26 mai 2022

Charles Leclerc remporte le GP de Bahreïn, double Ferrari, les Red Bull abandonnent

Charles Leclerc a remporté une victoire éclatante au Grand Prix de Bahreïn, tandis que Carlos Sainz a soutenu le doublé de Ferrari. Red Bull a subi un double abandon, ce qui a permis à Lewis Hamilton de monter sur la dernière marche du podium de ce début de saison époustouflant.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P1. pht. Scuderia Ferrari

Verstappen, parti en P2, a tenté d’attaquer Leclerc, au 15e tour, réduisant ce qui était un retard de 3’’5s à seulement 0’’35s lorsque Leclerc a émergé en tête au 16e tour. Cela a déclenché un combat de trois tours pour la tête, Leclerc s’accrochant lorsque Verstappen a verrouillé dans le virage 1 au 19e tour.

La nouvelle réglementation allait favoriser les dépassements ? Nous avons été servis, pendant six minutes, Charles Leclerc (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull) ont multiplié les attaques en tête de la course et offert un spectacle incroyable. pht. Mark Thompson/Getty Images

La deuxième série d’arrêts aux stands, à nouveau catalysée par Verstappen, a eu lieu au 31e tour, mais cette fois-ci, Leclerc avait une avance bien plus confortable. Tout était simple jusqu’à ce que Verstappen passe au stand au 44e tour.

Deux tours plus tard, Pierre Gasly a fait sortir la voiture de sécurité lorsque son AlphaTauri s’est arrêté en flammes, et Leclerc en a profité pour rentrer au stand lui aussi. Au 51e tour, Leclerc s’éloigne tandis que Verstappen, qui souffre d’un problème de direction et qui est perturbé par ce qu’il soupçonne être un problème d’unité de puissance, n’arrive pas à suivre.

#55, Carlos Sainz, P2, assure un double Ferrari. pht. Scuderia Ferrari

Sainz a capitalisé sur les malheurs de Verstappen et s’est emparé de la P2 du champion au 54e tour, suivi de Perez et Hamilton. Ayant contesté la tête plus tôt, cela a fini par être une journée terrible pour le champion du monde, qui a fini par se retirer à la fin de ce tour.

Hamilton était juste derrière Perez – et puis le Mexicain a commencé à se plaindre d’un problème d’unité de puissance, et ça a tourné de mal en pis pour l’équipe championne du monde des pilotes en titre quand Perez a fait un tête-à-queue au virage 1 quand son moteur a lâché dans le dernier tour, donnant à Hamilton la dernière place sur le podium.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P3. pht. Jiri Krenek

Russell, parti en neuvième position, a bénéficié d’un rythme de course supérieur à celui des pilotes du milieu de peloton et a pris la quatrième place après l’abandon des Red Bull, devant Kevin Magnussen, cinquième pour Haas à l’occasion de son retour en F1.

Valtteri Bottas a sauvé la P6 après un mauvais départ pour Alfa Romeo, tandis qu’Esteban Ocon a évité une pénalité en début de course pour un contact avec Mick Schumacher pour prendre une surprenante septième place.

#63, George Russell, Mercedes, P4. pht. Jiri Krenek

En P8, Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, solide dans son dernier relais et dans le dernier redémarrage, tandis que Fernando Alonso a fait fi de son mauvais rythme dans son deuxième relais pour prendre la neuvième place.

Et pour ses débuts, Zhou Guanyu a marqué des points pour Alfa Romeo – Mick Schumacher termine à la porte des points.

Les faits

Nouveaux pneus, nouveaux pilotes, nouvelles réglementations et nouvelles voitures – des centaines de personnes ont consacré des milliers d’heures de travail ces dernières années pour donner naissance à la nouvelle ère de la F1. Et cette nouvelle ère a tenu ses promesses dès sa première sortie, lorsque les lumières se sont éteintes pour le Grand Prix de Bahreïn 2022.

Start of Race

Ferrari s’est emparée de la pole position grâce à l’exploit de Charles Leclerc le samedi, le pilote monégasque partageant la première ligne avec Max Verstappen – tandis que l’autre pilote de la Scuderia, Carlos Sainz partage la deuxième ligne avec l’autre Red Bull de Sergio Perez.

