Hamilton profite d’un mauvais choix stratégique de Norris pour remporter le GP de Russie

Posted by

Lewis Hamilton a remporté sa 100e victoire en Grand Prix lors d’un Grand Prix de Russie qui a débuté sur le sec et s’est terminé sous la pluie, le pilote Mercedes passant tardivement aux pneus intermédiaires pour prendre la tête lorsque le poleman Lando Norris a glissé dans le classement à deux tours de la fin sur les pneus prévus pour le sec. Max Verstappen est passé de P20 à P2, et le pilote Ferrari Carlos Sainz a pris la troisième place après être parti en deuxième position.

Lewis Hamilton, P1

Les pénalités de grille ont fait couler beaucoup d’encre dimanche matin, Valtteri Bottas étant le dernier à en faire les frais, Mercedes ayant installé un nouveau groupe moteur dans sa voiture pour le faire partir 16e, sachant que Max Verstappen partirait 20e (après avoir pris un nouveau moteur Honda plus tôt dans le week-end) et Charles Leclerc 19e avec une nouvelle unité Ferrari. Pour Bottas beaucoup ont dit que c’était une stratégie de Mercedes pour empêcher une remontée du pilote Red Bull, belle manœuvre sportive ?

Max Verstappen, P2. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

En ce qui concerne les pneus, il y avait un mélange de mediums et de durs sur la grille avec les cinq premiers pilotes – Norris en pole, Sainz deuxième, Russell troisième, Hamilton quatrième et Ricciardo en P5 – sur les mediums, et seulement Fernando Alonso partant sixième, Sergio Perez (P8), Pierre Gasly (P11), Bottas, Antonio Giovinazzi (P17), Leclerc et Verstappen partant sur les composés durs.

Bien qu’il soit tombé à la septième place au départ, le rythme d’Hamilton était compétitif sur ses pneus mediums et il s’est arrêté au 27e tour pour les pneus durs, avant Norris – qui avait signé une première pole sensationnelle samedi et s’est battu en duel avec Sainz en début de course – et une fois les séquences d’arrêts au stand terminées au 38e tour, c’est Norris qui menait devant Hamilton. Les deux hommes n’étaient séparés que d’une seconde dans les derniers instants, mais Hamilton ne semblait pas en position de doubler Norris. Et puis la pluie est arrivée.

Carlos Sainz, P3

Le duo de tête, Hamilton et Norris, est resté à l’extérieur après que d’autres se soient arrêtés pour chausser les intermédiaires et c’est le pilote Mercedes qui a pris la décision de rentrer aux stands en premier, à trois de l’arrivée, alors que Norris est resté en piste, sa première victoire en F1 étant presque à portée de main. Le pilote McLaren a fait de son mieux pour garder la tête mais, avec la pluie qui devenait de plus en plus forte, il a finalement glissé hors de la piste et Hamilton l’a dépassé pour la première place.

Norris a finalement terminé septième après être passé par les stands tout à la fin, et s’en est sorti avec une réprimande après avoir franchi deux fois la ligne d’entrée des stands.

Verstappen, qui était 20e sur la grille, a terminé à une incroyable deuxième place après être passé des pneus durs aux pneus moyens à la mi-course après avoir doublé tout le peloton. Et c’est Sainz, de Ferrari, qui a pris la dernière place sur le podium, après avoir brièvement mené devant Norris, avec un passage précoce des mediums aux pneus durs.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P4

Valtteri Bottas est parti de la 16e place et a finalement pris la 5e place après avoir fait un pit-stop pour les mediums juste après Verstappen, tandis que Fernando Alonso est parti de la 6e place et a terminé là avec un long premier relais en pneus durs. Kimi Raikkonen a gardé son sang-froid pour gagner des places sur le mouillé et a terminé huitième, laissant Sergio Perez et George Russell prendre les derniers points pour Red Bull et Williams, respectivement.

Norris a remporté les honneurs du pilote du jour, mais la douleur d’avoir manqué sa première victoire en Grand Prix dans les derniers tours alors qu’il avait longuement mené l’a marqué, dans ce qui doit être considéré comme le Grand Prix de Russie le plus divertissant à ce jour.

Comment cela s’est passé

Les qualifications du Grand Prix de Russie, au cours desquelles Lando Norris s’est emparé de la pole position devant Carlos Sainz, George Russell (Williams) et Lewis Hamilton (Mercedes), se sont déroulées sur la pluie, mais la course a été tout sauf sèche.

Valtteri Bottas, P5

Le leader du championnat Max Verstappen partantt en 20e position pour Red Bull, Charles Leclerc de Ferrari en 19e position, et Valtteri Bottas en 16e position en raison de pénalités moteur. La pénalité de Bottas, annoncée juste avant le Grand Prix de dimanche, était particulièrement importante car il aurait la lourde tâche de retenir Verstappen au départ.

Malgré une probabilité de 70% de pluie, les conditions sont restées sèches pour le départ et la plupart des pilotes ont choisi de partir en mediums, sauf Fernando Alonso (Alpine), Sergio Perez (Red Bull), Pierre Gasly (AlphaTauri), Bottas, Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo), Leclerc et Verstappen, qui sont partis en pneus durs.

Start of Race

A l’extinction des feux, Norris a pris la tête tandis que Sainz s’est glissé à l’intérieur de Russell dans le virage 1, Russell a été forcé de sortir large et de perdre l’aspiration de Norris. Sainz prend la tête dans la zone de freinage du virage 2, Norris et Russell suivent. Pendant ce temps, Stroll a fait un départ étonnant de la septième à la P4, Daniel Ricciardo est resté cinquième et Hamilton est tombé à la septième place derrière Fernando Alonso.

