26 mai 2022

WRC, samedi, Rovanperä sous la pression de Tänak

Kalle Rovanperä a vu sa position de leader être menacée par Ott Tänak lors d’une deuxième étape captivante au Rallye de Croatie.

Kalle Rovanperä (FIN) Jonne Halttunen (FIN) Of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P1. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) entamait la deuxième journée de l’épreuve avec une belle avance supérieure à la minute et demie sur Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1).

Après une crevaison et les efforts de son rival estonien, le Finlandais voyait toutefois son avantage s’amenuir à 19 »9 avant une étape décisive s’annonçant passionnante dimanche.

Ott Tänak (EST) Martin Järveoja (EST) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P2. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Ott Tänak avait déjà réduit l’avance de Kalle Rovanperä lorsque ce dernier avait crevé à l’avant gauche dans l’avant-dernier test de la matinée, disputé sous de fortes pluies et un épais brouillard dans la station de ski de Platak, à deux pas de la côte adriatique.

Les deux hommes étaient les seuls à avoir chaussé des Pirelli pluie aux quatre coins de leurs voitures, mais pendant qu’Ott Tänak avançait dans la pénombre pour signer le meilleur temps, son adversaire concédait près de cinquante-cinq secondes.

Craig Breen (IRL) Paul Nagle (GB) Of team M-Sport Ford WRT, P3. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Alléché à l’idée de signer sa première victoire depuis plus d’un an, Ott Tänak grignotait davantage de temps dans l’après-midi malgré un problème de sélecteur de vitesses. Kalle Rovanperä répliquait toutefois en envoyant un message clair avec le scratch dans la dernière spéciale pour regagner 5 »1.

« Voilà ma réponse », confiait le Finlandais, un brin provocateur. « C’était une bonne spéciale, à pleine vitesse, mais une journée difficile nous attend encore demain. »

De son côté, Ott Tänak confiait que Platak avait fait l’effet d’une révélation : « Dans ces conditions, on ne se soucie pas du temps, on est juste content de s’en sortir. C’était comme si nous étions à un endroit totalement différent du monde. Cet après-midi, je n’avais pas l’impression de repousser les limites. »

Thierry Neuville (BEL) Martijn Wydaeghe (BEL) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P4. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Si les conditions étaient plus sèches que vendredi, le temps s’est dégradé à Platak et la répétition de la spéciale a été annulée cet après-midi.

Près d’une minute derrière Ott Tänak, Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) et Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) se tenaient en moins de cinq secondes dans leur lutte pour la dernière marche du podium.

Elfyn Evans (GB) Scott Martin (GB) Of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P5. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

L’Irlandais se ratait dans une épingle tandis que le Belge connaissait de nouveaux rebondissements dans un week-end déjà bien animé. Thierry Neuville écopait ainsi d’une pénalité d’une minute dans la nuit pour son excès de vitesse vendredi. Relégué au quatrième rang, le Belge voyait ensuite sa monture être ramenée à l’assistance dans la matinée, avant une nouvelle pénalité de dix secondes pour un pointage tardif au départ d’une spéciale. Le pilote Hyundai reprenait toutefois près de quarante secondes sur Craig Breen tout en reléguant Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) à 49 »9. Le Gallois avait remporté le premier secteur chronométré du jour tout en se montrant toujours sur la défensive afin d’assurer ses premiers points de la saison.

Takamoto Katsuta (JPN) Aaron Johnston (IRL) Of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P6. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Plus de trois minutes et demie plus loin, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) occupait le sixième rang après une crevaison et un freinage manqué à une intersection.

Cinquième ce matin, Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1) partait à la faute dans la première spéciale, finalement neutralisée afin de permettre aux véhicules de secours d’éteindre l’incendie de sa voiture.

Reparti ce matin après son abandon dû à un contact avec une pierre hier, Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) profitait de sa position d’ouvreur pour signer trois meilleurs temps ce samedi.

Classements ici

Dimanche, l’étape décisive se déroulera au nord de Zagreb et comprendra deux spéciales techniques parcourues à deux reprises pour un total de 54,48 km. Le rallye s’achèvera après la Wolf Power Stage diffusée en direct et mettant en jeu des points bonus offerts aux équipages les plus rapides.

 

 

WRC2

Rossel fait un pas vers une première victoire

Le Français Yohan Rossel s’est rapproché de sa première victoire en WRC2 après avoir maintenu son avance samedi au Rallye de Croatie.

Yohan Rossel (FRA) Benjamin Boulloud (FRA) Of team PH SPORT, P1. pht.  Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Champion WRC3 en titre, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) dispute la deuxième épreuve de son programme dans l’antichambre de la catégorie reine. Fort d’une belle avance après un vendredi sans-faute, le Français échangeait les meilleurs temps avec son plus proche rival Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) dans les spéciales sèches du samedi avant d’adopter une approche plus prudente pour éviter tout souci.

