AER, étape 4, Poskii en moto et Bouvens en camion, l’honneur était à la navigation

Posted by

C’est une spéciale entièrement inédite sur l’AFRICA ECO RACE ® qui attendait les concurrents dans cette 4ème étape plein sud vers Smara. Comme prévu, la navigation était la clé pour réussir sur ce secteur sélectif de 385 km et ce, tant en auto qu’en moto. En dehors de cela et d’une partie de piste fatale à bon nombre de pneumatiques, il n’y avait pas de difficulté majeure et les derniers concurrents ne devraient pas sortir de la spéciale trop tard. Une bonne chose après la copieuse 3ème étape où certains ont déjà brûlé le joker qui permet d’abandonner une fois sur une spéciale avant la mise hors course.

Le moins que l’on puisse dire est que Lyndon POSKITT avait le sourire à l’arrivée. Et pour cause puisque le pilote britannique, parti en 5ème position sur sa KTM, a remporté sa première spéciale sur un grand rallye tout terrain.

Etape 4

Une victoire rendue possible par une erreur de navigation à 40 km de l’arrivée de Pal Anders ULLEVALSETER et Alessandro BOTTURI. Les deux premiers étaient en train de revenir sur la bonne trace lorsque POSKITT les a aperçus. L’Anglais n’a eu ensuite qu’à suivre la YAMAHA et la KTM jusqu’à l’arrivée pour empocher le scratch.

Lyndon POSKITT

L’autre bénéficiaire du temps concédé par les leaders de la catégorie Moto est le jeune Konrad DABROWSKI puisqu’il signe le 2ème chrono. Le jeune Polonais apprend chaque jour son métier de pilote de Rallye et à 18 ans, il est tranquillement en train de se faire un nom dans la discipline. Après cette journée compliquée pour Alessandro BOTTURI, confronté à des problèmes avec une console d’instruments de navigation baladeuse sur sa YAMAHA, l’Italien conserve la tête du général. Cependant, il ne possède désormais que 9 petites secondes d’avance sur la KTM d’ULLEVALSETER.

Les inséparables, Pal Anders ULLEVALSETER et Alessandro BOTTURI.

Étape difficile également pour Felix JENSEN, victime d’une chute. Le Norvégien a tout de même réussi à repartir pour rallier l’arrivée un peu plus de 48 minutes après le premier. Toutefois, le pilote KTM pourrait ne pas reprendre la course demain en raison d’un traumatisme important à une épaule nécessitant des examens médicaux complémentaires. Au chapitre médical, à noter une belle entorse de la cheville pour la pilote Julie VANNEKEN. La française a terminé la spéciale et elle devrait continuer l’aventure.

Botturi en tête au général

Sur quatre roues, un camion s’est encore imposé aujourd’hui. Il s’agit de l’IVECO des Belges Igor BOUWENS, Ulrich BOERBOOM et Frits DRIESMANS, auteurs d’une spéciale sans histoire.

L’IVECO des Belges Igor BOUWENS, Ulrich BOERBOOM et Frits DRIESMANS

Sans ses deux crevaisons, le SCANIA des Hongrois Miklos KOVACS, Laszlo ACS et Peter CZEGLEDI, arrivés 3ème à 16’43’’, aurait certainement gagné et même repris la tête du général. Mais la dure loi de la course en a décidé autrement. En plaçant leur MERCEDES en 5ème position, les Hollandais Johan ELFRINK et Dirk SCHUTTEL complètent le podium du jour de la catégorie camion. Au général, KOVACS mène toujours la danse devant BOUWENS alors que l’autre SCANIA des Hongrois Karoly FAZEKAS, Albert HORN et Peter CSAKANY occupe la 3ème position, à 2 heures des deux premiers.

Yves et Jean FROMONT

En auto, Yves et Jean FROMONT, retardés par une crevaison assortie d’un souci technique pour sortir la roue de secours, empochent le 2ème temps scratch à 15’54’’ mais le 1er temps en auto. Les Français devancent l’autre Buggy Tarek de Patrick et Lucas MARTIN. Il faut descendre à la 9ème place pour trouver la 3ème auto. Il s’agit du NISSAN de Stefano ROSSI et Alberto MARCON qui s’en tirent plutôt bien après une séance de mécanique nocturne achevée quelques minutes avant le départ de la spéciale. Une belle revanche après la casse de leur boite de vitesse hier. Belle journée également pour les Russes Alexey TITOV et Dmitry PAVLOV, auteur du 10ème temps avec leur FORD Raptor. Au classement provisoire auto, la famille FROMONT et la famille MARTIN sont séparés d’une douzaine de minutes seulement alors que Alexey TITOV est pour l’instant sur le podium avec son véhicule T2.

