3 décembre 2022

Bahreïn, Leclerc (Ferrari) décroche une superbe pole devant Verstappen et Sainz.

Charles Leclerc a décroché la première pole position du championnat du monde de Formule 1 2022, devant le champion en titre Max Verstappen et Carlos Sainz, lors d’une séance de qualification qui s’est déroulée sur le fil à Bahreïn.

#16, Charles Leclerc, P1, une pole bienvenue dans le clan Ferrari. pht. Scuderia Ferrari

Leclerc (Ferrari) a été le plus rapide en Q1, mais Verstappen (Red Bull) a riposté en Q2, se hissant en une seule prise dans le top 10. Le décor était donc planté pour un face-à-face entre le champion du Monde et la Scuderia en Q3.

Et c’est alors que Leclerc a établi une référence foudroyante de 1’30’’558s, prenant sa deuxième pôle du GP de Bahreïn. Verstappen n’a pu s’approcher qu’à 0’123s tandis que Sainz n’a pas pu améliorer son premier passage, terminant troisième à 0’129s. Le coéquipier de Verstappen, Perez, n’est que P4.

Mercedes a réussi à se qualifier pour la Q3 (les seules voitures équipées de moteurs Mercedes à le faire) mais n’a pas pu se hisser en première ligne. Lewis Hamilton a pris la cinquième place tandis que son ancien coéquipier Valtteri Bottas s’est hissé à la surprise générale à la sixième place sur la grille pour Alfa Romeo.

#1,Max Verstappen of the Netherlands, Oracle Red Bull Racing RB18, P2. pht. Lars Baron/Getty Images

Pour la première fois depuis le Grand Prix du Brésil 2019, les deux pilotes Haas ont atteint la Q2, mais Kevin Magnussen est allé jusqu’en Q3, se qualifiant septième devant Fernando Alonso d’Alpine. George Russell (Mercedes) était neuvième et Pierre Gasly complétait le top 10 pour AlphaTauri.

Les éliminations surprises de Q2 ont inclus Lando Norris (P13) (McLaren) et Esteban Ocon d’Alpine (P11), avec Mick Schumacher (Haas) les séparant pour P12.

#55, Carlos Sainz, P3. pht. Scuderia Ferrari

Alex Albon, 14e sur la grille, s’est qualifié pour Q2 pour sa première apparition chez Williams, tandis que le rookie Zhou Guanyu s’est qualifié 15e pour ses débuts chez Alfa Romeo.

Ce résultat a été obtenu aux dépens de Yuki Tsunoda (AlphaTauri), 16e, des deux pilotes Aston Martin (Nico Hulkenberg, 17e et Lance Stroll, 19e) et de Daniel Ricciardo (McLaren). Nicholas Latifi était le dernier sur la grille pour Williams.

TEL QUE CELA S’EST PASSÉ

Q1 – Ferrari éclipse Red Bull tandis que Haas et Alfa Romeo s’illustrent

Dès leurs premiers tours de roues, Charles Leclerc et Carlos Sainz (Ferrari) se sont hissés au sommet de la feuille de temps, Leclerc devançant son coéquipier de 0’096s grâce à un tour rapide en 1’31’’471s. Aucun des pilotes de la Scuderia n’est sorti pour un deuxième tour, pas plus que Max Verstappen de Red Bull, qui était à trois dixièmes et troisième de la Q1.

#11, Sergio Perez of Mexico, Oracle Red Bull Racing RB18, P4. pht. Mark Thompson/Getty Images

Valtteri Bottas (Alfa Romeo) est quatrième à 0’448 s de la première place, tandis que Kevin Magnussen (Haas) complète le top 5 devant Esteban Ocon, d’Alpine, qui s’est finalement montré à son avantage après avoir renoncé aux pneus tendres lors de la FP3.

Avec Pierre Gasly (AlphaTauri) en P7, Lando Norris (McLaren), huitième, est le pilote motorise parMercedes le mieux placé, devant le duo Mercedes de George Russell (P9) et Lewis Hamilton (P10).

