GP de Russie, Pole incroyable de Norris qui décroche ainsi sa première pole

Posted by

Après avoir signé le premier doublé de l’équipe depuis plus de dix ans au Grand Prix d’Italie, Lando Norris (McLaren) a décroché la pole position pour le Grand Prix de Russie 2021, surmontant les conditions humides de l’Autodrome de Sotchi pour prendre la première place. La Ferrari de Carlos Sainz et la Williams de George Russell complètent le trio de tête.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P1

Les fortes pluies du samedi matin ayant entraîné l’annulation de la troisième séance d’essais libres, les qualifications ont constitué la première épreuve sur piste du samedi pour les pilotes de F1. Mais les meilleurs tours des Q1 et Q2 ayant été réalisés en pneus intermédiaires, la piste de Sotchi séchant, il a fallu passer aux slicks en fin de Q3.

Carlos Sainz, P2. Pht. Scuderia Ferrari

C’est finalement Norris qui a enchaîné les tours pour décrocher la première pole position de sa carrière, et la première pole de McLaren depuis 2012, avec 0’’517s d’avance sur Sainz, deuxième. Russell a également brillé pour Williams en prenant la P3, pour sa deuxième place dans le top 3 en quatre courses.

Lewis Hamilton, de Mercedes, était en pole provisoire avant les derniers tours de la Q3. Mais le septuple champion a ensuite heurté le mur des stands alors qu’il rentrait pour chausser les slicks, puis effectuant un tête-à-queue dans son dernier tour, ce qui lui a valu la P4.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B, P3.

Daniel Ricciardo, vainqueur à Monza, a terminé cinquième pour McLaren, devant l’Alpine de Fernando Alonso, tandis que la deuxième Mercedes de Valtteri Bottas a terminé P7, une surprise pour Mercedes, qui a réalisé un doublé dans chaque séance et segment menant à la Q3, démontrant une fois encore la supériorité des flèches d’argent devenues noires, Lance Stroll P8 pour Aston Martin, devant Sergio Perez de Red Bull et Esteban Ocon d’Alpine.

Lewis Hamilton, seulement, P4 à tenez-vous bien, 2 »010 de la pole de Norris !

Pendant ce temps, avec un départ en fond de grille pour le Grand Prix de Russie, Max Verstappen a choisi de ne pas faire de tour en qualification. Il sera rejoint en queue de peloton dimanche par Charles leclerc et Nicholas Latifi, qui seront tous deux frappés de pénalités pour avoir changé d’unité de puissance.

L’histoire ne cesse de s’améliorer pour McLaren – mais que peuvent faire Lando Norris et l’équipe au Grand Prix de Russie de dimanche ?

TEL QUE CELA S’EST PASSÉ

Q1

Hamilton est le plus rapide après un tête-à-queue de Giovinazzi, tandis que Verstappen choisit de ne pas faire de temps à cause de ses pénalités qui le font partir en fond de grille.

La pluie n’ayant pas cessé de tomber au début des qualifications, tous les pilotes, à l’exception de Fernando Alonso, sont entrés en piste en pneus intermédiaires, Alonso ayant choisi de tester les conditions en pneus pluie avant de passer aux pneus intermédiaires.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P5

Les ingénieurs des équipes scrutaient nerveusement le ciel à la recherche de signes de pluie, et l’Autodrome de Sotchi a été occupé dès le début de la Q1 alors que tous les pilotes essayaient d’obtenir des tours de piste au cas où le ciel s’ouvrirait.

Tous les pilotes, c’est-à-dire, sauf Max Verstappen de Red Bull, qui avec un départ en fond de  grille après avoir pris un quatrième groupe moteur, a choisi de faire seulement deux tours d’installation avant de rentrer au box pour préserver sa Red Bull RB16B, sans qu’aucun temps ne soit établi par le Néerlandais.

Fernando Alonso, Alpine, P6

La pluie a cependant tenu bon, et avec la piste (et la confiance des pilotes) s’améliorant dans les derniers moments de la séance, Hamilton a effectué un dernier tour pour être le plus rapide avec un 1’45’’992s, soit 0’’404s d’avance sur son coéquipier Bottas. Grosse domination des Mercedes.

Avec la pénalité de Verstappen, Red Bull avait besoin de Sergio Perez pour être à la hauteur des Mercedes, et le Mexicain s’est bien montré dès le début des qualifications, surmontant un tête-à-queue dans le virage 2 pour prendre la P3, juste derrière Bottas et devant Sebastian Vettel d’Aston Martin en quatrième position et Norris en cinquième position dans la McLaren.

