5 mars 2024

Max Verstappen remporte le GP tourmenté d’Australie à Melbourne.

Max Verstappen a remporté la victoire lors d’un Grand Prix d’Australie sauvage et plein d’action, surmontant les batailles avec les pilotes Mercedes, plusieurs voitures de sécurité et trois drapeaux rouges pour devancer Lewis Hamilton et Fernando Alonso.

#1, Max Verstappe, Red Bull, P1. pht. Pirelli

Verstappen a été devancé par George Russell et Hamilton au départ de la course, avant que la voiture de sécurité ne fasse deux apparitions en succession rapide en raison de l’abandon de Charles Leclerc à la suite d’une collision avec Lance Stroll et de la lourde chute d’Alex Albon.

Un drapeau rouge consécutif à l’incident d’Albon a ramené le peloton aux stands, Hamilton menant Verstappen et Alonso, profitant de la malchance de Russell et Carlos Sainz, qui étaient les deux pilotes de tête à chausser des pneus neufs juste avant l’arrêt de la course.

Avec un choix de pneus libre pour le nouveau départ, Hamilton a d’abord gardé l’avantage sur Verstappen, mais le pilote Red Bull est rapidement entré dans le champ du DRS et est remonté en P1, quelques instants avant que les malheurs de Russell ne soient aggravés par une apparente défaillance du moteur.

Verstappen s’est débarrassé de l’action initiale pour prendre une avance confortable au fur et à mesure que la course se développait, tandis qu’Hamilton conservait la 2e place et commençait à gérer l’écart avec Alonso, qui a été rejoint par Sainz et Pierre Gasly dans une lutte pour les places sur le podium.

Mais alors que l’ordre semblait figé, une nouvelle voiture de sécurité, puis un nouveau drapeau rouge, ont été déclenchés en fin de course lorsque Kevin Magnussen a heurté le mur à la sortie du virage 2, a perdu sa roue arrière droite et a répandu des débris de sa Haas sur la piste.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P2. pht. Mercedes

Cela signifiait un troisième départ arrêté et la perspective d’une séance de tirs au but de deux tours en pneus tendres, mais quelques secondes seulement se sont écoulées avant un nouveau contact et un drame lorsque Sainz a fait basculer son compatriote Alonso en tête-à-queue dans le goulot d’étranglement du virage 1.

Derrière, Gasly a évité de percuter son coéquipier Esteban Ocon alors qu’il rejoignait le circuit, mettant les deux pilotes hors course, tandis que Logan Sargeant a percuté l’arrière de Nyck de Vries, et que Sergio Perez – qui était sorti de la voie des stands – et Stroll ont fait des sorties de piste séparées.

Après une certaine confusion sur le déroulement de la course et la détermination des résultats, les débats reprennent – et se terminent – derrière la voiture de sécurité dans l’ordre du départ précédent, moins les voitures qui ont été éliminées.

Un départ lancé a emmené le peloton jusqu’au drapeau à damier, Verstappen franchissant la ligne pour sa première victoire en Australie, Hamilton et Alonso complétant le podium devant Sainz, Stroll, Perez et Lando Norris.

Race Start. pht. Red Bull

Cependant, Sainz a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour son accrochage avec Alonso, promouvant tout le monde derrière lui, Nico Hulkenberg prenant la P7, devant le favori local Oscar Piastri, Zhou Guanyu, Yuki Tsunoda – héritant du dernier point – et Valtteri Bottas.

De Vries, Sargeant, Magnussen, Russell, Albon et Leclerc ont tous regardé le dernier tour depuis la ligne de touche, alors que le soleil se couchait sur une journée extrêmement dramatique sur le circuit d’Albert Park.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après des conditions mitigées lors des essais et des qualifications, un ciel bleu et des températures agréables ont accueilli le paddock pour le jour de la course, avec des pneus slicks à l’ordre du jour de l’après-midi et une stratégie à un seul arrêt comme option la plus rapide – à condition qu’il n’y ait pas d’incidents ou de périodes de voiture de sécurité…

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P3. pht. Pirelli

Dans la préparation de la course, il y a eu un changement sur la grille de départ puisque Perez – qui a glissé de la Q1 en qualification – et Bottas – le plus lent des pilotes à réaliser un temps de qualification – ont échangé leurs places de départ pour la voie des stands, après avoir effectué divers changements de voiture dans les conditions du parc ferme.

En ce qui concerne les pneus de départ, la majorité des pilotes ont opté pour le composé médium, mais les Alpines et les Alfa Romeo ont choisi les softs, tandis que l’AlphaTauri de De Vries, la Williams de Sargeant et la Red Bull de Perez ont été équipées de pneus durs pour un premier relais plus long.

Lorsque les feux se sont éteints en Australie, devant un public nombreux, l’action a été immédiate, Russell s’élançant de la ligne de départ et prenant une avance sur Verstappen dans le virage 1, qu’il a convertie grâce à un freinage tardif et à un positionnement intelligent de la voiture.

La sortie de Verstappen étant compromise, le Néerlandais a ensuite subi la pression d’Hamilton qui a rapidement fait un doublé Mercedes en se frayant un chemin au virage 3 – Verstappen se plaignant à la radio qu’« il m’a poussé hors de la piste ».

#18, Lance Strol, Aston Martin

Juste derrière, un nouveau drame s’est produit lorsque les Aston Martin et les Ferrari se sont retrouvées roue contre roue dans le virage 3, entraînant un contact entre Stroll et Leclerc au freinage qui a envoyé ce dernier dans les graviers et hors de la course. Une enquête rapide des commissaires a permis de ne pas prendre d’autres mesures.

Après le déploiement de la voiture de sécurité et une brève pause dans la frénésie de la course, un grand nombre de pilotes sont entrés au stand pour changer de pneus : Ocon, Zhou et Bottas ont échangé leurs pneus tendres contre des pneus durs, tandis que Sargeant et Perez ont échangé leurs pneus durs contre des pneus mediums.

Lorsque l’action a repris à la fin du 3e tour, Russell tenait la tête devant son coéquipier Hamilton, Verstappen, Sainz, Alonso et Albon, qui démarrait rapidement, mais trois tours plus tard, le pilote Williams a percuté les barrières au virage 7, ce qui a déclenché une nouvelle voiture de sécurité.

Russell, qui commençait à subir la pression d’Hamilton et se plaignait à la radio que Mercedes « me demandait de gérer et que je me faisais attaquer », est parti de la première place sous le drapeau jaune pour changer ses pneus tendres pour des pneus durs, un geste imité par Sainz – les deux pilotes cherchant à tirer profit de l’accident d’Albon.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P5. pht. Red Bull

En réponse à ces arrêts, Hamilton a regretté que la situation m’ait « mis dans une situation de désavantage massif », mais cela a rapidement changé en sa faveur lorsque le drapeau rouge a été lancé en raison de débris et de graviers sur la piste, ce qui signifie que tous les pilotes sont retournés dans la voie des stands et ont pu changer leurs pneus.

