ELMS, United Autosports renoue avec la victoire à Portimão.

Posted by

L’Oreca n°22 de United Autosports a retrouvé la plus haute marche du podium à l’issue des 4 Heures de Portimão au Portugal.

#22 Oreca 07 – Gibson / UNITED AUTOSPORTS / Phil Hanson / Jonathan Aberdein / Tom Gamble, P1

L’équipe britannique termine vice-championne et se voit donc attribuer la deuxième et très convoitée invitation LMP2 pour les 24 Heures du Mans 2022. Phil Hanson, Jonathan Aberdein et Tom Gamble l’ont emporté devant les champions 2021 récemment couronnés d’Orlen Team WRT, avec 21’’7 secondes d’avance. Tom Gamble a reçu le drapeau à damier de sa première victoire LMP2 après une course mouvementée.

Sixième au général, l’Oreca n°37 de Cool Racing s’impose en LMP2 Pro-Am, mais cette victoire n’a pas suffi pour s’assurer le premier titre de cette catégorie : grâce à sa deuxième place, l’Aurus n°25 de G-Drive Racing (huitième du général) remporte les titres équipes et pilotes pour John Falb et Rui Andrade.

#37 Oreca 07 – Gibson / COOL RACING / Alexandre Coigny / Nicolas Lapierre / Charles Milesi, P6 (P1 LMP2 Am)

Voici les principales informations des 4 Heures de Portimão :

Race Start

Au volant de l’Oreca n°37 de Cool Racing, Charles Milesi emmène dans le premier virage l’imposant plateau ELMS et boucle le premier tour en tête devant les Oreca n°24 de Richard Bradley (Algarve Pro Racing) et n°32 de Manuel Maldonado (United Autosports).

Au volant de l’Oreca n°22 de United Autosports, Phil Hanson rétrograde tout d’abord au huitième rang au moment du départ. Mais le champion LMP2 2020 de l’ELMS ne tarde pas à remonter jusqu’en quatrième position après quinze minutes de course.

L’Oreca n°30 de Duqueine Team, pilotée par Memo Rojas, perd soudainement sa roue arrière gauche dans le dernier virage. La voiture part brutalement dans une série de têtes-à-queues à haute vitesse.

Deux LMP3 tentent d’éviter l’Oreca en perdition. L’une parvient à passer mais la Ligier n°18 d’Andreas Laskaratos (1 AIM Villorba Corse) percute le mur de protection de pneus à l’entrée de la voie des stands. Le pilote grec sort de sa voiture par ses propres moyens et indemne, au grand soulagement de tout le paddock, mais la course est arrêtée au drapeau rouge pour évacuer les débris.

Après 25 minutes d’interruption, les voitures repartent derrière le Safety Car et la course est relancée deux tours plus tard.

Les Oreca n°37 et 24 effectuent leur premier arrêt au stand, tandis que Phil Hanson prend le meilleur sur l’Oreca n°41 de Robert Kubica (Orlen Team WRT) pour la tête de course avant que les deux voitures ne s’arrêtent à leur tour.

United Autosports choisit de ne pas changer de pneumatiques et, grâce à cet arrêt plus court, Jonathan Aberdein reprend la piste en tête. Le Sud-Africain profite alors de cet avantage pour asseoir cette position de leader en creusant un léger écart sur le reste du peloton.

Après la série d’arrêts suivante l’Oreca n°41 deYifei Y est en tête devant l’Oreca n°24 de Sophia Floersch, tandis que Tom Gamble revient sur l’Allemande au volant de l’Oreca n°22.

#41 Oreca 07 – Gibson / TEAM WRT / Louis Deletraz / Robert Kubica / Yifei Ye, P2

Gamble réduit l’écart sur Floersch, s’ensuit alors une belle bagarre pour la deuxième place avant que Gamble ne parvienne à passer au 74e tour.

L’Oreca n°32 de Job van Uitert tente de prendre un tour à la n°35 de BHK Motorsport mais les deux voitures se heurtent. Van Uitert doit rentrer au stand pour faire réparer les dégâts et écope d’une pénalité pour avoir causé cet incident.

Une nouvelle salve d’arrêts au stand voit le classement bouleversé. Tom Gamble pointe en tête devant les Oreca n°41 de Louis Delétraz et la n°24 de Ferdinand Habsburg. L’Oreca n°65 de Will Stevens (Panis Racing) et l’Aurus n°26 de Nyck de Vries (G-Drive Racing) sont également candidates au podium final de la course.

#65 Oreca 07 – Gibson / PANIS RACING / Julien Canal / William Stevens / James Allen, P4

A vingt minutes de l’arrivée, les derniers « splash and dash » (arrêts express de ravitaillement en carburant) ne modifient pas la hiérarchie en piste.

