F1, vue d’ensemble du GP de Styrie et d’Autriche

Posted by

Par Pirelli

« NOUS AVONS CHOISI LES PNEUS »

Pour la deuxième et la troisième manche en Autriche du premier triplé de l’année, Pirelli a fait deux nominations de pneus distinctes sur le même circuit (comme ce fut le cas l’année dernière à Silverstone). Pour la première course au Red Bull Ring, connue sous le nom de Grand Prix de Steiermark, le C2 sera le P Zero White dur, le C3 sera le P Zero Yellow moyen, et le C4 sera le P Zero Red tendre. Au Grand Prix d’Autriche, qui a lieu un week-end plus tard sur un circuit identique, le P Zero White dur sera le C3, le P Zero Yellow moyen sera le C4 et le P Zero Red tendre sera le C5 : la combinaison la plus tendre de la gamme Pirelli.

GP de Styrie (27.6.2021)
GP d’Autriche (4.7.2021)

Ces deux nominations distinctes ont été faites pour créer un différentiel entre les deux courses, offrant une certaine variation stratégique avec l’introduction du composé le plus tendre pour le deuxième week-end.

Le Red Bull Ring est un circuit compact et en dents de scie, avec un tour frénétique et assez court caractérisé par un virage l’un après l’autre et plusieurs changements d’élévation. Malgré cela, il n’est pas particulièrement exigeant pour les pneus, ce qui permet d’utiliser les pneus les plus tendres de la gamme.

CARACTÉRISTIQUES DE LA PISTE

Le court tour de 4,3 kilomètres et de 10 virages signifie que le trafic est souvent un problème, ce qui est un facteur pour la stratégie de course et surtout pour les qualifications. En raison de la brièveté et de la fluidité du tour, les écarts de performance entre les composés ont tendance à être assez faibles. La majorité des virages sont des virages à droite, mais les deux virages les plus exigeants sont en fait des virages à gauche, ce qui signifie que les pneus déchargés y entrent relativement froids à chaque fois.

La première course consécutive sur le même circuit cette année signifie que les équipes disposeront de beaucoup de données et d’opportunités pour maximiser le potentiel des pneus – surtout pendant le deuxième week-end. Par conséquent, les équipes se concentreront particulièrement sur les pneus C5 les plus tendres lors de la préparation du Grand Prix d’Autriche.

Par le passé, cette course n’a connu qu’un seul arrêt sur le papier, à l’exception des occasions où une voiture de sécurité a incité les pilotes à effectuer un arrêt au stand « gratuit ». Ce sera à nouveau le cas au Grand Prix de Steiermark, mais la nomination plus douce une semaine plus tard pourrait pousser les équipes à se rapprocher d’un double arrêt pour le Grand Prix d’Autriche.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE DE LA F1 ET DES COURSES AUTOMOBILES :

Mario Isola, Racing Manager, Pirelli Motorsport. Pht. FIA Pool/LAT Images

« Une fois de plus, après l’année dernière, l’Autriche accueille une course consécutive, ce qui signifie que les équipes ont beaucoup de données sur ce circuit et une expérience récente sur la façon de gérer ses défis et tactiques particulières. Cependant, avoir deux nominations de pneus différentes est une première pour le Red Bull Ring, il sera donc intéressant de voir comment les équipes se familiarisent avec les pneus C5 les plus tendres pour le deuxième week-end de course – et comment la nouvelle sélection influence la stratégie afin de créer des opportunités différentes par rapport au précédent Grand Prix de Steiermark. »

Par Red Bull

Max Verstappen. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

MAX VERSTAPPEN Q&A

En France, vous avez réalisé le triplé de votre carrière en décrochant pour la troisième fois la pole position, la victoire en course et le meilleur tour. Comment s’est passé le week-end dernier ?

C’était un week-end incroyable et ça fait toujours du bien d’avoir la pole position, mais gagner était un super résultat. Je suis super content de ça, et nous avons gagné la course grâce à notre stratégie. J’espère maintenant que nous pourrons continuer comme ça pour le reste de l’année. Tout le monde sur le circuit et à l’usine travaille à fond et maintenant nous devons juste continuer à pousser pour gagner plus de courses cette année.

Historiquement, le circuit Paul Ricard a été un circuit plus faible pour nous, donc vous attendiez-vous à être si compétitif ?