Chez Mercedes, Lewis Hamilton n’a pu faire mieux que P5 sur la grille de départ aux côtés de son ancien coéquipier Valtteri Bottas, qui évolue désormais chez Alfa Romeo.

Le spectacle était eu rendez-vous

Au départ, Leclerc a couvert la tentative de Verstappen à l’intérieur du virage 1, tandis que Sainz conservait la P3, Hamilton passant à la quatrième place et Kevin Magnussen gagnant deux places pour la P5 pour Haas. Pendant ce temps, Perez a perdu deux places et se retrouve P6 – et Bottas, qui est parti sixième, était 14e à la fin du premier tour.

Mick Schumacher, le coéquipier de Magnussen chez Haas, a perdu une place et se retrouve 13e après un bon départ, mais il a été victime d’un tête-à-queue pousse par d’Esteban Ocon, le Français ayant reçu une pénalité de cinq secondes dans les stands pour cette infraction.

#20, Kevin Magnussen, Haas VF-22, P5. La résurrection de l’écurie Haas.  pht. Carl Bingham / LAT Images

Au troisième tour, Magnussen et Perez ont traversé le premier secteur roue contre roue, mais le pilote Haas a été victime d’un survirage dans la descente et a chuté à la sixième place, le Mexicain se frayant un chemin dans le virage 4. Peu de temps après, le pilote danois a perdu une autre place au profit de George Russell de Mercedes, parti en neuvième position, dans la montée du virage 1.

Hamilton poursuivait Sainz en début de course mais, au 9e tour, Perez a repris la P4 au Britannique dans la montée du virage 4. Le septuple champion a ensuite été le premier à s’arrêter (des pneus durs aux pneus tendres) et a terminé 12e derrière les Alfa Romeo sur les pneus froids, mais il a rapidement repris la P11 à Zhou Guanyu avec l’aide du DRS.

Après l’ouverture de la fenêtre des stands par Hamilton, Leclerc avait 3’’5s d’avance sur Verstappen dans la bataille pour la tête et le champion en titre est entré aux stands au 15e tour – passant à un autre jeu de softs – avec Sainz tiré pour couvrir la Red Bull. Leclerc a choisi de s’arrêter pour les softs un tour plus tard, Perez est passé en deuxième position (pour les mediums) et Russell (pour les durs) en troisième position.

#77, BOTTAS Valtteri (fin), Alfa Romeo F1 Team ORLEN C42, P6. pht. Xavi Bonilla / DPPI

Le détenteur de la pole a émergé avec seulement trois dixièmes d’avance sur Verstappen, qui a failli faire fonctionner l’undercut. Une pluie d’étincelles s’échappant de sa RB18, il a dépassé Leclerc avec le DRS au début du 17e tour, mais le pilote Ferrari s’est défendu au virage 4 et a conservé la tête.

Verstappen a fait la même chose au début du 18e tour, Leclerc frappant à l’intérieur du virage 4 pour prendre la tête du deuxième round de cette bataille.

Le champion est revenu au 19e tour, le DRS l’aidant à balayer Leclerc avec facilité, mais Verstappen a eu un énorme blocage à l’intérieur du virage 1 et Leclerc a hérité de la tête une fois de plus, jusqu’à ce que Verstappen s’arrête à nouveau pour des composés moyens au 31e tour.

#31, Esteban Ocon (FRA) Alpine F1 Team A522, P7.

Leclerc a réagi à cet arrêt au 32e tour en passant rapidement en mediums et est sorti avec une avance un peu plus confortable cette fois-ci – son coéquipier Sainz et Perez de Red Bull en tête. Verstappen était furieux contre son équipe pour avoir reçu l’instruction de « se ménager » lors de son tour de sortie, bien qu’il ait été gêné tout autant par un arrêt au stand plus lent que celui de Leclerc.

Au 34e tour, le leader Sainz est passé en pneus mediums, suivi de près par Perez, pour laisser Leclerc et Verstappen de nouveau en tête.

