F1, vue d’ensemble du GP de Belgique

Posted by

Par Pirelli

« POURQUOI NOUS AVONS CHOISI CES PNEUS »

La Formule 1 est de retour après sa pause estivale avec des gommes de milieu de gamme pour le Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps : la première course du deuxième triplé de la saison 2021. En Belgique, le C2 sera le P Zero White hard, le C3 sera le P Zero Yellow medium, et le C4 sera le P Zero Red soft.

Il s’agit de la même nomination que l’année dernière, qui était un pas plus tendre que les pneus nominés en 2019 .

Spa, bien connu comme l’une des pistes les plus excitantes du calendrier, contient un large éventail de demandes différentes sur le plus long circuit de la saison.

CARACTÉRISTIQUES DE LA PISTE

Spa, situé dans les contreforts des Ardennes, est bien entendu synonyme de météo changeante, qui peut aussi varier selon les différentes parties du circuit . Bien que la course de l’année dernière ait été sèche, il y a toujours de fortes chances que les pneus pluie Cinturato fassent leur apparition à un moment donné du week-end.

Les forces exercées sur les pneus au Grand Prix de Belgique sont élevées, en particulier au célèbre complexe Eau Rouge- Raidillon, où les pneus sont soumis à une compression féroce et à de fortes forces g sur l’une des parties les plus rapides de la piste.

La ligne droite de Kemmel, longue de près de 800 mètres, a pour effet de refroidir les pneus, ce qui affecte l’adhérence dans les virages suivants . En effet, de la sortie de La Source jusqu’aux Combes (qui suit la ligne droite de Kemmel) c’est une distance d’un peu plus de deux kilomètres sans aucun freinage.

Le Grand Prix de Belgique de l’année dernière a été remporté avec une stratégie à un arrêt moyen-dur : la même tactique choisie par les trois du podium. Ils ont changé pendant une longue période de voiture de sécurité à partir du 11e tour qui a fortement influencé la stratégie, tous sauf deux pilotes s’arrêtant sous la voiture de sécurité.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE

« Le Grand Prix de Belgique marque notre troisième visite à Spa en un mois dans des contextes très différents, après les 24 Heures de Spa, le Rallye de Belgique d’Ypres – qui a connu son dernier jour à Spa – et maintenant la Formule 1. Les enjeux de cette piste, notamment côté météo, sont bien connus, de même que les charges exercées sur les pneumatiques. L’an dernier, les trois premiers se sont qualifiés sur le pneu médium, alors que le soft offrait un bon gain d’adhérence mais nécessitait plus de gestion. pas considéré comme un pneu de course optimal. La majorité des pilotes sont passés de moyen à difficile, avec l’arrêt au stand dicté par la voiture de sécurité au 11e tour pour la plupart d’entre eux. Nous avons donc pu voir un mélange intéressant de stratégies cette année.

AUTRES ACTUALITÉS PIRELLI

Pirelli était pour la dernière fois à Spa il y a à peine deux semaines, avec la piste de course formant la finale du Rallye d’Ypres en Belgique, remportée par le héros local de Hyundai, Thierry Neuville.

Les 24 Heures de Spa du début du mois ont été remportées par l’équipage Ferrari de Come Ledogar, Nicklas Nielsen et Alessandro Pier Guidi, remportant la première victoire du constructeur italien en course depuis 2004.

Ferrari, McLaren et Mercedes ont participé au dernier test de pneus F1 18 pouces 2022 après le Grand Prix de Hongrie : il ne reste plus qu’une séance d’essais de prototypes cette année au Paul Ricard, à la mi-septembre.

Les horaires

Par Alpha Tauri

Pierre Gasly :

Pierre Gasly et la Scuderia AlphaTauri déposent des fleurs sur le lieu de l’accident du pilote de F2 Anthoine Hubert.. Pht. Dan Mullan/Getty Images

« En tant que pilote, vous pouvez réfléchir à votre dernier résultat de course jusqu’à ce qu’il soit temps de vous remettre sur la bonne voie. Donc, le résultat à Budapest était la meilleure façon de terminer la première moitié de saison, car j’ai pu en profiter pendant la trêve estivale. Nous avons réalisé une très bonne qualification, cinquième plus rapide, donc premier du « reste » derrière les deux meilleures équipes. En course, une fois de plus, j’ai manqué de chance et j’ai reculé pour éviter le chaos au premier virage. Cela signifiait que nous ne pouvions pas vraiment tirer le meilleur parti de nos performances en qualifications. Mais nous nous sommes battus presque en dernier, une belle bagarre pour terminer cinquième. Marquer des points avec les deux voitures était important et, pour moi, entrer dans l’échappée en huitième place au classement des pilotes a également été un exploit très satisfaisant.

De Hongrie, je suis allé directement en Espagne où j’ai rencontré d’autres chauffeurs pour un moment de plaisir et de détente et après cela je suis rentré en France où j’ai passé du temps avec des amis que j’ai depuis l’enfance, me reposant généralement mais gardant aussi avec mon programme d’entraînement, car la forme physique va être importante dans la seconde moitié de l’année très chargée. Je me sens prêt pour ça !

Revenir à Spa est une belle façon de recommencer à courir. Spa est l’une de mes pistes préférées, j’adore ça et j’ai toujours bien réussi ici. Je me souviens particulièrement que c’est ici que j’ai remporté ma première victoire en monoplace. Alors, plein de bons souvenirs, même si on n’oubliera jamais 2019 et les émotions liées à Anthoine (Hubert). Le tracé de la piste est incroyable et produit généralement de bonnes courses. J’espère que nous pourrons commencer cette deuxième partie de saison, en continuant là où nous nous sommes arrêtés en Hongrie, après une agréable pause estivale, en étant pleinement rechargés pour la période très chargée qui nous attend, en particulier les triples. »

Yuki Tsunoda :

Yuki Tsunoda of Japan and Scuderia AlphaTauri. Pht. Mark Thompson/Getty Images

« La première moitié de la saison dans l’ensemble était vraiment intéressante et agréable, beaucoup de choses à ce sujet étaient inattendues pour moi. Cela ne correspondait pas vraiment à ce que j’avais imaginé avant le début de la saison. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas et parfois ma performance était très irrégulière. Mais dans l’ensemble, je suis assez content car j’ai réussi à marquer des points, aidant la Scuderia AlphaTauri à être la seule équipe à marquer des points dans chaque course jusqu’à présent cette année. Nous devons continuer dans cette voie maintenant que nous commençons la seconde moitié de l’année !

Après la Hongrie, je me suis dirigé directement vers le simulateur de Milton Keynes pour faire la corrélation pour le Hungaroring et aussi regarder les trois pistes suivantes. Ensuite, je suis allé en Italie et j’ai passé du temps à trier ma nouvelle maison, qui est très proche de l’usine de Faenza. J’étais définitivement prêt pour une pause et je l’ai apprécié.