#44, Lewis Hamilton, P5. pht. Wolfgang Wilhelm

Sergio Perez (Red Bull) a manqué le top 10 mais s’est confortablement qualifié pour la Q2 devant Fernando Alonso (Alpine) (P12) et Mick Schumacher (Haas) en P13 et à neuf dixièmes de la première place. Pour la première fois depuis le GP du Brésil 2019, les deux voitures Haas étaient en Q2.

Pour ses débuts chez Alfa Romeo, Zhou Guanyu s’est hissé en Q2 en P14, devant Alex Albon (Williams) le revenant 15e finissant une seconde devant son coéquipier Nicholas Latifi.

Un quatuor de voitures Mercedes a rejoint Yuki Tsunoda (16e) qui a manqué la FP3 à cause d’un problème hydraulique, dans la zone d’abandon.

#77, BOTTAS Valtteri (fin), Alfa Romeo F1 Team ORLEN C42, P6. pht. Xavi Bonilla / DPPI

Aucune Aston Martin n’a réussi à passer la Q1 – le remplaçant Nico Hulkenberg 17e et son coéquipier Lance Stroll 19e – laissant la Williams de Latifi en P20. Daniel Ricciardo (P18), qui a manqué les essais de pré-saison pour cause de Covid-19, a été déçu.

Eliminés : Tsunoda, Hulkenberg, Ricciardo, Stroll, Latifi

#23, Alexander Albon (THA) Williams Racing FW44. « Alex Albon a emmené Williams en Q2 pour ses débuts dans l’équipe. »

Q2 – Verstappen réussit son effort pour garder les Ferrari derrière.

S’ajoutant au vaste ensemble de changements de règles pour 2022, les pilotes qui passent la Q2 n’ont plus besoin d’utiliser les mêmes pneus pour commencer la course, tandis que le pneu tendre est désormais obligatoire en Q3.

Verstappen a réalisé le meilleur temps jusqu’à présent avec un 1’30’’767s et est resté dans les stands alors que les Ferrari sont sorties pour leurs deuxièmes runs. Sainz s’est hissé en P2, à 0’’030s de Verstappen, tandis que Leclerc est troisième et à 0’’175s du champion en titre.

#20, Kevin Magnussen, Haas VF-22, P7. pht. Andy Hone / LAT Images

Dans l’autre Red Bull, Perez a terminé quatrième – à 0’’251s – tandis qu’Hamilton a été distancé de peu en cinquième et Russell sixième.

Magnussen a réalisé un autre exploit pour Haas, en terminant septième en Q2, mais le pilote danois a ensuite été contraint à rester au garage pour un problème hydraulique. Il a terminé devant Alonso et Gasly, qui ont tous deux assuré leur présence en Q3.

L’effort tardif de Bottas l’a placé en 10e position – ce qui signifie que la dernière fois qu’il a manqué la Q3 était à Abu Dhabi en 2016. Ocon a manqué la Q3 pour Alpine pour seulement 0’’065s, tandis que Schumacher (Haas) a dû se contenter de la P12 avec une erreur sur son effort.

#14, Fernando Alonsp, Alpine, P8.

McLaren n’a pas réussi à faire entrer une de ses voitures dans le top 10, Norris terminant 13e devant Albon (P14) de Williams et Zhou d’Alfa Romeo (P15).

Eliminés – Ocon, Schumacher, Norris, Albon, Zhou

« Verstappen est revenu en Q2 »

Q3 – La Scuderia s’oppose à Verstappen

Hamilton et Russell sont sortis les premiers, le septuple champion se faisant remorquer par son coéquipier (ce travail avant était dévolu a Bottas). Hamilton a donc été plus rapide que Russell lors de son premier passage, mais aucun des deux n’était dans la lutte pour la pole position.

#63, Georges Russel, P9. pht. LAT Images

Leclerc et Sainz, cependant, étaient dans la lutte pour la P1 – et pratiquement au coude à coude aussi, suivis de très près par Verstappen après les premiers essais. Sainz avait la pole position préliminaire devant Leclerc puis Verstappen – le trio étant séparé par seulement 0’’056s.