Perez était le pilote le plus rapide en piste après son arrêt au 15e tour pour les mediums, gardant un œil sur un Sainz en pneus tendre – qui a lancé une stratégie à trois arrêts avec le Mexicain dans ses rétroviseurs – avant qu’ils ne choisissent tous deux de rentrer aux stands au 34e tour. Cela semblait être une victoire facile pour le pilote monégasque.

#22, Yuki Tsunoda of Japan, Scuderia AlphaTauri AT03, P8.  pht. Clive Mason/Getty Images

C’était le cas jusqu’à ce que Verstappen passe au stand une troisième fois – rien à perdre maintenant – au 44e tour. Cela a déclenché le boxage de Sainz et Hamilton et a laissé Leclerc avec un choix à faire. Ce choix a été rendu beaucoup plus facile lorsque l’AlphaTauri de Pierre Gasly s’est arrêtée en flammes au 46e tour pour faire sortir la première et unique voiture de sécurité de la course.

Les cinq premiers sont restés en place, et pour le redémarrage, tous les pilotes sont en pneus tendres – bien que tous les pilotes n’aient pas profité de l’occasion pour ravitailler en fin de course, ce qui a brouillé le reste de l’ordre.

#14, Fernando Alonso (ESP) Alpine F1 Team A522, P9.

Nous étions prêts pour un sprint scintillant jusqu’au drapeau à damiers lorsque la voiture de sécurité est entrée dans les stands pour commencer le tour 51 sur 57. Verstappen a fait chauffer ses pneus mais a prévenu d’un possible problème de direction, le mur des stands Red Bull semblant également inquiet.

Verstappen a eu une fuite lente à la sortie du dernier virage alors que Leclerc a cloué le restart, bien en tête, tandis que Sainz a presque arraché P2 à la Red Bull. Le ton du Néerlandais est passé de l’agacement à la colère, un problème d’unité de puissance affectant maintenant sa RB18. Sainz et Hamilton l’ont dépassé, puis c’était clair : le champion rentrait aux stands au 54e tour.

Perez était le favori pour la troisième place, mais Hamilton était juste derrière lui, et le Mexicain a commencé lui aussi à s’inquiéter des problèmes de l’unité de puissance. En entrant dans le premier virage du dernier tour, la deuxième Red Bull est partie en tête-à-queue roues bloquées et a fini par abandonner, donnant à Hamilton la dernière place sur le podium.

#24, ZHOU Guanyu (chi), Alfa Romeo F1 Team ORLEN C42, P10. Pour sa premiere course, il rentre dans les points. pht. Xavi Bonilla / DPPI

Ferrari avait attendu près de 50 courses pour une victoire. Maintenant, à Bahreïn, où Leclerc a manqué une victoire en 2019 dans des circonstances angoissantes, ils ont un doublé.

Mercedes, incertaine de l’écart qui la sépare des leaders, a réussi à sauver un podium et la P4 grâce à Russell, alors qu’elle semblait n’avoir que le rythme pour la P5 et la P6 tout au long de la course.

The F1 Class of 2022 drivers pose for a photo on track. pht. Lars Baron/Getty Images

Et en P5, Magnussen, le Danois, a déclaré que c’était une « victoire » pour l’équipe qui a terminé la dernière saison sans points – bien que son coéquipier Mick Schumacher, 11e , ait manqué son coup, incapable de faire la différence dans le dernier restart.

Aux dépens de Haas, Alfa Romeo a réussi un doublé, Bottas ayant sauvé ce qui était un départ rate pour arracher la sixième place pour ses débuts dans l’équipe, tandis que Zhou Guanyu – descendant jusqu’à la 14e place à certains moments – a pris des points pour ses débuts en P10 après le Safety Car tardif.

Ocon, bien que pénalisé pour le contact avec Schumacher en début de course, s’est sauvé en P7, tandis que Fernando Alonso, son coéquipier chez Alpine, s’est classé neuvième, même si son rythme de course a fait défaut lors de ses deuxièmes et troisièmes relais.

Entre les Alpines et Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, huitième après un rapide redémarrage de la voiture de sécurité.

Trois équipes équipées de Mercedes ont perdu des points dimanche : Aston Martin, McLaren, et Williams.