Leclerc a foncé de P19 à P12 avec la ligne intérieure au virage 2, tandis que Verstappen a fait un saut régulier de deux places depuis la dernière, Bottas prenant deux places de P16. La mission de Bottas était peut-être de retenir Verstappen, mais au 6e tour, il a été dépassé pour P14 par le Néerlandais avec facilité à l’intérieur du virage 13.

Verstappen n’a pas tardé à se débarrasser de Leclerc pour se hisser dans le top 10.

Fernando Alonso, P6

Pendant ce temps, Aston Martin a déclenché l’undercut avec Stroll qui est parti de la quatrième place et a émergé 15e au 13e tour. Russell de Williams a répondu depuis la troisième place et a émergé derrière Stroll un tour plus tard.

Sainz a ensuite été rattrapé par Norris sur la ligne droite arrière du circuit, le pilote McLaren passant à l’intérieur du virage 12 et menant la course dans le virage 13, ce qui a conduit l’Espagnol à passer aux stands au 15e tour et à sortir devant Stroll.

Hamilton est resté en piste, mais était toujours coincé derrière Daniel Ricciardo de McLaren en P3 alors que la course approchait du tiers de la distance. Verstappen se rapprochait, en réalisant les tours les plus rapides et il n’était qu’à huit secondes d’Hamilton au 17e tour. Norris continue de mener, son coéquipier reste en P2 alors que McLaren rêve d’un autre résultat époustouflant après leur incroyable doublé à Monza.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P7, alors qu’il a longuement été leader, il a du s’incliner à 4 tours de l’arrivée à cause d’une mauvaise stratégie quand la pluie est apparue, Hamilton a même déclaré que sans la pluie il n’aurait pas pu le passer.

Ricciardo a pris la décision de ravitailler au 23e tour depuis la P2, l’arrêt a été long à son box et est sorti 14e. Bien que Hamilton ait 13 secondes de retard sur le leader Norris, il était enfin sans turbulences et ce qui a suivi a été une rafale de tours rapides. Le Britannique a regagné du terrain, mais a pris la décision de s’arrêter au 27e tour, en passant aux stands pour les pneus durs, tandis que Verstappen a également choisi de passer aux stands (pour les pneus moyens) quelques secondes plus tard. Ils sont sortis respectivement 9e et 12e, mais Verstappen a rapidement arraché la P11 à Russell (qui s’était arrété beaucoup plus tôt) et n’avait plus que Ricciardo entre lui et Hamilton.

Norris a réalisé son arret au 29e tour, un arrêt solide le voyant émerger en P4 – devant un train de voitures – avec Leclerc, Alonso et Perez devant, et aucun d’entre eux n’ayant effectué de stop.

Belle course de Kimi Raïkkönen, P8, qui ne semble pas avoir été perturbé par son Covid. Pht. Xavi Bonilla/DPPI

« Lewis, nous pouvons gagner cette course », c’est ce qu’a dit le patron de Mercedes, Toto Wolff, au 30e tour, après que le Britannique ait éliminé Stroll et Sainz pour la P6. Gasly était le suivant. Puis Hamilton était en P5 au 31e tour, avec Norris juste huit secondes devant.

Hamilton à gagné la course face à Norris en chaussant les intermédiaires au bon moment. Pht. Sebastian Kawka

Ceux qui n’avaient pas fait de ravitaillement étaient en tête et au 35e tour, c’est Leclerc qui est arrivé en premier à son stand, son arrêt n’ayant pas été très rapide – le laissant 13e – tandis que Perez et Alonso suivaient au 37e tour. L’arrêt au stand de Perez a duré près de neuf secondes, mais il est quand même sorti devant Alonso. Grâce à ces changements de pneus lents, Sainz et Ricciardo ont capitalisé.

L’attention se tourne maintenant vers la bataille Norris-Hamilton, les deux pilotes se battent en duel pour la tête et ne sont séparés que d’une seconde. Il semblait que ce serait une course simple entre eux jusqu’à la fin. Jusqu’à ce que les parapluies apparaissent à un peu plus de cinq tours de la fin. Les pilotes parviendront-ils à rejoindre l’arriv en slicks ? Ou faudra-t-il passer aux intermédiaires ?

Hamilton a continué à chasser, résistant aux appels à passer aux intermédiaires alors que d’autres autour de lui passaient aux pneus pluie. Et avec seulement trois tours restants, il a finalement fait le grand saut, émergeant loin derrière Norris – le pilote McLaren en tête, mais en pneus slicks.

Sergio Perez, seulement… P9. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

La pluie tombe, l’écart entre Hamilton et Norris se réduit au fil des virages, puis vient le moment qui change la course : Norris a glissé hors de la piste dans l’avant-dernier tour. Ses espoirs d’une première victoire ont été anéantis de la manière la plus cruelle qui soit, et il est rentré aux stands pour les intermédiaires, recevant une réprimande pour avoir franchi la ligne d’entrée sur son chemin.

Quant à Hamilton, il a pris la tête et l’a conservée jusqu’au dernier tour pour sa 100e victoire en Grand Prix.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B, P10

Verstappen était assuré d’une place dans le top 5 avant que la pluie ne tombe, mais un changement calculé pour de tout nouveaux inters lui a permis de décrocher la P2 à partir de la dernière place sur la grille, assurant que même dans la course la plus mouvementée, il pouvait assurer un podium.

