23 avril 2024

GP du Mexique, Ils ont dit…

GP du Mexique : Verstappen s’offre son 16e succès de la saison, un record et égale le record d’Alain Prost de 51 victoires en carrière.

Il a devancé le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) et le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari).

Rappel de Compte rendu du GP du Mexique ici

Analyse du GP par les Teams et pilotes

Pirelli

UNE NOUVELLE VICTOIRE DE VERSTAPPEN POUR ÉGALER PROST

Nouvelle victoire pour Max Verstappen, sa 16e de la saison, nouveau record du nombre de victoires sur une année. Il s’agit du 51e succès en carrière du Néerlandais, ce qui lui permet d’égaler Alain Prost à la quatrième place du classement des vainqueurs de tous les temps. Les trois pilotes qui le précèdent sont Sebastian Vettel (53), Michael Schumacher (91) et Lewis Hamilton (103).

MARIO ISOLA – DIRECTEUR PIRELLI MOTORSPORT :

« Comme toujours depuis que la Formule 1 est revenue au Mexique, l’atmosphère de cette course était incroyable, malgré l’abandon prématuré du favori du public, Sergio Perez. En ce qui concerne les pneus, nous avons constaté que l’évolution de la piste et les températures plus élevées ont permis au C4 de s’imposer comme le composé le plus efficace. Cela a été particulièrement évident après le redémarrage, lorsque ceux qui ont opté pour le choix agressif de monter le Medium, ont été en mesure d’en tirer le meilleur parti lorsqu’ils pouvaient attaquer avec, sans que les temps au tour ne chutent vers la fin, comme nous l’avons vu avec Hamilton et Norris par exemple. La supériorité de Verstappen signifiait qu’il pouvait choisir ce qu’il voulait faire en termes d’arrêts et la voiture de sécurité lui a permis de faire son deuxième arrêt au stand sans perdre de position, étant donné que ses rivaux ne faisaient que leurs arrêts programmés. Comme c’est souvent le cas avec un pilote en pleine forme, la chance semble vouloir l’aider encore plus. »

La journée sur la piste

La course s’est déroulée sous les températures les plus élevées du week-end, la piste atteignant 52 °C au départ et 45 °C à la fin. Comme prévu, presque tous les pilotes ont choisi de partir avec le pneu Medium, les exceptions étant Ocon (Hard), Albon (Hard) et Norris (Soft). Une fois que la course s’est calmée après les batailles qui ont eu lieu peu après le départ, la première partie de la course a vu les pilotes se montrer très attentifs à la gestion de leurs pneus et de leurs voitures. Cela s’appliquait aussi bien à ceux qui avaient définitivement opté pour une course à un arrêt qu’à ceux qui gardaient la possibilité d’opter pour deux arrêts, en particulier parmi les leaders. La voiture de sécurité et le drapeau rouge qui a suivi en raison de l’accident de Magnussen ont compliqué la détermination de la stratégie la plus rapide, d’autant plus que la course était désormais pratiquement divisée en deux parties. L’état de la piste s’est considérablement amélioré par rapport au début du week-end, ce qui a permis de réduire progressivement l’effet de grainage.

PROCHAINE ÉTAPE POUR NOS PNEUS F1

Le Grand Prix de Sao Paulo se déroule du 3 au 5 novembre sur le célèbre circuit d’Interlagos. Les équipes auront le choix entre les composés suivants : le C2 en P Zero White dur, le C3 en P Zero Yellow moyen et le C4 en P Zero Red tendre. Le week-end brésilien est également le dernier de la saison à se dérouler selon le format Sprint, avec les qualifications pour la course le vendredi après-midi et le samedi entièrement consacré au Shootout et au Sprint.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

Gagner 16 courses en une saison est quelque chose que je n’aurais jamais cru possible, cette saison a été incroyable.

« Le rythme de la voiture était très bon aujourd’hui, nous avions prévu d’adopter une stratégie différente de celle des autres, mais malheureusement nous n’avons pas pu le faire à cause du drapeau rouge. Néanmoins, nous étions très forts sur les pneus durs à la fin. Gagner 16 courses en une saison est quelque chose que je n’aurais jamais cru possible, cette saison a été incroyable. Je comprends pourquoi Checo s’est lancé dans la course au début, cela aurait été incroyable pour lui de monter sur le podium lors de sa course à domicile, ici au Mexique. Heureusement, le public est resté, et il a été incroyable tout au long du week-end, je me suis senti bien accueilli ici, comme toujours. Pour l’instant, ma tête est déjà tournée vers la prochaine course, voyons ce que nous pouvons faire au Brésil.

Sergio Perez, #11, DNF abandon :

Dans votre Grand Prix national, après avoir été deux fois sur le podium, vous voulez tout donner et je me suis donné à fond.