Nikolay Gryazin (RAF) Konstantin Aleksandrov (RAF) Of team TOKSPORT WRT 2, P2.  pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Le bilan de la journée plaidait en sa faveur puisque son avance restait pratiquement inchangée avec un avantage de 35 »1 sur son rival russe, mais aussi une belle septième place absolue.

« C’était une superbe journée », témoignait le leader. « Nous avons conservé un écart similaire à celui d’hier, et c’est très important. Je suis satisfait de mon pilotage et la voiture est très bonne. J’ai peut-être été un peu prudent dans la deuxième boucle, mais tout va bien.»

En parallèle, Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) haussait son rythme pour se hisser dans le trio de tête, à seulement 15 »8 de Nikolay Gryazin. Le Polonais profitait aussi de la crevaison d’Eric Camilli (Citroën C3 Rally2) dans Kostanjevac – Petruš Vrh, tout comme Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2), désormais quatrième et toujours en tête du WRC2 Junior.

Kajetan Kajetanowicz est sur le podium provisoire pour sa première apparition de l’année

S’il voyait le podium s’éloigner à 33 »8, le Finlandais pouvait se réjouir de reléguer Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) à 46 »9 malgré les temps impressionnants du pilote britannique, gonflé à bloc après ses problèmes de pneus et de turbo vendredi.

Les malheurs d’Éric Camilli le reléguaient à 2’24 »7 de la tête, mais le Français parvenait à s’accrocher à la sixième place devant son compatriote Stéphane Lefebvre (Citroën C3 Rally2), également victime d’une crevaison.

Grégoire Munster (Hyundai i20 N Rally2) était le seul concurrent à abandonner samedi, peu avant le départ de l’ES10.

 

WRC3

Pajari intouchable

Le Finlandais Sami Pajari reste idéalement placé pour augmenter son avance en tête du WRC3 après une nouvelle prestation sans faute au Rallye de Croatie.

Sami Pajari, P1

Ce samedi, Sami Pajari dominait à nouveau les débats en dictant son rythme sur chaque spéciale et en évitant les ennuis avec sa Ford Fiesta Rally3 chaussée de Pirelli.

Le Finlandais restait invaincu au terme de la journée pour retrouver le parc d’assistance avec un avantage de 22’27 »1 sur le peloton composé uniquement de Ford Fiesta Rally3.

« Nous avons connu une bonne journée et nous menons les deux plateaux, mais le chemin est encore long et tout peut arriver demain », confiait le leader. « Pour l’instant, nous nous sentons bien. »

Zoltán László était le plus proche poursuivant de Sami Pajari, tout en possédant 46 »7 d’avance sur Enrico Brazzoli, lui-même 2’13 »0 devant le Croate Ivica Siladić, au pied du podium sur ses terres.

Le Kenyan Mcrae Kimathi complétait le top cinq tandis que l’Irlandais William Creighton reprenait le volant ce samedi matin après son accident de la veille.

JUNIOR WRC

Pajari prend le pouvoir

Le Finlandais Sami Pajari a ravi les commandes du FIA Junior WRC à Robert Virves avant la dernière étape du Rallye de Croatie.

Sami Pajari, P1

Robert Virves avait bouclé la première étape avec sept dixièmes de seconde seulement d’avance sur Sami Pajari, mais le Finlandais reprenait les rênes de la catégorie dès la première spéciale du samedi.

Malgré la pression croissante de son rival, le Finlandais conservait l’avantage et l’écart entre les deux hommes ne dépassait jamais 4 »2 jusqu’au dernier secteur chronométré de la journée, où Robert Virves perdait près de cinquante secondes en raison d’une crevaison.

Robert Virves a cédé du terrain après une crevaison dans l’ES16

Libéré de toute pression, Sami Pajari retrouvait finalement Zagreb avec un avantage de 49 »1 sur l’Estonien tout en occupant la quatorzième place absolue de l’épreuve. Son huitième meilleur chrono dans l’ES11 soulignait également le talent impressionnant à l’œuvre dans la catégorie où s’affrontent les Ford Fiesta Rally3 conçues à l’identique par M-Sport Poland.

« Nous avons connu une bonne journée et nous menons les deux plateaux, mais le chemin est encore long et tout peut arriver demain », confiait le leader. « Pour l’instant, nous nous sentons bien. »

Auteur d’une journée propre, Lauri Joona complétait le podium provisoire à 23 »3 de Robert Virves. Le Finlandais creusait également le trou sur Jean-Baptiste Franceschi, victime d’une crevaison dans l’ES13 et relégué à 4’33 »4. Le Kenyan Mcrae Kimathi complétait le top cinq devant William Creighton, reparti après son accident du vendredi.

Enfin, le week-end difficile de Jon Armstrong se poursuivait avec un abandon dû à une fuite de carburant avant le départ de l’ES11.

Communiqué WRC

Crédits photos – Red Bull, WRC

Crédits vidéo – WRC Youtube

 

Haut du site