Dakar, étape 4, Peterhansel se replace

Posted by

L’œil dans l’objectif

Photo Charly Lopez / ASO

Quitter Neom pour Al Ula, c’est laisser derrière soi la ville du futur pour plonger vers les merveilles antiques édifiées par les bâtisseurs de la civilisation nabatéenne, capables il y a plus de 2 000 ans de tailler des temples dans la roche. Les sites où sont éparpillés une centaine d’entre eux étaient naturellement inaccessibles aux pilotes du Dakar. Mais pour approcher à quelques kilomètres de cette zone, ils n’ont pas été épargnés par les efforts à produire. Dans la matinée et en altitude, les motards ont dû composer avec une fraîcheur montagnarde, mais surtout avec un terrain particulièrement rocailleux et une traversée de la région volcanique de Harrat al Huwayrid, où la navigation n’a laissé aucun répit. Pour prendre des photos des tombeaux, il faudra revenir. 

Peterhansel Stephane, Fiuza Paulo, Mini John Cooper Works Buggy, Bahrain JCW X-Raid Team. Photo Julien Delfosse / DPPI

L’essentiel

Arrivé dans le team officiel Honda presque par hasard il y a 3 ans, Jose Ignacio Cornejo a depuis prouvé qu’il avait tout à fait sa place au HRC. Et le Chilien continue d’y grandir avec sa première victoire d’étape à Al Ula, grâce notamment à la belle collaboration avec ses coéquipiers Ricky Brabec et Kevin Benavides pour faire face à une navigation difficile. Ces trois hommes trustent le podium provisoire du Dakar ce soir.

Cornejo Florimo Jose Ignacio, Honda, Monster Energy Honda Team. Photo Frederic Le Floc’h / DPPI

Le classement général est toujours dominé par Ignacio Casale chez les quads, avec un 3e succès en 4 jours pour le Chilien ! En autos, Stéphane Peterhansel a dû attendre la 4e étape pour goûter à la victoire, avec de beaux écarts à la clé qui lui permettent de revenir dans le coup au général. Nasser Al Attiyah et Carlos Sainz ont tout de même assuré l’essentiel face à l’attaque de « Monsieur Dakar ».

Carlos Sainz en tête au général. pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

La course SSV a elle consacré la jeunesse avec la victoire du rookie américain de 23 ans Mitchell Guthrie pour seulement 19 secondes. Côté camions, si Anton Shibalov remporte sa deuxième étape en 2020, c’est bien son coéquipier Andrey Karginov qui fait la belle opération du jour en subtilisant la tête du général des mains de Siarhei Viazovich.

La perf’ du jour

Pour sa deuxième participation en auto après trois Dakar en moto, Mathieu Serradori est l’une des révélations de ce début de rallye. Au volant d’un buggy Century qui n’a sans doute pas le même développement derrière lui que les Mini et Toyota officielles, le Français ne commet aucune erreur depuis le départ malgré une navigation qui demande de l’expérience et s’offre un nouveau Top 5 à Al Ula qui lui permet de pointer à une belle sixième place au général. Serradori, associé au Belge Fabien Lurquin, n’est même qu’à trois minutes du Top 4 au provisoire…

Serradori Mathieu, Lurquin Fabian, Century, SRT Racing. Photo DPPI

Le coup dur du jour

Au lendemain de l’abandon de son coéquipier Adrien van Beveren suite à une chute spectaculaire, Xavier de Soultrait doit à son tour quitter la route du Dakar et oublier toutes ses ambitions de podium final à Qiddiya. Victime d’une chute en fin d’étape 3 qui l’a laissé avec des points de suture et un poignet droit meurtri (nerf touché), le Français a serré les dents pendant 300 km sur la piste d’Al Ula avant de finir par renoncer à poursuivre. Un coup dur pour Yamaha qui perd ses deux pilotes de pointe en deux jours.

De Soultrait Xavier, Yamaha, Yamalube Yamaha Official Rally Team. Photo Frederic Le Floc’h / DPPI

La stat’ du jour

Deux jours après Giniel De Villiers, Stéphane Peterhansel est le deuxième homme à avoir remporté des étapes du Dakar sur 3 continents. Vainqueur de six Dakar à moto et 3 Dakar voitures en Afrique dans les années 1990-2000, le pilote Mini a ensuite décroché quatre nouveaux trophées en Amérique du sud. Il pourrait devenir cette année le seul et unique homme à remporter un Dakar sur 3 continents !

Peterhansel Stephane, Mini John Cooper Works Buggy, Bahrain JCW X-Raid Team. Photo Frederic Le Floc’h / DPPI

La réaction du jour

Jose Ignacio Cornejo : « La première partie était très rapide, donc je n’ai rattrapé Ricky qu’après 220 ou 240 kilomètres. Ensuite nous avons roulé ensemble, parfois il ouvrait et parfois c’était moi. Je pense que nous avons fait un bon boulot, c’était à la fois exigeant physiquement et mentalement. C’est une étape dont on se souviendra, parce que par endroits c’était tellement rocailleux qu’on pensait se tromper de chemin ».

Cornejo Florimo Jose Ignacio, Honda, Monster Energy Honda Team. Photo Charly Lopez / ASO

Les classements ici