2 février 2023

Vue d’ensemble du GP des USA

Analyse des Teams et pilotes

Pirelli

« Nous allons tester des pneus slick prototypes 2023 sur le Circuit des Amériques ».

« Le Circuit of The Americas est un tracé équilibré en ce qui concerne les exigences imposées aux voitures et aux pneus en termes de traction, de freinage et de charges latérales, mais c’est surtout une piste fluide que les pilotes adorent, qui présente néanmoins quelques sections difficiles qu’il ne faut pas sous-estimer. La piste a été partiellement réasphaltée en 2020, avec un processus de « fraisage » qui a également eu lieu l’année dernière afin d’éliminer les pires bosses qui obligent les équipes à augmenter la hauteur de caisse, ce qui affecte l’aérodynamique. Lors de la première séance d’essais libres, il pourrait y avoir un haut degré d’évolution de la piste, il sera donc vital pour les équipes de maximiser les données recueillies lors de la FP3 pour définir la meilleure stratégie. La deuxième séance d’essais libres sera consacrée aux essais des pneus slick pour 2023, si la météo le permet. Les conditions météorologiques à Austin ont été extrêmement variables par le passé, c’est donc un circuit où il faut être prêt à tout ! ». 

LES PNEUS EN PISTE

Les trois composés du milieu ont été désignés pour Austin : C2 comme le P Zero White dur, C3 comme le P Zero Yellow moyen, et C4 comme le P Zero Red tendre.

La surface inégale de la piste pourrait nécessiter une hauteur de caisse plus élevée, ce qui influencerait les performances aérodynamiques. Les équipes devront étudier attentivement les données pour trouver les meilleurs réglages.

L’année dernière, le Grand Prix des États-Unis a été marqué par deux arrêts, mais avec une toute nouvelle gamme de pneus, l’histoire pourrait être différente cette fois-ci, en raison de nouvelles réglementations, de conditions météorologiques différentes et d’autres variables sur la piste.

Comme ce fut le cas au Japon, la deuxième séance d’essais libres a été étendue à 90 minutes pour tester les prototypes de pneus slick 2023, ce qui permettra de peaufiner les composés pour l’année prochaine avant que les équipes puissent essayer les versions définitives après le Grand Prix d’Abu Dhabi. L’intégralité de la séance FP2 sera consacrée au test des pneus, Pirelli établissant le plan de course. Si une équipe utilise un jeune pilote pour la FP1, elle est autorisée à exécuter son propre programme pour une partie de la FP2, avant de se concentrer sur le test des pneus pour le reste de la session. Les pneus prototypes sont facilement reconnaissables car ils ne portent pas de marquage de couleur sur les flancs.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

 

 » C’était spécial de sécuriser le Championnat des pilotes au Japon, je n’ai pas eu la chance de trop célébrer car nous sommes toujours concentrés sur la sécurisation du Championnat des constructeurs pour l’équipe. Le but ultime est bien sûr de gagner les deux, mais nous devons garder la tête basse, cela viendra si nous continuons à être performants. J’attends avec impatience les courses restantes. C’est génial d’être de retour à Austin, j’adore la ville et le circuit. Gagner ici l’année dernière était incroyable et je suis impatient de voir ce que nous pouvons faire ce week-end. »

Sergio Pérez, #11 :

« Je suis super heureux d’être de retour à Austin, c’est toujours amusant de venir ici, c’est l’une de mes courses préférées de la saison et l’atmosphère est incroyable dans la ville et sur le circuit. L’équipe est en très bonne position et nous avons un travail important à faire ce week-end, nous voulons gagner le titre des constructeurs pour aller de pair avec le titre de Max au Japon. Nous avons fait une démonstration dominante la dernière fois, nous avons fait le doublé et ce serait incroyable de répéter cela ici aux États-Unis, je pense que le public apprécierait ! Pour moi, je veux finir la saison à la deuxième place du championnat des pilotes, donc je suis plus concentré que jamais pour terminer la saison de manière positive et obtenir de bons résultats avec l’équipe. »

  • Checo et Max ont réalisé le cinquième doublé d’Oracle Red Bull Racing de l’année à Suzuka, le plus grand nombre de résultats jamais obtenus par l’équipe en une seule saison.
  • Checo cherche à monter sur le podium pour la 25e fois de sa carrière ce week-end, et pour la 15e fois pour Oracle Red Bull Racing. S’il termine dans le top 3 à Austin, il égalera également sa plus longue série de podiums.
  • Oracle Red Bull Racing n’est plus qu’à 31 points du plus haut total de l’histoire de l’équipe en une saison (650 points lors de la conquête des deux championnats en 2011), tandis que ses 14 victoires sont les plus nombreuses de l’année, dépassant les 13 victoires de la campagne 2013.
  • Cette année marque le 10e anniversaire de la première course de Formule 1 au Circuit of the Americas (COTA). Austin est l’un des 12 sites différents à accueillir des courses de F1 aux États-Unis, mais COTA a déjà vu plus de courses de F1 que tout autre circuit américain autre que Watkins Glen (20 courses).
  • Une victoire de plus pour Max en 2022 lui permettrait d’égaler le record de 13 victoires en une saison, établi par Sebastian Vettel (Red Bull) en 2013 et par Michael Schumacher en 2004.