Lance Stroll a terminé 12e et son coéquipier Nico Hulkenberg 17e et dernier pour Aston Martin. L’Allemand a couru jusqu’en P14 mais a souffert de problèmes de surchauffe en début de course, ce qui l’a empêché de s’arrêter plus tôt pour commencer son deuxième relais.

Alex Albon a pris la 13e place pour ses débuts chez Williams, devançant de peu la McLaren de Daniel Ricciardo en P14, tandis que Lando Norris n’était pas loin en P15. McLaren a commencé la course sur les mediums, contrairement à ses rivaux, mais n’a pas eu le rythme de course pour faire payer sa stratégie à contre-courant.

Et en P16, deux secondes devant Hulkenberg d’Aston Martin, Nicholas Latifi de Williams.

La saison a commencé avec un bang pour Ferrari et une note aigre pour Red Bull – tandis que Mercedes a sauvé un résultat solide malgré son retard sur les leaders.

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les pits stop ici

Citation clé

« Oui, oui, très heureux », a déclaré le vainqueur de la course chez Ferrari, Charles Leclerc. « Encore une fois, je me répète, mais les deux dernières années ont été incroyablement difficiles pour l’équipe, et nous savions que cela allait être une grande opportunité pour l’équipe et les gars ont fait un travail incroyable pour construire cette voiture incroyable.

« Donc, pour l’instant, ça commence de la meilleure façon possible. Pole position, victoire, meilleur tour, un doublé aujourd’hui avec Carlos, nous ne pouvions pas espérer mieux. Merci à vous tous qui avez continué à nous soutenir, ça n’a pas été facile, mais c’est incroyable d’être de retour au sommet. »

La suite ?

La deuxième manche du Championnat du monde de Formule 1 2022 aura lieu le week-end prochain, puisque le peloton se rendra en Arabie saoudite, Jeddah accueillant le prochain chapitre de cette campagne du 25 au 27 mars – avec la Scuderia au sommet.

L’HISTOIRE DES PNEUS DE COURSE PAR PIRELLI

Charles Leclerc de Ferrari a mené une Ferrari un-deux depuis la pole en utilisant une stratégie à trois arrêts à Bahreïn : deux relais initiaux sur le P Zero Red soft C3 suivis d’un relais sur le P Zero Yellow medium C2 et une dernière course à nouveau sur le pneu souple après être passé sous la voiture de sécurité avec 11 tours à faire. Leclerc a également signé le meilleur tour de la course en pneus tendres, peu avant l’arrivée. Son coéquipier Carlos Sainz a suivi la même stratégie.

Dans le cadre du règlement 2022, tous les pilotes disposaient d’un choix de pneumatiques entièrement libre au départ. Tout le monde a choisi de démarrer la course en pneus tendres, à l’exception des deux McLaren, qui ont monté le médium pour le premier relais.

Mercedes et Lewis Hamilton ont effectué le premier arrêt au stand de course de pneus de 18 pouces de l’année, passant du pneu souple au pneu dur P Zero White au 11e tour.

La course a débuté à 18 heures avec des températures ambiantes de 24 degrés centigrades et 27 degrés sur la piste – légèrement plus chaudes que les soirées précédentes – avant de chuter de quelques degrés à l’arrivée.

COMMENT LES COMPOSÉS ONT FAIT LA DIFFÉRENCE

HARD C1 : Ce composé a été utilisé par sept pilotes pendant la course. Il s’est avéré plus lent mais plus constant que les autres composés, bien qu’il ait nécessité un temps de préchauffage plus long avec des températures de couverture de pneu limitées à 70 degrés, ce qui rend la contre-dépouille moins efficace. Mercedes a utilisé le dur pour le deuxième relais.

MEDIUM C2 : Un pneu central à la course. Il a bien fonctionné, avec une dégradation conforme aux valeurs qui avaient été mesurées précédemment. La majorité des équipes n’avaient qu’un seul ensemble disponible, mais celles qui en avaient deux utilisaient les deux.