Sainz complète le podium pour Ferrari, après avoir pris la tête de la course au départ et avoir pitché plus tôt que ses rivaux pour rester dans la course, avant de passer parfaitement aux pneus intermédiaires usagés. La quatrième place revient à Daniel Ricciardo, l’Australien, qui a atteint la deuxième place avant de s’arrêter au 23e tour, et dont le rythme en fin de course a été suffisant pour battre Bottas de Mercedes. Les espoirs du Finlandais de terminer dans le top 5 semblaient minces puisqu’il était 14e avant l’arrivée de la pluie, mais il s’est repris sur le mouillé après un arrêt au 47e tour pour les intermédiaires, pour remonter de P17 à P5.

Fernando Alonso, de l’écurie Alpine, est parti de la sixième place et a terminé à cette place après avoir effectué un long premier relais en pneus durs. Il a été classé devant Norris, le pilote McLaren au cœur brisé, qui a remporté les titres de meilleur tour et de pilote du jour pour se consoler.

Kimi Raikkonen a profité de la pluie pour terminer huitième pour Alfa Romeo, tandis que Sergio Perez – qui a perdu à cause d’un arrêt tardif – et Russell ont complété le top 10 pour Red Bull et Williams, en P9 et P10 respectivement.

Russell a pris le dernier point car derrière, Stroll, pilote d’Aston Martin, a connu une fin de course calamiteuse, heurtant son coéquipier Vettel (P12), Pierre Gasly d’AlphaTauri (P13) et faisant un tête-à-queue vers la P11 – avec une pénalité de 10 secondes pour ses ennuis après la course.

Esteban Ocon a pris la 14ème place pour Alpine après être parti en neuvième position, la météo ayant ruiné ses espoirs de points, tandis que Leclerc a été déçu par sa reprise de course et s’est contenté de la P15 après être parti de la 19ème place.

Antonio Giovinazzi, d’Alfa Romeo, est parti en 17e position en raison d’une pénalité moteur prise dimanche, mais il a tout de même terminé devant Yuki Tsunoda, d’AlphaTauri, parti en 12e position et qui a perdu des places après être passé au stand sous la pluie.

Podium

Nikita Mazepin a pris la 19e place pour Haas pour ses débuts en GP à domicile, tandis que Mick Schumacher a été le seul à abandonner, un problème mécanique l’ayant contraint à se retirer dans le garage de Haas au 33e tour.

Lando Norris élu pilote du jour et a réalisé aussi le meilleur tour en course

GP de Russie ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit Stop ici

Championnat pilote ici

Championnat Constructeurs ici

La citation clé

« Je veux juste dire un grand merci à tous ces fans, nous avons un public tellement génial ici. Je sais que le temps n’a pas été le meilleur, mais quelle course nous avons faite. Donc un grand merci à tout le monde en Russie pour nous avoir reçu. Cela a pris beaucoup de temps pour arriver à la [victoire numéro] 100 et je n’étais même pas sûr que cela arriverait.

« Lando a fait un travail incroyable. Il avait un rythme incroyable, il fait un excellent travail pour McLaren, et c’était très doux-amer évidemment de voir mon ancienne équipe devant – ils vont si bien, évidemment ils ont gagné la dernière course – ils sont fantastiques, évidemment propulsés par Mercedes.

« Donc c’est bon de nous voir unis à nouveau et évidemment l’équipe a pris une bonne décision à la fin. Je ne voulais pas laisser Lando partir et bien sûr je ne savais pas ce que la météo allait faire mais je suis incroyablement reconnaissant à tous ces hommes et femmes qui sont ici et à l’usine parce que, wow, 100. » – Lewis Hamilton, Mercedes

Quelle est la prochaine étape ?

Avec la victoire #100, l’avance d’Hamilton pour le titre n’est plus que de deux points sur Verstappen – tandis que Mercedes a 33 points d’avance sur Red Bull. Une semaine pour reprendre notre souffle, puis le Grand Prix de Turquie suivra les 08-10 octobre.

Communiqué la F1

Les clés de la course par Pirelli

Partant de la quatrième place sur la grille, le pilote Mercedes Lewis Hamilton a remporté sa 100 e victoire en Formule 1 et a repris la tête du championnat du monde. Comme presque tous les pilotes, il a complété une stratégie à deux arrêts, passant du C4 moyen P Zero Yellow au C3 dur P Zero White au tour 27, puis aux intermédiaires Cinturato Green dans les derniers tours alors que la pluie tombait. Il a traqué Lando Norris de McLaren, qui a mené la majeure partie de la course depuis la pole position mais n’est passé aux intermédiaires que dans le dernier tour, tombant dans le classement et terminant finalement septième.

Max Verstappen de Red Bull est passé de la 20 e place sur la grille à la seconde, en commençant par les pneus durs avant de passer aux médiums puis aux intermédiaires avec trois tours à faire.

La majorité des pilotes ont commencé sur le pneu moyen, avec sept commençant sur le dur . Avant la pluie, tous les pilotes utilisaient les deux stratégies théoriquement les plus rapides : moyenne à dure ou dure à moyenne.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C3 : Utilisé pour le premier relais par la plupart des pilotes partant de près du fond de la grille, ainsi que par Fernando Alonso d’Alpine qui est parti de la 6e place et a terminé au même endroit. Max Verstappen de Red Bull est passé de l’arrière à la deuxième place lors de son premier relais sur ce composé. Ce pneu a permis à Sergio Perez, Antonio Giovinazzi et Alonso de boucler 36 tours dans le premier relais. Ce pneu a montré un très bon warm-up et une constance solide tout au long de la course.