pht. Red Bull

Ferrari

trois pilotes en piste au Texas

Le Championnat du monde de Formule 1 quitte l’Extrême-Orient pour les Amériques, à l’occasion du Grand Prix des États-Unis qui se déroulera ce week-end au Circuit Of The Americas d’Austin. Pour cette 19ème course de la saison, la Scuderia Ferrari aura trois pilotes sur ses tablettes au Texas : Carlos Sainz, Charles Leclerc et Robert Shwartzman, ce dernier pilotant la voiture du Monégasque lors de la première séance d’essais libres de vendredi. Une nouvelle règle introduite cette saison signifie que chaque équipe doit remplacer chacun de ses pilotes au moins une fois lors des essais libres, par un jeune pilote qui n’a pas participé à plus de deux Grands Prix auparavant. Robert Shwartzman a progressé dans la Ferrari Driver Academy et cette saison, il est le pilote d’essai de la Scuderia. Il s’agira des débuts de l’Israélien dans une séance officielle de F1 et de sa première expérience au volant d’une F1-75 portant le numéro 39. La dernière fois que la Scuderia a utilisé trois pilotes, c’était au Grand Prix d’Italie 1976. Le scénario était différent, puisqu’elle avait également engagé trois voitures, Carlos Reutemann ayant participé à la course pour ses débuts avec l’équipe, aux côtés de Niki Lauda et Clay Regazzoni.

Cela semble familier. Le Circuit des Amériques est populaire auprès des pilotes en raison de son mélange de longues lignes droites et de virages complexes qui sont très amusants à conduire dans une voiture de Formule 1. La partie entre les virages 3 et 6 s’inspire de la succession rapide de changements de direction dans le complexe Magotts-Becketts de Silverstone, ou encore des esses de Suzuka, avec des voitures roulant à plus de 210 km/h. La partie entre les virages 12 et 15 rappelle le Motodrom d’Hockenheim et il y a également une ligne droite de plus d’un kilomètre de long. Il y a une montée très raide de 11% de la ligne de départ jusqu’au premier virage, qui est une épingle à cheveux à gauche avec un apex tout en haut de la montée qui est difficile à juger depuis le cockpit. Vient ensuite une série de virages rapides jusqu’au virage 10 en aveugle, puis une épingle à cheveux au 11. La piste est très large à certains endroits, ce qui permet des trajectoires différentes. Il y a deux zones DRS : une sur la ligne droite principale, l’autre entre les virages 11 et 12.

Mise en place. Bien que COTA ait plusieurs sections rapides, lorsqu’il s’agit des réglages de la voiture, les ingénieurs orientent les pilotes vers une force descendante moyenne à élevée pour une efficacité aérodynamique maximale dans les sections plus lentes, plutôt que de rechercher une bonne vitesse de pointe dans les lignes droites. À Austin, il faut une voiture qui tourne avec précision et qui ménage les pneus, et il faut aussi surveiller la consommation de carburant.

Le programme. Les voitures prendront la piste vendredi à 14 heures locales (21 HEC) pour la première heure d’essais libres, puis à 17 heures (24 HEC) pour la deuxième session, qui durera 30 minutes de plus pour permettre un test des pneus Pirelli pour 2023. La dernière séance d’essais libres a lieu samedi à 14 heures (21 heures CET) en vue des qualifications à 17 heures (24 heures CET). Le départ de la course sera donné dimanche à 14 heures (21 heures CET).

Trois questions à… ROBERT SHWARTZMAN, PILOTE D’ESSAI

  1. Pouvez-vous nous parler des racines de votre passion pour le sport automobile. D’où vient-elle et comment êtes-vous arrivé chez Ferrari ?

« J’ai été un fan de course et de voitures en général depuis mon plus jeune âge. Lorsque mon père a réalisé à quel point j’aimais ça, il m’a fait essayer le karting à l’âge de quatre ans. C’était le coup de foudre. J’ai ensuite commencé à participer à des compétitions à l’âge de six ans et j’ai déménagé en Italie, où se déroulent les plus importantes compétitions mondiales de karting. À partir de l’âge de neuf ans, j’ai essentiellement grandi et je suis allé à l’école là-bas pour pouvoir continuer à faire des courses. À la fin de 2017, j’ai été contacté par Ferrari et en 2018, j’ai rejoint la Ferrari Driver Academy. Dans le cadre du programme des jeunes pilotes de Maranello, j’ai couru en Formule 3 et en Formule 2 et, à la fin de l’année dernière, j’ai été nommé pilote d’essai pour la Scuderia ».

  1. Pour la première fois en 46 ans, la Scuderia alignera trois pilotes sur un week-end de course. Quel travail avez-vous fait cette année ? Qu’est-ce que cela vous fait de piloter pour la toute première fois lors d’une séance officielle de F1 ?

« L’année 2022 a été très différente pour moi, car il était prévu que je ne participe à aucun championnat. Au lieu de cela, je travaille à temps plein pour la Scuderia, en faisant beaucoup de travail dans le simulateur et je suis très heureux d’avoir participé à l’effort de l’équipe cette année. L’expérience que j’ai acquise cette année m’a beaucoup appris et m’a aidé à devenir un pilote de course plus complet. Débuter dans une séance officielle de F1 avec la Scuderia Ferrari est tout d’abord un grand honneur et être le premier pilote à avoir cette opportunité après tant d’années rend ce que je vais faire vendredi vraiment spécial. Je suis évidemment ravi, mais en même temps, je suis aussi très impatient de conduire cette voiture pour la première fois et de voir à quel point le travail que nous avons fait dans le simulateur est proche de la réalité ».

  1. Quelle est votre impression du circuit de COTA et comment vous êtes-vous préparé à un circuit que vous n’avez jamais conduit ?

« Le circuit de COTA est très intéressant et assez difficile. Je n’ai jamais piloté sur ce circuit et ce sera donc ma première fois. Je m’y suis préparé principalement sur le simulateur et j’ai vraiment hâte d’y rouler pour de vrai ».