Non, nous ne nous y attendions pas, car les Mercedes y ont été très fortes par le passé, mais nous constatons que chaque week-end de course est différent en termes de compétitivité et que vous ne savez jamais où vous en êtes avant d’être sur la piste. Vous ne savez jamais ce dont les autres sont capables, donc nous ne nous attendions pas à ce résultat, ce qui le rend encore plus satisfaisant. C’était un grand effort d’équipe de tout le monde, vous pouvez voir que tout le monde travaille très bien ensemble et c’est juste une grande équipe de personnes ici.

La prochaine course de ce triplé aura lieu sur notre circuit national, le Red Bull Ring. Qu’est-ce que vous attendez ?

J’ai vraiment hâte d’être en Autriche car c’est comme un Grand Prix à domicile et l’opportunité d’avoir deux courses rend les choses encore meilleures. C’est toujours agréable de courir ici et nous avons eu de bons résultats au Red Bull Ring, mais rien n’est jamais garanti. Nous devons à nouveau bien régler la voiture là-bas, lire les conditions et y réagir. Je ne sais pas ce que sera la météo, mais je m’attends à ce que ce soit encore très serré. Nous verrons bien quand nous y serons, mais j’espère que nous pourrons faire deux très bons week-ends.

SERGIO PEREZ Q&A

Avec votre troisième place en France, vous êtes monté sur deux podiums consécutifs pour la première fois de votre carrière en F1. Quel bilan tirez-vous de ce week-end ?

C’était un week-end positif et c’était génial pour l’équipe de monter sur un double podium et de marquer des points précieux dans le championnat des constructeurs. De mon côté, je continue à progresser et les choses se mettent en place mais tout va dans le bon sens.

En tant qu’équipe, nous ne nous attendions pas à ce genre de performance sur un circuit qui ne nous convenait pas dans le passé.

En tant qu’équipe, nous avons vraiment bien travaillé ensemble en France. Nous avons fait en sorte que la stratégie fonctionne et maintenant nous devons juste continuer comme ça. Il est temps de regarder vers l’avenir et il est encore très tôt dans la saison, donc nous devons continuer à travailler dur et traiter chaque course comme si c’était la dernière. La motivation de tout le monde est très élevée, et nous allons profiter de cet élan pour maximiser notre potentiel dans les courses à venir.

Le prochain rendez-vous est le Grand Prix de Styrie, la course à domicile de Red Bull…

Je suis impatient de courir pour Red Bull à son Grand Prix national et nous avons maintenant deux week-ends sur le même circuit, ce qui, je pense, m’aidera beaucoup à progresser et à acquérir plus d’expérience dans la voiture. L’équipe a obtenu de bons résultats ici par le passé, alors j’espère que cette forme se poursuivra et que nous obtiendrons de bons résultats.

Red Bull Racing a remporté trois victoires consécutives pour la première fois dans l’ère hybride.

Honda Racing a remporté trois courses consécutives pour la première fois depuis qu’Ayrton Senna a remporté les quatre premières courses du championnat du monde de Formule 1 en 1991.

Max a réalisé le triplé de sa carrière au GP de France en décrochant la pole position, la victoire et le meilleur tour.

Les prochains Grands Prix de Styrie et d’Autriche sont l’occasion de gagner des courses consécutives sur des week-ends consécutifs sur le même circuit – un exploit qu’aucun pilote de Formule 1 n’a jamais réalisé.

Avec sa troisième place au Grand Prix de France, Checo est monté sur le podium deux fois de suite pour la première fois de sa carrière.

Le Grand Prix de Styrie 2021 aura lieu les 25-26-27 juin, des dates auxquelles seul Red Bull Racing a remporté des courses, Daniel ayant gagné le GP d’Azerbaïdjan 2017 le 25 juin, Sebastian ayant remporté le GP d’Europe 2011 le 26 juin et le GP d’Europe 2010 le 27 juin.

SCHNITZELJAGD, l’aventure tout-terrain dans l’Autriche ultime :

Prenez quatre pilotes de Formule 1, deux des machines tout-terrain à six roues les plus improbables au monde, ajoutez un peu de campagne styrienne et une sélection de défis autrichiens uniques, vous avez la recette pour la préparation parfaite du doubleheader de la Formule 1 au Red Bull Ring.