Après l’arrêt de la course, Hamilton conservait la première place, devant Verstappen, Alonso, Stroll et Gasly, tandis que Hulkenberg, Russell – qui a communiqué par radio avec Mercedes pour souligner que les places perdues n’étaient « pas de votre faute » – Tsunoda, Norris et Piastri complétaient les 10 premières positions.

Comme Russell, Sainz a perdu son arrêt juste avant le drapeau rouge et a chuté en P11, criant « non ! » à la radio à plusieurs reprises, mais il était au moins dans la course, contrairement à son coéquipier Leclerc et à Albon, tous deux indemnes dans leurs incidents respectifs.

Après le retard, la voiture de sécurité a fait sortir le peloton des stands et l’a ramené sur la grille de départ pour le nouveau départ, Hamilton menant un tour de formation particulièrement lent, ce qui a eu pour effet de provoquer plusieurs quasi-accidents vers l’arrière du peloton lorsque les voitures ont reculé.

#4, Lando Norris, McLaren, P6. pht. Pirelli

Avec tous les pilotes en pneus durs à l’exception de De Vries et Sargeant, qui ont choisi les médiums, Hamilton a bien démarré pour garder la tête devant Verstappen au virage 1, Alonso conservant la troisième place devant Gasly, Russell, Stroll, Hulkenberg et Tsunoda.

Plus loin, Ocon et De Vries ont eu un accrochage qui a brièvement envoyé le rookie dans les airs, mais les deux pilotes ont continué leur chemin et ont assuré que – pour le moment – il n’y avait pas d’ajouts à Leclerc et Albon sur la liste des abandons.

Au cours des tours suivants, Sainz a utilisé le rythme de sa Ferrari pour regagner rapidement le terrain perdu et revenir dans les positions payantes, expédiant les pilotes McLaren avant d’effectuer des manœuvres sur Tsunoda, Hulkenberg et Stroll pour la P6.

En tête, après avoir d’abord attendu son heure au redémarrage de la course, Verstappen s’est rapproché de la Mercedes d’Hamilton, s’est mis à portée du DRS et a repris la tête de la course en dépassant son rival pour le titre de 2021 dans la ligne droite arrière.

#27, Niko Hulkenberg, Haas, P7.

Pendant ce temps, Russell a dépassé Gasly pour la 4e place avec une impressionnante manœuvre à l’extérieur du virage 11, alors que l’on apprenait qu’il n’y aurait pas d’enquête supplémentaire sur le contact entre Ocon et De Vries au virage 3, ni sur la procédure de redémarrage après le lent tour de formation d’Hamilton.

Après avoir dépassé Hamilton et s’être mis dans l’air libre, Verstappen a libéré tout le rythme de sa Red Bull et a pris trois secondes d’avance, alors que le champion du monde en titre cherchait à prendre le contrôle de la course et à remporter sa première victoire au Grand Prix d’Australie.

Au 18e tour, il y a eu un nouveau drame lorsque Russell s’est arrêté dans la ligne droite de départ/arrivée avec des flammes venant de l’arrière de sa Mercedes, faisant sortir une voiture de sécurité virtuelle et stabilisant une fois de plus les écarts entre les voitures en haut et en bas de l’échelle.

Avec la voiture de Russell dégagée, les conditions du drapeau vert ont repris et Verstappen s’est remis au travail en P1, menant Hamilton avec une marge légèrement réduite de 2’’5 secondes, tandis qu’Alonso conservait la troisième place devant Gasly, Sainz, Stroll, Hulkenberg, Norris, Tsunoda et Piastri.

Le coéquipier de Verstappen, Perez, est en charge de la P11. Il s’est hissé dans l’ordre au milieu du drame et s’est retrouvé à frapper à la porte des points, qu’il a dûment atteint avec une manœuvre sur Piastri dans le virage 9, avant de sauter Tsunoda.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P8. pht. Pirelli

À l’approche de la mi-course, Hamilton s’est inquiété de savoir si ses pneus durs allaient tenir jusqu’au drapeau à damier, alors que Verstappen continuait à prendre de l’avance et semblait de plus en plus à l’aise en tête avec une série de tours rapides.

Derrière, Sainz a dépassé Gasly pour la P4 grâce à une manœuvre intelligente, en effectuant une feinte de gauche à droite dans le virage 3, tandis que Tsunoda est sorti des points après avoir perdu à la fois contre Ocon et Piastri.

Au 31e tour, Verstappen a pris plus de huit secondes d’avance sur Hamilton, mais la bataille pour le P2 était beaucoup plus serrée, Alonso gardant son Aston Martin à portée de main de la Mercedes, alors que Sainz poursuit sa charge et entraîne Gasly et Stroll avec lui.

A ce moment-là, on dit à Hamilton qu' »Alonso continue d’essayer de vous pousser pour que vous utilisiez vos pneus, alors ne vous faites pas avoir », avant que le septuple champion du monde ne se dise qu' »ils ne peuvent pas avoir la même stratégie que nous ».

#24, Zhou Guanyu, Alfa Romeo, P9. pht. Alfa Romeo

Au fil des tours, les écarts entre Hamilton, Alonso et Sainz sont restés constants, le seul changement à l’avant étant l’avantage de Verstappen, qui a atteint la barre des 10 secondes au 41e tour.

Dans l’autre Red Bull, Perez a trouvé que la McLaren de Norris était un obstacle plus difficile à franchir, mais il a finalement réussi à le faire avec le DRS dans la ligne droite arrière, avant d’effectuer un mouvement rapide sur Hulkenberg dans le virage 11.

Hulkenberg est ensuite tombé dans les griffes de Norris, qui a tenté un dépassement à plusieurs reprises avant de prendre les devants avec une manœuvre à la sortie du virage 11, en exploitant la sortie lente de Hulkenberg et en prenant de l’avance lorsque l’Allemand s’est écarté dans le virage suivant.

Un blocage de Verstappen dans le virage 13 en fin de course a fait sourciller le muret des stands Red Bull, son passage sur l’herbe ramenant son avance de 10 secondes sur Hamilton à 7 »5 secondes, ce qui a créé un certain danger en fin de course.

Ce danger a pris une nouvelle forme quelques tours plus tard lorsque Magnussen a heurté le mur à la sortie du virage 2, ce qui a entraîné la perte de la roue arrière droite de sa Haas et la sortie tardive de la voiture de sécurité, compte tenu des débris qui avaient été laissés sur le circuit.