MEDIUM C4 : Le pneu de départ le plus populaire, avec les cinq premiers sur la grille commençant sur ce composé. Le médium a montré une bonne durabilité, bien qu’avec du grainage de certaines voitures à l’avant gauche. Néanmoins, Norris a bouclé 28 tours sur le médium avant de passer au dur pour son dernier relais.

SOFT C5 : Pas idéalement adapté aux conditions d’aujourd’hui, avec la piste fraîche et « verte » conduisant à un peu de grain. Le seul pilote à l’utiliser aujourd’hui était Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, qui l’a couru pendant deux tours à la fin avant de passer en intermédiaire.

INTERMÉDIAIRE : Un élément clé de l’issue de la course, les pilotes qui ont chaussé ce pneu rapidement au moment de la pluie, comme Hamilton, ont obtenu un avantage crucial dans les derniers tours.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE PIRELLI

« Après les conditions humides d’hier, la pluie a résisté jusqu’aux derniers tours – et elle a décidé de la course. Jusque-là, les pilotes avaient profité des conditions sèches avec une liberté de pneumatiques maximale, car ils pouvaient choisir leurs pneus de avait une allocation complète de slicks inutilisés. La piste de ‘reset’ suite à la pluie a entraîné un peu de glissade et de grainage au début de la course, mais cela a été rapidement surmonté. La résistance à l’abrasion du pneu dur s’est avérée très bien adaptée aux conditions , avec de très longs relais de plus de 35 tours, tandis que le médium a également fait 28 tours aux mains de Lando Norris. se qualifier pour en tirer le maximum de performance quand cela comptait à la fin. »

 

Ils ont dit :

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Mark Thompson/Getty Images

« Wow, nous prendrons certainement ce résultat ! Bien sûr, passer de la dernière à la seconde est très bien et quand je me suis réveillé ce matin, je ne m’attendais vraiment pas à ce résultat. Pour finir là où nous avons fait avec la pénalité que nous avons eue, nous n’avons pas perdu autant de points que nous pouvions en avoir, donc en tant qu’équipe, nous avons fait du très bon travail. C’était un appel crucial pour changer les inters, c’était vraiment glissant sur la piste et nous avons pris une excellente décision avec le timing et avons pris le bon tour jusqu’au stand. Beaucoup de choses peuvent arriver lorsque vous partez du fond de la grille, en particulier dans le premier tour lorsque d’autres voitures se battent, mais nous sommes restés à l’écart des ennuis, nous sommes restés propres et avons très bien géré notre course. La course en elle-même n’était pas très facile,

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

Pht. Mark Thompson/Getty Images

« Le résultat d’aujourd’hui en passant de la 20e à la 2e place est une performance incroyable. Nos félicitations doivent aller à Lewis pour sa 100e victoire, mais deuxième pour nous après avoir pris notre pénalité sur la grille, c’est comme une victoire. Avec six ou sept tours à faire, cela ne semblait pas possible. Dans des conditions météorologiques difficiles comme celles que nous avons eues aujourd’hui, vous pouvez très facilement en sortir comme un héros ou un zéro. C’est une décision si difficile de savoir s’il faut ou non au stand et les pilotes voient et se sentent tellement plus en piste que les ingénieurs sur le mur des stands, et donc la décision a été laissée à Max et Checo de s’arrêter pour les inters ou non. En fin de compte, Max a bien compris et a réussi l’appel pour entrer, et en a bénéficié massivement tandis que Checo a décidé de ne pas s’arrêter et a fini par perdre considérablement, mais ces choses peuvent arriver et la chance a aussi son rôle à jouer. Vous pouviez voir que Sergio n’était pas seul avec les gars devant qui ont essayé de braver le fait d’être si près de la fin de la course, mais finalement cela n’a pas fonctionné. Les deux derniers sites ont historiquement été très forts pour Mercedes, donc n’avoir que deux points de retard dans le championnat des pilotes est positif, et je suis heureux que nous ayons éliminé notre pénalité de groupe moteur ici et que nous ayons réussi à récupérer avec un podium. Tout le monde dans l’équipe apprécie vraiment ce championnat, nous nous sommes remis dans une position compétitive et tout dépendra de ces sept dernières courses, de la bonne stratégie, du rythme et des pénalités vont aussi jouer un rôle. . Ça va être fascinant de voir comment ça se déroule. En ce qui concerne la Turquie, ce fut une course intéressante avec la nouvelle surface l’année dernière. Espérons que cela s’est arrangé maintenant, mais nous avons vraiment hâte et le résultat d’aujourd’hui met tout en place dans le championnat. Ce sera une compétition phénoménale.

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo Racing ORLEN :

Pht. Joao Filipe/DPPI

« La course s’est avérée très excitante et nous rentrons à la maison avec une bonne récolte de points. Malgré un samedi difficile, nous sommes entrés dans la course avec un optimisme tranquille car nous savions que nous serions en mesure de nous battre. Kimi a pris un bon départ pour passer à la 10e place, tandis qu’Antonio a été touché et a dû se remettre de l’arrière. Il a fait quelques bons combats et a fait de belles passes de dépassement – ​​d’autant plus qu’il n’avait pas de radio. Kimi a pu rester avec Ocon pendant la majeure partie de la course, juste en dehors des points, et quand la pluie est arrivée, nous avons fait le bon choix pour nous arrêter pour les inters. Il a réussi à regagner du terrain et à franchir la ligne en P8, quatre bons points pour l’équipe. C’est un bon résultat, une récompense pour le travail accompli jusqu’à présent et un regain de confiance avant la prochaine course en Turquie, dans deux semaines.

