3 décembre 2022

WRC : Thierry Neuville s’empare des commandes en Belgique, vendredi (video)

Le Belge Thierry Neuville a effectué un beau retour vendredi après-midi pour emmener un doublé Hyundai Motorsport au terme de la première étape de l’Ypres Rally Belgium.

À l’issue d’une première journée intense sur les dangereuses routes goudronnées flamandes, 2 »5 seulement séparaient Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) de son équipier Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1).

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P1. pht. Red Bull

La journée du pilote belge avait toutefois difficilement commencé avec plus de dix secondes perdues dans une erreur dès la première spéciale, puis des difficultés avec ses réglages tout au long de la matinée.

L’enfant du pays se plaignait notamment de son différentiel bloquant les freins au freinage et il occupait la troisième place avec un déficit de 8 »8 sur Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) à mi-journée.

Après avoir ajusté sa voiture, Thierry Neuville semblait revigoré dans l’après-midi. Avec une confiance retrouvée dans la voiture, son copilote Martijn Wydaeghe et lui signaient les meilleurs temps sur les quatre tests de l’après-midi pour prendre l’avantage sur Ott Tänak et Elfyn Evans.

Ott Tänak (P2) a misé sur la régularité

 

« C’était un après-midi complètement différent sur le plan de la maniabilité », expliquait-il. « Je suis tellement plus heureux maintenant. J’ai l’impression d’avoir vu des domaines où nous pouvons progresser et trouver un peu plus de vitesse, mais nous pouvons être très satisfaits de notre après-midi dans l’ensemble. Notre équipe d’ouvreurs a fait un travail incroyable avec des informations très précises et je me suis senti en confiance avec leurs prévisions. C’est très important sur une journée comme celle-ci. »

Hormis quelques soucis de réglages, Ott Tänak connaissait une journée sans problème. L’Estonien pointait toujours dans le trio de tête sur chaque spéciale et s’installait au deuxième rang dès l’ES2.

On ne pouvait pas en dire autant d’Elfyn Evans, leader une grande partie de l’étape après la sortie de route de son équipier et leader du championnat, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) dans le même test.

Un après-midi frustrant pour Elfyn Evans (P3).

 

Contraint de chausser un pneu pluie sur sa voiture après avoir endommagé l’un de ses slicks dans l’ES6, le Gallois souffrait sur les routes sèches et ouvrait ainsi la porte à Thierry Neuville. Une pénalité de dix secondes pour un pointage tardif s’ajoutait ensuite à ses frustrations.

« Nous avons perdu l’un de nos pneus slicks et nous avons dû utiliser un pneu pluie, ce qui n’était évidemment pas idéal dans ces conditions », confiait-il. « La pénalité n’était pas un gros problème, juste une petite erreur, mais c’est la première en quatre ans, donc ce n’est pas mal ! »

#4, Esapekka Lappi, Toyota, P4. pht. Red Bull

Le choix des pneumatiques était un sujet de discussion pour la deuxième boucle. Des nuages ​​sombres menaçaient, mais les fortes pluies ne sont jamais arrivées. Alors que le trio de tête misait sur des combinaisons plus adaptées aux conditions sèches, le reste du plateau perdait du temps en pariant sur un temps humide.

Craig Breen (P5) était le chef de file du M-Sport Ford World Rally Team

Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) plaisantait en assurant « menait la catégorie réservée aux mauvais pneus » et retrouvait le parc d’assistance à 23 »6 du podium. Le Finlandais comptait également 18 »8 d’avance Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1), cinquième malgré une erreur en début de journée.

Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1) s’installait au sixième rang, plus d’une demi-minute devant Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1), en proie avec des problèmes de boîte de vitesses. Un temps en bataille pour une place dans les quatre premiers, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) se faisait piéger par une averse localisée dans l’ES4.

#16, Adrien Fourmaux, Ford, P8. pht. Red Bull

Le Français rétrogradait alors dans la hiérarchie et terminait la journée en huitième position, devant deux concurrents engagés en WRC2 : Stéphane Lefebvre (Citroën C3 Rally2) et Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2).

Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) était dix-huitième après avoir été victime d’un problème de transmission dans la matinée. Son équipe prévoit d’ailleurs de réparer la voiture de Kalle Rovanperä dans la nuit pour que le Finlandais puisse repartir samedi.