C’est super que nous recommencions à courir à Spa, car j’ai de très bons souvenirs de cette piste. L’année dernière en Formule 2, j’ai remporté la Feature Race en partant de la pole position et l’année précédente en Formule 3, c’est ici que j’ai décroché mon premier podium dans la catégorie. J’aime la piste, donc je l’attends avec impatience et je pense que ce sera l’un des circuits qui se sentira très spécial dans une voiture de Formule 1 pour la première fois, ce sera une expérience particulièrement intéressante de voir comment une voiture de F1 passe par Eau Rouge.

 

Par Alpine F1 Team

Alpine F1 Team présente en avant-première le douzième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021, le Grand Prix de Belgique.

 

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur exécutif Marcin Budkowski partagent leurs réflexions sur le légendaire Spa-Francorchamps.

Esteban Ocon (FRA) and Ferrnando Alonso (ESP) Alpine F1 Team.

Esteban Ocon :

« Je ne m’attendais pas à participer à cette course après la pause estivale en tant que dernier vainqueur de la course de Formule 1 ! C’est toujours un sentiment incroyablement spécial et c’était très bien chronométré car j’ai passé les dernières semaines à me détendre en famille. et les amis le laissent pénétrer… Je peux vous dire que cela semble vraiment réel maintenant ! Il est maintenant temps de se concentrer sur le redémarrage de la saison et cela commence en Belgique. Nous avons apprécié le moment en Hongrie et, bien sûr, répéter ce sentiment serait fantastique, mais nous resterons réalistes et ferons de notre mieux pour un bon résultat. La météo pourrait être intéressante, donc, s’il fait sec ou humide, nous serons prêts à saisir n’importe quelle opportunité. »

Fernando Alonso :

« J’ai pris du temps pour recharger mes batteries car la première moitié de saison a été longue. J’ai fait du vélo et passé du temps avec ma famille et mes amis. Cependant, et je me suis bien amusé sur ma piste de karting à la maison. Spa est un grand circuit et un plaisir de courir dans une voiture de Formule 1. Prendre l’Eau Rouge à plat dans ces voitures modernes sera incroyable. C’est un circuit assez traditionnel dans un manière et offre toujours une bonne course pour les fans. La météo peut parfois être imprévisible, nous devons donc capitaliser sur toute opportunité comme nous l’avons fait à Budapest. « 

Marcin Budkowski :

« Nous nous dirigeons vers Spa après avoir remporté le dernier Grand Prix avant la pause estivale, ce qui, clairement, n’était pas quelque chose à quoi nous nous attendions ! Ce n’était pas une victoire basée sur une performance complète et pure car certaines circonstances externes y ont contribué. , mais l’opportunité s’est présentée à nous et nous étions là pour la saisir – avec style – puisque nous avons mené 67 des 70 tours de la course. Même si quelques semaines se sont écoulées depuis le Grand Prix de Hongrie, il y a toujours un bon buzz au sein l’équipe alors que nous nous dirigeons vers la Belgique. C’était aussi fantastique de voir Esteban rebondir après quelques courses difficiles et remporter sa première victoire en Grand Prix. C’est une étape très importante pour l’équipe et un énorme coup de pouce moral pour tout le monde à Enstone et Viry . Maintenant que nous savons à quel point la victoire a bon goût, nous allons travailler encore plus dur pour atteindre nos objectifs et devenir un concurrent régulier à l’avenir. »

Par Mercedes

Après la pause estivale, la seconde moitié de la saison 2021 de Formule 1 débute à Spa-Francorchamps pour le Grand Prix de Belgique.

 

Toto parle de la Belgique :

 

Cela a certainement été l’une des saisons de F1 les plus intenses dont je me souvienne, jusqu’à présent. La bataille est loin d’être terminée et après quelques semaines loin de la piste, nous sommes tous très impatients de nous remettre au travail.

L’arrêt est un moment tellement important pour toute l’équipe. La chance de se détendre et de se ressourcer est inestimable, surtout avec une seconde moitié de saison aussi chargée et le combat que nous avons devant nous. Nous sommes tous des coureurs dans l’âme, alors même si nous avons profité d’un congé bien mérité, nous sommes également impatients de nous remettre à faire ce que nous aimons : la course !

Nous nous dirigeons vers Spa-Francorchamps en bonne position. Nous menons les deux championnats et la W12 se sent mieux, après les améliorations introduites à Silverstone et une performance encourageante en Hongrie. Mais nous savons qu’il y a un long chemin à parcourir et tant de choses peuvent encore arriver en cette saison de hauts et de bas.

Spa est une piste que nous connaissons et aimons tous, l’un des vrais classiques de la F1 avec ses virages emblématiques, ses longues sections à plat et ses paysages magnifiques. C’est une piste extrêmement difficile à la fois pour les pilotes et les voitures, avec le tour le plus long de la saison, de nombreux dénivelés et des forces g très élevées.

La météo est également notoirement imprévisible à Spa et nous jette toujours une boule de courbe. Le Grand Prix de Belgique produisant toujours des courses passionnantes et amusantes, c’est l’endroit idéal pour commencer la seconde moitié de la saison. L’amener sur !

Vitesse et rapports de boite par Mercedes

Dossier d’information : Grand Prix de Belgique

 
  • Spa-Francorchamps est la piste la plus longue de F1 avec une distance au tour de 7,004 kilomètres, et donc le Grand Prix de Belgique a le plus petit nombre de tours de course, avec seulement 44.
  • La longue distance au tour à Spa pose quelques défis uniques, par exemple si une voiture subit des dommages au début du tour, c’est un long chemin vers les stands. Le temps est également très changeant et les conditions peuvent varier d’un coin à l’autre. Un tour plus long signifie également que les équipes ne peuvent pas faire autant de tours dans leurs plans d’essais et de qualifications, donc les pilotes ont moins d’occasions de s’entraîner à chaque virage et de trouver la limite.
  • Les forces latérales de 5,3 g subies par les pilotes dans Pouhon (10e virage) à Spa-Francorchamps sont les plus élevées de la saison.
  • Les pilotes ont planté le pied sur l’accélérateur pendant près de 23 secondes et sur 1 875 mètres du tracé de la piste de Spa, de La Source (virage 1) à la zone de freinage des Combes (virage 5). La course à plat du virage 14 au virage 18 est légèrement plus courte.
  • En raison de la longue course jusqu’au virage 5, la sortie de La Source est l’une des sections les plus importantes du tour, surtout dans le premier tour lorsque le peloton est groupé. Le virage est très cambré, il est donc facile de bloquer le pneu avant droit et de faire une erreur.
  • Spa-Francorchamps a le plus grand dénivelé en F1, avec environ 100 mètres de dénivelé entre le point le plus haut (Les Combes, virage 7) et le point le plus bas (Stavelot, virage 15).
  • Les pilotes et les voitures subissent une forte compression d’efforts lors de la navigation sur le tronçon Eau Rouge et Raidillon (virages 2 et 3), en raison de l’entrée en descente et de la sortie en montée. Les conducteurs roulent presque à Vmax (vitesse maximale de la voiture), allant à peu près aussi vite que la voiture peut aller à la fin de cette ligne droite, avant de traverser cette section. Cela signifie qu’il y a 3g de compression verticale.
  • En raison de la compression à travers Eau Rouge et Raidillon, des considérations et des modifications doivent être apportées à la configuration de la voiture. Par exemple, la hauteur de caisse avant doit être augmentée pour faire face aux forces subies par les pneus et la suspension. 
  • L’aspiration à Spa-Francorchamps est très puissante en raison des longues lignes droites, notamment de la déflagration de Raidillon aux Combes. Au premier tour, c’est encore plus puissant, car les pilotes qui poursuivent peuvent récupérer une aspiration de plusieurs adversaires.
  • La course de la pole à la première zone de freinage est la troisième plus courte du calendrier F1 2021, à seulement 163 mètres – plus de cinq fois plus courte que la plus longue, Sotchi (890 mètres).
  • 82 % de la distance parcourue à Spa est parcourue à plein régime, le deuxième pourcentage le plus élevé de toutes les pistes de F1 du calendrier 2021. Seul Monza a un pourcentage plus élevé de prises à plein régime, avec 85%.
  • Les pilotes changent de vitesse 44 fois au cours d’un tour du circuit du GP de Belgique, qui est l’un des chiffres les plus bas du programme 2021. Ceci est principalement dû au fait qu’une grande partie du tour est parcourue à plein régime ou en vitesse supérieure. De plus, la plupart des virages qui nécessitent des changements de vitesse sont groupés, comme les virages 5 à 7. Ainsi, sur la longueur du tour, seulement six séries de changements de vitesse sont nécessaires.
  • Les premier et troisième secteurs de Spa comportent de longues lignes droites et des sections à plat, mais le deuxième secteur est beaucoup plus sinueux. Il est donc difficile de trouver le bon équilibre et le bon compromis de réglage, en particulier avec le niveau de l’aile. Une aile plus grande gagnera du temps dans le secteur intermédiaire mais vous rendra vulnérable dans les lignes droites, tandis qu’une aile plus petite fournira moins de traînée pour les sections à plat mais n’offrira pas le même niveau d’adhérence dans les virages sinueux.
  • En raison de l’histoire de la piste et des virages emblématiques, c’est l’une des rares pistes de F1 où les ingénieurs ont tendance à se référer aux virages par leur nom plutôt que par leur numéro.
Statistiques Mercedes