Kimi Räikkönen :

Pht. Xavi Bonilla/DPPI

« Il était un bon résultat pour lequel nous nous sommes battus. Nous pouvions suivre nos concurrents sur le sec mais les dépasser n’était pas facile, surtout dans les trains DRS. Au final, nous avons fait le bon choix pour les pneus : je pensais que ça devenait trop humide et nous avons choisi de boxer, ce qui nous a vraiment aidé au final. Nous avons fait de notre mieux et nous avons quelques points à montrer. »

Pierre Gasly :

Pht. Bryn Lennon/Getty Images

« Ce n’est pas vraiment un super week-end pour nous, nous avons raté une grosse opportunité hier en qualifications et encore aujourd’hui nous avons pris la mauvaise décision avec les slicks, ce qui signifie malheureusement que nous avons terminé hors des points. Le rythme était fort ici et je pense que nous avons fait un bon premier relais, mais nous n’avons tout simplement pas profité de toutes les opportunités qui nous ont été données ce week-end, ce qui est vraiment dommage. Nous devons tout revoir à partir d’aujourd’hui et déterminer comment tirer le meilleur parti de ces conditions à l’avenir. C’est un week-end à oublier, mais nous avons une bonne équipe et je suis convaincu que nous pourrons rebondir lors du prochain.

Fernando Alonso :

Nous avons fini sixièmes, mais je pense que la troisième place reflète davantage notre position finale aujourd’hui. Avec l’arrivée aussi tardive de la pluie, tout n’a été qu’une question de chance sur la fin. C’était à pile ou face. Certaines voitures se sont arrêtées un tour plus tôt et j’étais troisième quand il a vraiment commencé à pleuvoir. C’était impossible à prévoir. Néanmoins, cette sixième place est un bon résultat pour nous et nous le méritons. Nous avions l’air compétitifs tout au long de la course, donc il y a beaucoup de points positifs à retenir.

Marcin Budkowski, directeur exécutif Alpine :

Le bilan est mitigé aujourd’hui. Nous marquons huit points, mais nous avons manqué une occasion de terminer sur le podium. Nous avions choisi de partir sur deux stratégies différentes. Fernando avec les pneus durs avait l’objectif de s’arrêter le plus tard possible pour profiter d’une éventuelle voiture de sécurité ou de la pluie. Les deux pilotes ont effectué un premier relais solide, Esteban passant plus tôt aux stands avec les médiums. Malheureusement, il a perdu de l’adhérence avec les durs en fin de course. Fernando gérait très bien ses gommes et affichait un excellent rythme jusqu’aux premières gouttes. À ce stade, le défi était de prédire si les averses allaient s’intensifier ou s’arrêter. C’était un peu une loterie. Fernando gagnait des positions en slicks sous le crachin, donc nous avons décidé de le laisser en piste. La deuxième place était à notre portée si la pluie s’était calmée, mais cela a hélas été l’inverse et nous l’avons fait rentrer un tour trop tard. C’était la même chose avec Esteban. Il était en dehors des points et nous devions faire un pari : rentrer tôt pour les intermédiaires ou le garder en piste avec les slicks. Nous avons choisi la deuxième option et nous avons manqué de réussite. Nous quittons Sotchi avec huit points alors que nos plus proches rivaux n’en ont marqué aucun, donc il s’agit globalement d’un bon résultat pour le championnat même si nous estimons que nous aurions pu mieux faire aujourd’hui.

George Russell :

 

Je pensais que nous avions une très bonne course aujourd’hui. Nous avons tenu bon et n’avons fait aucune erreur stupide et c’était notre Grand Prix tout au long. Nous avons occupé la troisième place pendant les 12 premiers tours et c’était assez amusant de se battre pour cette position, en essayant de garder des voitures comme la McLaren, la Mercedes et l’Aston Martin derrière et nous devons en être fiers. J’ai eu du mal à la fin avec le pneu intermédiaire car j’étais sur un train d’occasion après avoir passé tous nos trains en qualifications hier. Au final, c’est un autre point sur le plateau donc on va le prendre. Ce n’était pas le résultat de rêve mais avant le week-end si on nous avait offert un 10e et un autre point, nous l’aurions pris. Dans l’ensemble, je pense que c’était une bonne course.

Lewis Hamilton :

Pht. Steve Etherington

Waouh… 100 ! Cela a pris beaucoup de temps et je n’étais même pas sûr que le 100e viendrait ! En allant me coucher hier soir, je n’étais pas le plus heureux du travail que j’ai fait hier. J’ai regardé la rediffusion encore et encore; c’étaient des erreurs subtiles mais j’étais tellement déterminé à arranger les choses quand je me suis réveillé ce matin.

Aujourd’hui a été difficile – j’ai perdu beaucoup de terrain au départ, essayant juste d’éviter les ennuis. J’ai été patient et à la fin, quand la pluie est arrivée, je n’ai pas voulu laisser Lando partir en boxe. Bien sûr, je ne savais pas ce que la pluie faisait, c’était juste mon ressenti mais je suis incroyablement reconnaissant à l’équipe de stratégie pour le travail qu’elle a fait aujourd’hui. Obtenir près de 100 victoires n’aurait pas été possible sans le travail acharné des hommes et des femmes d’ici et de retour à l’usine, je leur en suis très reconnaissant – c’est tellement spécial.