Les deuxièmes runs, cependant, ont vu Leclerc améliorer alors que Sainz n’a pas réussi à le faire. Le pilote monégasque a pris une première pole position depuis le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2021, et sa deuxième à Bahreïn, avec un temps de 1’30’’556s. Verstappen était à 0’’123s au drapeau à damier et Sainz a fini à 0’’129s en P3.

#10, Pierre Gasly of France, Scuderia AlphaTauri AT03, P10.  pht. Mark Thompson/Getty Images

Avec Perez de retour en quatrième position, Hamilton complète le top cinq, tandis que son ancien coéquipier Bottas s’est illustré une fois de plus, plaçant son Alfa Romeo en sixième position sur la grille – mais à trois dixièmes d’Hamilton.

Le pilote Haas, Magnussen, septième, a également été une star des qualifications, terminant devant Alonso (Alpine) en P8 et l’autre Mercedes de Russell en neuvième – bien que Magnussen ait été contraint d’abandonner sur la piste après son dernier run de Q3. Gasly (AlphaTauri) complète le top 10.

Les qualifs ici

Grille de départ ici

Ils ont dit

MAX VERSTAPPEN :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Globalement, ce n’est pas une mauvaise position, bien sûr on veut toujours plus mais c’est un début de saison positif. Je pense que nous avons une bonne voiture de course, ce qui est important, et comme c’est le début de la saison, il y a encore beaucoup de choses à apprendre. Le Q2 était bon, mais le Q3 était un peu plus aléatoire, nous n’avons pas vraiment trouvé le bon équilibre. Il y avait un peu de survirage et de sous-virage, donc vous ne pouvez pas vraiment attaquer le virage, ce qui rend difficile de faire un tour ensemble, donc c’est quelque chose que nous devons examiner. Les Ferrari sont bien sûr très proches et ça va être une bataille difficile, ils ont deux pilotes forts donc ça va être excitant. Le temps devrait être plus chaud demain, donc ce sera un peu plus difficile pour les pneus. En tant qu’équipe, nous devons juste voir si nous sommes compétitifs en course, la saison est longue et beaucoup de choses peuvent se passer.

PIRELLI

LA ROUTE VERS LA POLE

Charles Leclerc et Ferrari ont décroché la première pole de la nouvelle ère des 18 pouces. Comme tous les pilotes, Leclerc a passé les qualifications en utilisant uniquement le pneu tendre P Zero Red : quatre jeux au total, un en Q1 et Q2, puis deux jeux en Q3. La seule exception est la Williams, qui a fait un aller-retour avec des mediums.

L’heure des qualifications a débuté à 18 heures, heure locale, avec des températures de piste de 24 degrés centigrades et 20 degrés ambiants, similaires à celles de la séance FP2 d’hier. La FP3, qui a eu lieu trois heures plus tôt, était considérablement plus chaude (similaire à la FP1), avec le meilleur temps réalisé par Max Verstappen de Red Bull.

La règle qui obligeait les 10 premiers pilotes à prendre le départ de la course avec le train de pneus avec lequel ils avaient réalisé leur meilleur temps en Q2 a été abandonnée cette année. Par conséquent, tous les pilotes auront le libre choix de leurs pneus de départ demain et la stratégie de qualification était un peu plus simple.

Le premier prix de la pole position Pirelli de 2022 a été remis à Charles Leclerc par le président nouvellement élu de la FIA, Mohammed Ben Sulayem, un compétiteur qui a connu un immense succès, avec 14 titres de champion du rallye du Moyen-Orient à son actif. Il s’agissait de la 10e pole position de Leclerc en carrière, la première ayant eu lieu à Bahreïn il y a trois ans.