Robert Shwartzman, Nationalité : israélienne, Né le 16/9/1999, à Tel Aviv (Israël)

Statistiques de Ferrari :

  • GP disputés : 1048
  • Saisons en F1 : 73
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,09%)
  • Pole positions 241 (23,00%)
  • Tours les plus rapides 259 (24,71%)
  • Total des podiums 795 (25,29%)

Stats Ferrari Grands Prix aux États-Unis :

  • GP disputés 59
  • Début 1952 Indianapolis 500 Miles (A. Ascari ret.)
  • Victoires 13 (22,03%)
  • Pole positions 14 (23,73%)
  • Tours les plus rapides 16 (27,12%)
  • Total des podiums 38 (21,47%)

GP des États-Unis : faits et chiffres

  1. Le nombre d’espèces animales originaires d’Austin. Eurycea Sosorum, plus connue sous le nom de salamandre de Barton Springs, est un amphibien en voie d’extinction. Ces animaux atteignent environ 6,4 centimètres de long (moins que la salamandre moyenne), avec une coloration tachetée allant du violet foncé au jaune vif.

 

  1. C’est le nombre de manches du championnat du monde de Formule 1 qui ont eu lieu au Texas, neuf au Circuit of the Americas et une au circuit de rue de Dallas en 1984. Deux autres États ont accueilli des Grands Prix à deux endroits différents : La Floride, (un à Sebring, un à Miami) et la Californie (Long Beach 8 et Riverside 1). Les autres États qui ont accueilli des courses de championnat du monde sont l’État de New York avec 20 courses à Watkins Glen, l’Indiana (19 courses à Indianapolis sur le circuit ovale ou routier), le Michigan (sept à Detroit), l’Arizona (trois à Phoenix) et le Nevada (deux à Las Vegas).

 

  1. Le nombre de millions de fans de Formule 1 aux États-Unis (sur la base d’une étude de Liberty Media), un chiffre qui a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. Les fans américains ont un âge moyen compris entre 16 et 24 ans, ce qui est plus jeune que la moyenne générale de 37 ans, et 40% des fans sont des femmes.

 

  1. C’est le nombre moyen de jours d’ensoleillement par an à Austin, plus élevé que dans toute autre partie du Texas. Les températures moyennes vont de 5 degrés en hiver à 35 en été, avec une grande amplitude au cours d’une journée. Le jeudi de la course 2019, on est passé d’un minimum de 3 degrés à un maximum de 24.

 

  1. C’est le nombre de stations de radio au Texas. Austin se revendique comme la capitale de la musique live, avec parfois 100 concerts le même soir. Il n’est donc pas surprenant que les stations de radio soient extrêmement populaires dans l’État. Il en existe une grande variété, dont trois en langue vietnamienne, une en langue coréenne et une autre qui diffuse des chansons de Noël toute l’année. KAMX-FM a la plus grande audience, avec plus de 13 millions de personnes par jour.

 

Chez Ferrari, il y a 75 ans

La première saison de course de Ferrari se termine par une course à Turin le 12 octobre, remportée par Raymond Sommer. Enzo Ferrari commence à travailler sur le programme de 1948, une année qui apportera de nouveaux lauriers à la marque au cheval cabré. Entre autres événements, elle fera ses débuts sur la scène internationale, bien que la première course au calendrier pour l’équipe soit la Targa Florio en Sicile. Le développement commence sur la 166, qui deviendra l’une des Ferrari les plus réussies de tous les temps.

pht. Scuderia Ferrari

Mercedes

La 19e manche de la saison 2022 de Formule 1 se déroule au Circuit of the Americas à Austin, au Texas, pour le Grand Prix des États-Unis.

Toto parle des États-Unis :

La double confrontation à Singapour et au Japon a été frustrante pour l’équipe, car nous ne nous sommes pas mis dans l’air pur dont nous avions besoin pour maximiser le rythme de course de la voiture.

Nous voulons terminer cette saison en force et les résultats des deux dernières courses ne font que nous rendre plus déterminés à le faire. Nous devons utiliser le peu de temps de piste disponible pour faire des progrès pour cette saison et générer autant d’apprentissage que nous pouvons dans la course au développement pour 2023 – ces deux objectifs sont une seule et même chose.

Notre dernière mise à jour de l’année sera apportée à Austin. Il ne changera pas radicalement notre destin, mais nous espérons qu’il nous permettra de faire un pas en avant et de nous rapprocher des premiers de cordée.

Austin est une grande ville que nous aimons tous visiter. Le Circuit of the Americas est un circuit difficile qui donne souvent lieu à de belles courses. Nous sommes donc impatients d’y retourner cette année et d’offrir un beau spectacle aux fans.

