, le favori local, qui a failli être rattrapé par Leclerc à la dernière chicane, lorsque le Monégasque a mal évalué son point de freinage et a pris la sortie de route.

Magnussen s’est débarrassé successivement de Ricciardo, Hamilton et Alonso pour terminer cinquième, et Hulkenberg est entré dans les points, juste derrière Stroll.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P5. pht. LAT images

« Ce niveau de pluie est le pire auquel nous nous attendons », a déclaré le leader Russell à ce moment-là, le pilote Mercedes menant Verstappen de quelques secondes, tandis que la charge de Magnussen se poursuivait et qu’il prenait d’assaut l’arrière des McLaren de Norris et Piastri.

Avec plus d’une seconde d’avance sur les voitures qui le précèdent, Magnussen a rapidement dépassé Piastri pour prendre la 4e place, tandis que son coéquipier Hulkenberg a dépassé Stroll et Ricciardo pour se hisser jusqu’à la 8e place, donnant à ceux qui ont fait l’appel alternatif dans le camp Haas de quoi sourire.

Plus loin derrière, les pilotes Ferrari Leclerc et Sainz sont restés au milieu du peloton et hors des points. Les choses se sont aggravées pour le vainqueur du Grand Prix de Monaco lorsque son ingénieur a déclaré « nous voyons quelque chose d’étrange du côté du moteur » et que l’équipe était « en train d’étudier la question ».

Alors que Magnussen semblait prêt à défier Norris, la pluie s’est à nouveau calmée et le ciel bleu a percé les nuages, ramenant rapidement les conditions de piste vers les intermédiaires et incitant le Danois à s’arrêter pour la gomme verte au 8e tour – bien que les mécaniciens de la Haas ne soient pas prêts à l’accueillir.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P6

Alors que le niveau d’adhérence ne cesse de changer, Sargeant se fait une frayeur au virage 6 et glisse vers les barrières à l’extérieur de la piste, tandis qu’Alonso connaît quelques moments difficiles à la chicane et à la sortie du virage 1, et qu’Hamilton s’enfonce trop dans le virage 1 et passe sur l’herbe.

Lorsque les images du premier tour sont apparues, le contact dans le goulot d’étranglement de l’arrière du circuit entre Perez et Gasly a été confirmé dans le virage 2, laissant les deux pilotes avec une carrosserie endommagée, tandis que les commissaires ont également noté un faux départ potentiel de la part de Ricciardo.

« Impossible de doubler avec ce problème, pour être honnête », a déclaré Leclerc dans une série de messages radio frustrés au stand Ferrari, alors que ses problèmes de moteur semblaient refuser de bouger, bien qu’il ait au moins grimpé à la 10e place et à la dernière position qui rapporte des points à ce stade.

#18, Lance Stroll, Aston Martin, P7. pht. Zak Mauger

En tête, Russell mène toujours la danse alors que les conditions s’améliorent régulièrement, mais Verstappen a ramené son avance à 1,2 seconde alors que le tableau des tours atteint les deux chiffres, avec Norris à quelque six secondes en troisième position et Piastri à une marge similaire de son coéquipier.

Alors que Hulkenberg est toujours en pneus pluie et qu’une ligne sèche commence à apparaître, Ricciardo dépasse la Haas dans la dernière chicane pour prendre la 7e place, avant de recevoir une pénalité de cinq secondes quelques instants plus tard pour ce faux départ. Hulkenberg a alors décidé que c’en était assez et est passé aux stands pour chausser des intermédiaires.

« On s’attend à une nouvelle averse dans 20 minutes », a indiqué le message suivant à Russell, le leader de la course, alors qu’il faisait face à une pression de plus en plus forte de la part de Verstappen. « Dites-moi ce que vous voulez que je fasse alors… Ces pneus vont s’user très rapidement », a-t-il répondu.

Au 15e tour, Verstappen était partout à l’arrière de la voiture de Russell alors que les deux pilotes cherchaient des zones humides pour soigner leurs pneus intermédiaires, Norris illuminant également les feuilles de temps et réduisant l’écart avec les leaders. Mais la piste s’asséchera-t-elle suffisamment pour les pneus slicks avant une nouvelle pluie ?

Quelques tours plus tard, Verstappen a pris l’herbe au virage 1 et a heurté les bordures en rejoignant la piste, restant de justesse devant Norris, qui a traqué la Red Bull au cours des tours suivants – bénéficiant de l’introduction de l’aide au dépassement DRS étant activée.

#3, Daniel Ricciardo, V Racing Bulls, P8. pht. Getty images

À la fin du 20e tour, Verstappen avait ses rétroviseurs pleins et ne pouvait rien faire pour empêcher Norris de terminer une manœuvre assistée par le DRS dans la ligne droite arrière. Un tour plus tard, après avoir foncé sur l’arrière de la voiture de Russell, Norris a réalisé la même manœuvre pour prendre la tête.

Verstappen a maîtrisé la relance pour conserver son avance sur Russell au virage 1, Norris conservant la troisième place devant Piastri, Hamilton, Alonso, Tsunoda et Stroll, tandis qu’Albon a réalisé un double mouvement sournois sur Ricciardo et Ocon dans la dernière chicane pour se hisser à la neuvième place.