SOFT C3 : ·Le composé clé de la course, qui offrait un avantage en termes de performances au départ, et c’est la raison pour laquelle il a été utilisé par tous les pilotes à l’exception de McLaren. Les niveaux de dégradation étaient à nouveau conformes à ce qui avait été observé les jours précédents.

« Les débuts au championnat de la nouvelle réglementation de la Formule 1 avec nos derniers pneus de 18 pouces ont donné lieu à une course avec beaucoup d’excitation du début à la fin et de belles batailles. Nous sommes satisfaits de la performance des pneus. Les composés tendres et moyens étaient essentiels ici. , tandis que le dur représentait un choix alternatif et plus cohérent. La température plus basse des enveloppes de pneus cette année a également contribué au défi de placer les pneus dans la bonne fenêtre, rendant la contre-dépouille pour le dur moins puissante que d’habitude, tandis que la nature abrasive de la piste garantissait qu’il y aurait au moins deux arrêts pour chaque pilote. La stratégie a également été influencée par la voiture de sécurité tardive, qui a finalement conduit à trois arrêts et mis en place une arrivée spectaculaire au sprint de la course. Félicitations à Ferrari pour leur une-deux ! »

Meilleurs tours

Ils ont dit

Charles Leclerc :

pht. Scuderia Ferrari

« En ce début de saison, nous savions que nous serions dans une meilleure position que nous ne l’avons été au cours des deux dernières années, mais nous ne pouvions pas dire exactement où nous en étions. Revenir au sommet avec une voiture capable de gagner des courses me rend incroyablement heureux.

Un immense merci à toute l’équipe, car un travail incroyable a été fait et c’est un plaisir de dédier cette victoire à toutes les personnes qui sont chez Ferrari.

La course a été très serrée et j’ai tout donné. J’ai réussi à prendre suffisamment d’avance sur Max (Verstappen), je me sentais à l’aise dans la voiture et j’ai pu gérer la situation sans trop de difficulté. Après le premier arrêt, cependant, la situation est devenue plus difficile : Max m’a attaqué trois fois mais j’ai toujours été capable de réagir immédiatement et de riposter. Lorsque la voiture de sécurité est entrée en piste, nous avons perdu tout l’avantage accumulé et nous avons dû repartir de zéro. À ce moment-là, j’ai su que je devais mettre en place le meilleur redémarrage possible et je suis content que tout se soit passé comme je le pensais.

Le développement de la voiture cette saison aura un poids plus important que les années précédentes et pour cela nous devons continuer à travailler dur. Dans ce week-end, cependant, nous n’avons rien fait de mal : pole position, meilleur tour, victoire et deuxième place. Qu’est-ce que je peux dire… allez Ferrari ! »

Mattia Binotto, directeur d’équipe et directeur général :

pht. Scuderia Ferrari

« Je suis ravi de ce résultat. La course d’aujourd’hui reflète la qualité de ce qui a été fait à Maranello au cours de ces deux années par une équipe en laquelle, personnellement, j’ai toujours cru. C’est un groupe qui a su travailler ensemble et réagir aux difficultés. C’est bien de voir qu’on est de retour pour se battre pour la première place, notre objectif cette saison.

Pour gagner dans cette catégorie, il faut être parfait et aujourd’hui nous l’avons tous été : les pilotes, les F1-75, les ingénieurs avec les stratégies et les mécaniques, impeccables dans les arrêts aux stands et voyant comment l’équipe a su maximiser chaque opportunité me remplit de fierté.

Ce soir, je voulais monter sur le podium pour récupérer le trophée du constructeur car je sentais que c’était la meilleure façon de représenter toute l’équipe, chez moi et ici à Bahreïn. Je dois admettre que je me suis excité, et si je pense aux fans qui nous ont toujours soutenus, même dans les moments les moins faciles, j’avoue que j’ai hâte d’être à Imola pour courir devant eux tous. »