Alexandre DEBANNE

En SSV, les jours se suivent et ne ressemblent pas dans la catégorie SSV XTREME RACE. En effet, les leaders Alexandre DEBANNE et Patrick LARDEAU ont crevé à trois reprises. Le problème est qu’ils n’avaient que deux roues de secours sur leur CAN AM. Les Français ont donc perdu près de 2 heures et la première place du général occupée à présent par Benoit FRETIN et Cédric DUPLÉ, auteurs du 6ème temps de l’étape. Le 2ème SSV à franchir la ligne d’arrivée est le CAN AM des Français Patrice ETIENNE et Jean-Pierre SAINT MARTIN, crédités du 18ème temps. Les Sénégalais Kamil RAHAL et Thierry SANCHEZ, également sur CAN AM X3, terminent 3ème et dans le top 20. Au général provisoire, derrière FRETIN, Loïc FREBOURG et Franck BOULAY devancent désormais DEBANNE.

Dimanche une journée de repos bien méritée attends les concurrents, après l’étape 5.

Demain, samedi 11 janvier, la caravane de l’AFRICA ECO RACE ® prendra la direction de Dakhla pour une journée de repos bien méritée dimanche. Avant cela, les concurrents devront s’employer sur les 473 km de spéciale d’un parcours plutôt roulant. C’est donc à nouveau la navigation qui devrait faire la différence.

Version française

English version

Les classements ici

ILS ONT DIT

Igor BOUWENS – IVECO N°408 – Team ART OF SPEED GREGOOR RACING

C’était une très belle étape au niveau du pilotage. Il y avait également beaucoup de navigation qui n’était vraiment pas facile. Finalement, nous nous en sommes très bien sortis. Nous réalisons la journée parfaite avec au bout la victoire. Tout va pour le mieux après ces quatre premiers jours.

Felix JENSEN – KTM N°108 – Team Felix

Je suivais Pal et Lyndon. Il y avait beaucoup de poussière. J’ai tapé sur un petit talus et j’ai fait un énorme vol plané. Du coup, j’ai atterri sur les deux épaules. Je ne pense pas que ce soit cassé mais je souffre beaucoup et je ne sais pas si je pourrai repartir demain. Je suis extrêmement déçu car je pense que j’étais vraiment dans le coup cette année pour jouer un podium.

Lyndon POSKITT – KTM N°100 – Team LYNDON POSKITT RACING

La spéciale était compliquée en navigation. Je me suis perdu en cherchant un waypoint et j’y ai laissé une dizaine de minutes. Un moment, j’ai même cru que j’avais tout perdu. J’ai réussi à retrouver la bonne piste et là, je suis tombé sur BOTURRI et ULLEVALSETER, eux aussi perdus. C’était une journée difficile sur ces pistes caillouteuses mais c’est finalement là où j’ai gagné le plus de temps. Je remporte ma première spéciale d’un grand rallye et j’en suis ravi.

Marc JOINEAU – BHR N°125 – Team Joineau BHR

Il y a 40 ans, je prenais mon premier départ au Trocadéro à Paris. J’avais 22 ans. Pour fêter cela, je voulais le refaire cette année et arriver à Dakar. J’ai choisi l’AFRICA ECO RACE car c’est la course qui correspondait le plus à mon envie de retourner à Dakar. Je ne me voyais pas 40 ans après faire le Dakar pour aller en Arabie Saoudite. Ça n’avait aucun sens. Malheureusement je crois que je n’y arriverai pas car j’ai un genou bien abimé. Donc maintenant le but, c’est de suivre le rallye, filer un coup de main aux amateurs et puis se faire plaisir pour arriver sur cette plage de Dakar.

DIMANCHE 12 JANVIER 2020 DAKHLA : Journée de repos

Pour la sixième année consécutive, le bivouac de la journée de repos sera installé à Dakhla, en bordure de l’Océan Atlantique. Une température agréable et un soleil doré devraient être au rendez-vous pour cette pause bien méritée. Cette journée permettra aux équipages de remettre en état leur mécanique, de se régénérer physiquement et de se préparer pour les prochaines étapes en Mauritanie.

13 JANVIER 2020 : ETAPE 6 DAKHLA / CHAMI : 559,93 km

Après un départ très matinal de Dakhla pour rejoindre les postes frontières entre le Maroc et la Mauritanie en tout début de matinée, afin de satisfaire les formalités douanières simplifiées spécialement pour le rallye, les concurrents découvriront une spéciale empruntée à une seule reprise depuis le début de l’AFRICA ECO RACE®. Le parcours, très sablonneux, évoluera le long du Banc d’Arguin. Même s’il ne comportera pas spécialement de difficultés sur le plan technique, la navigation représentera un exercice qui devrait s’avérer bien utile pour les étapes mauritaniennes à venir. L’arrivée de cette petite spéciale se fera directement au bivouac en milieu d’après-midi. De quoi laisser le temps aux assistances de bien réviser les véhicules avant l’étape marathon du lendemain.

Un petit bonjour à Madame la Directrice.