L’Oreca n°22 de United Autosports reçoit le drapeau à damier du vainqueur devant l’Oreca n°41 d’Orlen Team WRT. L’Oreca n°24 d’Algarve Pro Racing complète le dernier podium de l’année.

 

LMP3, titre pour Laurents Hörr et DKR Engineering

DKR Engineering et Laurents Hörr ont conquis avec panache leurs premiers titres ELMS avec en passant le drapeau à damier en tête lors des 4 Heures de Portimão.

Cependant, suite à une pénalité ((Steward Decision n°30)) à l’issue de la course la Duqueine M30 de DKR s’est vu infliger un stop and go de 30 secondes converti en 1 minute et 50 seconde ajoutées au temps total de course, rétrogradant la Duqueine n°4 à la 4e place mais ne la privant pas de son titre.

#2 Ligier JS P320 – Nissan / UNITED AUTOSPORTS / Wayne Boyd / Robert Wheldon / Edouard Cauhaupe, P2

Ce nouveau sacre est le cinquième consécutif pour DKR Engineering en LMP3 (quatre en Michelin Le Mans Cup et un en ELMS), le troisième de Hörr (deux en Michelin Le Mans Cup et un en ELMS), ainsi que le premier pour Duqueine en European Le Mans Series.

La Ligier n°13 d’Inter Europol Competition est deuxième sous le drapeau à damier à 12 secondes des vainqueurs, tandis que la Ligier n°2 de United Autosports est troisième à 29 secondes.

Voici les principales informations des 4 Heures de Portimão :

#9 Ligier JS P320 – Nissan / GRAFF / Matthias Kaiser / Rory Penttinen, P3

La Duqueine n°4 de Mathieu de Barbuat (DKR Engineering) emmène le plateau LMP3 au premier virage mais se voit dépassée dans le premier tour par la Ligier n°2 de Rob Wheldon (United Autosports). Martin Hippe est troisième sur la Ligier n°13 d’Inter Europol Competition.

La lutte pour la tête de course fait rage entre les deux voitures mais Wheldon conserve son avantage.

Après trente minutes de course, l’Oreca n°30 de Duqueine Team, pilotée par Memo Rojas, perd soudainement sa roue arrière gauche dans le dernier virage et voiture part brutalement dans une série de têtes-à-queues à haute vitesse.

Deux LMP3 tentent d’éviter l’Oreca en perdition. L’une parvient à passer mais la Ligier n°18 d’Andreas Laskaratos (1 AIM Villorba Corse) percute le mur de protection de pneus à l’entrée de la voie des stands. Le pilote grec sort de sa voiture par ses propres moyens et indemne, au grand soulagement de tout le paddock, mais la course est arrêtée au drapeau rouge pour évacuer les débris.

Après 25 minutes d’interruption, les voitures repartent derrière le Safety Car et la course est relancée deux tours plus tard.

Après 90 minutes de course, les leaders s’arrêtent au stand pour changer de pneus et ravitailler. La Duqueine n°4 en ressort en tête devant la Ligier n°2.

A mi-course, la Ligier n°19 de Nicolas Maulini (Cool Racing), leader du classement général, rencontre un problème au niveau du pneu avant gauche. Le Suisse rejoint son stand mais ce souci l’exclut de la course aux titres équipes et pilotes LMP3.

Laurents Hörr est maintenant au volant de la Duqueine n°4 devant Adam Eteki sur la Ligier n°13 et Edouard Cauhaupé sur la Ligier n°2.

La Ligier n°2 est pénalisée d’un drive-through (passage obligatoire à vitesse réduite par la voie des stands) pour dépassements répétés des limites de la piste. Cauhaupé rétrograde en quatrième position, derrière la Ligier n°9 de Rory Penttinen (Graff).

Après la dernière salve d’arrêts au stand, Wayne Boyd et sa Ligier n°2 reviennent sur la Ligier n°9 et la passent pour le gain de la dernière marche du podium.

Suite à une pénalité à l’issue de la course la Duqueine M30 de DKR s’est vu infliger un Stop and Go de 30 secondes converti en 1 minute et 50 secondes ajoutées au temps total de course, rétrogradant la Duqueine n°4 à la 4e place.

LMGTE, Iron Lynx vainqueur et Champion

Sur la Ferrari 488 GTE EVO n°80 d’Iron Lynx, Rino Mastronardi, Matteo Cressoni et Miguel Molina sont couronnés champions 2021 LMGTE de l’European Le Mans Series après avoir décroché leur troisième victoire et leur sixième podium de la saison.