Max Verstappen, Sergio Perez, Yuki Tsunoda and Pierre Gasly seen during the Red Bull Schnitzeljagd at the Grundlsee, Austria

Par ALPHA TAURI

Pht. Peter Fox/Getty Images

APERÇU DES GRANDS PRIX DE STYRIE ET D’AUTRICHE 2021

Pierre Gasly :

Pierre Gasly. Pht. Peter Fox/Getty Images

« En Autriche, j’ai terminé septième et quinzième au Red Bull Ring lors des deux courses qui s’y sont déroulées l’année dernière. Le circuit est très court avec pas mal de lignes droites et peu de virages, il faut donc optimiser sa voiture pour cette poignée de virages. Après ma course à domicile en France, c’est maintenant une semaine plus tard un circuit à domicile pour nous tous en tant qu’équipe Red Bull. Red Bull, AlphaTauri et tous les partenaires de l’équipe attendront beaucoup de nous là-bas. Une foule de fans est autorisée à entrer et je pense que ce sera une bonne sensation d’avoir de grandes foules tout autour d’un circuit. Il devrait y avoir une grande énergie et beaucoup d’ambiance, comme par le passé. J’ai hâte d’y courir, ces deux week-ends vont être passionnants. Ce sont évidemment deux Grands Prix importants pour nous et j’espère que nous pourrons continuer à être performants, comme nous l’avons été jusqu’à présent, en marquant des points à chaque course, sauf lors de la première manche de la saison. Nous devons continuer à pousser comme ça.

Nous avons déjà vu l’année dernière qu’avec deux courses sur le même circuit, les écarts sont très serrés, surtout sur un circuit très court, et il faut chercher à s’améliorer d’un week-end à l’autre. Rester là deux week-ends de suite signifie que les voitures sont optimisées et, bien sûr, nous, les pilotes, avons trouvé comment être à la limite absolue. Cela signifie que les qualifications seront extrêmement serrées.

Comme l’année dernière, Pirelli fournira des choix de pneus différents pour la deuxième course, ce qui est une bonne idée, pour s’assurer que quelque chose change, donc ce sera au moins un nouveau facteur pour le deuxième week-end là-bas. »

Yuki Tsunoda :

« L’Autriche est un autre circuit où j’ai déjà couru. En fait, l’année dernière, en Formule 2, j’ai pris la pole et terminé deuxième dans la course de fond du deuxième week-end que nous avons eu là-bas. C’est bon pour ma confiance, mais dans une voiture de Formule 1, ce sera une expérience très différente, donc je vais devoir augmenter progressivement mon rythme aux essais et progresser au fil des séances.

J’aime conduire ce circuit car la plupart des virages sont à haute vitesse, ce qui me plaît. Pour les qualifications, ça va être très serré, parce que le tour est très court et très rapide, donc vous devez tout mettre en place pour réussir votre tour et avoir un bon résultat. Cela peut être assez difficile du point de vue du pilotage, donc je suis vraiment impatient. Je vais apprécier d’avoir trois courses en trois week-ends, je suis assez en forme et je n’ai aucun souci de ce point de vue. Ce seront deux week-ends importants pour nous tous dans la famille Red Bull et ce sera bien de courir devant un public pour une autre course. »

Par ALFA ROMEO

Grands Prix de Styrie et d’Autriche 2021 : avant-première

Pht. Antonin Vincent/DPPI

Au pays des sommets, au pays des rivières

L’équipe Alfa Romeo Racing ORLEN se rend en Autriche pour deux semaines de course sur le Red Bull Ring, le circuit court mais difficile de Spielberg, en Styrie, où se dérouleront les huitième et neuvième manches du championnat. La course de cette semaine, le Grand Prix de Styrie, sera particulièrement importante pour l’équipe, car Alfa Romeo fêtera son 111e anniversaire le 24 juin : pour marquer cette étape importante, l’équipe arborera un hommage sur la livrée des voitures C41 d’Antonio Giovinazzi et de Kimi Räikkönen, qui sera dévoilé jeudi.