 CARNET DE STRATÉGIE

Avec son asphalte abrasif et son tracé exigeant, le Grand Prix de Bahreïn, qui comptera 57 tours, devrait être marqué par deux arrêts, comme ce fut le cas les années précédentes. Un seul arrêt n’est pas totalement exclu, mais il sera plus lent. Les trois composés peuvent être utilisés pour un double-stopper ou alternativement deux jeux de softs et un de medium, ce qui est considéré comme l’option la plus rapide.

La grande décision pour les équipes demain sera de savoir avec quelle gomme s’élancer, car tout le monde a désormais le libre choix des pneus de départ, ce qui rend la stratégie encore plus ouverte qu’auparavant. Comme il y a un écart de performance assez important en termes de temps au tour entre les gommes, ceux qui partent avec le pneu tendre auront un avantage de rythme assez important au départ par rapport à ceux qui partent avec les mediums, tandis que ceux qui veulent partir avec le dur devront faire face à un déficit de vitesse considérable.

« Lors des qualifications, nous avons enfin vu le vrai rythme de toutes les équipes. Avec des températures fraîches similaires à celles de la FP2 et les pneus les plus durs de la gamme choisis ce week-end, l’échauffement des pneus a été marginal, d’autant plus que la température de la piste a baissé au fil de la soirée. Un autre facteur décisif dans la stratégie de qualification a été la suppression de la règle qui obligeait cette année les pilotes à prendre le départ de la course avec les pneus avec lesquels ils avaient réalisé leur meilleur temps en Q2. Par conséquent, tout le monde commence la course demain sur un pied d’égalité et l’attention se portera ce soir sur la stratégie de course et sur les pneus à utiliser pour le départ. Avec un grand écart de performance entre les composés, cela ajoute un autre niveau de complexité à ce qui est déjà une décision délicate, alors que la nouvelle formule fait ses débuts en course dimanche. Nous nous attendons à des conditions un peu plus chaudes qu’aujourd’hui et à deux arrêts aux stands ; mais certains pilotes pourraient avoir la possibilité de faire quelque chose de différent. »

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

Nous savions que ce n’était qu’une question de temps avant de revenir dans le groupe de tête et pour cela, je veux remercier toute l’équipe pour l’excellent travail qu’ils ont fait pour ramener notre voiture là où elle mérite d’être.

Nous sommes tous très heureux de ce résultat mais nous savons parfaitement que nous ne pouvons pas nous détendre une seconde et que nous devons continuer à pousser car nos rivaux sont très forts.

Ce week-end, nous nous sommes principalement concentrés sur le tour rapide parce que nous avions ramené beaucoup de longs tours avec une charge de carburant élevée pendant les essais. Nous avions besoin de découvrir la voiture en configuration de qualification et la F1-75 a très bien répondu.

Le plus difficile aujourd’hui a été de mettre les pneus dans la bonne fenêtre de fonctionnement, mais nous y sommes parvenus et je dois dire que c’est vraiment bon d’être de retour en pole !

Mattia Binotto, Chef d’équipe et directeur général :

pht. Scuderia Ferrari

Aujourd’hui, nous sommes extrêmement satisfaits : nous étions convaincus que nous avions le potentiel pour bien faire et le fait que nous ayons pu nous battre pour la pole position avec les deux pilotes en dit long sur la force de notre package, qui comprend la voiture, les pilotes et les personnes qui travaillent dur chaque jour sur la piste et à Maranello.

Cette pole position est une récompense pour l’excellent travail que toute l’équipe a réalisé, ce qui est encore plus important si l’on pense à la situation dans laquelle nous étions il y a deux ans.

Nous avons toujours dit que pour exceller face à des rivaux de cette envergure, il faut être parfait et je pense que nous avons très bien fait aujourd’hui en tant qu’équipe. Je suis convaincu que nous avons la meilleure paire de coureurs et je pense qu’ils l’ont montré aujourd’hui.