« Il faut juste garder la voiture sur la piste », a-t-on dit à Leclerc, avant que l’averse n’arrive et ne l’oblige à repasser par les stands pour des intermédiaires. La situation n’était guère plus brillante pour son coéquipier Sainz, qui a subi des dommages à l’aileron avant dans la bagarre au milieu du peloton, laissant Ferrari avec beaucoup de travail à faire pour sauver ne serait-ce qu’un point.

#10, Pierre Gasly, Alpine, P9. pht. LAT images

Alors que la course se stabilise et que les commissaires vérifient un incident entre Sainz, Bottas et Ricciardo au restart qui semble avoir causé les dommages de l’Espagnol, Verstappen mène Russell d’un peu plus d’une seconde, avec des pilotes qui prennent déjà les zones amortissantes de la piste pour garder leurs intermédiaires en échec.

Norris a de nouveau illuminé les feuilles de temps dans les conditions délicates et mixtes, tournant plus d’une seconde plus vite que Russell et Verstappen devant, ouvrant la perspective d’une autre lutte passionnante à trois pour la tête – Piastri et Hamilton faisant de leur mieux pour s’y joindre en P4 et P5.

Au 40e tour, Russell signale par radio à son équipe que tous les virages, à l’exception des 1 et 2, sont désormais secs, et tandis que les leaders attendent leur heure, Gasly décide qu’il est temps de repasser aux slicks – les équipes rivales surveillant sans doute attentivement son temps dans le secteur.

Annulant une partie de ses temps rapides, Norris a bloqué et s’est écarté au virage 1, permettant à Piastri de se rapprocher de son coéquipier et de s’emparer de la troisième place. « J’ai perdu beaucoup de temps par rapport à Norris, en évitant l’action. Une seconde et demie », a déclaré Russell après la course.

Le passage de Gasly en pneus durs a déclenché une vague d’arrêts au cours des tours suivants, Hamilton, Ricciardo, Sainz, Perez, Bottas et Magnussen réagissant tous en passant en pneus mediums. Leclerc est également passé au stand, mais seulement pour rejoindre Sargeant dans l’abandon, car ses problèmes persistaient.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P10. pht. Jamey Price

Piastri (mediums), Alonso (hards), Tsunoda (mediums), Stroll (hards), Ocon (mediums), Albon (mediums), Hulkenberg (mediums) et Zhou (mediums) étaient les suivants, avec les trois premiers Verstappen, Russell et Norris qui sont restés à l’extérieur pour un tour supplémentaire.

Au tour suivant, Verstappen et Russell ont rejoint la majorité du peloton en slicks en passant respectivement aux gommes moyennes et dures, mais Norris a continué à rouler devant pour quelques tours de plus – continuant à faire des temps compétitifs sur ses intermédiaires.

Norris a finalement ravitaillé à la fin du 47e tour, prenant les médiums et revenant côte à côte avec Verstappen, qui s’est précipité avec ses pneus plus chauds. Russell et Piastri ont ensuite mis la pression, le premier capitalisant sur une erreur de Norris à l’épingle à cheveux un tour plus tard pour passer avec le DRS dans la ligne droite arrière.

Alors que Verstappen a porté son avance au-delà de la barre des cinq secondes pendant que Norris et Russell se disputaient, son coéquipier Perez a perdu le contrôle de sa voiture au freinage du virage 6 et a glissé vers l’arrière dans les barrières, ce qui l’a contraint à rentrer aux stands pour rejoindre Leclerc et Sargeant dans l’abandon.

Le drame s’est poursuivi lorsque Sainz et Albon – qui se battaient pour les points – se sont rencontrés au virage 7 dans des circonstances inhabituelles. Les images montrent que Sainz a fait un tête-à-queue à la sortie du virage et a relâché les freins ce qui la fait revenir au milieu de la piste, malgré ses efforts, la Williams d’Albon a accroché la Ferrari.

La voiture de sécurité étant à nouveau déployée, Russell et Hamilton ont tous deux choisi de passer aux stands pour des pneus moyens, ce qui signifie qu’ils se sont placés derrière Verstappen, Norris et Piastri au nouveau départ, alors qu’Alonso, Stroll, Tsunoda, Ocon et Ricciardo occupaient les dernières places dans les points.

Russell a ensuite commis une erreur dans la chicane du virage 3/4 pour permettre à Norris de reprendre la deuxième place, répétant son moment « holy moly » des qualifications et provoquant un message radio injurieux. Le patron de Mercedes, Toto Wolff, a répondu : « Concentre-toi George, concentre-toi ».

Alors que Verstappen et Norris ont pris de l’avance, Piastri, Russell et Hamilton ont connu une course effrénée jusqu’à l’arrivée, se battant âprement pour la dernière place sur le podium et étant à deux doigts de s’éliminer mutuellement.

Citation clé :

pht. Zak Mauger

« C’était une course assez folle », a déclaré Max Verstappen. « Beaucoup de choses se passaient et nous devions être à la hauteur de nos appels. Je pense qu’en tant qu’équipe, nous avons vraiment bien travaillé aujourd’hui, nous sommes restés calmes et je pense que nous avons fait les stands au bon moment. Bien sûr, la voiture de sécurité a bien fonctionné pour nous, mais même après cela, je pense que nous avons bien géré les écarts. J’ai adoré, c’était très amusant. Ce genre de course, on en a besoin de temps en temps !

La suite :

La prochaine étape du calendrier de la F1 2024 sera le Grand Prix d’Espagne, avec le retour du paddock sur le circuit de Barcelona-Catalunya le week-end du 21 au 23 juin.

Communiqué La F1