MAX VERSTAPPEN :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Nous nous sommes sentis assez compétitifs tout au long du week-end, donc le résultat d’aujourd’hui a été très malheureux pour nous. Les problèmes ont d’abord commencé avec les freins, ils surchauffaient donc j’ai dû décoller et par conséquent j’ai perdu du rythme et j’ai dû laisser partir Charles. Après cela, il y avait encore quelques problèmes d’équilibre de la voiture et après mon dernier arrêt au stand, mon volant était bloqué. Cela a rendu la conduite très difficile, donc se défendre contre Carlos au redémarrage n’a pas été facile. Le dernier problème ressemblait à un problème de système d’alimentation en carburant, c’est pourquoi j’ai dû abandonner et c’était extrêmement pénible pour nos deux voitures jusqu’à DNF. Nous ne savons pas encore exactement ce qui s’est passé, mais nous allons certainement analyser les données et nous assurer d’en tirer des leçons. En fin de compte, le sport automobile est imprévisible et ces choses peuvent arriver, c’est la première course, nous avons beaucoup plus devant nous. »

CHRISTIAN HORNER, Team Principal :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Évidemment, nous sommes extrêmement déçus de perdre la chance de monter sur le podium aujourd’hui, mais félicitations à Ferrari pour leur une, deux finitions et un retour aux avant-postes. Nous devrons mener une enquête complète sur ce qui s’est passé, mais il semble étrange que les pannes soient liées les unes aux autres et cela pourrait être un problème avec le système de carburant. Le côté positif pour nous est que nous avons clairement une voiture compétitive, je ne pense pas que nous ayons eu le rythme aujourd’hui, mais il y a eu de belles courses entre Max et Charles. C’est une saison incroyablement longue avec 22 courses restantes, nous devons donc résoudre ce problème aujourd’hui et revenir plus forts le week-end prochain.

Yuki Tsunoda :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis assez content d’aujourd’hui, surtout du départ car j’ai pu gagner quelques places. J’ai eu un peu de chance vers la fin, car certaines voitures ont eu des pannes, mais dans l’ensemble, je suis satisfait de la façon dont la journée s’est déroulée. Nous avons encore beaucoup de travail à faire pour pouvoir nous battre régulièrement au sommet du milieu de terrain, mais nous sommes convaincus que nous pouvons développer la voiture pour continuer à améliorer nos performances. Nous allons partir et analyser les données de tout ce week-end pour essayer de trouver quelles sont nos principales limites avant la course de la semaine prochaine.

Pierre Gasly :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Ce n’est pas le début de saison que j’espérais, toute la voiture s’est éteinte à l’extérieur du premier virage, puis j’ai commencé à sentir le brûlé. C’est vraiment dommage car j’ai pris un très bon départ, j’ai pu dépasser Fernando, puis Kevin quand j’en ai eu l’occasion, et nous courions assez confortablement en P8. Nous avons perdu des points importants, mais il reste encore beaucoup de points positifs à tirer d’aujourd’hui. J’ai été assez surpris par le rythme et ça s’annonce plutôt bien pour les prochaines courses. Nous devons évidemment comprendre l’échec que nous avons eu mais je suis sûr que nous trouverons une solution. J’ai eu de bonnes batailles, c’était amusant de reprendre la course et j’ai déjà hâte à la semaine prochaine.

Lewis Hamilton :

 

Un grand, grand bravo à Ferrari, je suis si heureux de les voir à nouveau bien, c’est une équipe tellement historique et épique. C’était une course difficile pour nous aujourd’hui, nous avons eu du mal tout au long des essais et c’est vraiment le meilleur résultat que nous aurions pu obtenir. Bien sûr, c’était malheureux pour les deux autres pilotes mais nous avons fait de notre mieux et nous sommes reconnaissants pour ces points. Je sais que les gars travaillent très dur à l’usine et ce ne sera pas rapide, mais nous sommes la meilleure équipe unifiée depuis si longtemps, nous savons tous qu’il faut garder la tête baissée, continuer à travailler, il y a un long chemin à parcourir. Nous devons maximiser nos week-ends et à un moment donné, nous serons de retour dans le combat.

