Dakar, étape 6, Peterhansel s’impose, Sainz domine au général

Posted by

L’œil dans l’objectif

Stephane Peterhansel. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

En plein désert ! Le programme de la 6e étape a plongé les pilotes dans un tableau ininterrompu de sable. Pas un village, pas une rivière… simplement des dromadaires en nombre au départ de Ha’il, et un environnement de hors-piste grandiose avec des dunes d’envergure modeste. Pour le moment. Sur 477 kilomètres, les machines et les hommes ne sont pas à l’abri d’une défaillance. Davantage que le terrain, ce sont ces imperfections qui ont causé à des degrés divers des dégâts du côté de chez Johnny Aubert, Kevin Benavides ou encore Jakub Przygonski. Une fois la spéciale terminée, c’est à un choc qu’ont été confrontés les pilotes en pénétrant dans Riyadh : la capitale d’Arabie Saoudite conserve l’héritage des bédouins et affiche la plus grande modernité sur le plan des infrastructures et des technologies.

 Photo Eric Vargiolu / DPPI

 L’essentiel

Comme en 2019 au Pérou, Ricky Brabec réalise un travail impeccable en Arabie Saoudite pour mener le rallye à mi-course avec plus de 20 minutes d’avance. Et l’Américain ajoute le panache à la régularité avec une nouvelle victoire d’étape à Riyadh devant son coéquipier Joan Barreda.

Brabec Ricky, Honda, Monster Energy Honda Team 2020. Photo Francois Flamand / DPPI

Une victoire qui revient à Simon Vitse chez les quads, sans perturber outre-mesure le leader Ignacio Casale alors que côté autos aussi le costume de patron reste sur les mêmes épaules.

Sainz Carlos, Cruz Lucas, Mini John Cooper Works Buggy, Bahrain JCW X-Raid Team, en tête au classement général. Photo DPPI

En l’occurrence celles de Carlos Sainz qui ne laisse échapper qu’une grosse minute au vainqueur du jour Stéphane Peterhansel, actif pour refaire son retard au général. Nasser Al-Attiyah fait lui le dos rond à la troisième place.

Peterhansel Stephane, Fiuza Paulo, Mini John Cooper Works Buggy, Bahrain JCW X-Raid Team, vainqueurs du jour. Photo DPPI

Tout le contraire de Gerard Farrés qui roule sans pression et enlève sa deuxième spéciale du rallye devant le leader du général Chaleco Lopez. La catégorie camion est, elle, toujours dominée par Andrey Karginov qui ajoute une nouvelle victoire d’étape à son palmarès, tandis que le leader de Kamaz, Eduard Nikolaev, a été contraint à l’abandon.

Karginov Andrey, Mokeev Andrey, Leonov Igor, Kamaz, Kamaz. Photo DPPI

La perf’ du jour

Vitse Simon, Yamaha, Je peux 2020-BBR Mercier Racing. Photo Eric Vargiolu / DPPI

Simon Vitse revient de loin. Victime d’un gros crash après avoir remporté sa première étape sur le Dakar 2018 avec bassin fracturé, omoplate, clavicule et côtes cassés, le Français avait dû faire l’impasse sur la dernière édition au Pérou. Et le voici de retour en forme, décidé cette fois à aller au bout de son troisième Dakar et à ne pas se laisser impressionner par les ténors habituels de la catégorie. Une attitude qui l’a conduit à la victoire d’étape à Riyadh, plus de 6 minutes devant le leader du général Ignacio Casale. Une performance qui l’emmène à la deuxième place du classement provisoire alors que le rallye n’est qu’à mi-parcours…

Le coup dur du jour

Luciano Benavides Red Bull KTM Factory Team. Pht. Flavien Duhamel/Red Bull Content Pool

 Cette année encore, Kevin Benavides avait toutes les cartes en mains pour aller chercher sa première victoire sur le Dakar. Troisième du classement général ce matin, l’Argentin s’est montré ultra-régulier dans une édition à la navigation délicate avec quatre arrivées dans le Top 4 en cinq étapes. Ce n’est pas l’homme qui a failli juste avant la journée de repos, mais la machine. Une Honda performante mais à la fiabilité une fois de plus mise en cause avec une casse moteur à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Après s’être blessé avant le rallye en 2017, s’être égaré en 2018 et avoir subi une lourde pénalité en 2019, Benavides est une nouvelle fois hors-jeu pour la victoire au classement général.

La stat’ du jour

Eduard Nikolaev, Team KAMAZ-Master. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

En 13 Dakar, Eduard Nikolaev n’avait encore jamais abandonné (hormis une mise hors-course en 2012). Le vainqueur des trois dernières éditions faisait même preuve d’une régularité aux avant-postes impressionnantes. Mais il n’avait jamais non plus subi de telles pannes avec son Kamaz, qui ne lui a laissé aucun répit depuis le départ du rallye. Et l’enchainement des événements ces dernières 24 heures ont eu raison de la ténacité de l’équipage n°500 qui a terminé l’étape 5 au petit matin avant de se lancer immédiatement dans la spéciale du jour et de se retrouver à nouveau en panne après 33 km. Cette fois, Nikolaev a signé la feuille d’abandon.

Video Red Bull Media House

Les classements ici

Tout ce beau monde va se retrouver au repos samedi 11 janvier, le reprise se fera le 12 lors de l’étape 7, Riyadh – Wadi Al Dawasir

Etape 7