14 avril 2024

WRC, samedi, Kalle Rovanperä pose une main sur la couronne après les malheurs d’Evans au Rallye d’Europe Centrale, Neuville nouveau leader du Rallye

Quatre spéciales seulement séparent Kalle Rovanperä d’un deuxième titre consécutif en Championnat du Monde FIA des Rallyes après l’accident d’Elfyn Evans, son dernier rival pour le sacre ce samedi au Rallye d’Europe Centrale.

Dominant les débats dans les spéciales tchèques difficiles jeudi en République tchèque, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) s’était forgé une solide avance en tête du rallye et faisait bien plus que le nécessaire pour défendre avec succès sa première couronne acquise en 2022.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P1. pht. Red Bull

Le Finlandais âgé de vingt-trois ans concédait toutefois du temps dans la deuxième spéciale du samedi. Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) en profitait pour rattraper plus de la moitié de son retard sur le leader, mais la physionomie de leur duel basculait totalement lorsqu’Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) partait à la faute alors qu’il occupait la troisième place.

Le Gallois devait marquer au moins un point de plus que son équipier à l’issue de l’avant-dernier rendez-vous du calendrier pour préserver ses chances. Il perdait toutefois sa voiture dans un virage glissant à droite et terminait sa course dans une grange. Il repartira dimanche afin d’essayer de prendre un maximum de points bonus dans la Wolf Power Stage.

#63, Kalle Rovanperä, Toyota, P2. pht. Jaanus Ree

De son côté, Kalle Rovanperä sacrifiait ses chances de victoire pour se concentrer sur l’obtention du titre et Thierry Neuville se construisait une avance s’élevant à 26’’2 samedi soir.

« C’est bon de voir l’arrivée de cette étape », confiait Kalle Rovanperä, qui n’a désormais besoin que d’éviter les soucis dans les dernières spéciales dimanche pour s’assurer du titre. « C’était dur. Je crois que ce sont les conditions les plus difficiles de ma carrière sur un rallye asphalte. »

#8, Ott Tänak, Ford, P3. pht. WRC

« Tout l’après-midi, nous avons essayé de gérer l’écart », ajoutait Thierry Neuville, en lice pour ouvrir le palmarès du Rallye d’Europe Centrale. « Je suis content de finir la journée en tête du rallye. Nous suivons notre objectif. »

Au volant de son M-Sport Ford Puma Rally1, Ott Tänak plaçait un troisième constructeur différent sur le podium provisoire. Frustré par un frein à main récalcitrant dans l’ES14, l’Estonien accusait plus d’une minute de retard sur Kalle Rovanperä tout en comptant 31’’1 d’avance sur Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1).

La bataille pour la cinquième place faisait rage entre Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) et Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally1). Semblant manquer de confiance sur les routes asphaltées grasses dans la matinée, le Japonais accélérait le rythme dans l’après-midi pour reprendre son bien avec 10’’9 d’avance.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P4. pht. Jaanus Ree

Grégoire Munster (M-Sport Ford Puma Rally1) terminait l’étape au septième rang devant Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1). Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) et Emil Lindholm (Hyundai i20 N Rally2), leader en WRC2, complétaient le top dix.

Dimanche, l’étape décisive se composera de deux spéciales, dans deux pays différents, empruntées à deux reprises. Böhmerwald en Autriche précèdera Passauer Land en Allemagne, dont le deuxième passage accueillera la Wolf Power Stage mettant des points bonus en jeu.

Classements du samedi ici

WRC2

Lindholm toujours en tête, la course au titre s’intensifie

Le Norvégien Andreas Mikkelsen est sur le point d’être sacré en WRC2 malgré un retard de treize minutes sur le leader Emil Lindholm samedi soir au Rallye d’Europe Centrale.

Pour ce rendez-vous inédit disputé dans trois pays, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) est déjà passé par toutes les émotions et occupe la seizième place dans l’antichambre de la catégorie reine après une longue excursion dans les sous-bois tchèques vendredi matin.

#27, Emil Lindholm, P1. pht. WRC

Le leader du championnat partait également en tête-à-queue samedi matin, mais l’abandon de Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) et la cinquième position actuelle de Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) peuvent encore lui permettre de remporter le titre dès dimanche. Dans l’état actuel des choses, il doit devancer Gus Greensmith dans la Wolf Power Stage pour sceller son sacre.

Si le Britannique remonte au quatrième rang, les choses se compliqueront pour le Norvégien. Il devra alors remporter la spéciale finale tout en espérant que son équipier ne prenne aucun point bonus. Et si Gus Greensmith finit sur le podium, le titre se jouera le mois prochain au Japon.

Déjà écarté de la course au titre, Emil Lindholm (Hyundai i20 N Rally2) remportait trois des six spéciales disputées ce samedi avec une voiture qu’il découvre encore pour porter son avance à 20’’9.

#26 , Andreas Mikkelsen, pht. WRC

« Nous devons être satisfaits de nos journées de vendredi et samedi », confiait-il. « C’est notre premier rallye sur asphalte avec cette voiture et ce n’est pas l’épreuve la plus simple, mais les sensations sont bonnes. »

#36, Nicolas Ciamin, P2. pht. WRC

Derrière le Finlandais, le Français Nicolas Ciamin (Škoda Fabia RS Rally2) occupait la deuxième place après avoir pris l’ascendant sur Erik Cais (Škoda Fabia RS Rally2) dans l’ES10, mais le Tchèque parvenait à se maintenir à 2’’6 seulement avant l’étape décisive.

Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia RS Rally2) se hissait en quatrième position dans la dernière spéciale du jour aux dépens de Nikolay Gryazin (Škoda Fabia RS Rally2), qui concédait quatre minutes en sortant de la route. Gus Greensmith complétait le top cinq, suivi de près par Miko Marczyk (Škoda Fabia RS Rally2).

Communiqué WRC