L’hommage porté sur les deux voitures n’est qu’une des initiatives marquant la journée, avec un programme complet d’activités, faisant revivre l’histoire unique et l’héritage du sport automobile d’Alfa Romeo, qui se déroulera sur la base historique de la marque à Arese, près de Milan, tout au long du week-end.

Lors de notre dernière visite en Autriche, au début de la saison 2020, un sentiment étrange a envahi le paddock. Alors que le monde de la Formule 1 sortait de son huis clos, une nouvelle saison – l’une des uniques de mémoire d’homme – commençait à prendre forme. Personne ne savait à quoi s’attendre, que ce soit au niveau des courses, de l’expérience ou du monde dans lequel nous nous trouvions. Et pourtant, malgré les mesures anti-infectieuses, la distanciation sociale et la « nouvelle normalité », l’Autriche a produit deux courses mémorables qui ont donné le ton d’une année incroyable de courses, sur des circuits anciens et nouveaux.

Douze mois plus tard, ce sentiment d’inconfort a disparu : forts d’une saison complète et d’une saison en cours qui va bon train, le paddock se présente prêt pour un bon spectacle sur un circuit qui produit rarement de mauvaises courses. La double course en Autriche est un événement que nous attendons avec impatience, non pas avec appréhension mais avec anticipation.

Ce sentiment d’attente découle également de la performance. Fini le blues de 2020 – nous savons maintenant que nous pouvons nous battre – n’importe quel week-end, n’importe où. Nous nous rendons en Autriche prêts à nous battre et à revenir dans les points, prêts à poursuivre notre progression. Même lieu, même programme de deux semaines : mais un monde entier de différence en ce qui concerne nos attentes. Un week-end spécial pour Alfa Romeo et l’équipe dans son ensemble.

Comme ils l’ont dit :

VASSEUR Frederic (fra), Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN. Pht. Antonin Vincent/DPPI

Frédéric Vasseur, Team Principal d’Alfa Romeo Racing ORLEN : « Nous nous rendons en Autriche avec la certitude que nous avons ce qu’il faut pour nous remettre sur les rails après la France : nous étions sur une trajectoire ascendante et nous avons pour objectif de rebondir immédiatement et de revenir au score, et le faire lors d’un week-end spécial pour Alfa Romeo serait encore plus important. Sur un circuit aussi court, le peloton sera encore plus serré : chaque détail aura son importance et nous devrons nous assurer de donner le meilleur de nous-mêmes dans tous les domaines, car c’est ce qu’il faudra faire pour obtenir un bon résultat. La deuxième course, comme nous l’avons vu l’année dernière, sera très particulière : nous aurons beaucoup de données du premier week-end, mais les conditions et les points de départ seront très différents, il faudra donc s’adapter aux circonstances et en tirer le meilleur parti. »

Kimi Räikkönen (Voiture n°7) :

RAIKKONEN Kimi (fin), Alfa Romeo Racing ORLEN C41. Pht. Antonin Vincent/DPPI

« Notre concentration est entièrement tournée vers l’Autriche et non sur ce qui s’est passé en France. Nous avons appris nos leçons et nous sommes maintenant déterminés à faire mieux. L’Autriche est l’un de ces circuits qui semblent faciles mais qui ne le sont pas : il est court et il n’y a que quelques virages où l’on peut gagner ou perdre du temps, ce qui signifie que chacun d’entre eux est crucial pour le temps au tour. La gestion du trafic, tant en qualification qu’en course, sera également un facteur clé mais, au final, ce sera la même chose pour tout le monde. J’espère que nous pourrons marquer des points ce week-end, ce serait un beau cadeau d’anniversaire pour Alfa Romeo. Au final, nous devons faire un meilleur travail que nos rivaux et alors nous aurons la chance de marquer des points. »

Antonio Giovinazzi (Voiture #99) :

GIOVINAZZI Antonio (ita), Alfa Romeo Racing ORLEN C41. Pht. Antonin Vincent/DPPI

« L’Autriche est un circuit que j’aime, un circuit où j’ai de bons souvenirs : J’y ai marqué mon premier point, en 2019, et en 2020 j’ai ramené une neuvième place après une course assez excitante. J’ai envie d’ajouter à ces moments et je suis impatient d’y courir deux fois en deux semaines. Je trouve que vous pouvez vraiment entrer dans un rythme et construire sur chaque session et je sens que vous pouvez vraiment extraire le maximum de vous-même et de la voiture. Nous nous sommes améliorés lors de la plupart des dernières courses et je suis impatient de me battre à nouveau pour le top 10 dimanche. Le 111ème anniversaire d’Alfa Romeo est la motivation supplémentaire dont nous avons besoin pour bien faire et nous sommes impatients de le fêter avec style. »