#22, Yuki Tsunoda, AlphaTauri, P10. pht. Pirelli

Le contrôle de course a alors opté pour un second drapeau rouge afin de permettre aux commissaires de nettoyer la surface de la piste et de permettre une arrivée sous drapeau vert – ce qui signifie une course de deux tours pour la victoire sans DRS.

Cependant, cette fusillade s’est terminée en un éclair, Verstappen se défendant contre Hamilton dans le virage 1, mais Sainz envoyant Alonso en tête-à-queue, ce qui a provoqué le chaos derrière, plusieurs pilotes essayant de prendre des mesures d’évitement.

L’un de ces pilotes était Gasly, qui a glissé sur la sortie de piste en herbe mais a heurté son coéquipier Ocon lorsqu’il est revenu sur la piste, ce qui a mis les deux pilotes hors course avec des dommages importants.

Pendant ce temps, Sargeant a percuté De Vries, Perez est sorti du virage 1 et a rétrogradé, et Stroll s’est mis en travers du virage 3 pour s’enfoncer dans les graviers, et le drapeau rouge a été déployé une nouvelle fois pour nettoyer les dégâts.

#44, Lewis Hamilton, P2 – #1, Max Verstappen, P1 – #14, Fernando Alonso, P3. pht. Red Bull

Verstappen a compensé son abandon de 2022 en remportant la victoire devant Hamilton, Alonso, Stroll, Perez et Norris – la pénalité de Sainz le reléguant en P12.

Hulkenberg a profité des problèmes autour de lui à l’avant-dernière relance pour sortir quatrième, mais le remaniement de l’ordre pour ce qui allait être le dernier passage sur la ligne signifiait qu’il devait se contenter de la septième place, alors que Piastri a fait un doublé de points pour McLaren à domicile.

Zhou et Tsunoda ont également profité des incidents de fin de course pour compléter les points, Bottas et Sainz étant les derniers à terminer la journée après les DNF de Gasly, Ocon, De Vries, Sargeant, Magnussen, Russell, Albon et Leclerc.

CITATION CLÉ :

« C’est génial de gagner ici, ma première victoire aussi », a déclaré Verstappen, le vainqueur. « Cela fait un moment pour l’équipe aussi mais je suis très, très heureux mais aussi, c’est toujours génial de voir que les fans passent un bon moment même maintenant. Ils ont attendu toute la journée, alors je leur dis un grand merci d’être restés.

« Nous avons pris un très mauvais départ et au premier tour, j’ai été prudent parce que j’avais beaucoup à perdre, et eux beaucoup à gagner. Après cela, je pense que le rythme de la voiture était rapide, vous pouvez le voir tout de suite, nous étions toujours là à attendre que le DRS s’ouvre, pour avoir une chance de passer.

« Mais avec ces drapeaux rouges, le premier, on peut peut-être le faire, mais le deuxième, je ne le comprends pas vraiment. C’était un peu la pagaille, mais nous avons survécu à tout, nous avions un bon rythme sur la voiture aujourd’hui encore, et nous avons gagné, ce qui est bien sûr le plus important.

QU’EST-CE QUE LA PROCHAINE ?

La F1 va maintenant faire une pause de près d’un mois avant de se retrouver sur le circuit de Bakou du 28 au 30 avril pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2023, qui verra le format Sprint faire sa première apparition de la saison.

GP d’Australie ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Analyse des Teams et pilotes :

Pirelli

Mario Isola – Directeur du sport automobile :

Le Grand Prix d’Australie a été très mouvementé, avec trois drapeaux rouges, une voiture de sécurité et une voiture de sécurité virtuelle. Tous ces événements ont effectivement défini la manière dont les stratégies se sont déroulées, tandis qu’en termes de comportement des pneus, les composés se sont comportés comme nous l’avions prévu, le pneu dur C2 jouant un rôle prépondérant. Lorsque la première voiture de sécurité est sortie après l’abandon d’Albon au septième tour, certains pilotes qui avaient commencé avec les médiums sont passés aux durs, suivis par d’autres lorsque le drapeau rouge a été déployé pour permettre le nettoyage de la piste. Bien que nous n’ayons pas beaucoup d’informations sur les longs runs – très peu de pilotes ont enchaîné des relais de plus de 10 tours environ lors des essais libres – le C2 s’est révélé être un pneu très constant en termes de dégradation et pas très loin du rythme des autres composés nominés, répondant à toutes les demandes qui lui ont été faites. Le fait que nous ayons vu les trois composés sur la grille de départ montre que le choix du pneu C4 à Melbourne cette année était le bon, car il a été jugé comme un pneu de course valide et est devenu le protagoniste de la course finale jusqu’au drapeau, grâce à deux périodes de drapeaux rouges presque consécutives. Ce composé et le médium ont tous deux montré de bonnes performances aujourd’hui, bien que sur des relais relativement courts, avec des températures plus élevées et une surface plus gommée ».

LA COURSE DU POINT DE VUE DES PNEUS

  • Max Verstappen, de Red Bull, a remporté le Grand Prix d’Australie pour la première fois de sa carrière. Dans une course pleine d’action, le champion du monde en titre a mené deux autres champions du monde devant le drapeau à damier : Lewis Hamilton, pilote de Mercedes, et Fernando Alonso, pilote d’Aston Martin. Tous les membres du podium ont terminé la course sur le P Zero Red soft, suite à un changement de pneu à un tour de l’arrivée.
  • Le Grand Prix d’Australie a été interrompu par trois périodes de voiture de sécurité et trois périodes de drapeau rouge, dont un drapeau rouge à un tour de l’arrivée, ce qui a donné lieu à deux départs arrêtés et à un dernier départ lancé. La voiture de sécurité virtuelle a également fait son apparition, en raison d’une voiture arrêtée à la sortie de la pitlane.
  • Les stratégies de course ont été largement influencées par les fréquentes périodes de voiture de sécurité et autres interruptions de course. Les trois premiers sont partis sur le P Zero Yellow medium puis sont passés sur le P Zero White hard à la première neutralisation. Les trois derniers tours ont été effectués avec deux jeux de pneus tendres différents.
  • Au total, 10 pilotes ont effectué le plus long relais en pneus durs, couvrant 47 tours avec cette gomme, y compris les trois pilotes qui sont montés sur le podium. Esteban Ocon d’Alpine a gardé le même train de pneus durs qu’il avait monté au premier tour sans les changer pendant la première période de drapeau rouge, effectuant 54 tours avec les mêmes pneus. Les pilotes Alfa Romeo Valtteri Bottas et Guanyou Zhou ont également utilisé le même train de pneus durs pendant plus de 50 tours.
  • Nyck De Vries, d’AlphaTauri, a été le pilote qui a effectué le plus grand nombre de tours consécutifs avec les deux autres gommes disponibles : 37 en medium et 9 en soft.
  • Sergio Perez, de Red Bull, a réalisé le tour le plus rapide de la course avec le pneu dur (1m20.235s), et a également été l’un des pilotes à effectuer le plus long relais avec cette gomme. Alonso et De Vries ont été les plus rapides sur les pneus mediums et tendres, avec des temps respectifs de 1m22.603s et 1m21.183s.