Fiche d’information : Grand Prix des États-Unis

  • Le Circuit des Amériques est l’un des circuits les plus bosselés de la F1 en raison des affaissements. Les bosses se déplacent et changent d’année en année. Certaines parties du circuit ont été soit rectifiées, soit re-surfacées au cours de l’hiver pour y remédier, mais les bosses restent un problème.
  • Plusieurs virages de COTA ont été inspirés par des virages emblématiques de circuits européens, notamment les virages 3 à 6 (Maggotts et Becketts de Silverstone), les virages 12 à 15 (section du stade d’Hockenheim) et les virages 16 à 18 (virage 8 d’Istanbul Park).
  • Le circuit nécessite une force d’appui assez élevée et a également un effet DRS important, ce qui vous permet d’utiliser des ailes raisonnablement grandes à COTA en conséquence.
  • Le premier secteur est incroyablement difficile et technique, semblable à la section Esses du dernier site où nous sommes allés : Suzuka. Vous avez besoin d’un avant fort pour placer la voiture dans la série de virages interconnectés et d’un bon arrière pour avoir la certitude qu’elle restera plantée. Beaucoup de temps peut être gagné et perdu dans cette série de virages.
  • En particulier, la séquence des virages 2 et 7 est prise à une vitesse moyenne de plus de 250 km/h, avec un virage continu sur plus de 800 mètres – l’une des plus longues sections de virage du calendrier, avec des forces g qui augmentent à chaque virage.
  • COTA est l’un des huit circuits du calendrier 2022 de la F1 qui se déroule entièrement dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, avec Jeddah, Miami, Imola, Bakou, Singapour, Interlagos et Yas Marina.
  • Il est à égalité avec Bakou pour le troisième plus grand nombre de virages sur un circuit de F1 2022, avec 20, derrière Singapour (23) et Jeddah (27).
  • Avec autant de virages et plusieurs longues lignes droites, c’est aussi l’un des tours les plus fréquentés pour les changements de vitesse, 72 ayant lieu pendant chaque tour de COTA.
  • Les pilotes génèrent plus de 5G au freinage pour le virage 12, l’un des plus grands de la saison – un pilote pesant 70 kg subira environ 350 kg de force centrifuge lorsqu’il freinera.
  • Avec l’arrivée de Miami au calendrier de la F1 en 2022, COTA est désormais l’un des 11 sites différents à avoir accueilli une course aux États-Unis. C’est le plus grand nombre de tous les pays.
  • L’entrée du virage 1 présente le plus grand dénivelé de la saison, avec une montée abrupte de 30 mètres sur un peu plus de 200 mètres de piste. À titre de comparaison, la tour d’observation de COTA mesure 77 m de haut.
  • Plusieurs virages de COTA présentent des entrées larges pour encourager l’adoption de lignes différentes et favoriser les dépassements, notamment les virages 1, 11 et 15. Ce dernier virage est également intéressant pour son freinage « combiné », où la voiture tourne et freine en même temps. Cela peut provoquer des blocages si le pneu est poussé à la limite.
  • Le temps au Texas peut être imprévisible, en particulier les températures, qui peuvent varier de quelques degrés les matins brumeux, à des températures très agréables de 20 degrés.

pht. Mercedes

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le dix-neuvième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix des États-Unis.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur d’équipe Otmar Szafnauer, partagent leurs pensées sur la dix-neuvième course de la saison à Austin.

Otmar Szafnauer :

« C’est toujours formidable de courir aux États-Unis, mon pays d’origine, surtout à Austin, qui est un des lieux favoris de beaucoup d’entre nous en Formule 1. C’est un circuit très exigeant qui donne généralement lieu à de bonnes courses avec un premier secteur rapide, une longue ligne droite arrière et quelques virages à vitesse lente vers la fin, qui offrent des possibilités de dépassement. Nous avons apporté un nouveau plancher à la voiture pour Singapour et le Japon et cela a fonctionné comme prévu. Nous avons surtout vu les améliorations à Suzuka, qui est un circuit plus conventionnel que Marina Bay, et nous avons été satisfaits de ses performances, ce qui est de bon augure pour les courses futures. Pour Austin, nous apportons une petite modification à la section extérieure du dernier plancher, qui est notre dernière mise à jour de l’année. »

Esteban Ocon, #31 :

« COTA est comme un tour de montagnes russes excitant pour le pilote et la machine qui met vraiment les deux à l’épreuve. Vous pouvez diviser le circuit en deux parties avec la section à très haute vitesse au début, qui va pratiquement à plat avant le virage 11. Ensuite, en suivant la longue ligne droite arrière, nous passons devant l’emblématique tour d’observation et abordons une combinaison de virages techniques à basse vitesse pour terminer le tour. C’est rapide et fluide, mais aussi bosselé, ce qui ajoute au défi. J’aime ce circuit et j’ai hâte d’y retourner. »

Fernando Alonso, #14 :

« C’est un bon circuit pour faire de la course. Il offre généralement des courses passionnantes et il y a des possibilités de dépassement. J’ai toujours aimé venir en Amérique pour les sports mécaniques. Cette saison, nous avons déjà eu une course à Miami là-bas et l’année prochaine, il y aura trois Grands Prix. Le circuit d’Austin est un bon mélange de lignes droites et de virages, avec beaucoup d’ondulations et de virages relevés. Le secteur 1 est particulièrement amusant mais c’est aussi un vrai défi. Les fans sont vraiment tombés amoureux de ce sport et nous avons la garantie d’une grande atmosphère avec des tribunes pleines. »

Fiche technique du Grand Prix des États-Unis

  • Fernando Alonso a mené son tout premier tour de Formule 1 en Malaisie en 2003. Plus de 19 ans plus tard, il a mené un tour lors du Grand Prix du Japon 2022.
  • Fernando a terminé sur le podium au Circuit des Amériques lors de sa course inaugurale en 2012. À ce jour, cela reste son meilleur résultat sur ce circuit.
  • 2016 est la seule saison où Esteban Ocon a été surclassé par un coéquipier sur le circuit.
  • Depuis le Grand Prix inaugural de 2012, seuls cinq pilotes ont gagné sur le circuit.
  • Le meilleur résultat d’Esteban à Austin est la sixième position en 2017.
  • Le Grand Prix des États-Unis 2012 a également été la première fois que Lewis Hamilton, Sebastian Vettel et Fernando ont terminé sur le podium ensemble.
  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu une victoire, sept podiums, deux poles et 226 points à Austin.
  • Douze départs pour les voitures à moteur Renault/Alpine à COTA.