Lando a fait un travail incroyable aujourd’hui, il avait un rythme incroyable et il fait un excellent travail pour McLaren. C’était doux-amer de voir mon ancienne équipe en tête, ils sont si bien propulsés par Mercedes et c’est bon de les voir à nouveau unis. Max a fait du bon travail pour remonter de l’avant-dernière, la bataille continue et nous savons que nous devons être au top de notre forme sur les courses restantes.

Toto Wolff :

Pht. Sebastian Kawka

Ces derniers tours ont été si intenses, mais nous avons réussi à faire les bons choix et à mener le peloton jusqu’à la ligne d’arrivée. Un grand bravo à Lewis pour sa 100e victoire. Ce à quoi nous assistons est tout simplement époustouflant. On en parlera dans les prochains jours, mais ce ne sera que dans des années que nous réaliserons que nous avons tous fait partie de ce voyage. Un voyage qu’aucun autre pilote dans l’histoire de la F1 n’a fait jusqu’à présent. C’est au-delà des victoires en course et des victoires en championnat, c’est la partie très humaine de tout cela.

En termes de course, je pense qu’il aurait été difficile de dépasser Norris sur le sec, car Lewis a eu du mal à dépasser Ricciardo même avec le DRS. Norris a très bien géré la course, qui sait ce qui se serait passé si la pluie n’était pas arrivée, mais c’est arrivé. Ce genre de décision est extrêmement difficile, il a commencé à pleuvoir sur la moitié du circuit, mais nous avons pris l’appel et cela a payé. Nous avions pris l’appel un peu plus tôt avec Valtteri, et cela l’a mis en lice après une course difficile et il a fait un excellent travail pour monter dans le peloton et dans le top cinq. Un grand bravo à toute l’équipe pour tout leur travail et leurs efforts, cela fait un petit moment que nous n’avons pas remporté de victoire en course mais je sais que des résultats comme celui-ci inciteront encore plus tout le monde à continuer jusqu’à la fin de la saison.

Carlos Sainz #55 :

Pht. Scuderia Ferrari

Ce fut un week-end difficile mais positif pour moi, composé d’une bonne qualification et d’une course offensive dans laquelle j’ai tout donné. J’ai réussi à prendre un départ parfait malgré le départ de la partie sale de la piste et j’ai freiné dans le virage 2 en prenant tous les risques nécessaires pour dépasser Lando par l’extérieur et prendre la première position. Malheureusement, après quelques tours, nous avons commencé à avoir du grain sur les pneus et je n’ai pas pu garder la tête plus longtemps car j’ai dû m’arrêter tôt pour le ravitaillement.

Après la pause, nous avons fait un excellent travail en gérant le pneu dur alors que nous étions dans la circulation, en poussant lorsque nous avions une piste dégagée et ce faisant, nous avons obtenu la troisième place sans trop de soucis. Mais ensuite la pluie est arrivée et tout s’est compliqué. Avec les vélos Hard que j’avais dans la voiture, il était immédiatement clair que nous devions nous arrêter pour passer aux pneus intermédiaires et avec l’équipe, je pense que nous avons trouvé le bon moment pour nous arrêter, nous confirmant en troisième position.

C’est un podium et nous ne pouvons que nous en réjouir, mais en tant qu’équipe, nous devons analyser ce qui peut être mieux fait pour être sûr que la prochaine fois une Ferrari sera en tête et que nous serons moins vulnérables que nos rivaux. Il reste du temps avant la prochaine course et nous nous préparerons aussi bien que possible à cet égard également.

Charles Leclerc # 16 :

Pht. Scuderia Ferrari

Quel final décevant pour une course qui avait été extrêmement positive jusqu’aux phases finales !

J’ai bien commencé, gagnant plusieurs positions. Tout semblait bien se passer, mon rythme était solide et j’ai pu doubler sans trop d’effort.

Puis tout a changé lorsqu’il a commencé à pleuvoir en fin de course. Carlos était devant et a décidé de s’arrêter pour monter des pneus intermédiaires, alors que j’avais encore quelques doutes. J’ai essayé de refaire un tour avec les slicks en espérant que la pluie diminue, mais au lieu de cela, il a commencé à pleuvoir et il était impossible de continuer sans changer les pneus même s’il ne restait que deux tours à faire. Cet arrêt a mis fin à ma course et c’était vraiment dommage.

Félicitations à Carlos et à l’équipe pour avoir remporté cette splendide troisième place.

Mattia Binotto Team Principal :

Pht. Scuderia Ferrari

Une course très intense et difficile aujourd’hui, qui s’est terminée par une place sur le podium. Celui de Carlos a été un excellent week-end, aussi bien hier en qualifications qu’aujourd’hui en course : la troisième place représente une belle récompense pour le travail accompli. Charles reste les mains vides à l’issue d’un week-end qui a commencé en montée avec la pénalité mais qui, aujourd’hui en course, a une nouvelle fois mis en lumière son grand talent : un beau départ, un excellent rythme de course et la juste agressivité pour dépasser. .