Par WILLIAMS

APERÇU DES GRANDS PRIX DE STYRIE ET D’AUTRICHE

 

Le premier triple événement du calendrier 2021 se poursuit ce week-end, avec le déplacement de l’équipe au Red Bull Ring en Autriche pour les huitième et neuvième manches du championnat du monde de Formule 1 de la FIA. Le circuit conçu par Hermann Tilke se faufile à travers les pittoresques montagnes de Styrie, avec une configuration compacte comprenant seulement 10 virages et une séquence de lignes droites courtes et rapides. Bien qu’il s’agisse de l’un des tours les plus courts de la saison, le circuit de 4,318 km a un punch certain, mettant l’accent sur une bonne traction et la vitesse en ligne droite.

Roy Nissany, le pilote d’essai de l’équipe, fera sa troisième apparition en FP1 de la saison au Grand Prix d’Autriche, tandis que George Russell reprendra la voiture pour la FP2.

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules : Le Red Bull Ring est un superbe test pour la Formule 1, exigeant puissance, efficacité aérodynamique et bon freinage. L’emplacement du circuit dans les montagnes de Styrie offre un cadre visuel spectaculaire, mais impose également de lourdes contraintes à la voiture. Les grands dénivelés et l’altitude élevée ont un impact important sur les performances des voitures. La surface de la piste et la nature très sinueuse du circuit imposent des exigences supplémentaires aux pneus.

Pour le Grand Prix de Styrie, qui est la première de deux courses consécutives ici à Zeltweg, Pirelli apporte l’allocation traditionnelle de composés pour ce circuit de C2, C3 et C4. C’est le milieu de la gamme Pirelli et c’est le même que celui que nous avons utilisé le week-end dernier en France, et ils devraient offrir un bon ensemble de composés solides pour cet événement. Pour le Grand Prix d’Autriche qui suit, nous passons à la combinaison plus tendre de C3, C4 et C5, qui sont les composés que nous avions à Monaco et Bakou.

Nous avons apporté quelques améliorations à la FW43B en France et ce week-end nous chercherons à consolider ces gains et à confirmer l’augmentation des performances dans des conditions légèrement différentes.

Les conditions météorologiques peuvent être assez mitigées ici en Autriche, même à la fin du mois de juin, et nous serons donc préparés à un soleil torride et à une pluie battante ! Les deux pilotes connaissent bien le circuit et aiment être ici. En tant qu’équipe, nous sommes impatients de participer à deux semaines de course sur ce circuit fantastique.

Pour le Grand Prix d’Autriche, nous aurons à nouveau Roy dans la voiture et après une autre sortie réussie en France, nous sommes impatients de le voir en action au Red Bull Ring. Au cours de ces deux week-ends, nous serons en mesure d’explorer plus d’options de réglage que d’habitude et nous comptons sur Roy pour nous aider dans ce travail important.

George Russell :

 

Je suis heureux que nous entrions directement dans une autre semaine de course après un bon résultat en France. L’Autriche offre toujours de belles courses avec trois bonnes lignes droites et de très beaux virages à grande vitesse en fin de tour, donc même si c’est un circuit très court, c’est un circuit amusant à conduire. Deux courses sur le même circuit donnent l’occasion d’essayer différents réglages entre les deux, et potentiellement de mieux comprendre la voiture. Dans l’ensemble, je suis excité d’avoir cette rotation rapide et de me mettre au travail !

Nicholas Latifi :

 

J’ai hâte de disputer les deux courses consécutives en Autriche. La France a été un pays difficile pour moi, donc la meilleure façon de se réinitialiser est de retourner sur la piste. L’Autriche est un circuit qui donne généralement lieu à de belles courses, donc j’espère que nous aurons un peu de cela, et il peut être difficile pour les pneus, donc il devrait y avoir quelques opportunités. Avec deux courses sur le même circuit, nous serons en mesure de construire d’une semaine à l’autre et de maximiser nos résultats.