McLaren

« L’énergie supplémentaire que je retire de l’atmosphère est incommensurable ».

Qui est prêt pour un rodéo ? Faites briller vos boucles et polissez vos bottes, la Formule 1 débarque au Texas ce week-end, et vous allez vivre une folle aventure…

L’expression « ready and rarin’ to go » est largement associée au Texas, et elle résume bien l’ambiance qui règne au Centre technologique McLaren alors que nous nous préparons à traverser l’océan. Nous avons déjà emporté nos fidèles pinces, brochettes et fourchettes pour nous assurer que nous sommes équipés pour le barbecue, mais pour quoi d’autre devrions-nous être prêts ?

Nous avons demandé à Lando Norris, Daniel Ricciardo et au directeur de l’équipe Andreas Seidl de nous dire ce qui nous attend aux États-Unis, et nous sommes ici pour vous fournir les statistiques clés, les informations sur ce qu’il faut surveiller, et un guide sur ce qui est en vogue dans le monde de la mode. Sans oublier un ou deux concours.

Lando Norris, #4 :

« Je suis ravi d’être de retour à Austin, c’est une ville où il fait bon courir et les fans sont toujours très enthousiastes, ce devrait être un week-end passionnant. Le circuit est amusant, avec des caractéristiques similaires à celles de Suzuka, donc je suis impatient d’y aller et de voir comment fonctionnent les nouvelles voitures réglementaires. J’ai terminé dans les points les deux fois où j’ai couru là-bas, alors j’espère que nous pourrons continuer sur cette lancée et obtenir des points précieux pour le Championnat des Constructeurs. »

Daniel Ricciardo, #3 :

« Austin, c’est parti ! Le GP des États-Unis est l’une de mes courses préférées de l’année. L’énergie supplémentaire que je retire de l’atmosphère est incommensurable et j’aime tout ce qui s’y passe. De la foule à la nourriture et à la musique, il n’y a rien d’autre. Je suis impatient d’entrer en piste.

« J’ai hâte de participer aux quatre dernières courses de la saison et de tout essayer pour maximiser les résultats afin de nous maintenir dans la lutte pour la quatrième place du championnat. »

Andreas Seidl :

« Le Grand Prix des États-Unis est l’un des favoris de beaucoup de membres de l’équipe, donc nous sommes tous impatients d’assister au week-end à COTA. Les fans sont géniaux et ajoutent vraiment à l’atmosphère excitante d’Austin. Le circuit lui-même présente des caractéristiques intéressantes, comme des changements d’altitude et de larges virages avec de multiples lignes de dépassement, il sera donc important d’équilibrer les réglages entre certains des virages les plus lents et la vitesse nécessaire pour les lignes droites.

« Nous sommes également impatients de donner à Alex Palou une sortie au volant de la MCL36. Il sera utile pour l’équipe d’avoir son avis et son soutien sur les réglages de la voiture avant que Daniel ne soit de retour pour la FP2. Avec seulement quatre courses à disputer, nous devons garder la tête basse et pousser aussi fort que possible pour revenir à la quatrième place du Championnat des Constructeurs. »

Ce que disent les statistiques :

Nous vous avons dit que nous aimions les États-Unis, et les statistiques le confirment.

Avant de former McLaren, Bruce a remporté sa première victoire en Formule 1 au Grand Prix des États-Unis en 1959 pour Cooper. En tant qu’équipe, McLaren a remporté huit victoires au total, ce qui fait de nous la deuxième équipe la plus titrée au Grand Prix des États-Unis, à égalité avec Lotus.

James Hunt a remporté notre première victoire dans l’épreuve sur la voie du titre de champion de F1 en 1976, avant de réitérer l’exploit un an plus tard. Alain Prost a déclenché une série de trois victoires américaines consécutives pour l’équipe avec une victoire en 1989, avant deux victoires successives pour Ayrton Senna.

« James Hunt a remporté le premier Grand Prix des États-Unis pour McLaren en 1976 ».

Nous avons dû attendre 10 ans de plus pour notre sixième victoire, remportée avec style par Mika Häkkinen lors du Grand Prix des États-Unis 2001 à Phoenix, en Arizona. Lewis Hamilton a remporté nos deux victoires les plus récentes, en s’imposant deux fois (2007, 2012) sous les couleurs de McLaren.

L’affection de Daniel pour l’Amérique n’est pas un secret, et l’Australien a participé à toutes les courses de F1 qui se sont déroulées sur le Circuit of Americas, terminant deux fois sur le podium. Il s’est classé cinquième sur le circuit la dernière fois et retournera aux États-Unis en espérant une performance tout aussi positive.

Lando a déjà pris part à deux Grands Prix des États-Unis, ainsi qu’à une apparition en FP1 en 2018. Il a terminé dans les points lors des deux courses et sera désireux d’étendre sa série actuelle de top 10 à cinq.

Ce qu’il faut surveiller

La devise « keep Austin weird » a été adoptée officieusement il y a plus de 20 ans, et vous feriez bien de trouver une meilleure description pour une ville qui est loin d’être ordinaire. L’atmosphère festive d’Austin est alimentée par une passion pour les barbecues et la musique live, ce qui en fait la ville préférée de ses fans.

Ce n’est pas seulement en dehors de la piste que le Texas prospère en tant que site de F1. Inauguré en 2012, le circuit fête cette année son 10e anniversaire et, bien qu’il fasse partie des sites les plus récents du calendrier, il possède plusieurs caractéristiques emblématiques.