De retour après une mise à l’écart de deux courses pour cause de Covid, Kimi Raikkonen n’a pas pu sortir de Q1, prenant P16, rejoint dans la zone d’abandon par son coéquipier Antonio Giovinazzi, qui a fait un tête-à-queue en début de course et a failli être accroché par la Ferrari de Charles Leclerc avant de finir P18.  Les Alfa Romeo sont séparées par une performance impressionnante de Mick Schumacher de Haas en 17ème position.

Le pilote local Nikita Mazepin a terminé P19, avec Verstappen, qui n’a pas eu de temps, l’autre pilote sorti en Q1, alors que les deux Williams sont passées en Q2, Nicholas Latifi prenant la 10e place, devant George Russell.

Valtteri Bottas seulement P7, car il a du se sacrifier a attendre son tour pour changer les pneus, Hamilton étant prioritaire.   Pht. Sebastian Kawka

Eliminés : Raikkonen, Schumacher, Giovinazzi, Mazepin, Verstappen.

Q2

Hamilton est de nouveau le plus rapide et Russell se qualifie pour la dernière partie des qualifications.

Les Mercedes ont poursuivi leur domination en Q2, avec Hamilton qui a une fois de plus imposé son rythme, affichant un temps de 1’45’’129s pour devancer Bottas de 0’’177s, tandis qu’Alonso a pris la P3, à seulement 0’’385s du temps d’Hamilton, le coéquipier d’Alonso chez Alpine, Esteban Ocon, a soutenu l’Espagnol en prenant la cinquième place.

Deux pilotes ont été éliminés en Q2 : Latifi et Charles Leclerc de Ferrari, tous deux devant s’élancer du fond de la grille après des changements d’unité de puissance, ce qui signifie qu’ils ont choisi de ne pas faire de tours, Williams ayant découvert un problème pneumatique sur la voiture de Latifi vendredi soir.

Lance Stroll, Aston Martin AMR21, P8

Ils ont été rejoints dans la zone d’élimination par les AlphaTauri de Pierre Gasly et Yuki Tsunoda en P12 et P13, Gasly exprimant son mécontentement sur la radio de l’équipe après avoir senti qu’il avait été bloqué à un moment donné, avant de critiquer son équipe pour ne pas l’avoir mis sur de nouveaux pneus intermédiaires.

Vettel a peut-être été la plus grande surprise, le quatrième de la Q1 s’est retrouvé P11, après avoir fait un tour à seulement 0’’052s de Carlos Sainz de Ferrari en P10,  laissant Vettel cracher des jurons sur la radio de l’équipe.

Les deux McLaren se sont qualifiées pour la Q3, Norris prenant la P4 contre la P8 de Daniel Ricciardo, vainqueur à Monza, tandis que George Russell a choisi d’utiliser un train de pneus inter supplémentaire pour s’assurer une place en Q3 en P9.

Eliminés : Vettel, Gasly, Tsunoda, Latifi, Leclerc.

Q3

Norris décroche sa première pole après être passé en pneus slicks.

La pluie n’ayant pas fait son apparition à l’aube de la dernière partie des qualifications, les pilotes ont de nouveau roulé sur des slicks intermédiaires pour les premiers tours de piste de la Q3. Hamilton a de nouveau donné le ton avec un temps de 1’44’’050s.

Sergio Perrez, Red Bull, seulement P9. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

Mais George Russell a alors demandé à son équipe de préparer ses pneus slicks, et le reste du peloton a fait de même pour les pneus tendres. Le plongeon d’Hamilton dans la voie des stands a été excessif, il a heurté le mur d’entrée des stands et endommagé son aileron avant, obligeant Mercedes à perdre du temps pour le changer.

Esteban Ocon, Alpine, P10

Hamilton, qui a finalement pu reprendre la piste, s’est plaint par radio de ne pas pouvoir faire chauffer ses pneus. Au départ, il semblait que le passage aux slicks n’était pas la bonne décision, peu de pilotes ayant amélioré leurs premiers tours avec les softs.

Max Verstappen, condamné à partir en fond de grille pour changement de moteur, n’a fait que 2 tours d’installation et rentrer aux stands.