#80 Ferrari F488 GTE EVO / IRON LYNX / Matteo Cressoni / Rino Mastronardi / Miguel Molina, P1

La Ferrari a reçu le drapeau à damier de la victoire après une superbe bataille avec la Porsche n°93 de Proton Competition, deuxième à 16’’9 secondes. La Ferrari n°83 d’Iron Lynx est troisième.

Grâce à sa quatrième place en course, la Ferrari n°55 de Spirit of Race termine deuxième du classement général, décrochant ainsi, après Iron Lynx, la seconde invitation LMGTE pour les 24 Heures du Mans 2022.

#93 Porsche 911 RSR – 19 / PROTON COMPETITION / Michael Fassbender / Felipe Laser / Richard Lietz, P2

Voici les principales informations des 4 Heures de Portimão :

L’Aston Martin n°95 de John Hartshorne (TF Sport) s’élance depuis la pole position de la catégorie, mais le Britannique est passé par les Ferrari n°88 de François Perrodo (AF Corse), 80 de Rino Mastronardi (Iron Lynx) et 88 de Sarah Bovy (Iron Lynx).

#95 Aston Martin Vantage AMR / TF SPORT / John Hartshorne / Ross Gunn / Oliver Hancock, P7

Au deuxième passage, Mastronardi se porte à la hauteur de Perrodo à l’abord du virage 1 et prend la tête de la catégorie.

Sarah Bovy fait une excursion hors-piste au virage 1 alors qu’elle est à la lutte pour la deuxième place mais reprend la piste en conservant sa position.

Les trois Ferrari précèdent les deux Porsche de Proton Competition, avec dans l’ordre la 911 RSR-19 n°77 de Christian Ried et la n°96 de son compagnon d’écurie Michael Fassbender.

Après trente minutes de course, l’Oreca n°30 de Duqueine Team, pilotée par Memo Rojas, perd soudainement sa roue arrière gauche dans le dernier virage et la voiture part brutalement dans une série de têtes-à-queues à haute vitesse.

Deux LMP3 tentent d’éviter l’Oreca en perdition. L’une parvient à passer mais la Ligier n°18 d’Andreas Laskaratos (1 AIM Villorba Corse) percute le mur de protection de pneus à l’entrée de la voie des stands. Le pilote grec sort de sa voiture par ses propres moyens et indemne, au grand soulagement de tout le paddock, mais la course est arrêtée au drapeau rouge pour évacuer les débris.

Après 25 minutes d’interruption, les voitures repartent derrière le Safety Car et la course est relancée deux tours plus tard.

A cet instant, Mastronardi est en tête, tandis que Sarah Bovy ravit la deuxième place à François Perrodo.

#83, R. FREY / S. BOVY / M. GATTING, Iron Lynx, Ferrari 480 GTE Evo, P3

Ces positions sont inversées lors des arrêts au stand : la 488 GTE EVO n°88 devance à nouveau la n°83.

Christian Ried occupe momentanément la tête de la catégorie mais Mastronardi a tôt fait de repasser la Porsche pour reprendre le commandement à mi-course.

La Porsche n°77, maintenant pilotée par Cooper McNeil, est sous la pression de la Ferrari n°83, dont Michelle Gatting a pris le volant. La Danoise prend rapidement le meilleur sur l’Américain pour le gain de la troisième place par une manœuvre à l’intérieur du virage 5.

Richard Lietz a maintenant relayé Michael Fassbender sur la Porsche n°93. Deuxième, il revient sur la Ferrari n°80 de Matteo Cressoni. Cette lutte acharnée dure 20 minutes, et le trafic y joue un rôle d’arbitre en séparant les deux voitures, avant que Lietz ait de nouveau la Ferrari en point de mire. Il finit par passer quand Cressoni sort large au virage 4, ouvrant la porte à l’Autrichien.

La Ferrari n°88 de AF Corse écope de deux pénalités pour dépassements des limites de la piste, et rétrograde en queue du peloton LMGTE.

Les arrêts au stand suivants voient la Ferrari n°83 ressortir en tête devant la Porsche n°93, et c’est un Miguel Molina déterminé qui tient Felipe Laser en respect.

La Ferrari n°83 de Rahel Frey observe un drive-through (passage obligatoire par la voie des stands à vitesse réduite) pour avoir provoqué un contact avec la Ligier n°13 d’Ugo de Wilde (Inter Europol Competition), mais la Suissesse conserve sa troisième place en ressortant des stands.

Le drapeau à damier des 4 Heures de Portimão est synonyme à la fois de victoire et de titres 2021 pour Iron Lynx.

 

Classements course ici

Classements des Championnats ici

Communiqué ELMS

Crédits photos ELMS