Le virage 1 est le point le plus élevé du circuit et offre aux pilotes une vue imprenable sur la majeure partie du circuit et sur le centre-ville d’Austin. C’est aussi l’un des meilleurs endroits du circuit pour doubler, ce qui permet aux pilotes de choisir la ligne à suivre.

« Daniel a terminé cinquième au Grand Prix des États-Unis 2021 »

En regardant le circuit en plan, vous aurez peut-être une impression de déjà vu, avec les virages 3 à 6 calqués sur la combinaison Maggots/Becketts de Silverstone.

Vous pourrez également guetter l’apparition d’Alex Palou, qui pilotera la voiture de Daniel lors de la FP1 du Grand Prix des États-Unis. Le pilote espagnol a récemment testé la MCL35M dans le cadre de notre programme de développement des pilotes et il effectuera l’une des deux sorties jeunes pilotes de l’équipe, comme le prévoit le Règlement sportif 2022.

Créateurs de McLaren

Chaque semaine, nos canaux sociaux et la salle de courrier du CTM sont remplis d’œuvres d’art étonnantes que nos fans ont créées et envoyées. Les parcourir nous réchauffe toujours le cœur, et nous voulions donc partager cet amour.

Que vous soyez un dessinateur chevronné, un artiste en herbe en papier mâché ou que vous préfériez peindre par numéros, notre nouveau segment McLaren Creators mettra en lumière les œuvres préférées de notre fanbase inspirée.

 

Cette semaine, nous mettons en lumière l’artiste américaine Dayna.

« Je suis un peu nouvelle dans le monde de la course automobile, mais j’y ai plongé la tête la première, et j’adore ça. J’ai travaillé avec des fabricants d’alcool pendant quelques années et j’ai vraiment apprécié de pouvoir me lâcher dans la création de fan art McLaren. Cette orange papaye emblématique est si amusante à travailler ! J’ai dessiné Daniel et Lando à plusieurs reprises, mais après avoir assisté à ma première course INDYCAR et rencontré les pilotes de l’Arrow McLaren SP, je voulais vraiment inclure Felix et Pato dans quelque chose. »

Alfa Romeo

Les super-héros sont de retour

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend à Austin pour la première partie d’une double confrontation sur le continent américain, alors que l’équipe s’attaque au Grand Prix des États-Unis. L’événement, qui devrait se dérouler à guichets fermés sur le Circuit des Amériques, est la 19e manche du Championnat du monde de Formule 1 2022.

L’Amérique est un endroit où l’on fait les choses en grand ou l’on rentre chez soi – et Austin ne fait pas exception. La course au Texas est l’un des temps forts de l’année, une course dont on prévoit qu’elle rassemblera près d’un demi-million de spectateurs au cours du week-end, une course où la ville et le circuit s’unissent pour produire un week-end spectaculaire à nul autre pareil. Austin est le pays des barbecues surdimensionnés, de la musique live partout où l’on regarde, des fêtes de rue et des bars nocturnes ; c’est un endroit où l’événement va au-delà de l’action sur la piste, c’est un endroit où l’on ne peut éviter de se sentir partie prenante de quelque chose de grand et de merveilleux.

Un tel cadre exige quelque chose de spécial. De la colline qui monte vers le premier virage à COTA au paddock rempli à ras bord de célébrités et de médias, ce week-end exige un effort particulier de la part de ses participants, que ce soit dans le cockpit, dans le garage ou dans l’unité d’accueil de l’équipe. Ce week-end donne parfois l’impression d’exiger une force physique et mentale surhumaine : une exagération, peut-être, mais pas totalement déplacée.

À travers les bandes dessinées, les films et bien d’autres choses encore, nous avons appris à connaître l’Amérique comme le pays des super-héros : des êtres incroyables dotés de gadgets fantastiques réalisant des exploits que personne d’autre ne peut accomplir. Avec leurs costumes colorés, leurs machines étincelantes et leurs casques élégants, on n’est pas loin de ce qu’est une équipe de Formule 1.

Alors, laissons-nous aller à cette fantaisie transatlantique. Nous ne portons peut-être pas de capes, mais Alfa Romeo F1 Team ORLEN a tous les éléments pour jouer le rôle. Les super-héros sont de retour en ville.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« La course d’Austin, ainsi que celle de Mexico City la semaine prochaine, nous donnent l’occasion de courir dans des circonstances qui devraient être plus régulières. Il est indéniable que nous attendions davantage des courses en Asie, notamment au Japon où nous apportions quelques améliorations, mais les conditions étaient telles que nous n’avons pas été en mesure d’exprimer tout notre potentiel. Néanmoins, nos voitures ont prouvé qu’elles étaient rapides sur le sec, et c’est le point positif que nous avons ramené avec nous et sur lequel nous comptons nous appuyer. Valtteri et Zhou ont tous deux passés du temps à l’usine la semaine dernière, travaillant dans la simulation et se préparant pour les courses à venir. Comme toujours, notre objectif est de revenir dans les points, de renforcer notre position dans le championnat des constructeurs et de terminer la saison en beauté. Nous devons être au sommet de nos performances dès le vendredi, pour ramener des résultats le dimanche. Enfin, je voudrais également féliciter le Grand Prix des États-Unis qui atteint sa dixième édition cette année : cela fait dix ans que nous vivons des courses passionnantes et époustouflantes, et je suis sûr que nous ferons tous de notre mieux pour célébrer cet exploit sur la piste. »

Valtteri Bottas, #77 :