 

Par Red Bull Racing

MAX VERSTAPPEN QUESTIONS &REPONSES

Comment se sont passées vos vacances d’été ? Est-ce que ça fait du bien d’être de retour et de se diriger directement vers un triple en-tête ?

Ma pause estivale était bonne, c’était agréable d’avoir quelques semaines de repos pour se reposer un peu et bien sûr c’était cool de passer du temps sur les jet-skis, c’est très amusant d’être sur l’eau ! Ça fait du bien d’être de retour, une triple tête, c’est beaucoup de courses d’affilée mais c’est la même chose pour tout le monde et il y a beaucoup de pistes amusantes à espérer.

Ce week-end, nous célébrons notre 50e course avec Honda – quelle course vous a le plus marqué ?

Ces 50 courses avec Honda seront toujours spéciales et mémorables quand nous regarderons en arrière. Je pense bien sûr que la première victoire avec Honda sera toujours le souvenir le plus émouvant de notre temps ensemble et j’espère que nous pourrons terminer cette saison en beauté avec eux avant qu’ils ne quittent le sport. J’ai aimé travailler avec Honda depuis le début. Ils ont toujours parlé franchement et ont livré ce que nous attendions. Ils passent beaucoup de temps à discuter de tout avec l’équipe et nous en tant que pilotes, ce qui a été très important.

Le Grand Prix de Belgique est l’une de vos courses « à domicile » et Spa est l’un de vos circuits préférés, alors combien attendez-vous avec impatience ce week-end ?

Je suis bien sûr ravi de retourner à Spa, c’est ma piste préférée et c’est vraiment cool de piloter avec autant de virages à grande vitesse et de dénivelés. J’ai également hâte de voir tous les fans qui viendront nous soutenir et ce sera cool de revoir autant d’orange dans les tribunes car ils ne pouvaient pas être là l’année dernière. Je pense aussi que c’est un bon endroit pour redéfinir notre combat pour le championnat et je suis bien préparé et je me sens bien avant le week-end.

SERGIO PEREZ QUESTIONS & REPONSES

Comment se sont passées vos vacances d’été et avez-vous réussi à vous déconnecter de la Formule 1 ?

C’était un bon moment pour se ressourcer, prendre l’air, et passer deux semaines au même endroit, c’est toujours agréable ! J’ai réussi à déconnecter complètement de la F1, ce qui est important. à la fois mentalement et physiquement. Maintenant, je suis de retour, complètement rafraîchi et ça va être une deuxième partie de saison très intense. C’est fou de penser que dans quatre mois la saison sera terminée.

Vous avez pris votre retraite du GP de Hongrie, vous n’avez donc pas couru depuis près d’un mois. Avez-vous faim de vous remettre sur la bonne voie ?

J’ai très faim ! Pas seulement pour Spa mais pour la seconde moitié de la saison. Je me sens de plus en plus à l’aise avec la voiture, nous faisons les bons pas en avant et je pense que nous allons bien terminer la saison.

Quel plaisir de piloter le circuit de Spa avec cette génération de Formule 1 ?

Avec ces voitures, c’est très amusant à conduire et une piste très rapide. Le temps peut être capricieux autour de Spa et parce que le circuit est si long, il peut être sec dans certaines parties mais humide dans d’autres, ce qui rend les conditions difficiles à évaluer.

Ce week-end, nous célébrons notre 50e course avec Honda. Comment ont-ils été de travailler avec ?

Honda est tellement enthousiaste, vous pouvez voir sa passion pour le sport et c’est agréable d’avoir des gens autour de vous avec ce genre d’énergie. J’ai aimé travailler avec eux et cela a été une expérience formidable jusqu’à présent, alors j’espère que nous pourrons les récompenser en remportant le championnat de cette année avant qu’ils ne quittent le sport.

CÉLÉBRER 50 COURSES AVEC HONDA

Toyoharu Tanabe (Honda) and Christian Horner (Red Bull)

 

Christian Horner, directeur et PDG de l’équipe Red Bull Racing Honda :

Red Bull Racing Team Principal Christian Horner. Pht. Mark Thompson/Getty Images

Notre relation avec Honda s’est renforcée depuis que nous avons commencé à travailler ensemble au début de la saison de Formule 1 2019. Nous sommes extrêmement fiers de notre succès commun à ce jour, avec 11 victoires et 32 ​​podiums en 49 départs. Spa marquera notre 50e course ensemble et c’est un grand moment pour réfléchir sur ce que nous avons accompli jusqu’à présent, bâtir sur ce succès et aussi remercier tout le monde chez Honda pour leurs efforts et leur engagement extraordinaires, qui nous ont permis d’être en mesure de se battre pour un championnat cette année.

Toyoharu Tanabe, directeur technique Honda Racing :

Toyoharu Tanabe of Honda. Pht. Christian Bruna – Pool/Getty Images

En peu de temps, nous avons obtenu de très bons résultats dans cette ère hybride, comme notre première victoire en Autriche en 2019 et notre première pole en Hongrie la même année, ainsi que notre premier double podium avec Red Bull à Bahreïn 2020 et , plus récemment, le fait que nous ayons remporté cinq victoires consécutives cette année.

