23 avril 2024

WRC, Safari Kenya, Rovanperä inarrêtable en tête d’un triplé Toyota

Kalle Rovanperä a dominé la première étape du Safari Rally Kenya pour se forger une avance de 56’’9 à l’issue d’une journée de rêve pour son équipe Toyota Gazoo Racing.

Double tenant du titre en Championnat du Monde FIA des Rallyes, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) était tout simplement intouchable puisque son copilote Jonne Halttunen et lui signaient les meilleurs temps des six spéciales redoutables du vendredi sur les pistes de terre autour du lac Naivasha.

Ses équipiers Elfyn Evans et Takamoto Katsuta complétaient un triplé provisoire pour les Toyota GR Yaris Rally1, le constructeur japonais mettant pleinement à profit un après-midi désastreux pour l’équipe rivale Hyundai Motorsport, frappée par les abandons des Hyundai i20 N Rally1 d’Esapekka Lappi et d’Ott Tänak.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1. pht. Jaanus Ree

Esapekka Lappi était le plus proche rival de Kalle Rovanperä à mi-journée, mais une panne de transmission le mettait sur la touche dès la première spéciale après l’assistance. Ott Tänak héritait alors de la deuxième place jusqu’à ce que sa monture ne s’arrête dans le test suivant de Geothermal en raison d’une direction cassée après avoir tapé une pierre.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P2. pht. Jaanus Ree

Elfyn Evans et Takamoto Katsuta en profitaient pleinement pour s’installer sur le podium provisoire. Les deux hommes n’étaient séparés que de 3’’9, le Gallois prenant l’ascendant dans la dernière spéciale de la journée.

#18, Takamoto Katsuta, Toyota, P3. pht. Jaanus Ree

« Je ne peux que m’en satisfaire », souriait Kalle Rovanperä. « Dans la dernière spéciale, les conditions étaient évidemment assez difficiles, et je pense que les ornières deviennent de plus en plus profondes après chaque voiture par endroits. Je n’ai pris aucun risque et j’ai contourné toutes les pierres pour essayer de garder la voiture en un seul morceau. J’aurais aimé aller encore plus vite, mais à ce stade, ça va ! »

Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) devenait le seul espoir de son équipe malgré ses problèmes avec les pneumatiques dans l’ES3. La crevaison endommageait également la carrosserie de sa monture, obligeant le Belge et son copilote Martijn Wydaeghe à enfiler des lunettes et des masques anti-poussière pour le dernier secteur chronométré du jour.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P4. pht. Jaanus Ree

Le leader du championnat se rapprochait du podium lors d’un après-midi plus positif. Battu uniquement par Kalle Rovanperä dans Kedong 2, il ne comptait que 6’’5 de retard sur Takamoto Katsuta avant l’étape de samedi.

#16, Adrien Fourmaux, Ford, P5. pht. WRC

En parallèle, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) devait composer avec une voiture surfant sur son carter de protection dans certaines des sections les plus cassantes, mais le Français parvenait à conserver la cinquième place après une journée relativement propre. Il pointait déjà à près de deux minutes du leader tout en comptant un avantage similaire sur son équipier Grégoire Munster (M-Sport Ford Puma Rally1), qui dispute son premier Safari dans la catégorie reine.

En WRC2, Gus Greensmith (Skoda Fabia RS Rally2) profitait des soucis pneumatiques d’Oliver Solberg pour prendre une avance considérable en WRC2 tout en prenant la septième place du classement général. Jourdan Serderidis (M-Sport Ford Puma Rally1), Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia RS Rally2) et Oliver Solberg complétaient le top dix.

Les classements ici

Samedi, les concurrents s’attaqueront à la plus longue journée du rallye avec six spéciales totalisant 160,96 km. Les hostilités démarreront à Soysambu, dès 8h01 heure locale.

Gus Greensmith, leader du WRC2 malgré des symptômes grippaux au Kenya

Gus Greensmith a pris plus de trois minutes d’avance en tête du WRC2 au Safari Rally Kenya malgré des symptômes grippaux tout au long de la journée.

#22, Gus Greensmith, Skoda, P1. pht. Jaanus Ree

Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) lançait sa campagne 2024 lors de la troisième manche du calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes et les choses n’auraient pas pu mieux se passer pour lui malgré une petite méforme.

Après avoir pris un léger avantage vendredi matin, le Britannique sentait la pression se relâcher lorsque son plus proche poursuivant, son équipier chez Toksport WRT, Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2), s’arrêtait pour changer une roue dans l’ES3.

Le Suédois en retrait et le reste du peloton ne représentant aucune menace majeure, Gus Greensmith pouvait se permettre de doser ses efforts dans les spéciales accidentées et concluait l’étape avec 3’23 »0 d’avance sur Kajetan Kajetanicz (Škoda Fabia RS Rally2).

« Cet après-midi a été le plus difficile de ma carrière en rallye », confiait-il avant de se reposer. « Je suis absolument épuisé. J’ai besoin d’un lit, et vite ! »

#20, Oliver Solberg, Skoda, P3. pht. Jaanus Ree

Kajetan Kajetanowicz avait perdu du temps dans la dernière spéciale de la matinée lorsque du sable s’infiltrait dans la prise d’air de sa Škoda et le privait d’une puissance précieuse. Malgré cela, le Polonais retrouvait le parc d’assistance ce soir avec 14’’5 d’avance sur Oliver Solberg.

Novice au Safari, Nicolas Ciamin (Hyundai i20 N Rally2) était quatrième à 11’’9 du podium provisoire. Frère de Grégoire, engagé dans la catégorie reine, Charles Munster (Hyundai i20 N Rally2) complétait le top cinq, suivi par Diego Dominguez (Citroën C3 Rally2), habitué du FIA Junior WRC. Le Paraguayen perdait toutefois gros en bouclant les trente derniers kilomètres de la journée sans direction assistée.

Kajetan Kajetanowicz prenait également la tête du WRC2 Challenger, tout comme le Kenyan Carl Tundo en WRC Masters Cup malgré des problèmes de pneus, de freins et de suspension sur sa Ford Fiesta R5.

Communiqué WRC