Quelle est la suite des événements ?

Après un début très intense avec trois courses en un mois, le championnat du monde de Formule 1 de la FIA fait une brève pause. Le prochain rendez-vous est le Grand Prix d’Azerbaïdjan, du 28 au 30 avril, soutenu également par la Formule 2. Une semaine plus tard aura lieu la première des trois courses américaines de l’année, Miami accueillant pour la deuxième année consécutive son Grand Prix autour du stade Hard Rock.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

« Mon départ aujourd’hui n’a pas été extraordinaire et au premier tour, j’ai été très prudent car il y avait beaucoup de choses sur la ligne, j’avais beaucoup à perdre et beaucoup à gagner. Mais après ce redémarrage, nous avons eu un bon rythme et un écart décent pendant la majeure partie de la course. Nous n’avions peut-être pas besoin de tous ces drapeaux rouges aujourd’hui, c’était frustrant, mais tout le monde était en sécurité et nous avons gagné, ce qui est la chose la plus importante. C’est ma première victoire en Australie, ce qui me fait vraiment plaisir. Cela fait aussi un moment que l’équipe n’a pas gagné, donc cela signifie beaucoup pour nous tous, d’autant plus que Checo a également fait une bonne course de reprise aujourd’hui. La journée a été chaotique, mais c’est génial de voir que les fans ont passé un bon moment malgré la longue attente !

Sergio Perez, #11, P5 :

« Dans l’ensemble, c’est un bon résultat aujourd’hui. Hier, j’ai évidemment perdu un peu de confiance avec la voiture, mais nous avons fait beaucoup de changements pendant la nuit, ce qui nous a aidés avant la course. J’ai pris un très bon départ la première fois, j’ai gagné 3 ou 4 places, mais ensuite c’était un peu la pagaille avec le train de DRS. J’étais frustré plus tard dans la course parce que je ne pouvais pas avancer davantage, mais c’était tellement difficile de se frayer un chemin dans le peloton avec des pneus à faible dégagement et tout le monde qui passait rapidement aux pneus durs. Peut-être que si j’avais été un peu plus agressif plus tôt, j’aurais pu finir plus haut, mais je suis heureux que nous ayons terminé P5 et que nous ayons même réussi à obtenir le tour le plus rapide. Dans l’ensemble, cette course nous donne confiance pour Bakou dans quelques semaines et nous sommes impatients de relever le défi qu’elle représente ».

Christian Horner :

« La course a été compliquée et s’est déroulée en trois temps. Le premier départ ne s’est pas déroulé comme nous le souhaitions, mais lors de la relance, Max a pu conserver sa position, se battre avec Lewis pour la tête et contrôler la course à partir de là. Bien que les commissaires agissent toujours dans l’intérêt de la sécurité, et que la sécurité des pilotes soit primordiale, le redémarrage à la fin de la course a été un peu frustrant. Heureusement, cela ne nous a rien coûté, nous avions un bon rythme avec la voiture et Max était en grande forme. Max a remporté la victoire grâce à son pilotage, mais le mérite en revient également à l’équipe, ici et à l’étranger, qui a travaillé ensemble pour réaliser une belle course. Checo s’est également très bien comporté, en réalisant le meilleur tour et en se classant 5ème à la fin. C’était une belle remontée, depuis le fond de la grille, dans les stands, sur un circuit où il est très difficile de dépasser. Dans l’ensemble, nous sommes très satisfaits de notre performance et ravis de remporter une victoire lors de notre 350e course sur un circuit où nous n’avons pas gagné depuis 10 ans. »

Mercedes

Au terme d’un Grand Prix d’Australie chaotique, Lewis Hamilton a décroché le premier podium de la saison pour l’équipe.

  • Lewis Hamilton a terminé deuxième tandis que George Russell a abandonné le Grand Prix d’Australie 2023.
  • Lors d’un après-midi endiablé à Melbourne, la course a été interrompue par trois drapeaux rouges, un nouveau record en F1, une voiture de sécurité et une voiture de sécurité virtuelle.
  • Grâce à une belle échappée au départ initial, George et Lewis ont dépassé Max Verstappen, le favori de la course, et ont fait un doublé dans les premiers tours.
  • George a quitté la tête au 7e tour sous la voiture de sécurité ; le drapeau rouge a été lancé seulement un tour plus tard, comprenant sa stratégie. Lewis prend donc le départ arrêté en première position après avoir passé le pneu dur sous le drapeau rouge.
  • George a rapidement entamé sa remontée, gagnant trois positions et se classant quatrième lorsqu’une défaillance de l’unité de puissance a mis fin à sa course au 17e tour. Lewis, après avoir été dépassé par Verstappen, était deuxième devant Fernando Alonso et gérait ses pneus jusqu’au bout.
  • Avec une poignée de tours restants, un deuxième drapeau rouge a conduit à un nouveau départ arrêté. Lewis est resté à l’écart des problèmes et, malgré un troisième drapeau rouge et une procédure de départ lancé après un redémarrage marqué par des accidents, a pris le drapeau à damier à la deuxième place.

Lewis Hamilton, #44, P2 :

Je ne m’attendais vraiment pas à être deuxième ce week-end, donc je suis très reconnaissant. Je ne m’attendais pas à être deuxième ce week-end, donc je suis très reconnaissant. Étant donné que nous sommes en baisse de performance, se battre avec les Aston Martin est extraordinaire pour nous à ce stade de la saison. Nous devons continuer à nous battre. Un grand merci à tous les gens de l’usine. Nous pouvons réduire l’écart ; ce sera difficile mais pas impossible.

George n’a pas eu de chance aujourd’hui. Notre fiabilité est généralement assez bonne, alors c’est dommage. Enfin, je tiens à remercier chaleureusement tout le monde ici à Melbourne et en Australie. J’ai passé la meilleure semaine ici et cette ville continue d’offrir un grand spectacle.

George Russell, #63, abandon :

Nous avons fait tout ce qu’il fallait ce week-end. Nous avons fait une excellente qualification hier et aujourd’hui, le départ a été parfait. Nous avons bien géré le premier relais et j’aurais pu le prolonger davantage. Je me suis senti à l’aise et fort dans la voiture pendant les trois jours. Je ne vois pas pourquoi nous n’aurions pas pu nous battre pour la victoire aujourd’hui, c’est donc décevant. Dès que j’ai abordé le virage 10 à haute vitesse, j’ai senti que quelque chose se déréglait. Trois virages plus tard, j’étais arrêté. Quand ce n’est pas votre jour, ce n’est pas votre jour.