Honda était de retour en Formule 1 depuis quatre ans avant de rejoindre Red Bull et nous n’avions même pas terminé sur le podium, nous avons donc parcouru un long chemin pour nous battre maintenant pour le championnat avec Red Bull. Cela est dû à beaucoup de travail acharné et à une excellente communication de la part de tout le monde chez Honda et Red Bull. A la veille de notre 50e course, je tiens à remercier Red Bull Racing pour leur approche ouverte et juste et la confiance qu’ils nous ont témoignée, partageant le même objectif. De plus, il ne faut pas oublier l’apport des pilotes sur cette période.

Un autre facteur clé a été notre excellente coopération avec la Scuderia Toro Rosso en 2018, qui a jeté les bases du partenariat des deux équipes à partir de l’année suivante et nous sommes fiers de ce que nous avons accompli jusqu’à présent. Il ne reste plus qu’une douzaine de courses pour le projet F1 de Honda et nous allons tous nous efforcer de terminer cette aventure en beauté.

MAX SUR SA SAISON JUSQU’À PRÉSENT

  • Le GP de Hongrie a inauguré la trêve estivale, nous nous sommes donc assis avec Max pour voir ce qu’il pense de sa saison jusqu’à présent.
  • Avec 11 courses en moins, Max a remporté cinq victoires et menait le championnat des pilotes jusqu’à la dernière course au Hungaroring. Mais ce ne sont pas seulement les victoires en course que le Néerlandais a récoltées, il a également décroché quelques nouveaux records en cours de route…
  • Dans nos 49 Grands Prix avec Honda, nous avons réalisé 11 victoires, 32 podiums et 8 pole positions.
  • En 2015, à seulement 17 ans, Max a fait reculer Eau Rouge dans la Red Bull RB8 lors d’un coup promotionnel.
  • Max participera à deux courses à domicile des week-ends consécutifs. La F1 revient aux Pays-Bas dimanche prochain tandis que ce week-end Max court dans son pays de naissance, étant né à Hasselt, à 100 km au nord-ouest de Spa.
  • Bien que Spa soit sa piste préférée, Max n’a jamais mené un tour ni terminé plus haut que la troisième sur ce circuit tandis que Checo a terminé trois fois parmi les cinq premiers et s’est qualifié dans les quatre premiers à trois reprises.
  • Daniel est notre plus récent vainqueur à Spa, remportant notre 50e victoire en F1 au Grand Prix de Belgique 2014. Honda vise sa première victoire à Spa depuis 1991.
  • Le circuit complet de Spa-Francorchamps a été utilisé pour la dernière fois pour la F1 en 1970. Le compatriote de Sergio Perez, Pedro Rodriguez, a gagné à une vitesse moyenne de 149,942 mph (241,308 km/h).
  • L’équipe souhaite à l’ancien Bull Mark Webber un joyeux 45e anniversaire vendredi.

Par Alfa Romeo

Les batteries sont complètement chargées

Les batteries sont pleines ; les réservoirs se sont remplis ; les lumières sur le tableau de bord sont toutes vertes. Quelle que soit la métaphore, le concept de base demeure : la pause estivale a été un coup de pouce bienvenu pour tout le monde dans l’équipe. Après une course de 28 courses en 56 semaines, la possibilité de prendre du recul, de se regrouper et de se détendre pendant quelques semaines a permis à tous les sportifs de se rafistoler corps et esprit et de se préparer pour la seconde moitié de la saison exigeante.

 

Une grande série de courses vous attend, avec tous pour se battre dans chaque épreuve et pour le classement du championnat : et quel endroit pour commencer – l’historique Spa-Francorchamps. Le circuit de la forêt ardennaise n’est plus à présenter : l’un des piliers du calendrier dès la toute première saison en 1950 (seuls quatre autres sites comptent plus de courses de championnat du monde à leur actif), Spa a vu s’écrire des pages incroyables de l’histoire de notre sport . Alfa Romeo a contribué au fier héritage de la piste, avec les éditions 1950 et 1951 remportées par les voitures Alfa Romeo – Juan Manuel Fangio et Nino Farina écrivant leurs noms dans le livre des vainqueurs.

Les 44 tours de course de ce week-end seront une épreuve humaine et mécanique : Spa reste une piste à l’ancienne qui punit les fautes et où un peu de magie – dans le cockpit, sur le mur des stands – peut être récompensée. Avec un triple en-tête nous emmenant également aux Pays-Bas et à Monza, et avec le corps et l’esprit prêts pour la tâche à accomplir, nous sommes prêts à décharger toute cette nouvelle énergie.

Comme ils l’ont dit

Frédéric Vasseur, Team Principal d’Alfa Romeo Racing ORLEN :

VASSEUR Frederic (fra), Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN. Pht. Antonin Vincent/DPPI

« L’équipe revient à l’action avec la détermination de continuer notre travail et d’obtenir les résultats que nous méritons. Les niveaux de motivation sont élevés, à la fois pour cette saison et la prochaine, et nous savons que nous avons l’opportunité de nous battre pour les points sur chaque piste pour le reste de l’année. Nous devons nous assurer de maximiser toutes les opportunités d’ajouter des points à notre décompte et de nous battre pour une meilleure position au championnat : il y a beaucoup de chances de renverser la vapeur, à commencer par ce triple titre, et nous sommes convaincus que nous pouvons être dans le mix déjà ici en Belgique.

Kimi Räikkönen (Voiture n°7) :

RAIKKONEN Kimi (fin). Pht. Antonin Vincent/DPPI

« J’ai apprécié le temps libre : passer autant de temps en famille n’est pas quelque chose que nous faisons souvent, alors je me suis assuré d’en profiter au maximum. Maintenant, cependant, les vacances semblent déjà dans le passé et j’ai hâte de courir à nouveau : Spa est l’endroit idéal pour revenir, c’est une belle piste où l’on fait de bonnes courses et les dimanches peuvent être imprévisibles. La situation en piste sera similaire à celle d’avant l’été : nous devons être précis et tirer le meilleur parti de notre voiture et des circonstances et nous pouvons remporter un bon résultat.

Antonio Giovinazzi (Voiture n°99) :

Pht. Xavi Bonilla/DPPI

« J’ai pu passer quelques semaines avec ma famille et mes amis, ce qui est toujours une bonne chose à faire quand on a un calendrier chargé. La trêve estivale a été une bonne occasion de m’entraîner un peu mais surtout de récupérer, physiquement et mentalement, des sept premiers mois de la saison : c’était une belle pause et je me sens bien, mais j’ai hâte d’être de retour dans la voiture . Spa est une piste épique, une piste où l’on sent que le pilote peut faire une énorme différence, et je veux commencer la deuxième partie de la saison de la meilleure façon possible. Nous sommes motivés pour donner le ton dès le début de la période préparatoire à la fin de l’année.