Les classements du vendredi ici

 

La deuxième étape de l’Ypres Rally Belgium sera extrêmement compacte avec huit nouvelles spéciales piégeuses couvrant 135,83 km sur un parcours de 269,05 km.

WRC2

Lefebvre profite de sa connaissance du terrain

Le Français Stéphane Lefebvre a tiré pleinement profit de son expérience sur les routes belges pour prendre la tête d’une catégorie WRC2 plus compétitive que jamais après la première étape de l’Ypres Rally Belgium.

S’il vient bien du nord de la France, Stéphane Lefebvre mène actuellement le Championnat de Belgique des Rallyes avec sa Citroën C3 Rally2.

#24, Stéphane Lefebvre, Citroën, P1

Ses fines connaissances des routes asphaltées piégeuses prenaient tout leur sens lorsqu’il retrouvait la Grand-Place d’Ypres avec 15 »5 d’avance sur le leader du championnat, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2), ainsi que la huitième place du classement général.

Bien qu’il n’ait pas pris part au mondial depuis la Croatie au mois d’avril, Stéphane Lefebvre était rapidement dans le rythme. Il s’emparait de la première place dès la deuxième spéciale de la journée et augmentait son avance en remportant toutes les spéciales de l’après-midi.

Andreas Mikkelsen (P2) est prêt à attaquer samedi

 

« C’était une très bonne journée pour nous », rayonnait-il. « Le rythme est vraiment bon et nous avons évité les erreurs. Je me sens plutôt en confiance avec la voiture et nous avons montré ce dont nous étions capables aujourd’hui. C’est beaucoup plus facile de retrouver le volant sur les routes belges quand on fait déjà le championnat [national]. Après les tests pour Ypres, nous n’avons presque rien changé, donc cela nous aide plutôt bien. »

Yohan Rossel (Citrpën C3 Rally2) complétait le podium provisoire après avoir perdu du temps dans l’après-midi avec un choix de pneus plus adapté aux conditions humides. Le Français accusait 13 »1 de retard sur Andreas Mikkelsen tout en ne comptant que 2 »6 de marge sur Grégoire Munster (Hyundai i20 N Rally2), leader du WRC2 Junior pour 20 »6 face à Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2).

Grégoire Munster mène les débats en WRC2 Junior

 

Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) avait brièvement mené les débats après un passage audacieux dans l’ES1. Le règne du pilote britannique était toutefois de courte durée puisqu’il sortait dans un champ dans la spéciale suivante. Il bouclait la première étape au sixième rang.

Dans le même temps, l’Allemand Armin Kremer (Škoda Fabia Rally2) prenait les commandes en WRC2 Masters Cup et s’offrait même un meilleur temps en WRC2 dans l’ES4.

La journée de Josh McErlean (Hyundai i20 N Rally2) s’achevait dans l’ES6 lorsqu’il sortait de route. Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) connaissait un sort similaire lors du deuxième passage dans Langemark.

WRC3

Černý fait le trou à Ypres

Le Tchèque Jan Černý a pris le contrôle des débats en WRC3 ce vendredi à l’Ypres Rally Belgium.

Au sein d’un plateau intégralement composé de Ford Fiesta Rally3, Jan Černý remportait les huit spéciales du vendredi pour terminer la journée avec 4’06 »3 d’avance sur Zoltán László. Fait inédit pour le pilote tchèque, cet avantage a été acquis en écoutant pour la première fois de sa carrière des notes en anglais, récitées par son nouveau copilote Tom Woodburn.

Jan Černý, P1

« La première spéciale était assez difficile », reconnaissait-il à propos de cette nouveauté. « Nous savons que nous avons vraiment besoin de points pour le championnat, donc nous ne repoussons pas les limites. Nous avons roulé en toute sécurité dans les spéciales. »

Zoltán László était le seul autre pilote de la catégorie à boucler l’étape, l’Italien Enrico Brazzoli ayant été piégé dans un fossé lors de la première spéciale de l’après-midi. On ne sait pas encore s’il repartira samedi.

Communiqué WRC

Crédits photos Red Bull – WRC

 

Haut du site