Mais Norris a commencé à illuminer les écrans de chronométrage, et a finalement arrêté les chronomètres avec un temps de 1’41’’993s – le mettant 2’’057s devant le temps de la pole provisoire initiale de Hamilton, alors que le garage McLaren était en effervescence. D’autres pilotes se sont également améliorés, avec Sainz en P2, à 0’’517s de son ancien coéquipier Norris, tandis que Russell est passé en P3, après son P2 sensationnel du Grand Prix de Belgique pour Williams, établissant l’un des top 3 les plus incroyables que nous ayons vu ces derniers temps en qualifications.

Charles Leclerc, lui aussi condamné à partir en fond de grille n’a effectué que quelques tours en Q1. Pht. Scuderia Ferrari

Hamilton n’était pas dans ce trio de tête, il a fait un tête-à-queue à quelques virages de la fin, ce qui a compliqué la fin des qualifications, mais il en a fait assez pour terminer P4, devant le vainqueur du Grand Prix d’Italie, Ricciardo, cinquième, et Alonso, sixième.

L’Espagnol a réussi à terminer devant Bottas, qui a été forcé d’attendre dans la voie des stands alors que Mercedes luttait pour réparer l’aileron avant d’Hamilton, Bottas n’ayant pas réussi à s’améliorer sur slicks et prenant la septième place. Stroll était huitième, tandis que Sergio Perez était un autre pilote à ne pas améliorer sur les softs, terminant à une décevante neuvième place, devant Ocon.

Mais il ne fait aucun doute que la star du jour est Norris, qui a décroché la première pole position de McLaren depuis le Grand Prix du Brésil 2012 – une pole décrochée ce jour-là à Interlagos par nul autre que Lewis Hamilton…

La citation clé

Lando Norris, McLaren. Pht. FIA Pool/LAT Images

« Oh mon dieu. C’est incroyable. Je ne sais pas quoi dire. C’était une séance assez exigeante mais ça se passait bien et évidemment nous avons pris la décision de passer aux slicks et, je ne sais pas, vous ne pensez jamais que vous allez avoir une pole jusqu’à ce que vous l’ayez et maintenant j’ai réussi à le faire. Oui, je suis très heureux et un grand merci à l’équipe aussi, ils ont fait un travail incroyable » – Lando Norris, McLaren

Les Qualifs ici

La grille de départ ici

Quelle est la prochaine étape ?

Le Grand Prix de Russie de dimanche démarre à 15 h, heure locale, et Mercedes tentera de maintenir sa série de victoires sur l’Autodrome de Sotchi. Mais avec Verstappen qui cherche à se frayer un chemin depuis le fond de la grille pour tenter de limiter les dégâts dans la lutte pour le titre, et une McLaren, une Ferrari et une Williams qui partent toutes devant Hamilton, nous nous attendons à une compétition fascinante.

Communiqué F1

STRATÉGIES DE COURSE POSSIBLES VUES PAR PIRELLI

Si c’est sec, le Grand Prix de Russie de 53 tours devrait être une course à un seul arrêt, à moins qu’il n’y ait une voiture de sécurité ou toute autre anomalie.

La perte de temps dans la voie des stands est assez importante à Sotchi  avec environ 25 secondes : un autre facteur qui pousse les équipes vers un arrêt unique. Demain, ils devraient tous être en mesure d’utiliser la  stratégie pneumatique  théoriquement optimale , car les conditions humides en qualifications signifient que chaque pilote a le libre choix du  pneu de départ , plutôt que d’avoir à utiliser son meilleur  pneu en Q2 .

C4 moyen à dur C3 devrait être la stratégie préférée, également parce que cela permet le plus grand degré de flexibilité, avec une large fenêtre d’arrêt au stand qui maximise les opportunités de profiter des voitures de sécurité ou d’autres circonstances de course. C5 doux à C3 dur est également une possibilité viable, tandis que C5 doux à C4 moyen est marginal en termes d’usure.

Comme toujours, il y a la possibilité de faire quelque chose de complètement différent et de commencer sur le composé dur avant de passer à un composé plus tendre beaucoup plus tard dans la course, mais c’est plus une quantité inconnue.  Cela pourrait être une bonne option pour ceux qui commencent plus bas sur la grille, pour effectuer un premier relais plus long. Avec deux des premiers partant derrière en raison de changements de moteur, il sera intéressant de voir quelle tactique ils choisiront.

SE CONCENTRER SUR

Comme de fortes pluies signifiaient qu’il n’y avait pas de couverture médicale d’hélicoptère ce matin, le FP3 a été annulé et les pilotes sont passés directement aux qualifications aujourd’hui. Ils ont utilisé les pneus intermédiaires Cinturato Green pendant la majeure partie de la session, avant de passer au P Zero Red Soft C5 pour la dernière manche en Q3 – qui a mis en place une finale spectaculaire. Fernando Alonso d’Alpine était le seul pilote à utiliser le Cinturato Blue full wet, au début de la Q1.