Roy Nissany :

 

Je suis vraiment impatient d’être de retour dans la voiture pour la séance FP1 du Grand Prix d’Autriche. C’est génial d’être de retour dans la FW43B si rapidement, et avec la voiture encore fraîche dans ma tête depuis la France, je pense que ce sera une session très utile.

Par MERCEDES

La double confrontation de la Formule 1 au Red Bull Ring commence ce week-end, avec la huitième manche de la saison 2021 – le Grand Prix de Styrie.

 

Toto parle de la Styrie :

Pht. Wolfgang Wilhelm

Des fans aux pilotes en passant par les membres de l’équipe, cette saison nous tient tous en haleine. Nous avons eu une course passionnante en France avec une autre bataille intense entre les quatre premières voitures, et ce défi est quelque chose que tout le monde dans l’équipe savoure.

Après la déception d’avoir manqué la victoire, il y avait beaucoup de points positifs à tirer de la France. Nous avons marqué un bon nombre de points avec P2 et P4 et le rythme de la voiture était un pas en avant encourageant par rapport à Monaco et Bakou, grâce au travail acharné de nos membres d’équipe dans les usines et sur la piste.

Mais même si nous savons qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et de nombreuses opportunités à venir, dans une saison comme celle-ci, chaque point compte et fait la différence. Et nous avons laissé des points sur la table lors des dernières courses.

Nous avons débriefé la France et nous comprenons les domaines dans lesquels nous avons la possibilité de nous améliorer. Donc, maintenant, il faut se concentrer sur l’apport de ces améliorations lors des deux prochaines courses en Autriche, où nous espérons pouvoir faire basculer la dynamique positive en notre faveur. Heureusement, nous n’aurons pas à attendre longtemps avant notre prochaine chance d’essayer de le faire et je peux voir la détermination dans chaque membre de l’équipe.

L’Autriche a été un circuit délicat pour nous ces dernières saisons, mais nous nous y sommes bien comportés l’année dernière. Nous savons que la situation est très différente cette saison, cependant. C’est un tour très rapide et un circuit court, avec moins d’opportunités de gagner du temps. Les marges vont être serrées, donc nous allons attaquer au maximum !

Fiche technique : Grand Prix de Styrie

Red Bull Ring Track Map

En termes de temps au tour, Spielberg possède actuellement le tour le plus court du calendrier régulier de la F1. Le temps de la pole de Valtteri, 1m02.939s, lors du Grand Prix d’Autriche de l’année dernière, est le record du tour actuel.

Cependant, bien que le Red Bull Ring ait le meilleur temps au tour, la longueur du circuit de 4,318 km n’est que la cinquième plus courte, derrière le Brésil, le Mexique, les Pays-Bas et Monaco.

En raison de la rapidité des temps au tour et de la faible longueur du circuit, il s’agit de l’une des séances de qualification les plus serrées de la saison, avec moins d’opportunités de gagner du temps.

Cela signifie également que les pilotes peuvent faire plus de tours de qualification pendant les séances, s’ils ont les jeux de pneus disponibles, et que les équipes peuvent faire plus de tours pendant les séances d’essais d’une heure.

Le circuit est l’un des plus agressifs en ce qui concerne la forme, la profondeur et l’espacement des bordures, ce qui était évident lors des deux courses en Autriche en 2020. Les bordures de saucisses hautes en sortie de virage sont également agressives, c’est donc l’une des plus dures pour la suspension de la voiture.

En raison de la nature agressive des bordures du Red Bull Ring, le risque d’endommager la carrosserie est élevé, et nous voyons souvent des pilotes s’abîmer lors des essais en repoussant les limites de la piste.

Spielberg a le moins de virages de tous les circuits du calendrier régulier de la F1, avec seulement 10 – un de moins que l’Autodromo Nazionale Monza.

Sur ces 10 virages, seuls sept sont classés comme à adhérence limitée, c’est-à-dire que le pilote doit réduire la puissance de l’accélérateur. Les virages 2, 5 et 8 sont tous pris à plein régime et ne sont donc pas classés comme des virages au sens strict du terme.