Nous savons qu’en tant qu’équipe, nous devons toujours essayer de nous améliorer dans tous les domaines. Ici, nous avons introduit une mise à niveau du système de groupe motopropulseur hybride qui a fonctionné comme prévu et nous a donné un peu plus en termes de performances. Mais nous n’étions pas parfaits dans d’autres domaines – je pense aux arrêts aux stands et à la gestion du choix des pneus avec Charles dans ce dernier moment chaotique de la course alors que les choses fonctionnaient bien avec Carlos – et nous chérirons l’expérience acquise aujourd’hui.

 

English Information

Hamilton takes 100th F1 victory after late rain shower denies long-time leader Norris at Sochi

Lewis Hamilton took his 100th Grand Prix victory in a Russian Grand Prix that started in dry conditions and ended under rain, the Mercedes driver making a late switch to intermediate tyres to take the lead when pole-sitter Lando Norris agonisingly slid out of the lead with just two laps left. Max Verstappen made it from P20 to P2, and Ferrari’s Carlos Sainz took third having started second.

Grid penalties were the talk of the town on Sunday morning with Valtteri Bottas the latest to take the hit, Mercedes putting a new power unit into his car to see him start 16th with the knowledge that Max Verstappen would start 20th (having taken a new Honda engine earlier in the weekend) and Charles Leclerc 19th with a new Ferrari unit.

As for tyres, there was a mix of mediums and hards on the grid with the first five drivers – Norris on pole, Sainz second, Russell third, Hamilton fourth and Ricciardo in P5 – on mediums, and only Fernando Alonso starting sixth, Sergio Perez (P8), Pierre Gasly (P11), Bottas, Antonio Giovinazzi (P17), Leclerc and Verstappen starting on the hard compounds.

Although he fell to seventh at the start, Hamilton’s pace was competitive on his medium tyres and he pitted on Lap 27 for hards, before Norris – who had scored a sensational first pole on Saturday and duelled with Sainz early in the race – and once the pitstop sequences had finished by Lap 38 it was Norris leading a rapid Hamilton. The pair were just one second part in the closing stages. And then the rain hit.

Lead pair Hamilton and Norris stayed out after others pitted for inters and it was the Mercedes man who made the decision to pit first, switching with three laps left – as Norris stayed out, a first ever F1 victory almost within touching distance. The McLaren driver did his best to keep the lead but, with the rain getting heavier by the second, he eventually slid off the track and Hamilton passed him for P1.

Norris eventually finished seventh having pitted at the very end, and escaped with a reprimand after crossing the pit entry line twice on his way in.

Verstappen, from 20th on the grid, finished an incredible second after switching from hards to mediums midway through the race and cruising through the field. And it was Ferrari’s Sainz who took the final podium place – having briefly led over Norris – with an early switch to hards from mediums.

Valtteri Bottas started 16th but took fifth having pitted for mediums just after Verstappen, while Fernando Alonso started sixth and finished there with a long first stint on hard tyres. Kimi Raikkonen kept his cool to make up places in the late wet conditions and finished eighth – leaving Sergio Perez and George Russell to take the final points for Red Bull and Williams, respectively.

Norris came away with Driver of the Day honours, but the pain of having a maiden Grand Prix victory wrenched away from him in the final laps with the rain falling at Sochi, in what must go down as the most entertaining and dramatic Russian Grand Prix to date.

As it happened

Qualifying for the Russian Grand Prix, in which Lando Norris took a shock pole position ahead of Carlos Sainz and Williams’ George Russell and Mercedes’ Lewis Hamilton, may have been a wet session – but the race would prove to be anything but a dry affair.

Championship leader Max Verstappen would start 20th for Red Bull, Ferrari’s Charles Leclerc 19th, and Valtteri Bottas 16th thanks to engine penalties. Bottas’s penalty, announced just before the Grand Prix on Sunday, was of particular significance as he would have the tough job of holding Verstappen off at the start.

Despite a 70% chance of rain, conditions stayed dry for the start and most of the drivers opted to start on mediums bar Alpine’s Fernando Alonso, Red Bull’s Sergio Perez, AlphaTauri’s Pierre Gasly, Bottas, Alfa Romeo’s Antonio Giovinazzi, Leclerc and Verstappen, who began on hard tyres.

As the lights went out, Norris led away while Sainz squeezed into the inside of Russell going into the kink at Turn 1, Russell forced to go out wide and losing Norris’s slipstream. Sainz took the lead into the Turn 2 braking zone while Norris and Russell followed. Meanwhile, Stroll had made a stunning start from seventh to go P4, Daniel Ricciardo stayed fifth and Hamilton had fallen to seventh behind Fernando Alonso.

Leclerc charged from P19 to P12 with the inside line at Turn 2 while Verstappen made a steady jump up two places from last, Bottas taking two places from P16. Bottas’s mission may have been to hold off Verstappen but on Lap 6, he was passed for P14 by the Dutchman with ease down the inside of Turn 13.

Verstappen had a new Honda engine in his car but the same drive and talent that has seen him produce stunning drives from the back before. He would soon pick off Leclerc on his way into the top 10.

Meanwhile, Aston Martin triggered the undercut with Stroll pitting from fourth and emerging 15th in free air on Lap 13. Williams’ Russell responded from third and emerged behind Stroll a lap later.

Sainz was then caught by Norris on the back straight, the McLaren driver going down the inside of Turn 12 and leading the race into Turn 13, causing the Spaniard to pit for hards on Lap 15 and emerge ahead of Stroll.

Hamilton stayed out, hoping for track position, but was still stuck behind McLaren’s Daniel Ricciardo in P3 as the race neared one-third distance. Verstappen was getting too close to comfort, setting fastest laps – and he was just eight-seconds behind Hamilton on Lap 17. Norris continued to lead, his team mate holding station in P2 as McLaren dreamed of another stunning result after their amazing one-two at Monza.