« J’apprécie toujours d’être aux États-Unis : J’ai passé une bonne partie de mon temps libre ici cette année, à faire du vélo et à explorer, et j’ai participé à une course de vélo au Kansas pas plus tard que dimanche dernier – que j’ai également remporté, ce qui signifie que je suis déjà en mode compétitif avant le week-end. J’ai gagné la course depuis la pole ici en 2019, et j’ai globalement de bons souvenirs de cette piste, des fans et de l’atmosphère. Comme nous l’avons déjà vu à Miami plus tôt cette année, ils savent vraiment comment faire le spectacle ici ! Notre rythme à Suzuka était bon, et j’ai hâte de reprendre la piste cette semaine, car nous allons également apporter quelques améliorations supplémentaires. Si nous faisons nos devoirs vendredi et samedi, nous serons en mesure de nous mêler à la course et de marquer de précieux points. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Je suis impatient d’être à Austin, car ce sera encore une fois un nouveau circuit à découvrir pour moi. C’est dommage de ne pas avoir pu marquer de points à Suzuka, mais au moins nous avons vu qu’il est encore possible d’être proche en milieu de peloton, d’autant plus que le rythme que nous avons montré était prometteur. J’ai passé quelques jours à notre base de Hinwil la semaine dernière, à préparer les courses à venir dans la simulation, et je suis impatient de retourner dans la voiture. Nous devrions également bénéficier de quelques améliorations supplémentaires ici, et nous espérons que les conditions météorologiques nous permettront d’en tirer le meilleur parti. Comme toujours, dans un milieu aussi serré, une bonne qualification samedi sera importante : nous avons toutes les chances d’avoir une lutte serrée au milieu du peloton et de repartir pour ajouter des points à notre compteur. »

pht. Alfa Romeo

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5 :

« J’ai fait mes débuts en Formule 1 au Grand Prix des États-Unis, à Indianapolis, il y a 15 ans. C’est toujours un grand sentiment de revenir – surtout sur un circuit aussi excitant, avec beaucoup de secteurs vraiment difficiles. Comme toujours, il est difficile de prédire exactement où nous nous situerons dans la bataille du milieu de peloton, mais les courses récentes ont montré que nous pouvons régulièrement nous battre pour les points, donc je suis confiant. Nous voulons poursuivre sur notre lancée jusqu’à la fin de la saison. »

Lance Strol, #18 :

« Austin est une ville incroyable qui a une atmosphère électrique tout au long du week-end de la F1, je suis vraiment excité de tourner sur le Circuit of the Americas. Nous avons montré un grand rythme lors des dernières courses et je crois que nous le ferons ici aussi. De plus, nous nous trouvons maintenant dans une lutte pour la sixième place du Championnat des Constructeurs après quelques bons résultats d’équipe, donc nous chercherons à prendre plus de points et à combler cet écart au classement. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Dépassements : COTA a tendance à présenter un bon nombre de dépassements – avec 40 en moyenne effectués en dehors du premier tour et des redémarrages. Environ 72 % des dépassements sont effectués en utilisant le DRS, les deux zones étant situées dans les virages 1 et 12, ce dernier étant l’endroit préféré pour les manœuvres.
  • Voitures de sécurité : La voiture de sécurité n’a pas été utilisée ici depuis 2015 et n’a fait une apparition que quatre fois au total. Les voitures de sécurité virtuelles sont un peu plus courantes, avec cinq utilisations depuis sa création. Le taux de VSC est supérieur à la moyenne et est également en partie dû à un taux d’abandon supérieur à la norme.
  • Stratégie : La sélection intermédiaire de pneus – C2, C3 et C4 – sera utilisée pour le premier des trois week-ends de course consécutifs. Il ne s’agit généralement pas d’une course à arrêt unique. La facilité de dépassement, un court delta dans la voie des stands et une dégradation élevée des pneus sont autant de facteurs qui entrent en jeu.
Turns and Sectors
DRS

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Comme d’habitude, il y avait une atmosphère unique au Japon, surtout pour notre première visite en trois ans. Y aller en tant que pilote Honda était intense, avec tant de soutien pour toute notre équipe et j’ai été étonné par le nombre de drapeaux français dans la foule. C’était très spécial.

Maintenant, nous allons à Austin, un autre endroit vraiment cool. L’année dernière, il y avait une grande foule et un grand buzz avec la popularité de la F1 qui explose de plus en plus chaque année aux États-Unis. Je me souviens que lorsque j’ai quitté Austin l’année dernière, l’aéroport était rempli de fans rentrant chez eux par avion dans toute l’Amérique, il n’y avait aucun passager qui n’avait pas été à COTA ! Les Américains sont les rois du divertissement, donc l’atmosphère est spéciale. J’aime ça et pendant l’hiver, je passe un peu de temps aux USA pour regarder d’autres sports, comme les matchs de la NBA et de la NFL. Ils savent comment mettre en place un événement, donc je suis très excité par ce week-end.

J’aime le circuit en lui-même : tout le premier secteur est hyper rapide avec un vrai rythme. Vous devez être très précis dans vos trajectoires car la façon dont vous prenez un virage affecte la façon dont vous passez le suivant. En général, c’est donc un circuit technique.