« J’ai pris un excellent départ, probablement mon meilleur de l’année, l’écart était là et si vous n’y allez pas, quel est l’intérêt d’être ici. J’ai foncé et pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que Charles freine aussi tard qu’il l’a fait et simplement, il n’y avait pas de place pour trois voitures. Je voulais vraiment cette victoire et je savais que c’était risqué, mais si ça avait marché, j’aurais fini en tête. Dans votre Grand Prix national, après être monté deux fois sur le podium, vous voulez tout donner et je me suis donné à fond, je voulais vraiment la victoire aujourd’hui et j’ai tout fait pour l’obtenir. Je rentre chez moi très triste à cause du résultat, mais je suis fier de moi et de mon équipe d’avoir tout donné, c’est juste de la course, et c’est comme ça que le sport fonctionne parfois.

Christian Horner :

Dietrich Mateschitz disait toujours « pas de risque, pas de plaisir » et nous avons tout donné dès le début.

« Une course aux fortunes diverses. Max a encore fait une course extraordinaire aujourd’hui, il a totalement dominé, mais Checo a vécu une course à la maison absolument épouvantable. Il a pris un départ en trombe et avait tellement d’élan dans le premier virage. On ne peut pas lui reprocher d’avoir voulu prendre la tête de la course à domicile, mais en fin de compte, trois ne font pas un et c’est un coup dur de le voir partir. Dietrich Mateschitz disait toujours « pas de risque, pas de plaisir » et nous avons tout donné dès le début. Les deux voitures ont incroyablement bien démarré. Nos départs n’ont pas été les meilleurs cette année, il y a eu une certaine variabilité. Les contrôleurs ont fait un excellent travail aujourd’hui. Checo et Max ont pris de très bons départs lors de la première course, puis lors de la relance, Max a également réussi à s’imposer.

Mercedes

L’équipe se bat à l’Autodromo Hermano Rodriguez

  • Lewis Hamilton et George Russell ont terminé deuxième et sixième du Grand Prix du Mexique.
  • Partis de P6 et P8, les deux pilotes ont progressé d’une position pour atteindre P5 et P7 après l’abandon de Perez suite à un contact avec Leclerc dans le virage 1.
  • Après un drapeau rouge au 33ème tour, Lewis s’est élancé en P3 et George en P7 avec une procédure de départ arrêté et les deux pilotes ont opté pour des pneus mediums usagés.
  • La W14 a fait preuve d’un rythme soutenu aujourd’hui et l’équipe a maintenu un équilibre délicat entre les températures des pneus, des freins et de l’unité de puissance sur ce circuit unique.
  • Alors que Lewis a réussi à dépasser Leclerc au 40e tour et à terminer la course en 2e position, George s’est battu avec acharnement dans les 20 derniers tours après avoir perdu la température de ses pneus et a terminé en 6e position.

Lewis Hamilton, #44, P2 :

C’est un excellent résultat étant donné que nous sommes partis de la 6e place et une journée incroyable pour l’équipe. Nous avons travaillé dur et je suis fier de toute l’équipe pour tout son travail. Cela a été quelques semaines difficiles pour nous, donc c’est formidable de pouvoir enfin rebondir. La voiture se sentait bien mieux aujourd’hui et le rythme était bon. Aujourd’hui, il s’agissait de l’équilibre de la voiture et de la gestion des pneus et nous avons bien réussi à le faire. Nous avons creusé très profondément ce week-end pour améliorer les réglages et faire les choses correctement et le résultat d’aujourd’hui montre le travail acharné que tout le monde dans l’équipe a fourni pour y parvenir. Maintenant, j’ai hâte d’arriver au Brésil et j’espère continuer avec le rythme soutenu de la voiture.

Georges Russell, #63, P6 :

Je me sentais vraiment bien dans la voiture aujourd’hui, le rythme était là donc c’est définitivement positif pour ce week-end. J’étais juste derrière Carlos et je voulais doubler lorsque mes freins ont surchauffé. Nous avions peur d’arriver au bout, donc j’ai dû reculer et c’est là que j’ai perdu toute la température des pneus et je n’ai pas réussi à les remettre dans la bonne fenêtre. C’était comme rouler sur de la glace pendant les 20 derniers tours, donc je suis content d’avoir réussi à terminer en P6. Encore un week-end difficile pour nous mais la voiture se comportait bien. Nous avons juste besoin de passer des week-ends propres et de faire preuve de cohérence, mais je suis convaincu que nous y parviendrons. J’attends avec impatience le Brésil et j’espère que nous y montrerons également un bon rythme et que nous serons en mesure de nous battre pour le podium.

Toto Wolff, directeur d’équipe et PDG :

Nous avions une voiture solide aujourd’hui, donc nous sommes satisfaits du résultat et cela nous donne confiance. Une fois que Lewis a réussi à prendre de l’air libre, les temps au tour ont été bons et il a également réussi à réaliser le meilleur tour à la fin de la course. Le rythme était là et c’est positif pour nous en nous appuyant sur les deux dernières courses. La gestion des pneus sur cette piste est tellement marginale, quelques degrés de température de piste et ils sont hors de la fenêtre et vice versa. Malheureusement, George n’avait plus de pneus, il lui était donc difficile de se défendre. C’est quand même un bon résultat pour lui aujourd’hui et il s’est bien battu pour conserver la position de Daniel dans le dernier tour. Nous ne savons pas encore comment nous allons jouer au Brésil la semaine prochaine. Nous garderons les deux pieds sur terre, ferons de notre mieux là-bas et j’espère que nous serons en mesure de nous battre devant.

Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie de piste :

Lewis a fait un excellent travail pour prendre la deuxième place depuis la sixième place sur la grille. Nous avons eu une série de courses difficiles ces derniers temps et c’est vraiment encourageant de voir le rythme de la voiture, surtout dans un week-end où nous avons eu beaucoup de mal à la faire entrer dans la fenêtre. George a été déçu de perdre sa place au profit de Lando dans les derniers tours, mais il était clairement plus rapide que Carlos à la relance et même s’il est facile, avec le recul, de dire que nous aurions dû le laisser partir et préserver les pneus, nous préférons être une équipe qui regarde vers l’avant dans les courses plutôt qu’une équipe qui regarde vers l’arrière. Nous n’avons pas eu un week-end facile ici, il a été difficile, très difficile de garder les pneus dans la bonne fenêtre et nous avons été très déçus de la façon dont les qualifications se sont déroulées. Cependant, partir d’ici en ayant égalé Ferrari en termes de points compte tenu de nos positions sur la grille est encourageant. La voiture fonctionnait bien, nous gérions les freins et nous corrigerons cela pour l’année prochaine, mais le rythme était fort. Nous pouvons nous améliorer ce week-end et nous allons travailler dur pour préparer la course sprint du week-end prochain au Brésil.

Ferrari

CHARLES SUR LE PODIUM, CARLOS QUATRIÈME DANS LE COURSE ET DANS LE CHAMPIONNAT

La Scuderia Ferrari a terminé troisième et quatrième du Grand Prix de Mexico sur l’Autodromo Hermanos Rodríguez. Charles Leclerc signe le 28ème podium de sa carrière, derrière lui Carlos Sainz, l’Espagnol remontant ainsi à la quatrième place du classement Pilotes, à égalité de points avec Fernando Alonso, mais devant son compatriote grâce à son titre de Singapour. gagner. L’écart avec Mercedes reste le même au classement Constructeurs avec 22 points, tandis que le podium de Charles est le 805ème pour la marque de Maranello, au terme d’une course qui aurait pu mal se terminer pour le Monégasque, puisqu’il a été impliqué dans une collision avec Sergio. Perez peu après le départ.

La course. Le départ a été chaotique et jusqu’au premier virage, l’effet d’aspiration a joué contre le duo Ferrari qui a remorqué les deux Red Bull avec eux. Les quatre voitures sont arrivées ensemble au premier virage, Carlos a ralenti pour éviter une collision, tandis que Charles a été pris en sandwich par les deux voitures rivales et lui et Perez ont pris contact, le Mexicain sortant de la piste avant de se retirer dans les stands. Le SF-23 de Charles a subi des dommages à la plaque d’extrémité de l’aile avant gauche, qui est tombée peu de temps après. Même si cela lui a fait perdre un peu d’appui, il a quand même réussi à terminer deuxième devant Carlos. L’Espagnol a été sous-coté par Hamilton, tombant à la quatrième place après avoir opté pour des pneus durs. Charles est resté stationné jusqu’à son propre arrêt au stand. Peu de temps après, la course est interrompue par un drapeau rouge suite à une chute de Kevin Magnussen et, à la relance, Leclerc doit donner le meilleur à Hamilton qui avait chaussé des pneus Medium, tandis que Charles était en Hard, mais il a quand même réussi à terminer sur le podium en troisième place. Quant à Carlos, il s’est battu bec et ongles dans les premiers tours après le redémarrage, repoussant George Russell, également en pneus Medium, l’Espagnol s’emparant de la quatrième place de la course et du championnat.

Une étape de plus dans le triplé américain. Demain, l’équipe quitte le Mexique et met le cap sur le Brésil qui accueille dimanche prochain le Grand Prix de Sao Paulo sur le circuit d’Interlagos. Il s’agit de la troisième et dernière course de la saison et met fin à ce trio de courses dans les Amériques.

Charles Leclerc, #16, P3 :

C’était une question délicate. J’étais coincé entre les deux Red Bull au départ et malheureusement Checo (Perez) et moi nous sommes touchés, ce qui m’a amené à subir des dégâts sur la voiture et à l’abandon de Checo.

Plus tard, nous avons eu un peu de mal sur les durs après la reprise. Lewis (Hamilton) était vraiment fort sur les Mediums et a eu très peu de dégradation, devançant nous.

Ce n’est pas là où nous voulions finir, mais nous avons maximisé notre résultat.

Carlos Sainz, #55, P4 :

Ce fut une course longue et difficile aujourd’hui, avec une gestion constante des pneus et des températures. En regardant le rythme aujourd’hui, je pense que le résultat est le maximum que nous aurions pu atteindre.

Les deux départs ont été assez chaotiques, mais nous avons gardé le cap et avons conservé notre stratégie préférée consistant à faire un arrêt, que nous avions optée avant le drapeau rouge. Au final, nous avons marqué de bons points pour l’équipe et nous nous concentrons désormais sur la prochaine course de Sao Paulo avec le format Sprint.