Valtteri Bottas  :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

« Être sur la troisième ligne lors de notre première qualification ensemble est une grande réussite et nous devons être satisfaits – moi et l’équipe. Ma séance s’est déroulée sans encombre et j’ai progressé un peu à chaque passage, ce qui est l’objectif des qualifications. C’est un moment important pour nous car cela montre que nous pouvons être là. Je suis fier du travail que tout le monde a fait, ici et à l’usine : nous savions que nous avions une chance d’être en Q3 mais c’était bien de le faire quand tout le monde est venu avec tout ce qu’il avait. Maintenant, nous nous concentrons sur la course : notre rythme sur le long terme semblait encore meilleur que sur le tour unique, donc nous pouvons être dans la lutte. Les quatre premiers sont probablement hors de portée pour tout le monde, mais ce serait bien d’avoir une bataille avec Mercedes. Dans tous les cas, c’est le début de notre voyage et je veux que nous regardions vers l’avant et non vers l’arrière : l’objectif est d’être ici au drapeau et de ramener de bons points. »

Lewis Hamilton :

 

La séance a été difficile mais je suis vraiment fier de ce que nous avons réussi à faire, compte tenu des problèmes que nous avons eus la semaine dernière. Les gars devant nous sont à un autre niveau en ce moment, mais il y a beaucoup à jouer demain au départ et avec la stratégie, donc j’espère que je peux au moins rester avec eux et rester dans la lutte. Nous ne sommes pas assez rapides pour gagner mais je vous l’ai dit avant le week-end. Il semblait que nous étions plus loin derrière la semaine dernière, nous avons fait quelques améliorations et nous sommes plus proches, donc je suis fier de ce que nous avons réalisé et où nous sommes arrivés. J’espère que nous ferons un autre pas la semaine prochaine et que petit à petit, nous pourchasserons ces gars-là. Les améliorations viennent de nos efforts collectifs, nous travaillons aussi dur que possible et je sais qu’il y a un long, long chemin à parcourir mais j’aime les défis.

 

Esteban Ocon :

 

« Tout d’abord, c’est une sensation formidable d’être de retour en mode qualifications et de tout donner sous le frisson de conditions de course appropriées. Avant la séance d’aujourd’hui, nous savions que la séance allait être serrée, surtout pour entrer en Q3. Nous manquions un peu de rythme de mon côté du garage pendant le week-end, mais nous l’avons accéléré aujourd’hui pour les qualifications et perdre en Q3 avec une si petite marge est bien sûr frustrant, mais il y a certainement du positif à prendre. Nous avons encore un nouveau jeu de pneus pour demain et nous partons du côté propre de la grille, donc cela devrait conduire à une course passionnante et j’ai déjà hâte d’y retourner.

Fernando Alonso :

 

« Je suis satisfait des qualifications d’aujourd’hui, car après l’hiver, on ne sait jamais exactement où en seront les performances de l’équipe. Chaque nouvelle saison, vous pouvez avoir des surprises positives ou négatives, donc voir les deux voitures se battre pour le top 10 est un bon début. Le travail effectué cet hiver à Enstone et Viry-Chatillon a clairement été positif, et la voiture se sent bien. Le développement a été bon et maintenant nous devons également être rapides hors piste. Ce sera intéressant de voir comment les nouvelles voitures peuvent se battre demain et c’est super de voir une grille mélangée. Il semble plus facile de suivre les voitures devant nous, si cela offre plus d’action sur la piste que nous verrons bientôt, et les premiers tours seront intéressants. La dégradation des pneus et la stratégie de course qui en résulte seront des considérations cruciales pour demain.

Alex Albon :

 

Nous avons tout mis sur la table aujourd’hui et le résultat était plus que ce que nous attendions, donc c’est un résultat assez spécial. La voiture me donne beaucoup de confiance, tout comme l’équipe, ce qui m’a vraiment permis de pousser et de tirer le meilleur parti des qualifications. En arrivant à la séance, je m’attendais à des difficultés similaires à celles que nous avons connues lors des essais, mais la voiture se sentait vivante, rapide et agile, donc je vais aborder dimanche avec un sentiment positif.

Rendez-vous ce dimanche à 16h00 (heure Paris) pour suivre le départ du Grand Prix de Bahreïn

Communique la F1

 

Haut du site