Je veux terminer cette saison, mes quatre dernières courses avec la Scuderia AlphaTauri, sur une bonne note, même si mon palmarès à COTA n’a rien de spécial. J’ai eu quelques abandons ici, l’année dernière c’était un problème mécanique, donc ça ne m’a pas beaucoup souri mais c’est une bonne raison d’espérer un changement cette fois-ci. Le circuit a toujours été très bosselé, et je pense qu’avec cette génération de voiture, ça va être très compliqué en termes de conduite. Les voitures de cette année sont très rigides et ce sera donc un grand défi pour tout le monde, même si j’ai cru comprendre qu’ils ont refait certaines sections plus tôt cette année à temps pour la course MotoGP là-bas, alors espérons que ce soit une amélioration. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« En repensant à Suzuka, j’ai vraiment apprécié l’expérience globale de la course dans mon pays natal. C’était un de mes rêves de courir en F1 au Japon et le premier tour en FP1 a été particulièrement émouvant, mais après cela, je me suis réinitialisé et j’ai repris ma mentalité normale, même si j’ai ressenti beaucoup plus d’énergie, d’adrénaline et d’excitation. C’est dommage que je n’aie pas pu marquer un point à la fin. Après la course, j’ai pu passer quelques jours de plus au Japon, ce qui était agréable.

Maintenant, nous avons Austin, qui s’est plutôt bien passé pour moi l’année dernière, puisque j’ai réussi à entrer en Q3 et à terminer neuvième. En fait, à certains égards, la piste est assez similaire à Suzuka, en particulier la partie après le premier virage, qui est un peu comme la section d’esses. Je vais suivre mon approche habituelle en augmentant le rythme progressivement pendant la semaine de course. Avec un peu de chance, nous aurons le test des pneus Pirelli en FP2 que nous n’avons pas pu faire sous la pluie à Suzuka, ce qui est utile car cela signifie que nous avons 30 minutes supplémentaires de piste pour nous préparer. J’ai l’intention d’en tirer le meilleur parti, de viser la Q3 samedi et les points dimanche. La piste est assez bosselée et, si je me souviens bien de l’année dernière, particulièrement dans le secteur 1. Il sera donc intéressant de voir comment ces nouvelles voitures se comporteront là-bas, même si je crois qu’ils ont resurfacé certaines sections. Changer les réglages de la voiture pour qu’elle soit plus performante sur les bosses n’est pas la voie à suivre, surtout dans les virages à grande vitesse, donc nous devrons trouver quelque chose entre les deux. J’espère que nous y parviendrons et que notre voiture sera bien adaptée à ce circuit. Il y a une bonne atmosphère sur le circuit et dans l’ensemble, ce devrait être un week-end agréable. »

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Alors que nous nous dirigeons vers la fin de la saison 2022, la voiture est essentiellement inchangée depuis le Japon et notre travail consiste à maximiser les options autour de nous pour répondre au mieux aux exigences de COTA. Bien qu’il y ait quelques similitudes avec Suzuka, les exigences globales du circuit sont différentes, et nous devrons apporter quelques modifications à la voiture pour s’adapter à la fois au tracé de la piste et aux composés de pneus plus tendres que Pirelli a mis à disposition ce week-end.

Logan Sargeant nous rejoint sur la piste pour la première fois cette année après avoir piloté la FW43 lors des essais d’après-saison de l’an dernier. Il conduira la voiture de Nicholas lors de la FP1 et complètera le programme d’ingénierie habituel sur cette voiture. Ce week-end, il y aura une autre séance FP2 prolongée au cours de laquelle toutes les équipes testeront les pneus candidats 2023 pour Pirelli, l’apport de Logan pendant la FP1 sera vital pour nos progrès. Bien que Nicholas dispose d’un court laps de temps pour se familiariser avec la piste avant de commencer le programme FP2 Pirelli, il manquera une grande partie des courses normales du vendredi. Cependant, il arrive ce week-end avec une bonne performance à Suzuka, et il pourra utiliser cet élan pour se mettre en bonne position pour les qualifications.

Nous savons par expérience que la météo à Austin peut être très variable à cette période de l’année, mais les prévisions pour ce week-end sont chaudes et ensoleillées, ce qui signifie que la gestion des pneus sera essentielle dimanche.

Alex Albon, #23 :

C’est le retour à une autre course à domicile pour l’équipe, sur un grand circuit avec une grande atmosphère. J’aime beaucoup le Circuit of the Americas, il a une bonne fluidité, et il sera intéressant de voir comment les bosses sont cette année avec ces nouvelles voitures plus rigides.

Nicholas Latifi, #6 :

Je suis très excité de retourner à Austin. C’était l’une des courses les plus agréables l’année dernière et ce sera seulement ma deuxième visite là-bas en tant que pilote de F1. D’une certaine manière, c’est la deuxième course à domicile de l’équipe. L’atmosphère à Austin est toujours formidable. La piste est agréable et j’espère qu’elle sera un peu plus lisse cette année après avoir été repavée, car elle a été bosselée par le passé. Je ne participerai pas à la FP1 pour la première fois, donc je vais avoir une approche légèrement différente du week-end, en essayant simplement de me mettre dans le bain lors de la FP2. Néanmoins, j’espère en tirer le meilleur parti et avoir un autre bon week-end.

Logan Sargeant :

Faire mes débuts en FP1 à COTA, dans mon pays, est un moment spécial pour moi. Je voudrais remercier Williams et Dorilton Motor Sports pour cette opportunité et le soutien qu’ils m’ont apporté depuis que j’ai rejoint l’Académie l’année dernière à Austin. J’ai passé beaucoup de temps dans le simulateur de Grove et j’ai suivi l’équipe lors des week-ends de course précédents pour m’aider à préparer la FP1. Il sera intéressant de voir comment la nouvelle génération de voitures se compare à celle que j’ai pilotée l’année dernière lors du Test Jeunes Conducteurs. Je suis impatient de monter dans la voiture et de tirer le meilleur parti de la séance.

 

Haut du site