Frédéric Vasseur – Team Principal :

Lorsque vous partez en première ligne, une P3 et une P4 ne sont pas le résultat que vous visez, mais, compte tenu de la façon dont la course s’est déroulée, je pense que nous avons presque fait de notre mieux avec notre voiture aujourd’hui. Nous savions que le départ serait délicat en raison du long parcours jusqu’au premier virage, dans lequel le sillage peut avoir un effet important et notre départ d’aujourd’hui n’était certainement pas idéal.

Lors du premier relais, nous étions dans le rythme, mais ensuite, comme beaucoup d’autres, nous avons eu du mal au redémarrage avec les pneus durs. Et c’est ce qui a coûté à Charles la position face à Lewis, qui était en médiums, mais pour nous, cela aurait été vraiment à la limite d’arriver au bout avec ce pneu, si nous avions profité de l’occasion pour le remonter à la fin de la course. arrêté.

Nous devons continuer à travailler pour réduire la différence de performance entre nos qualifications et notre rythme en course, étant donné que, notamment sur les durs, nous avons trop eu du mal par rapport à nos rivaux qui étaient capables de mieux gérer les pneus que nous.

McLaren

« C’EST UN ÉVÉNEMENT DONT NOUS NOUS SOUVIENDRONS LONGTEMPS.

Ce qui s’est passé :

– C’est un départ sans faute pour les pilotes. Oscar gagne une position, tandis que Lando se place en P15.

– Lando s’arrête pour passer des pneus tendres aux pneus durs et reprend la course en P18.

– Lando, maintenant en pneus neufs, commence à remonter le peloton et atteint la P11.

– Oscar s’arrête pour passer des pneus durs et sort en P10 avec Lando juste derrière lui.

– Oscar dépasse Bottas et Albon et se retrouve en P8, tandis que Lando se hisse également dans le top 10 après avoir dépassé Bottas et Albon.

– Une voiture de sécurité est déployée suite à l’incident de Magnussen, et l’équipe décide de faire passer Lando en pneus mediums usagés.

– Un drapeau rouge est déployé au 33e tour.

– Lorsque la course reprend, les deux voitures perdent des positions, avec Oscar en P7 et Lando en P14.

– Lando commence une nouvelle charge dans le peloton, atteignant finalement la P10.

– Au cours d’une bataille de plusieurs tours, Tsunoda part en tête-à-queue après un contact avec Oscar. Oscar reste en P7, Lando en P8.

– L’équipe demande à Oscar et à Lando d’échanger leurs positions.

– A moins de 10 tours de la fin, Lando dépasse Ricciardo pour la P6 et Russell pour la P5.

– Le drapeau à damier flotte. Lando termine en P5 et Oscar en P8.

Lando Norris, #4, P5 :

« Une très bonne course. Notre rythme a été excellent du début à la fin. Les différentes stratégies ont parfaitement fonctionné. C’est un grand jour pour nous, probablement l’un de nos meilleurs dimanches en termes de rythme de course, de dépassement et de gestion de la course. Nous avons progressé par rapport à hier et nous en avons tiré le meilleur parti. Je suis très content de l’équipe et de la façon dont j’ai conduit aujourd’hui.

Oscar Piastri, #81, P8 :

« Un dimanche difficile. J’ai eu quelques batailles, ce qui m’a rendu la vie intéressante, mais ce n’était certainement pas la journée la plus simple. Le rythme était raisonnable et ensuite, après le drapeau rouge, la vie a été beaucoup plus difficile. Après la bagarre, j’ai eu un peu plus de mal avec les pneus et j’ai subi quelques dégâts, ce qui n’a pas aidé. C’est bien de ramener quelques points importants à la maison, mais il y a quelques points à revoir pour le Brésil.

Andrea Stella :

« Le Grand Prix de Mexico a été intéressant et divertissant. Nous avons été en mesure de consolider les bons points d’Oscar, qui a mené une course très forte avec des moments de course robustes, une défense de premier ordre et une bonne gestion de la course après avoir subi des dommages avec une perte significative de charge aérodynamique. Du côté de Lando, ce fut non seulement l’une de ses meilleures courses, mais aussi l’une des meilleures auxquelles j’ai participé. Son premier relais, depuis la 17e place sur la grille, a été excellent, avec des dépassements très rapides. Nous l’avons fait rentrer au stand sous la voiture de sécurité, pensant que cela le mettrait dans une position très forte, mais il a perdu au drapeau rouge. Mais Lando a réussi à dépasser toutes les voitures pour finir P5 en 30 tours. C’est une course dont nous nous souviendrons longtemps.

« Bravo à l’équipe de l’usine, à nos collègues de HPP et à l’équipe de l’Autódromo Hermanos Rodríguez pour ne pas s’être découragée après un samedi difficile. Les résultats d’aujourd’hui montrent la force en profondeur et la résilience de McLaren. Nous nous rendons au Brésil encouragés, à la recherche d’un week-end compétitif à São Paulo ».