Par Williams

CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS, ROUND 12

 

Après une pause de quatre semaines, le Championnat du Monde FIA ​​de Formule 1 2021 reprend ce week-end, retournant sur le site emblématique de Spa-Francorchamps pour le Grand Prix de Belgique. Située dans les Ardennes vallonnées, la piste historique couvre un impressionnant 7,004 km, tout en englobant également un dénivelé d’environ 100 m entre ses points les plus élevés et les plus bas, contribuant à ce qui est considéré comme l’un des circuits de Formule 1 les plus éprouvants pour la voiture et le pilote. Le temps notoirement imprévisible de la Belgique ne fait qu’ajouter à l’excitation ; il n’est pas rare que les conditions diffèrent autour de la piste, ce qui entraîne le défi supplémentaire de varier les niveaux d’adhérence.

Le Grand Prix marque le début du deuxième triplé de la saison, les équipes se rendant aux Pays-Bas, puis en Italie.

Dave Robson, Head of Vehicle Performance :

Dave Robson (GBR) Williams Racing

Après une courte pause, la saison se poursuit sur l’un des meilleurs circuits du calendrier. Spa propose un tracé unique de 7 km avec un grand mélange de virages, de longues lignes droites et de nombreux dénivelés, chacun des trois secteurs qui composent le tour ayant sa propre personnalité. Les dépassements sont fréquents et le temps est souvent mitigé, ce qui en fait généralement une course passionnante.

Les composés de pneus sont du milieu de la gamme 2021 de Pirelli et sont les mêmes que ceux que nous avons utilisés lors du dernier événement en Hongrie. Les exigences sur les pneus sont élevées à Spa et bien les gérer sera la clé d’une course réussie.

La FW43B a bien fonctionné à la fois en Autriche et à Silverstone et étant donné les similitudes entre ces circuits et Spa, nous espérons pouvoir nous appuyer sur le bon résultat de la Hongrie et consolider notre position dans le championnat.

George Russell :

George Russell (GBR) Williams Racing

La fermeture estivale a été formidable, mais même après une semaine de congé, j’étais impatient d’y retourner. Après une récolte de points forts pour l’équipe à Budapest, nous entamons la deuxième partie de saison dans la bonne humeur. Nous nous concentrons désormais sur la meilleure performance possible à Spa ce week-end, et le reste de ce triplé, notre objectif étant d’augmenter notre total de points.

Nicolas Latifi :

Nicholas Latifi (CDN) Williams Racing

C’était génial de se détendre et de se ressourcer pendant les vacances d’été, mais je suis super excité de reprendre le volant maintenant. Spa est définitivement l’une des pistes du calendrier qui est très rapide et fluide, ce que j’aime, et c’est toujours une excellente piste pour la course, donc j’attends ça avec impatience. Nous avons beaucoup d’élan positif après la dernière course, mais nous savons que nous avons encore du travail à faire à chaque fois que nous nous présentons sur une piste et que nous prendrons une course à la fois. J’ai hâte d’y aller !

Par Cognizant Aston Martin

 

Points de discussion

Lance :

Lance Stroll, Aston Martin

« Cela a été agréable de faire une pause et de revenir avec un maximum de concentration et de détermination pour la seconde moitié de l’année. Spa est toujours une sorte de course à domicile pour moi en raison de mon héritage belge. C’est l’un de mes Grands Prix de l’année, tout peut arriver à Spa ! »

Sébastien :

Sebastian Vettel, Aston Martin

« Je pense que chaque pilote sur la grille aime courir à Spa et c’est certainement l’un de mes endroits préférés pour piloter une voiture de Formule 1 en raison de la configuration et de la combinaison spéciale de virages. J’ai d’excellents souvenirs de Spa, ayant gagné ici en 2011, 2013 et 2018, alors j’ai hâte de revenir sur la bonne voie.

Les clés de la course de Cognizant

Le départ du Grand Prix de Belgique prend vie au troisième tour le plus court du calendrier, suivi d’un gros freinage dans l’épingle. Les pilotes peuvent gagner beaucoup de terrain, mais ce n’est pas la seule occasion de le faire. Les conducteurs dévalent la descente vers l’Eau Rouge, et il y a du sillage et des bousculades jusqu’à la fin de la ligne droite de Kemmel.

Le dépassement est omniprésent. Il y a eu 31 dépassements dans la course 2020 après le premier tour, et 87% d’entre eux ont été effectués avec le DRS. Au cours des trois dernières années, plus de 80% de ces mouvements ont été effectués sur le détroit de Kemmel.

La stratégie est variée à Spa Francorchamps car la position sur la piste est moins importante que la Hongrie la dernière fois. Une voiture rapide sur le circuit belge peut prendre des positions sur la piste avec une relative facilité, ouvrant des stratégies variées à arrêts multiples pour optimiser les dépassements en piste. Les pneus sont à nouveau les C2, C3 et C4 de milieu de gamme, donc les relais peuvent être prolongés, bien qu’une dégradation raisonnable signifie que les relais plus longs sont plus lents vers la fin, ce qui signifie que les voitures avec des pneus plus frais gagnent un avantage.

Les voitures de sécurité sont une activité régulière à Spa et ont figuré dans chacun des cinq derniers Grands Prix, mais une seule de ces courses a également eu une période de voiture de sécurité virtuelle (2016). Une interruption de course précoce peut être difficile pour la stratégie, car un deuxième relais prolongé nécessite une gestion experte des pneus.

Zones DRS

 

Sectors and Turns

English Information

By Pirelli

WHY WE’VE CHOSEN THE TYRES

Formula 1 is back after its summer break with compounds in the middle of the range for the Belgian Grand Prix at Spa-Francorchamps: the first race of the second triple-header of the 2021 season. In Belgium, the C2 will be the P Zero White hard, the C3 will be the P Zero Yellow medium, and the C4 will be the P Zero Red soft.

This is the same nomination as last year, which was a step softer than the tyres nominated back in 2019.

Spa, well-known as one of the most exciting tracks on the calendar, contains a wide range of different demands over the longest lap of the season.

TRACK CHARACTERISTICS

Spa – located in the foothills of the Ardennes – is of course synonymous with changeable weather, which can also vary on different parts of the circuit. Although last year’s race was dry, there’s always a high chance of the Cinturato wet-weather tyres making an appearance at some point over the weekend.

The forces put through the tyres at the Belgian Grand Prix are high, especially at the famous Eau Rouge-Raidillon complex, where the tyres are subjected to a fierce compression and heavy g forces over one of the fastest parts of the track.

The Kemmel Straight at nearly 800 metres long, has the effect of cooling the tyres down, which affects grip through the following corners. In fact, from the exit of La Source all the way to Les Combes (which follows the Kemmel Straight) is a distance of just over two kilometres without any braking.

Last year’s Belgian Grand Prix was won with a one-stop medium-hard strategy: the same tactic selected by all three podium finishers. They switched during a lengthy safety car period from lap 11 that heavily influenced the strategy, with all but two drivers stopping under the safety car.