George Russel :

 

C’était une course positive, j’ai pris un bon départ, puis Lewis et moi étions sur une course à nous, mais avec des stratégies différentes. Nous sommes rentrés avec un P3 et un P4 pour l’équipe que nous aurions certainement pris avant le week-end, donc dans un long championnat, nous pouvons être satisfaits de la façon dont s’est déroulé aujourd’hui. Considérant que nous avons une demi-seconde de retard en qualifications et probablement le même, sinon plus, en rythme de course, ce fut un bon week-end de limitation des dégâts. Il y a beaucoup de potentiel dans la voiture et nous devons vraiment approfondir les données et comprendre comment extraire les performances. Nous reconnaissons que nos rivaux ont une longueur d’avance sur nous, nous connaissons les limites globales de la voiture et nous ne nous contenterons pas tant que nous n’aurons pas la chance de gagner.

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

« Revenir à la maison avec deux voitures dans les points lors de la première course est le moyen idéal pour commencer la saison. L’équipe a fait preuve de compétence mais aussi de résilience car nous sommes revenus d’un mauvais départ, mais nous sommes restés fidèles à notre plan et avons fait beaucoup de progrès sur le terrain. Dans un sens, c’est un signe d’autant plus prometteur que nous avons pu effectuer un retour, ce qui signifie que notre voiture est véritablement compétitive. Nous sommes conscients que la saison à venir va être longue et que nos adversaires nous défieront dès la semaine prochaine, mais nous avons un très bon résultat dès le premier jour et c’est un gros coup de pouce pour tout le monde dans l’équipe. En particulier, je suis très heureux pour Valtteri et Zhou : avoir un tel résultat lors de leur première course avec l’équipe est la meilleure façon de commencer notre relation. Nous visons à tirer parti de cette nuit alors que nous continuons à développer notre voiture et à nous battre à ce niveau.

Valtteri Bottas :

pht. Florent Gooden / DPPI

« Je suis très content du résultat de ce soir : pour moi, mais surtout pour l’équipe, avec deux voitures dans les points, et pour Zhou qui a marqué des points dès sa première course. La course s’est très bien déroulée, à l’exception du départ : j’ai eu beaucoup de patinage et j’étais en gros un canard assis pour le premier tour, essayant juste d’éviter le contact. Mais quand ça s’est stabilisé, on avait un très bon rythme : on n’a pas baissé les bras, on a exécuté une très bonne stratégie et, au final, on a fait une bonne remontée. Nous avons pris tour par tour car nous savions que nous avions la voiture pour revenir dans le top 10. C’est une belle façon de commencer la saison : il y a encore des choses à améliorer, bien sûr, mais nous n’en sommes qu’à la première course. de l’année. Notre priorité était la fiabilité et je suis content d’avoir pu finir avec les deux voitures car la vitesse est là. Tout le monde a fait du bon travail et nous allons dans la bonne direction.

Esteban Ocon :

 

« Je suis très satisfait de notre journée. C’est un excellent début de saison pour l’équipe avec les deux voitures dans les points. Notre rythme était solide, avec de bons dépassements et des décisions judicieuses prises par l’écurie en matière de stratégie. Je voudrais adresser un grand merci à l’équipe chargée des arrêts au stand, qui a été impeccable durant ses nombreuses interventions aujourd’hui. À part l’incident avec Mick, pour lequel je plaide coupable et m’excuse, je suis plutôt satisfait de ma course. Nous allons faire un débriefing avec l’équipe, mais nous pouvons tirer des enseignements positifs de notre performance avant de nous projeter vers la semaine prochaine. Regardons vers l’avant et vers les sommets. »

Fernando Alonso :

 

« Je suis content de marquer deux points à l’issue de la première course de la saison. Ce n’était pas facile en raison d’une dégradation importante des pneus, à laquelle nous nous attendions tous. Nous avons dû beaucoup défendre pendant le premier relais et donc beaucoup demandé aux pneumatiques. Peut-être n’était-ce pas idéal. Nous devons continuer à mieux comprendre ces nouveaux pneus, qui seront probablement l’un des principaux sujets de discussion tout au long de la saison. De manière générale, je pense que les dépassements sont plus faciles, car les pneus sont tous à des niveaux de dégradation différents, et il est plus simple de suivre les voitures qui nous précèdent. Nous serons de nouveau sur le pont le week-end prochain en Arabie Saoudite, où nous devrons sans aucun doute faire face à des défis différents. »

Communique la F1 and Team

 

Haut du site