Aston Martin

Lance Stroll, #18, P17 :

« Nous avions une voiture légèrement meilleure après avoir effectué quelques changements de réglages pendant la nuit, mais nous n’avons toujours pas le rythme dont nous avons besoin pour concourir en tête de la grille. J’ai dû abandonner à cause d’un contact avec [Valtteri] Bottas entre les virages 13 et 14. Nous nous concentrons désormais sur le Brésil et essayons de maximiser le dernier week-end de sprint de l’année. Je sais que tout le monde sur la piste et sur le campus fait de gros efforts pour continuer à s’améliorer, et c’est tout ce que nous pouvons faire pour le moment.

Fernando Alonso, #14, DNF, abandon :

« Ce fut une course et un week-end difficiles pour nous. Il semble que nous ayons subi quelques dégâts dus aux débris dans le premier tour après les incidents du premier virage et nous avons semblé perdre en performance. Nous avons essayé de résoudre ce problème pendant le drapeau rouge, mais la situation a empiré après le redémarrage et nous avons donc dû abandonner la voiture. Cela n’a pas été un triple tête facile jusqu’à présent, mais on apprend plus des difficultés que des succès. Il nous reste encore trois courses cette saison sur des circuits très différents, nous y retournerons donc au Brésil.

Mike Krack, directeur de l’équipe :

« Nous n’avons pas été compétitifs ce week-end et nous n’avons pas donné à Lance et Fernando la voiture dont ils avaient besoin pour concourir pour les points. Nous avons apporté des modifications à la voiture de Lance avant la course car nous nous concentrons sur l’apprentissage global pour 2024. Personne dans l’équipe n’est satisfait de notre forme actuelle, mais nous sommes une unité solide et nous continuerons à travailler ensemble pour obtenir des améliorations. . Il est juste de dire que les caractéristiques du circuit n’ont pas joué en faveur de nos points forts aujourd’hui, mais nous allons travailler dur pour être plus compétitifs à Interlagos [Brésil] le week-end prochain.

Alpine

De l’arrière aux points pour Esteban alors que Pierre manque de peu le Grand Prix de Mexico sous drapeau rouge

BWT Alpine F1 Team a pris un point lors du Grand Prix de Mexico d’aujourd’hui alors qu’Esteban Ocon remontait de l’arrière du peloton à la dixième place sous le drapeau à damier sur un Autodromo Hermanos Rodriguez bruyant. Pierre Gasly s’est battu pendant toute la course pour les points puisqu’il a finalement terminé à la onzième place.

La course a été signalée par un drapeau rouge au 34e tour suite au violent coup de Kevin Magnussen contre le mur au virage 8, permettant à Esteban de changer de pneus pour la première fois de la course, des durs aux médiums, ce qu’il a réussi jusqu’à la fin de la course, dépassant cliniquement Nico. Hülkenberg entre dans le virage 1, à cinq tours de la fin pour arracher le dernier point.

Pierre a pris un bon départ pour remonter à la neuvième place en début de course, s’arrêtant au 28e tour pour Hards, juste avant la voiture de sécurité au 33e tour pour Magnussen, avant que cet incident ne soit transformé en drapeau rouge. Après des échappées nettes dès le deuxième départ arrêté de la journée, les deux pilotes cherchaient à conquérir les positions payantes. Finalement, Esteban a dépassé Hülkenberg au 66e tour dans le virage 1, Pierre faisant de même dans le virage 12, le duo franchissant la ligne d’arrivée aux dixième et onzième.

L’équipe attend avec impatience le dernier sprint de la saison le week-end prochain, au Grand Prix de São Paulo à Interlagos.

Esteban Ocon, #31, P10 :

« Un week-end difficile s’est terminé sur une note positive avec un top 10 âprement disputé ici au Mexique. À la radio d’après-course, j’ai dit « n’abandonnez jamais » et aujourd’hui c’était à peu près ça. Bravo à l’équipe pour une course bien gérée où il s’est passé beaucoup de choses du début à la fin. Nous n’avons pas fait un bon départ pour commencer, perdant quelques places et je me suis retrouvé dernier pendant un moment. La première moitié de la course a été difficile et nous avons pris des risques stratégiques et cela a payé. La reprise de la course a été méga, où j’ai gagné quelques places dans les deux premiers virages. Dès lors, nous avons bien couru et maximisé notre potentiel aujourd’hui avec une dixième place et un point bien mérité.

Pierre Gasly, #10, P11 :

« Ce fut un après-midi difficile pour nous aujourd’hui et c’est toujours décevant de rater des points. Je pense que nous avons maximisé tout ce que nous avions entre nos mains mais, malheureusement, le timing de la voiture de sécurité et du drapeau rouge nous a vraiment coûté cher car nous étions bien dans la lutte pour au moins la neuvième place après un bon départ et un premier relais décent. Je suis content que Kevin [Magnussen] aille bien car cela semble avoir eu un impact important sur cet incident. Il y a des choses que nous devons améliorer car, clairement, nous avons manqué dans certains domaines aujourd’hui. J’ai hâte de boucler ce triplé au Brésil le week-end prochain. C’est un Sprint, donc plus de points à gagner, et c’est un endroit où je garde de bons souvenirs de mon podium en 2019. Je suis prêt pour cela et je vise une bien meilleure performance.