MARIO ISOLA – HEAD OF F1 AND CAR RACING

« The Belgian Grand Prix marks our third visit to Spa within a month in very different contexts, following the Spa 24 Hours, the Ypres Rally Belgium – which had its final day at Spa – and now Formula 1. The challenges of this track, especially when it comes to the weather, are well-known, as are the loads placed on the tyres. Last year the top three qualified on the medium tyre, while the soft offered a good step up in grip but required more management, and so was not considered to be an optimal race tyre. The majority of drivers went from medium to hard, with the pit stop dictated by the safety car at lap 11 for most of them. So we could see an interesting mix of strategies this year. »

OTHER PIRELLI NEWS

Pirelli was last at Spa just two weeks ago, with the race track forming the finale to the Ypres Rally Belgium, won by Hyundai’s local hero Thierry Neuville.

The Spa 24 Hours at the beginning of the month was won by the Ferrari crew of Come Ledogar, Nicklas Nielsen, and Alessandro Pier Guidi, taking the Italian manufacturer’s first win at the race since 2004.

Ferrari, McLaren and Mercedes participated in the most recent 2022 18-inch F1 tyre test following the Hungarian Grand Prix: just one prototype test session remains this year at Paul Ricard, in mid-September.

By Alpha Tauri

Pierre Gasly

“As a driver you can reflect on your last race result until it is time to get back on track. So, the result in Budapest was the best way to end the first half of the season, as I could enjoy it through the summer break. We had a really good Qualifying, fifth fastest, so first of the “rest” behind the top two teams. In the race, once again I was out of luck, dropping back to avoid the chaos at the first corner. It meant we couldn’t really make the most of our Qualifying performance. But we fought back from almost last, a great fight up the order to finish fifth. Scoring points with both cars was important and, for me, going into the break lying eighth in the Drivers’ classification was also a very satisfying achievement.

From Hungary, I went directly to Spain where I met up with some other drivers for a fun and relaxing time and after that I went back to France where I spent time with friends I’ve had since childhood, generally having a rest but also keeping up with my training programme, because fitness is going to be important in the very busy second half of the year. I feel ready for it!

Going back to Spa is a nice way to start racing again. Spa is one my favourite tracks, I love it and I have always done well here. I particularly remember it was here that I took my first ever win in a single-seater. So, a lot of good souvenirs, even if we can never forget 2019 and the emotions linked to Anthoine (Hubert). The track layout is incredible and usually produces good racing. I hope we can start this second part of the season, continuing where we left off in Hungary, after an enjoyable summer break, being fully recharged for the very busy time that lies ahead, especially the triple-headers.”

Yuki Tsunoda

“The first half of the season overall was really interesting and enjoyable, many things about it were unexpected for me. It did not really match with what I had thought it might be like before the season started. There were lots of ups and downs and at times my performance was very inconsistent. But overall, I am quite happy because I managed to score points, helping Scuderia AlphaTauri to be the only team to score points in every race so far this year. We need to keep that going now as we start the second half of the year!

After Hungary, I headed straight for the simulator in Milton Keynes to do the correlation for Hungaroring and also look at the next three tracks. Then I went to Italy and spent time sorting out my new home, which is very near to the factory in Faenza.  I was definitely ready for a break and I enjoyed it.

It’s great that we start racing again at Spa, because I have very good memories from this track. Last year in Formula 2, I won the Feature Race starting from pole position and the year before that in Formula 3, it was here that I got my first podium in the category. I like the track, so I am looking forward to it and I think it will be one of the circuits that will feel extra special in a Formula 1 car for the first time, it will be an especially interesting experience to see how an F1 car goes through Eau Rouge.”

By Alpine F1 Team

Alpine F1 Team previews the twelfth race weekend of the 2021 FIA Formula 1 World Championship, the Belgian Grand Prix.

Drivers Esteban Ocon and Fernando Alonso and Executive Director Marcin Budkowski share their thoughts on the legendary Spa-Francorchamps.

Esteban Ocon : « I was not expecting to be entering this race after the summer break as the latest Formula 1 race winner! It’s still an incredibly special feeling and it was very well timed as I’ve spent the last couple of weeks relaxing with family and friends letting it sink in…I can tell you, it definitely feels real now! Now the time is to focus on restarting the season and that begins in Belgium. We enjoyed the moment in Hungary and, of course, repeating that feeling would be fantastic, but we will remain realistic and do our best for a strong result. The weather might be interesting so, if it’s dry or wet, we will be ready to take any opportunity. »

Fernando Alonso : « I took some time to recharge my batteries as it’s been a long first half of the season. I’ve done some cycling and spent time with family and friends. It wasn’t long before I went back out onto the racetrack though, and I had some fun at my karting track back home. Spa is a great circuit and a pleasure to race on in a Formula 1 car. Taking Eau Rouge flat in these modern cars will be amazing. It’s quite a traditional circuit in a way and always provides a good race for the fans. The weather can sometimes be unpredictable, so we have to capitalise on any opportunity like how we did in Budapest. »

Marcin Budkowski : « We head to Spa on the back of winning the last Grand Prix before the summer break, which, clearly, was not something we were expecting! It wasn’t a win based on full, outright performance as some external circumstances contributed, but the opportunity came to us and we were there to grab it – in style – as we led 67 of the 70 laps of the race. Even though a few weeks have passed since the Hungarian Grand Prix, there is still a good buzz within the team as we are heading to Belgium. It was also fantastic to see Esteban bounce back after a few difficult races and score his first Grand Prix win. It’s a very important milestone for the Team and a huge morale boost for everybody in Enstone and Viry. Now we know how good victory tastes, we will work even harder to achieve our goals and become a regular contender in the future. »

By Mercedes

Following the summer break, the second half of the 2021 Formula One season begins at Spa-Francorchamps for the Belgian Grand Prix.

Toto Talks Belgium :

This has definitely been one of the most intense F1 seasons that I can remember, so far. The battle is far from over and after a few weeks away from the track, we’re all really excited to get back to work.

The shutdown is such an important time for the entire team. The chance to relax and recharge is invaluable, especially with such a busy second half of the season coming up, and the fight we have ahead of us. We’re all racers at heart though, so while we enjoyed the well-deserved time off, we’re also eager to get back to doing what we love: racing!

We head to Spa-Francorchamps in a good position. We lead both Championships and the W12 feels in a better place, after the upgrades introduced at Silverstone and an encouraging showing in Hungary. But we know there is a long road ahead and so much can still happen in this season of ups and downs.

Spa is a track that we all know and love, one of the true F1 classics with its iconic corners, long-flat out sections and beautiful scenery. It’s a hugely challenging track for both the drivers and the cars, with the longest lap of the season, lots of elevation change and some very high g-forces.

The weather is also notoriously unpredictable at Spa and always throws a curveball our way. With the Belgian Grand Prix always producing exciting and fun racing, it’s the perfect place to start the second half of the season. Bring it on!

Fact File : Belgian Grand Prix

Spa-Francorchamps is F1’s longest track with a lap distance of 7.004 kilometres, and therefore the Belgian Grand Prix has the lowest number of race laps, with only 44.

The long lap distance at Spa throws up a few unique challenges, for example if a car suffers damage early in the lap, it’s a long way back to the pits. The weather is also very changeable, and conditions can vary from corner to corner. A longer lap also means teams can’t fit as many laps into their practice and qualifying run plans, therefore the drivers have fewer opportunities to practice each corner and find the limit.

