3 décembre 2022

WRC : vendredi, Ogier résiste à Rovanperä en Espagne (video)

Le Français Sébastien Ogier a résisté à la pression de son équipier Kalle Rovanperä pour conserver les commandes du RallyRACC – Rally de España au terme d’un vendredi palpitant.

#1, Sébastien Ogier, Toyota, P1

La première étape était placée sous le sceau d’un duel, celui opposant l’ancien champion à son successeur, à savoir Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1), sacré à huit reprises entre 2013 et 2021, et Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1), titré cette année avant les deux derniers rendez-vous du calendrier.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P2

Les deux pilotes du Toyota Gazoo Racing se rendaient coup pour coup lors de huit spéciales palpitantes sur l’asphalte des collines surplombant la Costa Daurada. Si le Finlandais frappait le premier en dominant les deux premiers tests, il se plaignait de sous-virage dans Garrigues Altes et concédait la première place et 8 »2 à son équipier.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P3

S’il glissait derrière Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) juste avant le retour au parc d’assistance à mi-journée, Sébastien Ogier reprenait immédiatement le pouvoir dans l’après-midi. Malgré la pression croissante de Kalle Rovanperä, auteur du scratch dans l’ES6 et l’ES7, le Français ripostait dans le dernier secteur chronométré du jour pour boucler le vendredi avec 4 »8 d’avance.

« C’était une bonne journée et j’en suis ravi », commentait Sébastien Ogier. « En étant septième dans l’ordre des départs aujourd’hui, j’avais un peu peur vu le nombre de cordes qu’il y avait, mais nous avions d’excellentes sensations dans la voiture. Jusqu’ici, tout va bien. 4 »8, ce n’est pas beaucoup, donc nous devrons continuer à attaquer demain. Que le meilleur gagne ! »

Ott Tänak, Hyundai, P4

Double vainqueur en Espagne, Thierry Neuville complétait le podium à 7 »7 du pilote finlandais âgé de vingt-et-un an. Le Belge manquait de rythme pour menacer le duo de tête dans l’après-midi et hésitait à attaquer trop fort, de peur de perdre sa voiture.

« Nous n’avons pas la vitesse et, pour être honnête, je ne peux pas vraiment attaquer au maximum », a-t-il expliqué. « La voiture commence à glisser et il est difficile de savoir où nous pouvons améliorer. »

#6, Dani Sordo, Hyundai, P5

Son équipier Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) pointait 7 »5 plus loin tout en devançant Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1). Les deux hommes connaissaient une journée difficile, l’Estonien ayant dû composer avec des soucis d’unité hybride et une courroie d’alternateur défaillante tandis que l’Espagnol était victime d’une crevaison à l’avant-gauche dans l’ES7.

Dani Sordo n’était pas le seul à souffrir avec ses gommes. Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) connaissait le même sort en tapant exactement la même pierre, tout comme son équipier Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1). Les deux pilotes terminaient l’étape en étant respectivement sixième et huitième, encadrant Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1).

#33, Elfyn Evans, Toyota, P6

Pour sa première apparition en Championnat du Monde FIA des Rallyes depuis le mois d’août, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) comptait 2 »7 de retard sur Takamoto Katsuta alors que Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1) complétait le top dix, 7 »5 plus loin.

Sébastien Ogier :

« C’est une bonne journée. Nous nous sommes amusés dans la voiture, j’ai vraiment apprécié de conduire la GR YARIS aujourd’hui. Je n’étais pas vraiment sûr que ce serait possible aujourd’hui en partant septième sur la route avec le nombre de coupes dans les étapes. Mais le feeling était bon et nous avons pu pousser la plupart du temps même si les conditions étaient un peu difficiles et changeaient tout le temps. C’est bien d’être en tête ce soir et d’avoir deux Toyota à l’avant – ça a été une grande journée pour l’équipe aujourd’hui – mais l’écart derrière nous n’est pas si grand donc nous devrons continuer à pousser demain. »

Samedi, les équipages retrouveront des routes plus familières. Identique à l’an passé, La Savalla (13,93 km) précèdera Querol-Les Pobles (20,19 km) et sa nouvelle section de trois kilomètres au départ. Le programme sera complété par la plus longue spéciale du rallye, El Montmell (24,18 km). Une assistance à PortAventura World séparera les deux boucles avant de finir la journée avec le célèbre test urbain sur le front de mer de Salou (2,15 km). Les sept secteurs chronométrés totaliseront 118,75 km d’action.

Classements du vendredi ici

WRC2

Suninen donne le ton vendredi

Pour sa première apparition sur asphalte cette saison en Championnat du Monde FIA des Rallyes, le Finlandais Teemu Suninen mène les débats en WRC2 après une première étape éprouvante au RallyRACC – Rally de España.

#21, Teemu Suninen, P1

Parti à la chasse de sa première victoire de l’année après une campagne compliquée jusqu’ici, Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) ne perdait pas de temps pour démontrer le potentiel de sa monture sur l’asphalte.

Après avoir délogé Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) des commandes dans la dernière spéciale de la matinée, le Finlandais n’était plus repris et contrôlait les débats malgré une route parfois mouillée.

#24, Nikolay Gryazin, Škoda Fabia Rally2, P2

Son adversaire parvenait à réduire son déficit à 1 »8 avant les deux derniers tests du jour, mais Teemu Suninen répliquait en se montrant 11 »9 plus rapide dans Garrigues Altes (22,64 km) avant de retrouver le parc d’assistance avec un avantage de 12 »7.

« Prétendants au titre, Emil Lindholm (ci-dessus) et Kajetan Kajetanowicz sont partis en tête-à-queue »

« C’était parfois assez piégeux quand il commençait à bruiner », expliquait le leader. « Il est parfois difficile de savoir quelle est l’adhérence, mais j’ai vraiment fait de mon mieux aujourd’hui. »

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) complétait le podium en n’étant qu’à 4 »0 de Nikolay Gryazin. Le Français comptait aussi 22 »0 d’avance sur Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2), lui-même 6 »4 devant Stéphane Sarrazin (Volkswagen Polo GTI R5).

Les prétendants au titre Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) et Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) connaissaient un vendredi difficile. Les deux pilotes partaient en tête-à-queue et terminaient la journée en étant sixième et septième, à plus d’une minute de la tête. En l’état actuel, le titre se jouerait lors de la dernière manche du calendrier au Japon.

WRC3

Joona frappe le premier dans la course au titre

Le Finlandais Lauri Joona est monté en régime tout au long du vendredi pour se construire une avance de 16 »5 sur Jan Černý au terme de la première étape du RallyRACC – Rally de España.

#59, Lauri Joona, P1

Cette semaine, Jan Černý et Lauri Joona arrivaient à Salou en étant à égalité de points avec deux victoires et deux deuxièmes places chacun. Le vainqueur du duel devrait donc remporter donc le titre en WRC3.

Le Tchèque était le premier à prendre l’avantage dans la catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3. S’il remportait la première spéciale avec 16 »1 d’avance, Lauri Joona ne tardait pas à répondre en s’offrant les six tests suivants avant que le drapeau rouge ne soit brandi dans le dernier secteur chronométré du jour.

« Vainqueur de la première spéciale vendredi, Jan Černý a davantage souffert sur le reste de la journée »

Les deux hommes creusaient un écart important sur le reste du peloton, le Paraguayen Diego Dominguez pointant à 1’32 »0 de Lauri Joona et 4’54 »0 devant le Hongrois Zoltan László.

Communiqué WRC

Crédits photos : Red Bull – Toyota – WRC

 

Haut du site