La piste s’améliorant rapidement, le pilote McLaren Lando Norris utilisant les softs a remporté sa première pole position lors de la dernière manche devant Carlos Sainz de Ferrari et le pilote Williams George Russell.

Comme les pneus pluie ont été utilisés au cours de la Q2, les pilotes auront le libre choix du pneu de départ demain.

Les conditions étaient fraîches et humides tout au long des qualifications, se terminant par des températures ambiantes de 13 degrés Celsius et de 16 degrés Celsius en piste. Avec une menace de pluie qui planait sur la séance, les pilotes ont commencé par se concentrer sur les longs relais et à enregistrer des temps au tour le plus rapidement possible, au cas où les conditions empireraient.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE

« Les qualifications ont été délicates, avec une surface à faible adhérence qui a mis beaucoup de temps à sécher et a rendu difficile la détermination du point de croisement, jusqu’à la fin de la Q3 où elle était enfin suffisamment sèche pour les slicks. Les conditions de demain semblent prêtes à être sec, ce qui signifie que les équipes devront se fier aux données accumulées vendredi, avec une séance de roulage en moins par rapport à d’habitude.Tous les pilotes auront le libre choix de leurs pneus au départ, ce qui signifie qu’ils devraient pouvoir rouler de manière optimale stratégie à un seul arrêt. Avec quelques pilotes rapides partant de l’arrière, qui pourraient essayer quelque chose de différent, plus un top trois légèrement différent sur la grille, ce devrait être une course très intrigante.

Ils ont dit :

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Mark Thompson/Getty Images

« Nous avons décidé de ne pas faire trop de tours en qualifications car le risque d’avoir un moment ou un accident n’en vaudrait pas la peine, d’autant plus que je pars du fond de la grille demain. Les conditions de piste étaient bonnes et il y avait une bonne adhérence, je pense que ce seront des conditions similaires pendant la course. L’équipe a fait un excellent travail et je suis convaincu que nous avons pris une bonne décision sur la façon dont nous avons réglé la voiture. Pour demain, c’est toujours délicat car naturellement le milieu de terrain sera un peu plus proche mais il sera important d’y aller et de marquer le plus de points possible, nous ferons de notre mieux. J’espère que nous pourrons avoir une course amusante !

*Obligatoire pour prendre le départ de la course de demain à partir du 20e suite à une pénalité de grille d’unité de puissance

CHRISTIAN HORNER, directeur d’équipe Red Bull :

Pht. XPB – Pool/Getty Images

« De toute évidence, nous savions que Max allait partir du fond de la grille et avec les conditions difficiles des qualifications d’aujourd’hui, la récompense ne valait pas le risque. Il s’agissait donc de s’assurer que tout était prêt pour lui demain. Checo sera déçu de partir de la 9e position, une petite erreur lors de son tour de chauffe sur les slicks en Q3 l’a empêché de générer de la chaleur dans les pneus et a malheureusement manqué d’être plus haut dans le peloton. La grille n’est pas celle que tout le monde aurait prédite pour ce week-end, et avec un temps sec prévu pour demain sur une piste où vous pouvez dépasser, nous pourrions voir encore plus de dépassements et une course très intéressante.

Esteban Ocon :

« Je suis un peu frustré par les qualifications d’aujourd’hui car nous n’avons pas été en mesure d’optimiser la Q3 dans les conditions changeantes. Au final, nous n’avons pas chaussé les bons pneus au bon moment en Q3 et nous avons raté deux essais en Soft sur la fin. Il y avait définitivement un potentiel pour plus de la dixième aujourd’hui car j’aime ces séances dans des conditions difficiles. Sur un point positif, nous avons les deux voitures qui commencent dans le top dix et ce n’est pas une mauvaise position de départ. Demain s’annonce sec, mais quelles que soient les conditions, nous serons prêts.

Fernando Alonso :

« Je suis content de ma sixième position en qualifications car les conditions n’étaient pas faciles aujourd’hui. C’était très stressant car nous n’avons jamais couru sous la pluie à Sotchi. Il n’y avait pas le temps d’expérimenter et de trouver où était l’adhérence sur la piste. Mais, au final, nous étions compétitifs sur sol mouillé et humide. J’ai également perdu environ cinq dixièmes de seconde dans mon dernier tour en Q3, donc j’aurais pu me qualifier encore plus haut que la sixième. Demain sera difficile car nous avons plusieurs voitures très rapides qui partent derrière nous, mais j’ai hâte de relever le défi.