The 5.3g lateral forces experienced by the drivers through Pouhon (Turn 10) at Spa-Francorchamps are the highest of the season.

Drivers have their foot firmly planted on the throttle for almost 23 seconds and 1,875 metres of the track layout at Spa, from La Source (Turn 1) to the braking zone for Les Combes (Turn 5). The flat-out run from Turn 14 to Turn 18 is slightly shorter.

Because of the long run to Turn 5, the exit of La Source is one of the most important sections of the lap, especially on the first lap when the field is bunched up. The corner is very cambered, so it is easy to lock up the front-right tyre and make a mistake.

Spa-Francorchamps has the biggest elevation change in F1, with around 100 metres difference between the highest point (Les Combes, Turn 7) and the lowest point (Stavelot, Turn 15).

The drivers and cars go through a heavy compression of forces as they navigate the Eau Rouge and Raidillon section (Turns 2 and 3), because of the downhill entry and uphill exit. The drivers are travelling nearly at Vmax (maximum velocity of the car), pretty much going as fast as the car can go at the end of that straight, before heading through this section. This means there is 3g of vertical compression.

Because of the compression through Eau Rouge and Raidillon, considerations and changes do need to be made to the car set-up. For example, the front ride height needs to be picked up to deal with the forces experienced through the tyres and suspension. 

The tow at Spa-Francorchamps is very powerful due to the long straights, particularly the blast from Raidillon to Les Combes. On the first lap this is even more powerful, because drivers chasing can pick up a tow from multiple opponents.

The run from pole to the first braking zone is the third shortest on the 2021 F1 calendar, at just 163 metres – over five times shorter than the longest, Sochi (890 metres).

82% of the lap distance at Spa is taken at full throttle, the second-highest percentage of any F1 track on the 2021 calendar. Only Monza has a higher percentage taken at full throttle, with 85%.

Drivers change gear 44 times during a lap of the Belgian GP venue, which is one of the lower figures on the 2021 schedule. This is mainly because a large chunk of the lap is covered at full throttle or in top gear. Plus, most corners that require gear changes come in groups, such as Turns 5 to 7. So, over the length of the lap, only six sets of gear changes are required.

The first and third sectors at Spa feature long straights and flat-out sections, but the second sector is much more twisty. This makes it challenging to find the right balance and set-up compromise, particularly with the wing level. A bigger wing will gain time in the middle sector but leave you vulnerable on the straights, while a smaller wing will provide less drag for the flat-out sections but not providing the same level of grip in the twisty corners.

Because of the track’s history and iconic corners, this is one of the few tracks in F1 where engineers tend to refer to the turns by name rather than number.

By Red Bull

MAX VERSTAPPEN Q&A

How was your summer break? Does it feel good to be back and heading straight into a triple header ?

My summer break was good, it was nice to have a few weeks off to rest a bit and of course it was cool to spend some time on the jet skis, it’s a lot of fun being on the water! It feels good to be back, a triple header is a lot of races in a row but it’s the same for everyone and there are a lot of fun tracks coming up to look forward to.

This weekend we celebrate our 50th race with Honda – which race stands out the most to you?

These 50 races with Honda will always be special and well remembered when we look back. I think of course the first win with Honda will always be the most emotional memory during our time together and hopefully we can end this season on a high with them before they leave the sport. I have enjoyed working with Honda from the start. They have always been straight talking and delivered what we have expected. They spend a lot of time discussing everything with the Team and us as drivers which has been very important.

The Belgian Grand Prix is one of your ‘home’ races and Spa is one of your favourite tracks so how much are you looking forward to this weekend?

I am of course excited to go back to Spa, it’s my favourite track and it’s really cool to drive with so many high speed corners and elevation changes. I’m also looking forward to seeing all the fans who will be coming to support us and it will be cool to see so much orange in the grandstands again as they couldn’t be there last year. I also think it is a good place to re-set our championship fight and I’m well prepared and feeling good ahead of the weekend.

SERGIO PEREZ Q&A

How was your summer break and did you manage to switch off from Formula One?

It was a good time to recharge, get some fresh air, and having two weeks in the same place is always nice! I managed to switch off completely from F1 which is important. both mentally and physically. Now I’m back, fully refreshed and it’s going to be a very intense second part of the season. It’s crazy to think in four months the season will be over.

You retired from the Hungarian GP so you haven’t raced in almost a month. How hungry are you to get back out on track?

I’m very hungry! Not just for Spa but for the second half of the season. I’m feeling more and more comfortable with the car, we’re taking the right steps forward and I think we’re going to have a strong end to the season.

How much fun is the Spa circuit to drive with this generation of Formula One car?

With these cars it’s a lot of fun to drive and a very fast track. The weather can be temperamental around Spa and because the circuit is so long it can be dry in some parts but wet in others which makes the conditions tricky to judge.

This weekend we celebrate our 50th race with Honda. What have they been like to work with?

Honda are so enthusiastic, you can see their passion for the sport and it’s nice to have people around you with that kind of energy. I’ve enjoyed working with them and it’s been a great experience so far so I hope we can repay them by winning this year’s championship before they leave sport.

CELEBRATING 50 RACES WITH HONDA

Christian Horner, Red Bull Racing Honda Team Principal & CEO:

Our relationship with Honda has grown from strength to strength since we started working together at the beginning of the 2019 Formula One season. We are enormously proud of our joint success to date, delivering 11 wins and 32 podiums from 49 race starts. Spa will mark our 50th race together and this is a great moment to reflect on what we have achieved so far, build on that success and also thank everyone at Honda for their extraordinary effort and commitment, which has enabled us to be in the position to fight for a championship this year.

Toyoharu Tanabe, Honda Racing Technical Director:

In a short space of time, we have achieved some great results in this hybrid era, such as our first win in Austria in 2019 and first pole in Hungary that same year, as well as our first double podium with Red Bull in Bahrain 2020 and, most recently, the fact we have taken five consecutive wins so far this year.

Honda had been back in Formula One for four years before joining up with Red Bull and we had not even scored a podium finish, so we have come a long way to be now fighting for the championship together with Red Bull. This is down to a lot of hard work and excellent communication from everyone at Honda and Red Bull. On the eve of our 50th race, I want to thank Red Bull Racing for their open and fair approach and the trust they showed in us, sharing the same goal. In addition, we must not forget the contribution from the drivers in that time.

Another key factor was our excellent cooperation with Scuderia Toro Rosso back in 2018, which laid the groundwork for partnering both teams as from the following year and we are proud of what we have achieved so far. There are only around a dozen races still remaining for Honda’s F1 project and we will all be pushing as hard as possible to finish this adventure on a high.

MAX ON HIS SEASON SO FAR

The Hungarian GP ushered in the summer break so we sat down with Max to see how he feels about his season so far.

With 11 races down, Max has claimed five wins and was leading the Drivers’ Championship until the latest race at the Hungaroring. But it’s not just race wins the Dutchman has collected, he’s also picked up a few new records along the way too…

In our 49 Grands Prix with Honda, we have achieved 11 victories, 32 podiums and 8 pole positions.

Back in 2015 aged just 17, Max drove Eau Rouge backwards in the Red Bull RB8 in a promotional stunt.