Nous avons encore beaucoup de travail à faire pour rattraper Red Bull, mais nous pouvons tirer les points positifs de ce week-end. Chaque fois que nous avons pris la piste, nous n’aurions pas pu faire mieux. Nous avons tout maximisé et je suis fier du travail que nous avons accompli.

Toto Wolff, directeur de l’équipe et PDG :

Nous avions un bon rythme aujourd’hui et c’était vraiment serré avec les Aston Martin et les Ferrari. C’est une bonne nouvelle pour nous, et je pense que nous avons fait un pas en avant ce week-end, à la fois sur le rythme du tour et de la course. Nous avons maximisé ce que nous avions, et nous devons maintenant passer au peigne fin les données et continuer à apprendre sur la voiture. Cela nous aidera à apporter les améliorations nécessaires et ce sera la clé pour défier les leaders plus souvent.

George n’a pas eu de chance ; il a fait un excellent arrêt depuis la tête de la course et a changé pour le pneu dur. C’était absolument la bonne décision, et il aurait pu être aux avant-postes. Avec le drapeau rouge, sa course n’était plus aussi bonne. Il aurait tout de même pu se hisser aux avant-postes, mais il a eu la malchance d’être victime d’une défaillance du groupe motopropulseur.

Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie de piste :

C’est formidable de monter sur le premier podium de l’année avec Lewis, mais ce fut une journée en demi-teinte pour l’équipe. Lewis a bien mené une course difficile et a dû trouver un juste équilibre entre la gestion des pneus et la défense. George avait réalisé un bon week-end et a eu la malchance de voir la voiture de sécurité se transformer en drapeau rouge. Les choses ont ensuite empiré avec le problème de l’unité de puissance. Le rythme de la voiture a été meilleur que lors des deux premières courses ; nous avons apporté quelques changements à la configuration du circuit et nous espérons que nous pourrons tirer parti de ces enseignements lors des prochaines courses.

Aston Martin

« Les troisièmes et quatrièmes places, ainsi que les 27 points, sont une excellente récompense pour l’équipe.

Fernando Alonso, #14, P3 :

« C’était une montagne russe d’émotions aujourd’hui avec les drapeaux rouges et les incidents. Ce fut probablement ma course la plus folle ici à Melbourne, mais c’est formidable de monter une nouvelle fois sur le podium. Il s’est passé beaucoup de choses tout au long de l’après-midi et nous avons eu une bataille intéressante avec Lewis [Hamilton] pour la deuxième place. Le rythme de la voiture était bon et nous avons maintenu la pression sur Lewis, mais il a fait du bon travail et n’a pas vraiment fait d’erreurs. En ce qui concerne le contact avec Carlos [Sainz] après la relance, je suis sûr qu’il n’avait pas l’intention de le faire, donc je pense que la pénalité pour lui était assez sévère au final. Nous devons être satisfaits de ce début de saison et de ces trois podiums en autant de courses.

Lance Stroll, #18, P4 :

« Je pense que nous pouvons être satisfaits du résultat que nous avons obtenu aujourd’hui : troisième et quatrième, c’est très bien pour l’équipe. La course a été très perturbée, avec des drapeaux rouges et quelques gros accidents, et ni Fernando ni moi n’avons réussi à rester à l’écart du drame. J’ai eu un petit contact au premier tour, mais nous avons bien roulé jusqu’au premier drapeau rouge. Comme nous l’avons vu tout au long du week-end, il faut du temps pour que les pneus montent en température ici et, lors du deuxième redémarrage, j’ai bloqué dans le troisième virage et j’ai fini dans les graviers. Heureusement, le drapeau rouge avait été agité avant cela et j’ai pu reprendre ma position pour le dernier départ. Ce sport est parfois une montagne russe d’émotions ! Dans l’ensemble, nous sommes sortis d’une course chaotique avec une solide récolte de points pour l’équipe et le fait d’être deuxième au championnat des constructeurs après trois courses est très positif »

Mike Krack, directeur de l’équipe :

« Quelle course ! Il y a eu à peu près tout ce que l’on pouvait imaginer cet après-midi, alors revenir avec les troisième et quatrième places – et 27 points – est une brillante récompense pour l’équipe. La course n’a pas été facile à gérer avec le drapeau rouge précoce qui a mis l’accent sur la gestion des pneus durs. Presque tout le monde a essayé de courir jusqu’à la fin et c’était très serré dans les dix premiers. Fernando est resté proche de Lewis, mais avec un rythme de course similaire, nous n’avons pas pu nous rapprocher suffisamment pour nous battre pour la deuxième place. Lance a couru dur tout l’après-midi, a survécu à plusieurs batailles et a fait un excellent travail en s’occupant des pneus. Ensuite, il y a eu le redémarrage chaotique et je dois dire que c’était un soulagement de voir l’ordre de départ rétabli. Je sais que certains pilotes et équipes ont vraiment perdu dans cette pagaille, mais nous avons eu un peu de chance car nos deux voitures n’ont pas été endommagées, ce qui nous a permis de terminer la course sous la voiture de sécurité. Toutes mes félicitations et mes remerciements à toute l’équipe à Silverstone et ici sur le circuit pour une nouvelle performance solide et sans faille avec nos deux voitures et notre troisième podium de l’année. Aujourd’hui, nous célébrons et apprécions ce résultat, mais demain notre attention se tourne vers la prochaine course à Bakou.

McLaren

« DEUX POINTS POUR L’ÉQUIPE, C’EST UN TRÈS BON RÉSULTAT.

Ce qui s’est passé

– La voiture de sécurité est déployée dès le premier tour après la sortie de piste de Leclerc.

– Lando gagne deux places et se retrouve en P11, tandis qu’Oscar en gagne trois et se retrouve en P13.

– Après neuf tours, le drapeau rouge est agité. Albon abandonne, ce qui permet à Lando (P9) et Oscar (P10) d’entrer dans le top 10.

– Après un nouveau départ arrêté, les deux pilotes conservent leurs positions.

– Lando et Oscar sont tous deux dépassés par Sainz mais Lando reprend sa position en dépassant Tsunoda.

– Russell s’arrête en piste. Les deux pilotes reviennent dans les points avec Lando P8 et Oscar P10.

– Oscar est dépassé par Perez et Ocon, et revient en P12.

– Oscar dépasse Tsunoda à l’entrée du virage 9 et se retrouve en P11.

– Après avoir tenu tête à Perez pendant un certain temps, Lando est dépassé par la Red Bull pour la P8.

– Perez dépasse Hulkenberg et après quelques tours à la traîne de la Haas, Lando suit le mouvement.

– A quatre tours de l’arrivée, une voiture de sécurité est déployée.

– Un drapeau rouge est agité et toutes les voitures retournent dans la voie des stands.