Le circuit présente une forte déformation, c’est-à-dire que l’inclinaison de la piste change d’un côté à l’autre, le virage 3 en est un exemple. Ici, la piste descend vers l’apex, avec la voiture passant sur la crête de la colline, tout en prenant de la puissance à la sortie. La voiture soulève alors une roue, ce qui peut entraîner des problèmes de freinage, de stabilité et de traction.

L’Autriche compte trois grandes zones de freinage, dont deux que nous classons comme « lourdes » – enregistrant plus de 4g, pendant plus de 0,4s. Cela entraîne une forte usure des freins. Les virages 1, 3 et 4 se suivent de près, ce qui peut conduire à des freins très chauds.

L’Autriche se situe à l’avant-dernier rang en termes de pourcentage de temps passé à plein régime, avec 73 %. Seule l’Italie a plus de temps passé à plein régime avec 78%.

Les températures en Autriche peuvent être très variables, ce qui rend le week-end loin d’être simple. Au cours des cinq dernières années, les températures le jour de la course ont fluctué entre 16°C et 32°C.

L’altitude élevée de Spielberg et la pression atmosphérique ambiante plus faible ont un impact sur le refroidissement du moteur et des freins, car le débit massique à travers les radiateurs et les gaines de frein est plus faible.

Le dénivelé de 69 mètres entre le point le plus bas et le point le plus haut du Red Bull Ring est l’un des plus élevés de la saison, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la position du circuit dans les Alpes autrichiennes. Le point le plus bas se trouve sur la ligne droite de départ/arrivée et la piste atteint son point culminant au sommet du virage 3.

Les pilotes subissent 5,1 g dans le rapide virage 9, l’avant-dernier virage du circuit. Il s’agit de la troisième force g la plus élevée enregistrée cette saison.

Nous allons courir au Red Bull Ring pendant deux week-ends consécutifs, une fois de plus. Cela présente l’avantage d’accumuler beaucoup de données lors du premier événement, afin de savoir comment le pneu et la voiture réagissent pour le deuxième événement, mais c’est aussi un inconvénient car cette connaissance peut conduire à des options stratégiques plus limitées.

Par ASTON Martin

Présenté par Cognizant

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21

Sebastian  :

Sebastian Vettel, Aston Martin

« L’objectif est de continuer à marquer des points en Autriche et de maintenir notre régularité. C’est un circuit très agréable à piloter parce qu’il permet de faire un tour rapide mais avec beaucoup de virages rapides et difficiles. C’est génial quand vous pouvez accrocher la voiture pour un tour. C’est toujours un défi de courir sur le même circuit dos à dos parce que les marges deviennent de plus en plus petites au fur et à mesure que nous faisons des tours, mais cela rend la course excitante. »

Lance :

 

« Globalement, le Paul Ricard a été un week-end positif pour l’équipe. La voiture a montré un bon rythme de course, ce qui m’a permis de rebondir après une séance de qualification difficile. Nous nous dirigeons vers l’Autriche avec un fort élan et nous avons faim pour plus. »

Les clés de la course pour Cognizant

Avec trois zones DRS (virages un à trois, virages trois à quatre et virages 10 à un), les possibilités de dépassement sont nombreuses sur un tour de circuit. En 2020, la première course autrichienne a enregistré 29 dépassements après le premier tour, avant une remontée à 43 le week-end suivant. Au total, 76% de ces dépassements ont été assistés par le DRS, soulignant son impact puissant.

Zones DRS et virages

Les dépassements sont comparables à ceux de Bakou. Les meilleures opportunités de dépassement en Autriche se présentent aux virages trois et quatre, en raison du freinage important à l’entrée du virage trois, qui peut récompenser les freineurs tardifs et offre plusieurs angles d’attaque. Avec une zone DRS qui suit immédiatement, la descente vers le virage quatre offre une chance de se battre ou de dépasser pour la position.

Secteurs

Pirelli divise ses options de pneus en Autriche. La course d’ouverture utilisera les C2, C3 et C4 de la gamme intermédiaire, utilisés la dernière fois en France, avant de passer à une gamme plus souple pour la finale en Autriche avec les C3, C4 et C5. Le site est traditionnellement peu dégradé, alors attendez-vous à ce qu’un seul arrêt soit la stratégie standard.