Max will participate in two home races on consecutive weekends. F1 returns to the Netherlands next Sunday whilst this weekend Max races in his actual country of birth, having been born in Hasselt, 100 km to the northwest of Spa.

Despite Spa being his favourite track, Max has never led a lap or finished higher than third at this circuit meanwhile Checo has three top-five finishes and has qualified in the top four on three occasions.

Daniel is our most recent winner at Spa, claiming our 50th F1 victory at the 2014 Belgian Grand Prix. Honda seek their first Spa victory since 1991.

The full-length Spa-Francorchamps circuit was last used for F1 in 1970.  Sergio Perez’s compatriot Pedro Rodriguez won at an average speed of 149.942 mph (241.308 km/h).

The Team wishes former Bull Mark Webber a happy 45th birthday on Friday.

By Alfa Romeo

Fully charged up

The batteries are full; the tanks filled up; the lights on the dash all green. Whatever the metaphor, the basic concept remains: the summer break has been a welcome boost for everyone in the team. After a run of 28 races in 56 weeks, the chance to step back, regroup and relax for a couple of weeks allowed everyone in the sport to patch up body and mind and get ready for the demanding second half of the season.

A big run of races awaits, with all to fight for in each event and for the championship standings: and what a place to start – historical Spa-Francorchamps. The circuit in the Ardennes forest needs no introduction: one of the stalwarts of the calendar from the very first season in 1950 (only four other venues have more world championship races to their name), Spa has seen incredible pages of our sport’s history being written. Alfa Romeo contributed to the track’s proud heritage, with both the 1950 and 1951 editions won by Alfa Romeo cars – Juan Manuel Fangio and Nino Farina writing their names in the victors’ book.

The 44 laps of this weekend’s race will be a test of human and machinery alike: Spa is still an old-school track that punishes mistakes and where a bit of magic – in the cockpit, on the pit-wall – can be rewarded. With a triple-header also taking us to the Netherlands and Monza, and with body and mind ready for the task at hand, we’re ready to discharge all this newfound energy.

As they said it

Frédéric Vasseur, Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN : “The team returns to action with the determination to continue our work and bring home the results we deserve. The motivation levels are high, both for this season and the next one, and we know we have an opportunity to fight for the points at each track for the remainder of the year. We need to make sure we maximise all opportunities to add points to our tally and fight for a better position in the championship: there are plenty of chances to turn this around, starting with this triple-header, and we’re confident we can be in the mix already here in Belgium.”

Kimi Räikkönen (Car #7) : “I enjoyed the time off: spending this much time with the family is not something we do often so I made sure to make the most of it. Now, though, the holidays feel already in the past and I am looking forward to racing again: Spa is the perfect place to come back, it’s a nice track where you get some good racing and Sundays can be unpredictable. The situation on track will be similar to before the summer: we need to be sharp and get the most out of our car and the circumstances and we can bring home a good result.”

Antonio Giovinazzi (Car #99) : “I was able to spend a few weeks with family and friends, which is always a nice thing to do when you have such a busy calendar. The summer break was a good chance to train a little but mostly recover, physically and mentally, from the first seven months of the season: it was a nice break and I feel good, but I can’t wait to be back in the car. Spa is an epic track, one where you feel the driver can make a massive difference, and I want to start the second part of the season in the best possible way. We are motivated to set the tone right from the beginning of the run-up to the end of the year.”

By Williams

27 – 29 AUGUST 2021

CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS

ROUND 12

After a four-week break from racing, the 2021 FIA Formula One World Championship resumes this weekend, returning to the iconic venue of Spa-Francorchamps for the Belgian Grand Prix. Set in the rolling Ardennes, the historic track covers an impressive 7.004km, whilst also encompassing an elevation change of approximately 100m between its highest and lowest points, contributing to what’s considered one of Formula One’s most testing circuits for both the car and driver. Belgium’s notoriously unpredictable weather only adds to the excitement; it’s not uncommon for conditions to differ around the track, resulting in the additional challenge of varying grip levels.

The Grand Prix marks the start of the season’s second triple-header, with the teams travelling onwards to The Netherlands followed by Italy.

Dave Robson, Head of Vehicle Performance: After a short break, the season continues at one of the very best tracks on the calendar. Spa offers a unique 7km layout with a great mix of corners, some long straights and plenty of elevation change, with each of the three sectors that make the lap having their own distinct personality. Overtaking is common and the weather is often mixed, usually making for an exciting race.

The tyre compounds are from the middle of Pirelli’s 2021 range and are the same as we used at the last event in Hungary. The demands on the tyres are high in Spa and managing them well will be key to a successful race.

The FW43B worked well in both Austria and Silverstone and given the similarities between these circuits and Spa, we are hopeful that we can build on the strong result in Hungary and consolidate our position in the Championship.

George Russell : The summer shutdown was great but even after one week off, I was raring to go again. After a strong points haul for the team in Budapest, we are entering the second half of the season in great spirits. We are now focused on delivering the best possible performance at Spa this weekend, and the rest of this triple-header, with our aim being to increase our points tally.

Nicholas Latifi : It was great to unwind and recharge over the summer break, but I’m super excited to get back behind the wheel now. Spa is definitely one of the tracks on the calendar that is very fast and flowing which I like, and it’s always a great track for racing so I’m looking forward to that. We’re carrying a lot of positive momentum after the last race, but we know we still have a job to do each time we show up at a track and we’ll take one race at a time. I can’t wait to get going!

Presented by Cognizant Aston Martin

Talking Points

Lance :

« It has been nice to have a break and come back with maximum focus and determination for the second half of the year. Spa is always a home race of sorts for me because of my Belgian heritage. It is one of my favourite Grands Prix of the year, anything can happen in Spa! »

Sebastian :

“I think every driver on the grid enjoys racing at Spa and it is definitely one of my favourite places to drive a Formula One car because of the layout and the special combination of corners. I have great memories of Spa, having won here in 2011, 2013 and 2018, so I can’t wait to get back on track.”

Cognizant’s Keys to the Race

The start of the Belgian Grand Prix comes to life at the third-shortest run to Turn One on the calendar, followed by a heavy braking point into the hairpin. Drivers can make up plenty of ground, but it’s not the only opportunity to do so. Drivers surge downhill to Eau Rouge, and there’s slipstreaming and jostling all the way to the end of the Kemmel Straight.

Overtaking is ever-present. There were 31 overtakes in the 2020 race after the first lap, and 87% of those were made using DRS. In the last three years, over 80% of those moves have been made on the Kemmel Straight.

Strategy is varied at Spa Francorchamps because track position is less important than Hungary last time out. A fast car at the Belgian circuit can make up positions on track with relative ease, opening up varied multi-stop strategies to optimise on-track passing. The tyres are again the mid-range C2, C3 and C4 so stints can be extended, although reasonable degradation means longer stints are slower towards the end, meaning cars on fresher tyres gain an advantage.

Safety Cars are a regular occurrence at Spa and have featured in each of the last five Grands Prix, but only one of those races also had a Virtual Safety Car period (2016). An early race interruption can be challenging for strategy because an extended second stint requires expert tyre management.