– Un redémarrage chaotique s’ensuit avec de multiples collisions au virage 1, forçant un autre drapeau rouge. Lando est P6 et Oscar est en P7.

– La grille n’a pas complété un secteur avant le drapeau rouge, ce qui signifie qu’un redémarrage verrait les positions revenir à la façon dont elles étaient alignées lors du redémarrage précédent.

– En terminant le dernier tour derrière la voiture de sécurité, Lando rentre en P7 avec Oscar en P9, promu en P6 et P8 après une pénalité de temps de 5 secondes pour Sainz.

Lando Norris, #4, P6 :

« Une très bonne course. Nous avons eu un bon rythme tout au long de la course, nous sommes restés en dehors des problèmes et nous n’avons pas commis d’erreur. L’équipe a fait du très bon travail. Je pense que le rythme d’aujourd’hui était plus élevé que notre rythme de qualification d’hier, donc les choses se sont bien mises en place. C’est une course bien menée.

« Je suis heureux de tout cela, et ce sont les premiers points pour nous cette saison. C’est une bonne fin pour les premières courses avant que nous fassions une pause et que nous nous dirigions vers Baku et la prochaine série de courses. Je suis heureux, alors un grand merci à toute l’équipe et à tout le monde à l’usine pour leur travail acharné, comme d’habitude, et nous allons continuer à pousser. »

Oscar Piastri, #81, P8 :

« P8, je ne m’attendais pas à cela au début de la journée ! C’est une bonne chose. C’était une course folle, folle, mais nous sommes restés dans le coup quand c’était important. Je suis très heureux de marquer mes premiers points à Melbourne et je tiens à remercier tous les fans locaux et les fans de papaye pour leur soutien cette semaine. Doubler les points pour l’équipe est un excellent résultat et je remercie tous ceux qui nous ont permis d’y arriver.

Andrea Stella :

« Une course mouvementée aujourd’hui à Melbourne. Nous avons réussi à éviter les ennuis et à marquer nos premiers points de la saison. Même sans les trois drapeaux rouges, il était bon de voir que nous étions en condition de bien courir et de faire de bons dépassements, donc il y a beaucoup de points positifs. En même temps, nous savons que nous devons rester réalistes et qu’il nous reste beaucoup de travail à accomplir. Sur le terrain comme à l’usine, nous utiliserons l’énergie de ce double résultat pour nous rendre encore plus déterminés à fournir une voiture plus rapide. Merci à tous ceux qui sont sur la piste, au MTC et à nos collègues de HPP pour leur travail acharné.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team KICK a ramené deux points d’un Grand Prix d’Australie chaotique au cours duquel trois drapeaux rouges ont contribué à tenir les fans en haleine jusqu’à la toute fin de la course. Zhou Guanyu a gardé son sang-froid tout au long de la course pour franchir la ligne d’arrivée en dixième position, avant d’être immédiatement reclassé en neuvième position à la suite d’une pénalité de 5 secondes infligée à Carlos Sainz. Valtteri Bottas a manqué de peu les points en se classant P11.

Les deux points obtenus par Zhou portent le total de l’équipe à six depuis le début de la saison, alors que la Formule 1 fait une pause de quatre semaines avant le Grand Prix d’Azerbaïdjan à la fin du mois.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« La course d’aujourd’hui montre l’importance de se battre jusqu’à la fin de la course. Nous avons continué à pousser, nous avons bien exécuté la course et nous nous sommes mis en position de capitaliser sur les opportunités lorsqu’elles se présentaient à nous : la chance n’est qu’une opportunité, nous devions la saisir. Nous avons en fait été malchanceux avec le moment du premier drapeau rouge : nous avions les deux voitures sur la bonne stratégie pour nous battre pour le top 10, mais l’arrêt, et l’arrêt gratuit qu’il a donné à tous les autres, a effectivement compromis notre après-midi. Zhou et Valtteri ont tous deux fait une course solide, sans commettre d’erreurs, et sur un circuit comme celui-ci, cela signifie qu’ils étaient là ou à peu près au moment du drapeau à damier. Nous devons profiter de cette petite pause avant Bakou pour comprendre comment retrouver le rythme que nous avions à Bahreïn, analyser les données de la voiture, en particulier avec les nouvelles améliorations que notre équipe à domicile a été en mesure de produire pour cette course, et revenir plus forts pour les prochains tours. »

Valtteri Bottas, #77, P11 :

« Je suis heureux pour Zhou et l’équipe de revenir avec deux points de ce qui ne peut être décrit que comme une course chaotique. Mon après-midi a été plutôt solitaire et sans beaucoup d’action – jusqu’à ce que tout s’accélère vers la fin. Nous avons décidé de prendre un risque au départ, et j’ai fait le plein de pneus durs au premier tour : le plan était de garder ces pneus pour toute la course, mais le drapeau rouge a fait que je n’ai pas pu en tirer beaucoup d’avantages. Plus tard, lorsque la voiture de sécurité est sortie, nous avons opté pour les softs, mais une fois de plus, le drapeau rouge a perturbé ma stratégie. Le week-end a été difficile, nous n’étions pas dans le rythme depuis le début, mais nous nous assurerons de faire le point sur la situation avant la prochaine course. Je suis content d’avoir un peu de temps avant Bakou, pour me remettre au travail et retrouver une meilleure compétitivité.

Zhou Guanyu, #24, P9 :

« P9 au drapeau à damier est un bon résultat, surtout si l’on considère notre point de départ et le week-end difficile que nous avons connu. Il y a des points positifs à retenir – nous avons pris un très bon départ, ce sur quoi nous avons beaucoup travaillé, et nous n’avons pas commis d’erreur dans une course où il y a eu beaucoup de débordements. Nous sommes restés propres, nous avons évité les ennuis et j’ai pu maintenir la pression sur Magnussen en fin de course, ce qui nous a permis de marquer des points. Les conditions étaient difficiles, la température de la piste était très basse, mais nous n’avons pas commis d’erreurs et c’est ce qui compte. Ce sont mes premiers points de l’année, ce qui est toujours une belle récompense dans un endroit aussi délicat que Melbourne. Maintenant, nous devons continuer à nous améliorer et, je l’espère, ajouter des points à notre nom à Bakou et au-delà.