En 2020, il y a eu quatre voitures de sécurité sur les deux courses en Autriche (trois dans la première et une dans la seconde), mais historiquement, il y a 50% de chance d’avoir une voiture de sécurité dans les courses autrichiennes sèches, et il n’y a eu qu’une seule voiture de sécurité virtuelle, en 2018. Une interruption en milieu de course pourrait potentiellement transformer la course en une course à deux arrêts.

Par Alpine F1 Team

 

Alpine F1 Team présente le huitième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2021, le Grand Prix BWT de Styrie.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur exécutif Marcin Budkowski partagent leurs réflexions avant le Grand Prix de Styrie.

Esteban Ocon :

 » L’Autriche est un circuit assez unique, surtout avec son emplacement dans les collines. J’aime beaucoup cela, car ce n’est pas l’endroit où l’on s’attend à trouver un circuit de course ! C’est un endroit vraiment magnifique, alors y passer deux semaines est toujours agréable. La double confrontation de l’année dernière en Autriche a été très mémorable car elle a marqué mon retour à la course en Formule 1 et aussi la première course en 2020 après le retard pris avec Covid. Une chose qui sera différente cette fois-ci est que nous aurons des fans en Autriche et c’est excitant. Avoir des fans dans les tribunes, comme en France, apporte un tout nouveau niveau d’atmosphère et un vrai buzz. J’aime vraiment ça, et j’ai hâte de revoir les fans ce week-end. »

Fernando Alonso :

« C’est un circuit passionnant avec beaucoup de dénivelés et de virages à grande vitesse. J’ai couru ici dans les années 2000 et à nouveau lors du retour de 2014, donc j’ai pas mal d’expérience du circuit et il n’a pas beaucoup changé. Il y a quelques bonnes opportunités de dépassement dans les virages trois et quatre, donc ça rend le week-end assez excitant car vous pouvez vous battre pour les positions le dimanche. J’aime bien le fait qu’il s’agisse d’une course consécutive à une autre, car vous pouvez essayer de poursuivre sur la lancée de la manche précédente. »

Marcin Budkowski :

« L’Autriche est un circuit court avec seulement neuf virages, ce qui signifie que les écarts en qualification sont très faibles et que chaque centième de seconde peut faire la différence. Une grande partie du tour est passée à plein régime avec la plupart des secteurs à moyenne ou haute vitesse. Les bordures de trottoir sont grandes et peuvent être très éprouvantes pour la carrosserie et la suspension. En plus de tout cela, c’est un peu plus dur pour les pneus que la France, donc il faut s’en méfier après le week-end dernier. »

FICHE D’INFORMATION DU GRAND PRIX DE STYRIE 2021 DE FORMULE 1 BWT

Alpine F1 Team est en Autriche pour la huitième course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021, le Grand Prix de Styrie.

Le circuit

– L’Autriche deviendra le premier pays à accueillir deux années de suite des courses à points. Il sera également le premier à organiser deux Grands Prix dans le championnat de cette année.

– Les pilotes devront gravir 4 508 mètres pendant la course, ce qui est plus élevé que la plus haute montagne du pays, le Großglockner, qui culmine à 3 798 mètres.

– Le circuit de Spielberg ne comporte que dix virages, soit le plus petit nombre de virages de toutes les courses du calendrier de la Formule 1 cette année.

Faits concernant le pilote et l’équipe

– Lors de sa dernière apparition au Spielberg en 2018, Fernando Alonso a gagné douze positions depuis son départ de la voie des stands pour terminer à la huitième place.

– La cinquième place d’Esteban Ocon lors d’une séance de qualification sur le mouillé pour le Grand Prix de Styrie 2020, a marqué le meilleur résultat de qualification de l’équipe d’Enstone sur le circuit depuis le retour de la F1 sur la piste.

– Alpine F1 Team a maintenant marqué des points dans six courses consécutives depuis le Grand Prix d’Émilie-Romagne.

– Alain Prost est le pilote le plus titré dans les Grands Prix basés en Autriche, avec trois victoires à son actif. Il est également le seul pilote à avoir remporté une course en Autriche avec plus d’un tour d’avance sur la deuxième position (réalisé lors du Grand Prix 1986).

Alain Prost

– Le week-end dernier, lors du Grand Prix de France, les pilotes ont parcouru le plus grand nombre de kilomètres sur piste depuis le début de l’année (1 501 km).