Pierre Gasly :

Pht. Peter Fox/Getty Images

« Je n’ai pas grand-chose à dire pour le moment, je pense que nous avions le rythme pour passer facilement en Q3, donc je suis évidemment frustré. En Q1, j’étais très rapide dans ces conditions, je me sentais à l’aise dans la voiture et j’ai pu attaquer tout de suite. Cependant, pour la Q2, je suis resté sur un seul train de pneus, qui était complètement utilisé à la fin de la séance. Je pense que c’était une grosse erreur de notre part, mais je devrai parler à l’équipe pour mieux comprendre ce qui s’est passé aujourd’hui. C’est une occasion manquée de ne pas passer en Q3, mais nous devons maintenant regarder vers demain et voir ce que nous pouvons faire pour rattraper le retard. »

ENGLISH iNFORMATION

Norris beats Sainz and Russell to claim sensational maiden pole for Russian Grand Prix

Fresh from the team’s first one-two in over a decade at the Italian Grand Prix last time out, McLaren’s Lando Norris has claimed pole position for the 2021 Russian Grand Prix, overcoming damp conditions at the Sochi Autodrom to take a shock P1, with the Ferrari of Carlos Sainz and the Williams of George Russell rounding out a surprise top three.

With heavy rain on Saturday morning having seen Free Practice 3 cancelled, qualifying marked the first Saturday track action for the F1 drivers. But with the fastest laps on Q1 and Q2 having been set on intermediate tyres, a drying Sochi track prompted a late move to slicks in Q3.

And it was ultimately Norris who strung a lap together to claim his first ever career pole position, and McLaren’s first pole since 2012, winding up 0.517s up on second-placed finisher Sainz, as Russell also starred for Williams to take P3, for his second top-three start in four races.

Mercedes’ Lewis Hamilton was on provisional pole going into the final laps of Q3. But the seven-time champion then hit the pit wall as he came in to change for slicks, before failing to improve as he spun on his last lap, claiming P4.

Monza winner Daniel Ricciardo was fifth for McLaren, ahead of the Alpine of Fernando Alonso, as the second Mercedes of Valtteri Bottas claimed P7 – an upset for Mercedes, who took a one-two in every session and segment leading up to Q3 – with Lance Stroll P8 for Aston Martin, ahead of Red Bull’s Sergio Perez and Alpine’s Esteban Ocon.

Meanwhile, with a back-of-the-grid start for Sunday’s Russian Grand Prix, Max Verstappen opted not to set a lap in qualifying. He’ll be joined at the back of the pack on Sunday by Charles leclerc and Nicholas Latifi, who will both be hit with penalties for changing power units.

So the story just keeps getting better for McLaren – but what can Lando Norris and the team achieve in Sunday’s Russian Grand Prix?

AS IT HAPPENED

Q1 – Hamilton fastest as Giovinazzi spins, while Verstappen opts not to set a time

With the rain holding off as qualifying got under way, every driver bar Fernando Alonso headed out onto the track on intermediate tyres, Alonso opting to initially sample the conditions on full wets, before switching to inters.

The teams’ engineers were nervously scanning the skies for signs of rain, though, with the Sochi Autodrom busy early on in Q1 as all the drivers tried to secure banker laps in case the heavens opened.

All the drivers, that is, bar Red Bull’s Max Verstappen, who with a back-of-the-grid start to come after taking on a fourth power unit, chose to complete just two installation laps before boxing to preserve his Red Bull RB16B, with no time set by the Dutchman.

The rain held off though, and with the track (and the drivers’ confidence) improving in the final moments of the session, Hamilton put in a storming final lap to go fastest with a 1m 45.992s, 0.404s clear of team mate Bottas.

With Verstappen’s penalty, Red Bull needed Sergio Perez to be up there with the Mercedes, and the Mexican showed well early on in qualifying, overcoming a Turn 2 spin to take P3, just behind Bottas and ahead of Aston Martin’s Sebastian Vettel in fourth and Norris in fifth in the McLaren.

Back after a Covid-enforced two-race lay-off, Kimi Raikkonen couldn’t make it out of Q1, taking P16, joined in the drop zone by team mate Antonio Giovinazzi, who spun early on and was nearly collected by Charles Leclerc’s Ferrari before ending up P18 – the Alfa Romeos split by an impressive showing from Haas’ Mick Schumacher in 17th.