AlphaTauri

Yuki Tsunoda, #22, P10 :

« J’ai des sentiments mitigés à propos de la journée d’aujourd’hui. Nous avons marqué notre premier point de la saison, ce qui est bien, mais pour être honnête, étant donné notre rythme, je ne m’attendais pas à en marquer aujourd’hui. Compte tenu de nos difficultés avant le drapeau rouge, avec l’échauffement et la mise en place des pneus à gomme dure dans la fenêtre optimale, nous devrions prendre ce résultat et être satisfaits de la P10, car nous avons maximisé notre performance. C’est dommage que nous ayons perdu la P5 parce qu’en entrant dans le virage 1, j’ai réussi à doubler plusieurs voitures. Le côté positif, c’est que nous avons marqué un point, alors nous allons continuer à travailler dur pour en marquer davantage lors des prochaines courses. »

Nyck de Vries, #21, abandon :

« Malheureusement, l’incident de course avec Logan a signifié la fin de la course pour nous. Nous avons eu beaucoup de mal aujourd’hui, mais nous nous sommes bien débrouillés au début sur les gommes dures. Malheureusement, lorsque le drapeau rouge a été déployé, tous ceux qui étaient partis sur les mediums ont eu droit à un arrêt gratuit pour passer sur les durs. J’ai également endommagé l’aileron avant pendant la course, ce qui fait que je me suis retrouvé avec du sous-virage et du grainage sur les pneus. Le milieu de terrain est encore très serré, nous allons donc continuer à travailler et à pousser pour pouvoir monter en puissance.

Jody Egginton (Directeur Technique) :

« Ce fut une course très difficile pour nous. Les deux pilotes ont poussé très fort pour tirer tout ce qu’ils pouvaient de l’ensemble, mais nous n’avons pas réussi à faire avancer les voitures comme il le fallait. Le rythme de la voiture n’était pas là sur tous les composés, et nous avons lutté pour la vitesse en ligne droite, de sorte que nous n’avons pas été en mesure d’attaquer ou de maintenir la position dans certaines phases de la course. Nous quittons Melbourne avec beaucoup de données à analyser et beaucoup de travail devant nous afin de nous préparer au mieux pour Bakou.

Ferrari

UN PAS EN AVANT, MAIS PAS AU CLASSEMENT

La Scuderia Ferrari quitte l’Australie sans aucun point, après avoir clairement démontré qu’elle avait progressé en termes de rythme de course par rapport aux deux premières manches. Charles Leclerc a dû abandonner après avoir quitté la piste immédiatement après le départ. Carlos Sainz est sorti des points en raison d’une pénalité de cinq secondes infligée dans le dernier tour, le faisant passer de la 4e à la 12e place, alors qu’il avait réalisé un pilotage agressif pour remonter dans le classement.

Début de course. Carlos s’élance bien depuis la cinquième place sur la grille, tandis que Charles tente de dépasser Lance Stroll au virage 3 depuis la septième place. Le Canadien a dû se déporter sur la Ferrari pour éviter une voiture qui le précédait, ce qui a envoyé la SF-23 dans un tête-à-queue qui s’est terminé dans les graviers. Peu après, la voiture de sécurité est sortie pour la deuxième fois, après qu’Alex Albon a heurté les barrières. L’équipe a donc choisi d’effectuer l’arrêt obligatoire au stand et de faire passer Carlos des pneus Medium aux Hards. L’Espagnol a rejoint la course en 11e position, prêt à remonter dans le classement lorsque d’autres pilotes passeraient au stand, une stratégie également adoptée par George Russell, alors leader de la course. Mais la course a été interrompue par un drapeau rouge pour permettre de dégager les débris, annulant ainsi l’avantage de la stratégie bien choisie de Carlos. La seule Ferrari prend le départ arrêté qui s’ensuit depuis la sixième ligne.

La riposte. Au nouveau départ, Carlos, toujours chaussé de pneus durs, se lance dans une série de dépassements, éliminant Oscar Piastri, Lando Norris, Yuki Tsunoda, Nico Hülkenberg, Lance Stroll et Pierre Gasly les uns après les autres, si bien qu’au 25e tour, il se retrouve en quatrième position. Il a ensuite couru à un rythme constant dans la SF-23, restant ainsi au contact de Lewis Hamilton et Fernando Alonso, tout en prenant soin de ses pneus, preuve que le travail effectué récemment à Maranello et sur la piste, principalement en termes de rythme de course, commence à porter ses fruits.

Finale cruelle. Alors qu’il reste moins de dix tours à parcourir, Kevin Magnussen déclenche le deuxième drapeau rouge de l’après-midi. Un nouveau départ arrêté est donné à deux tours de l’arrivée. Carlos s’aligne sur la deuxième ligne et prend un départ parfait, rejoignant Alonso, troisième, à l’entrée du virage 1. Les deux Espagnols se sont heurtés, mais les deux ont pu continuer et Carlos a pris la troisième place. Mais le chaos s’installe plus loin avec les deux Alpines dans les barrières. Un autre drapeau rouge, mais les commissaires ont estimé que la course devait quand même terminer les 58 tours prévus et les voitures encore en état de rouler ont effectué le dernier tour derrière la voiture de sécurité, qui s’est arrêtée pour permettre à la file de voitures de prendre le drapeau à damier. Carlos a franchi la ligne d’arrivée en quatrième position, mais s’est classé 12e en raison de la pénalité de 5 secondes imposée à la suite de sa rencontre avec Alonso. Le championnat du monde reprend dans quatre week-ends avec le Grand Prix d’Azerbaïdjan le 30 avril.

Carlos Sainz, #55, P11 :

J’ai pris un bon départ et je me sentais en confiance avec le pneu médium, mais nous n’avons pas eu de chance, nous sommes passés au stand juste avant le premier drapeau rouge et j’ai rétrogradé en P11. A partir de là, j’ai réussi à faire une belle remontée avec de beaux dépassements et un bon rythme, donc je suis content.

C’était une bonne course dans l’ensemble, mais la pénalité a ruiné tous les efforts et je ne suis pas d’accord avec elle. La frustration que je ressens en ce moment sera difficile à digérer, mais j’essaierai de ne penser qu’aux points positifs de la journée et de me concentrer sur la prochaine course.

Charles Leclerc, #16, abandon :

C’est malheureux de terminer la course de cette façon aujourd’hui, mais c’était un incident de course et je ne pense pas que nous aurions pu faire quelque chose différemment. C’est décevant, mais j’espère que la prochaine course se déroulera plus facilement.

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe :

Le résultat d’aujourd’hui, à savoir ne pas marquer de points, ne reflète pas les progrès que nous avons réalisés en tant qu’équipe. Nous avons fait un pas en avant en termes de performance pure et, plus important encore, nous avons eu un rythme de course décent et régulier sur les différents composés de pneus, y compris les durs. Seules les qualifications d’hier n’ont pas été à la hauteur de notre potentiel.

Notre première réaction est la frustration, Charles n’ayant pas eu la chance d’être impliqué dans un incident de course au départ. C’était une bonne décision de faire rentrer Carlos sous la première voiture de sécurité, mais après le drapeau rouge, il a dû repartir de la P11, ce dont il s’est très bien remis. La pénalité a eu un effet dévastateur sur le résultat final, mais malgré cela, nous rentrons à Maranello en sachant que nous avançons dans la bonne direction et nous avons maintenant trois semaines pour continuer à travailler sur l’optimisation et la mise à jour de la SF-23 pour les prochaines courses.