Bruno Famin, Team Principal par intérim :

« Ce fut un week-end difficile pour l’équipe à Mexico car nous repartons avec un point, ce qui est probablement conforme à ce que nous aurions pu obtenir. Cela a mis en évidence certains domaines clés dans lesquels nous devons nous améliorer, car il était évident que nous avions du mal à courir et à dépasser les voitures devant. Sur le plan opérationnel, ce fut un bon week-end et toute l’équipe a fait preuve de cohésion et d’un solide travail d’équipe à tous les niveaux. La semaine prochaine, nous aurons le dernier sprint de la saison et nous visons une performance bien améliorée des deux voitures.

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Comme nous nous y attendions, ce fut une course fascinante et difficile. Toutes les voitures se comportaient dans une certaine mesure et nous avons pu rouler à un bon rythme avec seulement une gestion mineure requise. Les deux pilotes ont attaqué fort tout au long de la course et chacun a très bien exécuté sa propre stratégie, gérant de longs relais avec les pneus.

Malheureusement, nous avons dû abandonner Logan dans le dernier tour. Nous avons eu un problème de pompe à carburant pendant une grande partie de la course, mais dans le dernier tour, nous n’avons pas pu récupérer le carburant du réservoir vers la rampe d’injection et donc pour éviter d’endommager le PU, nous avons abandonné sa voiture. C’était vraiment dommage pour Logan car il avait très bien couru et s’était mis en position de force. Dans l’ensemble, il a soutenu sa course à Austin avec un autre pilotage excellent et offensif aujourd’hui.

Alex a également très bien piloté et a tout optimisé depuis la voiture. Avec le recul, nous serions restés sous la voiture de sécurité et avons attendu le drapeau rouge, cependant, l’opportunité de faire un arrêt au stand à bas prix et de garantir une position en piste sur la plupart de nos rivaux était trop belle pour la manquer. Heureusement, Alex a réalisé un excellent départ à la reprise et s’est immédiatement mis en position de marquer des points.

Ce fut un week-end intéressant et sens dessus dessous. Nous ne nous attendions pas à être forts ici et nous nous sommes parfois surpris. Après une séance de qualification difficile, nous avons extrêmement bien couru, toute l’équipe s’est brillamment réunie pour livrer deux voitures de course solides. Nous avons limité les dégâts dans la lutte pour le Championnat et tournons désormais notre attention vers le Brésil et la dernière épreuve Sprint de la saison 2023.

Alex Albon, #23, P9 :

C’était une belle course, ce qui m’a surpris, car nous n’avions pas beaucoup de rythme en course. La piste était un peu trop chaude pour nous, ce qui a nécessité une bonne gestion des pneus, ce à quoi je m’attendais. Nous avons pris de très bons départs, où nous avons gagné de bonnes positions, et nous avions une bonne stratégie, mais le drapeau rouge a un peu gâché tout cela, et nous avons dû remettre les compteurs à zéro avant le nouveau départ. Nous avons rattrapé les places perdues pendant la voiture de sécurité, et je pense qu’indépendamment de la qualification d’hier, P9 était le meilleur résultat que nous pouvions obtenir aujourd’hui, donc je suis content.

Logan Sargeant, #2, P16 :

J’ai encore passé un bon dimanche. Le rythme était encore une fois bon, et j’ai eu quelques bons mouvements. J’ai eu une mauvaise deuxième relance qui m’a empêché d’être dans le top 10. Cependant, nous avons géré un problème tout au long de la course et il nous a manqué un tour du point de vue de la fiabilité. Nous avons eu un problème de pompe à essence qui nous a contraints à l’abandon. Nous avions la bonne quantité de carburant dans la voiture, mais nous n’arrivions pas à l’introduire dans le moteur. Nous avons fait de notre mieux pour gérer ce problème et l’équipe m’a aidé à m’en sortir. C’est décevant de ne pas finir après avoir donné tout ce que j’avais pendant 71 tours, mais il y a beaucoup de points positifs à retenir et je suis content de moi.

AlphaTauri

Daniel Ricciardo, #3, P7 :

« Il y a beaucoup d’émotions, et je me sens vraiment mieux que bien. Après deux départs sur ce circuit, on retient son souffle parce que la course est longue jusqu’au virage 1 et que tout peut arriver. Lors du premier départ, nous avons abordé le virage 1 en quatrième position et en sommes sortis également en quatrième position, ce qui m’a fait plaisir. Pour le deuxième départ, je savais que le drapeau rouge nuirait à notre course, mais je suis heureux d’apprendre que Kevin (Magnussen) n’a pas été blessé après le gros accident qu’il a eu. Repartir avec le pneu dur, les autres ayant opté pour le pneu médium, et ne perdre qu’une position, c’était presque le meilleur scénario, et nous nous en sommes bien sortis. Nous avons essayé de prendre notre rythme, j’ai eu une petite bagarre avec Norris mais je l’ai laissé partir. Nous pensions que s’il pouvait rattraper George (Russell), il le rapprocherait de nous, et c’est ce qu’il a fait. Dans le dernier tour, nous nous sommes rapprochés, mais nous n’avons pas réussi à le faire. Quoi qu’il en soit, se battre avec une Mercedes à la fin est excitant. Dans l’ensemble, ce fut un bon week-end au cours duquel nous avons marqué six points importants. Maintenant, continuons sur notre lancée ».