Ricciardo made the decision to pit on Lap 23 from P2 and a slow release from his box saw the Australian lose a few seconds and emerge 14th. Although Hamilton was 13 seconds behind leader Norris, he was finally in clean air and what followed was a flurry of rapid tours of Sochi. The Briton made up ground but bit the bullet on Lap 27, pitting for hards – while Verstappen also chose to pit (for mediums) seconds later. They emerged ninth and 12th, respectively, but Verstappen soon swiped P11 off Russell (who had pitted much earlier) and only had Ricciardo between himself and Hamilton.

Norris responded to the championship protagonists’ pistops on Lap 29, a solid stop seeing him emerge in P4 – ahead of a massive train of cars – with Leclerc, Alonso and Perez ahead, and none of them having pitted.

“Lewis, we can win this race,” were the words from Mercedes boss Toto Wolff on Lap 30 after the Briton dispatched Stroll and Sainz for P6. Gasly was next. Then Hamilton was up to P5 on Lap 31, with Norris just eight seconds ahead.

Those who hadn’t pitted were leading and on Lap 35 it was Leclerc who came in first, his stop not so quick – leaving him 13th – while Perez and Alonso followed on Lap 37. Perez’s pit stop lasted nearly nine seconds but he still emerged ahead of Alonso. Thanks to those slow tyre changes, Sainz and Ricciardo capitalised.

Now attention turned to the matter of the Norris-Hamilton battle, the two drivers duelling for the lead and just a second apart. It looked like it would be a straightforward race between them until the end. That was, until the umbrellas emerged with just over five laps remaining. Would the drivers make it home and dry on slicks? Or would a switch to intermediates be necessary?

Hamilton continued to chase, resisting calls to pit to inters as others around him switched to the green-banded rain tyres. And with just three laps left he would finally take the plunge, emerging well behind Norris – the McLaren driver leading, but on slick tyres.

The rain tumbled down, the gap between Hamilton and Norris shrinking by the corner, and then came the moment that changed the race: Norris slid off the track on the penultimate lap. His hopes of a maiden win were over in the cruellest fashion, and he limped back to the pits for those intermediates, collecting a reprimand for crossing the entry on his way in.

As for Hamilton, he duly took the lead and held it for the last lap for his 100th Grand Prix win.

Verstappen was assured a top five finish before the rain fell, but a calculated switch to brand new inters helped him clinch P2 from last on the grid, ensuring that even in the most eventful race, he could secure a podium – albeit 53 seconds off his rival Hamilton.

Sainz completed the podium for Ferrari, having gained the lead at the start and pitted earlier than his rivals to stay in the hunt before a pitch-perfect switch to used intermediates. In fourth was Daniel Ricciardo, the Australian up to P2 before pitting on Lap 23, his late-race pace proving enough to beat Mercedes’ Bottas. The Finn’s hopes of a top-five finish seemed slim as he was running in 14th before the rain came, but he rallied in the wet after a Lap 47 stop for inters, to pull of a fortunate recovery to P5 from P17.

Alpine’s Fernando Alonso started sixth and finished there having pulled off a long first stint on hard tyres. He was classified ahead of Norris, the heartbroken McLaren driver picking up Fastest Lap and Driver of the Day honours as a consolation.

Kimi Raikkonen enjoyed the rain to finish eighth for Alfa Romeo, while Sergio Perez – who lost out thanks to a slow late stop – and Russell rounded out the top 10 for Red Bull and Williams, in P9 and P10 respectively.

Russell took the final point as behind, Aston Martin racer Stroll had a calamitous end to the race, hitting team mate Vettel (P12), Pierre Gasly of AlphaTauri (P13) and spinning on his way to P11 – with a 10-second penalty for his troubles after the race.

Esteban Ocon took 14th for Alpine having started ninth, the weather ruining his hopes of points, while Leclerc’s recovery drive ended in disappointment as he settled for P15 from 19th.

Alfa Romeo’s Antonio Giovinazzi started 17th thanks to an engine penalty taken on Sunday, but still finished ahead of AlphaTauri’s Yuki Tsunoda – who started 12th and lost places after pitting as the rain fell.

Nikita Mazepin took 19th for Haas in his home GP debut – while Mick Schumacher was the sole retiree with a mechanical issue seeing him retreat to Haas’s garage on Lap 33.

The key quote

“I just want to say a big thank you to all these fans; we’ve got such a great crowd here. I know it’s not been the best weather but what a race it provided. So a big thank you to everyone in Russia for having us. It’s taken a long time to obviously get to [win number] 100 and I wasn’t even sure whether or not it would come.

“Lando did such an amazing job. He had incredible pace, he’s doing such a great job for McLaren, and it was very bittersweet obviously to see my old team ahead – they’re doing so well, obviously they won the last race – they’re doing fantastic, obviously powered by Mercedes.

« So it’s good to see us united again and obviously the team made a great call right at the end. I didn’t want to let Lando go and of course I didn’t know what the weather was doing but I’m incredibly grateful to all these men and women that are here and back at the factory because, wow, 100.” – Lewis Hamilton, Mercedes

What’s next?

With victory #100, Hamilton’s title lead stands at just two points over Verstappen – while Mercedes are 33 points ahead of Red Bull. One week to catch our breath, and then the Turkish Grand Prix follows on October 08-10.