Alpine

Frustration pour BWT Alpine F1 Team à Melbourne lors d’un Grand Prix d’Australie chaotique

BWT Alpine F1 Team quitte Melbourne sans points après un Grand Prix d’Australie riche en incidents, marqué par trois drapeaux rouges et trois départs arrêtés.

Pierre Gasly a effectué la majeure partie de la course en cinquième position et s’est montré à la hauteur de ses rivaux dans la course au podium. Esteban Ocon était également dans les points vers la fin de la course après s’être battu pour remonter le peloton, avec notamment une sublime manœuvre à l’extérieur du virage 9 sur Oscar Piastri, jusqu’à ce qu’un drapeau rouge soit déployé en fin de course pour la Haas de Kevin Magnussen qui a percuté le mur.

Il ne restait plus qu’un sprint de deux tours à partir d’un départ arrêté jusqu’à la fin de la course. Pierre est sorti du virage 1 lors du troisième restart de l’après-midi, ce qui a provoqué une entrée instable sur la piste. Esteban a cherché à capitaliser sur une forte sortie du virage 1 et a eu la malchance d’entrer en contact avec l’arrière de la voiture de Pierre alors que les deux pilotes prenaient de la vitesse à la sortie du virage 2. La collision entre les deux voitures a contraint les deux pilotes à abandonner la course.

Jusqu’à ce moment, Pierre a changé de pneus, passant des tendres aux durs, sous le premier drapeau rouge au septième tour pour la Williams d’Alex Albon, dans le but d’aller au bout de la course, tandis qu’Esteban a changé de pneus au deuxième tour pour les durs, sous la voiture de sécurité pour la Ferrari de Charles Leclerc en panne, avec le même objectif.

Esteban Ocon, #31,  parti P11, terminé P14 :

« C’est vraiment dommage pour les deux voitures de ne pas terminer la course d’aujourd’hui, surtout après avoir montré un excellent rythme tout au long du week-end. Nous avions les performances pour nous battre avec les Ferrari et les Aston Martin, alors repartir sans rien, c’est difficile pour nous tous. Le redémarrage à la fin a été très chaotique et tout est allé très vite. L’accrochage avec Pierre était malheureux et je suis heureux que nous allions tous les deux bien. Nous en avons parlé, tout va bien et il n’y a pas de rancune. Nous sommes tous les deux impatients d’être à la prochaine course et je sais que toute l’équipe voudra mettre ce week-end derrière nous.

Pierre Gasly, #10,  parti P9, terminé P13 :

« Je suis très déçu du résultat de la course d’aujourd’hui. Nous étions en cinquième position pendant la majeure partie de la course, à la poursuite de Carlos [Sainz] pour la quatrième place, et nous avons fait preuve d’un très bon rythme de course. Le fait que nous ayons été si près de marquer dix points et que nous repartions sans rien est amer pour nous. Pour l’instant, nous devons nous concentrer sur les points positifs et c’est ainsi que nous avons géré notre course et que nous avons été en mesure de nous battre avec nos rivaux. Je suis heureux qu’Esteban et moi allions bien après l’incident. En tant qu’équipe, nous allons aller de l’avant et rester concentrés sur la prochaine course.

Otmar Szafnauer, Team Principal :

« Bien qu’il soit décevant de repartir d’ici avec zéro point, nous pouvons être satisfaits et positifs quant à la performance de notre voiture aujourd’hui. Nous avons montré que nous pouvions courir avec nos proches rivaux devant et, en effet, fermer des voitures et être cliniques quand cela compte. Pierre s’est très bien comporté aujourd’hui, passant la majeure partie de la course en cinquième position et se battant pour un podium aux côtés des Mercedes, Aston Martin et Ferrari. Nous devons en tirer les leçons et nous en servir comme motivation pour l’avenir. Esteban a certainement été malheureux dans la séquence des événements au début de la course, mais il a fait du bon travail pour revenir dans les points grâce à des dépassements bien calculés. Il est regrettable que nos deux voitures se soient rencontrées lors du troisième départ arrêté et je suis heureux que les deux pilotes aillent bien compte tenu de la nature de l’incident. Nous allons continuer à aller de l’avant et ces moments difficiles sont ce qui rapproche l’équipe. Nous avons déjà hâte d’être à Bakou où une mise à jour est prévue.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

C’était une course remarquable, mais en fin de compte, c’est une occasion manquée pour nous. Alex s’est appuyé sur son excellente performance en qualification pour gagner des positions au départ et il semblait bien parti pour terminer dans les dix premiers. Malheureusement, il a touché le trottoir à grande vitesse dans le virage 5, ce qui a provoqué un petit accrochage et une hausse de la température des pneus, qui l’a conduit à perdre la voiture dans le virage suivant.

Nous avons essayé une stratégie initiale différente avec Logan, mais le drapeau rouge précoce l’a rendue inefficace. Bien qu’il ait eu un rythme correct, il n’a pas pu profiter de la façon inhabituelle dont la course s’est déroulée.

Nous quittons Melbourne frustrés de ne pas avoir pu profiter de notre bon rythme pour marquer des points. Cependant, toute l’équipe peut se réjouir du fait que la voiture a très bien fonctionné ce week-end et que nous serons en mesure de nous placer dans des positions similaires lors des prochaines courses, à commencer par Bakou dans quelques semaines.

Alex Albon, #23, abandon :

Nous étudions encore les données, mais il n’y avait rien d’inhabituel dans le virage lui-même. Quand j’ai perdu la voiture, je passais plus lentement que le tour précédent ; j’ai fait un grand écart dans le virage précédent et j’ai augmenté la température des pneus, perdant de l’adhérence et abordant le virage suivant un peu chaud, donc je pense que c’est ce qui s’est passé, mais nous devons examiner la situation. Avec tous ces accidents, c’était une bonne occasion de marquer des points ce week-end, donc je suis vraiment désolé pour l’équipe. Je suis déçu, car nous avions une excellente voiture aujourd’hui et nous étions vraiment forts.

Logan Sargeant, #2, abandon :

La course en général ne s’est pas déroulée comme nous le souhaitions, car c’était une journée très délicate. Nous sommes passés au pneu médium après la première voiture de sécurité, mais ce n’était pas le pneu qu’il fallait aujourd’hui et j’ai vraiment eu du mal avec lui. Une fois que nous avons passé le pneu dur, le rythme n’était pas trop mauvais, donc c’est dommage de finir comme ça. Nous avons essayé de prendre des risques aujourd’hui, mais cela n’a pas payé. J’ai beaucoup appris aujourd’hui, et j’espère pouvoir mettre à profit ces enseignements pour aller de l’avant.