Yuki Tsunoda, #22, P12 :

« Félicitations à l’équipe et à Daniel pour les points. Le rythme de la voiture était aussi bon que prévu, donc c’est vraiment dommage pour l’incident avec Piastri. Je suis satisfait de mon passage sur les pneus durs, sans lesquels je n’aurais pas été huitième. C’était fort et cela montrait que la voiture était bonne. C’est difficile de suivre les autres, donc plus tard, j’ai senti que les pneus commençaient à avoir du mal et j’ai voulu dépasser le plus vite possible. Toutes mes excuses pour l’incident qui m’a fait tomber en queue de peloton. Cette piste convenait bien à notre voiture, et en raison des virages lents au Brésil, j’espère que nous avons le même potentiel et les mêmes chances. J’espère que nous pourrons nous battre pour le top 10 lors des courses restantes.

Jonathan Eddolls (ingénieur de course en chef) :

« Dans l’ensemble, des émotions mitigées pour l’équipe. À commencer par Daniel, qui a réalisé un pilotage absolument incroyable cet après-midi. Il a très bien géré les pneus et a fait tout ce que nous lui demandions. Le drapeau rouge n’est pas arrivé au meilleur moment pour lui car il ne lui restait plus que des trains de pneus usés, mais il s’est battu jusqu’au bout. Il a fait tout ce qu’il pouvait pour garder les voitures derrière, et s’il y avait eu un tour supplémentaire, il aurait rattrapé Russell, qui avait du mal avec les pneus médiums. C’est formidable de voir et de montrer que les performances de la voiture sont au rendez-vous. Évidemment, c’était plus difficile pour Yuki, qui partait en fond de grille, mais il faisait de bons progrès. Nous avons eu la voiture de sécurité qui est arrivée à mi-course. Nous avons pris le pari de rester à l’écart parce que nous pensions qu’il y aurait un drapeau rouge, et cela s’est produit. En raison de la pénalité du Power Unit, nous avions un surplus de pneus neufs, il était donc dans une position idéale pour renverser la situation, en redémarrant sur les pneus durs. Malheureusement, il était un peu pressé de tenter de dépasser Piastri. Nous étions plus rapides qu’eux et nous les aurions eu à la fin de la course, mais Oscar et Yuki se sont réunis et Yuki est parti en tête-à-queue.

« C’est fantastique pour l’équipe et pour tout le monde que la voiture soit performante. Le travail d’équipe a été très bon ce week-end, donc c’était bien d’être récompensé par plus de points. Un peu doux-amer avec l’occasion manquée aussi. Avec le résultat d’aujourd’hui, nous sommes à égalité de points avec Alfa Romeo, mais devant eux au championnat, et clairement, réduisant l’écart avec Williams devant. La voiture semble rapide et les mises à jour fonctionnent, nous envisageons donc de réduire cet écart au cours des courses à venir.  

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake a vécu un dimanche après-midi frustrant à Mexico : Zhou Guanyu et Valtteri Bottas, partis dans les dix premiers sur la grille, ont vu leur quête de points réduite à néant lors du Grand Prix du Mexique, terminant respectivement aux 14e et 15e places.

Avec le résultat d’aujourd’hui, l’équipe glisse à la neuvième place du championnat des constructeurs. Il reste trois courses pour faire un pas en avant dans le classement et nous continuerons à nous battre jusqu’à la fin.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Des courses comme celle d’aujourd’hui sont difficiles à digérer, surtout si l’on tient compte des excellentes performances que nous avons réalisées hier en qualifications. Nous sommes partis en bonne position pour doubler les points, puis nous avons perdu du terrain tout au long de la course, pour finir en dehors du top 10. De plus, Valtteri a malheureusement souffert d’un problème de température de freinage après le nouveau départ, lorsqu’un morceau s’est coincé dans son conduit de frein arrière gauche, ce qui ne lui a pas permis de se mêler à la course. Notre rythme de qualification s’est amélioré ce week-end, mais notre rythme de course est le domaine dans lequel nous devons progresser avant les prochaines courses, afin de continuer à nous battre pour notre objectif saisonnier. Bien que nous ayons reculé à la neuvième place du classement, à égalité de points avec AlphaTauri, aucun espoir n’est perdu : à trois courses de la fin, nous tous sur la piste, nos pilotes et l’équipe à Hinwil, sommes déterminés à donner le meilleur de nous-mêmes jusqu’à la fin pour faire un nouveau bond en avant et revenir là où nous devons être ».