Local driver Nikita Mazepin was P19, with the time-less Verstappen the other driver out in Q1, as the Williams pair both made it through to Q2, Nicholas Latifi taking 10th, one place ahead of George Russell.

Knocked out: Raikkonen, Schumacher, Giovinazzi, Mazepin, Verstappen

Q2 – Hamilton fastest again as Russell books spot in final part of qualifying

Mercedes rolled their dominance into Q2, with Hamilton once again setting the pace on inters, posting a 1m 45.129s to head Bottas by 0.177s, as Alonso did well to take P3, just 0.385s off Hamilton’s time – with Alonso’s Alpine team mate Esteban Ocon backing up the Spaniard by claiming fifth.

Two drivers out in Q2 were Latifi and Ferrari’s Charles Leclerc, with both set to start from the back of the grid after power unit changes, meaning they opted not to set laps – Williams having discovered a pneumatic issue on Latifi’s car on Friday night.

They were joined in the knock-out zone by the AlphaTauris of Pierre Gasly and Yuki Tsunoda in P12 and P13, Gasly expressing his displeasure on team radio after feeling he’d been blocked at one point – before going on to criticise his team for failing to put him out on new intermediates.

Vettel was perhaps the biggest shock, however, the fourth-placed finisher from Q1 ending up P11, having lapped just 0.052s shy of Ferrari’s Carlos Sainz in P10 – leaving Vettel spouting expletives over team radio.

Both McLarens made it through to Q3, meanwhile, Norris taking P4 to Monza winner Daniel Ricciardo’s P8 – while George Russell opted to use an extra set of inter tyres to bag his own Q3 berth in P9.

Knocked out: Vettel, Gasly, Tsunoda, Latifi, Leclerc

Q3 – Norris claims stunning maiden pole after late switch to slicks

With the rain failing to appear as the final segment of qualifying dawned, the drivers once again headed out on intermediates for the first flying laps in Q3, with Hamilton once again initially setting the pace with a 1m 44.050s.

But then George Russell instructed his team to prepare his slick tyres, with the rest of the field following suit as they all dived in for soft tyres. Hamilton’s dive was over-eager, though, with the seven-time champion hitting the pit entry wall and damaging his front wing, forcing Mercedes to lose time as they changed it.

With Hamilton finally able to re-join the track, he then radioed in to complain of not being able to get heat into his tyres. Initially, however, it had looked as though the move to slicks might have been the wrong one, with few drivers improving on their first laps on the softs.

But then Norris started lighting up the timing screens, eventually stopping the clocks with a 1m 41.993s – putting him 2.057s clear of Hamilton’s initial provisional pole time, as the McLaren garage erupted. Other drivers were improving too, with Sainz winding up P2, 0.517s off his former team mate Norris – while Russell went P3, to follow up his own sensational P2 from the Belgian Grand Prix for Williams, setting up one of the most incredible top threes we’ve seen in recent times in qualifying.

Hamilton wasn’t amongst that top three, spinning a few corners from the end on his final run to compound a rough finish to qualifying, but having done enough on the inters to end up P4, ahead of Italian Grand Prix winner Ricciardo in fifth, with Alonso sixth.

The Spaniard managed to finish ahead of Bottas, who’d been forced to wait in the pit lane as Mercedes struggled to fix Hamilton’s front wing, with Bottas also failing to improve on slicks as he took seventh. Stroll was eighth, as Sergio Perez was another driver not to improve on softs, ending up a disappointing ninth, ahead of Ocon.

But there was no doubt who the ultimate star of the day was, with Norris claiming McLaren’s first pole position since the 2012 Brazilian Grand Prix – a pole taken that day at Interlagos by none other than Lewis Hamilton…

The key quote

“Oh boy. It feels amazing. I don’t know what to say. Quite a demanding session but it was going well and obviously we made the decision to switch to slicks and, I don’t know, you never think you’re going to get a pole until you get it and now I’ve managed to do it. Yes, extremely happy and big thanks to the team as well – they’ve done an amazing job” – Lando Norris, McLaren

What’s next?

Sunday’s Russian Grand Prix kicks off at 1500 local time, with Mercedes looking to maintain their streak of never having been beaten at the Sochi Autodrom. But with Verstappen looking to scythe his way through the field from the back of the grid and attempt to limit the damage in the title fight, and a McLaren, a Ferrari and a Williams all starting ahead of Hamilton, we’re set for a fascinating contest, which you can follow in full on F1.com.