Valtteri Bottas, #77, P15 :

« Aujourd’hui a été une journée difficile pour l’équipe, et la chance n’a pas été de notre côté non plus : la voiture de sécurité est sortie juste un tour après que nous ayons fait les stands, ce qui signifie que nous avons perdu beaucoup de terrain car tout le monde a dû changer de pneus pendant le drapeau rouge qui s’en est suivi. Le redémarrage de la course s’est bien passé, au début, mais je me suis retrouvé coincé dans un train pendant presque tous les tours restants, et j’ai fini par entrer en collision avec Lance [Stroll] vers la fin. Bien sûr, c’est décevant de repartir sans aucun point, d’autant plus que nous avions connu un bon week-end jusqu’à aujourd’hui. Cela n’a pas été notre jour, mais nous avons encore trois courses pour retrouver notre position au championnat, en commençant par le Brésil la semaine prochaine : nous y avons été très forts par le passé, alors espérons que nous pourrons renverser la vapeur et revenir dans la lutte ».

Zhou Guanyu, #24, P14 :

« C’était une journée frustrante – notre course a été pratiquement détruite par le drapeau rouge. J’ai été l’un des premiers à m’arrêter et à passer en pneus durs, mais au restart, j’étais celui dont les pneus durs usés avaient fait le plus de tours : tous les autres avaient soit des mediums neufs, soit des durs neufs, et c’était fini pour nous. J’ai bien redémarré, mais il m’a été impossible de conserver ma position : la différence d’adhérence était trop importante et j’ai été une cible facile pour le reste de la course. C’est dommage car nous avions fait du bon travail ce week-end, et repartir sans rien, c’est vraiment décevant.

Haas

MoneyGram Haas F1 Team a terminé avec Nico Hulkenberg 13e, tandis que Kevin Magnussen a abandonné, lors du Grand Prix de Mexico, 20e manche du Championnat du monde FIA de Formule 1 2023, qui s’est déroulé dimanche à l’Autodromo Hermanos Rodriguez.

Hulkenberg a pris le départ depuis la 12e place sur des pneus moyens Pirelli P Zero Yellow et s’est hissé à la huitième place dès le premier tour. L’Allemand est rentré au 23e tour en pneus durs blancs et occupait la neuvième position lorsque la course a été interrompue à la suite d’un accident de son coéquipier Magnussen.

Hulkenberg s’est maintenu dans le top 10 après le redémarrage au 37e tour, en optant pour des pneus mediums, et a repoussé un train de voitures jusqu’à ce qu’il perde malheureusement des positions dans les derniers instants. Hulkenberg a néanmoins ramené la voiture à la 13e place à la fin du grand prix de 71 tours.

Magnussen s’est élancé de la 16e place sur la grille de départ en pneus mediums et a gagné trois positions dans le premier tour pour se retrouver en 13e position. Le Danois est rentré au 23e tour pour chausser des pneus durs, mais sa course s’est arrêté 10 tours plus tard lorsqu’il a été victime d’une défaillance présumée de la suspension arrière gauche dans le virage 8. Magnussen a subi un impact important avec les barrières, mais a heureusement pu s’extraire de l’épave et a reçu le feu vert après une visite de précaution au centre médical.

En tête, Max Verstappen a remporté une 16e victoire en une saison pour Red Bull Racing, devant le pilote Mercedes Lewis Hamilton et Charles Leclerc de la Scuderia Ferrari.

Kévin Magnussen, #20, DNF, abandon :

« Je suis tombé suite à une panne de suspension arrière gauche. C’est arrivé dans un mauvais endroit et j’ai heurté le mur, donc j’ai reçu un coup sur les mains et ça m’a fait un peu mal, mais ça va. Nous devons enquêter un peu plus sur ce qui s’est exactement passé, car il vient d’abandonner. Avant cela, tout se passait bien, j’étais coincé dans les embouteillages pendant un long moment et mes pneus étaient cuits, mais je ne sais pas si la cause de la panne a eu un impact pendant un certain temps auparavant.

Nico Hülkenberg, #27, P13 :

« Les pneus ont tout simplement chuté, faire 37 tours allait toujours être une longue période, et avec les pneus médiums, ce n’était pas possible pour nous. Malheureusement, nous avions déjà utilisé les gommes dures car nous avions une stratégie à un seul arrêt et nous ne savions pas que le drapeau rouge allait arriver. Le timing du drapeau rouge n’était pas idéal et cela a nui à ma course – mais plus important encore, Kevin va bien. Je tenais le coup et j’ennuyais les autres, je suis sûr qu’ils étaient frustrés de voir mon aileron arrière pendant si longtemps, donc ça m’a fait plaisir.

Günther Steiner, chef d’équipe :

« Avec Kevin, il a eu une panne de suspension, nous devons donc comprendre pourquoi cela s’est produit, mais cela semble être lié à la chaleur – nous devons vérifier. Ce fut encore une journée difficile, mais tout n’est pas négatif. Nico était en bonne position pour marquer des points, mais avec le drapeau rouge, que nous avons nous-mêmes provoqué, nous n’avons pas pu conserver les pneus lors du dernier relais. Notre voiture ne peut pas conserver la durée de vie de ses pneus comme les autres voitures. Nous pourrions nous battre sur presque toute la distance, mais ce n’est presque pas suffisant. Sinon, il semble que toute l’équipe ait bien performé et Nico a piloté de manière fantastique pour essayer d’obtenir quelque chose.